NOTE SUR LA PRÉSENTE ÉDITION

Cette édition des exercices de Petitmangin a été réalisée par les bénévoles du Cercle latin de la Nouvelle-France. On trouvera le texte intégral à télécharger gratuitement sur le site cerclelatin.org.

Le Cercle latin accorde la permission de reproduire ce livre à des fins personnelles ou éducatives, en conservant toutefois la mention de sa provenance accompagnée d’un hyperlien vers le site cerclelatin.org où se trouve l’édition électronique de cet ouvrage. Le lecteur est prié de signaler toute coquille ou erreur à l’adresse suivante: contact@cerclelatin.org ou dans le forum du site.

TOUTE REPRODUCTION À DES FINS COMMERCIALES EST ABSOLUMENT INTERDITE

EXERCICES LATINS

AVERTISSEMENT

UN très grand succès de librairie — vingt éditions, près de trois cent cinquante mille exemplaires imprimés — a consacré la valeur scientifique et les méthodes pédagogiques des Exercices latins du regretté H. Petitmangin. Aussi ceux qui reprennent son travail en sous-œuvre se sont-ils fait un devoir de respecter scrupuleusement les principes et les procédés de ce savant maître et n’ont-ils apporté des retouches que là où l’expérience l’avait montré indispensable.

Si préoccupé, en effet, qu’ait été H. Petitmangin de procéder méthodiquement, il lui est parfois arrivé d’anticiper un peu sur la science acquise de ses élèves — tant il est difficile de se refaire enfant avec les enfants! Une nouvelle rédaction ou bien un renvoi à la grammaire supprime désormais la difficulté.

En d’autres passages, l’auteur avait cru pouvoir presser l’allure et grouper en une seule plusieurs séries d’exercices: au risque de ralentir la marche, des versions et des thèmes supplémentaires ont été composés, de façon à ne proposer aux latinistes encore malhabiles qu’un seul nouveau problème à la fois. Il fallait bien tenir compte de la légèreté propre au jeune âge et progresser avec cette sage lenteur qui n’autorise un pas en avant qu’autant que le précédent est bien assuré.

Pour satisfaire aux désirs plusieurs fois exprimés, l’illustration a été complètement renouvelée. Le nombre des gravures a été augmenté afin «d’égayer un peu une matière d’elle-même assez aride1»; d’autre part, tout ce qui était de pure fantaisie a été remplacé par des reproductions de monuments ou de statues antiques. Un bref commentaire accompagne ces gravures, les explique et attire l’attention du lecteur sur leur valeur artistique ou archéologique.

L’ouvrage ainsi rajeuni facilitera, pensons-nous, l’étude de la morphologie du latin et «diminuera, pour le professeur comme pour l’élève, ces elementorum molestias dont, en homme qui s’y connaît, parle Quintilien2».

P.-N. B. et A. P.

Septembre 1947.

1 Préface de H. Petitmangin, 1re édition p. IV. — 2 Ibid.

LISTE DES OBSERVATIONS QUI ANTICIPENT SUR L’ORDRE DE LA GRAMMAIRE

Nos

14. Les formes amare, amat, amant (1re conjugaison).
19. La forme amo (usage du lexique).
29. Le complément des prépositions.
33. Accord de l’adjectif.
34. Place de l’adjectif.
35. Les formes esse, est, sunt.
37. Ablatif ou accusatif après in.
54. Les formes delere, delet, delent (2e conjugaison).
59. Ellipse des adjectifs possessifs.
68. Les formes legere, legit, legunt (3e conjugaison).
70. Le nom en apposition.
82. Proposition infinitive après «penser, dire» et jubeo.
87. Les terminaisons abat, abant, ebat, ebant.
92 b. Quam après le comparatif.
100. L’ablatif complément du comparatif.
107. Les formes erat, erant.
120. Le génitif de is au lieu de suus.
124. Place du pronom interrogatif et du relatif.
140. Construction des composés de sum.
148. La conjonction ut au sens de «afin que».
179. Le complément d’agent ou du passif.
194. L’ablatif absolu.

NOTIONS PRELIMINAIRES — PRONONCIATION. ACCENTUATION.

1. EXERCICE DE PRONONCIATION (Gr. § 1)

Finales. — Ager. — Agros. — Jussit. — Miles. — Inops. — Es. — Est. — Secretus. — Non. — Socors. — Gregibus. — Nobis. — Memet. — Nostras. — Et. — Tuam.

Diphtongues. — Caelum. — Haec. — Causa. — Foedus. — Minae. — Taedeat. — Moenia. — Prout. — Meruit. — Ait. — Proinde. — Coire. — Coeo. — Coerceo. — Coepi. — Caedere. — Dei. — Herculeus.

An, am. — Orabant. — Ambulabo. — Tantam. — Vocans. — Amne. — Aenean. — Palam. — Palamque. — Annuus.

In, im, en, em. — Index. — Dein. — Deinde. — Tegmen. — Monumenta. — Octingentos. — Idem. — Idemque. — Condemnavere. — Redemptor. — Templa. — Vinctus. — Referens. — Implorarent. — Mallem. — Mallent. — Tussim.

2. EXERCICE DE PRONONCIATION (suite)

Un, um. — Sum. — Sumus. — Sunt. — Tutum. — Solum. — Fundere. — Numinum. — Nominum. — Unda. — Condunt. — Cuncta. — Capiunt. — Summus. — Somnium. — Undarum. — Nondum. — Nunc. — Boum. — Coeunt. — Secundum.

Gn, ll. — Dignus. — Magnificat. — Signum. — Villa. — Familia. — Pugna. — Agno. — Villicus. — Vacillans. — Millia. — Sigillis. — Ignorare. — Ignobilis. — Stagna.

G, ch, qu, g, gu. — Chorus. — Pulcher. — Machinae. — Schola. — Tranquille. — Aquis. — Chartae. — Cherusci. — Antiquus. — Bracchium. — Exstinguere. — Unguentum. — Exstingui. — Obsequio. — Ambiguo. — Plaga. — Plagae. — Vacca. — Vaccae. — Propinquus, propinqua, propinquum. — Exiguus, exigua, exiguum. — Aquila. — Unguem. — Quondam. — Eques. — Qui, quae, quod. — Coquus. — Coqui.

Ti, ci. — Laetitiae. — Indulgentia. — Indulgentiae. — Exitium. — Exitii. — Sequentia. — Amicitia. — Nuntius. — Nationes.

3. EXERCICE DE LECTURE ACCENTUÉE (Gr. § 3)

Observation.Dans les mots de deux syllabes toujours la première est accentuée.

Siège de Zama. — Márius ad Zamam pervénit. Id óppidum, in campo situm, magis ópere quam natúra munítum erat, nullíus idóneae rei egens, armis virísque opuléntum. Igitur Metéllus, pro témpore atque loco parátis rebus, cuncta móenia exércitu circúmvenit, legátis ímperat ubi quisque curáret. Deinde, signo dato, úndique simul clamor ingens óritur; neque ea res Númidas terret; infénsi inténtique sine tumúltu manent. Proelium incípitur. Románi pro ingénio quisque, pars éminus glande aut lapídibus pugnáre; álii succédere ac murum modo subfódere, modo scalis ággredi, cúpere próelium in mánibus fácere. Contra ea oppidáni, in próxumos saxa vólvere, sudes, pila praetérea picem súlphure et taeda mixtam, ardéntia mittere. Sed ne illos quidem, qui procul mánserant, timor ánimi satis muníverat; nam plerósque jácula torméntis aut manu emíssa vulnerábant paríque perículo sed fama ímpari boni atque ignávi erant. (SALLUSTE)

4. EXERCICE D’ACCENTUATION

Observation. — Dans les mots de plus de deux syllabes, l’accent est sur l’avant-dernière (pénultième), si elle est longue; sinon, il se reporte sur la précédente (antépénultième).

(On copiera le passage suivant en mettant l’accent sur tous les mots, sauf sur les monosyllabes).

Cyrus mourant. — Apud Xenophōntem autem morĭens Cyrus major haec dicit: «Nolīte arbitrāri, o mei carissĭmi filĭi, me, cum a vobis discessĕro, nusquam aut nullum fore; nec enim dum eram vobīscum, anĭmum meum videbātis, sed eum esse in hoc corpŏre, ex iis rebus, quas gerēbam, intellegebātis: eūmdem igĭtur esse creditōte, etiāmsi nullum videbĭtis. Nec vero clarōrum virōrum post mortem honōres permanērent, si nihil eōrum ipsōrum anĭmi efficĕrent, quo diutĭus memorĭam sui tenerēmus.» (CICÉRON).

5. EXERCICE D’ACCENTUATION

Observation. — La syllabe est toujours longue si la voyelle est suivie de deux consonnes. La syllabe est toujours brève si la voyelle est suivie d’une autre voyelle (ou h): pŭer, vĕho. Les diphtongues sont longues.

(On copiera ce passage en mettant les signes ˉ ou ˘ sur toutes les syllabes dont on pourra connaître la quantité d’après la règle précédente; puis on mettra l’accent sur tous les mots, sauf sur les monosyllabes.

Cyrus mourant (suite). — «Mihi quidem persuadēri nunquam potuit anĭmos dum in corporĭbus essent mortalĭbus, vivĕre, cum excessissent ex eis, emŏri; nec vero tum anĭmum insipientem esse, cum ex insipienti corpŏre evasisset, sed, cum omni admixtiōne corpŏris liberātus, purus et intĕger esse coepisset, tum esse sapientem. Atque etiam, cum homĭnis natūra morte dissolvĭtur, ceterārum rerum perspicuum est quo quaeque discēdat; abeunt enim illūc omnia, unde orta sunt: anĭmus autem solus nec cum adest nec cum discēdit appāret.» (CICÉRON).

MORPHOLOGIE

PREMIÈRE PARTIE: LA DÉCLINAISON

EMPLOI DES CAS (Gr. § 8)

6. QUESTIONNAIRE

1. A quel cas se met le complément d’objet direct? — 2. Par quel cas se rend la préposition de? — 3. Par quel cas se rend d’ordinaire la préposition de, s’il s’agit d’un complément de verbe? — 4. A quel cas se met l’attribut du sujet? — 5. A quel cas correspond d’ordinaire la préposition pour? — 6. Indiquer le rôle grammatical du mot rose et le cas qu’il faudrait employer dans les exemples suivants: il vend des roses; le temps des roses; couronné de roses; il n’a pas de roses. — 7. Quand un nom est au nominatif, quelle fonction remplit-il dans la proposition? — 8. A quoi sert le vocatif? — 9. Quels noms doit-on mettre au génitif? — 10. Quels noms doit-on mettre au datif?

7. EXERCICE

On transcrira le récit suivant en indiquant, à la place marquée par la parenthèse, à quel cas il faudrait mettre en latin le nom, l’adjectif ou le pronom (en italiques) qui précède.

L’enfant et le voleur. — Un enfant (   ) pleurait, assis sur la margelle d’un puits (   ). Un voleur (   ) entendant des plaintes (   ), s’approcha et demanda la cause (   ) de ce chagrin (   ): «Enfant (   ), dit-il (   ), explique-moi (   ) pourquoi tu (   ) verses des larmes (   ).» L’enfant (   ), effrayé par l’aspect (   ) de l’inconnu (   ) et tremblant de peur (   ), lui (   ) répondit: «O étranger (   ), j’avais posé ici une urne (   ). Ayant été ciselée par la main (   ) d’un habile artiste (   ), elle (   ) est fort précieuse (   ). Par un mouvement involontaire (   ), je l’ (   ) ai précipitée dans l’eau du puits (   ). Cette urne n’est pas à mes parents (   ): elle est la propriété (   ) d’un voisin (   ) de mon père (   ). Je pleure par crainte (   ) du châtiment (   ). Je serai certainement battu de verges (   ) et nourri de pain sec (   ).»

8. EXERCICE

L’enfant et le voleur (suite). — «Bienveillant (   ) étranger, sois compatissant pour moi (   ). L’eau (   ) du puits (   ) n’est pas profonde (   ). Tu (   ) pourras retirer l’urne (   ) et me (   ) la (   ) rendre. Je serais comblé de joie (   ) par ce (   ) bienfait et ma (   ) reconnaissance te (   ) serait assurée.» Le voleur (   ), qui (   ) espérait garder l’urne (   ) pour lui (   ), se (   ) débarrassa à la hâte de ses vêtements (   ), délia les courroies (   ) de ses (   ) chaussures et descendit par la corde (   ) du puits (   ). Quand l’enfant (   ) vit le voleur (   ) dont (   ) la présence (   ) l’ (   ) avait glacé d’effroi (   ), descendu dans l’eau du puits (   ), il lui (   ) cria en retirant la corde (   ) dont (   ) il s’était servi: «Insensé (   ), sois plus prudent (   ) désormais, ne te (   ) laisse plus égarer par la soif (   ) du gain (   ).» Le voleur (   ) adresse en vain des supplications (   ) à l’enfant (   ); celui-ci (   ) resta insensible (   ) à ses prières (   ), trop heureux (   ) de s’ (   ) être délivré de ce péril (   ) par son adresse (   ). (D’après Avianus).

L’ORDRE DES MOTS EN LATIN

9. EXERCICE

Observation. — En latin la terminaison d’un mot suffit pour indiquer sa fonction dans la proposition. Il s’ensuit que l’ordre des mots peut être interverti sans inconvénient pour la clarté.

(On transcrira chaque phrase latine de l’exercice suivant en la faisant suivre de la traduction en français correct. Ensuite on soulignera d’un trait les mots latins que la traduction aura permis de reconnaître comme nominatifs. On soulignera de deux traits les accusatifs).

1. Deo

parere

debent

homines.

2. Virtus

omnibus

1. À Dieu

obéir

doivent

les hommes.

2. La vertu

sur toutes

rebus

praestat.

3. Accelerat

Caesar,

ut

proelio

choses

l’emporte.

3. Se hâte

César,

afin que

au combat

intersit.

4. Dulce

et

decorum

est

pro

il soit présent.

4. Doux

et

beau

il est

pour

patria

mori.

5. Antiqui

homines

in

silvis

la patrie

mourir.

5. Les anciens

hommes

dans

les forêts

ferarum

more

habitabant.

6. Pausanias

captivos

tibi

des bêtes

à la façon

habitaient.

6. Pausanias

les captifs

à toi

muneri

misit.

7. Nudum

civium

Romanorum

caput

en présent

a envoyés.

7. Nue

des citoyens

Romains

la tête

erat;

adversus

imbrem

togae

partem

in

était;

contre

la pluie

de la toge

une partie

sur

caput

revocabant.

8. Vocem,

ut

intelligant

discipuli,

la tête

ils ramenaient.

8. La voix,

pour que

comprennent

les élèves

magister

tollit.

9. Milites

a

meridie

ad

le maître

élève.

9. Les soldats

depuis

midi

jusqu’à

solis

occasum

pugnaverunt.

10. Parvo

contentus

praemio,

du soleil

le coucher

avaient combattu

10. Petite

se contentant

d’une récompense,

ab

Atheniensium

populo

corona

donatus est

par

des Athéniens

le peuple

d’une couronne

il fut gratifié.

Dites, après avoir examiné ces phrases: 1° Quelle est la place ordinaire du verbe. 2° Quelle est la place du génitif par rapport au nom dont il dépend.

10. EXERCICE

1° On copiera le morceau suivant en latin. 2° On transcrira à la suite la traduction en français correct. 3° On soulignera d’un trait les noms ou pronoms latins reconnus pour des génitifs, de deux traits les datifs. 4° On dira quelle est la place ordinaire de l’adjectif par rapport au nom qu’il qualifie.

1. Assyriorum

rex,

Nabuchodonosor,

statuam

sibi

auream

1. Des Assyriens

roi,

Nabuchodonosor,

une statue

pour lui

d’or

immensae

magnitudinis

posuit

adorarique

eam

jussit.

d’une immense

grandeur

fit ériger

et être adorée

elle

il ordonna.

2. Quod

cum

certatim

ab

omnibus,

depravatis

2. Cela

alors que

à l’envi

par

tous,

ayant été gâtées

adulatione

animis,

fieret,

Ananias et

Azarias et

Misael

par l’adulation

des âmes,

était fait,

Ananias et

Azarias et

Misael

profano

officio

abstinuerunt,

non

ignorantes

honorem

de la sacrilège

action

s’abstinrent,

ne pas

ignorant

honneur

hunc

soli

Deo

deberi.

3. Itaque,

e

cet

à seul

Dieu

être dû.

3. C’est pourquoi,

par

regis

edicto,

pedibus

vincti

in

ardentes

du roi

l’ordre,

par les pieds

liés

dans

les ardentes

camini

flammas

conjiciuntur.

4. Sed

infandi

operis

d’une fournaise

flammes

ils sont jetés.

4. Mais

du criminel

acte

ministros

flamma

absorbuit;

Hebraeos

vero

ignis

les exécuteurs

la flamme

engloutit;

les Hébreux

tandis que

le feu

non

attigit.

5. Tum

rex

haud

dubius

ne pas

toucha.

5. Alors

le roi

non

doutant

praesentem

Dei

virtutem

in

hac

re

agissante

de Dieu

la puissance

dans

cette

chose

fuisse,

missis

per

omne

regnum

suum

avoir été,

ayant été envoyés

par

tout

le royaume

sien

legatis,

miraculum

promulgavit,

soli

Deo

honorem

des députés,

le miracle

fit proclamer,

à seul

Dieu

le culte

deberi

confessus.

être dû

ayant reconnu.

PREMIERE DECLINAISON (Gr. § 14)

Aquila, ae, f. aigle.
Ara, ae, f. autel.
Columba, ae, f. colombe.
Corona, ae, f. couronne.
Dea, ae, f. déesse.
Mensa, ae, f. table.
Natura, ae, f. nature.
Puella, ae, f. jeune fille.
Rosa, ae, f. rose.

Sagitta, ae, f. flèche.
Spina, ae, f. épine.
Agricola, ae, m. laboureur.
Ala, ae, f. aile.
Amare, aimer.
Dare, donner.
Ornare, orner.
Vitare, éviter.
Vulnerare, blesser.

11. EXERCICE

I. Analyser et traduire. Si une forme est commune à plusieurs cas on les indiquera.

1. Rosa, la rose. Rosam. Rosae. Rosis. — 2. Mensa, la table. Mensarum. Mensa. Mensis. Mensae. — 3. Sagitta, la flèche. Sagittis. Sagittarum. Sagittam. — 4. Spina, l’épine. Spinas, Spinarum. Spinae (singulier). — 5. Corona, la couronne. Coronae (plur.). Coronā. Coronam. — 6. Puella, la jeune fille. Puellarum. O puella. Puellis. — 7. Agricola, le laboureur. Agricolae (sing.). Agricolas. O agricolae. — 8. Ara, l’autel. Ararum. Aris. Aram. — 9. Dea, la déesse. Deae (plur.). Deam. O Dea. — 10. Aquila, l’aigle. Aquilae (sing.). Aquilis. — 11. Columba, la colombe. Columbas. Columbarum. Columbis. — 12. Natura, la nature. Naturā. O natura. Naturam.

II. Traduire en latin. (Les mots se trouvent dans la première partie de l’exercice aux numéros correspondants.)

1. Une rose. Par les roses. De la rose. Les roses. — 2. La table (comp. d’obj. direct). A la table. Des tables. Par la table. Aux tables. — 3. Les flèches (comp. d’obj. dir.). Une flèche. Des flèches (comp. de nom). — 4. Des épines (comp. d’obj. dir.). Une épine. Par une épine. Des épines (sujet). — 5. Des couronnes (comp. d’obj. indir.). Une couronne (comp. d’obj. dir.). Par des couronnes. A une couronne. 6. O jeunes filles. De la jeune fille. Aux jeunes filles. — 7. Des laboureurs. Aux laboureurs. Du laboureur. — 8. Par l’autel. A l’autel. — 9. O déesse. Des déesses. — 10. O aigle. A l’aigle. Aux aigles. — 11. La colombe (comp. d’obj. dir.). — 12. De la nature. Par nature.

12. EXERCICE

Traduire les groupes de mots suivants. L’un des deux noms du groupe est au nominatif, l’autre au génitif. On fera attention aux inversions. (Voir observ. 9).

1. Mensa agricolae. — 2. Spinae rosarum. — 8. Rosae spina. — 4. Agricolarum puellae. — 5. Agricolae sagittae. — 6. Deae corona. — 7. Arae deae. — 8. Agricolarum sagittae. — 9. Rosae coronarum. — 10. Puellae corona.

II. 1. Les tables des laboureurs. — 2. L’épine (comp. d’obj. dir.) des roses. — 3. Les épines de la rose. — 4. Les jeunes filles du laboureur. — 5. La flèche des laboureurs. — 6. Les couronnes (comp. d’obj. dir.) de la déesse. — 7. L’autel des déesses. — 8. Les flèches du laboureur. — 9. Une rose de la couronne. — 10. Les couronnes de la jeune fille.

13. EXERCICE

Traduire. L’un des deux noms est à un cas quelconque, l’autre est au génitif. (Voir observ. 9.).

I. 1. Spinis rosae. — 2. Agricolarum sagitta. — 8. Arae coronas. — Rosam coronarum. — 5. Dearum aris. — 6. Deae sagittae. — 7. Agricolae puellarum. — 8 Rosis arae. — 9. Agricolarum columbis. — 10. Ararum coronā. — 11. Alae columbae.

II. 1. A l’épine de la rose. — 2. De la flèche du laboureur. — 8. Aux couronnes des autels. — 4. Par des roses de la couronne. — 5. L’autel (comp. d’obj. dir.) de la déesse. — 6. Une flèche de la déesse. — 7. Aux jeunes filles des laboureurs. — 8. Des roses (sujet) des autels. — 9. Par la colombe du laboureur. — 10. Aux couronnes de l’autel. — 11. Par les ailes des colombes.

14. VERSION

Observation. — Il y a quatre conjugaisons en latin. A la première conjugaison, la troisième personne du présent de l’indicatif est terminée en -at au singulier, en -ant au pluriel. l’infinitif est en āre, ā long, (sauf dans dăre).

Amāre, aimer

amat, il aime

amant, ils aiment.

Dăre, donner

dat, il donne

dant, ils donnent.

Ornāre, orner

ornat, il orne

ornant, ils ornent.

Vitāre, éviter

vitat, il évite

vitant, ils évitent.

Vulnerāre, blesser

vulnerat, il blesse

vulnerant, ils blessent.

En latin, le pronom sujet, je, tu, il, etc., est d’ordinaire sous-entendu; on ne l’exprime que si on veut le mettre en relief.

1. Agricola ornat aras dearum rosis. — 2. Puellae agricolarum ornant coronis deae aram. — 3. Dearum aras rosa ornat. — 4. Agricolae columbas vulnerat aquila. — 5. Aquilas sagittis vulnerant agricolae. — 6. Puellae agricolae mensas rosis ornant. — 7. Mensas agricolarum ornant rosae. — 8. Aquilam vitant columbae. — 9. Agricolae sagittas vitant aquilae. — 10. Puellae agricolarum dant deae columbas et ornant aram coronā. — 11. Puellae vitant rosae spinas. — 12. Sagittā vulnerat agricola columbam. — 13. Rosae spina agricolam vulnerat. — 14. Rosae agricolas spinis vulnerant. — 15. Natura rosis dat spinas. — 16. Agricolae puellae dant deae coronas.

15. THÈME D’IMITATION

1. Les laboureurs ornent de roses l’autel de la déesse. — 2. La jeune fille du laboureur orne d’une couronne la déesse. — 3. Les roses ornent de couronnes les jeunes filles. — 4. Les colombes du laboureur évitent les aigles. — 5. La flèche du laboureur blesse l’aile de la colombe. — 6. Les roses ornent la table du laboureur. — 7. O colombes, la flèche du laboureur blesse les aigles. — 8. O laboureurs, les colombes évitent les flèches. — 9. Le laboureur donne une couronne aux jeunes filles. — 10. La rose blesse de [ses]1 épines les jeunes filles des laboureurs. — 11. Le laboureur blesse d’une flèche l’aigle et 2 la colombe. — 12. Le laboureur donne des colombes à la jeune fille. — 13. Les épines des couronnes blessent la jeune fille. — 14. La nature donne à la rose des épines. — 15. Le laboureur offre (= donne) une colombe et2 des roses à la déesse.

1 Les mots mis entre crochets droits ne doivent pas être traduits.2 Et, et.

16. RÉCAPITULATION

I. On fera la liste des compléments d’objet directs contenus dans la version 14.

II. On fera la liste des compléments de nom.

III. On fera la liste des compléments au datif.

IV. On fera la liste des compléments circonstanciels de moyen ou d’instrument.

DEUXIEME DECLINAISON (Gr. § 15)

Noms en -US

Agnus, i, m. agneau.
Dominus, i, m. maître (qui commande ou possède).
Hortus, i, m. jardin.
Humerus, i, m. épaule.

Lupus, i, m. loup.
Medicus, i, m. médecin.
Morbus, i, m. maladie.
Rivus, i, m. ruisseau.
Servus, i, m. esclave.

17. EXERCICE

Analyser et traduire:

1. Agnus, l’agneau. Agno. Agnorum. — 2. Rivus, le ruisseau. Rivi (sing.). Rivum. — 3. Lupus, le loup. Lupe. Lupis. — 4. Medicus, le médecin. Medicum. Medice. Medici (plur.). — 5. Morbus, la maladie. Morbos. Morbi. Morbis. — 6. Hortus, le jardin. Horto. Hortum. Horti. — 7. Servus, l’esclave. Servum. Serve. Servorum. Servi (sing.).

Mettre en latin:

1. De l’agneau. Un agneau (comp. d’obj. dir.). — 2. O ruisseaux. Des ruisseaux (comp. d’obj. dir.). Aux ruisseaux. — 3. Des loups (plur. de un loup). Des loups (comp. de nom). Des loups (comp. d’obj. dir.). O loup. — 4. Au médecin. Un médecin (suj.). Du médecin. A des médecins. — 5. Par la maladie. D’une maladie (comp. de verbe). La maladie (comp. d’obj. dir.). — 6. Aux jardins. D’un jardin. Des jardins (comp. de nom). — 7. O esclaves. A des esclaves. A un esclave.

18. EXERCICE

Aqua, ae, f. eau. — Herba, ae, f. herbe. — Ripa, ae, f. rive.

Dans les deux groupes suivants, l’un des noms est au génitif. On fera attention aux inversions.

I. 1. Rivi herbae. — 2. Rivorum ripa. — 3. Herbis horti. — 4. Servus medici. — 5. Servi morbo. — 6. Agno domini. — 7. Agricolae servi. — 8. Horti dominum. — 9. Morbo servorum. — 10. Ripae rivi. — 11. Rivorum aquae. — 12. Sagittae servi. — 13. Aquā rivi. — 14. Domini servi. — 15. Aquis rivi. — 16. Servorum sagittis. — 17. Domino hortorum. — 18. Domini morbi. — 19. Servorum domini. — 20. Morbis agnorum.

II. 1. Par l’herbe du ruisseau. — 2. Une rive (comp. d’obj. dir.) d’un ruisseau. — 3. Les herbes (suj.) des jardins. — 4. Aux médecins des esclaves. — 5. Par la maladie de l’esclave. — 6. Des agneaux du laboureur. — 7. Au maître du laboureur. — 8. Aux agneaux du maître. — 9. Aux maladies des esclaves. — 10. Les herbes (comp. d’obj. dir.) des ruisseaux. — 11. Par l’eau du ruisseau. — 12. Des flèches (comp. d’obj. ind.) des esclaves. — 13. De l’eau (comp. d’obj. dir.) du ruisseau. — 14. O maîtres des esclaves. — 15. De l’eau (comp. de nom) des ruisseaux. — 16. Par la flèche de l’esclave. — 17. O maître du jardin. — 18. Par les maladies des maîtres. — 19. Les maîtres (comp. d’obj. dir.) des esclaves. — 20. Les maladies (suj.) de l’agneau.

19. VERSION

Potare, boire. — Occultare, cacher. — Curare, soigner. — Rigare, arroser — Dare, donner.

Observation. — Les verbes latins ont la terminaison -o à la première personne du présent de l’indicatif: amo, j’aime. C’est la forme en -o que l’on cherchera dans le lexique. Ainsi, pour avoir le sens de curat, on cherchera curo, etc. (Voir observ. 14).

1. Agnus aquam rivi potat. — 2. Herbae occultant rivorum ripas. — 3. Agricola lupum sagittā vulnerat. — 4. Medici agricolarum morbos herbis curant. — 5. Servus agnum domini curat. — 6. Agricolae aquis rivorum rigant hortorum herbas. — 7. Servus agno dat horti herbam. — 8. Morbos servorum curant medici. — 9. Rivi ripa herbam dat agricolae agno. — 10. Agricolarum servi hortos curant. — 11. Servus sagittā agnum vulnerat. — 12. Morbum agni curat medici servus.

20. EXERCICE

On transcrira la version précédente en mettant au pluriel les phrases dont les mots sont au singulier et au singulier les phrases dont les mots sont au pluriel. Tous les mots devront ainsi changer de nombre en conservant leur cas. On traduira chaque fois la phrase ainsi transformée.

20. THÈME D’IMITATION

1. Les agneaux boivent Peau des ruisseaux. — 2. Les rives du ruisseau sont-cachées1 (occultatae sunt) par les herbes. — 3. Le médecin soigne les maladies au-moyen-d’une (= par une) herbe. — 4. L’esclave donne des agneaux à [son] maître. — 5. Le laboureur arrose le jardin avec (= par) les eaux du ruisseau. — 6. Les esclaves donnent aux agneaux l’herbe du jardin. — 7. Les rives des ruisseaux fournissent (= donnent) des herbes aux agneaux du laboureur. — 8. Les esclaves soignent le jardin du laboureur. — 9. Les esclaves blessent avec des (= par des) flèches les loups et les aigles. — 10. Les esclaves du médecin soignent la maladie des agneaux.

1 Les mots réunis par un trait d’union doivent être rendus par un seul mot.

Noms neutres en -UM

Aurum, i, n. or.
Collum, i, n. cou.
Ferrum, i, n. fer.
Gaudium, i, n. joie.
Incitamentum, i, n. encouragement.
Ornamentum, i, n. ornement.
Periculum, i, n. danger.

Praemium, i, n. récompense.
Rostrum, i, n. bec, groin.
Templum, i, n. temple.
Verbum, i, n. parole, mot.
Vestigium, i, n. trace.
Vinum, i, n. vin.
Vitium, i, n. vice, défaut.

22. EXERCICE

I. 1. Aurum, l’or. Auro. Auri. — 2. Collum, le cou. Colla. Collis. Collo. — 3. Ferrum, le fer. Ferri. Ferrum. — 4. Verbum, la parole. Verbo. Verborum. Verba. — 5. Vitium, le vice, Vitiorum. Vitii. Vitiis. Vitio. — 6. Vinum, le vin. Vini. Vina. — 7. Incitamentum, l’encouragement. Incitamenta. Incitamento. — 8. Praemium, la récompense. Praemiis. Praemiorum. Praemium (comp. d’obj. dir.). — 9. Vestigium, la trace. Vestigio (datif). Vestigiis. Vestigiorum. Vestigii. — 10. Ornamentum, l’ornement. Ornamenti. Ornamenta. Ornamentorum. — 11. Rostrum, le bec. Rostra. Rostri. Rostro (abl.).

II. 1. De l’or (comp. d’obj. dir.). A l’or. Par l’or. — 2. Du cou (comp. de nom). Par les cous. Aux cous. — 3. Par le fer. Au fer. Du fer (sujet). — 4. Les paroles. Une parole (comp. d’obj. dir.). Par une parole. — 5. Au vice. Du vice (comp. d’obj. indir.). Du vice (comp. de nom). Des vices (comp. d’obj. dir.). — 6. Les vins (suj.). Des vins (comp. d’obj. dir.). Par le vin. — 7. Les encouragements (suj.). A un encouragement. Des encouragements (comp. d’obj. dir.). — 8. Par la récompense. De la récompense (comp. de nom). Des récompenses (comp. de nom). — 9. Des traces (suj.). Une trace (comp. d’obj. dir.). Par la trace. — 10. A l’ornement. Par des ornements. Des ornements (comp. d’obj. ind.). — 11. Au bec. Aux becs. Par les becs. Du bec (comp. de nom).

23. EXERCICE

I. Transcrire et traduire. (L’un des deux noms est au génitif.)

1. Aurum ornamentorum. — 2. Ferro sagittae. — 3. Puellae colli. — 4. Verbum domini. — 5. Servorum verba. — 6. Medici praemia. — 7. Praemiorum incitamento. — 8. Agni vestigia. — 9. Praemium servorum. — 10. Incitamentis vitiorum. — 11. Luporum vestigiis. — 12. Aquilae rostri. — 13. Agricolarum vino. — 14. Ornamentis (dat.) templorum. — 15. Servorum colla. — 16. Ornamento colli. — 17. Medici verborum.

II. 1. Par l’or de l’ornement. — 2. Le fer (comp. d’obj. dir.) des flèches. — 3. Le cou (sujet) de la jeune fille. — 4. Par les paroles des maîtres. — 5. Des paroles (comp. d’obj. dir.) de l’esclave. — 6. A la récompense des médecins. — 7. De l’encouragement (comp. d’obj. indir.) des récompenses. — 8. Des traces (comp. de nom) de l’agneau. — 9. Par les récompenses de l’esclave. — 10. A l’encouragement du vice. — 11. De la trace (comp. d’obj. indir.) du loup. — 12. Par le bec des aigles. — 13. Les vins du laboureur. — 14. A l’ornement du temple. — 15. Par le cou de l’esclave. — 16. Un ornement (suj.) du cou. — 17. Par la parole des médecins.

24. VERSION

Laudare, louer. — Vituperare, blâmer. — Vocare, appeler. Observare, remarquer. — Parare, préparer.

Pour la traduction des verbes, voir observation 19.

1. Aurum ornat collum puellae. — 2. Puella ornat auro collum. — 3. Servus ferro sagittae lupi collum vulnerat. — 4. Domini verba servos laudant. — 5. Dominus verbis servorum vitia vituperat. — 6. Medicus vocat vinum: incitamentum vitiorum. — 7. Praemia sunt1 servorum incitamenta. — 8. Agnorum vestigia observat lupus. — 9. Dominus dat praemia et vinum servis. — 10. Puella parat templo ornamenta. — 11. Templorum ornamentum est2 aurum. — 12. Aquila agni collum rostro vulnerat. — 13. Agricola servi collum sagittā vulnerat.

1 Sunt, sont. — 2 Est, est.

25. EXERCICE

Transcrire tous les noms de la version précédente; indiquer leur rôle grammatical, leur cas, et les traduire. Ex.: aurum: sujet, nominatif, l’or.

26. THÈME D’IMITATION

(Même vocabulaire qu’à l’exercice précédent)

1. L’or est (est) un ornement pour le temple. — 2. Le cou de l’esclave est-orné (ornatur) d’or. — 3. Le fer des flèches blesse les aigles. — 4. Les esclaves sont-loués (laudantur) par les paroles du maître. — 5. La parole du maître blâme le vice des esclaves. — 6. Le vin est (est) une récompense pour l’esclave. — 7. Les paroles du maître sont (sunt) un encouragement pour les esclaves. — 8. Les agneaux évitent les traces du loup. — 9. Le médecin soigne au-moyen-de (= par le) vin et de plantes (= d’herbes) le cou de l’esclave. — 10. Les laboureurs ornent les temples de la déesse. — 11. O esclave, donne (da) du vin au laboureur. — 12. O esclaves, les aigles blessent avec [leur] bec1 le cou des agneaux.

1 Traduisez: par [leurs] becs les cous. (Voir observ. 59).

Noms en -ER

Ager, gri, m. champ.
Aper, pri, m. sanglier.
Culter, tri, m. couteau.
Liber, bri, m. livre.
Magister, tri, m. maître (qui enseigne).

Gener, eri, m. gendre.
Puer, eri, m. enfant.
Socer, eri, m. beau-père.
Vir, viri, m. homme.

27. EXERCICE

I. 1. Aper, le sanglier. Apro. Apris. Aprum. — 2. Socer, le beau-père. Soceri. Socero. Soceros. — 3. Ager, le champ. Agri. Agris. Agrorum. — 4. Puer, Venfant. Puerum. Pueris. O pueri. Pueri (sing.). — 5. Magister, le maître (qui enseigne). Magistros. Magistrorum. O magister. — 6. Gener, le gendre. Generi (plur.). Generis (abl.). Generum. — 7. Vir, Vhomme. Viros. Viris. Virorum. — 8. Culter, le couteau. Cultro. Cultrum. Cultri. — 9. Liber, le livre. Libro. Libri (plur.). Libris.

II. 1. Du sanglier. Le sanglier (comp. d’obj. dir.). Au sanglier. Les sangliers (suj.). — 2. Au beau-père. Aux beaux-pères. Du beau-père. O beau-père. — 3. Des champs (suj.). Par le champ. Par les champs. Les champs (comp. d’obj. dir.). — 4. O enfant. Des enfants (suj.). Des enfants (comp. de nom). Des enfants (comp. d’obj. dir). — 5. Aux maîtres. Des maîtres (comp. d’obj. indir.). Les maîtres (suj.). — 6. Du gendre. Aux gendres. Des gendres (comp. de nom). O gendres. — 7. L’homme (comp. d’obj. dir.). A l’homme. De l’homme (comp. d’obj. indir.). Aux hommes. — 8. Des couteaux (suj.). Du couteau. Par le couteau. Par les couteaux. — 9. Les livres (comp. d’obj. dir.). Par les livres. Aux livres.

28. EXERCICE (voir Exercice 23)

Villa, ae, f. maison (de campagne).

I. 1. Socerum agricolae. — 2. Soceris agricolarum. — 3. Agro generi. — 4. Libri puerorum. — 5. Librum magistri. — 6. Magistris puerorum. — 7. Cultros virorum. — 8. Viri collum. — 9. Cultro pueri. — 10. Rostrum apri. — 11. Gaudium puerorum. — 12. Libris magistrorum. — 13. Cultri agricolarum. — 14. Agri herbam. — 15. Colla aprorum. — 16. Praemia pueri. — 17. Horti (sing.) soceri. — 18. Villam generi.

II. 1. Au beau-père des laboureurs. — 2. Du gendre du médecin. — 3. Les champs (suj.) du beau-père. — 4. Par le livre des enfants. — 5. Aux livres du maître. — 6. Le maître (comp. d’obj. dir.) des enfants. — 7. Les couteaux (suj.) des hommes. — 8. Par le cou du beau-père. — 9. Les couteaux (comp. d’obj. dir.) des enfants. — 10. Les groins des sangliers. — 11. Aux joies de l’enfant. — 12. Au livre du maître. — 13. Par les couteaux des esclaves. — 14. L’herbe (suj.) des champs. — 15. Le cou du sanglier. — 16. Des récompenses pour les enfants. — 17. Le jardin (comp. d’obj. dir.) du maître. — 18. Les maisons-de-campagne des gendres.

29. VERSION

Vastare, dévaster, ravager.
Advolare, accourir.
Properare, se hâter.
Tardare, arrêter.
Secare, trancher.

Tractare, toucher, manier.
Juvare, réjouir, charmer.
Portare, porter.
Cenare, dîner.
Sunt, ils sont.

Observation I.Le complément des prépositions n’est jamais au nominatif. Il se met à l’accusatif ou à l’ablatif. Ainsi ad, vers, per, à travers, apud, chez, se construisent avec l’accusatif, cum, avec, sine, sans, se construisent avec l’ablatif.

Observation II.La préposition peut être séparée de son complément par un génitif: per agrorum herbas pour per herbas agrorum.

Les sangliers. — 1. Apri vastant soceri agros. — 2. Pueri observant vestigia aprorum per hortum magistri. — 3. Socer dat genero sagittas cum cultro. — 4. Viri et pueri cum cultris advolant. — 5. Apri per agros ad ripam rivi properant. — 6. Rivi aquae apros non (ne…​ pas) tardant. — 7. Per agrorum herbas apri ad silvam properant. — 8. Apri collum gener vulnerat soceri sagittis. — 9. Aper rostro generum vulnerat; gener apri collum cultro secat. — 10. Advolant pueri et apri rostrum cum gaudio et sine periculo tractant. — 11. Gaudium puerorum generum juvat. — 12. Viri aprum humeris ad villam soceri portant. — 13. Socer dat genero cultrum, praemium victoriae; dat pueris libros, viris vinum. — 14. Gener et viri et pueri cum magistro apud socerum cenant.

30. THÈME D’IMITATION1

1. Un sanglier dévaste le champ du gendre. — 2. O gendre, l’enfant remarque la trace du sanglier. — 3. Le gendre accourt avec un couteau. — 4. Le sanglier se hâte [de fuir] à travers les herbes du jardin. — 5. Le ruisseau arrête le sanglier. — 6. D’une flèche le beau-père blesse le cou du sanglier. — 7. O enfants, les sangliers blessent avec leur groin2. — 8. Le gendre donne un couteau au beau-père. — 9. Les enfants évitent le sanglier. — 10. Le couteau tranche le cou du sanglier. — 11. L’enfant accourt avec joie. — 12. [Il] touche sans danger le sanglier et le couteau. — 13. Les épaules des hommes portent le sanglier à travers les champs. — 14. Des livres sont la récompense des enfants. — 15. Le vin réjouit les hommes. — 16. Les récompenses réjouissent les hommes et les enfants.

1 Les verbes contenus dans ce thème ont déjà été vus. Si on les cherche dans le lexique, on aura soin de choisir les verbes de la première conjugaison en -o, -are. (Voir observ. 14 et 19). — 2 Traduisez: par [leurs] groins.

Récapitulation sur les deux premières déclinaisons (Gr. § 14-15)

31. EXERCICE

I. Transcrire tous les noms contenus dans la version 29, à mesure qu’ils se présentent; indiquer le rôle grammatical de chacun. Pour les compléments d’objet indirects ou les compléments circonstanciels, indiquer la préposition française.

II. Faire la liste des noms contenus dans cette version (sans répéter plusieurs fois le même nom) en indiquant le nominatif, le génitif et le modèle sur lequel ils se déclinent.

32. QUESTIONNAIRE

Repondre au questionnaire suivant en consultant les observations précédentes (9, 14, 19, 29).

1. Comment se termine l’infinitif à la première conjugaison latine? — 2. Comment dit-on [j’] aime? — 3. Comment dit-on [il] évite? [ils] blessent ? — 4. Quelle forme (temps et personne) du verbe doit-on chercher dans le lexique ou le dictionnaire? — 5. Comment se termine cette forme? — 6. Quels cas doit-on employer après les prépositions? — 7. Quel cas demandent ad, cum, apud, per ? — 8. Quelle est la place ordinaire du verbe dans la phrase latine? — 9. Pourquoi le latin peut-il placer les mots plus librement que le français?

ADJECTIFS DE LA PREMIERE CLASSE (Gr. § 16)

Altus, a, um, haut, élevé, profond.
Amoenus, a, um, agréable.
Antiquus, a, um, antique, ancien.
Arcadius, a, um, arcadien.
Beatus, a, um, heureux.
Caeruleus, a, um, bleu.
Clarus, a, um, illustre.
Densus, a, um, touffu.
Fecundus, a, um, fertile.
Fessus, a, um, fatigué.
Gelidus, a, um, frais.
Jucundus, a, um, agréable.
Latus, a, um, large.
Liquidus, a, um, limpide.
Longus, a, um, long.
Magnus, a, um, grand.
Multus, a, um, nombreux.
Parvus, a, um, petit.
Placidus, a, um, paisible.

Plenus, a, um, plein.
Purus, a, um, pur.
Quietus, a, um, tranquille.
Stolidus, a, um, stupide.
Stultus, a, um, sot.
Tuus, a, um, ton (adj. poss.).
Validus, a, um, robuste.
Vicinus, a, um, voisin.
Ater, tra, trum, noir.
Impiger, gra, grum, diligent.
Niger, gra, grum, noir.
Pulcher, chra, chrum, beau.
Ruber, bra, brum, rouge.
Sacer, cra, crum, sacré.
Sinister, tra, trum, sinistre, gauche.
Asper, era, erum, rude, âpre.
Liber, era, erum, libre.
Miser, era, erum, malheureux.
Tener, era, erum, tendre, jeune.

33. EXERCICE

Observation.L’adjectif (employé comme épithète ou comme attribut) s’accorde en genre, en nombre et en cas avec le nom auquel il se rapporte.

Décliner simultanément au singulier et au pluriel:

sur bonus:

Terra amoena, un pays agréable
Taurus validus, un taureau robuste
Jugum altum, une montagne élevée
Populus densa, un peuplier touffu
Agricola beatus, le laboureur heureux

sur niger et tener:

Pulchra terra, un beau pays
Tener puer, un jeune enfant
Miser asellus, un malheureux âne
Templum sacrum, le temple sacré
Pulchra populus, le beau peuplier

34. EXERCICE

Viculus, i, m. village.
Simulacrum, i, n. image.
Flosculus, i, m. fleurette.
Luna, ae, f. lune.
Radius, i, m. rayon.
Pōpulus, i, f. peuplier.

Pŏpulus, i, m. peuple.
Silva, ae, f. forêt.
Campus, i, m. plaine.
Vita, ae, f. vie.
Bubulcus, i, m. bouvier.
Folium, i, n. feuille.

Observation.En latin l’adjectif peut être séparé du mot auquel il se rapporte, surtout par un nom au génitif.

I. 1. Parvus agricolarum viculus. — 2. Dearum sacra simulacra. — 3. Jucundae flosculi ripae. — 4. Pulchri plenae lunae radii. — 5. Altae populi folia. — 6. Silvarum magnas populos. — 7. Lati Arcadiae campi. — 8. Gelidae rivorum aquae. — 9. Beatam agricolarum vitam. — 10. Candidi agrorum flosculi. — 11. Vita bubulci quieta. — 12. Stulta pueri verba.

II. 1. Au petit village du laboureur. — 2. Par les images sacrées des déesses. — 3. La fleurette (comp. d’obj. dir.) des rives agréables. — 4. Les beaux rayons (comp. d’obj. dir.). de la lune. — 5. Par la petite feuille des hauts peupliers. — 6. Un peuplier (comp. d’obj. dir.) de la forêt touffue. — 7. Les beaux ruisseaux des vastes plaines. — 8. Par l’eau fraîche du petit ruisseau. — 9. A la vie heureuse du bouvier. — 10. Par les blanches fleurettes de la rive. — 11. De la vie tranquille (comp. d’obj. ind.) des laboureurs. — 12. De la sotte parole (comp. de nom) des enfants.

35. VERSION

Terra, ae, f. terre, pays.
Caelum, i, n. ciel, climat.
Nubilum, i, n. nuage.
Jugum, i, n. montagne, joug.
Errare, errer.
Per (acc.), à travers.
Incola, ae, m. habitant.
Fera, ae, f. bête sauvage.
Necare, tuer.
Armentum, i, n. troupeau.

Vacca, ae, f. vache.
Servare, garder.
Tibia, ae, f. flûte.
Sonus, i, m. son.
Resonare, résonner.
Fabula, ae, f. fable, récit.
Poeta, ae, m. poète.
Narrare, raconter.
Celebrare, célébrer.
Habitare, habiter.

Observation. — Le verbe esse, être, est irrégulier: est, est, il est; sunt, sont, ils sont.

L’Arcadie. — 1. Arcadia est pulchra terra antiquae Graeciae. — 2. Caelum Arcadiae est jucundum et gelidum. — 3. Caeruleum caelum non occultant atra nubila. — 4. Juga sunt alta et nigra, campi lati et fecundi. — 5. Multorum rivorum aquae gelidae errant per beatam Arcadiae terram. — 6. In (sur, abl.) altis jugis sunt1 silvae magnae et densae. — 7. In2 silvis densis incolae Arcadiae multas feras sagittis necant. — 8. Natura flosculis rubris et candidis latos Arcadiae campos ornat. — 9. Per herbas densas camporum errant pulchra armenta. — 10. Bubulci beati et quieti validos tauros et placidas vaccas in agris servant. — 11. Bubulcos Arcadios tibiarum sonus juvat. — 12. Silvae densae tibiarum sono resonant. — 13. Fabulas jucundas poetae antiqui de (au sujet de, abl.) beatis Arcadiae incolis narrant. — 14. Multi poetae jucundam bubulcorum vitam celebrant.

1 Sunt, il y a (observ. 37, I). — 2 In (abl.), dans.

36. THÈME D’IMITATION1

1. Les poètes antiques célèbrent la belle Arcadie. — 2. Le ciel bleu de l’Arcadie charme les poètes antiques. — 3. Les bêtes sauvages habitent les forêts touffues des hautes montagnes. — 4. L’eau fraîche des petits ruisseaux arrose de vastes plaines. — 5. Les fleurettes des rives charment les heureux enfants des laboureurs. — 6. Les plaines fournissent (= donnent) des herbes touffues aux taureaux robustes et aux vaches paisibles. — 7. De hauts peupliers ornent les rives agréables des ruisseaux. — 8. Dans (in, abl.) les forêts touffues résonne le son agréable des flûtes. — 9. Les heureux enfants des paisibles bouviers ornent les taureaux noirs de fleurettes blanches. — 10. La vie agréable du robuste bouvier charme le poète antique. — 11. Heureux laboureur, les poètes célèbrent les plaines fertiles, le climat agréable et frais de l’Arcadie. — 12. Virgile (Vergilius), poète illustre, célèbre les laboureurs et les bouviers.

1 Voir thème 30, note 1.

37. VERSION

Est, il y a, il est.
Tectum, i, n. toit, maison.
Tegula, ae, f. tuile.
Micare, briller.
Murus, i, m. mur.
Obductus, a, um, recouvert.
Stagnum, i, n. étang.
Speculum, i, n. miroir.

Illustrare, éclairer.
Reverberare, refléter.
Liberi, orum, m. pl. enfants.
Festinare, se hâter.
Aspectare, apercevoir.
Natare, nager.
Putare, penser, s’imaginer.

Observation I.Est, est, sunt, sont, correspondent souvent à «il y a».

Observation II.La préposition in, dans ou sur, se construit avec l’accusatif s’il s’agit d’entrer dans un lieu, avec l’ablatif s’il ne s’agit pas d’entrer. Ex.: eo in hortum, je vais dans le jardin; ambulat in horto, il se promène dans le jardin.

La sottise d’un Arcadien. — 1. Est viculus pulcher in Arcadia. — 2. Rubrae tectorum tegulae in campo micant. — 8. Muri sunt terrā purā et candidā obducti. — 4. Per campum et viculum errat placida rivi aqua. — 5. Rivus hortos multos et jucundos rigat. — 6. Ripae sunt teneris flosculis obductae, candidis vel rubris vel caeruleis. — 7. Incolae viculi sunt impigri, sed asperi et stolidi. Ut1 putant, luna est dea. — 8. Est in agris viculi magnum et altum stagnum. — 9. Stagnum aquis quietis quasi2 pulchrum speculum efficit3. — 10. Luna plena radiis illustrat terras. — 11. Aqua stagni quieta pulchros lunae radios reverberat. — 12. Agricola cum liberis4 fessis per agros ad viculum festinat. — 13. Agricolae liberi aspectant lunae plenae simulacrum5 in aqua stagni.

(A suivre, n° 39).

1 Ut, ainsi que. — 2 Quasi, en quelque sorte. — 3 Efficit, forme. — 4 Liberis, de liberi, liberorum.5 Simulacrum, l’image (reflétée), le reflet.

38. THÈME D’IMITATION

1. La lune éclaire le village de [ses] tendres rayons. — 2. Les murs sont blancs, les toits [sont] rouges, le ciel [est] bleu. — 3. L’eau tranquille des étangs brille dans les vastes plaines. — 4. Les rives du petit ruisseau résonnent du bruit (= son) des eaux fraîches et pures. — 5. Les étoiles brillent dans le ciel; les fleurettes blanches, rouges1 ou bleues brillent dans l’herbe touffue des champs. — 6. L’eau des étangs profonds reflète l’image tranquille de la lune. — 7. Laboureur diligent, il y a2 des bêtes-sauvages dans les forêts touffues de la noire montagne. — 8. Les sangliers robustes se hâtent vers la plaine fertile. — 9. [Ils] nagent à travers l’eau paisible de l’étang. — 10. [Ils] ravagent de [leurs] groins robustes les fleurettes des champs et les herbes tendres du jardin. — 11. [Ils] errent à travers le village tranquille. — 12. Maintenant [ils] se hâtent [de fuir] vers la forêt touffue.

1 Ou rouges. — 2 Voir observ. 37.

39. VERSION

Exclamare, s’écrier.
Noster, tra, trum, notre.
Asinus, i, m. âne.
Asellus, i, m. (petit) âne, bourriquet.
Conturbare, troubler, brouiller.
Alvus, i, f. ventre.
Interea (adv.), pendant ce temps.

Velare, voiler.
Territare, effrayer.
Lamenta, orum, n. pl. lamentations.
Dissecare, fendre (en tranchant).
Subito (adv.), soudain.
Iterum (adv.), de nouveau.
Nunc (adv.), maintenant.
Ramus, i, m. rameau, branche.

La sottise d’un Arcadien (suite). — 1. Stolidi liberi agricolae exclamant: «Dea nostra in aquis stagni natat! Misera decidit1 in altum stagnum; dea nostra in magno periculo est!». — 2. Tum2 asellus agricolae fessus ad ripam per herbas densas festinat. — 3. Potat aquam stagni liquidam et simulacrum deae conturbat. — 4. Simul3 atra nubila candidos lunae radios in caelo occultant. — 5. Stolidus agricola exclamat: «Aselle miser, lunam absorbuisti4; sacrum deae nostrae simulacrum in tuā alvo est!». — 6. Interea5 tenebrae nigrae et sinistrae velant terram et territant agricolam. — 7. Pueri lamentis vicinos agricolas vocant. — 8. Multi agricolae per agros cum sagittis et magnis cultris advolant. — 9. Dant stolido agricolae cultrum; agricola miseri aselli alvum magno cultro dissecat. — 10. Subito5 pulchri plenae lunae radii iterum5 per atra nubila micant. — 11. Stolidorum agricolarum gaudium magnum est; exclamant: «Dea nostra nunc est libera!»

1 Decidit, est tombée. — 2 Tum, à ce moment-là. — 3 Simul, en même temps. — 4 Absorbuisti, tu as avalé. — 5 Adverbe.

40. THÈME D’IMITATION

1. Les laboureurs fatigués se hâtent à travers les champs fertiles. — 2. Les enfants diligents1 donnent de l’herbe tendre aux ânes fatigués. — 3. La pleine lune et les étoiles brillantes2 éclairent la vaste plaine. — 4. Le laboureur nage dans les eaux fraîches de l’étang tranquille. — 5. Des enfants sont-tombés3 dans l’eau profonde et noire. — 6. Les lamentations des malheureux enfants effraient4 les voisins tranquilles. — 7. Sot enfant, ta vie est en grand péril! — 8. Les enfants nagent vers la rive de l’étang profond. — 9. Les rives résonnent de lamentations sinistres. — 10. Les voisins accourent avec une longue branche du peuplier touffu. — 11. [Ils] donnent à l’enfant fatigué la longue branche. — 12. Grande est la joie des habitants du village.

1 Diligent, impiger, gra, grum.2 Candidus, a, um.3 Sont tombés, deciderunt.4 Effrayer, territare.

41. EXERCICE

Relire soigneusement les versions 37 et 39, en faisant séparément la liste: 1° Des noms se déclinant sur templum; 2° Des adjectifs se déclinant sur bonus; 3° Des adjectifs se déclinant sur niger ou tener.

42. EXERCICE

Faire la liste des mots invariables contenus dans les versions 37 et 39: 1° Les adverbes avec leur sens, 2° Les prépositions avec leur sens et l’indication du cas avec lequel elles se construisent. Pour la préposition tn, on indiquera chaque fois pourquoi on trouve l’accusatif ou l’ablatif.

TROISIEME DECLINAISON (Gr. § 17-21)

Noms imparisyllabiques (§ 17-18)

Adulescens, entis, m. adolescent, jeune homme.
Aer, aeris, m. air.
aestas, atis, f. été.
Agmen, inis, n. troupe (en marche).
Amor, oris, m. amour.
Anser, eris, m. oie.
Apollo, inis, m. Apollon.
Arbor, oris, f. arbre.
Ardor, oris, m. ardeur.
Ars, artis, f. métier, art.
Artifex, icis, m. artisan, artiste.
Cacumen, inis, n. sommet.
Cadaver, eris, n. cadavre.
Calamitas, atis, f. malheur.
Calor, oris, m. chaleur.
Caput, itis, n. tête.
Carcer, eris, m. prison.
Carmen, inis, n. poème.
Certamen, inis, n. combat.
Civitas, atis, f. cité.
Clamor, oris, m. cri.
Color, oris, m. couleur.
Comes, itis, m. compagnon.
Conjux, ugis, m. f. époux, épouse.
Consuetudo, inis, f. habitude.
Contio, onis, f. assemblée, discours.
Cor, cordis, n. cœur.
Corpus, oris, n. corps.
Crudelitas, atis, f. cruauté.
Crus, uris, n. jambe.
Cupiditas, atis, f. passion, désir.
Custos, odis, m. gardien, garde.
Cyclops, opis, m. cyclope.
Decus, oris, n. honneur.
Dedecus, oris, n. déshonneur.
Dolor, oris, m. douleur.
Dos, otis, f. dot.
Dux, ucis, m. chef, général.
Ebur, oris, n. ivoire.
Egestas, atis, f. manque.
Eques, itis, m. cavalier.
Facinus, oris, n. acte (remarquable), crime.
Fel, fellis, n. fiel.
Fidelitas, atis, f. fidélité.
Flos, oris, m. fleur.
Flumen, inis, n. fleuve.
Foedus, eris, n. traité.
Fons, ontis, m. fontaine, source.
Foramen, inis, n. trou.
Fortitudo, inis, f. courage.
Frigus, oris, n. froid.
Frons, ondis, f. feuillage.
Frons, ontis, f. front.
Fulgur, uris, n. éclair.
Fulmen, inis, n. foudre.
Fur, juris, m. voleur.
Gens, entis, f. nation.
Genus, eris, n. genre, espèce.
Gramen, inis, n. gazon.
Grex, gregis, m. troupeau, troupe.
Hiems, hiemis, f. hiver.
Homo, inis, m. homme.
Honor, oris, m. honneur.
Hospes, itis, m. hôte, étranger.
Imago, inis, f. image.
Index, icis, m. dénonciateur.
Infans, antis, m. (petit) enfant.
Judex, icis, m. juge.
Jus, uris, n. droit.
Labor, oris, m. travail, peine.
Lac, actis, n. lait.
Latus, eris, n. côté, flanc.
Legio, onis, f. légion.
Leo, onis, m. lion.
Lex, legis, f. loi.
Litus, oris, n. rivage.

Lumen, inis, n. lumière.
Lux, ucis, f. lumière.
Magnitudo, inis, f. grandeur, taille
Mansuetudo, inis, f. douceur, bonté.
Marmor, oris, n. marbre.
Mel, mellis, n. miel.
Mercator, oris, m. marchand.
Miles, itis, m. soldat.
Mons, ontis, m. montagne.
Mors, ortis, f. mort.
Mos, oris, m. coutume.
Mulier, eris, f. femme.
Multitudo, inis, f. multitude.
Munus, eris, n. présent, charge (publique).
Murmur, uris, n. murmure.
Mus, uris, m. rat.
Nepos, otis, m. petit-fils.
Nomen, inis, n. nom.
Nox, odis, f. nuit.
Numen, inis, n. divinité.
Odor, oris, m. odeur.
Omen, inis, n. présage.
Onus, eris, n. fardeau.
Opifex, icis, m. artisan.
Opus, eris, n. œuvre, travail.
Oratio, onis, f. discours.
Origo, inis, f. origine.
Os, oris, n. bouche; plur. visage.
Paries, etis, m. paroi.
Pars, artis, f. part, partie.
Passer, eris, m. moineau.
Pax, pacis, f. paix.
Pectus, oris, n. poitrine.
Pecus, oris, n. troupeau, bétail.
Pecus, udis, f. animal (domestique).
Pedes, itis, m. fantassin.
Pes, edis, m. pied.
Pietas, atis, f. piété.
Plebs, ebis, f. peuple, plèbe.
Poema, atis, n. poème.
Pondus, eris, n. poids.
Pons, ontis, m. pont.
Princeps, ipis, m. prince.
Proboscis, idis, f. trompe.
Radix, icis, f. racine.
Ratio, onis, f. raison.
Religio, onis, f. religion.
Rex, regis, m. roi.
Robur, oris, n. force.
Ros, oris, m. rosée.
Rubor, oris, m. rougeur.
Sacerdos, otis, m. prêtre.
Sanguis, inis, m. sang.
Scelus, eris, n. crime.
Scriptor, oris, m. écrivain.
Senator, oris, m. sénateur.
Sermo, onis, m. entretien, langage.
Serpens, tis, m. serpent.
Sidus, eris, n. constellation.
Similitudo, inis, f. ressemblance.
Solitudo, inis, f. solitude.
Soror, oris, f. sœur.
Suspicio, onis, f. soupçon.
Tempestas, atis, f. tempête.
Tempus, oris, n. temps.
Tus, uris, n. encens.
Urbs, urbis, f. ville.
Uxor, oris, f. épouse.
Vas, vasis, n. vase.
Venus, eris, f. Vénus (déesse).
Virgo, inis, f. vierge.
Virtus, utis, f. vertu.
Voluptas, atis, f. plaisir.
Vox, ocis, f. voix.
Vulnus, eris, n. blessure.
Vultur, uris, m. vautour.

43. EXERCICE

Copier les noms suivants en indiquant le génitif, le radical et le sens. Les noms placés en tête de chaque groupe indiquent le modèle d’après lequel se déclinent les noms qui suivent.

1. Clamor, clamoris, m., cri. Amor, m., amour. Calor, m., chaleur. Dolor, m., douleur. Ardor, m., ardeur. Honor, m., honneur. Labor, m., travail. Odor, m., odeur. Soror, f., sœur. Uxor, f., épouse. Arbor, f., arbre. Marmor, n., marbre. — 2. Flos, floris, m., fleur. Mos, m., coutume. Ros, m., rosée. — 3. Aer, aeris, m., air. Anser, m., oie. Passer, m., moineau. Carcer, m., prison. Mulier, f., femme. — 4. Caesar, Caesaris, m., César. Vultur, m., vautour. Fur, m., voleur. — 5. Leo, leonis, m., lion. Sermo, m., entretien. Pluto, m., Pluton. — 6. Legio, legionis, f., légion. Ratio, f., raison. Religio, f., religion. Oratio, f., discours. — 7. Miles, militis, m., soldat. Eques, m., cavalier. Pedes, m., fantassin. Hospes, m., hôte. Comes, m., compagnon. — 3. Dos, dotis, f., dot. Sacerdos, m., prêtre.

44. MÊME EXERCICE

1. Fortitudo, fortitudinis, f., courage. Consuetudo, f., habitude. Magnitudo, f., grandeur. Multitudo, f., multitude. Similitudo, f., ressemblance. — 2. Imago, imaginis, f., image. Origo, f., origine. Virgo, f., vierge. Homo, m., homme. — 3. aestas, aestatis, f., été. Civitas, f., cité. Crudelitas, f., cruauté. Cupiditas, f., passum. Egestas, f., manque. Fidelitas, f., fidélité. — 4. Lux, lucis, f., lumière. Pax, f., paix. Radix, f., racine. Vox, f., voix. Dux, m., général. — 5. Artifex, artificis, m., artisan. Judex, m., juge. — 6. Dens, dentis, m., dent. Adulescens, m., jeune homme. Fons, m., fontaine. Infans, m., petit enfant. Pons, m., pont. Frons, front. Gens, f., nation. — 7. Mors, mortis, f., mort. Pars, f., partie. Ars, f., métier.

45. MÊME EXERCICE

(Noms neutres)

1. Nomen, nominis, nom. Gramen, gazon. Lumen, lumière. Carmen, poème. Omen, présage. Certamen, combat. Fulmen, foudre. Numen, divinité. Flumen, fleuve. — 2. Corpus, corporis, corps. Decus, honneur. Dedecus, déshonneur. Pecus, troupeau. Facinus, acte remarquable. Frigus, froid. Litus, rivage. Pectus, poitrine. Tempus, temps. — 3. Genus, generis, genre. Onus, fardeau. Opus, œuvre. Latus, côté. Sidus, constellation. Vulnus, blessure. Pondus, poids. Scelus, crime. Munus, présent. Foedus, traité. — 4. Jus, juris, droit. Tus, encens. Crus, jambe. — 5. Ebur, eboris, ivoire. Robur, force. — 6. Fel, fellis, fiel. Mel, miel. — 7. Caput, capitis, tête. Lac, lactis, lait.

46. EXERCICE

Donner le génitif complet d’après les abréviations suivantes:

Caput, itis, n., tête.
Index, icis, m., dénonciateur
Conjux, ugis, f., épouse.
Solitudo, inis, f., solitude.
Carthago, inis, f., Carthage.
Nepos, otis, m., petit-fils.
Grex, egis, m., troupeau.
Voluptas, atis, f., plaisir.
Mus, uris, m., rat.
Cacumen, inis, n., sommet.
Poema, atis, n., poème.
Hospes, itis, m., hôte.

Plebs, ebis, f., peuple.
Contio, nis, f., discours.
Hiems, emis, f., hiver.
Custos, odis, m., gardien.
Plato, onis, m., Platon.
Princeps, ipis, m., prince.
Paries, etis, m., mur.
Agmen, inis, n., troupe.
Foedus, eris, n., traité.
Virtus, utis, f., vertu.
Homo, inis, m., homme.
Apollo, inis, m., Apollon.

47. QUESTIONNAIRE

(Genre des noms dans la troisième déclinaison)

En se reportant aux exercices 43, 44 et 45 on répondra aux questions suivantes. On donnera chaque fois des exemples. — 1. Quel est le genre ordinaire des noms en -or ou -os, gén. -oris? Citer des exceptions. — 2. Quel est le genre ordinaire des noms en -io, ionis? — 3. Quel est le genre des noms en -do, dinis; en -go, ginis? — 4. Quel est le genre des noms en -men, minis; en us ou ur, gén. oris; en -us, eris?

48. EXERCICE

On indiquera le genre des noms suivants d’après le genre naturel ou d’après le questionnaire précédent.

Apollo, inis, Apollon. — Venus, eris, Vénus. — Agmen, inis, troupe. — Pietas, atis, piété. — Artifex, icis, artisan. — Soror, oris, sœur. — Dolor, oris, douleur. — Flos, oris, fleur. — Lac, lactis, lait. — Mel, mellis, miel. — Imago, inis, image. — Carthago, inis, Carthage. — Nepos, otis, petit-fils. — Uxor, oris, épouse. — Voluptas, atis, plaisir. — Pectus, oris, poitrine. — Ebur, eboris, ivoire. — Dux, ucis, général. — Honor, oris, honneur. — Odor, oris, odeur. — Oratio, onis, discours. — Miles, itis, soldat. — Fortitudo, inis, courage. — Sidus, eris, constellation.

49. EXERCICE

On indiquera le nominatif qui correspond aux génitifs suivants.

1. Apollinis. Virtutis. Agminis. Principis. Custodis. Contionis. Sacerdotis. — 2. Comitis. Hospitis. Religionis. Lucis. Imaginis. Adulescentis. Partis. Similitudinis. — 3. Nepotis. Capitis. Hominis. Nominis. Frigoris. Muneris. Artificis. Ducis. Fontis. — 4. Floris. Doloris. Lactis. Gregis. Conjugis. Dedecoris. Radicis. Vocis. Mortis. — 5. Juris. Sceleris. Eboris. Arboris. Carceris. Caesaris. Hiemis. Muris. Dentis.

50. EXERCICE

Indiquer le cas, traduire, indiquer le nominatif. (Le sens des mots se trouve aux numéros correspondants dans la seconde partie de l’exercice).

1. Dolore. Dolores. Doloribus. — 2. Moris. More. Morem. — 3. Mulieribus. Mulierem. Mulieri. — 4. Sermoni. Sermones. Sermonum. — 5. Legionibus. Legioni. Legione. — 6. Homines. O Homo. Hominum. — 7. Aestate. aestati. aestatem. — 8. Vox. Voces. Voce. Vocibus. Vocum.

Mettre en latin:

1. Par les douleurs. Des douleurs (suj.). Des douleurs (comp. de nom). Des douleurs (comp. d’obj. indir.). — 2. A la coutume. Des coutumes (comp. de nom). Les coutumes (comp. d’obj. dir.). O coutumes. — 3. Les femmes (suj.). De la femme. — 4. Par l’entretien. Aux entretiens. L’entretien (comp. d’obj. dir.). — 5. Aux légions. Les légions (acc.). La légion (acc.). — 6. O hommes. Aux hommes. A l’homme. — 7. Les étés. Des étés (comp. de nom). Un été (comp. d’obj. dir.). — 8. A la voix. De la voix. Les voix.

51. EXERCICE

I. Indiquer le cas et traduire:

1. Judex, m., le juge. Judicem. Judici. Judicibus. — 2. Dux, m., le général. Ducibus. Duce. Duces. — 3. Pax, f., la paix. Pacis. Pacem. Pace. — 4. Numen, n., la divinité. Numina. Numinibus. Numinis. 5. Litus, n., le rivage. Litori, Litore. Litora. — 6. Genus, n., le genre. Generi. Generum. Genere. — 7. Jus, n., le droit. Juri. Juris. Jura. — 8. Caput, n., la tête. Capitis. Capita. Capiti.

II. Mettre en latin (les numéros correspondent à la première partie de l’exercice):

1. Les juges (sujet). Des juges (comp. d’obj. dir.). Des juges (comp. de nom). — 2. Des généraux (gén.). Au général. Des généraux (sujet). — 3. A la paix. O paix. De la paix. — 4. A la divinité. Une divinité (acc.). Des divinités (comp. d’obj. dir.). — 5. Le rivage (acc.). Aux rivages. Les rivages (sujet). Des rivages (comp. d’obj, dir.). — 6. Des genres (comp. de nom). Au genre. D’un genre (comp. d’obj. indir.). — 7. Les droits (sujet). Par les droits. Le droit (acc.) — 8. Les têtes. Une tête (comp. d’obj. dir.). Aux têtes. Des têtes (gén.).

52. EXERCICE

I. Mettre en français1:

1. Crudelitas ducis. Ducum crudelitate. — 2. Vox hominis. Hominum vocibus. — 3. Sermone judicis. Sermoni judicum. — 4. Decoris militum. Militis decore. — 5. Capite leonis. Leonum capita. — 6. Origini fluminis. Originem fluminum. — 7. Corpore equitis. Equitum corpora. — 8. Agminis pedes. Peditum agmen.

II. Mettre en latin2:

1. L’honneur des généraux. A l’honneur du général. — 2. Les sources (= les têtes) des fleuves. Par les sources du fleuve. — 3. Par la troupe des lions. Aux troupes des cavaliers. — 4. La voix (acc.) du juge. A la cruauté des juges. — 5. Les hommes de la troupe. Les entretiens des hommes. — 6. Par les corps des lions. Au lion des soldats. — 7. Aux têtes des cavaliers. La tête (acc.) du fantassin. — 8. Les cavaliers du général. Les corps (acc.) des fantassins.

1 Tous ces mots appartiennent à la 3e déclinaison imparisyllabique. Ils ont été employés dans les exercices 43-46; au besoin on les trouvera dans le lexique.

2 Les mots sont contenus dans la première partie de l’exercice.

53. EXERCICE1

Graecus, a, um, grec. — Romanus, a, um, romain. — Ala, ae, f. aile. — Taurus, i, m. taureau.

I. 1. In aegypto est magna multitudo Graecorum mercatorum. — 2. Colores florum sunt jucundi. — 3. Apud Romanos anseres in magno honore sunt. — 4. Poetae sunt Apollinis comites. — 5. Sacerdotes custodes sunt Apollinis templi. — 6. Robur leonum et aprorum magnum est. — 7. Similitudo est homini cum Deo.

II. 1. Il y a (obs. 37) une multitude de prêtres en (= dans) Egypte. — 2. Dieu donne aux lions une grande force. — 3. Les poètes célèbrent Apollon. — 4. Les ailes des oies sont grandes. — 5. Les gardiens du temple ornent de fleurs les autels d’Apollon. — 6. Les prêtres ornent de couronnes les têtes noires des taureaux. — 7. Les écrivains louent les vertus, la force, le courage, les œuvres des anciens Romains.

1 Des noms ou adjectifs des deux premières déclinaisons se trouvent mêlés aux imparisyllabiques de la troisième.

54. VERSION

Elephantus, i, m. éléphant.
Cibus, i, m. nourriture, aliment.
Aeneus, a, um, d’airain.
Pertusus, a, um, troué, percé.
Jubēre, ordonner.
Parēre, obéir.
Tenēre, tenir.
Retinēre, retenir.
Officina, ae, f. atelier.
Neglegenter, négligemment.
Reconcinnare, raccommoder.
Praebēre, présenter, fournir.

Iratus, a, um, irrité.
Blandus, a, um, flatteur, caressant.
Belua, ae, f. bête (énorme).
Placare, apaiser.
Diligenter, soigneusement.
Sed, mais.
Pronus, a, um, porté à.
Implēre, remplir.
Laetus, a, um, joyeux.
Significare, témoigner, indiquer.
Mirus, a, um, étonnant.
Bellum, i, n. guerre.

Observation.La deuxième conjugaison latine a l’infinitif en ēre. On comparera les formes suivantes:

1re conj.:

Amāre, aimer.

2e conj.:

Delēre, détruire.

Amo, j’aime.

Deleo, je détruis.

Amat, il aime.

Delet, il détruit.

Amant, ils aiment.

Delent, ils détruisent1

1 Pour connaître le sens de praebet, par exemple, on cherchera praebeo; voir observ. 19.

Intelligence d’un éléphant. — 1. Dominus elephanto cibum in vase aeneo praebet. — 2. Sed vas est pertusum et non retinet cibum. — 3. Dominus jubet elephantum2 properare ad artificem cum vase pertuso. — 4. Elephantus domino paret; vas tenet longā proboscide et ad artificis officinam properat. — 5. Artifex neglegenter3 vas reconcinnat. — 6. Dominus iterum3 foramina in vase videt. — 7. Jubet elephantum2 iterum3 ad opificis officinam properare. — 8. Elephantus iterum3 vas opifici praebet et magnis oris irati clamoribus artificem vituperat. — 9. Artifex blanda voce beluam placat et diligenter vas reconcinnat. — 10. Sed elephantus, pronus ad suspiciones, properat cum vase ad flumen vicinum. — 11. Aquā fluminis vas implet. — 12. Vas aquam retinet: belua laeto murmure gaudium significat et ad dominum properat.

2 On dit en latin: ordonner quelqu’un faire quelque chose (voir observ. 82). — 3 Adverbe.

55. THÈME D’IMITATION

1. L’éléphant présente à [son] maître un vase d’airain. — 2. De joyeux murmures indiquent1 la joie de l’éléphant. — 3. Les éléphants nagent dans les eaux des fleuves profonds. — 4. Des éléphants robustes obéissent à la voix de l’enfant. — 5. Les éléphants blessent les hommes robustes avec (= par) [leurs] longues trompes. — 6. L’ivoire des grands éléphants charme les marchands grecs. — 7. Un éléphant d’une grandeur étonnante porte2 l’épouse du roi. — 8. Des paroles agréables apaisent les hommes portés aux soupçons. — 9. Les fleuves charment les hommes3 par [leurs] joyeux murmures. — 10. Les ateliers résonnent des cris des robustes artisans. — 11. Le courage des soldats charme le général à (= dans) la guerre; le travail du laboureur et de l’artisan charme le prince durant (= dans) la paix.

1 Indiquer, significare. — 2 Porter, gestare. — 3 Homo, inis.

56. EXERCICE

Génitif pluriel en -um et -ium dans les imparisyllabiques (Gr. § 21)

Copier les noms suivants avec le génitif singulier (en toutes lettres), puis ajouter le génitif pluriel:

Dens, dentis, m., dent. — 2. Urbs, urbis, f., ville. — 3. Caput, itis, n., tête. — 4. Nox, noctis, f., nuit. — 5. Carmen, inis, n., poème. — 6. Mons, montis, m., montagne. — 7. Crus, cruris, n., jambe. — 8. Pons, pontis, m., pont. — 9. Foedus, eris, n., traité. — 10. Frons, frontis, f., front. — 11. Frons, frondis, f., feuillage. — 12. Gramen, inis, n., gazon. — 13. Gens, entis, f., nation. — 14. Pars, partis, f., partie. — 15. Serpens, entis, m., serpent. — 16. Cor, cordis, n., cœur. — 17. Marmor, oris, n., marbre. — 18. Ars, artis, f., métier. — 19. Adulescens, entis, m., adolescent. — 20. Vulnus, eris, n., blessure. — 21. Voluptas, atis, f., plaisir.

57. EXERCICE

Tenebrae, arum, f. pl. les ténèbres.

I. Mettre en latin:

1. Les blessures des serpents. — 2. Les cœurs des adolescents. — 3. Le traité des nations. — 4. Au gazon des montagnes. — 5. Par la blessure des jambes. — 6. Une partie (acc.) des poèmes. — 7. Les plaisirs des villes. — 8. Par la dent des lions. — 9. Aux feuillages des arbres. — 10. Par la loi des traités. — 11. La rougeur (acc.) des fronts. — 12. Dans les ténèbres des nuits.

II. Recopier, traduire et mettre au pluriel, en conservant les cas, les deux noms des expressions suivantes:

1. Murmure fontis. — 2. Rostrum vulturis. — 3. Foederi gentis. — 4. Uxorem regis. — 5. Dolore dentis. — 6. Odor floris. — 7. Marmor templi. — 8. Odore cadaveris. — 9. Orationi senatoris. — 10. Origo urbis. — 11. Mortem militis. — 12. Genus arboris.

Noms parisyllabiques (Gr. § 19)

Altare, is, n. autel.
Avis, is, f. oiseau.
Caedes, is, f. meurtre.
Caro, carnis, f. chair.
Civis, is, m. citoyen, concitoyen.
Clades, is, f. désastre.
Collis, is, m. colline, coteau.
Crinis, is, m. cheveu, chevelure.
Fames, is, f. faim.
Frater, tris, m. frère.
Hostis, is, m. ennemi (de guerre)
Ignis, is, m. feu.
Imber, bris, m. pluie.
Indoles, is, f. caractère.
Linter, tris, f. barque, bateau.
Mare, ris, n. mer.
Messis, is, f. moisson.

Mortalis, is, m. mortel.
Navis, is, f. navire.
Nubes, is, f. nuage.
Ovis, is, f. brebis.
Pater, tris, m. père.
Pellis, is, f. peau.
Penetrale, is, n. sanctuaire.
Piscis, is, m. poisson.
Rete, is, n. filet.
Rupes, is, f. rocher.
Sedes, is, f. siège, séjour.
Sodalis, is, m. compagnon.
Sudis, is, f. pieu.
Vallis, is, f. vallée.
Venter, tris, m. ventre.
Vestis, is, f. vêtement, étoffe.
Vulpes, is, f. renard.

58. EXERCICE

Cavus, a, um, creux.
Saevus, a, um, cruel, redoutable.

Perfidus, a, um, perfide.
Aeternus, a, um, éternel.
Acutus, a, um, aigu, pointu.

Transcrire et mettre au cas indiqué les expressions suivantes:

I. Au génitif singulier et pluriel: Parva linter, le petit bateau. — 2. Rupes cava, le rocher creux. — 3. Altare sacrum, l’autel sacré. — 4. Indoles saeva, le caractère cruel. — 5. Nubes atra, le nuage noir. — 6. Navis longa, le navire long (navire de guerre).

II. Au datif singulier et pluriel: 1. Perfidus sodalis, le perfide compagnon. — 2. Caedes saeva, le meurtre cruel. — 3. Mare magnum, la grande mer. — 4. Ignis aetemus, le feu éternel. — 5. Vulpes irata, le renard irrité. — 6. Sudis acuta, le pieu pointu.

III. A l’ablatif singulier et pluriel: 1. Ovis placida, la brebis paisible. — 2. Vallis cava, la vallée creuse. — 3. Vestis longa, le vêtement long. — 4. Pellis atra, la peau noire. — 5. Perfidum rete, le perfide filet. — 6. Frater saevus, le frère cruel.

IV. A l’accusatif singulier et pluriel: 1. Penetrale sacrum, le sanctuaire sacré. — 2. Perfidus hostis, le perfide ennemi. — 3. Sedes jucunda, le séjour agréable. — 4. Pater iratus, le père irrité. — 5. Avidus venter, le ventre avide. — 6. Laeta messis, la moisson abondante.

59. VERSION

Raro, rarement.
Foedare, souiller.
Eructare, vomir.
Causa, ae, f. cause.
Unus, a, um, un, un seul.
Oculus, i, m. œil.
Sine (abl.), sans.

Captare, chercher à prendre.
Non solum, sed etiam, non seulement, mais encore.
Vidēre, voir.
Jactare, lancer, agiter.
Sedare, apaiser.
Implēre, remplir.

Observation. — Le latin supprime souvent les adjectifs possessifs, quand ils ne sont pas indispensables au sens: ornat corpus, il orne [son] corps.

Les cyclopes de Sicile. — 1. Caelum Siciliae raro1 nubes et imbres foedant. — 2. Laetae messes campos ornant. — 3. Sed mons aetna eructat aeternos ignes, causam cladis civibus vicinarum urbium. — 4. Montes et valles Siciliae sunt antiqua sedes cyclopum. — 5. Cyclopibus est2 unus3 oculus in fronte. — 6. Cyclopes habent multos ovium greges. — 7. In litore maris magnis retibus sine4 lintribus captant5 pisces. — 8. Neptunus, ut6 narrant poetae, est cyclopum pater. — 9. Neptuni penetralia et altaria sanguine multarum ovium cyclopes rigant et caede hostium foedant. — 10. Cyclopes corpora7 pellibus vulpium ornant. — 11. Cyclopibus2 est saeva indoles: famem7 sedant lacte ovium et carne non solum8 piscium sed etiam hostium.

1 Adverbe.2 Gr. § 172. — 3 Lexique. — 4 Préposition.5 On se rappellera que le pronom sujet se sous-entend d’ordinaire en latin.6 Ut, ainsi que. — 7 Voir observ. 59. — 8 Non solum…​ sed etiam, voir le lexique au mot solum.

60. THÈME D’IMITATION

I. O cyclopes, la Sicile est un séjour agréable. Rarement les pluies cruelles dévastent les fertiles moissons. Les habitants voient le ciel azuré1 sans noirs nuages2. Il y a3 de nombreux poissons dans les mers voisines. De petits bateaux errent sur la mer bleue.

II. Mais les feux éternels de l’Etna sont4 une cause de désastre. Ils tuent5 les malheureux citoyens dans les villes, lancent6 les poissons sur7 le rivage de la mer, dévastent les moissons dans les plaines et les autels des dieux dans les sanctuaires.

III. Les cruels cyclopes habitent dans les vallées. [Ils] sont les ennemis des hommes. [Ils] apaisent [leur] faim avec8 la chair de [leurs] ennemis. [Ils] remplissent leur ventre avide9 non seulement10 du8 lait blanc des brebis, mais encore du sang noir des malheureux mortels.

1 Azuré = bleu. — 2 Nubes, is, f. — 3 Observ. 37. — 4 Observ. 35. — 5 Necare, tuer. — 6 Jactare.7 In (acc.). — — 8 Quand avec signifie par, il se traduit par l’ablatif seul. — 9 Traduisez: [leurs] ventres avides. — 10 Voir version 59, note 8.

Récapitulation sur la troisième déclinaison

61. VERSION

Insula, ae, f. île.
Antrum, i, n. antre, grotte.
Invitare, inviter.
Caseus, i, m. fromage.
Indurare, durcir.
Perforare, percer.
Auxilium, i, n. secours.
Implorare, implorer.
Filius, i, m. fils.

Vindicare, venger.
Vexare, tourmenter.
Nocēre, nuire.
Avidus, a, um, avide.
Frustra (adv.), en vain.
Nauta, ae, m. matelot.
Manare, couler, ruisseler.
Praeda, ae, f. proie, butin
Procella, ae, f. tempête.

Ulysse et le cyclope Polyphème. — 1. Procella navem Ulixis ad litus insulae cyclopum jactat. — 2. Cyclops Polyphemus Ulixem cum sodalibus in antrum cavae rupis invitat1. — 3. Dat miseris hospitibus lac et caseum. — 4. Imbres in rupibus resonant; in antro micat ignis: sodales Ulixis cyclopis mansuetudinem laudant. — 5. Sed Polyphemus est perfidae et saevae indolis2. — 6. Famem3 caede sodalium Ulixis sedat. — 7. Atrum sanguinem miserorum hospitum potat. — 8. Ulixes clade sodalium iratus, indurat igne acutam sudem. — 9. Polyphemo est unus4 oculus in fronte. — 10. Ulixes acuta sude oculum saevi cyclopis perforat. — 11. Polyphemus auxilium Neptuni patris5 implorat. — 12. Sed Ulixes ad maris litus properat. — 13. Neptunus, marium deus5, calamitatem filii3 vindicat et multis imbribus et tempestatibus navem Ulixis in mari vexat.

1 Invitare, inviter à entrer. — 2 Gr. § 114. — 3 Observ. 59. — 4 Lexique et Gr. § 172. — 5 Observ. 70.

62. THÈME D’IMITATION

La tempête. — 1. Malheureux étrangers, les mers sont cruelles1 pour les hommes. — 2. Les pluies et les tempêtes nuisent aux navires. — 3. De noirs nuages2 voilent le ciel bleu et les feux des redoutables éclairs brillent dans les nuages. — 4. Neptune, dieu3 de la mer, lance4 le navire sur les noirs rochers. — 5. Les chairs des malheureux mortels apaisent la faim des poissons avides. — 6. En vain5 le malheureux matelot implore le secours d’un frère ou d’un père ou de [ses] compagnons. — 7. En vain5 les matelots nagent vers les rivages. [Leurs] cheveux et [leurs] vêtements ruissellent6 d’eau7; une faim cruelle tourmente8 leur ventre9. — 8. Les rochers du rivage et les collines et les vallées résonnent de [leurs] cris. — 9. [Ils] sont pour les oiseaux cruels1 et les renards perfides une proie assurée.

1 Saevus, a, um.2 Nubes, is, f. — 3 Observ. 70. — 4 Lancer, jactare.5 En vain, frustra (adverbe).6 Manare.7 Abl.8 Vexare.9 Traduisez: [leurs] ventres.

63. EXERCICE

Faire la liste de tous les noms de la version 61, en indiquant:

1° le genre et le cas; 2° la fonction (sujet, attribut, comp. d’obj. dir., ou indir, ou de circonstance); 3° le nominatif et le modèle de déclinaison. Ex.: Navem, f., acc., comp. d’obj. direct; navis, sur civis.

ADJECTIFS DE LA DEUXIEME CLASSE (Gr. § 22-23)

IMPARISYLLABIQUES

Ardens, entis, brûlant.
Audax, acis, audacieux.
Clemens, entis, clément.
Dives, vitis, riche.
Duplex, icis, double.
Fallax, acis, trompeur, perfide.
Florens, entis, fleuri, florissant.
Imprudens, entis, imprudent.
Infelix, icis, malheureux.
Ingens, entis, énorme.
Minax, acis, menaçant.
Par, paris, égal.
Pauper, eris, pauvre.
Potens, entis, puissant.
Prudens, entis, prudent.
Sapiens, entis, sage.
Velox, ocis, rapide.
Vetus, eris, vieux.

PARISYLLABIQUES

en is

Brevis, e, court.
Crudelis, e, cruel.
Debilis, e, faible.
Difficilis, e, difficile, pénible.
Docilis, e, docile.
Dulcis, e, doux, agréable.
Facilis, e, facile.
Fertilis, e, fertile.

Fidelis, e, fidèle.
Fortis, e, courageux.
Grandis, e, grand (par l’âge).
Gravis, e, pesant, alourdi.
Humilis, e, humble, bas.
Illutris, e, illustre.
Imbellis, e, craintif.
Immortalis, e, immortel.
Inoredibilis, e, incroyable.
Levis, e, léger.
Mirabilis, e, admirable, étonnant.
Nobilis, e, noble.
Omnis, e, tout.
Proclivis, e, enclin à.
Similis, e, semblable.
Sterilis, e, stérile.
Suavis, e, suave.
Talis, e, tel, telle.
Terribilis, e, terrible.
Turpis, e, honteux, laid.
Utilis, e, utile.
Viridis, e, vert, verdoyant.

en er

Acer, acris, acre, vif.
Alacer, cris, cre, rapide.
Campester, tris, tre, qui habite dans les plaines.
Celeber, bris, bre, célèbre, illustre.
Celer, eris, ere, rapide.
Saluber, bris, bre, sain.
Silvester, tris, tre, qui vit dans les forêts sauvages.
Volucer, cris, cre, qui vole, ailé.

64. EXERCICE

Animal, alis, n. animal.
Consilium, i, n. projet, conseil.
Ira, ae, f. colère.

Discipulus, i, m. élève, disciple.
Laus, laudis, f. louange.
Praeceptum, i, n. précepte, leçon.

Décliner simultanément:

Audax nauta

l’audacieux matelot

Dominus clemens

le maître indulgent

Consilium prudens

la résolution sage

Par virtus

une vertu égale

Antrum viride

un antre verdoyant

Vir nobilis

un homme noble

Omnis homo

tout homme

Corpus salubre

un corps sain

Puer alacer

un enfant alerte

Pauper agricola

le pauvre laboureur

65. EXERCICE

I. Transcrire, traduire, puis mettre au pluriel en conservant le cas, les expressions suivantes1:

1. Veterem leonem. — 2. Diviti domino. — 3. Agricolae pauperis. — 4. Rex potens. — 5. Animal imbelle. — 6. Voce dulci. — 7. Silva ingens. — 8. Suavis odoris. — 9. Celeri pede. — 10. Omni puero. — 11. Fidelis comes. — 12. Virum prudentem. — 13. Veteri poetae. — 14. Fabulā incredibili. — 15. Sagittae velocis. — 16. Ira terribilis. — 17. Praeceptum utile. — 18. Parem dolorem. — 19. Viro forti. — 20. Laudi immortali.

II. Mettre en latin2:

1. Aux vieux lions. — 2. Le riche seigneur (acc.). — 3. Au pauvre laboureur. — 4. Du roi puissant. — 5. Aux animaux faibles. — 6. Des voix agréables (compl. d’obj. dir.). — 7. D’une forêt énorme (comp. d’obj. indir.). — 8. Par une odeur suave. — 9. Les pieds rapides (sujet). — 10. De tous les enfants (gén.). — 11. O fidèles compagnons. — 12. A l’homme prudent. — 13. Les vieux poètes. — 14. Des récits incroyables (comp. de nom). — 15. Par les flèches rapides. — 16. A la colère terrible. — 17. Par les préceptes utiles. — 18. Par une douleur égale. — 19. L’homme courageux (acc.). — 20. Des louanges immortelles (sujet).

1 Le sens des mots se trouve dans la seconde partie de l’exercice aux numéros correspondants et aussi dans le lexique.2 La traduction des mots se trouve dans la première partie de l’exercice aux numéros correspondants.

66. EXERCICE

I. Transcrire, traduire et mettre au singulier, en conservant le cas, les expressions suivantes1:

1. Acribus doloribus. — 2. Prudentium consiliorum. — 3. Ingentia corpora. — 4. Docilibus discipulis (dat.). — 5. Opera facilia (acc.). — 6. Viris nobilibus. — 7. Pauperes agricolas. — 8. Veteribus Romanis. — 9. Suavium odorum. — 10. Animalia volucria. — 11. Comites fideles (acc.). — 12. O infelices nautae. — 13. Clementium regum. — 14. Dulcibus verbis. — 15. O fideles servi. — 16. Fabulis mirabilibus (dat.). — 17. Silvestres arbores (comp. d’obj. direct). — 18. Antris viridibus. — 19. Paribus virtutibus (abl.). — 20. Divitibus dominis (dat.).

II. Mettre en latin1:

1. Les vives douleurs (sujet). — 2. Les conseils sages (acc.). — 3. Par un corps énorme. — 4. O élève docile. — 5. Par une œuvre facile. — 6. Les hommes nobles (compl. d’obj. dir.). — 7. Des pauvres laboureurs (comp. de nom). — 8. Les vieux Romains (acc.). — 9. L’odeur suave (sujet). — 10. O animal ailé. — 11. Aux fidèles compagnons. — 12. Des malheureux matelots (comp. de nom). — 13. Au roi clément. — 14. De douces paroles. — 15. Le serviteur fidèle (acc.). — Dans un récit incroyable. — 17. Des arbres sauvages (comp. de nom). — 18. Les antres verts (sujet). — 19. Par une égale vertu. 20. Du riche seigneur (gén.).

1 Voir Exercice 65, notes 1 et 2.

67. EXERCICE

Faire la liste des adjectifs contenus dans la partie I des exercices 65 et 66, en indiquant le nominatif masculin singulier et le modèle de déclinaison. On signalera les exceptions (comme vetus) en indiquant leurs formes particulières.

68. VERSION

Centaurus, i, m. centaure.
Membrum, i, n. membre.
Equus, i, m. cheval.
Fere, presque.
Ebrietas, atis, f. ivresse.
Timēre, redouter, craindre.
Tamen, attamen, cependant.

Doctus, a, um, instruit, savant.
Contemnĕre, mépriser.
Eligĕre, choisir.
Obnoxius, a, ium, exposé à.
Gloria, ae, f. gloire.
Acquirĕre, acquérir.
Felicitas, atis, f. bonheur.

Observation.La troisième conjugaison latine a l’infinitif en -ĕre (e bref; ce qui provoque un recul de l’accent. Observ. 4). On a pour les trois premières conjugaisons:

Amare,
aimer

Amo,
j’aime

Amat,
il aime

Amant,
ils aiment

Delēre,
détruire

Deleo,
je détruis

Delet,
il détruit

Delent,
ils détruisent

Légĕre,
lire

Lego,
je lis

Legit,
il lit

Legunt,
ils lisent

Les centaures. — 1. Veteres poetae incredibiles fabulas de1 centauris narrant. — 2. Corpora et membra Centaurorum sunt ingentia. — 3. Centauris est natura duplex2: sunt similes equis, sed capitibus et pectoribus sunt hominibus similes. — 4. Silvestria animalia centauri necant velocibus sagittis. — 5. Fere3 omnes sunt indolis4 audacis et crudelis. — 6. Fere3 omnes sunt ad turpem ebrietatem proclives. 7. Miseri agricolae terribilem Centaurorum iram timent. — 8. Attamen5 Centaurus Chiron clementis et sapientis indolis4 est. — 9. Chiron est Achilli praeceptis sapientibus utilis. — 10. Achilles, praeceptis veteris magistri doctus6, turpes hominum imbellium voluptates contemnit; vitam eligit brevem et difficilem, sed illustrem. — 11. Mirabili fortitudine et nobili morte immortales laudes obtinet. — 12. Pauperum et divitum vita brevis est et paribus doloribus obnoxia, sed virorum fortium gloria est immortalis.

1 Préposition.2 Gr. § 172. — 3 Adverbe.4 Gr. § 114. — 5 Conjonction.6 Doctus, instruit.

69. THÈME

1. La piété est utile à tous les hommes1. — 2. Les sages préceptes du vieux maître sont utiles aux enfants imprudents. — 3. La vertu des enfants est semblable à une suave odeur. — 4. L’élève réjouit le maître par [son] caractère alerte. — 5. La vie des riches ressemble2 à la vie des pauvres par la douleur et par la mort. — 6. Les audacieux méprisent tous les périls. — 7. Les œuvres difficiles plaisent aux hommes3 courageux. — 8. Une vie douce plaît aux hommes1 craintifs4. — 9. Les hommes3 courageux acquièrent un renom5 immortel par une vie pénible. — 10. Les résolutions imprudentes nuisent à tout-le-monde6. — 11. Les hommes1 prudents craignant la colère terrible de Dieu. — 12. L’homme1 par une vie courte, acquiert un bonheur immortel. — 13. Les œuvres de Dieu sont admirable.

1 Homo, inis, m. — 2 Ressemble = est semblable. — 3 Vir, i, m. — 4 Imbellis, e.5 Un nom. — 6 A tous.

70. VERSION

Regio, onis, f. région, pays.
Jam (adv.), déjà.
Regnum, i, n. royaume, règne.
Heres, edis, m. héritier.
Peragrare, parcourir.
Provincia, ae, f. province.
Quaerĕre, chercher.
Lepus, oris, m. lièvre.
Ducĕre, conduire.
Novus, a, um, nouveau.
Salutare, saluer.
Sol, solis, m. soleil.
Urĕre, brûler.
Iter, itineris, n. chemin.

Assuetus, a, um, accoutumé.
Animus, i, m. esprit, âme.
Lassitudo, inis, f. fatigue.
Incitare, exciter, encourager.
Victus, a, um, vaincu.
Umbra, ae, f. ombre.
Quiescĕre, se reposer.
Ridēre, rire.
Tam, si, tellement.
Inquit, dit-il.
Fatigare, fatiguer, épuiser.
Respondēre, répondre.
Parum (adv.), peu.

Observation.Le nom, en apposition à un autre, se met au même cas: Romulus rex, le roi Romulus; Romuli regis, du roi Romulus.

Le lièvre et le jeune lion. — 1. In rupibus montis est1 antrum viride leonis veteris, regis omnium vicinarum regionum. — 2. Leo jubet2 filium3 jam grandem, regni heredem, peragrare omnes provincias. — 3. Veteris regis filius prudentem et fidelem comitem quaerit. — 4. Eligit leporem, animal debile et imbelle, sed velox. — 5. Lepus leonem per omnes regni partes ducit. — 6. Omnia animalia silvestria vel campestria vel volucria novum dominum salutant. — 7. Lepus et leo campos peragrant suavi florum odore jucundos et silvas ingentibus arboribus mirabiles. — 8. Sed sol ardentibus radiis urit terram: iter est difficile. — 9. Lepus talibus laboribus assuetus celeri pede et alacri animo festinat. — 10. Comitem jam lassitudine gravem incitat, sed frustra: leo acri pedum dolore victus4 in arboris umbrā quiescit. — 11. Lepus ridet: «Iter tam breve, inquit5, tam celebris regis nobilem filium fatigat!» — 12. Respondet leo: «Leonibus est6 indoles fortis et audax: talibus animalibus pedes leves et veloces sunt parum7 utiles.»

1 Voir observ. 37-1. — 2 On dit en latin: ordonner quelqu’un faire quelque chose (voir observ. 82). — 3 Voir observ. 59. — 4 Vaincu. — 5 Voir au lexique inquam. — 6 Gr. § 172. — 7 Adverbe.

71. THÈME D’IMITATION

Silentium, i, n. silence.
Tremĕre, trembler.
Flēre, pleurer.
Cura, ae, f. soin, souci.

Somnus, i, m. sommeil.
Auris, is, f. oreille.
Cadĕre, tomber.
Venator, oris, m. chasseur.

I. Les lions. — 1. Les lions habitent les antres verdoyants ou les rochers stériles des montagnes. — 2. La force des lions est étonnante. — 3. [Ils] sont les rois puissants des plaines fertiles et des montagnes stériles. — 4. Tous les animaux craignent la colère terrible des lions. — 5. Pendant1 le silence de la nuit, les lions effraient de [leur] voix puissante2 et menaçante les animaux qui3 vivent dans les plaines et dans les forêts. — 6. Les êtres4 ailés tremblent sur les arbres et les enfants pleurent dans les humbles cabanes des laboureurs.

II. Les lièvres. — 1. Les lièvres sont des animaux faibles et craintifs. — 2. Les aliments des lièvres sont les herbes fleuries; ils boivent l’eau de la douce rosée. — 3. Cependant la vie des lièvres est malheureuse et courte; elle est exposée à de nombreux dangers et aux soucis poignants5. — 4. La nature clémente donne aux lièvres craintifs un caractère prudent, des sommeils courts et légers, de longues oreilles. — 5. Grâce à6 [ses] pieds rapides, le lièvre évite de terribles ennemis, mais il tombe7 dans les filets perfides8 du chasseur.

1 Pendant, per (acc.). — 2 Ingens, entis. — 3 Qui-vit-dans-les-plaines, campester, tris; qui-vit-dans-les-forêts, silvester, tris. — 4 Être = animal. — 5 Acer, acris.6 Grâce à = par. — 7 Tomber, cadĕre. — 8 Fallax, acis.

72. EXERCICE

I. Faire la liste des adjectifs contenus dans la version 70; on indiquera: 1° le nominatif masculin; 2° le sens; 3° l’ablatif masculin singulier; 4° le génitif masculin pluriel; 5° le modèle sur lequel cet adjectif se décline.

II. Faire la liste des noms contenus dans cette même version en indiquant: 1° le nominatif singulier; 2° le genre; 3° le sens; 4° l’ablatif singulier et le génitif pluriel; 5° le modèle de déclinaison.

QUATRIEME DECLINAISON (Gr. § 24)

MASCULINS

Aditus, ūs, m. accès.
Adventus, ūs, m. arrivée.
Arcus, ūs, m. arc.
Aspectus, ūs, m. aspect.
Conspectus, ūs, m. vue.
Currus, ūs, m. char.
Equitatus, ūs, m. cavalerie.
Exercitus, ūs, m. armée.
Fluctus, ūs, m. flot.
Fructus, ūs, m. fruit.
Gemitus, ūs, m. gémissement.
Gradus, ūs, m. marche.
Ictus, ūs, m. coup.
Impetus, ūs, m. élan.
Lacus, ūs, m. lac.
Luctus, ūs, m. deuil, douleur.
Metus, ūs, m. crainte.
Plausus, ūs, m. applaudissement.

Receptus, ūs, m. retraite.
Reditus, ūs, m. retour.
Senatus, ūs, m. sénat.
Sonitus, ūs, m. son.
Strepitus, ūs, m. bruit.
Tonitrus, ūs, m. coup de tonnerre.
Tumultus, ūs, m. tumulte.
Vultus, ūs, m. visage.

FEMININS

Laurus, ūs, f. laurier.
Manus, ūs, f. main.
Quercus, ūs, f. chêne.

NEUTRES

Cornu, ūs, n. corne, aile (d’une armée), croissant (de lune).
Genu, ūs, n. genou.

73. EXERCICE

Tuba, ae, f. trompette.
Proelium, i, n. combat.
Gladius, i, m. glaive, épée.

Victoria, ae, f. victoire.
Dexter, era, erum, droit.
Creber, bra, brum, fréquent.

I. Transcrire, indiquer le cas, traduire1:

1. Sonitus, son. Sonitum. Sonitu. — 2. Adventus, arrivée. Adventus Adventui. — 3. Exercitus, armée. Exercituum. Exercitibus. — 4 Conspectus, vue. Conspectum. Conspectu. — 5. Metus, crainte. Metūs (nomin.). Metūs (gén.). — 6. Vultus, visage. Vultum. Vultuum. — 7. Ictus, coup. Ictibus. Ictūs (acc.). — 8. Genu, genou. Genua. Genibus.

II. Mettre en latin2:

1. Au son. Du son (comp. de nom). — 2. Par l’arrivée. L’arrivée (comp. d’obj. dir.). — 3. Les armées (acc.). A l’armée. — 4. De la vue (comp. de nom). De la vue (comp. d’obj. ind.). — 5. Par crainte. Une crainte (comp. d’obj. dir.). — 6. Par le visage. Du visage (comp. de nom). — 7. Les coups (sujet). Aux coups. — 8. Des genoux (comp. de nom). Un genou (acc.).

III. Mettre au cas indiqué3:

1. Au génitif sing. et plut.: Sonitus. Tuba. Animus. Miles. — Au datif sing. et plut.: Gemitus. Gloria. Dux. Proelium. — 8. A l’ablatif sing. et plur.: Equus. Urbs. Praeda. Genu. — 4. A l’acc., sing. et plur.: Gradus. Pectus. Gladius. Victoria.

1 Si une forme est commune à plusieurs cas, on les indiquera.2 Voir la première partie de l’exercice aux numéros correspondants.3 Ces mots appartiennent à des déclinaisons différentes.

74. EXERCICE

(Même vocabulaire qu’à l’exercice précédent)

I. Transcrire, indiquer le cas, traduire1:

1. Jucundi sonitus. — 2. Adventum felicem. — 3. Veloci equitatui. — 4. Dextro cornu. — 5. Celeris impetus. — 6. Ingentibus fluctibus. — 7. Debilia genua. — 8. Jucundos plausus. — 9. Crebris gemitibus. — 10. Jucundo fructui. — 11. Fortium exercituum. — 12. Faciles aditus. — 13. Nobili aspectui. — 14. Celeri gradu. — 15. Validae manus. — 16. Magnorum curruum.

II. Mettre en latin2:

1. Par un son agréable. — 2. D’une heureuse arrivée. — 3. Une cavalerie rapide (comp. d’obj. dir.). — 4. L’aile droite. — 5. Par un élan rapide. — 6. Des flots énormes (gén.). — 7. Aux faibles genoux. — 8. A un applaudissement agréable. — 9. Des gémissements fréquents (sujet). — 10. Un fruit agréable (acc.). — 11. A une armée courageuse. — 12. Un accès facile (comp. d’obj. dir.). — 13. Par un aspect noble. — 14. D’une marche rapide (comp. de nom). — 15. Des mains vigoureuses (acc.). — 16. Par un grand char.

1 Le sens des mots se trouve dans la seconde partie de l’exercice, aux numéros correspondants.2 Les mots se trouvent dans la première partie de l’exercice.

75. VERSION

Stare, être debout.
Scientia, ae, f. science.
Amarus, a, um, amer.
Mittĕre, envoyer.
Incedĕre, s’avancer.
Pugnare, combattre.
Canĕre, chanter, sonner (de la trompette).
Captivus, a, um, captif, prisonnier.

Flectĕre, fléchir.
Edĕre, pousser (des cris, etc.).
Albus, a, um, blanc.
Victor, oris, m. vainqueur.
Patria, ae, f. patrie.
Mater, tris, f. mère.
Levare, soulager, diminuer.

I. 1. Quercus altae stant in ripā lacūs. — 2. Maris fluctus ingenti strepitu terrent nautas. — 3. Scientiae radices amarae sunt, fructus dulces.

II. 1. Dux tubae sonitu animos militum incitat. — 2. Pedites celeri gradu ad mortem properant. — 3. Dux equitatum ad dextrum cornu mittit. — 4. Dux cum parvā militum manu1 incedit. — 5. Gladiorum ictus pectora vulnerant. — 6. Pectora hominum imbellium metu tremunt. — 7. In conspectu exercituum duces in curribus stantes2 pugnant. — 8. Dux jubet receptui canere. — 9. Captivus genua flectit et crebros edit gemitus! — 10. Albus equus trahit victoris currum. — 11. Plausus populi exercitum juvat. — 12. Reditus filii in patriam matris luctum levat.

1 Lexique. — 2 Stantes (se tenant) debout.

76. THÈME

Fugare, mettre en fuite.
Gaudēre, se réjouir.
Arma, orum, n. pl. armes.
Tegĕre, couvrir, protéger.
Decernĕre, décerner.
Ventus, i, m. vent.

Imbuĕre, remplir (d’un sentiment).
Tugurium, ii, n. chaumière, cabane.
Alluĕre, baigner, arroser.
Procumbĕre, se prosterner.
Tendĕre, tendre.

I. 1. La crainte de l’ennemi nuit au général et à l’armée. — 2. La cavalerie, d’un élan rapide, met en fuite1 l’aile gauche de l’armée. — 3. Les braves se réjouissent2 du3 bruit des armes, du3 tumulte du combat, du3 son des trompettes, des3 gémissements des ennemis. — 4. La cavalerie protège4 les ailes des armées. — 5. Le Sénat décerne des récompenses à l’armée.

II. 1. Le matelot craint le bruit des coups de tonnerre5 et l’élan rapide des vents. — 2. Les coups de la foudre6 remplissent7 de3 crainte les âmes des hommes. — 3. L’ombre d’un beau chêne couvre8 la cabane du laboureur. — 4. Les flots du lac baignent9 les beaux chênes de la rive. — 5. Le captif se prosterne10 devant les genoux du vainqueur et tend11 les mains vers le ciel.

1 Mettre en fuite, fugare.2 Se réjouir, gaudēre.3 Par. — 4 Protéger, tegĕre.5 Coup de tonnerre, tonitrus, ūs, m. — 6 Foudre, fulmen, inis, n. — 7 Remplir, imbuĕre.8 Couvrir, tegĕre.9 Baigner, alluĕre.10 Se prosterner devant, procumbĕre ad (acc.). — 11 Tendre, tendĕre.

77. VERSION

Nuntiare, annoncer.
Apparēre, apparaître.
Habēre, avoir.
Committĕre, engager.
Patēre, être ouvert.

Furens, entis, furieux.
Recedĕre, se retirer.
Triumphus, i, m. triomphe.
Denuntiare, annoncer, montrer
Trahĕre, tirer, traîner

La bataille. — 1. Tubarum sonitus nuntiat adventum exercituum. — 2. Nunc exercitus sunt in conspectu. — 3. Hostium aspectus imbuit metu imbellium militum animos; sed metus in vultu fortium non apparet. — 4. Omnes in manibus habent aut arcus aut gladios. — 5. Dux cum equitatu a1 dextro cornu proelium committit. — 6. Milites celeri gradu et magno impetu ad hostium exercitum properant. — 7. Aditus gloriae omnibus patet. — 8. Milites gladiorum ictibus multos hostes necant. — 9. Tumultus exercituum furentibus maris fluctibus similis est. — 10. Gladiorum ictus pectora et genua vulnerant. — 11. Multi milites crebros gemitus edunt. — 12. Tandem cladis metu hostes recedunt. — 13. Tubae receptui canunt. — 14. Praeda et gloria sunt victoriae fructus. — 15. Reditu in patriam milites gaudent. — 16. Senatus duci triumphum decernit. — 17. Albi equi ducem in curru stantem2 per urbem trahunt. — 18. Laurus currum ornant; dux civium plausu gaudet; sed captivorum vultus ingentem luctum denuntiant.

1 Du côté de. — 2 Stans, antis, se tenant debout.

78. EXERCICE

I. Décliner sur trois colonnes: equus, cheval; dux, général; currus, char. En comparant ces formes, dire: 1° A quels cas la 4e déclinaison ressemble à la 2e? — 2° A quels cas elle ressemble à la 3e? — 3° Quels sont les cas où la 4e déclinaison a réellement des formes spéciales? — 4° A quels cas correspond la terminaison en -us de la 4e déclinaison?

II. 1° Quelles particularités distinguent les noms neutres de la quatrième déclinaison au singulier? — 2° Quels sont les sens divers du mot manus, du mot cornu? — 3° Quel est le genre ordinaire des noms de la quatrième déclinaison? — 4° Citez des noms féminins de cette déclinaison.

CINQUIEME DECLINAISON (Gr. § 25)

Acies, iei, f. ligne de bataille.
Canities, iei, f. chevelure blanche.
Dies, iei, f. m. jour.
Effigies, iei, f. image, portrait.
Facies, iei, f. face, aspect.
Fides, ei, f. foi, loyauté, sincérité.
Macies, iei, f. maigreur.
Pauperies, iei, f. pauvreté.
Pernicies, iei, f. perte, ruine.
Planities, iei, f. plaine.

Progenies, iei, f. descendance (famille).
Res, rei, f. chose.
Res militaris, f. art militaire.
Res adversae, f. pl. revers, adversité.
Res secundae, f. pl. succès.
Segnities, iei, f. paresse.
Series, iei, f. série.
Species, iei, f. apparence, aspect.
Spes, ei, f. espérance.

79. EXERCICE

Inanis, e, vain.
Adversus, a, um, contraire.
Optimus, a, um, excellent.
Natalis, e, natal.
Triplex, plicis, triple.

Rusticus, a, um, rustique, campagnard.
Militaris, e, militaire.
Totus, a, um, tout entier.
Secundus, a, um, second, favorable

I. Décliner simultanément:

Au singulier

Au pluriel

Punica fides, la foi punique
Spes inanis, le vain espoir

Adversae res, les revers
Omnes dies, tous les jours

II. Mettre au cas indiqué les expressions suivantes:

1° Au gén. et dat. singul.:

Spes bona, le bon espoir. — Res optima, une chose excellente. — Dies natalis, le jour (anniversaire) de naissance. — Fides Punica, la foi punique.

2° A l’abl. et à l’acc. singul.:

Longa series, la longue série. — Laeta facies, la face joyeuse. — Triplex acies, la triple ligne de bataille. — Res rustica, l’agriculture. — Res militaris, l’art militaire.

3° Au nom. et acc. plur.:

Fallax spes, Vespoir trompeur. — Dies totus, le jour entier. — Omnis res, toute chose.

4° Au gén. et dat. plur.:

Res secundae, les succès. — Res adversae, les revers. — Novae res, la révolution (politique). — Longus dies, un long jour. — Res publica, l’Etat.

80. VERSION

Humanus, a, um, humain.
Fragilis, e, fragile.
Promissum, i, n. promesse.
Semper, toujours.
Deponĕre, déposer, abandonner.
Annus, i, m. année.
Impugnare, attaquer.

Senex, senis, m. vieillard.
Miserabilis, e, digne de pitié.
Pallidus, a, um, pâle.
Consumptus, a, um, consumé, miné.
Saepe, souvent.
Optare, souhaiter.
Peritus, a, um (gén.), habile dans.

1. Deus est omnium rerum dominus. — 2. Res humanae sunt fragiles. — 3. Multa fidem promissa levant1. — 4. Audaces semper bonam spem habent. — 5. Vir sapiens in adversis rebus omnem spem non deponit. — 6. Annus est dierum noctiumque2 series; vita humana est brevis annorum series. — 7. Dux triplici acie hostium exercitum impugnat. — 8. Fortes viri pleni sunt spei victoriae; imbelles perniciem et cladem timent. — 9. Senex erat3 miserabilis canitie et pallidā facie et corpore macie consumpto. — 10. Saepe segnities homines ad perniciem ducit. — 11. Res novas4 in civitate multi cives optant. — 12. Boni discipuli segnitiem vitant. — 13. Dux erat3 rei militaris peritus.

1 Levare, diminuer. — 2 Noctiumque = et noctium.3 Erat, était. — 4 Voir dans le lexique.

81. THÈME

Diversus, a, um, divers, opposé.
Pius, a, um, pieux.
Destinare, consacrer, employer à.
Festus, a, um, de fête.
Divinus, a, um, divin.

Filia, ae, f. fille.
Consumĕre, consumer.
Constituĕre, placer, ranger.
Superbus, a, um, orgueilleux.
Scribĕre, écrire.

1. Des choses diverses sont souvent semblables en1 apparence. — 2. Les révolutions nuisent à la cité et conduisent2 les citoyens à [leur] perte. — 3. L’homme pieux emploie3 les jours de fête aux choses de la religion4. — 4. Cassandre, fille5 du roi Priam, annonce aux Troyens la perte6 de [leur] patrie. — 5. Les ennemis ont grand espoir7 de vaincre. — 6. La maigreur consume le corps du vieillard. — 7. Le général range8 dans la plaine9 [sa] triple ligne-de-bataille. — 8. Les hommes sont souvent orgueilleux dans les succès. — 9. En toute chose l’homme sage évite une conduite-inconsidérée10. — 10. Caton a écrit11 sur12 l’agriculture.

1 En = par. — 2 Conduire à, ducĕre ad (acc.).3 Employer destinare.4 Tournez: aux choses divines. — 5 Observ. 70. — 6 Pernicies, ei.7 Tournez: sont dans un grand espoir de victoire. — 8 Ranger, constituĕre.9 Planities, ei.10 Conduite inconsidérée, intemperies.11 A écrit, scripsit.12 Sur, de (abl.).

82. VERSION

I. Intellegĕre, comprendre.
Supremus, a, um, dernier.
Appropinquare, approcher.
Suus, a, um, son, leur.
Cum (abl.), avec.
Sensus, ūs, m. sentiment.
Venerabilis, e, vénérable.
Confectus, a, um, épuisé.
Salus, utis, f. salut.
Adimĕre, enlever.

II. Probus, a, um, honnête.
Officium, i, n. devoir, fonction.

Sors, sortis, f. sort, destin.
Mutabilis, e, changeant.
Ideo (adv.), c’est pourquoi.
Ponĕre, poser, placer.

III. Lucrum, i, n. gain.
Anteponĕre, préférer.
Pro (abl.), pour la défense de.
Fortiter (adv.), courageusement.
Putare, penser.
Immortalitas, atis, f. immortalité.
Exspectare, attendre.

Observation. — Après les verbes qui signifient penser, ou dire, et après jubeo, j’ordonne, le latin emploie l’infinitif au lieu d’une proposition complétive avec que. En ce cas, le sujet du verbe à l’infinitif se met à l’accusatif. Ex.: Les poètes racontent [que] Neptune est le père des Cyclopes, Poetae narrant Neptunum esse Cyclopum patrem. (Pour rappeler cette règle dans les thèmes, nous mettrons le [que] français entre crochets. Voir Gr. § 264-270).

Derniers conseils. — I. 1. Bonus pater intellegit supremum diem vitae suae appropinquare. — 2. Progeniem suam, filios et nepotes, vocat. — 3. Cum acri doloris sensu, filii aspectant caput patris canitie venerabile, faciem pallidam macie consumptam, corpus longā annorum serie confectum. — 4. Talis species omnem spem salutis adimit. Bonus pater suprema praecepta dat filiis.

II. 1. «Estote1, inquit, probi et fortes. — 2. Vir probus non solum in secundis rebus, sed etiam in adversis2 fidei officia servat3. — 3. Intellegit seriem dierum in vitā humanā brevem esse et rerum humanarum sortem esse mutabilem: ideo spes omnes in Deo ponit.

III. 1. «Vir fortis turpi lucro honestam pauperiem anteponit. — 2. Intellegit segnitiem rerum adversarum fontem esse. — 3. Pro4 re publicā fortiter in acie pugnat. — 4. Mortem non putat esse perniciem, sed intellegit animum esse Dei effigiem: ideo cum jucundā spe immortalitatis mortem exspectat.»

1 Estote, soyez. — 2 Sous-ent. rebus. — 3 Servare, observer. — 4 Pro (abl.), pour la défense de.

Récapitulation sur les cinq déclinaisons (Gr. § 14-25)

83. QUESTIONNAIRE

(Récapitulation des notions acquises dans les observations 14, 19, 29, 33, 35, 37, 54, 59, 68, 70, 82).

I. 1. Combien y a-t-il de conjugaisons en latin? — 2. Comment se terminent les verbes de la 1re conjugaison à l’infinitif? Ceux de la seconde? De la troisième? — 3. Donner l’infinitif du verbe vito, j’évite (1re conj.). de timeo, je crains (2e conj.); de intellego, je comprends (3e conj.). — 4. Comment dit-on en latin: [il] évite, [ils] évitent; il craint, ils craignent; il comprend, ils comprennent? — 5. Quelle forme du verbe latin doit-on chercher dans le lexique latin-français? — 6. A quelle conjugaison appartiennent: jubēre, ordonner; ponĕre, placer; vulnerare, blesser? — Comment dit-on: j’ordonne; je place; je blesse?

II. 1. Comment tourne-t-on les expressions suivantes pour les rendre en latin: «Il y a des troupeaux dans les prés.» «Beaucoup d’hommes.» «Il pense que son dernier jour approche»? — 2. Comment s’accorde l’adjectif en latin? — 3. A quel cas se mettra le mot roi dans la phrase suivante: «Les Romains honorent Romulus, premier roi de Rome»? — 4. Citez une préposition se construisant avec l’accusatif; avec l’ablatif. — 5. Quand la préposition in se construit-elle avec l’accusatif? — 6. Comment dit-on en latin: être, [il] est, [ils] sont? — 7. Quelle différence y a-t-il entre le français et le latin en ce qui concerne les adjectifs possessifs? — 8. Citez des mots invariables (prépositions, conjonctions et adverbes) contenus dans la version 77.

84. EXERCICE

Transcrire les noms et adjectifs suivants avec la traduction, puis indiquer à quelle déclinaison ou classe ils appartiennent et le modèle sur lequel ils se déclinent:

1. Filius, i,

fils.

2. Tugurium,

chaumière.

Rex,

roi.

Focus, i,

foyer.

Venatus, ūs,

chasse.

Sagitta,

flèche.

Silva.

forêt.

Imber, bris,

pluie.

Fera,

bête sauvage.

Juvenis,

jeune homme.

3. Mensa,

table.

4. Pes, pedis,

pied.

Sapor,

saveur.

Munus, eris,

présent.

Panis,

pain.

Merces, edis,

récompense.

Spes, ei,

espérance.

Praemium,

récompense.

Hospes, itis,

hôte.

Iter, itineris,

chemin.

5. Pondus, eris,

poids.

6. Avarus,

avare.

Equus, i,

cheval.

Mirabilis,

admirable.

Sensus, ūs,

sentiment.

Velox,

rapide.

Pulchritudo,

beauté.

Creber,

fréquent.

Lucrum,

gain.

Pauper,

pauvre.

85. EXERCICE

Venatus, ūs, m. chasse.
Focus, i, m. foyer.
Juvenis, is, m. jeune, jeune homme.
Sapor, oris, m. saveur.
Panis, is, m. pain.
Pulchritudo, inis, f. beauté.
Merces, edis, f. récompense.
Avarus, a, um, cupide.

Egregius, a, um, distingué, excellent.
Plebeius, a, um, plébéien, commun.
Aridus, a, um, sec.
Regius, a, ium, royal.
Frigidus, a, um, froid.
Simplex, icis, simple.
Vulgus, i, n. le vulgaire.

Transcrire, traduire et mettre au cas indiqué les expressions suivantes:

1. Au génitif sing. et plur.:

Egregium munus. — Homo avarus. — Sagitta velox. — Mensa plebeia. — Panis aridus. — Acer sensus. — Silva mirabilis. — Urbs regia.

2. Au datif sing. et plur.:

Res mirabilis. — Jucundum praemium. — Fidele consilium. — Jucundus sensus. — Iter longum. — Frigidus imber.

3. A l’ablatif sing. et plur.:

Parvum lucrum. — Pauper tugurium. — Simplex sensus. — Acer dolor. — Vulgus simplex (au sing. seulement). — Juvenis regius.

4. A l’accusatif sing. et plur.:

Iter longum. — Homo avarus. — Pondus grave. — Consilium fidele. — Imber frigidus. — Sagitta velox. — Simplex sensus.

5. Au vocatif sing. et plur.:

Juvenis egregius. — Amicus fidelis. — Homo avarus. — Pauper tugurium. — Simplex agricola. — Parvus puer.

86. EXERCICE

Transcrire les formes suivantes; indiquer le cas, le nombre, le nominatif singulier, le sens et le modèle de déclinaison1:

1. Coronis. — Agni. — Vasis. — Opifici. — Clamorum. — Litore. — Ovi. — Agricolarum. — Hortorum. — Nubibus. — Lintres. — Servis. — Flumina. — Deae. — Murmure. — Fidei. — Sanguinem.

2. Puella. — Medicum. — Cultri. — Morbos. — Hostium. — Pellibus. — Carnem. — Vina. — Ignes. — Cladis. — Sedem. — Aquilis. — Equitatu. — Metum. — Mensa. — Gemitus.

3. Serie. — Herbae. — Collorum. — Vultu. — Vestigio. — Macie. — Apris. — Exercituum. — Speciem. — Mercedis. — Columbas. — Fructibus. — Sagittis. — Vitia. — Spei. — Rostri.

1 Tous ces mots ont été vus dans les exercices précédents.

87. VERSION

Vehementer, fortement.
Delectare, réjouir, charmer.
Vel, ou bien.
Canis, is, m. chien.
Libenter, volontiers.
Juxta (acc.), auprès de.
Sedēre, être assis.
Praesertim, surtout.
Hospitium, i, n. hospitalité.
Enim, en effet.
Apponĕre, servir (sur la table).
Rapa, ae, f. rave.

Aestus, ūs, m. chaleur.
Insignis, e, remarquable.
Hortulus, i, m. petit jardin.
Domus, ūs, f. maison.
Accedĕre, avancer, s’approcher.
Sinĕre, laisser, permettre.
Tandem, enfin.
Preces, cum, f. pl. prières.
Pertinacia, ae, f. obstination.
Ante (acc.), devant, avant.
Fores, rium, f. pl. porte.
Pinguis, e, gras.
Deinde, ensuite.

Observation.La terminaison -ābat pour la 1re conjugaison, -ēbat pour la 2e et la 3e indique l’imparfait:

Amo, j’aime

Amābat, il aimait

Amābant, ils aimaient.

Deleo, je détruis

Delēbat, il détruisait

Delēbant, ils détruisaient.

Lego, je lis

Legēbat, il lisait

Legēbant, ils lisaient.

Le présent du roi. — 1. Venatus cujusdam1 regis filium vehementer delectabat. — 2. Campos vel silvas cum multis canibus peragrabat. — 3. In agricolarum tuguriis libenter quiescebat et juxta focum sedens2 imbres vitabat aut frigora. — 4. Simplices agrestium hominum cibos non contemnebat. — 5. Praesertim cujusdam1 agricolae hospitio juvenis gaudebat. — 6. Agricola enim regio hospiti in paupere mensā apponebat rapas saporis egregii. — 7. Rapae cum caseo et plebeio pane et frigidā vicini fontis aquā famem juvenis itinere et solis aestu fessi sedabant. — 8. Juvenis post patris mortem rex factus est3. — 9. Agricola laetus rapam pondere et pulchritudine insignem in hortulo eligit et ad urbem properat. — 10. Regiae domus custodes agricolam ad regem accedere non sinebant. — 11. Sed tandem precibus et pertinaciā hominis victi4, rem regi nuntiant: pauperem agricolam ante fores stare.

1 Cujusdam, gén. de quidam, un certain. — 2 Sedens, assis. — 3 Factus est, devint. — 4 Victi, vaincus, plur. de victus.

88. THÈME D’IMITATION

La chasse. — La chasse est l’image de la guerre. Le roi et les fils du roi aimaient1 la chasse. Ils parcouraient les champs et les forêts avec des armes, des chevaux, des chiens. Mais, fatigués par la chaleur du soleil, ils se reposaient sous un chêne élevé à2 l’ombre du feuillage épais. Ils appelaient le laboureur dont3 l’humble chaumière était voisine4 de l’épaisse forêt. Ils lui ordonnaient5 de s’approcher et de placer sur une table rustique des aliments simples, mais agréables: de l’eau d’une fraîche fontaine, du fromage gras, du pain commun. La saveur de [ces] aliments simples semblait6 excellente7 au roi et aux fils du roi. Ensuite ils donnaient au laboureur une agréable récompense8 et se réjouissaient de la physionomie9 joyeuse de leur hôte.

1 Tournez: la chasse réjouissait le roi, etc. — 2 A = dans. — 3 Dont, cujus. — 4 Etre voisin de, adjacēre, datif.5 Tournez: ils ordonnaient l’homme s’approcher, etc. (observ. 82). — 6 Semblait, videbatur. — 7 Egregius, a, um.8 Merces, edis, f. — 9 Facies, ei, f.

89. VERSION

Statim, aussitôt.
Solium, i, n. trône.
Quidem (adv.), à la vérité.
Recens, entis, récent.
Memoria, ae, f. souvenir, mémoire.
Gratus, a, um, agréable, reconnaissant.
Simplicitas, atis, f. simplicité.
Mille, mille.
Nummus, i, m. pièce d’argent.
Mox (adv.), bientôt.
Fama, ae, f. renommée.
Donare, donner (en présent).
Velocitas, atis, f. rapidité.
Sic (adv.), ainsi

Cogitare, penser.
Pro (abl.), en échange de.
Vilis, e, vil, sans valeur.
Valde (adv.), beaucoup, fort.
Placēre, plaire.
Arcula, ae, f. coffret.
Continēre, contenir.
Pretium, i, n. prix.
Excedĕre, dépasser.
Operculum, i, n. couvercle.
Cupide (adv.) avec empressement.
Quoque (adv.), aussi.
Impellĕre, pousser.
Ovum, i, n. œuf.
Amicus, i, m. ami.

Le présent du roi (suite). — 1. Rex jubet1 aditum statim agricolae patere. — 2. Custodes ad regis solium hominem ducunt. — 3. Agricola ante pedes regis rapam ponit, munus parvum quidem, sed recentis hospitii memoriā gratum. — 4. Rex simplicitate hominis delectatus2 agricolae mille nummos dari3 jubet1. — 5. Mox fama rei in vulgus emanat. — 6. Homo quidam4 avarus, spe lucri inductus5, regi donat equum velocitate et specie insignem. — 7. Sic enim cogitabat: «Rex pro vili munere mille nummos dedit6; magnae mercedis spes mihi7 est». — 8. Sed rex hominis avari consilium intellegebat: «Munus tuum, inquit, egregium est et valde10 mihi7 placet. — 9. Ideo tibi8 dono arculam, non magnam quidem, sed rem continet, cujus9 pretium mille nummos excedit.» — 10. Homo laetus recedit; arculae operculum cupide10 tollit et cum acri doloris sensu aridam rapam videt.

1 Observ. 82. — 2 Delectatus, charmé. — 3 Dari, être donné. — 4 Quidam (nomin.), un certain. — 5 Inductus, poussé. — 6 Dedit, a donné. — 7 Mihi, à moi. — 8 Tibi, à toi. — 9 Cujus, dont. — 10 Adverbe.

90. THÈME D’IMITATION

Les présents. — Les présents sont agréables à tous, rois ou laboureurs. Les rois envoient aux rois des chevaux admirables pour1 [leur] force et [leur] beauté, ou des armes remarquables par le poids2 de l’or. Les laboureurs donnent à [leurs] hôtes du pain commun, du lait pur, présents simples et rustiques3 à la vérité4, mais cependant agréables à l’hôte fatigué. Les anciens Germains aimaient5 beaucoup les présents. Souvent aussi l’espoir du gain pousse6 les hommes cupides: ils donnent des choses sans valeur et attendent avec empressement une magnifique7 récompense. L’homme cupide donne un œuf à un ami et espère de8 [son] ami une brebis. Un présent est agréable, non-pas9 par l’apparence, mais par la sincérité de l’amitié.

1 Pour = par. — 2 Trad.: le lourd poids. — 3 Agrestis.4 A la vérité, quidem (adv.). — 5 Tournez: se réjouissaient fort de. — 6 Pousser, impellĕre.7 Egregius, a, um.8 De, ex (abl.). — 9 Non pas, non.

COMPARATIFS ET SUPERLATIFS

Formation régulière (Gr. § 28-29)

Acerbus, a, um, amer.
Absolutus, a, um, parfait.
Demens, entis, insensé.
Diligens, entis, soigneux, soucieux de.
Durus, a, um, dur.
Edax, acis, gourmand.
Egens, entis, indigent, pauvre.
Elegans, antis, élégant.
Firmus, a, um, solide.
Foedus, a, um, repoussant, vilain.
Fulgens, entis, brillant, éclatant.
Infensus, a, um (dat.), acharné contre.
Infestus, a, um (dat.), acharné contre.
Insanabilis, e, irréparable.
Locuples, etis, riche.
Mollis, e, doux, moelleux.

Callidus, a, um, adroit, rusé.
Carus, a, um, cher.
Mundus, a, um, propre.
Nervosus, a, um, nerveux.
Nitidus, a, um, brillant.
Notus, a, um, connu.
Obscurus, a, um, obscur.
Patiens, tis (gén.), endurci à.
Pernix, icis, agile.
Praestans, antis, éminent.
Pretiosus, a, um, précieux.
Sollers, ertis, adroit, habile.
Sordidus, a, um, misérable, sale.
Studiosus, a, um (gén.), zélé pour.
Tenuis, e, fin, mince.
Vehemens, entis, violent, fougueux.
Venustus, a, um, gracieux.

91. EXERCICE

Observation.Le superlatif latin correspond non seulement à très, mais à différents adverbes comme fort, extrêmement, tout à fait, etc.

I. Mettre au comparatif et superlatif:

Audax. — Altus. — Brevis. — Clemens. — Potens. — Carus. — Sapiens. — Callidus. — Sollers. — Clarus. — Utilis. — Levis. — Turpis. — Frigidus. — Jucundus. — Simplex. — Latus. — Velox. — Suavis.

II. Mettre en latin:

Moins vert. — Plus verte. — Très long. — Fort doux. — Très fidèle. — Le moins riche. — Le plus riche. — Plus riche. — Tout à fait joyeux. — Moins joyeuse. — Plus solide. — Très repoussant. — Plus acharné. — Très peu acharné. — Moins fidèle. — Plus brillant. — Fort agréable. — Moins utile. — Extrêmement utile. — Le plus heureux. — Plus remarquable. — Fort rapide. — Plus illustre. — Très noble. — Plus docile. — Le moins docile. — Fort courageux.

92 a. EXERCICE

Injuria, ae, f. injustice, tort. — Fuga, ae, f. fuite. — Domicilium, i, n. demeure.

I. Analyser les formes suivantes et indiquer le positif masculin

Audacius. — Altioribus. — Acerbissimos. — Breviori. — Clementissimo. — Latiorem. — Potentissimi. — Cariores. — Sapientissimum. — Callidius. — Sollertissimis. — Clarioris. — Pretiosius. — Utilissimum. — Turpissimā. — Frigidiore. — Jucundiora. — Latissimarum. — Velociorum. — Suavissimas. — Leviorem.

II. Mettre en latin:

Au chien très fidèle. — D’une injustice plus légère. — Une eau plus fraîche (acc.). — Par des pieds plus rapides. — Des conseils plus utiles (nom.). — Une fuite très honteuse (comp. d’obj. dir.). — Une demeure plus repoussante. — Des plaines les plus vastes (comp. de nom). — D’un homme plus illustre (gén.)— Par un sentiment plus agréable. — Des tours les plus élevées (comp. d’obj. ind.). — Un conseil fort utile (acc.). — Des récompenses plus précieuses (comp. d’obj. dir.). — Un homme plus courageux (acc.).

92 b. THÈME

Lepidus, a, um, gracieux
Ceteri, ae, a, tous les autres
Nihil (indécl.), n. rien

Nam (conj.), car
Reus, i, m. accusé
Servitus, utis, f. servitude

Observations.Après le comparatif, quam (invariable) correspond à «que» (Gr. § 127). Ex.: Doctior quam Petrus, plus savant que Pierre.

1. Le fils de notre maître (d’école) est très savant. — 2. Ma sœur est plus gourmande que mon frère. — 3. Des chiens très vigoureux surveillaient agneaux et brebis. — 4. Les matelots sont fort prudents. — 5. Le poète Phèdre1 a composé2 des fables tout à fait gracieuses. — 6. L’étude est plus utile que le jeu. — 7. Les blessures de [ce] très courageux général étaient3 extrêmement graves. — 8. Les Perses étaient3 les ennemis les plus acharnés des Grecs. — 9. Le serpent était3 plus rusé que [tous] les autres animaux. — 10. Les Romains n’étaient3 pas aussi savants que les Grecs; mais ils étaient3 plus braves [qu’eux]. — 11. Rien [n’]est plus précieux que le temps, car rien [n’]est plus rapide. — 12. L’accusé ne fut4 pas du tout prudent. — 13. La mort est pour un [homme] libre moins cruelle que la servitude. — 14. Aux plus audacieux la victoire.

1 Phèdre, Phaedrus, i, m. — 2 Conscripsit. — 3 Etait, erat; étaient, erant. — 4 Fut, fuit.

93. VERSION

Ora, ae, f. bord, côte.
Tabula, ae, f. tableau.
Signum, i, n. statue.
Scriptum, i, n. un écrit.
Orator, oris, m. orateur.
Philosophus, i, m. philosophe.
Antiquitas, atis, f. antiquité.
Inter (acc.), entre, parmi.

Admiratio, onis, f. admiration.
Movēre, mouvoir, provoquer.
Igitur, donc.
Ingenium, i, n. caractère, talent.
Postea, ensuite, plus tard.
Imperium, i, n. empire, pouvoir.
Domare, subjuguer, dompter.

Les Grecs. — 1. Antiqui Graeci nautae audacissimi et callidissimi mercatores erant1. — 2. Multas et florentissimas colonias in omnibus maris oris habebant. — 3. In artibus sollertiores erant quam Romani. — 4. Graeci artifices clarissimi erant1. — 5. In omnium urbium templis cives tabulas et signa absolutissimi operis videbant. — Scripta Graecorum elegantiora et venustiora sunt quam Romanorum2. — 7. Graeci poetae et oratores et philosophi clariores sunt quam Romani. — 8. Homeri, antiquissimi omnium Graecorum poetarum3, gloria semper florentissima est. — 9. Omnibus notum est Demosthenis nomen, clarissimi oratoris antiquitatis. — 10. Ciceronis quidem orationes sunt verbis locupletiores, sed scripta Demosthenis vehementiora sunt et nervosiora. — 11. Socrates, sapientissimus inter3 antiquos philosophos, hominum admirationem movet. — 12. Graeci igitur in omnibus fere artibus praestantioris ingenii4 erant1.

1 Erant, étaient. — 2 Sous-entendu: scripta.3 Le complément du superlatif se met au génitif seul, à l’ablatif avec ex, ou à l’accusatif avec inter (Gr. § 135). — 4 Gr. § 114.

94. THÈME

Egrestis, e, champêtre — Patrimonium, ii n. patrimoine. — Civitas, atis, f. État

Les Romains. — 1. Les Romains étaient1 moins adroits que les Grecs dans les arts de la paix. 2. Mais ils étaient fort éminents en2 beaucoup de choses, surtout dans3 l’art militaire. 3. [Dans]4 les temps les plus anciens5 ils sont des laboureurs très endurcis6 aux travaux champêtres, très soucieux de [leur] patrimoine. 4. Plus tard ils combattent contre7 des nations voisines, très courageuses à la vérité, mais moins habiles et moins heureuses. 5. Bientôt l’empire romain devient8 plus vaste et plus florissant. 6. Les soldats romains subjuguent des nations plus riches, plus adroites sous bien des rapports9, mais moins braves. 7. Les Romains étaient très zélés pour10 la gloire de l’Etat, et le salut de la patrie était1 plus cher aux citoyens que la vie. 8. L’amour de la patrie était la plus éminente de toutes [leurs] vertus.

1 Observ. 107. — 2 En = par. — 3 Dans = par. — 4 Employer l’ablatif sans préposition.5 Antiquus.6 Endurci à, patiens, ientis, avec le complément au génitif.7 Contre = avec. — 8 Devient, fit.9 Tournez: par des choses nombreuses. — 10 Zélé pour, studiosus (le complément au génitif).

95. VERSION

I. Quondam, autrefois.
Bubo, onis, m. hibou.
Inimicus, i, m. ennemi.
Discordia, ae, f. discorde.
Ita, ainsi, tellement.
Nunquam, jamais.
Pullus, i, m. petit (d’un oiseau).
Vel, ou bien, même.
Nidus, i, m. nid.
Cubare, être couché.
Lanugo, inis, f. duvet.
Pluma, ae, f. plume.
Nusquam, nulle part.
Meus, a, um, mon, mien, le mien.
Componĕre, arranger, apaiser.
Amicitia, ae, f. amitié.

Jungĕre, joindre, lier.
Dicĕre, dire.

II. Angulus, i, m. angle, coin.
Equidem (adv.), à la vérité.
Monstrum, i, n. monstre.
Error, oris, m. erreur.
Locus, i, m. lieu, place.
Certe, certes, certainement.
Ornatus, a, um, orné.
Clamare, crier.
Ullus, a, um, aucun.
Dubitatio, onis, f. doute.
Volatus, ūs, m. vol.
Proles, is, f. progéniture, famille.

L’aigle et le hibou. — I. 1. Aquila quondam erat bubonis infestissima inimica. 2. Tandem ambo1 veteres discordias componunt et amicitiam jungunt firmissimam. 3. Aquila buboni dicit: «Describe2 mihi tuam progeniem. 4. Ita nunquam injuriam tuis pullis faciam3 vel levissimam.4» 5. — «Pulli mei carissimi, respondet bubo, in altissimā turri5 habitant; in nido mollissimo cubant, tenuissimā lanugine pleno. 6. Pullis meis6 sunt oculi fulgentissimi, vox jucundissima, plumae nitidissimis coloribus mirabiles. 7. Nusquam invenies7 pullos pulchritudine insigniores quam mei sunt.»

II. 1. Mox aquila in obscuro sordidissimae turris angulo pullos videt foedissimos. 2. «Equidem, inquit, turpiora monstra vel foedius domicilium nunquam vidi8. 3. Nullus est9 errori locus. Carissimi mei amici progenies certe10 venustior est et in mundiore nido cubat. 4. Pulli bubonis oculos habent fulgentiores, nitidioribus coloribus ornatas plumas; voce jucundiore clamant.» 5. Aquila igitur illa11 turpissima monstra sine12 ullā dubitatione vorat. 6. At mox ad nidum velocissimo volatu bubo properat. 7. Statim carissimae prolis cladem videt: acerbissimos gemitus edit, sed frustra10. 8. Dementissima bubonis superbia insanabilis cladis causa fuerat13.

1 Ambo, tous deux. — 2 Describe mihi, décris-moi. — 3 Je ferai. — 4 Gr. § 136, n° 3. — 5 Gr. § 20, 2° b. — 6 Gr. § 172. — 7 Tu trouveras. — 8 J’ai vu. — 9 Observ. 37-I. — 10 Adverbe.11 Illa, ces. — 12 Préposition. — 13 Avait été.

Formation particulière et irrégulière des comparatifs et superlatifs

(Gr. § 30-31)

Arduus, a, um, élevé, difficile.
Canorus, a, um, sonore.
Dissimilis, e, différent.
Extremus, a, um, dernier.
Garrulus, a, um, bavard.
Idoneus, a, um, approprié.
Impius, a, um, impie.
Malus, a, um, mauvais.
Necessarius, a, um, nécessaire.
Piger, gra, grum, paresseux.

Potior, oris, préférable.
Prior, oris, premier (de deux), précédent.
Proximus, a, um, très proche, prochain, qui précède ou suit immédiatement.
Providus, a, um, prévoyant.
Sedulus, a, um, diligent.
Sobrius, a, um, sobre.
Strenuus, a, um, énergique.
Temerarius, a, um, téméraire.
Uber, eris, abondant.

96. EXERCICE

Remedium, i, n. remède. — Mores, rum, m. pl. mœurs.

I. Transcrire, traduire, indiquer le nominatif singulier en ramenant l’expression au positif:

Majora proelia. — Vitam maxime sobriam. — Pigerrimis discipulis. — Remedio magis idoneo. — Optimae matris. — Melioris magistri. — Consilium pejus. — Uberrimum lac. — Nigrioribus montibus. — Facillimorum itinerum. — Plures urbes (acc.).

II. Transcrire, traduire, mettre au comparatif et superlatif (en conservant le cas et le nombre) les expressions suivantes:

Itineris difficilis. — Juga ardua. — Caelum salubre. — Dissimili vitae. — Rebus necessariis. — Vitā sobriā. — Humile tugurium. — Opera parva. — Res magnas. — Effigiem similem. — Malo homine. — O bone vir.

III. Mettre en latin:

A un chemin très rude. — De plus belles montagnes (acc.). — O très tendre progéniture! — O mœurs très différentes! — Par une plus grande admiration. — Dans une tour fort ancienne. — Des soldats plus nombreux. — Au général plus énergique. — Une chose plus nécessaire (compl. d’obj. dir.). — Dans des cabanes très basses.

97. VERSION

Viator, oris, m. voyageur.
Spectaculum, i, n. spectacle.
Nix, nivis, f. la neige.
Conversatio, onis, f. fréquentation.
Cogitatio, onis, f. pensée.
Aeger, gra, grum, malade.

Revera (= re verā), en réalité.
Dignus, a, um, digne.
Praeterea, en outre.
Debilitatus, a, um, affaibli.
Quies, etis, f. repos.

Les montagnes. — 1. Alpes sunt Europae maxime ardui montes. 2. Viatores, qui Alpium regionem asperrimis et difficillimis itineribus peragrant, plurima et pulcherrima montium cacumina vident. 3. Nullus locus est saluberrimis cogitationibus magis idoneus. 4. Spectaculum enim montium, nunc1 candidissimā nive fulgentium, nunc antiquissimis turribus simillimorum, utilius est quam hominum conversatio. 5. Hic2 intellegit homo maxima humani ingenii opera esse revera2 minima et humillima, Dei autem opera majore admiratione esse digna. 6. Praeterea2 caelum nusquam salubrius est et aegris hominibus magis idoneum. 7. Plurimis hominibus, pessimo morbo debilitatis, brevis in montibus quies salutis causa fuit3.

1 Nunc répété = tantôt…​ tantôt. — 2 Adverbe.3 Fuit, a été.

98. THÈME

Saltus, ūs, m. défilé.
Superare, surpasser, gravir.
Nonnunquam, parfois.

Poena, ae, f. châtiment.
Audacia, ae, f. audace.

Les montagnes (suite). — 1. Les chemins des Alpes sont très rudes et très difficiles. 2. Cependant de très grands généraux, avec des soldats très nombreux, ont passé1 très rapidement2 à travers [leurs] sombres défilés. 3. Les sommets les plus élevés sont fort difficiles à gravir3. 4. Des hommes très énergiques, mais plus téméraires que prudents, gravissent les sommets: parfois la mort est le châtiment de [leur] détestable4 audace. 5. La vie des hommes dans les montagnes est plus pauvre, plus rude, plus sobre que dans les plaines. 6. Les hommes habitent dans des cabanes très basses. 7. Les aliments sont très simples, mais fort bons. 8. Le lait est très abondant, le fromage très gras. 9. Les habitants des montagnes sont meilleurs, plus énergiques, plus pieux que les habitants des villes.

1 Ont passé, iter fecerunt.2 Tournez: par une marche très rapide. — 3 A gravir, ascensu.4 Tournez: très mauvaise.

Récapitulation sur les comparatifs et superlatifs

99. EXERCICE

Pastor, oris, m. berger, pasteur.

I. Transcrire, traduire, mettre au comparatif et superlatif en conservant le cas et le nombre:

Stultum consilium. — Pigri discipuli. — Miseros agricolas. — Facilia itinera. — O bone pastor. — Durarum legum. — Humile tectum. — Impii regis. — Idoneis consiliis. — Multi apri. — Re necessariā. — Merces vilis. — Recenti hospitio. — Molli lanugini.

II. Mettre en latin:

D’une œuvre très facile (comp. d’obj. indirect). — D’une excellente mère (comp. de nom). — De plus récentes résolutions (sujet). — A de plus pauvres laboureurs. — La moindre récompense (acc.). — De moindres récompenses (comp. d’obj. dir.). — Plus d’hommes (= des hommes plus nombreux). — Plus de courage (= un courage plus grand). — Un orateur très distingué1. — Par une résolution pire. — A un élève plus pieux. — Une résolution pire. — Les pires résolutions. — Avec des caractères très différents2. — Un présent de moindre valeur3.

1 Egregius, a, um.2 Dissimilis.3 Trad.: un présent plus vil.

100. VERSION

Nemo, personne.
-que (après un mot), et.
Abducĕre, emmener.
Macula, ae, f. tache.
Nitēre, briller.
Reddĕre, rendre.
Pratum, i, n. pré.

Vellus, eris, n. toison.
Displicēre, déplaire.
Custodia, ae, f. garde.
Mutatio, onis, f. échange, troc.
Obtinēre, obtenir.
Gallina, ae, f. poule.
Cena, ae, f. repas (du soir).

Observation.Le nom, complément du comparatif, au lieu d’être précédé de quam, peut être simplement à l’ablatif. — Ex.: Plus savant que Pierre, doctior quam Petrus ou Petro doctior.

Nasica le sot. — I. 1. Rusticus quidam1, nomine Nasica, stultissimus erat. 2. Habebat equum optimum et velocissimum. 3. Equum majoris pretii nemo inter vicinos habebat. 4. Sed Nasica vidit2 in vicini agro pulcherrimam vaccam statimque3 cogitavit: «Talis vacca certe4 lac uberrimum dat et optimum.» 5. Equum igitur pro5 vaccā callidiori vicino offert6, et vaccam laetissimus abducit in villam7. 6. Mox Nasica in proximo agro asellum videt nigerrimum. 7. In fronte tamen4 aselli macula nitebat lacte candidior et lunae cornibus simillima: «Nunquam, exclamat Nasica, venustiorem asellum vidi8.» 8. Vaccam igitur reddit et asellum cum maximo gaudio abducit. 9. Postea in vicini prato videt pinguissimam ovem: «Nunquam, exclamat, pulchrius vidi8 vellus. 10. Lana est densissima et lanugine mollior. 11. Ovis certe4 potior et melior est asello: asellum reddam9

II. 1. Res facillima erat10. 2. Vicinus, providentior quam Nasica, ovem libenter dat. 3. Mox ovis rustico displicet: vicino enim canis erat10, minor quidem quam ovis, sed magis idoneus ad11 villae custodiam. 4. Mutatio ovis prioribus mutationibus nec pejor, nec magis ardua fuit12. 5. Canis custos erat10 maxime sedulus, sed edacissimus. 6. Ideo4 reddit canem Nasica et anserem obtinet. 7. Sed anser maxime garrulus voce maxime canorā Nasicam vexabat. 8. Itaque anserem vicino reddit et gallinam ansere minorem sed pinguiorem obtinet. 9. Mutatio anseris et pessima et extrema omnium fuit12. Nam in proximā cenā Nasica gallinam edit13. 10. Sic egentissimus factus est14. 11. Multi homines sunt Nasicae simillimi. 12. Alios divitiores reddunt, ipsi15 pauperrimi fiunt16.

1 Quidam, un certain. — 2 Vit. — 3 Statimque = et statim. Cogitavit, pensa. — 4 Adverbe.5 Pro, en échange de. — 6 Offre. — 7 Voir observ. 59. — 8 J’ai vu. — 9 Je rendrai. — 10 Etait. — 11 Pour. — 12 Fut. — 13 Mangea. — 14 Factus est, il devint. — 15 Eux-mêmes. — 16 Deviennent.

101. EXERCICE

I. Indiquer en donnant le positif: 1° Tous les comparatifs et superlatifs réguliers contenus dans la version 100. — 2° Tous les comparatifs et superlatifs de formation particulière. — 3° Tous les comparatifs et superlatifs de formation irrégulière. — 4° Qu’y a-t-il à remarquer sur providentior et egentior? sur potior? extremus? proximus?

102. THÈME

Currĕre, courir.
Sciurus, i, m. écureuil.
Amplitudo, inis, f. grandeur, taille.

Motus, ūs, m. mouvement.
Dorsum, i, n. dos.
Quia, parce que.

Le cheval et l’écureuil. — 1. Un excellent1 cheval se reposait à2 l’ombre d’un très grand arbre. 2. Dans le feuillage fort touffu courait un écureuil, très petit à la vérité, mais très agile. 3. Il voit le cheval et [lui] dit d’un ton3 très orgueilleux: «Le cheval est certes plus grand que l’écureuil, mais la taille4 est une qualité très vile. 4. Nul animal [n’] est plus agile ou plus gracieux que l’écureuil. 5. A travers les rameaux, la course des écureuils est très rapide et très gracieuse. 6. Pour5 la rapidité, ils sont très semblables aux oiseaux les plus légers.» 7. Le cheval répond: «Tes mouvements sont très agiles, mais le poids le plus léger est très lourd pour ton dos. 8. Tu es6 très gracieux; moi7, je suis très utile.» 9. — Un très grand nombre8 d’hommes, parce9 qu’ils ont un vêtement plus propre et se servent10 de mots plus élégants, méprisent les artisans, citoyens très nécessaires à l’État.

1 Tournez: très bon. — 2 A = dans. — 3 Ton = voix. — 4 Taille, amplitudo, inis, f. — 5 Pour = par. — 6 Tu es, tu es.7 Moi, je suis, ego sum.8 Tournez: des hommes très nombreux. — 9 Parce que, quia.10 Se servent de, utuntur (abl.).

LES ADJECTIFS NUMERAUX (Gr. § 32-36)

Adjectifs numéraux cardinaux

103. EXERCICE

Consul, ulis, m. consul.
Mundus, i, m. monde.
Aetas, atis, f. âge.
Miraculum, i, n. merveille.

Latitudo, inis, f. largeur.
Malum, i, n. mal, malheur.
Columna, ae, f. colonne.

Observation. — Un ne se traduit par unus que lorsqu’il s’agit de marquer réellement le nombre; par suite unus employé isolément doit souvent se rendre par «seul, un seul, unique.»

I. Duorum1 consulum. — Unius regis. — Tria genera animalium. — Quatuor mundi aetates. — Novem capita. — Tribus corporibus. — Septem miracula mundi. — Latitudo centum viginti pedum. — Quinquaginta millia equitum. — Cum mille ducentis equitibus. — Uni domino. — Duodeviginti homines.

II. En (= par) trois combats. — Trente mille soldats. — Quarante-cinq mille cavaliers. — Avec trois mille fantassins. — De deux maux. — A deux élèves. — De deux cents ans (gén.). — De cent vingt-trois colonnes (gén.). — Trente-deux citoyens (comp. d’obj. dir.). — A un [seul] élève.

1 On ne trouvera pas dans le lexique tous le noms de nombre; il faudra consulter le tableau des adjectifs numéraux (Gr. § 36).

104. EXERCICE

Mane (adv.), le matin.
Meridie, à midi.
Vesperus, i, m. le soir.
Vesperi (adv.), le soir.

Imperare, commander.
Adducĕre, amener.
Oppidum, i, n. ville forte.

I. Transcrire en toutes lettres, puis traduire:

XVI librorum. — XCII militibus. — XXXIII cives. — LIV equitibus. — LXII discipulos. — DCCIII peditum. — MM militum. — Discipuli LXXI. — XLIV urbium. — LIX libros. — XIX columnae. — XXVI urbes. — CCC equorum. — Civium romanorum capita erant tunc CCXCII millia.

II. Mettre en latin:

1. Deux amis sont une seule âme en deux corps. — 2. Cerbère avait1 trois corps. — 3. Quel2 animal a quatre pieds le matin3, deux à midi4, trois le soir5? — 4. A6 la guerre de Troie douze chefs commandaient. — 5. Le consul amenait vingt mille soldats. — 6. L’armée grecque7 était8 de trente mille soldats. — 7. Il y a9 vingt-trois villes fortes10 dans la région. — 8. La Gaule est baignée11 par deux mers.

1 Tournez: A Cerbère étaient (Gr. § 172). — 2 Quod.3 Le matin, mane (adv.).4 A midi, meridie.5 Le soir, vesperi.6 Tournez: [Dans] la guerre troyenne (abl. sans préposition).7 Tournez: des Grecs. — 8 Erat suivi du gén.9 Voir observ. 37. — 10 Ville-forte, oppidum, i, n. — 11 Est baignée, alluitur.

Adjectifs numéraux ordinaux
105. VERSION

Natus, a, um, né.
Usque ad (acc.), jusqu’à.
Post (acc.), après.

Conditus, a, um, fondé.
Finis, is, m. fin.

Les guerres puniques. — 1. Tribus bellis pugnaverunt1 Romani cum Poenis. 2. Primum bellum Punicum fuit2 ab anno ducentesimo sexagesimo quarto ante Christum natum usque ad annum ducentesimum quadragesimum primum. 3. Secundum bellum punicum fuit2 ab anno ducentesimo duodevicesimo3 usque ad annum ducentesimum primum. 4. Tertium bellum fuit2 ab anno centesimo undequinquagesimo3 usque ad annum centesimum quadragesimum sextum. 5. Hannibal inter Punicos duces celeberrimus mortuus est4 anno5 aetatis suae sexagesimo quinto, anno quingentesimo septuagesimo primo post Romam conditam, anno centesimo octogesimo tertio ante Christum natum, anno undevicesimo post finem secundi Punici belli.

1 Luttèrent. — 2 Fuit ab, dura depuis. — 3 Voir Gr. § 35, 3°. — 4 Mortuus est, mourut. — 5 L’ablatif seul marque la date: anno = dans l’année, en l’an.

106. THÈME

I. Les rois de Rome. — 1. Rome a eu1 sept rois: le premier fut2 Romulus; 2. le second Numa Pompilius3; 3. le troisième Tullus Hostilius; 4. le quatrième Ancus Martius; 5. le cinquième Tarquin l’Ancien; 6. le sixième Servius Tullius; 7. le septième Tarquin le Superbe.

II. Les Patriarches. — 1. Adam mourut4 à 930 ans5; 2. Seth à 912 ans; 3. Énos à 905 ans; 4. Caïnan à 910 ans; 5. Malaleel à 895 ans; 6. Jared à 962 ans; 7. Henoch à 365 ans; 8.Mathusalem à 969 ans; 9. Lamech à 777 ans ; 10. Noé à 950 ans.

1 A eu, habuit. — 2 Fuit. — 3 Tous les noms propres de ce thème ont la même forme en latin sauf Tarquinius Priscus, Tarquin l’Ancien, et Tarquinius Superbus, Tarquin le Superbe. Les noms propres de la seconde partie sont indéclinables comme n’appartenant pas à la langue latine.4 Mortuus est.5 Tournez: mourut [dans] la neuf cent trente et unième année de son âge (voir version 105, note 5) et ainsi de suite, en ajoutant une unité pour passer du nombre cardinal au nombre ordinal.

Récapitulation sur les adjectifs numéraux

107. VERSION

Ordo, inis, m. ordre (arrangement).
Procedĕre, s’avancer.
Magus, i, m. mage.
Puniceus, a, um, rouge.
Amiculum, i, n. manteau.
Velatus, a, um, voilé, drapé.
Numerus, i, m. nombre.
Haud procul, non loin.
Vehiculum, i, n. char, chariot.
Argentum, i, n. argent.
Varius, a, um, différent.

Exiguus, a, um, exigu, petit.
Intervallum, i, n. intervalle.
Cognatus, i, m. parent.
Appellare, appeler.
Hastatus, i, m. soldat armé d’une lance.
Stadium, i, n. stade.
Pecunia, ae, f. argent, somme.
Mulus, i, m. mulet.
Camelus, i, m. chameau.
Vehĕre, porter, conduire.

Observation. — Le verbe esse, être, fait à l’imparfait erat, [il] était, erant, [ils] étaient.

Le cortège de Darius. — 1. Ordo agminis erat talis. 2. Magi primi omnium procedebant. 3. Magos trecenti sexaginta quinque juvenes sequebantur1, puniceis amiculis velati, diebus unius anni pares numero. 4. Haud procul erant vehicula decem, multo argento et auro ornata. 5. Sequebatur2 equitatus duodecim gentium, armis et moribus maxime variarum. 6. Exiguo intervallo sequebantur1 quos3 cognatos regis appellant, quindecim millia hominum. 7. Duo aurea simulacra currum regis ornabant. 8. Currum decem millia hastatorum sequebantur1. 9. Dextrā laevāque4 regem ducenti ferme nobilissimi cognatorum5 comitabantur6. 10. Agmen hastatorum claudebatur7 triginta millibus peditum, quos8 CCCC regis equi sequebantur1. 11. Intervallo unius stadii, mater et conjux Darii duobus curribus vehebantur9, deinde filii regis tres cum magistrorum grege quindecim curribus10. 12. Post filios pecuniam sescenti muli et trecenti cameli vehebant.

1 Suivaient. — 2 Suivait. — 3 Quos, ceux que. — 4 A droite et à gauche. — 5 Gr. § 135. — 6 Accompagnaient. — 7 Etait suivie. — 8 Que (relatif).9 Etaient portées. — 10 Sous-entendu: vehebantur, étaient portés.

108. THÈME

Tradĕre, livrer, confier.
Succedĕre, succéder.

Adversus (acc.), contre.
Vincĕre, vaincre.

Alexandre. — 1. Les Macédoniens ont eu1 deux rois très illustres: Philippe2 et Alexandre. 2. Alexandre naquit3 en 3564 avant J.-C. 3. [En] 345, Philippe confie [son] fils au seul5 maître digne d’une telle charge, à Aristote. 4. [En] 336, Alexandre succède à [son] père Philippe. 5. La troisième année6 de [son] règne, [il] part7 pour la guerre contre les Perses avec 30.000 fantassins et 5.000 cavaliers. 6. Il vainc les Perses en8 deux combats fort célèbres. 7. Jamais l’empire d’un-seul5 homme [ne] fut9 plus grand que [l’empire] d’Alexandre. Cependant [il] mourut10 à 33 ans.

1 Ont eu, habuerunt. — 2 Voir observ. 70. — 3 Natus est. — 4 Tournez: [en] l’année trois cent cinquante-sixième avant le Christ né (voir version 105, note 5). — 5 Unus, a, um (voir observ. 103). — 6 A l’ablatif, (_voir version 105, note 5). — 7 Il part pour, proficiscitur ad (acc.). — 8 En = par. — 9 Fuit. — 10 Mortuus est (voir thème 106, note 5).

LES PRONOMS

Pronoms personnels. — Pronom réfléchi. — Pronoms adjectifs possessifs (Gr. § 38-40)

109. EXERCICE

I. Transcrire et traduire:

Ego et tu. — Nobis. — Vestri. — Nostrum. — Tecum. — Nobiscum. — Sui. — Secum. — In vobis. — In me. — Ad vos. — Ante nos. — Unus vestrum. — Pars nostri. — Pars nostrum. — Pars nostrorum. — In urbe vestrā. — Manum tuam. — Vestrorum civium ira.

II. Mettre en latin:

A toi et à moi. — De vous et de nous (gén.). — D’entre vous et d’entre nous. — De toi (comp. d’obj. ind.). — Nous (= à nous). — Te (= à toi). — Toi (comp. d’obj. dir.). — De lui-même (gén.). — Soi-même (comp. d’obj. dir.). — A elles-mêmes. — Toi et moi (acc.). — Avec vous. — Avec eux-mêmes. — Vers elle-même. — Après toi. — Avec moi. — A un d’entre vous.

110. QUESTIONNAIRE

1. Exprime-t-on d’ordinaire le pronom personnel sujet en latin? Quand l’exprime-t-on? (Observ. 14). — 2. Quels sens divers peuvent avoir les mots mei, tui, sui, nostri, vestri, nostrum, vestrum? — 3. Vous et moi se dit en latin ego et tu; quelles sont les deux différences importantes, visibles ici, entre le français et le latin? — 4. Indiquer à quel cas se mettra le pronom personnel complément dans les exemples suivants: Il me loue. Il me plaît. Il vous répond. Il vous blâme. Il nous nuit. — 5. Quelle différence y a-t-il entre les génitifs nostri et nostrum? — 6. Qu’a de particulier la préposition cum ayant pour complément un pronom personnel? Donner des exemples.

111. VERSION

Licet, il est permis.
Ludus, i, m. jeu.
Communis, e, commun.

Manēre, attendre, rester.
Primum (adv.), d’abord.
Effundĕre, répandre, jeter.

1. Mihi licet, tibi non licet. — 2. Ludus vos juvat, nobis libri placent. — 3. Amor nostrae patriae mihi tecum communis est. — 4. Mors nos omnes manet, sed melior pars nostri immortalis est. — 5. Bonus rex sibi primum1 imperat, deinde suis.2 — 6. Mi amice, salus nostra in nobis est3. — 7. Daedalus Icarum, filium suum, secum duxit4. — 8. Nostri fortiter pugnant; mox hostes sese in fugam effundunt. Dux noster suos2 laudat. — 9. Dominus sit5 vobiscum. — 10. Amor nostri omnibus nobis communis est. — 11. Unus vestrum me tradit. — 12. Mei cives me laudant, tui te vituperant. — 13. Hamilcar duxit4 secum in Hispaniam Hannibalem, filium suum, annorum decem puerum.

1 Adverbe.2 Gr. § 142*. — 3 Est in, dépend de. — 4 Emmena. — 5 Soit.

112. THÈME

Tunc, alors.
Caecus, a, um, aveugle.

Occaecare, aveugler.
Bonum, i, n. bien.

1. Pompée était1 alors l’ombre de lui-même. — 2. L’amour de vous-[même] vous aveugle. — 3. Mon très cher père, je partirai2 avec vous. — 4 Le sage3 porte tous ses biens avec lui-[même]. — 5. Ton corps est la moindre4 partie de toi-[même]. — 6. Les mères emmènent leurs fils avec elles-[mêmes]. — 7. Vous, mes amis, souvenez-vous5 de nous. — 8. Souvenez-vous6 de moi, Seigneur; mon espoir est en vous. — 9. Il nous annonce la chose. — 10. Il me répond; il me loue; il me dit. — 11. Tes livres nous plaisent7 et nous réjouissent. — 12. Le sot8 se loue et se plaît7 [à lui-même]. — 13. Moi, [je] te parle9; toi, réponds10-moi. — 14. Mon livre est plus beau que le tien. — 15. Nos villes sont plus nombreuses que les vôtres.

1 Observ. 107.2 Proficiscar.3 L’homme sage. — 4 [La] pire (au comparatif, Gr. § 133). — 5 Mementote (compl. au génitif).6 Memento (gén.).7 Plaire, placēre.8 L’homme sot. — 9 Je parle, loquor (on dit: parler avec, cum (abl.) qqn). — 10 Réponds, responde.

113. VERSION

Verberare, frapper.
Onus, eris, n. fardeau.
Imponĕre, placer sur, imposer.
Carduus, i, m. chardon.
Pascĕre, nourrir.
Assiduus, a, um, continuel.
Perpetuus, a, um, perpétuel, continuel.
Vivĕre, vivre.
Sollicitus, a, um, inquiet.

Reducĕre, ramener.
Ovillus, a, um, de brebis.
Pellis, is, f. peau.
Laborare, travailler.
Senectus, utis, f. vieillesse.
Occidĕre, tuer.
Vivus, a, um, vivant.
Levamen, inis, n. soulagement.

L’âne et la brebis. — 1. Ovis et asinus inter se colloquebantur1. 2. Ovis putabat se esse asino2 feliciorem. 3. Dicebat asino: «Dominus tuus te saepe verberat; tibi gravissima onera imponit: at meus mihi nunquam. 4. Meus gregem suum in agros ducit ubi3 est herba nobis gratissima; tuus te carduis pascit. 5. Labor nobis nullus est, at vobis assiduus. 6. Maxima vitae vestrae pars miserrima est, nos in perpetuā felicitate vivimus4. 7. Una tamen res me sollicitam tenet. 8. Saepe unam nostrum dominus secum abducit nec5 ad nos unquam reducit.» 9. Asinus, qui6 saepe ad urbem ovillas pelles vexerat7, intellegebat ovem in magno errore esse. 10. «Vita tua, inquit, meā2 pejor est. 11. Ego laboro8 quidem, sed usque ad senectutem vivo. 12. Vestro domino9 magna cura vestri est, sed mox vos occidit. 13. Mox tuam carnem suis amicis apponet10: ego, miser, sed vivus, tui memoriam servabo11, magnum in laboribus meis levamen.»

1 Conversaient. — 2 Voir observ. 100. — 3 Où. — 4 Vivimus: nous vivons. — 5 Nec unquam = et nunquam.6 Qui.7 Avait conduit. — 8 Voir observ. 14. — 9 Gr. § 172. — 10 Il servira (dans un repas). — 11 Je conserverai.

Pronoms-adjectifs démonstratifs (Gr. § 41)

(Hic, iste, ille)

114. EXERCICE

Décliner simultanément:

Hic bonus vir

Cet homme de bien

Iste audax nauta

Ce matelot audacieux

Acer ille sensus

Ce sentiment vif

Haec bona mulier

Cette femme de bien

Ista pauper mensa

Cette table pauvre

Viridis illa populus

Ce vert peuplier

Hoc turpe consilium

Ce honteux projet

Istud saevum mare

Cette mer dangereuse

Fallax illud os

Cette bouche trompeuse

115. EXERCICE

I. Transcrire, analyser et traduire:

Istius. — Illorum. — Huic. — Istis. — Illā. — Haec. — Istas. — Illa. — Hae. — Isti. — Hujus. — Illud. — Istum. — Harum. — Hoc.

II. Mettre en latin:

A celui-ci. — Dans ceux-là. — De celui-ci (iste). — Par ceux-ci. — Celles-là (acc.). — De ceux-ci. — Dans celui-ci (iste). — Avec celui-ci. — Avec celui-là. — Vers ceux-ci (iste).

III. Transcrire, traduire, puis mettre au cas indiqué:

Hic homo (gén.). — Illa mensa (dat.). — Iste gladius (abl.). — Hoc consilium (nom. plur.). — Isti cives (gén.). — Illud verbum (dat. plur.). — Iste homo (dat.). — Illae urbes (acc.). — Haec templa (acc. sing.).

IV. Mettre en latin:

Ce conseil (hic). — Cette ville (ille). — A cet homme (iste). — De cette table (ille). — Par cette parole (hic). — A cette ville-là. — De ces citoyens-ci (gén.). — Ces temples-là. — Par cette main (hic). — Ce glaive (iste, acc.).

116. EXERCICE

Praeclarus, a, um, illustre.
Medicus, i, m. médecin.
Sanare, guérir.
Modestia, ae, f. modestie.
Honestus, a, um, honorable.

Superbia, ae, f. orgueil.
Deponĕre, déposer.
Intendĕre, tendre, diriger.
Dextra, ae, f. main droite.

I. 1. Haec carmina suavissima sunt. — 2. Verba istius hominis mihi displicent. — 3. Memoria harum rerum nobis gratissima est. — 4. Hic illi displicet, ille huic. — 5. Praeclarus ille vir in hoc certamine periit1. — 6. Hae arbores suis frondibus hoc tugurium tegunt.

II. 1. Ce (ille) médecin guérit ces (hic) maladies. — 2. La modestie de celui-ci est plus honorable que l’orgueil de celui-là. — 3. Ces (iste) mœurs déplaisent aux habitants de ces (hic) contrées. — 4. Donne2 à celui-ci (hic) deux pièces [d’argent], à celui-là (iste) trois, à cet [autre] (ille) quatre.

III. Traduire les phrases suivantes et dire pourquoi on a employé iste, ille, hic:

1. Puer, istud onus depone3 et cibos illos in hac mensā appone4. — 2. Si intenderis5 gladium istum in6 illius viri caput, hac dextrā7 te occidam8.

1 Périt. — 2 Da. — 3 Dépose. — 4 Place. — 5 (Si tu auras dirigé) st tu diriges. — 6 In, contre. — 7 Dextrā (s.e. manu).8 Je tuerai.

Is, idem, ipse

117. EXERCICE1

I. Décliner simultanément:

Id consilium, cette résolution. — Eadem fortuna, la même fortune. — Senex ipse, le vieillard lui-même.

II. Transcrire, analyser et traduire:

Ejus. — Eorumdem. — Ipsius. — Eis. — Ipsi. — Ipso. — Idem. — Iidem. — Ipsam. — Eādem. — Ipsos. — Earum. — Easdem. — Ejusdem. — Eidem.

III. Mettre en latin:

Au même. — D’elles-mêmes (gén.). — Aux mêmes. — Par le même. — A elle. — A eux. — De lui. — Des mêmes (gén. fém.). — De lui-même (gén.). — Eux (comp. d’obj. dir.).

1 On n’oubliera pas que le démonstratif is sert de pronom personnel à la 3e personne (Gr. § 39).

118. EXERCICE

Fortuna, ae. f. fortune.

I. Transcrire, traduire, puis mettre au cas indiqué:

Id verbum (nom. plur.). — Is homo (gén. sing.). — Eadem arbor (abl. s.). — Arbor ipsa (dat. p.). — Idem vir (gén. p.). — Ea manus (abl. s.). — Populus ipsa (gén. s.). — Eadem urbs (acc. s.). — Miles ipse (acc. p.). — Res ipsa (abl. s.). — Eadem spes (acc. p.). — Idem dies (abl. p.). — Agricola ipse (dat. s.). — Eadem manus (dat. s.).

II. Mettre en latin:

La tour elle-même (comp. d’obj. dir.). — De ce roi. — A la chasse même. — Du même gain (gén.). — Par la même récompense. — Par les mêmes chemins. — De l’espoir même. — Dans cette forêt. — Les fils eux-mêmes (comp. d’obj. dir.). — De ces enfants (gén.). — A la ville elle-même. — Par le même sentiment. — Ces chemins. — Par le même cheval. — Des soldats eux-mêmes (comp. de nom).

119 a. VERSION

Modus, i, m. manière, sorte.
Parentes, tum, m. pl. les parents.
Ortus, a, um (abl.), né de.
Socius, i, m. associé, complice.
Solllcitudo, inis, f. inquiétude.

Improbus, a, um, malhonnête.
Hodie, aujourd’hui.
Dubius, a, um, douteux, contesté.
Cynicus, a, um, cynique.
Spernĕre, dédaigner.

I. 1. Iidem homines non semper eodem modo de1 iisdem rebus judicant. — 2. Saepe fratres, iisdem parentibus orti, sunt dissimillimae indolis2. — 3. Catilina patriae cladem parabat3. Lentulus et Cethegus ejusdem sceleris socii erant. — 4. Hostem omnes timebant: audacissimi ipsi non sine sollicitudine erant. — 5. Frater ejus laborat, ipse quiescit. — 6. Vir improbus sibi ipse nocet. — 7. Antiqui putabant4 Iliada et Odysseam esse opera ejusdem poetae. Hodie ipsum Homeri nomen dubium est. — 8. Eidem sceleri eadem poena. — 9. Diogenes cynicus ipsius Alexandri gloriam spernebat; idem mortem contemnebat. — 10. Omnium voluptatum fons in nobis ipsis est: labor ipse voluptas est impigris discipulis. — 11. Legatus principem salutat et etiam5 eum aureo vase donat.

1 De (abl.), au sujet de. — 2 Gr. § 114. — 3 Parare, tramer. — 4 Voir observ. 82. — 5 Adverbe.

119 b. THÈME

1. Tu nies cela, mais ton père lui-même [l’]affirme. — 2. Il est toujours le même. — 3. La reine elle-même soignait la jeune-fille malade. — 4. Mon frère et moi [nous] couchions1 autrefois dans le même lit. — 5. Devant le Sénat même, l’orateur exposait2 le même avis. — 6. Le Gaulois annonce au père lui-même la victoire de [son] fils. — 7. Deux soldats furent-blessés3 par la même flèche. — 8. Le roi confia4 au même messager une lettre d’une extrême importance. — 9. Les mêmes spectacles ne plaisent pas toujours aux mêmes hommes. — 10. Les Romains mettaient-en-fuite les armées d’Hannibal lui-même. — 11. Les Barbares tuaient les femmes elles-mêmes. — 12. Il faut aimer même [ses] ennemis. — 13. Le général même fut massacré5 par6 le même cavalier. — 14. Les poèmes d’Homère plaisent même aux ignorants.

1 Couchions, cubabamus.2 Tournez: témoignait. — 3 Furent blessés, vulnerati sunt.4 Confia, commendavit.5 Fut massacré, trucidatus est.6 Par, ab (abl.).

Is, employé comme pronom personnel

120. EXERCICE

I. Inusitatus, a, um, inusité, extraordinaire.
Forma, ae, f. forme, aspect.
Truncus, i, m. tronc.
Cinis, eris, m. cendre.
Flamma, ae, f. flamme.
Intrepidus, a, um, intrépide, calme.
Enotare, noter (par écrit).
Desperare de (abl.), désespérer de.

Quanquam, quoique.
Ignarus, a, um, ignorant.
Praebēre se, se montrer.

II. Addĕre animos, exciter le courage.
Itaque, aussi, c’est pourquoi.
Dedĕre, adonner.
Subigĕre, soumettre.
Praesidium, i, n. garnison.

Observation. — Is s’emploie au génitif (ejus, eorum, earum), au lieu de suus, quand le possesseur n’est pas sujet du verbe. Ex.: Son père est venu, ejus pater venit (litt. le père de lui).

I. Pline l’Ancien. — Plinius quiescebat. Soror ejus nuntiat ei nubem1 apparere inusitatae speciei2. Plinius nubem observat: ejus forma longissimo arboris trunco simillima erat. Mons Vesuvius cinerem et flammas eructabat. Plinius earum motus intrepidus enotat. Multi, metu tanti mali, de omni salute desperabant. Ipse in his periculis, quamquam eorum non ignarus, fortem et laetum se praebebat.

1 Voir observ. 82. — 2 Gr. § 114.

II. César. — César louait souvent ses soldats et ses1 discours excitaient leur courage2. Aussi ses soldats lui étaient-ils très dévoués3. Ils comprenaient [qu’]4 il était très habile dans l’art de la guerre; toutes leurs espérances étaient en lui. Avec ces soldats, il soumet les Gaulois et occupe5 avec6 des garnisons toutes leurs villes-fortes. Ses cavaliers et ses fantassins reviennent joyeux [à] Rome (acc.) pour (ad, acc.) le triomphe; mais César par son ambition provoque alors une guerre civile, désastre7 pour sa patrie.

1 Les possessifs en italiques doivent être remplacés par le génitif de is. — 2 Tournez: excitaient à eux les courages (voir lexique).3 Dévoué à, amans, antis, avec le complément au génitif.4 Voir observ. 82. — 5 Occuper, tenēre. — 6 Avec = par. — 7 Voir observ. 70.

Récapitulation sur les pronoms personnels, possessifs et démonstratifs (Gr. § 38-41)

121. VERSION

Fundus, i, m. domaine.
Fructus, ūs, m. revenu, bénéfice.
Aedificium, i, n. bâtiment.
Rima, ae, f. fente, lézarde.
Putridus, a, um, pourri.
Horreum, i, n. grenier.
Pluĕre, pleuvoir.
Vetustas, atis, f. vétusté, ancienneté.
Corruĕre, s’écrouler.
Copia, ae, f. abondance.
Dumus, i, m. buisson.
Vigēre, être vigoureux.
Vitis, is, f. vigne.
Languescĕre, languir, dépérir.
Colligĕre, recueillir.

Incendĕre, brûler.
Perpluĕre, laisser passer la pluie.
Cessare, se ralentir, se relâcher.
Permanēre, demeurer (jusqu’au bout.)
Etiam (adv.), même.
Marmoreus, a, um, de marbre.
Brevi, (adv.) en peu de temps, bientôt.
Crescĕre, croître.
Solum, i, n. sol.
Aptus, a, um, (dat) propre à.
Frumentum, i, n. froment.
Squalidus, a, um, sale.
Torrēre, dessécher.
Retorridus, a, um, rabougri.
Virēre, être vert.

L’oeil du maître.Dominus. Hujus mei fundi fructus tenuis est. Ipsa villae aedificia sordidi sunt aspectūs1. Rimae multae hos muros foedant. Illorum tectorum tegulae putridae sunt et horrea perpluunt. — Villicus. Cura mea in hujus modi rebus non cessat. Sed haec villa veterrima est. Res non semper sibi similes permanent. Etiam marmorea aedificia vetustate corruunt. — Dominus. Magna est in his agris malarum herbarum copia. Isti dumi vigent, at illae vites languescunt. — Villicus. Agricolae nostri has herbas saepe colligunt et cum istis dumis incendunt. Sed semper earum eadem est copia. Brevi2 enim crescunt et solum ipsum herbis et dumis aptius est quam frumento. — Dominus. Illarum arborum trunci mihi squalidi videntur3. Earum rami retorridi sunt. Folia ipsa non satis virent. — Villicus. Illas arbores ipse meā manu curo, sed labori meo parum respondent. Ejusdem generis sunt hae, sed multo2 validiores et laetioris aspectūs1.

1 Gr. § 114. — 2 Adverbe. — 3 Paraissent.

122. THÈME

Victus, ūs, m. nourriture, entretien.
Sumptus, ūs, m. dépense.
Vis, f. violence, quantité; vires, ium, f. pl. forces.
Macer, cra, crum, maigre.
Emĕre, acheter.

Bracchium, i, n. bras.
Gracilis, e, f. grêle.
Aeger, gra, grum, malade.
Fossor, oris, m. fossoyeur.
Penates, tium, m. pl. pénates.

L’oeil du maître (suite).Le maître. La maigreur de ces esclaves me déplaît. Cependant leur1 entretien me coûte cher2. — L’intendant. Je leur fournis de la nourriture en abondance3. Cet esclave-là est maigre, mais il est laborieux et même très robuste. Celui-ci est plus gras, mais il a le même caractère4. — Le maître. Quand j’ai acheté5 cet esclave, il était plus robuste. Aujourd’hui ses bras et ses jambes sont grêles. — L’intendant. O maître, cet esclave est malade. — Le maître. Le fossoyeur lui est certes maintenant plus nécessaire que le médecin. — L’intendant. Les médecins eux-mêmes n’avaient aucun espoir6. Un esclave de notre voisin est mort7 de8 la même maladie. Je t’ai conservé9 celui-ci par mes soins. — Le maître. Ton soin est diligent, mais le bénéfice10 en est petit. Orne11 de8 fleurs ces statues de nos Pénates. Demande-leur12 une année plus heureuse.

1 Voir †observ. 120.2 Tournez: est à moi à grande dépense. (Gr. § 174). — 3 Tournez: une grande quantité d’aliments. — 4 Tournez: il est du même caractère. (Gr. § 114). — 5 J’ai acheté, emi.6 Tournez: aucun espoir [n’]était aux…​ — 7 Est mort, mortuus est.8 De = par. — 9 J’ai conservé, servavi.10 Le bénéfice de lui. — 11 Orna. — 12 Demande à, pete ab (abl.).

Pronoms interrogatifs et relatifs (Gr. § 42-43)

123. EXERCICE

I. Transcrire, analyser et traduire:

Cui? — Quid? — Cujus? — Quorum? — Quem? — Quā? — Quibus? — Quas? — Quam urbem? — Quod templum? — Quos cives? — Cui agricolae? — Cujus hominis ? — Cujus1 gladio? — Quorum civium virtute? — Utrius? — Utrā? — Uter nostrum? — Utri fratrum? — In quā urbe? — Ad quod templum? — In cujus horto ?

II. Mettre en latin:

A qui? — Desquels? — Par lequel des deux? — A laquelle des deux? — Lequel? (comp. d’obj. direct). — De quels hommes? — Par quelles paroles? — De quel laboureur? — Dans quelles villes — Auquel2 de nous deux? — Lequel (acc.) des deux frères? — Par l’épée de quels3 [hommes]? — Par quelle récompense? — A quel matelot?

1 Traduire comme s’il y avait gladio cujus. — 2 Tournez: auquel-des-deux d’entre nous. — 3 Mettre l’interrogatif en tête.

124. EXERCICE

Stella, ae, f. étoile. — Oppugnare, assiéger. — Culpa, ae, f. faute.

Observations.Le pronom interrogatif et le pronom relatif se placent d’ordinaire en tête de la proposition. Ex.: Cujus filius est? De qui est-il le fils? Discipulus cujus magister fui, ipse magister nunc est. L’élève dont je fus le maître, est maintenant maître lui-même. Cependant ils restent précédés par la préposition qui les régit. Ex.: Ad quem contendebant? Chez qui se rendaient-ils? In his fluminibus in quibus multae sunt rupes, navigare periculosum erat. Dans ces cours d’eau où il y a beaucoup de roches, la navigation était dangereuse.

I. 1. Quis habet gladium? — 2. Uter vestrum mihi nocet? — 3. Cujus mortem tibi nuntiat tuus frater? — 4. Ad quod litus natant nautae? — 5. In quā urbe habitant amici nostri parentes? — 6. Cujus stellae lumen pulcherrimum est? — 7. Quarum ferarum sunt ista vestigia? — 8. Quod animal tibi videtur1 leone2 fortius? — 9. Cujus morte gaudet inimicus noster? — 10. Quae vitia vituperat magister? — 11. Pater ille duos habebat filios: utrius virtutem laudabat? utri dabat praemia?

II. 1. Quelles villes assiège votre général? — 2. Quels matelots nagent vers notre rivage? — 3. Lequel3 de nous deux ton ami blâme-t-il par ces paroles? — 4. Vers quelle ville part4 notre armée? — 5. Quelles récompenses le maître donne-t-il aux élèves diligents? — 6. Par la faute de quels citoyens ce désastre nous est-il arrivé5? — 7. Qui d’entre nous le maître blâme-t-il?

1 Paraît. — 2 Voir observ. 100. — 3 Voir exercice précédent, note 2. — 4 Proficiscitur. — 5 Est-il arrivé, accidit.

125. EXERCICE

I. Transcrire et traduire:

Ille quem. — Homo cujus. — Puella quam. — Gaudia quae. — Homines quibus. — Urbes in quibus. — Praemiis quibus. — Verborum quae. — Iidem quorum. — Miles cui. — Isti milites quos. — Quisquis. — Cuicumque. — Ad urbem in quā. — In gentibus apud quas. — Gaudium quod…​ quo…​

II. Mettre en latin:

Auxquels. — L’homme de qui (comp. d’obj. ind.). — Les soldats dont (comp. de nom). — Les soldats dont (comp. d’obj. ind.). — Aux hommes que. — Dans la ville que. — Dans la ville vers laquelle. — Les vertus dont (comp. d’obj. ind.). — Le combat qui…​ que…​ dont…​ par lequel. — Les paroles que…​ dont…​ par lesquelles. — Par l’épée que. — Par ces vices qui. — Ces hommes (acc.) qui. — Les amis auxquels.

126. VERSION

Simius, i, m. singe.
Armatus, a, um, armé.
Cubiculum, i, n. chambre (à coucher).
Vigilare, veiller.
Intrare, entrer.
Fax, facis, f. flambeau.
Credĕre, croire, confier.
Formica, ae, f. fourmi.
Camera, ae, f. plafond.
Decidĕre ab (abl.), tomber de.
Discursare, courir çà et là.

Mucro, onis, m. pointe d’épée.
Abigĕre, chasser.
Recurrĕre, revenir (en courant).
Tantus, a, um, si grand.
Bestiola, ae, f. petite bête.
Tollĕre, lever.
Pergĕre, continuer.
Depellĕre, chasser.
Perfodĕre, transpercer.
Miratio, onis, f. étonnement.
Excitare, réveiller.

Le roi et le singe. — Rex quidam simium habebat, quem suā amicitiā dignissimum putabat. Hic simius, gladio armatus, in cubiculo, in quo rex quiescebat, custos1 vigilabat. Quādam2 nocte, duo fures in regis cubiculum intrant, quod duae faces claro lumine illustrabant. At simius, cujus fidei rex vitam suam crediderat3, eos non vidit4. Plurimas enim formicas, quae de camerā decidebant et per frontem et pectus regis discursabant, diligenter gladii mucrone abigere conabatur5. Sed novae formicae semper recurrebant. Tandem simius, tantā istarum bestiolarum pertinaciā iratus, gladium quem in manu habebat subito tollit. Volebat6 vehementi gladii ictu formicas, quae per regis pectus discursare pergebant, tandem depellere; sed eodem ictu regis pectus perfodisset7. Fures autem, quorum miratio maxima erat, statim rem intellegunt. Furum unus magno clamore regem excitat.

1 (En qualité de) gardien. — 2 Quadam, ablatif fém. de quidam. (Gr. § 199). — 3 Avait confié. — 4 Vit (de voir). — 5 Il essayait. — 6 Il voulait. — 7 Il aurait transpercé.

127. THÈME

Placide, tranquillement.
Excitatus, a, um, réveillé.
Cognoscĕre, connaître.
Interfector, oris, m. meurtrier.
Estis, vous êtes, êtes-vous.

Regia, ae, f. palais.
Stultitia, ae, f. sottise.
Imprudentia, ae, f. irréflexion, mégarde.
Dimittĕre, renvoyer.

Le roi et le singe (suite). — Le roi qui reposait tranquillement ne soupçonnait1 pas le danger. Réveillé par le cri du voleur, quel spectacle voit-il? Il voit deux hommes qu’il ne connaît pas. Ce singe qu’il croyait2 fidèle ressemble3 à un meurtrier armé d’une épée menaçante. «Qui êtes-vous4? dit-il. Quelle raison vous amène dans mon palais? Lequel de vous deux m’a réveillé5 par son cri?» Les voleurs racontent toute l’affaire6. «L’espoir du butin, qui pousse les hommes au7 crime, nous a amenés8 dans votre chambre. Cependant, votre vie, qui était en grand péril par [suite de] la sottise de ce singe, nous est plus chère que l’or.» Le roi, dont l’imprudence avait été9 manifeste en cette affaire6, ne devint10 pas plus sage: il renvoie le singe, mais choisit le voleur par le cri duquel il avait été réveillé11, [comme] gardien de sa chambre.

1 Suspicabatur. — 2 Qu’il pensait fidèle. — 3 Tournez: est semblable. — 4 Vous êtes, estis. — 5 A réveillé, excitavit. — 6 Affaire = chose. — 7 Au = vers. — 8 A amenés, adduxit. — 9 Avait été, fuerat. — 10 Ne devint pas, non factus est. — 11 Il avait été réveillé, excitatus erat.

Pronoms adjectifs indéfinis (Gr. § 44)

128. EXERCICE

Décliner simultanément au singulier et au pluriel:

Homo quidam,

un certain homme.

Quaedam oratio,

un certain discours.

Quoddam templum,

un certain temple.

Nulla urbs,

aucune ville.

Totus dies,

le jour entier,

Alius miles,

un autre soldat.

Au singulier seulement:

Aliqua virtus,

quelque courage.

Servus alter,

l’autre esclave.

Nauta solus,

le matelot seul.

129. EXERCICE

I. Transcrire, analyser et traduire:

Alicujus. — Cuidam. — Alterā. — Unicuique. — Neutro. — Utriusque. — Nulli. — Aliorum. — Solius. — Nemini. — Nihil. — Neminem. — Neutri. — Alterius. — Cujusque. — Quaedam. — Aliqua.

II. A traduire seulement:

Aliquem dominum. — Cujusdam leonis. — Unumquemque nostrum. — Utrique consuli. — In nullā urbe. — Aliquod verbum. — Nihil admirabile. — Nihil boni. — Aliud tempus. — In quodam horto. — Neutra manus. — Neutrā manu. — In cujusdam hominis agro. — Homo nemini similis. — Nulli puero. — Nullo mari. — Aliis verbis. — Sine ullo timore. — Alterius oculi. — Omnes dies. — Totos dies.

130. VERSION

I. A quelqu’un. — Personne (comp. d’obj. dir.). — Ni de l’un ni de l’autre. — A l’un et à l’autre. — Aux autres. — Rien. — A chacun. — L’un [des deux] (comp. d’obj. dir.). — A l’un [des deux].

II. A un certain matelot. — Par certaines paroles. — Ni par une porte1 ni par l’autre. — Par d’autres récompenses. — De tous les jours (comp. de nom). — Du jour tout entier (gén.). — Des jours entiers (sujet). — Sans aucun2 courage. — Autre temps, autres mœurs. — Par quelques paroles. — A aucune ville. — Dans certains champs. — A l’un et à l’autre consul. — Le conseil de tous3 deux. — Les vertus de chacun. — A ce seul maître. — De l’un des [deux] frères.

1 Tournez: Par aucune-des-deux portes. — 2 Ullus, a, um. — 3 Tournez: de l’un-et-de-l’autre.

131. EXERCICE

I. Diligĕre, aimer.
Odium, i, n. haine.
Obsecratio, onis, f. supplication.
Admonitio, onis, f. remontrance.

II. Os, ossis, n. os.
Solus, a, um, seul.

Revertĕre, revenir.
Praestabilis, e, préférable.

III. Vix (adv.), difficilement, à peine.
Tyrannus, i, m. tyran.
Praetor, oris, m. préteur.
Avehĕre, enlever.
Spoliare, dépouiller.

I. Frères ennemis. — Regi cuidam duo erant1 filii: neuter alterum diligebat: maximum erat utriusque erga alterum odium. Nulla patris obsecratio, nullae aliorum cognatorum admonitiones illud odium sedare poterant2.

II. Le loup. — Lupus quidam, qui ossa atque pellis totus erat1, sub rupe solā, sine ullo socio vivebat. Raro cum aliquā praedā revertebat. Attamen nihil istā vitā3 praestabilius esse putabat4. Nemini enim serviebat5.

III. Verrès. — Vix ullum tyrannum invenias6 praetore Verre3 crudeliorem. Omnia signa, quae alicujus pretii erant, totā ex Siciliā avehebat. Uniuscujusque domum spoliabat. In quādam urbe duo templa erant, alterum Dianae, alterum Minervae. Nihil erat his templis4 pulchrius. Utriusque signa avexit7 Verres.

1 Voir observ. 107 et Gr. § 172. — 2 Pouvaient. — 3 Voir observ. 100. — 4 Voir observ. 82. — 5 Il était soumis. — 6 On trouverait. — 7 Emporta.

132. THÈME

Avaritia, ae, f. avidité, cupidité.
Insatiabilis, e, insatiable.
Justus, a, um, juste.

Honestus, a, um, honorable.
Justitia, ae, f. justice.
Debēre, devoir.

1. Quelques présents font plaisir1 aux amis. — 2. L’âme de chaque homme est l’homme lui-même. — 3. Une avidité insatiable possède l’un, l’ambition possède l’autre, l’un2 souffre d’une passion, [l’autre d’une autre]. — 4. Cynégire3 fut mutilé4 des deux mains5. — 5. L’homme juste respecte les droits d’autrui6; il [ne] nuit à personne; il rend à chacun ce qui lui appartient7; il [n’] y a rien [de] plus honorable que la justice. — 6. [Celui] qui commande aux autres [ne] doit être soumis8 à aucune passion. — 7. Lequel de vous [deux] nuit à l’autre? Ni l’un ni l’autre. — 8. Auquel de vous [deux] mes paroles déplaisent-elles? A tous deux9.

1 Tournez: charment les amis. — 2 Tournez: un autre souffre par une autre passion. Gr. § 152. — 3 Cynegirus. — 4 Obtruncatus est.5 De (abl.) l’une-et-de-l’autre main. — 6 D’autrui = des autres. — 7 Ce qui lui appartient = le sien (neutre).8 Etre soumis, servire (dat.). — 9 A l’un-et-à-l’autre.

Le neutre des pronoms (Gr. § 46)

133. VERSION

Creare, créer.
Negare, nier.
Audēre, oser.
Admirabilis, e, admirable.

Historia, ae, f. histoire.
Epistula, ae, f. lettre.
Accidĕre, arriver.
Tolerare, supporter.

1. Haec omnia, quae vident homines, Deus creat; quis hoc negare audet? — 2. Multa sunt in hac terrā admirabilia, sed plura in caelo. — 3. Saepe alius laudat quod1 alius vituperat. — 4. Aliud est scribere historiam, aliud scribere epistulam. — 5. Vir sapiens omnia sua2 secum semper portat: id est3 suam sapientiam. Quaecumque accidunt, ea fortiter tolerat. — 6. Quid dicit magister? Aliquid, sed nihil novi, semper idem. — 7. Non solum aliud alios delectat4, sed etiam eadem nos non semper delectant: haec ipsa quae nos valde delectaverunt5, mox nobis displicent. — 8. Omnia haec, quae vituperat ille, mihi valde placent.

1 Quod = id quod. — 2 Gr. § 142*. — 3 Id est, c’est-à-dire. — 4 Voir thème 132, note 2. — 5 Ont charmé.

134. THÈME

Vituperatio, onis, f. blâme.
Magis (adv.), plus, davantage.
Pueritia, ae, f. enfance.

Senex, senis, m. vieillard.
Verisimilis, e, vraisemblable.
Laudator, oris, m. admirateur.

1. Cet homme dit une chose, il [en] pense une autre. Non seulement cela est digne de blâme, mais qu’y a-t-il1 de plus honteux? — 2. Que craignent ces soldats? Le général ne2 blâme que ce qui est digne de blâme. — 3. Ceci me charme, cela me déplaît. — 4. Qu’est-ce qui3 te plaît davantage, ceci ou4 autre chose? — 5. Cela même qui nous charmait dans5 notre enfance, nous déplaît dans notre vieillesse. — 6. Autre chose est [d’]écrire à un ami, autre chose [d’écrire] pour tout le monde6. — 7. Tout7 ce que raconte Hérodote n’est pas également vraisemblable. Il raconte bien8 des choses qui provoquent l’étonnement. Ses9 admirateurs le reconnaissent10 eux-mêmes. — 8. Moi aussi11, [je] suis12 quelque chose.

1 Tournez: quoi [de] plus honteux?. — 2 Ne…​ que = seulement. — 3 Quelle [chose]. — 4 An. — 5 Tournez: qui charmait nous enfants…​ à nous vieillards. — 6 Pour tous. — 7 Toutes les [choses] que. — 8 Des [choses] nombreuses. — 9 De lui. — 10 Fatentur. — 11 Et moi. — 12 Sum.

Récapitulation sur les pronoms et pronoms-adjectifs (Gr. § 38-46)

135. VERSION

Simia, ae, f. guenon, singe.
Gemini, orum, m. pl. jumeaux.
Natus, i, m. fils, petit (d’un animal).
Momentum, i, n. importance, valeur.
Urgēre, presser.
Arte (adv.), étroitement.

Fugere, fuir.
Neglectus, a, um, dédaigné.
Circumdare, entourer, mettre autour (dat.).
Autem (après un mot), mais.
Relaxare, relâcher, desserrer.
Deserĕre, abandonner.
Haerēre, adhérer, être attaché.

La guenon et ses petits. — Avianus1 narrat2 simiam, cum5 geminos natos habet, alterum in maximo amore habere, alterius vitam nullius momenti putare3. Hoc quidem parum verisimile quibusdam videri4 potest; sed ea quae postea poeta narrat, haud minorem mirationem movent. Simia, cum5 eam aliquod urget periculum, illum filium, quem diligit, bracchiis arte6 complexa7, fugit8 veloci pede; at alter neglectus in dorso sedet et bracchia collo matris circumdat. Simia autem, mox cursu fessa, ubi9 se in maximo et proximo periculo esse intellegit2, bracchia, quibus cariorem10 natum tenet, relaxat eumque11 deserit. At ille alter, qui in dorso matris ipse suis viribus haeret, periculo cum eā aufertur12.

1 Avianus, fabuliste latin.2 Voir observ. 82. — 3 Putare, estimer (comme étant de telle ou telle valeur). — 4 Videri potest, peut paraître. — 5 Lorsque. — 6 Adverbe. — 7 Complexa, ayant saisi. — 8 Fugit, elle fuit. — 9 Une fois que. — 10 Gr. § 133. — 11 Eumque = et eum.12 Échappe.

136. THÈME

Cubile, is, n. lit, tanière.
Cuniculus, i, m. souterrain, mine.
Spelunca, ae, f. caverne.
Amplus, a, um, grand, vaste.
Limen, inis, n. seuil.
Draco, onis, m. dragon (gros serpent).

Callidus, a, um, astucieux.
Thesaurus, i, m. trésor.
Imponĕre, imposer.
Particula, ae, f. parcelle.
Fraudare, priver.
Congerĕre, amonceler.
Divitiae, arum, f. pl. richesses.

Le renard et le dragon. — Un1 renard, qui se faisait2 une tanière, creusait des souterrains très profonds. Il parvint3 enfin à une caverne assez vaste, sur le seuil de laquelle4 il voit un énorme dragon. «Que cherche cet astucieux renard?» dit le dragon d’une voix irritée. — «Je me fais2 une tanière, répond le renard, et je suis arrivé5 jusqu’à toi par mégarde. Mais quel est ton emploi dans cette caverne obscure?» — «Je garde les trésors de Jupiter, le plus grand6 et le meilleur des dieux.» — «Ton métier7 est fort pénible, dit le renard; mais quel est ton salaire?» — «Aucun, répond le dragon; Jupiter lui-même m’impose cette charge7». — «Quoi? tu [ne] prends8 rien pour toi? tu [ne] donnes9 aucune parcelle de ce trésor à tes amis?» — «Aucune.» — «Certes, aucun animal [n’]est plus misérable que toi dans le monde entier. Tu ressembles10 fort à un vieil11 avare qui se prive de12 nourriture et amoncelle des richesses inutiles à lui-même, mais très utiles à son héritier.»

1 Un certain renard. — 2 Faire, parare. — 3 Il parvint à, pervenit ad (acc.). — 4 Voir observ. 124. — 5 Je suis arrivé à, perveni ad (acc.). — 6 Voir observ. 70. — 7 Tournez : emploi. — 8 Tu prends, sumis. — 9 Tu donnes, das. — 10 Tu es (es) très semblable. — 11 A un vieillard avare. — 12 Ablatif.

137. QUESTIONNAIRE

1. Qu’y a-t-il de particulier dans la déclinaison de la plupart des pronoms? — 2. Quelles sont (au singulier d’abord, au pluriel ensuite) les formes de hic, iste, ille, is, idem, ipse, qui sont communes aux trois genres? — 3. Au point de vue de la déclinaison, quelle différence y a-t-il entre quis (interrogatif) et qui (relatif)? — 4. Quelle différence d’emploi entre quid et quod? — 5. Quelle forme de quis correspond au français quoi? quelle chose? qu’est-ce que? — 6. Que signifie aliquid? — 7. Quelle différence y a-t-il entre alter et alius? — 8. En quoi la déclinaison de solus, a, um, et de totus, a, um, diffère-t-elle de celle de bonus, a, um? — 9. A quels cas peut-on employer le neutre des pronoms au sens de chose?

DEUXIÈME PARTIE: LA CONJUGAISON

Préliminaires (Gr. § 47-53)

138. EXERCICE

Indiquer la première personne du singulier de l’indicatif présent des verbes suivants et dire à quelle conjugaison ils appartiennent:

1. Certare, lutter
Custodire, garder
Prohibēre, empêcher
Carēre, manquer
Vivĕre, vivre
Nocēre, nuire
Parare, préparer
Tacēre, se taire
Regĕre, diriger
Habēre, avoir
Spirare, respirer
Merēre, mériter

2. Dormire, dormir
Curare, soigner
Dicĕre, dire
Terrēre, effrayer
Trahĕre, tirer
Flare, souffler
Flēre, pleurer
Gerĕre, porter
Vocare, appeler
Praebēre, fournir
Mollire, amollir
Vitare, éviter

3. Ducĕre, conduire
Necare, tuer
Debēre, devoir
Fingĕre, façonner
Lenire, adoucir
Vastare, dévaster
Nutrire, mourir
Orare, prier
Surgĕre, se lever
Scire, savoir
Pergĕre, continuer
Sitire, avoir soif

Le verbe SUM (Gr. § 54)

139 a. EXERCICE

I. 1. Hic callidus homo semper ea quaerit, quae sperat1 sibi fore utilia. — 2. Justa imperia sunto. — 3. In priore consulatu, Cato quaestor fuerat P. Scipioni Africano2. — 4. Esto vir. — 5. Existimo1 sententiam illam injustam fuisse. — 6. Nunc quod es, ipse fui; nunc ego quod sum, eris3. — 7. Sit tibi terra levis3. — 8. Agricola dicit1 hiemem frigidam fuisse, sed aestatem fervidam fore. — 9. Erit boni pastoris4 ovem aberrantem5 sedulo quaerere. — 10. Cuidam medico6 servus erat, quem propter ejus segnitiem saepe verberabat. — 11. Infelix si fueris, solus eris. — 12. Optimorum militum est4 ducis parere imperio, sine dubitatione atque sine murmure. — 13. Nullum est7 remedium adversus mortem. — 14. Erant7 multi ferarum greges in nemoribus et saltibus Sogdianorum8.

1 Observ. 82. — 2 A P. Scipion, c’est-à-dire auprès de P. Scipion. — 3 Inscription sur une tombe. — 4 Gr. § 112. — 5 Perdue. — 6 Gr. § 172. — 7 Observ. 37. — 8 Sogdianorum: de la Sogdiane.

II. 1. Un juge doit1 être juste; j’affirme [que] celui-ci ne2 [l’]a pas été. — 2. Soldats, soyez courageux dans le combat. — 3. Chez les Grecs une couronne était la récompense du vainqueur dans les jeux publics. — 4. Que ta colère soit courte. — 5. L’hiver sera long: sois donc prévoyante, ô fourmi. — 6. Je veux que3 mes fils soient matelots comme moi. — 7. Tes fautes ont été un très mauvais exemple pour tes frères. — 8. Un roi avait4 trois fils d’une admirable beauté. — 9. Il y avait5 des collines élevées entre le camp et le fleuve. — 10. J’ai4 un fils unique. — 11. On dit6 [que] le vieux laboureur est7 avare. — 12. On racontait8 [que] le poète Homère était9 aveugle. — 13. Sylla10 espérait être11 roi. — 14. A12 la fin du monde, il y aura5 des signes13 dans le soleil, la lune et les étoiles.

1 Gr. § 112. — 2 Tournez: celui-ci ne pas (non) avoir été. Observ. 82. — 3 Que, ut (subj.).4 Gr. § 172. — 5 Observ. 37. — 6 On dit, dicunt. — 7 Observ. 82. — 8 On racontait, narrabant. — 9 Avoir été. Observ. 82. — 10 Sylla, Sulla, ae, m. — 11 Devoir être. Observ. 82. — 12 A, sub (abl.). — 13 Signe, signum, i, n.

139 b. EXERCICE

Observation.Les principaux composés de sum, se conjuguant comme ce verbe sont:

Abesse (absum), être absent
Adesse (adsum), être présent
Deesse (desum), manquer
Obesse (obsum), nuire

Praeesse (praesum), être à la tête de
Interesse (intersum), assister à
Inesse (insum), être dans
Superesse (supersum), survivre

I. Transcrire, analyser et traduire:

Sis. — Abessent. — Adfuerit. — Oberitis. — Defuisti. — Fuissemus. — Praefueram. — Intererunt. — Superfuisse. — Aberamus. — Desumus. — Obesset. — Adeste. — Adsitis. — Superes. — Inerat. — Defutura. — Obfuerit. — Praeero. — Abfuero. — Defuerunt. — Intersimus. — Estote. — Defuerant. — Supersint. — Ades.

II. Mettre en latin:

Que tu sois absent. — Je serais absent1. — Sois présent. — Que nous eussions nui. — Il est de reste. — Il était à la tête de. — Vous auriez assisté. — Tu avais manqué. — Tu as été à la tête de. — Je nuirai. — Que j’aie été absent. — J’aurais assisté. — Il serait présent. — Soyez présents.

1. On se rappellera que le conditionnel français correspond au subjonctif latin (Gr. § 49 et 56).

140. VERSION

Studium, i, n. goût, zèle, étude.
Affirmare, affirmer.
Stoicus, a, um, stoïcien.
Viginti, vingt.
Supersum, survivre.

Marsupium, i, n. bourse.
Praesens, entis, présent.
Accipĕre, recevoir.
Quaestor, questeur.
Segnitia, ae, f. paresse.

Observation. — Les composés de sum se construisent avec le datif, sauf absum qui se construit avec ab (abl.) et insum qui se trouve parfois avec in (abl.).

1. O Virgo, studiis semper adesto1 meis. — 2. Dum2 iste dux nostro exercitui praeerat, omnia miseris militibus deerant. — 3. Vestro sermoni nemo interfuit. — 4. Ira multis saepe obfuit. — 5. Viro sapienti nihil deesse affirmant3 Stoici. — 6. Senatus jubet3 praetorem alteri exercitui praeesse. — 7. Pater, dolore oppressus, filio suo diu non superfuit. — 8. Viginti nummi in meo marsupio inerant. — 9. Futura mala saepe magis terrent quam praesentia. — 10. Non est boni judicis4 accipere5 munera. — 11. Ubi eris, o puer, aetatis adultae6, curae tibi non deerunt. — 12. In agmine modo7 in primis, modo7 in extremis aderat legatus. — 13. Segnitia tua tibi oberit. — 14. Cicero illi certamini non interfuit.

1 Adesse, être présent, signifie aussi assister, aider. — 2 Tandis que. — 3 Voir observ. 82. — 4 Gr. § 112. — 5 Accipere, recevoir. — 6 Gr. § 114. — 7 Modo…​ modo, tantôt…​ tantôt.

141. THÈME

Herba, ae, f. herbe, plante.

1. César se hâte afin1 d’assister2 au combat. — 2. Dieu assistera2 toujours ceux qui [n’]auront jamais manqué3 à leur devoir. — 3. Le courage ne m’eût pas manqué dans l’adversité. — 4. O vous tous, mes amis, assistez2-moi dans ce danger. — 5. Le silence a rarement nui4. — 6. Si ce général avait été5 à notre tête, le courage ne nous aurait6 pas manqué. — 7. Pendant7 la guerre, les généraux prirent part8 à tous les dangers de leurs soldats. — 8. Sois prudent: tais-toi9; le silence [n’]a jamais nui4. — 9. Le froid nuit4 à beaucoup de plantes. — 10. Des généraux très braves étaient à la tête des armées romaines. — 11. Nul général [n’]a commandé10 à plus d’armées11, n’a assisté8 à plus de combats que César.

1 Afin que, ut (subj. prés.) qu’il assiste. — 2 Assister, adesse (dat.).3 Manquer, deesse. — 4 Obesse. — 5 Tournez : eût commandé (praeesse) à nous. — 6 Tournez: [ne] nous eût pas manqué. — 7 Pendant, in (abl.).8 Interesse. — 9 Tais-toi, tace. — 10 Praeesse. — 11 A des armées plus nombreuses.

142. VERSION

Relinquĕre, laisser.
Pervenire, parvenir.
Compellare, interpeller.
Misericors, ordis, miséricordieux.
Jamdiu, depuis longtemps.

Propitius, a, um, favorable.
Benificium, i, n. bienfait, service (rendu).
Memor, oris, qui se souvient, reconnaissant.

La prière d’Ulysse. — Ulixes, qui navem suam in litore reliquerat1, ad speluncam cujusdam cyclopis pervenit2. Hic cyclops, nomine Polyphemus3, tunc aberat. Ulixes in ejus speluncam cum sociis4 intrat. Sed mox cyclops adfuit. Ulixes eum blandis verbis compellat: «Esto nobis misericors et clemens, o cyclops. Jamdiu a patriā absumus. Ego qui his praesum, unus fui eorum ducum, qui Trojano bello interfuerunt. Nihil5 tibi tuisve6 bonis oberimus. At omnia, quae sunt vitae necessaria, nobis deesse vides7. Si qua8 tibi inest9 deorum cura, nobis adesto10. Si crudelis erga nos fueris, scito11 deos tibi iratos fore; si autem clemens fueris et misericors, iidem dii12 tibi propitii erunt nosque13 tui beneficii semper memores erimus.»

1 Avait laissé. — 2 Parvint. — 3 Polyphème. — 4 Voir observ. 59. — 5 En rien, nullement. — 6 Tuisve = vel tuis.7 Tu vois. — 8 Qua = aliqua. — 9 Gr. § 172. — 10 Voir version 140, note 1. — 11 Sache (Observ. 82). — 12 Gr. § 27, 6°. — 13 Nosque — et nos.

143. THÈME

Sollertia, ae, f. habileté.
Sollers, ertis, avisé.
Tamen, cependant, toutefois.
Abesse, être éloigné.
Veritas, atis, f. vérité.
Interesse (dat.), se mêler de.
Res, rei, f. chose, affaire.

Timēre, craindre.
Refugium, i, n. abri.
Laetus, a, um, content.
Apud (acc.), chez.
Olla, ae, f. marmite.
Hospitalis, e, hospitalier.
Ut (subj.), afin que.
Coctus, a, um, cuit.

La réponse du cyclope. — «O étranger, une grande habileté se révèle1 en tes paroles. Je pense2 [qu’]aucun parmi les chefs Grecs [ne] fut plus avisé que toi. Toutefois, si tu espères3 [que] je serai2 miséricordieux et clément envers vous, [sache que] tu es fort éloigné4 de la vérité. Tu affirmes5 [que] les dieux se mêlent2 des affaires des mortels. Jamais la crainte des dieux [ne] s’est rencontrée6 dans les âmes des cyclopes. Je ne crains7 pas que les pluies ou les neiges de Jupiter me nuisent8; car les peaux de brebis [ne] m’ont jamais manqué et cette caverne sera toujours pour moi un abri sûr, même contre les foudres de Jupiter. O étrangers, soyez contents: chez moi rien [ne] vous manquera. Du feu et une vaste marmite seront mes présents d’hospitalité9, afin que votre chair bien cuite soit10 pour moi une nourriture agréable.»

1 Se révéler dans, inesse in (abl.). — 2 Voir observ. 82. — 3 Si tu espères (speras) moi devoir être. — 4 Etre fort éloigné de, longe abesse ab (abl.).5 Affirmas. — 6 Se rencontrer dans, inesse in (abl.).7 Je [ne] crains pas que, non timeo ne (subj. présent).8 Nuire, obesse. — 9 Tournez: présents hospitaliers. — 10 Subj. présent.

LA CONJUGAISON ACTIVE

PREMIERE CONJUGAISON ACTIVE (Gr. § 55)

144. EXERCICE

Clamo, je crie.
Erro, j’erre.

Paro, je prépare.
Puto, je pense.

Servo, je garde.
Voro, je dévore.

Transcrire et traduire. On traduira les subjonctifs d’abord par le subjonctif, puis par le conditionnel.

I. Série du présent. — 1. Erras. Errabimus. Errabam. Errent. Erraretis. Errare. Errans. — 2. Servarent. Servato. Servabo. Servantes. Servabatis. Servatis. — 3. Vora. Vorares. Vorabimus. Vorabatis. Voramus. Vorando. Vorare. Vores. Ad vorandum.

II. Série du parfait. — 1. Putavimus. Putavisse. Putavero. Putaverim. Putaveramus. — 2. Paravisse. Paravisti. Paravisset. Paraverunt. Paraveras. — 3. Clamavi. Clamaverunt. Clamaveris. Clamaveratis. Clamavisset. Clamavissemus. Clamavisti. Clamavisse.

III. Série du supin. — Paratu. Clamaturus sum. Paraturam esse. Servatum. Paraturi erant.

145. EXERCICE

(Voir le vocabulaire de l’exercice précédent)

I. Série du présent. — 1. Nous errions. Vous errez. Qu’ils errassent. Ils errent. Que j’erre. — 2. Gardez. Tu garderais. Gardant. De garder. Vous garderez. Nous gardions. — 3. Qu’il dévore. Nous dévorerons. Ils dévoreraient. Tu dévores. Que je dévorasse. Vous dévoreriez. Pour dévorer.

II. Série du parfait. — 1. Vous avez pensé. Nous aurions pensé. Que j’aie pensé. Ils avaient pensé. Vous aurez pensé. — 2. Vous préparâtes. Ils ont préparé. J’avais préparé. Que nous ayons préparé. Avoir préparé. — 3. Nous criâmes. Ils ont crié. J’eus crié. Vous auriez crié. Que tu aies crié. Tu as crié. Avoir crié.

III. Série du supin. — Pour préparer. Je suis sur le point de dévorer. Etre sur le point de crier. A des soldats sur le point de crier.

146. VERSION

Fortuna, ae, f. fortune.
Juvo, as, juvi, jutum, are, aider.
Maculo, as, avi, atum, are, souiller.
Amens, entis, insensé.
Postulo, as, avi, atum, are, demander.
Impetro, as, avi, atum, are, obtenir.
Ubique, partout.
Do, das, dedi, datum, dăre, donner.

Pecco, as, avi, atum, are, pécher, commettre une faute.
Quotidie, chaque jour.
Naufragium, i, n. naufrage.
Culmen, inis, n. sommet.
Occupo, as, avi, atum, are (acc.), s’emparer de, occuper.
Ostento, as, avi, atum, are, montrer (avec ostentation).
Erro, as, avi, atum, are, se tromper.
Oro, as, avi, atum, are, prier.

Observation.On se rappellera que le subjonctif supplée l’impératif à la première et à la troisième personne. (Gr. § 56).

1. Croesus Solonem ad se vocavit. — 2. Consules populum ad contionem vocaverant. — 3. Audaces fortuna juvat. — 4. Pausanias magnam belli gloriam turpi morte maculavit. 5. Saepe te exspectavi. — 6. Homo amentissime, quid putavisti? Te1 id2, quod postulas, impetraturum esse? 7. — Dii3, nobis messes et bona vina date. — 8. Qui4 putaverit2 Deum ubique adesse, non peccabit. — 9. Quintum5 fratrem meum quotidie exspectamus. — 10. Cui narravisti naufragium tuum? — 11. Hostium exercitus montis culmen vi occupaverat. — 12. Sperarem, si adesses. — 13. Hic homo munera, quae ei rex dederat, ostentabat. — 14. Puto me2 in hac re non erravisse. — 15. Orate, ut6 impetretis. — 16. Orando impetrabis.

1 Sous-entendu putavisti. — 2 Voir observ. 82. — 3 Dii = dei. — 4 Qui = is qui.5 Quintus, nom propre.6 Voir observ. 148.

147. THÈME1

Regno, as, avi, atum, are, régner.
Servo, as, avi, atum, are, observer, garder, sauver.
Aequitas, atis, f. impartialité.
Occasio, onis, f. occasion.
Libero, as, avi, atum, are, délivrer.

Obtempero, as, avi, atum, are, céder.
Aedifico, as, avi, atum, are, bâtir.
Specto, as, avi, atum, are, regarder.

1. Esclave, appelle ton maître. — 2. L’esclave appellera son maître. — 3. Nous [n’]attendions aucune récompense. — 4. Neptune commande à la mer; que Jupiter règne dans l’Olympe. — 5. Vous louez les juges qui ont observé l’impartialité. — 6. Espérant2 toujours, attendons l’occasion de délivrer notre patrie. — 7. Que la raison commande, la passion cédera. — 8. Il pensait [que] nous céderions3. — 9. Sache4 [que] souvent des hommes ont bâti des demeures qu’ils [n’] ont jamais habitées. — 10. Regardez cette cabane. Qui l’habitera? — 11. Vous aurez espéré en vain; vous n’éviterez pas ce péril. — 12. Nous [ne] l’aurions pas raconté. — 13. Qui eût pensé [qu’]il5 se tromperait? Il s’est cependant trompé.

1 On aura soin de choisir dans le lexique des verbes de la première conjugaison.2 Participe prés, plur.3 Trad.: nous être sur le point de céder (voir observ. 82). — 4 Sache (scito) les hommes avoir bâti souvent. — 5 Trad.: lui être sur le point de se tromper.

148. VERSION

Argentarius, i, m. banquier.
Sceleratus, a, um, scélérat.
Dilato, as, avi, atum, are, agrandir.
Recupero, as, avi, atum, are, recouvrer.
Injustus, a, um, injuste.
Dubito, as, avi, atum, are, douter, hésiter.
Concilio, as, avi, atum, are, concilier.
Testis, is, m. témoin.

Suborno, as, avi, atum, are, suborner, corrompre.
Paro, as, avi, atum, are, préparer, procurer.
Causa, ae, f. procès, cause.
Ne…​ quidem, pas même.
Lacrimae, arum, f. pl. larmes.
Integer, gra, grum, intègre, entier.
Adversarius, a, um, adversaire.
Confirmo, as, avi, atum, are, appuyer, confirmer.

Observation.La conjonction ut avec le subjonctif signifie souvent afin que (voir au lexique).

Les cent témoins. — Pauper quidam agricola haud procul a cujusdam argentarii villā tugurium habitabat. Argentarius ille, homo sceleratissimus, hortulum agricolae vi occupavit, ut suum fundum dilataret. Agricola igitur, ut hortulum suum recuperaret, injustum vicinum in jus vocare non dubitavit. At ille, ut animum judicis sibi conciliaret, centum nummos ei donavit. Praeterea testes decem, quos pecuniā subornaverat, sibi paravit, sperans eos sibi magno auxilio1 in causā2 futuros. Agricola autem ne3 unum quidem testem dare potuit4, quia omnium vicinorum animos divitis argentarii metus occupaverat. Infelix igitur homo multis cum lacrimis judicem orabat. At integerrimus ille judex, centum nummos, quos argentarius ei donaverat, ostentans: «Adversarius, inquit, tuus5 hos centum testes ipse pro te dedit6, qui tuam causam confirmant. Hortulum igitur tuum servabis.»

1 Double datif. Gr. § 174. — 2 Causa, procès. — 3 Joindre ne…​ quidem.4 Potuit, put. — 5 Joindre adversarius tuus.6 Dedit, a donné.

149. THÈME

Diu (adv.), longtemps.
Colloco, as, avi, atum, are, placer, déposer.
Sopitus, a, um, endormi.
Primo ou primum, d’abord.
Villa, ae, f. ferme, maison de campagne.
Administro, as, avi, atum, are, administrer.

Latro, as, avi, atum, are, aboyer.
Lacero, as, avi, atum, are, déchirer.
Voro, as, avi, atum, are, dévorer.
Laboro, as, avi, atum, are, travailler.
Saxum, i, n. pierre.
Mortuus, a, um, mort.
Porcus, i, m. porc.

Ulysse et Eumée. — Ulysse avait longtemps erré sur1 toutes les mers. Enfin des matelots le déposèrent2 endormi sur le rivage d’Ithaque, sa3 patrie. Le soleil qui déjà éclairait la terre, le fit sortir4 de [son] sommeil. D’abord il [se] désespérait, mais bientôt il salua d’un cri joyeux le sol de sa patrie. Il se dirigea5 en hâte vers une de ses fermes qu’administrait Eumée, le plus fidèle de ses esclaves. Déjà Ulysse approchait de la ferme. Soudain des chiens cruels et fort-semblables6 à des bêtes sauvages, qui gardaient les troupeaux de porcs, accourent7 [en] aboyant. Déjà ils étaient sur le point de le mettre8 en pièces et ils l’auraient même dévoré si9 Eumée, qui travaillait sur le seuil de la ferme, [n’]était10 accouru et [n’]avait chassé les chiens à11 coups de pierres. Ainsi Eumée sauva la vie de son maître, qu’il avait cru12 mort depuis longtemps.

1 Sur = à travers. — 2 Déposer, collocare.3 Patrie de lui (observ. 70). — 4 Faire sortir de, excitare (abl.).5 Se diriger en hâte, festinare.6 Gr. § 30, 2°. — 7 Accourir, advolare.8 Mettre en pièces, lacerare.9 Si, nisi (subj. pl.-q.-pf.).10 Tournez: [ne] fût accouru, [n’]eût chassé. — 11 A = par. — 12 Croire, putare.

DEUXIEME CONJUGAISON ACTIVE (Gr. § 57)

150. EXERCICE

Careo,

es

carui

carēre,

manquer

Maneo,

es

mansi

mansum

manēre,

rester

Pateo,

es

patui

patēre,

être ouvert

Studeo,

es

studui

studēre,

étudier

Timeo,

es

timui

timēre,

craindre

Video,

es

vidi

visum

vidēre,

voir

I. Série du présent. — 1. Carent. Carebas. Careatis. — 2. Manebitis. Maneat. Ad manendum. — 3. Pateret. Patet. Patebit. — 4. Studeamus. Studetis. Studendo. — 5. Timet. Timebis. Non timebam. — 6. Videte. Videbamus. Videndi.

II. Série du parfait. — 1. Carui. Carueras. Caruissetis. — 2. Mansisti. Mansero. Manseramus. — 3. Patuit. Patuisse. Patuisset. — 4. Studuerim. Studuero. Studueras. — 5. Timuistis. Timuerunt. Timuissemus. — 6. Videritis. Vidistis. Vidissent.

III. Série du supin. — Visum. Visu. Visuros. Mansuram esse.

151. EXERCICE

(Voir le vocabulaire de l’exercice précédent)

I. Série du présent. — 1. Nous manquions. Que je manque. En manquant. — 2. Nous craignions. Crains. Vous craindrez. — 3. Qu’ils soient ouverts. Qu’ils fussent ouverts. Ils sont ouverts. — 4. Appliquez-vous. Pour s’appliquer. Il s’appliquera. — 5. Tu crains. Vous craigniez. Qu’ils craignent. — 6. De voir. Qu’il voie. Vous verriez.

II. Série du parfait. — 1. Qu’ils eussent manqué. Vous avez manqué. Nous aurons manqué. — 2. Nous fussions restés. Il resta. Nous restâmes. — 3. Qu’il ait été ouvert. Il aura été ouvert. Qu’il eût été ouvert. — 4. J’aurai étudié. J’aurais étudié. Avoir étudié. — 5. J’ai craint. Tu auras craint. Ils avaient craint. — 6. Avoir vu. Tu as vu. Que j’aie vu.

III. Série du supin. — [Pour] voir. J’étais sur le point de rester. Être sur le point de voir.

152. VERSION

Possideo, es, sedi, sessum, ēre, posséder.
Paupertas, atis, f. pauvreté.
Caveo, es, cavi, cautum, ēre, prendre garde.
Disputo, as, avi, atum, are, discuter.
Verecunde, respectueusement.
Ne (subj.), de peur que.
Temere (adv.), imprudemment.
Valeo, es, ui, ēre, se bien porter.
Bene (adv.), bien.
Tabernaculum, i, n. tente.
Fulgeo, es, ulsi, ēre, briller.
Indicium, i, n. indice.
Moneo, es, ui, itum, ēre, avertir.

Dictator, oris, m. dictateur.
Insidiae, arum, f. pl. embûches.
Civilis, e, civil.
Commoveo, es, movi, motum, ēre, provoquer, émouvoir.
Taceo, es, cui, citum, ēre, se taire.
Interrogo, as, avi, atum, are, interroger.
Pertineo, es, ui, tentum, ēre (ad), se rapporter à, concerner.
Reluceo, es, luxi, ēre, briller.
Inopia, ae, f. dénûment.
Opes, pum, f. pl. richesses, ressources.
Rubeo, es, ui, ēre, être rouge.

1. Alius possideat divitias, mihi mea placet paupertas. — 2. At tu, qui laetus rides mala nostra, caveto. — 3. Debemus disputare verecunde1 de naturā deorum, ne2 affirmemus aliquid temere1. — 4. Vale. Si vales, bene est. Ego valeo3. — 5. Apud Persas, super tabernaculum regis imago solis fulgebat. — 6. Multa indicia monuerant dictatorem Caesarem de insidiis. — 7. Antonius ingens bellum civile commovit. — 8. Vir injustus semper occasionem nocendi captat. — 9. Taceo: non respondebo, quia me interrogas de rebus nihil4 pertinentibus ad te. — 10. In Vesuvio monte latissimas et altissimas flammas relucere videbamus. — 11. Magna inopia est habuisse opes et nihil habere. — 12. Flendo rubent oculi.

1 Adverbe. — 2 Ne, de peur que. — 3 Formule de fin de lettre.4 Nihil, en rien, nullement.

153. THÈME

Praeter (acc.), excepté, à l’exception de.
Notitia, ae, f. connaissance.
Convicium, i, n. injure.
Grammatica, ae, f. grammaire.
Debeo, es, ui, itum, ere, devoir.
Adoro, as, are, honorer.

Naufragus, i, m. naufragé.
Maculo, as, avi, atum, are, souiller.
Amens, entis, insensé.
Postulo, as, avi, atum, are, demander.
Impetro, as, avi, atum, are, obtenir.

1. Il [n’]y a aucun animal, à l’exception de l’homme, qui ait quelque connaissance de Dieu. — 2. Tu [ne] me troubleras1 pas par tes injures. — 3. Enfants, appliquez-vous2 à la grammaire. Nous nous y appliquons. — 4. Vous devez honorer les dieux. — 5. Ulysse naufragé gisait3 sur4 le rivage de la mer. — 6. Celui qui possède la sagesse [ne] manque de rien5. — 7. L’habitude nous a enseigné6 [à] supporter7 le travail. — 8. Tu ne m’as pas fourni l’occasion de répondre. — 9. Que répondrais8-tu à cet homme? — 10. Nous obéirons9 aux lois afin de ne pas provoquer10 la guerre civile. — 11. Les chants des oiseaux nous causèrent11 un grand plaisir.

1 Commovēre.2 Studēre (dat.). — 3 Jacēre.4 Sur, in (abl.). — 5 De nulle chose. — 6 A enseigné nous. — 7 Sustinēre.8 Subj. prés.9 Parēre.10 Afin que (ne, subj. prés.) nous [ne] provoquions [pas] (commovēre). — 11 Praebēre.

154. VERSION

Baculus, i, m. bâton.
Pera, ae, f. besace.
Ambulo, as, avi, atum, are, marcher, se promener.
Simulacrum, i, n. statue.
Detineo, es, ui, tentum, ēre, retenir, captiver.
Philosophia, ae, f. philosophie.
Occasus, ūs, m. coucher.
Sub divo, en plein air, à la belle étoile.
aedes, is, f. demeure, maison.
Vaco, as, avi, atum, are, être vide, inoccupé.

Prohibeo, es, ui, bitum, ēre, empêcher.
Lateo, es, ui, ēre, se cacher.
Turba, ae, f. foule.
Immisceo, es, iscui, ixtum, ēre, se mêler.
Arceo, es, ui, ēre, écarter de, repousser.
Habitus, ūs, m. extérieur, maintien.
Veneratio, onis, f. respect.
Procumbo, is, cubui, cubitum, ĕre, s’étendre, se coucher.

Le roi et le philosophe. — Philosophus quidam, pauper ac senior1, qui nihil praeter baculum peramque2 possidebat, per magnam urbem ambulabat. Multa aedificia, multa deorum simulacra oculos ejus detinebant. Cum maximo gaudio videbat homines spe lucri festinantes, cum3 ipse, qui soli philosophiae studeret4, omni curā careret4. Sed jam caelum occasu solis rubebat. Timuit igitur philosophus ne5 eā nocte6 sub divo maneret; neque enim ulla pecunia, neque ullus amicus in illā urbe illi erat. Cum7 igitur jam urgeret4 tempus, videt ipsam regiam, pulcherrimae speciei aedificium, cujus fores patebant. «Aliud est, inquit, amplas aedes habere, aliud eas implere. Maxima pars hujus regiae certe vacat. Nemo prohibebit me in angulo aliquo latere et jacere.» Turbae servorum statim se immiscuit, quorum nemo eum aditu arcuit, quia senis habitus quamdam habebat venerationem. Mox philosophus cubiculum pulcherrimum vidit, in quo statim procubuit8.

1 Déjà âgé. Gr. § 130. — 2 Peramque = et peram.3 Alors que. — 4 Traduire par l’indicatif.5 Ne, que…​ ne. — 6 abl. de temps. Gr. § 199. — 7 Cum, comme. — 8 Il s’étendit de tout son long.

155. THÈME

Doleo, es, ui, ēre, être désolé, souffrir.
Mereo, es, ui, itum, ēre, ou eor, itus sum, mériter.
Deversorium, i, n. auberge.
Avus, i, m. grand-père.

Obtineo, es, ui, tentum, ēre, occuper.
Agedum, eh bien! Allons!
Nonne, est-ce que ne…​ pas? n’est-il pas vrai que?

Le roi et le philosophe (suite). — Mais le roi, que les esclaves avaient averti, le vit: «Pourquoi es-tu couché1 dans cette chambre? dit-il. Réponds-moi! Tu n’as pas craint ma colère? Vous, esclaves, pourquoi ne l’avez-vous pas empêché-d’entrer? Vous deviez2 le repousser!» — «Je suis désolé3, répond le philosophe, de vous avoir déplu. Toutefois, je ne pense pas avoir mérité un châtiment. Je croyais4 [que] cet édifice était une auberge.» — «Une auberge! dit le roi [en] riant. Mon grand-père a bâti ce palais. Mon père l’a ensuite occupé5. Maintenant, je le possède moi-même.» — «Mais qui le possédera plus tard?» — «Mon fils, s’il plaît aux dieux, répond le roi, et ensuite mon petit-fils.» — «Eh bien! s’écria le philosophe, une demeure que les hommes ont occupée5, occupent [et] occuperont si peu de temps6, n’est-il pas vrai7 [que] nous devons l’appeler une auberge?»

1 Etre couché, jacēre (pf. jacui). — 2 Il fallait (oportebat) le repousser. — 3 Je déplore moi avoir déplu à toi, etc. Déplorer, dolēre (pf. dolui). — 4 Je pensais cet édifice être. — 5 Occuper, obtinēre (pf. obtinui). — 6 Pour (in, acc.), un temps si (tam) court. — 7 N’est-il pas vrai [que], nonne.

TROISIEME CONJUGAISON ACTIVE (Gr. § 59 et 60)

156 a. EXERCICE

Accedo,

is

accessi

accessum

accedĕre,

s’avancer.

Credo,

is

credidi

creditum

credĕre,

croire.

Evado,

is

evasi

evasum

evadĕre,

s’échapper

Pono,

is

posui

positum

ponĕre,

poser.

Traho,

is

traxi

tractum

trahĕre,

traîner.

Verto,

is

verti

versum

vertĕre,

tourner.

I. Série du présent. — 1. Accedis. Accedemus. Accedant. Accederent. — 2. Credebam. Crederes. Credat. Ad credendum. — 3. Evadam. Evaderet. Evades. Evadebatis. — 4. Ponas. Ponere. Ponis. Ponendo. — 5. Traherem. Trahite. Trahe. Trahetis. Traheretis. — 6. Vertebas. Vertitis. Vertendi. Vertent.

II. Série du parfait. — 1. Accessisti. Accessisse. Accessissemus. — 2. Credideratis. Credideris. Crediderunt. Credidi. — 3. Evaseras. Evaserunt. Evasisset. — 4. Posuisti. Posuisse. Posueramus. — 5. Traxerim. Traxero. Traxisse. — 6. Vertistis. Verterunt. Vertissem.

III. Série du supin. — Tracturos esse. Tractu. Positurus eram.

156 b. EXERCICE

(Voir le vocabulaire de l’exercice précédent)

I. Série du présent. — 1. En s’avançant. De s’avancer. Vous vous avanceriez. — 2. Que je crusse. Tu crois. Ils croiront. — 3. Il s’échappe. Nous nous échapperons. Ils s’échappaient. — 4. Posant (dat. plur.). Pour poser (gér.). Poser. — 5. Que je traîne. Qu’ils traînent. Que nous traînassions. — 6. Tournez. Nous tournerons. Tourne.

II. Série du parfait. — 1. Je me suis avancé. Que tu te fusses avancé. Nous nous avançâmes. — 2. Avoir cru. Que nous ayons cru. Vous aviez cru. — 3. Vous vous échappâtes. Vous vous serez échappés. Tu t’es échappé. — 4. Que j’aie posé. Nous aurions posé. Avoir posé. — 5. Nous traînâmes. Vous auriez traîné. J’aurai traîné. — 6. Que nous eussions tourné. Vous tournâtes. Tu as tourné.

III. Série du Supin. — Nous étions sur le point de traîner. Être sur le point de poser. Sur le point d’échapper (nom. plur.).

157. EXERCICE

(Conjugaison secondaire en -io)

Conspicio, is, spexi, spectum, ĕre, apercevoir.
Cupio, is, ivi, itum, ĕre, désirer.
Facio, is, feci, factum, ĕre, faire.

Incipio, is, cepi, cepium, ĕre, commencer.
Jacio, is, jeci, jactum, ĕre, jeter.
Rapio, is, pui, ptum, ĕre, enlever.

I. Analyser et traduire1:

1. Conspiciunt. Conspiciebamus. Conspicies. Conspicerent. — 2. Cupientes. Cupiendi. Cuperem. Cupiat. — 3. Facimus. Faciam. Fac. Faceremus. — 4. Incipiet. Incipe. Incipiamus. Incipiendi. — 5. Jacietis. Jacite. Jaciendo. Jaciens. — 6. Rapiebamus. Rapiatis. Rapiendi. Rape.

II. Mettre en latin:

1. Nous apercevrons. Tu apercevrais. Vous apercevez. — 2. En désirant. Ils désireront. Qu’il désire. — 3. Faisons. Vous faisiez. Pour faire. — 4. Commencez. Commencer. Je commencerais. — 5. Tu jetteras. Que nous jetions. Jette. — 6. Tu enlèves. Nous enlèverons. Vous enlèveriez.

1 Le sens des mots se trouve dans la seconde partie de l’exercice aux numéros correspondants.

158. VERSION

Vagina, ae, f. fourreau.
Recondo, is, didi, ditum, ĕre, cacher (de nouveau), remettre.
Barbarus, a, um, barbare.
Diffugio, is, fugi, ĕre, s’enfuir (de tous côtés).
Ago, is, egi, actum, ĕre, pousser.
Restituo, is, i, utum, ĕre, restituer.
Succurro, is, i, ursum, ĕre, (dat.), secourir.
Usitatus, a, um, habituel.
Potius, (adv.) plutôt, de préférence.

Perantiquus, a, um, très ancien.
Religiosus, a, um, vénéré.
At, mais, tandis que.
Parco, is, peperci, parsum et parcitum, ĕre (dat.), épargner.
aegroto, as, avi, atum, are, être malade.
Praecipio, is, cepi, cepium, ĕre, ordonner.
Turdus, i, m. grive.
Comedo, is, i, esum, ĕre, manger.
Quasi, comme, comme si.
Vivo, is, vixi, victum, ĕre, vivre.

1. Miles gladium cruentum in vaginam recondidit1. — 2. Quaerimus quid fecerit2, non quid dixerit3. — 3. Barbari diffugerant quā4 quemque metus agebat. — 4. Ista bona priori domino restitue. — 5. Nunc5, dii, nunc5, succurrite mihi. — 6. Quaeramus quid optimum factu sit6, non quid usitatissimum. — 7. Potius accipiamus7 injuriam, quam faciamus. — 8. Verris servi perantiquum signum ex religiosissimo templo sustulerunt8. — 9. At vos, exiguo meo pecori, fures lupique9 parcite. — 10. Pompeio aegrotanti praecepit10 medicus ut turdum comederet. — 11. Quidam homines opibus parcunt quasi semper victuri11. — 12. Quidquid praecipies, esto brevis. — 13. De eā re ad te scripseram12. — 14. Virtutem omnibus rebus anteponemus.

1 De recondo. — 2 De facio. Trad. par l’indicatif. — 3 De dico. Trad. par l’indicatif. — 4 Qua, du côté où. — 5 Nunc, maintenant. — 6 Trad. par l’indicatif.7 Accipĕre, subir. — 8 De tollo, enlever. — 9 Lupique = et lupi. — 10 De praecipio. — 11 De vivo. — 12 De scribo.

159. THÈME

Addo, is, addidi, additum, ĕre, ajouter.
Juro, as, avi, atum, are, jurer.
Castra, orum, n. pl. camp.
Nisi, si ce n’est (que).
Tonsor, oris, m. barbier.
Peto, is, ivi, itum, ĕre (ab), demander à.
Describo, is, ipsi, iptum, ĕre, décrire.
Avunculus, i, m. oncle.
Inspicio, is, pexi, pectum, ĕre, examiner.

Defendo, is, i, ensum, ĕre, défendre.
Eripio, is, ipui, eptum, ĕre, enlever.
Hic (adv.), ici.
Metuo, is, i, utum, ĕre, craindre.
Legatus, i, m. ambassadeur, lieutenant.
Prospicio, is, pexi, pectum, ĕre, voir de loin, prévoir.
Amitto, is, misi, missum, ĕre, perdre.

1. Vivez heureux. — 2. J’ajouterai une-seule chose. — 3. La cendre tombait sur les navires. — 4. César jura [qu’]il ne reviendrait1 dans [son]9 camp que2 vainqueur. — 5. Denys [ne] confiait jamais [son]9 cou à un barbier. — 6. Tu [me] demandes de3 te décrire la mort de mon oncle. — 7. [Il] est sot, [celui] qui, sur le point d’acheter un cheval, [ne] l’examine pas. — 8. Nous [ne] vous abandonnerons4 jamais. — 9. Que le fils défende [son]9 père. — 10. Rends-[moi] ce que tu m’as enlevé5. — 11. Que diras-tu ou que feras-tu? — 12. Méprisez tous ces gens-là6. — 13. Que faites-vous ici? — 14. Nous craignons7 les loups. — 15. Je t’écrirai souvent. — 16. Les ambassadeurs romains méprisèrent les présents du roi Ptolémée. — 17. Tibère avait prévu8 ses malheurs longtemps auparavant. — 18. Auguste, à l’âge de quatre ans10, perdit [son] père.

1 Revenir, revertĕre (reverti, reversum). Tournez: lui-même, (se) être dans l’intention de [ne] pas revenir (Gr. § 58, 3°). — 2 Que = si ce n’est, nisi.3 Que (ut, subj. prés.) je te décrive. — 4 Deserĕre (deserui, desertum). — 5 Eripĕre (eripio, eripui, ereptum). — 6 Tournez: ceux-là. — 7 Metuĕre.8 Prospicĕre (prospicio, -pexi, -pectum); longtemps auparavant, multo ante.9 Voir observ. 59. — 10 A l’âge de quatre ans, quadrimus.

160. VERSION

Piscator, oris, m. pêcheur.
Exstruo, is, uxi, uctum, ĕre, bâtir.
Repono, is, posui, positum, ĕre, déposer, ranger.
Reficio, is, feci, fectum, ĕre, refaire, réparer.
Interficio, is, feci, fectum, ĕre, tuer.
Posthac (adv.), désormais.
Minae, arum, f. pl. menaces.
Frango, is, fregi, fractum, ĕre, briser, abattre.
Dolus, i, m. ruse.
Paenula, ae, f. manteau.

Premo, is, pressi, pressum, ĕre, presser.
Irrumpo, is, rupi, ruptum, ĕre, s’élancer dans.
Fustis, is, m. bâton.
Janua, ae, f. porte.
Obstruo, is, uxi, uctum, ĕre, obstruer.
Lectus, i, m. lit.
Dens, entis, m. dent.
Arripio, is, ipui, eptum, ĕre, saisir.
Comburo, uris, ussi, ustum, ĕre, brûler.
Apertus, a, um, ouvert.

Une ruse de Goupil. — Piscator quidam parvum in ripā lacūs tugurium exstruxerat, ubi pisces et retia reponeret. Quodam die1, cum2 haud procul a tugurio retia reficeret3, vulpes quaedam, quam fames jamdiu premebat, in tugurium irrupit et pisces statim incepit comedere. Sed piscator, qui irrumpentem vulpem conspexerat4, statim cum fuste et retibus accurrit stansque5 in limine januam toto corpore obstruebat. «Ah! sceleratissima vulpes, inquit, mox te hoc fuste interfecero. Posthac meos pisces non comedes.» Piscator putabat se his minis callidae vulpis audaciam fracturum6, sed illa, quae maximum adesse periculum intellegeret3, ad dolum consilium vertit. Paenulam, quam piscator in lecto posuerat7, dentibus arripiens ad focum et ignem trahere incepit8, ut eam combureret. Piscator celeri pede ad ignem accessit ut paenulam a flammā eriperet. Interea vulpes apertā januā, evasit9.

1 Ablatif de temps. Gr. § 199, 1°. — 2 Comme. — 3 Trad. par l’indicatif.4 De conspicio.5 Et stans.6 De frangere, abattre. — 7 De pono.8 De incipio.9 De evado.

161. THÈME

Anas, atis, f. canard.
Ludo, is, usi, usum, ĕre, jouer.
Colubra, ae, f. couleuvre.
Serpo, is, psi, ptum, ĕre, ramper.
Aspicio, is, pexi, pectum, ĕre, regarder, apercevoir.
Bestia, ae, f. bête.
aegre (adv.), péniblement.
Iter facĕre, faire route.

Erigo, is, rexi, rectum, ĕre, dresser.
Heri (adv.), hier.
Cycnus, i, m. cygne.
Ciconia, ae, f. cigogne.
Luscinius, i, m. rossignol.
Recte (adv.), droit, convenablement, comme il faut.

Le canard et la couleuvre. — Un canard jouait avec ses compagnons sur le bord d’un ruisseau. Il aperçut une couleuvre qui1 rampait à travers les herbes. «Regardez, dit-il, cette malheureuse bête. Les pieds même lui manquent pour2 courir. Elle traîne péniblement son ventre. Tandis3 que nous, [mes] amis, nous jouons sur4 les eaux; nous courons sur4 la terre; si nous le désirons5, nous ferons même route à travers les nuages. Et quel animal l’emportera6 sur nous par la voix?» La couleuvre, qui avait dressé7 la tête entre les herbes, leur dit: «Hier, j’ai aperçu8 des cygnes qui9 jouaient sur4 les eaux. Regardez ces poules qui10 courent. Ces cigognes font route à travers les nuages. Bientôt, sur ce peuplier, le rossignol chantera. Tous l’emporteront11 sur vous, parce que, faisant tout, vous [ne] faites rien convenablement.»

1 Une couleuvre rampant (on se rappellera que le participe s’accorde toujours en latin comme l’adjectif).2 Gérondif. — 3 Tandis que, at. — 4 Sur, in (abl.). — 5 Si nous l’aurons désiré. — 6 Quel animal nous vaincra. — 7 Erigĕre (erexi, erectum). — 8 Conspicĕre (conspicio, -pexi, -pectum). — 9 Jouant. — 10 Courant. — 11 Tous vous vaincront.

QUATRIEME CONJUGAISON ACTIVE (Gr. § 61)

162. EXERCICE

Dormio,

is

dormivi

dormitum

dormire,

dormir.

Nutrio

is

nutrivi

nutritum

nutrire,

nourrir.

Reperio

is

reperi

repertum

reperire,

trouver.

Saevio,

is

saevii

saevitum

saevire,

sévir.

Venio

is

veni

ventum

venire,

venir.

Vincio,

is

vinxi

vinctum

vincire,

attacher.

I. Série du présent. — 1.Dormiebam. Dormias. Dormiemus. Dormientes. — 2. Nutriam. Nutries. Nutrirem. — 3. Reperiendi. Reperiet. Reperiremus. Reperiat. — 4. Saevis. Saeviemus. Saevirent. — 5. Veniebat. Veniatis. Veniendi. Venire. — 6. Vinciendo. Vincias. Vinciet. Vinciretis.

II. Série du parfait. — 1. Dormivisti. Dormiverimus. Dormivit. Dormivissent. — 2. Nutrivisse. Nutriverat. Nutriendo. Nutrivero. — 3. Reperit. Reperimus. Reperisses. Reperisse. — 4. Saeviistis. Saevierint. Saevierunt. Saeviisses. — 5. Venerim. Venero. Venerunt. Venistis. — 6. Vinxissent. Vinximus. Vinxerim. Vinxeratis.

III. Série du supin. — Dormiturus. Venturos esse. Saevitura.

163. EXERCICE

(Voir le vocabulaire de l’exercice précédent)

I. Série du présent. — 1. Que vous dormissiez. Ils dormiront. Dormez. En dormant. — 2. Nourrir. De nourrir. Que tu nourrisses. Ils nourriront. — 3. Qu’ils trouvassent. Tu trouves. Que tu trouves, pour trouver. — 4. Qu’ils sévissent. Vous séviriez. Il sévira. En sévissant. — 5. Je viendrais. Tu viendras. Venez. Je viendrai. — 6. Attachant (dat. plur.). Nous attacherons. Vous attacheriez. J’attachais.

II. Série du parfait. — 1. J’ai dormi. Il avait dormi. Avoir dormi. Que vous ayez dormi. — 2. Ils auraient nourri. Tu as nourri. Nous avions nourri. Ils auront nourri. — 3. Que tu eusses trouvé. Il avait trouvé. Que vous ayez trouvé. — 4. Tu aurais sévi. Que nous ayons sévi. Il a sévi. Ils sévirent. — 5. Etre venu. Vous êtes venus. Je serai venu. Tu étais venu. — 6. J’aurais attaché. Que j’aie attaché. Ils avaient attaché.

III. Série du supin. — [Pour] dormir. Etre sur le point de venir. [Etant] sur le point de sévir (dat. plur.).

164. VERSION

Esurio, is, ii, ire, avoir faim.
Sapio, is, ĕre, avoir du goût.
Evenio, is, veni, ventum, ire, arriver, se produire.
Trux, ucis, farouche.
Mugio, is, ii, itum, ire, mugir.
Ferus, a, um, sauvage.
Nescio, is, ivi, itum, ire, ignorer.
Sentio, is, ensi, ensum, ire, sentir, s’apercevoir de.
Bonitas, atis, f. bonté.

Invenio, is, eni, entum, ire, trouver.
Servio, is, ivi, itum, ire (dat.), être l’esclave de.
Servitus, utis, f. servitude.
Popularis, is, m. concitoyen.
Scio, is, ivi, itum, ire, savoir.
Mollio, is, ivi, itum, ire, adoucir.
Caupo, onis, m. l’hôtelier.
Occido, is, idi, isum, ĕre, tuer.

1. Omnes cibi, etiam vilissimi, esurientibus sapiunt. — 2. Omnia quae optas, eveniant tibi. — 3. Truces in altā valle mugiebant tauri. — 4. Nulla est inter homines gens tam fera quae nesciat1 Deum esse. — 5. Quis est qui nunquam senserit Dei bonitatem? — 6. Num2 remedium aliquod tantae calamitati invenistis? — 7. Servire cupiditatibus gravissima servitus est. — 8. Multarum rerum causas non reperimus. — 9. Amicus meus et popularis Geta heri ad me venit. — 10. Quid istud est? Scies. — 11. Quod remedium huic rei inveniam miser? — 12. Agricolae, fructus feros mollite colendo. — 13. Caupo quidam, postquam viatores dormire senserat, eos occidebat. — 14. Scito homines tam bene3 in tugurio dormire quam in regiā.

1 Traduire par l’indicatif. Gr. § 329, 3°. — 2 Num, est-ce que par hasard? — 3 Tam bene…​ quam, aussi bien…​ que.

165. THÈME

Praedico, is, dixi, dictum, ĕre, prédire.
Vecors, cordis, insensé.
Oboedio, is, ivi, itum, ire, obéir.

Refercio, is, ersi, ertum, ire, remplir.
Ver, veris, n. printemps.
Vestio, is, ivi, itum, ire, revêtir.

1. Quand cet événement1 sera arrivé, nous saurons [que] tu as2 prédit la vérité. — 2. Qui est assez3 insensé pour4 ne pas sentir [que] Dieu existe? — 3. Un homme qui5 a faim [ne] méprise aucune nourriture. — 4. Tu [ne] trouveras personne fidèle, si tu n’es6 pas toi-même fidèle. — 5. Tu ne savais pas [que] César7 avait été vainqueur dans la guerre civile? Tous [le] savent. — 6. Les paroles de nos amis adouciraient8 ta douleur. — 7. Obéissez9 aux autres, afin que les autres vous obéissent. — 8. Je ne doutais pas que10 le temps [n’]adoucit8 ta douleur. — 9. Si tu viens11, tu adouciras ma douleur. — 10. Les anciens avaient rempli12 de fables leurs poèmes. — 11. Le printemps a revêtu de fleurs les prés et les champs. — 12. Nous avons su [qu’]ils13 viendraient.

1 Tournez: cela. — 2 Toi avoir prédit le vrai. — 3 Tam. — 4 Qui ne sente pas Dieu exister. — 5 Ayant faim. — 6 Si (nisi) tu [n’]auras [pas] été (Gr. § 310). — 7 César avoir été. — 8 Adoucir, mollire (-vi -itum). — 9 Obéir, oboedire (-ivi). — 10 Que, quin (subj. impf.). — 11 Si tu seras venu. — 12 Remplir, refercire (refersi, refertum). — 13 Eux être sur le point de venir.

166. VERSION

Verbera, um, n. pl. coups (de verges).
Graviter, sévèrement.
Indomitus, a, um, indomptable.
Insanio, is, ii, ire, être fou.
Nebulo, onis, m. vaurien.
Erudio, is, ivi, itum, ire, instruire.
Custodio, is, ivi, itum, ire, garder.
Schola, ae, f. école.
Audio, is, ivi, itum, ire, entendre.
Sedulo (adv.), avec soin.
Invicem (adv.), à son tour.
Salio, is, ii, saltum, ire, sauter.

Sinus, ūs, m. pli (du vêtement), poche.
Pomum, i. n. fruit.
Dispertio, is, ii, itum, ire, distribuer.
Advenio, is, i, ventum, ire, arriver.
Probe (adv.), comme il faut, honnêtement.
Ferio, is, ii, itum, ire, frapper.
Querela, ae, f. plainte.
Quoties, combien de fois; chaque fois que.
Punio, is, ivi, itum, ire, punir.
Multi, ae, a, nombreux, beaucoup de, bien des.

Un mauvais garnement.Mater: «Ad te venio, magister, cum hoc meo filio ut1 in eum verberibus saevias. Nisi2 in eum graviter saevieris, indomitam ejus indolem nunquam mollies. Nunc scio me valde insaniisse, cum3 ad te hunc nebulonem adduxi, ut1 eum erudires. Certe dignus erat qui4 asellos in agris custodiret, non qui magistrum in scholā audiret. Ego et pater eum sedulo nutriebamus et vestiebamus ut1 nos, cum3 ad senectutem pervenissemus, invicem nutriret et vestiret. Sed certe esuriemus: hic nos nunquam nutriet. Nullum enim in eo probi animi affectum reperias. Semper dormit vel salit, nunquam oboedit. Heri sinus suos hortuli nostri pomis refersit, ut1 amicis suis, pessimis nebulonibus, ea dispertiret. Sed nunc tempus saeviendi advenisse sciat. Ejus pedes manusque5 vinci, ut1 dorsum probe ferias. Sed cave ne6 ejus preces iram tuam molliant.»

1 Voir observ. 148. — 2 Nisi, à moins que. — 3 Lorsque. — 4 On dit dignus qui (subj.) pour: digne de (infinitif).5 Manusque = et manus.6 Ne, que…​ ne.

167. THEME

Un mauvais garnement (suite).Le maître: «Enfant, tu as entendu les plaintes de ta mère. Ton père et ta mère t’ont nourri et t’ont vêtu; tu [n’]as jamais eu faim1. Les autres enfants gardaient2 les ânes dans les champs; toi, tu es venu ici3 pour4 entendre les leçons du maître. Je t’instruisais5 avec soin. Je cherchais6 à adoucir ton caractère indomptable; mais tu n’écoutais pas mes leçons. Tu dormais ou tu sautais. Que de fois7 tu as distribué8 à tes amis les fruits dont tu avais rempli9 tes poches! Que de fois7 je t’ai puni! Tu sentiras plus tard10 ta faute. Bien des malheurs11 t’arriveront. Dès maintenant12, je vais te punir13 sévèrement. Esclaves, attachez-le. Ensuite vous frapperez14 de verges le dos de ce vaurien. Il saura [que] le moment d’écouter et d’obéir15 est arrivé».

1 Avoir faim, esurire (esurii). — 2 Garder, custodire (-ivi, -itum). — 3 Ici, huc.4 Afin que, ut (impf. du subj.). — 5 Erudire (-ivi, -itum).6 J’adoucissais. — 7 Que de fois, quoties.8 Dispertire (-ivi, -itum). — 9 Refercire (-fersi, -fertum). — 10 Plus tard, serius.11 Des malheurs nombreux. — 12 Déjà. — 13 Je te punirai. — 14 Ferio (ferire). — 15 Oboedire (-ivi).

Récapitulation sur les quatre conjugaisons actives

168. EXERCICE

Indiquer à quelles conjugaisons appartiennent les formes suivantes:

I. Servo, as. — Mollire. — Habitabat. — Habes, habebo. — Adjicere. — Collocavisse. — Scribere. — Occupavit. — Possideo. — Impleturus. — Conspicio, conspice. — Donaret. — Trahendi, trahe. — Servandi. — Emere. — Movēbit. — Confirmantes. — Patebat, pateas. — Manērent.

II. Ostentare. — Evaderes. — Reficiam, refice. — Vincio, vinci. — Venire. — Taceant. — Paraturos. — Jacēre. — Arceat. — Impleverim. — Sperabo. — Valēbunt. — Mollires. — Contemneremus. — Videamus. — Ridēte. — Vocatum. — Prohibēbit.

III. Dormi. — Scivisse. — Credebam, credam. — Insanirem. — Vertite. — Timēte. — Vocate. — Oboedite. — Rubeo. — Detinēbunt. — Properem, propera. — Caream. — Nutrimus. — Intellegimus. — Respondetote. — Flevisse. — Orna. — Spectem.

169. EXERCICE

Analyser et traduire1:

1. Molli. Mollies. Molliant. Molliendi. — 2. Habes. Habendo. Habuerim. Haberet. — 3. Scribam. Scripsisse. Scriptum. Ad scribendum. — 4. Timetis. Timuisse. Timeretis. Timeamus. — 5. Dares. Dedissemus. Dando. Daturus. — 6. Faciemus. Facere. Fac. Faciebas. — 7. Vincies. Vinciamus. Vinciret. Vinxisse. — 8. Vince. Vincebat. Vincendi. Vicissem. — 9. Vinco2. Vincio. Vincam. Vinciam. Vinciendo. Vincite. Vincīte. Vinciemus. Vincemus. Vincīmus. Vincimus. — 10. Servem. Servabis. Servatis. Servavisti. — 11. Serviisti. Serviant. Servires. Serviet. — 12. Servo. Servio. Servit. Servat. Servabam. Serviebat. Servando. Ad serviendum. — 13. Jacio. Jaceo. Jaceam. Jacias. Jacete. Jacite. Jacemus. Jaciemus. Jacendi. Jaciendo.

1 Le sens des verbes se trouve dans l’exercice suivant, aux numéros correspondants.2 Dans les numéros 9, 12, 13, on a mélangé à dessein des formes analogues appartenant à des verbes différents qu’il faudra distinguer.

170. EXERCICE

1. Tu adouciras1. Avoir adouci. A adoucir. Pour adoucir. — 2. Ayez. Il aura. Vous auriez. Que nous ayons. — 3. Vous écrirez. Écrire. Il écrivait. Il eût écrit. — 4. J’ai craint. Tu craignis. Que nous craignissions. En craignant. — 5. Donne. Tu donneras. Qu’il donne. Il aura donné. — 6. Faites. Que j’aie fait. Tu auras fait. Fais. — 7. En attachant. Attache. Attacher. D’attacher. — 8. Pour vaincre. Ils vaincront. Que vous vainquissiez. J’ai vaincu. — 9. Vaincre. Attacher. Avoir vaincu. Avoir attaché. J’aurai vaincu. Tu auras attaché. Il avait vaincu. Nous avions attaché. — 10. Nous sauvons. Ils ont sauvé. Qu’ils sauvent. Vous sauverez. — 11. En servant. Tu servais. Servant (dat. plur.). Avoir servi. — 12. Sauver. Servir. Sauve. Sers. Que je sauve. Tu serviras. Nous sauverons. Vous serviez. — 13. Jeter. Être couché. Tu serais couché. Tu jetterais. Que tu sois couché. Il jettera. Il sera couché.

1 Voir l’exercice précédent aux numéros correspondants.

171. VERSION

Postquam, après que.
Bos, ovis, m. bœuf.
Condo, is, didi, ditum, ĕre, fonder.
Ibi (adv.), là.
Fluvius, i, m. fleuve.
No, as, avi, atum, are, nager.
Trajicio, is, eci, ectum, ĕre, traverser.
Aliquandiu (adv.), quelque temps.
Via, ae, f. route.
Sopor, oris, m. sommeil.
Opprimo, is, pressi, pressum, ĕre, accabler.
Averto, is, ti, versum, ĕre, détourner.

Compello, is, puli, pulsum, ĕre, pousser.
Deduco, is, uxi, uctum, ĕre, conduire.
Cauda, ae, f. queue.
Posterus, a, um, suivant, du lendemain.
Aurora, ae, f. aurore.
Perlustro, as, avi, atum, are, passer en revue.
Pergo, is, perrexi, rectum, ĕre, se diriger, continuer.
Forte (adv.), par hasard.
Foras (adv.), (vers le) dehors.
Reliquus, a, um, qui est de reste.

Hercule et Cacus. — Antiquae fabulae narrant Herculem, postquam Geryonem occiderat, boves mirā specie1 in eum locum adduxisse, ubi postea Romam condidit Romulus. Ibi, in ripā Tiberis fluvii, quem nando2 trajecerat, aliquandiu mansit, ut3 boves viā fessos quiete reficeret. Cum4 Herculem sopor oppressisset5, pastorem quemdam, nomine Cacum, corporis viribus insignem, avertendi boves illos cupiditas cepit6. Sed, si agendo prae se7 armentum in speluncam compulisset, vestigia quaerentem dominum eo8 deduxissent9. Elegit igitur pulcherrimos inter boves et eos in antrum suum aversos10 caudā traxit. Postero die, cum4 Hercules ad primam auroram gregem suum oculis perlustravisset11 et nonnullos boves abesse sensisset11, pergit ad speluncam, si12 forte8 eo8 vestigia ducerent11. Sed omnia foras8 versa videt. In speluncam igitur non intravit et ex eo loco reliquum armentum prae7 se agere incepit.

1 Des bœufs d’une beauté remarquable (Gr. 114). — 2 De no, nas.3 Voir observ. 148. — 4 Comme. — 5 De opprimo, traduire par l’indicatif.6 De capio.7 Prae se, devant lui. — 8 Adverbe.9 Sens conditionnel.10 A reculons. — 11 Traduire par l’indicatif.12 Si, pour voir si.

172. VERSION

Desiderium, i, n. regret.
Nemus, oris, n. bois, bosquet.
Fallo, is, fefelli, falsum, ĕre, tromper.
Dejicio, is, jeci, jectum, ĕre, jeter en bas, abaisser.
Catena, ae, f. chaîne.
Ferreus, a, um, de fer.
Pendeo, es, pependi, ēre, être suspendu.
Ostium, i, n. entrée.
Ter (adv.), trois fois.
Amoveo, es, ovi, otum, ēre, écarter.

Tento, as, avi, atum, are, tenter.
Surgo, is, surrexi, rectum, ĕre, se lever, se dresser.
Concutio, is, ussi, ussum, ĕre, ébranler.
Avello, is, velli, vulsum, ĕre, arracher.
Penitus (adv.), jusqu’au fond.
Fumus, i, m. fumée.
Os, oris, n. bouche.
Vomo, is, ui, itum, ĕre, vomir.
Corripio, is, ripui, reptum, ĕre, saisir.
Interficio, is, feci, fectum, ĕre, tuer.

Hercule et Cacus (suite). — Interea boves, desiderio aliorum, qui in speluncā manserant, mugientes vicinum nemus suis querelis impleverant. Ii autem, quos averterat Cacus, aliis respondentes, vasto sub antro mugierunt furisque1 spem fefellerunt2. Hercules statim ad speluncam accurrit. Sed Cacus dejecerat ingens saxum, quod catenis ferreis pendebat, ut ostium antri muniret3. Hercules ter frustra saxum amovere tentavit. Ter fessus in valle resedit. Tandem acutam rupem, quae in dorso speluncae surgebat, concussit et avellit. Antrum penitus patuit. Cacum frustra flammas fumumque ore vomentem Hercules corripuit et ictu clavae interfecit.

1 Furisque = et furis.2 De fallo.3 Munire, fermer solidement.

173. THÈME

Rusticus, a, um, rustique.
Rusticus, i, m. paysan, vilain.
Pagus, i, m. village.
Accipio, is, cepi, ceptum, ĕre, recevoir, éprouver (un malheur).
Porcus, i, m. pourceau.
Proripio, is, ripui, reptum, ĕre, jeter, lancer.
Importo, as, avi, atum, are, causer.
Damnum, i, n. dommage.
Sarcio, is, sarsi, sartum, ire, réparer.
Aureus, a, um, d’or.

Trado, is, didi, ditum, ĕre, livrer.
Famulus, i, m. serviteur.
Exemplum, i, n. exemple.
Terreo, es, ui, itum, ēre, effrayer.
Exclamo, as, avi, atum, are, s’écrier.
Erro, as, avi, atum, are, se tromper.
Concito, as, avi, atum, are, exciter.
Contumelia, ae, f. outrage.
Poenas dare, subir un châtiment.
Scelus, eris, n. crime.
Educo, as, avi, atum, are, élever, dresser.

La raison du plus fort. — Un jour un vilain vint trouver1 le seigneur du village. «Seigneur, dit-il, j’ai éprouvé un bien grand malheur! Un de mes pourceaux s’est jeté sur votre chien et l’a tué.» — «Ton pourceau m’a causé un grand dommage, dit le seigneur. Tu le répareras toi-même, d’abord moyennant2 trois pièces d’or3; ensuite tu livreras le pourceau à mes serviteurs, pour4 qu’ils le tuent et [que] cet exemple effraie les autres pourceaux.» Alors le vilain s’écria: «Très noble seigneur, qu’ai-je dit? Sot [que je suis], je me suis trompé. [C’est] votre chien [qui] a tué mon pourceau!» — «[C’est] donc [que] ton pourceau avait excité la colère de mon chien par quelque5 outrage. Il a subi le juste châtiment de son crime. Quant6 à toi, crains ma colère si7 tu n’élèves pas mieux tes pourceaux.»

1 Vint vers. — 2 Moyennant = par. — 3 Employer l’adjectif.4 Pour que, ut (subj.). — 5 Employer aliquis. — 6 Quant à toi = mais toi. — 7 Si tu n’auras pas mieux élevé. Si ne…​ pas, nisi.

174. QUESTIONNAIRE

1. A quel temps français correspond le parfait latin? — 2. Traduisez de toutes les manières possibles servavi. — 3. Comment supplée-t-on le conditionnel en latin? Traduisez par le conditionnel français les formes serves, dicas, timerem, timuissem. — 4. Qu’est-ce que la voix déponente? — 5. Combien de conjugaisons y a-t-il en latin? — 6. Qu’appelle-t-on temps primitifs? — 7. Donner les temps primitifs de conspicio. — 8. Pourquoi ajoute-t-on aux temps primitifs la deuxième personne du présent de l’indicatif et l’infinitif? — 9. De quels temps primitifs tire-t-on: le futur, le futur antérieur, l’impératif, l’infinitif futur, le participe présent, l’infinitif passé, le gérondif? — 10. Y a-t-il une première personne de l’impératif en latin? Comment l’exprime-t-on? — 11. Quel est l’ablatif singulier du participe présent de servare? Sur quel modèle se décline-t-il? 12. Donnez les différents sens de servaturus. — 13. Emploie-t-on l’infinitif latin après une préposition? Par quoi le remplace-t-on? — 14. A quels cas s’emploie l’infinitif? Le gérondif? — 15. Traduire et indiquer la différence entre ambulat legens et discit legendo.

Terminaisons secondes et syncopées

175. EXERCICE

I. Donnez la forme ordinaire des terminaisons secondes ou syncopées suivantes et traduisez:

Commosse. — Ornasti. — Affirmavēre. — Negastis. — Negasse. — Delesse. — Cognoram. — Cognoro. — Cognorim. — Orasse. — Implessem. — Amasse. — Cognorunt. — Amarant.

II. Donnez une terminaison seconde ou syncopée et traduisez:

Commoverit. — Implevisset. — Negaverit. — Fuerunt. — Commoveram. — Impleverunt. — Servavisti. — Cognoverit. — Flevisse. — Implevisti. — Deleveras.

III. Donnez les deux sens de la forme commovēre. — Quelle est la différence de sens entre légĕre et legēre?

LA CONJUGAISON PASSIVE

Règles générales de la formation du passif (Gr. § 64-66)

176. EXERCICE

Deleo, es, evi, etum, ēre, détruire. — Munio, is, ivi, itum, ire, fortifier.

I. Transcrire, traduire, donner la forme passive et traduire cette forme:

1. Molliam. Mollio. Mollirem. — 2. Donarem. Donare. Donabo. — 3. Prohibebam. Prohibere. Prohibeo. — 4. Servem. Servabo. Servare. — 5. Conspicio. Conspicere. Conspiciam. Conspicerem.

II. Donnez la forme active aux formes passives suivantes:

I. Impleor. Impleri. Implebar. — 2. Fallebar. Falli. Fallerer. — 3. Muniri. Muniar. Muniebar. — 4. Interficior. Interfici. Interficiar. — 5. Ornabor. Ornari. Ornarer. Orner. — 6. Ducor. Ducar. Duci. Ducebar. — 7. Laudabor. Laudari. Lauder. Laudabar.

III. Nommez les temps suivants du passifs:

Servatus sum. — Laudati eratis. — Ornatus esset. — Interfecti erunt. — Ductum esse. — Ducti sitis. — Ductus essem. — Servati estis. — Laudatus ero. — Laudati sunt. — Ductus eris. — Interfecti essemus.

PREMIERE CONJUGAISON PASSIVE (Gr. § 67)

177. EXERCICE

Transcrire, analyser et traduire1:

1. Narratur. Narrabuntur. Narrari. Narrandos. — 2. Exspectatus es. Exspectaris. Exspectabimini. Exspectati. — 3. Vocatus eris. Vocatur. Vocabimur. Vocati estis. — 4. Curvetur. Curvatum esset. Curvarer. Curvatum iri. — 5. Vulneratus sim. Vulneraremur. Vulneremini. Vulneror. — 6. Conturbatus esset. Conturbata est. Conturberis. Conturbabuntur. — 7. Servari. Servaris. Servare. Serveris. — 8. Vitandus. Vitatum iri. Vitatos esse. Vitatus erat. — 9. Paratus. Parabantur. Parata erunt. Paratur. — 10. Ornabamur. Ornati sint. Ornata erat. Orner.

1 Pour le sens, voir l’exercice suivant aux mêmes numéros.

178. EXERCICE

Transcrire et mettre en latin1:

1. Cela fut raconté. Devoir être raconté. Ils seraient racontés. — 2. Il est attendu. Il a été attendu. Ils auront été attendus. Nous étions attendus. — 3. Devoir être appelés. Devant être appelé. Avoir été appelées. Il avait été appelé. — 4. Être courbé. Qu’il soit courbé. Vous seriez courbés. Sois courbé. — 5. Elle fut blessée. Nous avions été blessés. Que je sois blessé. Ils ont été blessés. — 6. Être troublé. Ils seront troublés. Nous aurons été troublés. Soyez troublé. — 7. Tu avais été sauvé. Elle sera sauvée. Nous eussions été sauvés. Devant être sauvées. — 8. Qu’ils aient été évités. Vous étiez évités. Devoir être évité. Évités. — 9. Nous sommes préparés. Qu’ils soient préparés. Ils auraient été préparés. Tu auras été préparé. — 10. Sois orné. Que vous fussiez ornés. Que nous ayons été ornés. Qu’ils soient ornés.

1 Pour la traduction, voir l’exercice précédent aux mêmes numéros.

179. VERSION

Accuso, as, avi, atum, are, accuser.
Navigo, as, avi, atum, are, naviguer.
Aliquando (adv.), un jour.
Invoco, as, avi, atum, are, invoquer.
Sileo, es, ui, ēre, se taire.
Copia, ae, f. abondance.
Copiae, arum, f. pl. forces.
Sepulcrum, i, n. sépulcre.

Fulgor, oris, m. éclat.
Indulgentia, ae, f. faiblesse.
Tracto, as, avi, atum, are, traiter.
Male, mal.
Quomodo (adv.), comment.
Satio, as, avi, atum, are, rassasier.
Venenum, i, n. poison, venin.
Vestibulum, i, n. vestibule.

Observation.Le complément du passif marquant l’auteur de l’action (par) est en latin à l’ablatif sans préposition si c’est un nom de chose, mais précédé de a (ou ab) si c’est un nom d’être vivant. (Gr § 183).

1. Sine causā a te accusor. — 2. Scimus mundum a Deo aedificatum esse. — 3. Navigabat aliquando Bias cum impiis. Cum1 navis procellā jactaretur2 et dei ab ipsis impiis invocarentur2: «Silete, inquit, ne3 dii audiant vos navigare in hac nave.» — 4. Ingentes Persarum copiae a Macedonibus fugatae sunt. — 5. Sepulcrum Catilinae a malis civibus floribus ornabatur. — 6. Hannibali nuntiatum est4 milites regis esse in vestibulo. — 7. Fulgor flammarum tenebris noctis excitabatur. — 8. Dolores curaeque5 hominum opibus non levantur. — 9. Corpus sine indulgentiā tractandum est, ne3 animo male pareat. — 10. Quomodo tot millia hominum satiabuntur? — 11. Nero venenum parari jusserat.

1 Comme. — 2 Trad. par l’indicatif. — 3 Ne (subj.), de peur que. — 4 Gr. § 147. — 5 Curaeque = et curae.

180. THÈME

Providentia, ae, f. Providence.
Repente (adv.), subitement.
Ducenti, ae, a, deux cents.
Armo, as, avi, atum, are, armer.
Verbero, as, avi, atum, are, frapper.

Curo, as, avi, atum, are (ut), veiller (à ce que).
Filius, i, m. fils, enfant.
Dubito, as, avi, atum, are, douter.
Quin (subj.), que ne.

1. Le monde est gouverné par la Providence de Dieu. — 2. Cicéron fut appelé père de la patrie. — 3. A Sparte (gén.) les enfants étaient frappés de verges devant (ad, acc.) l’autel de Diane. — 4. Le bonheur sera toujours souhaité par les hommes. — 5. Deux cents soldats avaient été blessés. — 6. Que les vieillards eux-mêmes soient armés et la patrie sera sauvée. — 7. Je sais [que] les enfants bien élevés plaisent à tout le monde1. — 8. Le père veillait2 à ce que [son] enfant fût bien élevé. — 9. Personne [ne] doutait que3 le général [n’]eut été tué dans le combat. — 10. Je comprenais [que] ces malheurs ne seraient pas évités4. — 11. Ce malheur doit être évité avec soin. — 12. Beaucoup de chefs de notre armée furent blessés dans cette bataille.

1 A tous (voir observ. 82). — 2 Veiller à ce que, curare ut (subj. impf.).3 Que…​ ne, quin (subj. pl.-q.-pf.).4 Ces malheurs ne devoir pas être évités.

181. VERSION

Conditor, oris, m. fondateur.
Cum, quand, lorsque, comme.
Oraculum, i, n. oracle.
Monstro, as, avi, atum, are, indiquer.
Nonnullus, a, um, quelque.
Haurio, is, hausi, haustum, ire, puiser.
Revoco, as, avi, atum, are, rappeler.
Nec ou neque, et ne pas.
Etenim, et en effet.

Portentosus, a, um, monstrueux.
Ita…​ ut, tellement que.
Vires, ium, f. pl. forces.
Immanis, e, énorme.
Curvo, as, avi, atum, are, courber.
Proturbo, as, avi, atum, are, renverser.
Priusquam, avant que.
Resisto, is, stiti, ĕre, résister.
Complexus, ūs, m. étreinte.
Suffoco, as, avi, atum, are, étouffer.

Cadmus et le serpent monstrueux. — De Cadmo, Thebarum conditore, vetus haec fabula narratur1. Cum2 in terram Phoebi oraculo monstratam advenisset, nonnullos socios in proximam silvam misit, ut aquam e3 fonte haurirent. Sed eorum reditus frustra exspectabatur, frustra reliquorum comitum clamoribus revocabantur. Nec mirum4: etenim in illius antiquae silvae tenebris antrum erat densis arborum frondibus occultatum. Hic5 habitabat portentosae magnitudinis draco, cujus aspectu vicinae regionis incolae territabantur. Ita6 corpore viribusque7 immanis erat, ut ejus impetu arbores curvarentur vel proturbarentur. Cadmi socii, priusquam arma ad resistendum pararentur, aut ore beluae atra venena vomentis vulnerati8 aut longi corporis complexu suffocati erant.

1 Traduisez ce passif par: on (Gr. § 147). — 2 Lorsque. Traduire le verbe par l’indicatif. — 3 E = ex. — 4 Nec mirum = et hoc non erat mirum (étonnant). — 5 Adverbe.6 Ita…​ ut, tellement…​ que. Trad. les verbes par l’indicatif.7 Et viribus.8 Vulnerati (erant).

182. THÈME

Saltem (adv.), du moins, au moins.
Conturbo, as, avi, atum, are, ébranler.
Telum, i, n. arme (de trait), javelot.
Nunc…​ nunc, tantôt…​ tantôt.
Hebeto, as, avi, atum, are, émousser.
Duritia, ae, f. dureté.
Jactatio, onis, f. balancement.

Concito, as, avi, atum, are, exciter.
Difficile (adv.), difficilement.
Intento, as, avi, atum, are, présenter, diriger (contre).
Ita…​ ut, de telle manière que.
Applico, as, avi ou ui, atum ou itum, are, fixer, appuyer.
Sicut, comme.
Clavus, i, m. clou.

Cadmus et le serpent monstrueux (suite). — Cadmus entre dans la forêt avec [ses] autres compagnons. Il voit les corps blessés de ses amis. «O compagnons, s’écrie-t-il, ou bien je serai moi-même dompté par les forces de ce monstre, ou bien vous serez sauvés par ma victoire, mais du moins1 mon courage ne sera pas ébranlé.» Aussitôt de nombreux javelots sont lancés. Mais tantôt les traits étaient émoussés par la dureté de la peau [du serpent], tantôt ils étaient évités grâce2 au balancement de [son] cou. La colère du monstre était de plus en plus excitée. Déjà ses3 élans sont difficilement arrêtés par le glaive qu’on lui présente4. Enfin le cou du serpent est traversé par un énorme javelot, de telle manière5 qu’il est fixé6 comme avec7 un clou au tronc d’un chêne.

1 Du moins, saltem. — 2 Grâce à = par. — 3 De lui. — 4 [A] lui présenté. — 5 De telle manière que, ita ut (subj.). — 6 Fixer, applicare. — 7 Avec = par.

DEUXIEME CONJUGAISON PASSIVE (Gr. § 69)

183. EXERCICE

Augeo, es, auxi, auctum, ēre, augmenter.
Terreo, es, rui, ritum, ēre, effrayer, épouvanter.

Exerceo, es, cui, citum, ēre, exercer.
Doceo, es, cui, ctum, ēre, enseigner.

Transcrire, analyser et traduire1:

1. Delebimini. Delebaris. Deleri. Deletum iri. — 2. Augeri. Auctum esse. Auctos. Augeamini. — 3. Impleatur. Implentur. Implebar. Impleta sint. — 4. Prohibiti sumus. Prohiberemini. Prohibitus esses. Prohibebor. — 5. Moneamur. Moneor. Monitus es. Monitae erunt. — 6. Timendus. Timebar. Timearis. Timebimini. — 7. Territae. Terreamur. Territos esse. Territi eratis. — 8. Exercitus essem. Exerceris. Exercebuntur. Exercitum iri. — 9. Docerer. Doceamur. Doctos. Docebamini. — 10. Commoti eritis. Commoti eramus. Commovear. Commotos.

1 Pour le sens, voir l’exercice suivant aux mêmes numéros.

184. EXERCICE

Transcrire et mettre en latin1:

1. Vous seriez détruits. Que tu sois détruit. Il était détruit. Ville qu’il faut détruire. — 2. Vous étiez augmentés. Augmentés (neutre). Que nous soyons augmentés. Que je sois augmenté. — 3. Qu’il fût rempli. Tu es rempli. Ils seront remplis. Devoir être rempli. — 4. Elles avaient été empêchées. Avoir été empêchés. Que nous ayons été empêchés. Empêchés (acc.). — 5. Vous aurez été avertis. Nous avions été avertis. Que je sois averti. Averti (acc.). — 6. Sois craint. Je serai craint. Que vous soyez craints. Être craint. — 7. Devoir être effrayé. Que tu aies été effrayé. Vous étiez effrayés. Ils seront effrayés. — 8. Nous fûmes exercés. Que vous fussiez exercés. Tu aurais été exercé. Devant être exercés (acc. plur.). — 9. Être instruits. Qu’ils fussent instruits. Nous avions été instruits. Qu’ils soient instruits. — 10. Ils seront émus. Il aura été ému. Vous étiez émus. Devoir être émus.

1 Pour la traduction, voir l’exercice précédent aux mêmes numéros.

185. EXERCICE

1. Mettre à l’actif, en conservant la personne, le nombre, le temps et le mode, les formes passives contenues dans les exercices 177 et 183. — Quels sens peuvent avoir les formes timere et ornare, suivant qu’on les considère comme actives ou comme passives ? — 3. Quels sens a la forme amamini? — 4. Donnez la traduction des mots suivants indiquant un ordre: Orne, sois orné. Qu’il orne, qu’il soit orné. Ornons, soyons ornés. Ornez, soyez ornés. Qu’ils ornent. Qu’ils soient ornés. — 5. Composer la même série d’ordres avec le verbe docēre, instruire. — 6. Quelle différence y a-t-il entre amēris et delēris?

186. VERSION

Fossa, ae, f. fossé.
Sarmentum, i, n. sarment.
Spero, as, avi, atum, are, espérer.
Olim (adv.), autrefois, un jour.
Obsideo, es, sedi, sessum, ēre, assiéger.
Timidus, a, um, craintif.
Subitus, a, um, soudain.
Adulescentia, ae, f. jeunesse.

Expleo, es, evi, etum, ēre, satisfaire (un besoin).
Ceteri, ae, a, tous les autres.
Mens, entis, f. esprit.
Voluntas, atis, f. volonté.
Misceo, es, cui, mixtum, ēre, mélanger.
Censeo, es, sui, sum, ēre, être d’avis.
Sitis, is, f. soif.

1. Nemo vestrum1 hostium minis terreatur. Fossae sarmentis impleantur. — 2. Iste homo nos suis minis commotum iri sperabat. — 3. Roma olim a Gallis obsessa est. — 4. Si timidae fuissetis, isto subito periculo territae essetis. — 5. Adulescentia exercenda est in labore. — 6. Nunquam cupiditatis sitis expletur. — 7. Ceteri vestris minis terreantur, nos saltem non terrebimur. — 8. Memoria tua augeretur, si exerceretur. — 9. Videmus membra hominum mente solā ac voluntate moveri. — 10. Quis dubitat quin2 prima officia Deo debeantur? — 11. Apud antiquos vina saepe aquā et melle miscebantur. — 12. Cato censebat3 Carthaginem delendam esse.

1. Génitif partitif. Gr. § 38*.

2. Dubitare quin (subj.), douter que…​ ne.

3. Censere, être d’avis [que].

187. THÈME

Reverentia, ae, f. respect.
Vanus, a, um, vain.
Imago, inis, f. image, apparence.

Necessitas, atis, f. nécessité.
Adhibeo, es, bui, bitum, ēre, appliquer.

1. Un très grand respect1 est dû au maître. — 2. Les enfants sont souvent effrayés pendant la nuit par de vaines apparences. — 3. Néron était redouté2 par tous les Romains. — 4. Nous étions pressés3 par la nécessité. — 5. Tais-toi, de peur4 que la colère de cet homme [n’]augmente5. — 6. L’audace de ton ami sera augmentée par tes louanges. — 7. Quel remède appliqueriez-vous6 à ce mal? — 8. Les bêtes sauvages, effrayées, s’enfuirent. — 9. L’empire romain fut non seulement maintenu7, mais encore augmenté par Auguste. — 10. Le général veillait8 à ce que les soldats fussent exercés au9 travail. — 11. Nous savons [que] la mort des citoyens excellents est pleurée10, a été pleurée, sera pleurée par tous.

1 Reverentia, ae.2 Redouter, timēre (-ui). — 3 Presser, urgēre.4 De peur que, ne (subj.). — 5 Soit augmentée. — 6 Tournez: serait appliqué par vous. Appliquer, adhibēre (-bui, -bitum). — 7 Maintenir, servare.8 Veiller à ce que, curare ut (subj. impf.). — 9 Dans le travail. — 10 Tournez: être pleurée, avoir été pleurée, etc. Flēre (flevi, fletum), pleurer.

188. VERSION

Ericius, i, m. hérisson.
Talpa, ae, f. taupe.
Rogo, as, avi, atum, are, prier, demander.
Subterraneus, a, um, souterrain.
Latibulum, i, n. tanière.
Benignus, a, um, bienveillant, généreux.
Concedo, is, cessi, cessum, ĕre, céder, permettre.
Urbanus, a, um, poli.
Tectum, i, n. toit, demeure.

Excipio, is, cepi, ceptum, ire, accueillir .
Angustus, a, um, étroit.
Alteruter, tra, trum, l’un ou l’autre.
Aculeus, i, m. aiguillon.
Torqueo, es, torsi, tortum, ire, torturer.
Comiter (adv.), poliment.
Discedo, is, cessi, cessum, ire, s’éloigner.
Planus, a, um, uni, franc.
Incommodum, i, n. inconvénient.

Le hérisson encombrant. — Ericius quidam frigoribus hiemis urgebatur. Talpam rogavit ut sibi in subterraneo latibulo locum benigna concederet. Cum1 blanda verba precibus miscerentur2, talpa non putavit hospitem tam urbanum a suo tecto amovendum esse eumque3 excepit. Sed in angusto talpae cubiculo, quoties alterutrius corpus movebatur, talpa ericii aculeis torquebatur. Itaque talpa comiter primum4 hospitem rogat, ut discedat. Deinde cum1 ericius precibus parum commoveretur2, planis verbis excedere jubetur. At ille: «Cur amoveor? inquit; excedat illa quae loci incommodis manere prohibetur. Mihi hic4 bene est.» — Hac fabulā monemur ne5 imprudenter hospites excipiamus, qui postea amoveri non possint6.

1 Cum, comme. — 2 Trad. par l’indicatif. — 3 Et eum.4 Adverbe.5 Ne = ut non.6 Non possint, ne puissent pas.

189. THÈME

Amnis, is, m. fleuve.
Salmo, onis, m. saumon.
Cohibeo, es, bui, bitum, ēre, gêner, retenir.
Superbia, ae, f. orgueil, vanité.
Imperium, i, n. commandement, autorité.
Inceptum, i, n. projet.
Ostium, i, n. embouchure.

Lucius, i, m. brochet.
Oceanus, i, m. océan.
Finis, is, m. limite, fin.
Contineo, es, ui, tentum, ēre, arrêter.
Adhuc (adv.), encore.
Supremus, a, um, suprême.
Deterreo, es, ui, ritum, ēre (ab), détourner de.
Absorbeo, es, bui, sorptum, ēre, avaler.

Le brochet ambitieux. — Dans une charmante rivière les poissons étaient très malheureux. Ils étaient remplis d’effroi1 par un cruel brochet. Lui, qui se sentait craint2 de tous, était pressé3 d’un violent désir d’agrandir4 son royaume. Un saumon qui avait voyagé jusqu’à l’Océan lui dit: «Ici tes élans sont gênés5 par des rives étroites. Dans la mer ton audace [ne] sera arrêtée6 par aucune limite». L’orgueil du brochet fut encore augmenté4 par ces paroles. Il ne doute pas qu’il [ne]7 soit bientôt redouté8 par tous les poissons et [que] bientôt l’autorité suprême [ne] soit exercée par lui dans l’océan. Rien [ne] put9 le détourner de [son] projet. Mais à10 l’embouchure même de la rivière, il fut avalé par un loup marin. — On [ne] satisfait11 jamais sans danger sa passion.

1 Remplir d’effroi, terrēre (-ui). — 2 Se sentait être craint. Craindre, timēre (-ui). — 3 Presser, urgēre (ursi). — 4 Augēre (auxi, auctum). — 5 Gêner, cohibēre (-ui, -itum). — 6 Arrêter, continēre (-ui). — 7 Que…​ ne, quin (subj. prés.).8 Redouter: timēre (-ui). — 9 Tournez: Il [ne] fut détourné par rien. — 10 In (abl.). — 11 Tournez: La passion [n’]est jamais satisfaite. Satisfaire, explēre (-evi, -etum).

TROISIEME CONJUGAISON PASSIVE (Gr. § 71)

190. EXERCICE

Mergo, is, mersi, mersum, ire, plonger. — Aduro, is, ussi, ustum, ĕre, brûler.

Transcrire, analyser et traduire1:

1. Colimur. Cultus eram. Colimini. Colerentur. — 2. Tegamini. Tegetur. Tecti erunt. Tectum iri. — 3. Crederis. Credenda. Credereris. Credantur. — 4. Vectus ero. Vehemini. Vehebar. Vectae erunt. — Ducti essemus. Ducimur. Duceretur. Ducti sint. — 6. Mergi. Mersi sunt. Mersus eras. Mergentur. — 7. Adurendus. Adusti sint. Aduratur. Adurimur. — 8. Missos esse. Mittebamini. Mittaris. Missus est. — 9. Conspiciebamur. Conspectos esse. Conspecti essetis. Conspecta es. — 10. Interfecti sint. Interfectum iri. Interficerentur.

1 Pour le sens de ces verbes, voir l’exercice suivant aux mêmes numéros.

191. EXERCICE

Transcrire et mettre en latin1:

1. J’avais été honoré. Que vous soyez honoré. Ayant été honorée. Ils étaient honorés. — 2. Tu seras couvert. Ils étaient couverts. Qu’il ait été couvert. Devoir être couvert. — 3. Nous aurions été confiés. Elles ont été confiées. Sois confié. Il avait été confié. — 4. Ils furent portés. Ayant été porté. Nous avions été portés. Tu étais porté. — 5. Ils auront été conduits. Elles auraient été conduites. Il fut conduit. J avais été conduit. — 6. Il aura été plongé. Tu es plongé. Tu as été plongé. Elles seront plongées. — 7. Je serai brûlé. Ils seraient brûlés. Nous avons été brûlés. Que nous soyons brûlés. — 8. Elle avait été envoyée. Avoir été envoyés. Que je sois envoyé. Que tu fusses envoyé. — 9. Devoir être aperçus. Vous seriez aperçus. Nous serons aperçus. Vous aviez été aperçus. — 10. Ils sont tués. Qu’ils soient tués. Devant être tués. Ils furent tués.

1 Voir l’exercice précédent aux mêmes numéros.

192. VERSION

Rectus, a, um, droit.
Mirandus, a, um, extraordinaire.
Praetermitto, is, misi, missum, ĕre, laisser passer, perdre.
Convivium, i, n. banquet.
Temperantia, ae, f. tempérance.
Propre (adv.) prés, presque.
Seminudus, a, um, demi-nu.

Ignominia, ae, f. humiliation.
Objicio, is, eci, ectum, ĕre, exposer.
Offendo, is, di, ensum, ĕre, offenser.
Affligo, is, fixi, ictum, ĕre, affliger.
Porta, ae, f. porte (d’une ville).
Concurro, is, i, ursum, ĕre, courir ensemble, se rassembler.
Singuli, ae, a, chaque, un à un.

1. Deus colitur, non corporibus taurorum interfectorum, sed voluntate1 piā et rectā. — 2. Multa miranda2 canunt, sed non credenda, poetae. — 3. Scito praetermissam occasionem frustra revocari. — Ad convivia Lacedaemoniorum, sicut ad temperantiae scholam, pueri quoque ducebantur. — 5. Consules prope seminudi sub jugum missi sunt; deinde singulae legiones eidem ignominiae objectae sunt. Gladii etiam plerisque militibus intentati (sunt) et quidam vulnerati necatique3 sunt, si victores vultu eorum offensi erant. Ubi hoc nuntiatum est, omnes cives magno dolore afflicti sunt. Statim equi, arma, vestes mittuntur. Mox ad portas ex totā urbe concurritur4.

1 Voluntas, conduite. — 2 Mirandus, extraordinaire. — 3 Necatique = et necati.4 Passif impersonnel. Gr. § 70, 1°.

193. THÈME

Pello, is, pepuli, pulsum, ĕre, repousser.
Capio, is, cepi, captum, ĕre, prendre.
Ornamentum, i, n. ornement.
Abripio, is, ripui, reptum, ire, enlever.
Mulier, eris, f. femme.
Claudo, is, clausi, clausum, ire, fermer.

Promitto, is, isi, issum, ĕre, promettre.
Remitto, is, isi, issum, ĕre, renvoyer.
Effodio, is, di, fossum, ire, creuser, crever (un œil).
Hamus, i, m. hameçon.
Vehementer (adv.), vivement.
Indoctus, a, um, ignorant.
Sumo, is, umpsi, umptum, ire, prendre.

1. De redoutables1 périls sont souvent repoussés2 par les prières du peuple. — 2. Le poison est souvent bu dans une coupe d’or3. — 3. Segeste avait été prise par les Carthaginois et tout ce qui4 avait été l’ornement5 de cette ville avait été enlevé par les vainqueurs. — Pyrrhus fut tué par une tuile lancée par une femme. — 5. Vers6 la nuit, les portes de la ville seront fermées. — 6. Ce que tu as promis, il faut7 le faire. — 7. Les soldats pris furent renvoyés. — 8. Dans le combat il avait eu8 un œil crevé. — 9. Platon dit [que] les hommes sont9 pris par le plaisir Comme les poissons par l’hameçon. — 10. Phaéton souhaitait vivement d’être porté10 sur11 le char de [son] père. — 11. Certains poèmes, écrits par des ignorants, seront toujours méprisés. — 12. Il faut12 prendre les armes.

1 Devant être redoutés (metuo, -is, -ĕre). — 2 Repousser, pellĕre (pepuli, pulsum). — 3 Trad.: dans l’or. — 4 Quiquid, n. — 5 Avait été à ornement à cette ville. Gr. § 174. — 6 Sub (acc.). — 7 Est devant être fait. — 8 Un œil avait été crevé à lui. — 9 Les hommes être pris. — 10 Qu’il fût porté. Que, ut. (Subj. impf.) — 11 Par le char. — 12 Sont devant être prises. Sumere (voir lexique).

194. VERSION

Pro (abl.), en guise de.
Attingo, is, tigi, tactum, ĕre, toucher, atteindre.
Quocumque (adv.), partout où.
Negotium, i, n. affaire.
Omitto, is, isi, issum, ĕre, laisser de côté.

Laetitia, ae, f. joie.
Perfundo, is, udi, usum, ĕre, inonder.
Dirimo, is, emi, emptum, ĕre, rompre.
Secretus, a, um, solitaire.

Observation.Un nom à l’ablatif accompagné d’un participe peut former une proposition particulière que l’on traduit comme si les mots étaient au nominatif: Patre mortuo, filii agrum convertunt, le père mort, les fils retournent le champ. (Ablatif absolu. Gr. § 229).

Une déesse germanique. — Hertha, id est1 Terra, a multis Germanorum populis, qui in litore Oceani habitabant, pro numine colebatur. Erat in insulā quādam Oceani sacrum nemus et in eo vehiculum veste contectum. Illum currum attingere soli sacerdoti concessum erat. Dea autem, quae in curru erat, a nullo unquam conspecta erat, sed ab omnibus adesse credebatur. Festis diebus2, vaccae albae vehiculo subjungebantur et dea per totam regionem vehebatur. Quocumque3 adducta erat, ibi, omnibus negotiis omissis4, animi omnium incolarum laetitiā ita5 perfundebantur, ut a nullo pax dirimeretur6, a nullo arma sumerentur6. Deinde, priusquam dea templo suo redderetur, secreto lacu abluebatur. Ejus servi eodem lacu mergebantur.

1 Id est, c’est-à-dire. — 2 Ablatif de temps. Gr. § 199. — 3 Adverbe4 Observ. 194. — 5 Ita…​ ut, au point que. — 6 Trad. par l’indicatif.

195. THÈME

Cogo, is, coegi, coactum, ĕre, forcer (à faire).
Votum, i, n. vœu.
Olus, eris, n. légume.
Ardor, oris, m. ardeur.
Gravis, e, lourd.
Pondus, eris, n. poids, charge.
Clitellae, arum, f. pl. bât.
Fimus, i, m. fumier.

Vis, f. acc. vim, quantité.
Expeto, is, ivi, itum, ĕre, souhaiter.
Varius, a, um, varié; de toutes sortes.
Autumnus, i, m. automne.
Premo, is, pressi, pressum, ĕre, accabler.
Detraho, is, axi, actum, ĕre, ôter.
Olens, entis, puant.

Les souhaits de l’âne. — Tous les animaux avaient été comblés1 de joie par le retour du printemps: l’âne seul poussait2 de profonds gémissements. Chaque jour il était forcé [de] porter à3 la ville une grande quantité de fleurs. Aussi appelait-il l’été de tous [ses] vœux. L’été arrive. Des légumes de toutes sortes sont accumulés sur le dos de l’âne, pour être portés4 à3 la ville. En outre, il est brûlé par l’ardeur du soleil, «Vienne l’automne!» s’écrie le pauvre baudet. Mais chaque jour il est conduit à3 la ville accablé d’une lourde charge de fruits. «O hiver, arrive! dit-il; alors [mon] bât me sera ôté.» Le bât [lui] fut ôté; mais le malheureux baudet fut attelé à un char, sur lequel on avait placé5 une lourde charge de fumier puante — Les hommes aussi sont souvent incommodés par des choses qu’ils ont appelées de leurs vœux.

1 Combler, perfundere (perfundo, -fudi, -fusum). — 2 Tournez: étaient poussés par l’âne seul. Pousser, edĕre (edo, edidi, editum). — 3 A, ad (acc.).4 Devant être portés. Porter, vehĕre (veho, vexi, vectum). — 5 Avait été placée. Placer sur, imponĕre (impono, -posui, -positum) in (abl.).

QUATRIEME CONJUGAISON PASSIVE (Gr. § 73)

196. EXERCICE

Impedio, is, ivi, itum, ire, empêcher.
Operio, is, erui, ertum, ire, couvrir, cacher.

Expedio, is, ivi, itum, ire, dégager.
Saepio, is, sepsi, septum, ire, entourer.

Transcrire, analyser et traduire1:

1. Impediar. Impeditum iri. Impedita sim. Impedire. — 2. Expeditus ero. Expediti essetis. Expediamur. Expediti sumus. 3. Vestiendus. Vestiti essent. Vestitus sit. Vestientur. — 4. Nutritus esses. Nutriamini. Nutrieris. Nutrimur. — 5. Custodirentur. Custoditum erat. Custodiris. Custodiatur. — 6. Mollieris. Molliebamur. Molliendum. Mollitus erit. — 7. Saepti sint. Saepiendus. Saeptus. Saeptum iri. — 8. Operti essemus. Operiremini. Operti sunt. Operimur. — 9. Inveniar. Inveniri. Inventa ero. Inveniatur. — 10. Vinctos. Vincti essent. Vinciri. Vincti eratis.

1 Pour le sens, voir l’exercice suivant aux mêmes numéros.

197. EXERCICE

Transcrire et mettre en latin1:

1. Elle était empêchée. Que vous ayez été empêchés. Devoir être empêché. Nous avions été empêchés. — 2. Je serai dégagé. Sois dégagé. Qu’il soit dégagé. Nous serions dégagées. — 3. Tu aurais été vêtu. Il a été vêtu. Vous fûtes vêtus. Etre vêtus. — 4. Qu’ils aient été nourris. Qu’ils soient nourris. Nous sommes nourris. Vous étiez nourri. — 5. Il fut gardé. Devant être gardé. Cela eût été gardé, sera gardé. — 6. Elle fut adoucie. Nous aurions été adoucis. Je serais adouci. Tu avais été adouci. — 7. Il est entouré. Tu as été entouré. Il avait été entouré. Qu’ils soient entourés. — 8. Avoir été couvert. Soyez couvert. Il aurait été couvert. Être couvert. — 9. Ils ont été trouvés. Tu seras trouvé. [Choses] devant être trouvées. Sois trouvé. — 10. Que j’aie été attaché. Tu étais attaché. Nous avions été attachés. Avoir été attaché.

1 Voir l’exercice précédent aux mêmes numéros.

198. VERSION

Pulso, as, avi, atum, are, frapper.
Aperio, is, erui, ertum, ire, ouvrir, découvrir.
Spolium, i, n. dépouille.
Vepres, ium, m. pl. broussailles.
Undique (adv.), de toutes parts.
Satis (adv.), assez.

Longinquitas, atis, f. longue durée éloignement.
Sancio, is, anxi, anctum, ire, établir (par une loi), sanctionner.
Extra (acc.), hors de.
Moenia, ium, n. pl. remparts.
Servio, is, ivi, itum, ire (dat.), être soumis.

1. Montium cacumina saepe nubibus operiuntur. — 2. Pulsate et aperietur janua. — 3. Britannicus in campo Martis sepultus est. — 4. Antiqui Germani spoliis ferarum vestiebantur. — 5. Speluncam in silvā vidimus vepribus undique saeptam et vestitam. — 6. Dux jussit captivos catenis vinciri. — 7. Scimus Alexandrum Magnum ab Aristotele philosopho eruditum esse. — 8. Oppidum non satis munitum erat. — 9. Temporis longinquitate mollietur dolor tuus. — 10. Patres curant ut filii diligenter erudiantur. — 11. Apud Romanos lege sanctum erat, ut1 mortui extra muros sepelirentur. — 12. Lacedaemonius quidam, interrogatus cur Sparta moenibus saepta non esset2, respondit: urbes virtute civium muniri debere. — 13. Cupiditatibus non serviendum3 est.

1 Ut, que. — 2 Trad. par l’indicatif.3 Gr. § 70, 1°.

199. THÈME

Vestio, is, ivi, itum, ire, revêtir. — Antea, précédemment. — Cadaver, eris, n. cadavre. — Trado, is, didi, ditum, ĕre, livrer.

1. Les prairies sont revêtues de fleurs. La terre, précédemment recouverte1 d’une neige épaisse, se couvrira2 bientôt de moissons. — 2. Crésus ordonna [que] ses trésors fussent3 ouverts à Solon. — 3. Le père espérait [que] [son] fils serait instruit4 soigneusement. — 4. Le père veillait à ce que [son] fils fût instruit5 soigneusement. — 5. Catilina fut trouvé parmi les cadavres des ennemis. — 6. Lorsque les cadavres des malheureux matelots auront été trouvés, ils seront ensevelis sur le rivage. — 7. Nous vîmes la mer couverte1 de noirs nuages. — 8. Les Romains racontaient [que] Romulus et Rémus avaient6 été nourris par une louve. — 9. Je vous livrerai les prisonniers attachés avec7 des chaînes. — 10. Que les brebis soient gardées soigneusement par les bergers. — 11. Il faut8 puiser de l’eau à la fontaine.

1 Recouvrir, couvrir, operire (operui, opertum). — 2 Sera bientôt couverte. Voir note précédente.3 Etre ouverts. Ouvrir, aperire. — 4 Devoir être instruit. Instruire, erudire (-divi, -ditum). — 5 Subj. impf.6 Avoir été nourris. — 7 Avec = par. — 8 Est devant être puisée à (ex, abl.).

200. VERSION

Magistratus, ūs, m. magistrat.
Furtum, i, n. vol.
Locupleto, as, avi, atum, are, enrichir.
Supplicium, i, n. supplice.
Caenosus, a, um, fangeux.
Lacuna, ae, f. mare.
Incido, is, i, ĕre, tomber dans.
Arundo, inis, f. roseau.

Caenum, i, n. fange.
Musca, ae, f. mouche.
Fodio, is, di, fossum, ĕre, creuser, piquer.
Celeriter (adv.), vite.
Misericordia, ae, f. pitié.
Desino, is, sivi, situm, ĕre, cesser.
Satietas, atis, f. satiété.

Le renard et le hérisson. — Samii magistratum quemdam furtis suis locupletatum supplicio tradituri erant. Ab Aesopo impediti sunt hanc fabulam narrante. Forte vulpes in caenosam lacunam incidit, quae arundinibus saepta erat. Cruribus caeno impeditis1, statim intellexit se nunquam ex hac lacunā expeditum iri et mortem aequo animo exspectavit. At mox dorsum ejus a muscis, denso agmine advolantibus, opertum est. Misera vulpes earum aculeis fodiebatur et ejus sanguis hauriebatur. Ejus querelae ab ericio auditae sunt, qui celeriter ad lacunae ripam advenit. Misericordiā motus, ericius muscas abigebat, sed vulpes: «O amice, inquit, desine. Istae enim meo sanguine nutritae, mox ipsā satietate impedientur ne2 mihi noceant. Si aliae istis succederent, novum mihi esset3 supplicium.»

1 Voir observ. 194. — 2 Ne, que… ne. Remplacer la traduction littérale par un français correct.3 Sens du conditionnel.

201. THÈME

Torpens, entis, engourdi.
Excio, is, ivi, itum, ire, faire sortir, tirer.
Cursus, ūs, m. cours, course.

Gelu, ūs, n. gelée.
Stabulum, i, n. étable.
Rus, ruris, n. campagne.

Le printemps. — Enfants, le printemps est arrivé1. Tous les êtres2, engourdis par les longs froids de. l’hiver, sont tirés de leur sommeil. Les ruisseaux, dont le cours avait été entravé par l’âpre gelée, dégagés maintenant, se hâtent avec un joyeux murmure. Le sein de la terre s’ouvre3. Voyez comme4 les plaines, longtemps ensevelies sous une neige épaisse, se revêtent5 d’herbes nouvelles et de fleurs. Les troupeaux, qui avaient été gardés précédemment dans les étables, parcourent maintenant les campagnes. Bientôt sera entendu le doux chant des oiseaux et les soucis des malheureux mortels seront adoucis par la joyeuse lumière du soleil.

1 Ne confondez pas le verbe intransitif (conjugué avec l’auxiliaire être) avec le verbe passif.2 Toutes [choses]. — 3 Est ouvert. — 4 Ut (subj.).5 Sont revêtues.

Récapitulation sur la conjuguaison passive (Gr. 64-73)

202. VERSION

Futurus, a, um, futur.
Deludo, is, lusi, lusum, ĕre, tromper.
Praevideo, es, idi, isum, ēre, prévoir.
Contendo, is, i, entum, ĕre, prétendre.
Astrologus, i, m. astrologue.
Conduco, is, uxi, uctum, ĕre, payer, gager.
Consulo, is, sului, sultum, ĕre, consulter.

Equito, as, avi, atum, are, se promener (à cheval).
Recipio, is, cepi, ceptum, ĕre, se retirer.
Nihilominus (adv.), néanmoins.
Obduco, is, uxi, uctum, ĕre, recouvrir.
Obscuro, as, avi, atum, are, obscurcir.
Ruo, is, i, rutum, ĕre, s’écrouler, tomber.

L’âne astrologue. — Scientia rerum futurarum a multis optatur; ideo saepe a fallacibus hominibus deluduntur, qui omnia a se praevideri contendunt. Rex quidam astrologum magnā pecuniā conductum apud se habebat. Quodam die astrologus ille de tempestate1 consultus est a rege, qui per agros equitaturus erat. Ille, inspecto caelo2, iter nullo imbre impeditum iri promisit. Cum3 autem rex per agros equitaret, a quodam agricolā conspectus est, qui exclamans: «O rex, ait, in villam tuam te recipe. Etenim, si sub divo manseris4, mox maximo imbre perfunderis.» Rex nihilominus pergit iter; sed subito caelum nubibus obducitur; solis lumen obscuratur; imber ita densus ruit ut5 impleantur fossae. Rex ipse, arboris fronde male tectus, aquā perfusus esset, nisi ad proximum tugurium ab agricolā ductus esset.

1 De tempestate, au sujet du temps (qu’il ferait). — 2 Voir observ. 194. — 3 Comme. Trad. le verbe par l’indicatif.4 De maneo. — 5 Ita …​ ut, tellement…​ que.

203. VERSION

Dum, tandis que.
Sicco, as, avi, atum, are, sécher.
Vere, vraiment, exactement.
Alo, is, ui, litum, ĕre, nourrir.
Admoneo, es, ui, nitum, ēre, avertir.
Demitto, is, isi, issum, ĕre, abaisser.
Assidue (adv.), assidûment.

Flagello, as, avi, atum, are, fouetter.
Interdum, parfois, de temps en temps.
Frico, as, cui, ctum, are, frotter.
Discutio, is, us si, ussum, ĕre, disperser.
Ejicio, is, jeci, jectum, ĕre, jeter dehors.

L’âne astrologue (suite). — Ibi dum siccatur vestis, rex agricolam interrogat: «Video, inquit, imbrem a te vere1 praedictum esse; sed quomodo a te prospectus est?» — Cui agricola2: «Scito astrologum apud me ali, a quo de tempestate futurā semper recte admoneor. Hodie cum3 ad urbem veherer, mei asini vidi aures demissas; interea latera assidue1 caudā flagellabantur; corpus arboris trunco applicitum interdum fricabatur: quibus omnibus rebus imbrem mihi denuntiari certe1 scio.» — Rex, siccatā veste et discussis vento nubibus4, in villam suam se recepit statimque5 jussit astrologum ejici, utpote6 qui, in rebus ad suam artem pertinentibus, ab asino superatus esset.

1 Adverbe.2 S.-ent.: respondit.3 Voir version 202, note 3. — 4 Voir observ. 194. — 5 Et statim.6 Utpote qui, lui qui. Trad. le verbe par l’indicatif.

204. THÈME

Caveo, es, cavi, cautum, ēre (ne), prendre garde (que ne).
Defodio, is, fodi, fossum, ĕre, enfouir.
Abscondo, is, didi, ditum, ĕre, cacher.
Ignoro, as, avi, atum, are, ignorer.

Verto, is, ti, versum, ĕre, retourner.
Confodio, is, fodi, fossum, ĕre, fouiller, percer.
Improbus, a, um, obstiné.
Demeto, is, essui, essum, ĕre, récolter.

Le travail. — Un laboureur, sentant sa fin1 prochaine, ordonna à [ses] fils2 de s’approcher [de lui]: «Un petit champ, dit-il, vous sera laissé après ma mort. Prenez garde, mes fils, que vos discordes3 ne vous obligent [à] le vendre, car un trésor, qui y a été enfoui autrefois, y demeure caché. L’emplacement du trésor est ignoré de tous; mais, si le champ est4 retourné et fouillé soigneusement grâce5 à un travail obstiné, le trésor sera certainement trouvé et vous serez tous enrichis.» Après la mort du père6, le champ fut retourné, fouillé de toutes parts par les fils du laboureur. Aucun trésor, à la vérité, [ne] fut trouvé; mais, dans le champ qui avait été ainsi cultivé, une admirable moisson fut récoltée. — Pour l’homme le travail est un trésor.

1 [Sa] mort. — 2 Ordonna ses fils [s’]approcher. — 3 Que, ne (subj. prés.) vous [ne] soyez obligés par vos discordes. — 4 Si le champ aura été…​ — 5 Grâce à = par. — 6 Voir observ. 194.

205. QUESTIONNAIRE

1. Quelle est la terminaison de l’infinitif passif à la lre conjugaison? A la 2e? A la 3e? A la 4e? — 2. Quels sont les temps primitifs du passif? — 3. Donnez trois traductions de la forme amare. — 4. Quelle est la différence de sens entre contemnĕre et contemnēre? — 5. Pourquoi vocatum est-il variable dans vocatum, -am, -um esse et invariable dans vocatum iri? — 6. Quels verbes latins ont régulièrement un passif? — 7. Qu’est-ce que le passif impersonnel? — 8. Quelle différence y a-t-il entre mea sitis expletur et mea sitis expleta est? — 9. Quelle différence de sens y a-t-il entre lecturus et legendus? — 10. Comment traduit-on par devant le complément d’agent (ou du passif) ? — 11. Traduisez en latin: je suis empêché par le roi, et je suis empêché par la maladie. — 12. Qu’est-ce que l’ablatif absolu ?. — 13. Traduisez: Victis hostibus, dux in castra milites reduxit.

LES VERBES DEPONENTS

Première conjugaison déponente (Gr. § 76, 1°)

206. EXERCICE

Jocor, aris, atus sum, ari, plaisanter.
Meditor, aris, atus sum, ari, méditer.

Tutor, aris, atus sum, ari, protéger.
Vagor, aris, atus sum, ari, errer.
Miror, aris, atus sum, ari, s’étonner.

I. Transcrire, analyser et traduire1:

1. Jocamur. Jocare. Jocabitur. Jocati eritis. — 2. Mediteris, Meditatae estis. Meditaturus. Ad meditandum. — 3. Miramini, Miratus sis. Miratus. Miratu. — 4. Tutabantur. Tutati eramus. Tutatum esse. Tutandos. — 5. Vagaremur. Vagatus esset. Vagando. Vagantes.

1 Voir la seconde partie de l’exercice aux mêmes numéros.

II. Mettre en latin:

1. Plaisantant (acc. sing.). En plaisantant. Nous aurions plaisanté. Qu’il plaisantât. — 2. Tu méditais. Vous aviez médité. Avoir médité. Devant être méditées. — 3. Vous vous étonnerez. Étonne-toi. Tu t’étonnes. Ils se seront étonnés. — 4. Nous protégeons. Que vous protégiez. Ayant protégé. A protéger. — 5. Pour errer. Que tu aies erré. Être sur le point d’errer.

207. EXERCICE

Consolor, aris, atus sum, ari, consoler.
Haruspex, icis, m. haruspice.
Stulte (adv.), sottement.

Precor, aris, atus sum, ari, prier.
Auxilior, aris, atus sum, ari (dat.), secourir.
Cur, pourquoi.

I. 1. Amice, consolare me. — 2. Cornibus tauri se tutantur. — 3. Cato mirabatur quod1 non rideret2 haruspex cum vidisset2 haruspicem. — 4. Fuit3 tempus cum4 in agris homines bestiarum more vagabantur. — 5. Hic homo stulte jocando amicos suos offendit. — 6. Fili, precare Deum, tibi auxiliabitur. — 7. Haec oratio meditanda est.

II. 1. Les poètes, par leurs5 écrits, consolent les affligés6. — 2. Nous vous protégerons7 contre vos ennemis. — 3. Pourquoi vous êtes-vous étonnés? Nous plaisantions. — 4. Cicéron dit [que] les premiers8 hommes erraient9 dans les champs. — 5. Tu plaisantes, afin10 de nous consoler. — 6. Dieu t’aurait secouru, si11 tu l’avais prié.

1 Quod, de ce que. — 2 Trad. par l’indicatif.3 Voir observ. 37, 1°. — 4 Où. — 5 Suus. — 6 Aeger, -gra, -grum. — 7 Protéger, tutari (tutatus sum). — 8 Tournez: anciens. — 9 Avoir erré. — 10 Afin de = afin que (ut, subj. prés.).11 Si, si (subj. pl.-q.-pf.).

208. VERSION

Dominor, aris, atus sum, ari, dominer.
Causā (gén.), en vue de.
Miseror, aris, atus sum, ari, déplorer.
Convivor, aris, atus sum, ari, banqueter.
Incalesco, is, alui, ĕre, s’échaufffer.
Lamentor, aris, atus sum, ari, se lamenter.
Perfidia, ae, f. perfidie.
Insector, aris, atus sum, ari, poursuivre, attaquer.

Indico, as, avi, aium, are, dénoncer.
Moror, aris, atus sum, ari, tarder.
Arcesso, is, ivi, itum, ĕre, mander, faire venir.
Percontor, aris, atus sum, ari, s’informer.
Contumeliosus, a, um, injurieux.
Poculum, i, n. coupe.
Deficio, is, feci, fectum, ĕre, manquer.

Plaisante réponse d’un Tarentin. — Tarentini, cum bellum adversus Romanos meditarentur1, regem Pyrrhum precati sunt, ut sibi auxiliaretur. Pyrrhus quidem milites in eorum urbem adduxit, sed potius dominandi causā2, quam tutandi. Itaque Tarentini suam sortem liberis querelis miserabantur. Praesertim cum convivantes vino incaluerant, libere lamentabantur et regis perfidiam insectabantur. Rex, cui res indicata erat, non moratus, unum eorum arcessivit, qui eum insectati erant. Percontatus est statim num3 ea essent1 vera, quae ad suas aures pervenissent1 Tarentinus, jocando se periculo liberavit: «Multa, inquit, o rex, et contumeliosa diximus; sed non est4 quod mireris. Etenim inter pocula jocabamur et contumeliosiora etiam dicturi eramus, nisi5 vinum defecisset.»

1 Trad. par l’indicatif.2 Gr. § 90, 3°. — 3 Num, si. — 4 Non est quod, litt.: il n’y a pas de raison pour que. — 5 Nisi, si…​ ne…​ pas.

209. THÈME

Adulescens, entis, jeune.
Glorior, aris, atus sum, ari, se glorifier.
Ortus, ūs, m. lever (d’un astre).
Conspicor, aris, atus sum, ari, apercevoir.
Corono, as, avi, atum, are, couronner.
Consido, is, sedi, sessum, ĕre, s’asseoir.
Indignor, aris, atus sum, ari, s’indigner.

Muto, as, avi, atum, are, changer.
Hortor, aris, atus sum, ari, exhorter.
Imitor, aris, atus sum, ari, imiter.
Dissolutus, a, um, dépravé.
Admiror, aris, atus sum, ari, admirer.
Sano, as, avi, atum, are, guérir.

Une conversion soudaine. — Polémon, dans1 sa jeunesse, se glorifiait de2 banqueter pendant des nuits entières et3 de ne pas sortir du4 festin avant le lever du soleil. Un jour5 que6, après un festin, il errait7 le matin à travers la ville, il aperçut8 le philosophe Xénocrate, qui instruisait9 [ses] élèves. Alourdi par le vin et la tête couronnée10 de roses, il s’assit par plaisanterie11 parmi les élèves. Tous s’indignaient; mais le philosophe, ayant modifié12 le discours qu’il avait préparé13, se mit [à] exhorter [ses] élèves à ne pas14 imiter les jeunes gens dépravés et dit beaucoup de choses admirables15 concernant la tempérance. Polémon, ayant admiré les préceptes du philosophe, se trouva guéri16 par un seul discours et fut lui-même plus tard un grand philosophe.

1 Trad.: encore jeune. — 2 De ce que (quod, subj.) il banquetait. — 3 Et ne…​ pas, neque. — 4 Sortir de, surgo, is, ĕre ex (abl.). — 5 Un certain jour (abl.).6 Cum (subj.).7 Errer, vagari (vagatus sum). — 8 Apercevoir, conspicari (conspicatus sum). — 9 Instruisant. — 10 La tête [étant] couronnée de rose, voir observ. 194. — 11 En vue causā, (gérond. Gr. § 96, 2° et 3°) de plaisanter. — 12 Le discours…​ [ayant été] changé, voir observ. 194. — 13 Préparer, meditari (meditatus sum). — 14 Pour qu’ils n’imitassent pas. Pour que…​ ne pas, ne (subj. impf.).15 Des choses nombreuses et devant être admirées. — 16 Fut guéri, sanare (-avi, -atum).

Deuxième conjugaison déponente (Gr. § 76, 2°)

210. EXERCICE

Fateor, eris, fassus sum, ēri, avouer.
Mereor, eris, ritus sum, ēri, mériter.

Polliceor, eris, citus sum, ēri, promettre.
Videor, eris, visus sum, ēri, paraître.

Transcrire, analyser et traduire1:

1. Fassus ero. Fatebitur. Fassus esses. Fatemini. — 2. Merēris. Mereamini. Meritos esse. Meritae essetis. Mererer. — 3. Polliciti eratis. Polliceremur. Polliciturus. Polliciti estis. Pollicebatur. — 4. Videberis. Videbar. Videri. Visi sunt. Visus erit. — 5. Ausi sunt. Ausus sim. Audere. Audendum. Aude.

1 Voir la seconde partie de l’exercice aux numéros correspondants.

II. Mettre en latin:

1. Tu aurais avoué. Que j’aie avoué. Avoir avoué. Vous avouez. — 2. Qu’ils méritassent. Que tu mérites. Mériter. Que je mérite. Vous mériterez. — 3. Nous promettons. Promets. En promettant. Pour promettre. Nous avions promis. — 4. Tu paraissais. Que nous ayons paru. Vous eussiez paru. Elles auront paru. — 5. Osez. Nous aurions osé. Vous oserez. Que j’aie osé.

211. EXERCICE

Confiteor, eris, fessus sum, ēri, avouer.
Peccatum, i, n. faute.
Insanus, a, um, fou, insensé.
Maestus, a, um, affligé, triste.

Contra (adv.), en face.
Intueor, eris, tuitus sum, ēri, regarder.
Soleo, es, solitus sum, ēre, avoir coutume.
Profiteor, eris, fessus sum, ēri, déclarer.

I. 1. Non negabo, sed confitebor meum peccatum. — 2. Consul pollicitus est hoc negotium sibi magnae curae1 fore. — 3. Solon Croeso insanus videbatur. — 4. Captivi ita2 maesti erant ut consolantes amicos contra intueri non auderent. — 5. Scipio solebat in Capitolium ad primam auroram venire, ut deos precaretur. — 6. Amici nostri nobis auxiliari non ausi erant.

II. 1. Il avoue sa faute de telle manière3 qu’il semble non [pas] l’avouer, mais la déclarer4 [fièrement]. — 2. Non seulement tu avouais, mais tu déclarais4 même [bien haut] ton crime. — 3. Ils [n’]ont pas encore5 avoué, mais ils avoueront bientôt. — 4. Vous aviez paru heureux6 de notre victoire. — 5. Tu n’as pas osé le promettre7. — 8. Nous te l’avons tous promis.

1 Double datif. Gr. § 174. — 2 Ita…​ ut, tellement que. — 3 De telle manière que, ita ut (subj. prés.).4 Déclarer, profiteri (profiteor, professus sum). — 5 Ne…​ pas encore, nondum. — 6 Laetus (avec ablatif).7 Pollicēri (polliceor, pollicitus sum).

212. VERSION

Pedica, ae, f. piège.
Misereor, eris, sertus sum, ēri, avoir pitié de.
Reor, reris, ratus sum, rēri, penser, être persuadé.
Medeor, eris, ēri (dat.), guérir.

Voluto, as, avi, atum, are, rouler.
Propensus, a, um (ad), enclin à.
Fascia, ae, f. bande (d’étoffe).

Promesse de loup. — Lupus quidam, pedicā captus, agricolae scelera sua confessus est. Se postea meliorem fore pollicebatur. «Miserere mei, inquit; fateor equidem canem tuum a me vulneratum esse, ovesque1 tuas raptas esse; sed si miseritus eris et hac pedicā me liberaveris, polliceor me nunquam oves tuas rapturum esse; eas semper adversus alios lupos tuebor. Herbae mihi vel pisces cibi erunt.» Agricola, qui homo erat simplex, lupum bonā fide pollicitum esse ratus, eum liberavit et pedem ejus etiam fasciis vinxit, ut ejus vulneri mederetur. Cum2 autem proximam silvam peteret lupus, porcum agricolae vidit in caenosā lacunā se volutantem. Nec diu porcum intuitus, exclamavit: «Hic, qui se in aquā volutat, piscis mihi esse videtur.» Et porcum voravit. — Ingeniis ad vitium propensis mederi difficillimum est.

1 Ovesque = et oves.2 Comme. Trad. le verbe par l’indicatif.

213. THÈME

Passim (adv.), çà et là.
Corripio, is, ripui, reptum, ĕre, saisir.
Asporto, as, avi, atum, are, emporter.
Vereor, eris, ritus sum, ēri, craindre.
Nisi, à moins que.

Sentio, is, ensi, ensum, ire, penser.
Repello, is, puli, pulsum, ĕre, repousser.
Diduco, is, uxi, uctum, ĕre, desserrer.
Evolo, as, avi, atum, are, s’envoler.
Jactura, ae, f. perte, mésaventure.

Le loup mal avisé. — Un loup que la faim pressait regardait2 çà et là1, cherchant une proie. Il vit une oie et sans [la] considérer2 longtemps, il la saisit. Tandis3 qu’il l’emportait dans la forêt, l’oie, pensant bien4 [que] son dernier jour était5 arrivé, à moins6 qu’elle [ne] remédiât à son malheur par la ruse, dit au loup: «J’avoue [que] je [n’]espère7 aucun salut. Aussi je [ne] te prierai pas d’avoir8 pitié de moi. Je ne craindrai9 pas [de] dire ce que je pense. Tu es le plus scélérat de tous les animaux.» Le loup, pensant4 [que] cette injure devait être repoussée, desserra les dents pour10 répondre. Mais l’oie s’envola. «J’avoue, dit le loup, avoir mérité11 cette mésaventure: pourquoi ai-je craint9 [d’]entendre des injures que je méritais11

1 Çà et là, huc et illuc.2 Regarder, considérer, intuēri (intueor, intuitus sum). Tournez: et [ne l’]ayant pas regardée longtemps. Et ne…​ pas, nec.3 Tandis que, cum (subj. impf.).4 Ayant pensé, rēri (reor, ratus sum). — 5 Etre arrivé. — 6 A moins que, nisi, (subj. impf.).7 Aucun salut être espéré par moi. — 8 Que, ut, (prés. subj.) tu aies pitié. Avoir pitié, miserēri (miseritus sum, génit.).9 Verēri (veritus sum). — 10 Pour, tournez: afin qu’il répondît, ut (subj. impf.).11 Merēri (mereor, meritus sum).

Troisième conjugaison déponente (Gr. § 76, 3°)

214. EXERCICE

Labor, eris, lapsus sum, i, tomber.
Queror, eris, estus sum, i, se plaindre.
Utor, eris, usus sum, i, se servir.

Morior, reris, mortuus sum, i, mourir.
Aggredior, deris, gressus sum, i, attaquer.

I. Transcrire, analyser et traduire1.

1. Laberis. Laberis. Lapsi eratis. Labimini. Labebar. 2. Queramini. Quereretur. Questi eritis. Querereris. Querendo. — 3. Utantur. Usuri. Utere. Utentes. Usae estis. — 4. Moriar. Mortuus est. Morituri. Mortuus ero. Mortuos. — 5. Aggrediendi. Aggressus ero. Aggrederis. Aggredieris.

1 Voir la seconde partie de l’exercice aux mêmes numéros.

II. Mettre en latin:

1. En tombant. Etant tombé. Il tombera. Tombe. — 2. Qu’ils se soient plaints. Elle s’était plainte. Plaignez-vous. Il se plaignit. — 3. Je me serais servi. Elles se sont servies. Qu’il se serve. S’étant servis (acc.). — 4. Être mort. Mourir. Pour mourir. En mourant. Être sur le point de mourir. — 5. Que vous attaquiez. D’attaquer. Qu’ils attaquassent. Attaque.

215. VERSION

Commodum, i, n. avantage.
Fruor, eris, fruitus sum, i, (abl.), jouir de.
Sequor, eris, cutus sum, i, suivre.
Irascor, eris, iratus sum, i (dat.), s’irriter contre.
Propter (acc.), à cause de.
Arena, ae, f. sable.
Ingredior, deris, gressus sum, i, entrer, marcher.
Permutatio, onis, f. échange.

Merx, ercis, f. marchandise.
Proficiscor, eris, fectus sum, i, partir.
Loquor, eris, cutus sum, i, parler.
Litterae, arum, f. pl. une lettre.
Absens, entis, absent.
Parce (adv.), avec économie.
Gladiator, oris, m. gladiateur.

1. Commoda quibus utimur, lux quā fruimur, dantur nobis a Deo. — 2. Praecepta magistri sequemini. — 3. Timeo ne irascaris mihi. — 4. Quis nescit Deum impiis hominibus irasci? — 5. Antiqui Germani propter inopiam auri argentique, permutatione mercium utebantur. — 6. Non proficiscar priusquam tecum locutus sim. — 7. Saepe te vidi sine causā irascentem. — 8. Quā profectus causa hinc es? — 9. Misi ad te litteras, ut loquerer tecum absens. — 10. Utere parce opibus praesentibus. — 11. Occasionem castra hostium aggrediendi exspectabamus. — 12. Fortiter moriendum est. — 13. Gladiatores, in arenam ingressi, dixerunt: «O Caesar, morituri te salutant.»

216. THÈME

Patior, teris, passus sum, i, souffrir.
Vescor, eris, i, se nourrir.
Progredior, deris, gressus sum, i, s’avancer.
Regredior, deris, gressus sum, i, rentrer, revenir.
Egredior, deris, gressus sum, i, sortir.

Theatrum, i, n. théâtre.
Suadeo, es, asi, asum, ēre, conseiller. Obliviscor, eris, blitus sum, i, oublier.
Ignosco, is, ovi, ire (dat.), pardonner.
Fatum, i, n. destin.

1. Nous savons [que] Jésus a souffert1 la mort pour2 nous. — 2. Tu es entré3 souvent dans cette maison. — 3. Les amis jurèrent [en] tenant la main du mourant. — 4. Les Scythes se nourrissaient4 de lait et de miel. — 5. Britannicus, s’étant avancé5 au milieu6 [d’eux], commença [à] chanter. — 6. Néron était déjà rentré7 dans la ville. — 7. Le peuple sortait8 du théâtre. — 8. Mon ami m’a dit [qu’il] partirait9 aussitôt. — 9. J’ai conseillé à mon ami de10 partir aussitôt. — 10. Reviens7 aussitôt auprès de11 nous. — 11. César [n’]oubliait rien, excepté les injures. Rentré7 dans la ville, il par’ donna à tous ses ennemis. — 12. Sur-le-point de mourir, les impies déploreront leur destin.

1 Avoir souffert. — 2 Pro (abl.). — 3 Ingredior, -gressus sum. -gredi.4 Se nourrir, vesci (vescor) (abl.).5 Progredior (voir note 3). — 6 Au milieu, in medium.7 Regredior (voir note 3). — 8 Egredior (voir note 3). — 9 Lui (se) être sur le point de partir. — 10 Que (ut, subj. impf.) il partît. — 11 Auprès de = vers.

217. VERSION

Monstruosus, a, um, monstrueux.
Nascor, eris, natus sum, i, naître.
Canesco, is, canui, ĕre, blanchir.
Noctu (adv.), de nuit.
Splendor, oris, m. éclat.
Occaeco, as, avi, atum, are, aveugler.

Vivo, is, vixi, victum, ĕre, vivre.
Latro, as, avi, atum, are, aboyer.
Nitor, eris, nisus sum, i, s’appuyer, s’efforcer.
Sollerter (adv.), adroitement.
Saltuatim (adv.), en sautant.
Assequor, eris, cutus sum, i, atteindre.

Étranges monstres. — Antiqui scriptores incredibilia quaedam de monstruosis hominum generibus narrant. Affirmant apud Parthos olim homines natos esse, unum1 oculum in fronte habentes. Si istis fabulis credimus, in Albaniā homines nascebantur, qui in pueritiā canescebant: isti solis luce non fruebantur, e2 tectis noctu tantum egredientes, quia solis splendor eos occaecabat. In montibus Indiae, homines vivebant capitibus ita3 canibus similes, ut non loquerentur, sed latrarent. In ultimis Orientis terris homines nascebantur, quibus unum1 crus erat4. Hoc uno crure stantes nitebantur. Quidam narrant eos his singulis5 cruribus ita3 sollerter usos esse, ut nunquam laberentur et, saltuatim currentes, velocissima animalia assequerentur, quorum carnibus vescerentur.

1 Observ. 103. — 2 E = ex.3 Ita…​ ut. tellement…​ que. Trad. les verbes par l’indicatif.4 Gr. § 172. — 5 Singuli, uniques. Trad. par le singulier.

218. THÈME

Discipulus, i, m. écolier.
Fungor, eris, functus sum, i (abl.), s’acquitter de.
Erga (acc.), envers.
Ubi, où, dès que.
Expergiscor, eris, perrectus sum, i, s’éveiller.
Gratias ago, is, egi, actum, ĕre, rendre grâce.
Obdormisco, is, ĕre, s’endormir.

Vitam agĕre, passer la vie.
Obsequor, eris, cutus sum, i, se plier à.
Plecto, is, ĕre, frapper.
Poena, ae, f. punition.
Amplector, eris, plexus sum, i, embrasser.
Adipiscor, eris, adeptus sum, i, acquérir.
Fama, ae, f. réputation, renommée.

Le bon écolier. — Avant tout1, l’écolier qui désire jouir d’une bonne renommée, s’acquittera soigneusement de [ses] devoirs envers Dieu. Dès qu’il s’éveillera2, il rendra grâce à Dieu et [en] s’endormant, il souhaitera de3 mourir après une vie sans souillure4. L’écolier qui se sera acquitté soigneusement de ces devoirs se pliera facilement aux préceptes du maître. Lorsqu’il entendra parler5 le maître, qu’il ne parle pas6 lui-même. Il n’imitera pas ceux que nous voyons se fâcher7 lorsqu’ils sont frappés d’une punition. Il comprendra plutôt [qu’]il doit embrasser8 une vie meilleure. Qu’il [ne]6 se plaigne pas auprès du maître, si ce n’est9 pour10 une raison grave. Les écoliers acquièrent ainsi une bonne réputation et jouissent de l’amitié de tous.

1 Tournez: avant toutes choses. — 2 S’éveiller expergisci (expergiscor, -perrectus sum). — 3 Qu’il meure. Que, ut (subj. prés.). — 4 Tournez: passée purement. — 5 Le maître parlant. — 6 Ne…​ pas, ne (subj. prés.).7 Se fâchant. — 8 Une vie meilleure devoir être embrassée (adject. verb. en -dus, pour marquer l’obligation, Gr. § 68). — 9 Si ce n’est nisi.10 De (abl.).

Quatrième conjugaison déponente (Gr. § 76, 4°)

219. EXERCICE

Assentior, iris, sensus sum, iri, (dat.), approuver.
Experior, iris, pertus sum, iri, expérimenter.
Mentior, iris, itus sum, iri, mentir.

Metior, iris, mensus sum, iri, mesurer.
Ordior, iris, orsus sum, iri, commencer.

I. Transcrire, analyser et traduire1:

1. Assensi sunt. Assentiatur. Assentirer. Assentiendi. Assensum esse. — 2. Expertus eras. Expertus. Experiebaris. Experimini. Ad experiendum. — 3. Mentientes. Mentita sit. Mentiemini. Mentiti erunt. Mentiendo. — 4. Metiebamur. Metimini. Metire. Mensus sim. Mensurus. — 5. Ordiebatur. Orsa est. Orsus. Ordiamur. Orsus esses.

1 Voir la seconde partie de l’exercice aux mêmes numéros.

II. Mettre en latin:

1. Il approuvera. Vous approuveriez. Ayant approuvé. Approuver. — 2. Devant être expérimenté. Ils ont expérimenté. Vous expérimenterez. Que j’expérimente. — 3. Mentir. Avoir menti. Vous mentez. Ils auraient menti. — 4. Nous mesurons. Elles auront mesuré. Que tu eusses mesuré. J’avais mesuré. — 5. Il commencerait. Tu commenças. Commence. Commencer.

220. EXERCICE

Potior, iris, itus sum, iri, s’emparer de.
Cognomen, inis, n. surnom.
Innumerus, a, um, innombrable.
Commoditas, atis, f. avantage.
Largior, iris, itus sum, iri, accorder.
Falsus, a, um, faux.

Blandior, iris, itus sum, iri (dat.), flatter.
Alienus, a, um, d’autrui, étranger.
Molior, iris, itus sum, iri, tendre, tramer.
Orior, oreris, ortus sum, oriri, s’élever, naître.
Fides, ei, f. fidélité.
Perpetuus, a, um, perpétuel, inaltérable.

I. 1. Pater irascitur, quia mentitus est filius. — 2. Brutus, in Hispaniā ingenti urbium numero potitus, Callaici cognomen meritus est. — 3. Innumeras hominibus commoditates largita est natura. — 4. Mentiris et falsis mihi blandiris laudibus. 5. Vir bonus nunquam mentietur, alienis bonis nunquam potietur. — 6. Cicero Catilinae perfidiam jamdiu expertus erat. Sciebat eum consulibus insidias molitum esse.

II. 1. Si je [le] niais1, je mentirais. — 2. Tu aurais menti en vain. — 3. Je [n’]ai jamais menti et2 je [ne] mentirai jamais. — 4. Nous avons souvent éprouvé3 la bonté de Dieu. — 5. Un nuage s’élevait du4 Vésuve. — 6. Éprouve3 la fidélité de ce nouvel ami. — 7. Dieu avait accordé à l’homme dans le paradis une félicité inaltérable.

1 Au subjonctif. — 2 Et…​ jamais, neque…​ unquam. — 3 Experior, expertus sum, experiri. — 4 Du (ex, abl.) mont Vésuve.

221. VERSION

Partior, iris, itus sum, iri, partager.
Simulo, as, avi, atum, are, faire semblant.
Claudico, as, avi, atum, are, boiter.
Persequor, eris, cutus sum, i, poursuivre.
Dissimulo, as, avi, atum, are, dissimuler.
Decerno, is, crevi, cretum, ĕre, décider.
Cella, ae, f. cellier.
Ebrius, a, um, ivre.

Canto, as, avi, atum, are, chanter.
Gravo, as, avi, atum, are, charger.
Verbero, as, avi, atum, are, frapper.
Eneco, as, avi, atum, are, tuer.
Internecivus, a, um, mortel.
Exorior, oreris, ortus sum, oriri, s’élever.
Sitio, is, ivi, ire, avoir soif.

Ysengrin et Renard. — Vulpes et lupus agricolam conspicati sunt cum pernā dorso impositā ambulantem: «Hanc pernam, inquit vulpes, mox inter nos partiemur. Ego me simulabo claudicare ex1 vulnere. Iste agricola, relictā pernā2, me statim persequetur. Interea tu pernā potieris.» Vulpis dolo lupus assensus est; sed quippe3 qui omnia suis commodis metiretur4, ubi pernā potitus est, eam voravit. Vulpes, perfidiam lupi sic experta, iram dissimulavit, sed insidias perfido socio moliri decrevit: «O lupe, dixit voce blandiente vulpes, certe nunc sitis5. Veni mecum in agricolae cellam; ibi vinum inveniemus.» Vulpes non mentita erat: vinum invenerunt; sed mox lupus ebrius prae gaudio magnā voce cantare orsus est. Statim advolans agricola lupum vino gravatum fuste verberavit et tantum6 non enecavit. Internecivum inde bellum inter vulpem et lupum exortum est.

1 Ex, par suite de. — 2 Voir observ. 194. — 3 Quippe qui, en animal qui. Trad. le verbe par l’indicatif.4 Metiri omnia, etc., rapporter tout à son intérêt. — 5 De sitio. — 6 Tantum non, presque.

222. THÈME

Siren, enis, f. sirène.
Allicio, is, lexi, lectum, ĕre, attirer.
Scopulus, i, m. écueil.
Immensus, o, um, immense.
Praeternavigo, as, avi, atum, are, longer (en navire).

Artificium, i, n. talent.
Musicus, i, m. musicien.
Offensa, ae, f. encombre.
Incipio, is, cepi, cepium, ĕre, commencer, entreprendre.

L’île des Sirènes. — Les Sirènes étaient des monstres marins1 qui, par la douceur de leurs chants2, flattaient les matelots pour3 les attirer sur les écueils. Ce Jason4 qui fit5 à travers les mers un immense voyage pour s’emparer6 de la toison d’or7, passa8 avec ses compagnons auprès de l’île des Sirènes. Craignant9 qu’elles [ne] lui tendissent quelque piège, il ordonna [à] Orphée [de] s’asseoir au milieu de ses compagnons et [de] chanter. En effet, il connaissait par expérience10 le talent admirable de ce musicien. Dès que celui-ci eut commencé11 [à] chanter, tous furent charmés au point que12 nul d’entre eux [ne] fut ému par la voix des Sirènes. Ainsi les Argonautes, ayant accompli5 sans encombre le voyage [qu’ils avaient] entrepris, partagèrent13 entre eux14 les richesses de la Colchide.

1 De la mer. — 2 Par [leurs] chants très doux. — 3 Afin qu’ils les attirassent. — 4 Gr. § 41, 3°. — 5 Emetior, emensus sum, emetiri.6 Afin qu’il s’emparât. S’emparer de, potiri (potior, potitus sum) (abl.).7 Employer l’adjcctif.8 Passer auprès de = longer. — 9 Comme, cum (subj. impf.), il craignait que, ne (subj. impf.).10 Connaître par expérience, experiri (experior, expertus sum). Employer le plus-que-parfait.11 Commencer, ordior, iris, orsus sum, ordiri.12 Au point que, ita ut (subj. impf.).13 Partior, partitus sum, partiri.14 Employer le pronom réfléchi; Gr. § 143.

Récapitulation sur les conjugaisons déponentes (Gr. § 76, l°-4°)

223. VERSION

Famulus, i, m. serviteur.
Conor, aris, atus sum, ari, essayer, s’efforcer.
Laetor, aris, atus sum, ari, se réjouir.
Benigne (adv.), avec bienveillance.
Ambo, ae, o, tous deux.
Efficio, is, feci, fectum, ĕre, faire, produire.
Contingo, is, tigi, tactum, ĕre, toucher.
Verto, is, ii, versum, ĕre, tourner, changer.

Revertor, eris, versus sum, i, revenir.
Detraho, is, traxi, tractum, ĕre, arracher.
Tempus, oris, n. temps, moment, époque.
Epulor, aris, atus sum, ari, manger.
Admoveo, es, ovi, otum, ēre, porter à, approcher.
Detestor, aris, atus sum, ari, maudire.
Insania, ae, f. folie.
Lavor, aris, atus sum, ari, se baigner.

Le roi Midas. — Quondam agricolae Silenum, Bacchi famulum, ebrium conspicati, eo frustra fugere conante potiti sunt eumque1 ad regem Midam duxerunt. Rex valde laetatus senem benigne excepit. Per decem dies simul convivati, ambo ad Bacchum profecti sunt. — «Bene de me meritus es, o rex, inquit Bacchus, quod2 famulum meum carissimum tuitus es. Itaque polliceor me tibi daturum (esse) quidquid3 petieris.» At Midas, non diu meditatus: «Effice, inquit, ut quidquid3 corpore contigero, vertatur in aurum.» — «Hoc tibi concedo, inquit Bacchus, et mox expertus scies me non mentitum esse.» Cum fex reverteretur, in itinere arborem conspicatus, ramum detraxit ut dei munus experiretur. Ramus statim in aurum versus est.

1 Et eum. — 2 Quod, parce que, puisque. — 3 Tout ce que.

224. THÈME

Le roi Midas (suite). — Le roi Midas, voyant1 tout ce qu’il touchait2 se changer en or, se réjouissait et se glorifiait du présent de Bacchus. Mais le moment du repas3 arriva. Tout ce que2 le roi essayait [de] porter à sa bouche se changeait en or. Bientôt il maudit le présent que lui avait accordé le dieu. Il craignit4 même de5 mourir de faim. Revenu6 rapidement auprès de Bacchus, il avoua sa folie avec larmes7: «Aie pitié de moi, dit-il, je mourrai de faim assurément, si tu ne me secours8 pas.» — «Pars aussitôt, répondit le dieu, tu te baigneras dans le fleuve [du] Pactole. Cela remédiera à ta malheureuse erreur.» Midas partit aussitôt et se baigna. Depuis cette époque on trouve9 de l’or dans ce fleuve.

1 Comme (cum, subj. impf.) il voyait. — 2 Tout ce que (voir la version précédente, note 3) il avait touché (pl.-q.-pf. subj.).3 Le moment de manger (gérondif). Manger, epulari (epulatus sum). — 4 Craindre, verēri (vereor, veritus sum). — 5 Qu’il ne mourût. Que…​ ne, ne (subj. impf.).6 Reversus. — 7 Avec de nombreuses larmes. — 8 Si tu ne m’auras pas secouru. Si ne…​ pas, nisi. — 9 Est trouvé, Gr. § 147.

LES VERBES IRREGULIERS

Fero (Gr. § 84, 1°)

225 a. EXERCICE

Affero,

ers

attuli

allatum

afferre,

apporter.

Aufero,

ers

abstuli

ablatum

auferre,

emporter.

Differo,

ers

distuli

dilatum

differre,

différer.

Effero,

ers

extuli

elatum

efferre,

élever.

Infero,

ers

intuli

illatum

inferre,

porter dans.

Offero,

ers

obtuli

oblatum

offerre,

offrir.

Transcrire, analyser et traduire1:

I. 1. Afferar. Allatus. Attulerunt. — 2. Aufertis. Abstulistis. Ablata sunt. — 3. Differetur. Differretur. Distulisse. — 4. Efferri. Efferas. Elati sunt. — 5. Inferemini. Illatos. Infert. — 6. Offer. Offerremini. Obtulisses.

1 Voir la seconde partie de l’exercice aux mêmes numéros.

Mettre en latin:

II. 1. Il fut apporté. Apportez. Il apportera. — 2. Vous enleviez. Ils ont enlevé. Que vous fussiez enlevés. — 3. Diffère. Qu’il soit différé. Que nous ayons différé. — 4. Il a élevé. Qu’il fut élevé. Tu aurais été élevé. — 5. Il sera porté dans. Qu’il soit porté dans. Tu portes dans. — 6. Être offert. Avoir été offert. Devant être offert.

VERSION

III. 1. Oblatam occasionem arripe. — 2. Viator, adspecto serpente1, pedem retulit. — 3. Existimabat regina peccato mortem esse praeferendam. — 4.Ut2 fructus multos vites ferant, Baccho sacerdos sacrificium3 offeret. — 5. Ab exploratoribus terribilis ad ducem nuntius allatus est. — 6. Philosophi cujusdam servus in itinere pecuniam ferens onere opprimebatur; tunc dominus4 ad eum: «Jace quod nimium est et fer quod ferre potes5.» — 7. Heliodorus6 extra Templum portabatur, nullo ei auxilium ferente1. — 8. Vita captivo oneri7 erat; sibi mortem intulit. — 9. Quidquid in Sicilia pretiosum erat, Verres auferebat.

THÈME

IV. 1. Les dommages qui avaient été causés8 par la guerre furent bientôt réparés. — 2. La bataille était offerte par les ennemis, mais les consuls différèrent le combat. — 3. Les mains levées9 vers le ciel, Moïse priait le Seigneur. — 4. Beaucoup qui avaient courageusement supporté l’adversité, n’ont pas su supporter le succès. — 5. L’esclave se hâta de jouir avec empressement de la liberté [qui lui était] offerte. — 6. Apporte-moi, dit Jacob10, [ce que tu as pris] à la chasse11. — 7. La vieillesse, si elle ôte12 l’audace, apporte du moins la prudence. 8. Joseph10, à cause de son excellent caractère, était préféré13 par son père; c’est pourquoi ses frères l’enviaient14. — 9. Coriolan15 eût fait16 la guerre à (= contre) sa patrie, s’il17 [n’en] avait été détourné par les larmes de sa mère. — 10. Souvent les petites choses sont à bon droit comparées18 aux grandes.

1 Ablat. abs. Observ. 194. — 2 Ut (subj.) afin que. — 3 Sacrificium, sacrifice. — 4 Sous-entendu: dixit.5 Potes, tu peux. — 6 Héliodore. — 7 Gr. § 174. — 8 Tournez : que la guerre avait apportés. — 9 Lever, effero; abl. abs. Observ. 194. — 10 Nom hébreu, indéclinable.11 Tournez: de (de, abl.) ta chasse. — 12 Ote = emporte. — 13 Préférer, praefero.14 Envier, invideo (dat.). — 15 Coriolanus.16 Tournez: eût porté, infero.17 Si, nisi (subj.).18 Comparer, confero.

Possum. — Prosum. (Gr. § 84, 3° et 4°)

225 b. EXERCICE

Transcrire, analyser et traduire:

I. 1. Possim. — Possitis. — Potes. — Potuistis. — Poterit. — Poterat. — Prosint. — Profuit. — Prodesse. — Profuerat. Prodes. — Prodessent. — Profuturus.

Mettre en latin:

II. 1. Vous auriez pu. — Que nous puissions. — Il pouvait. — Il avait pu. — Nous pourrons. — Vous aviez pu. — Qu’il soit utile. — Que nous ayons été utiles. — Sois utile. — Vous étiez utiles. — Tu seras utile.

VERSION

III. Ludis Corinthiis adesse non potueramus. — 2. Tibi profuisset veritatem non celare. — 3. Graecorum impetum Persae sustinere non potuerunt. — 4. In die ultimi judicii divitiae tuae tibi non proderunt. — 5. Tunc rex ministro1: «Num te2 sapientiorem et similem tui invenire potero?». — 6. Mihi profuerit in hac regione venisse. — 7. Vincere non poteramus, quia equitatus noster numero minor erat quam3 hostium. — 8. Homines praesertim hominibus et prosunt et obsunt. — 9. Regina Esther Deum precabatur dicens: «Non est4 qui possit tuae resistere voluntati.» — 10. Poterant Pompeio inimici obesse, amici vero prodesse non poterant.

THÈME

IV. 1. La vertu est plus utile5 que les richesses. — 2. Personne [ne] peut servir6 deux maîtres. — 3. Nous n’aurions pas pu vaincre sans votre secours. — 4. Être utile à tous et ne nuire à personne. — 5. Rendez service7, si l’occasion se présente8, même à vos ennemis. — 6. Avec (= par) du courage, vous auriez pu vous délivrer9 de la servitude. — 7. Les sages lois de Lycurgue [ne] furent pas longtemps utiles à ses concitoyens. — 8. L’ignorant ne sera bon à rien10. — 9. Je pourrai l’emporter sur mon ennemi si tu me secours11. — 10. Les bons exemples nous seront utiles.

1 Sous-entendu: dixit. — 2 Voir observ. 100. — 3 Equitatus, sous-entendu. Gr. § 138. — 4 Observ. 37. — 5 Est utile (prosum) plus (magis). — 6 Tournez: être soumis à. — 7 Tournez: soyez utiles. — 8 Tournez: est présente. — 9 Gr. § 176. — 10 Tournez: l’homme ignorant sera utile à personne. — 11 Tournez: si tu m’auras secouru.

226. VERSION

Commilito, onis, m. compagnon d’armes.
Ultro (adv.), spontanément, sans motif.
Nuntius, i, m. messager, nouvelle.
Circumfero, fers, tuli, latum, ferre, porter autour.

Fero, fera, tuli, latum, ferre, porter, supporter.
Militia, ae, f. service militaire.
Refero, fers, retuli, latum, ferre, reporter, remporter.
Jure (adv.), à bon droit.

Un général à ses soldats. — «Scitis, o commilitones, bellum nostrae patriae ad hostibus ultro illatum esse. Hostes, per agros nostros vagantes, omnia abstulerunt quae illis prodesse poterant. Hic nuntius, in urbem nostram allatus, iram civium concitavit. Circumferte oculos per campum. Videtis hostes incendisse omnia, quae auferri non potuerunt. Num1 hanc injuriam ferre potestis? Dii2, quorum templa hostes incenderunt, nobis auxilium ferent. Saepe vos vidi militiae labores fortiter ferentes: haec laboris consuetudo vobis hodie multum proderit. Nemo igitur vestrum3 pedem referat. Milites, qui se fortiter morti offerunt, raro vinci possunt. Occasio vincendi vobis offertur hodie: si primum hostium impetum tuleritis, brevi4 victoriam referetis. Post victoriam jure5 sperare poteritis reditum in patriam non diu dilatum iri et cives vestram gloriam laudibus ad caelum efferent.»

1 Num, n’est-il pas vrai que ne…​ pas. — 2 Gr. § 27, 6°. — 3 Vestrum, génitif partitif. Gr. § 38*, 3°. — 4 Adverbe. — 5 Jure, à bon droit.

227. THÈME

Captivitas, atis, f. captivité.
Ex quo, depuis que.
Defero, fers, tuli, latum, ferre, pousser, conduire.
Aequor, oris, n. étendue (unie), plaine.

Profectio, onis, f. départ.
Immemor, oris, oublieux.
Etiamsi, même si.
Exsilium, i, n. exil.

Ulysse dans l’île de Calypso. — Ulysse supportait avec peine [sa] longue captivité. Depuis qu’il avait été poussé1 dans l’île par la tempête, les plaisirs qui lui étaient offerts ne pouvaient calmer sa douleur. Assis2 sur le rivage, après3 avoir promené ses regards sur4 l’immense étendue de la mer, il disait: «Que5 m’a-t-il servi6 [d’]avoir différé si7 longtemps mon départ? En vain une déesse m’a offert l’immortalité. Le souvenir de [ma] patrie ne pourra jamais être ôté8 de mon cœur. La fortune peut [bien] m’9 enlever tout10, elle ne m’9 enlèvera pas le souvenir de mon épouse et de mon fils. Je ne pourrais11 les oublier12, même si13 je [le] désirais. L’immortalité ne me sera d’aucune utilité14, si je dois supporter15 un perpétuel exil. O Dieux, secourez-moi16. Que mon retour ne17 soit pas différé et toujours je vous témoignerai18 [ma] reconnaissance.»

1 Pousser, deferre (defero, detuli, delatum). — 2 Assis sur, in (abl.).3 Après qu’il avait promené [ses] yeux. — 4 Sur, per (acc.). — 5 Que, quid.6 Voir observ. 140. — 7 Si, tam.8 Oter de, auferre (aufero, abstuli, ablatum) ex (abl.).9 Enlever de (ab, abl.) moi. — 10 Toutes choses. — 11 Subj. impf.12 Être oublieux d’eux. — 13 Même si, etiamsi (subj. impf.).14 [Ne] me sera utile (employer prodesse) en rien (nihil). — 15 Si…​ est devant être supporté. Ferre. Gr. § 185. — 16 Portez-moi secours. — 17 Ne pas, ne.18 Témoigner sa reconnaissance, gratiam referre (refero, retuli, relatum).

Volo. — Nolo. — Malo. (Gr. § 84, 5°)

228. EXERCICE

I. Transcrire, analyser et traduire:

Non vis. — Mavult. — Noies. — Nolis. — Nolles. — Nolam. — Malim. — Vellemus. — Malle. — Voluero. — Voluisse. — Noluistis. — Nolle. — Volentes. — Voletis. — Malimus. — Nolebamus. — Maluissem. — Nolite. — Malebam. — Nolunt. — Vultis. — Malumus. — Noluisse.

II. Mettre en latin:

Je voudrais. — Tu aurais mieux aimé. — Vous avez préféré. — Que je n’aie pas voulu. — Ils aiment mieux. — Nous ne voulons pas. — Vous aimez mieux. — Ils ne voulaient pas. — N’avoir pas voulu. — Vouloir. — Vous aimerez mieux. — Qu’il ne veuille pas. — Vous ne voulez pas. — Qu’il aimât mieux.

229. VERSION

Libertas, atis, f. liberté.
Educo, is, duxi, ductum, ĕre, emmener.
Illicitus, a, um, défendu.
Erubeco, is, bui, ĕre, rougir.
Desisto, is, stiti, stitum, ĕre (abl.), renoncer à.
Longe (adv.), loin; longius, plus loin.
Apis, is, f. abeille.

Circumvolo, as, avi, atum, are, voler autour.
Alveus, i, m. ruche.
Raptim (adv.), à la hâte.
Conveho, is, vexi, vectum, ĕre, transporter.
Pudor, oris, m. honte.
Confundo, is, fudi, lusum, ĕre, confondre.

Les leçons de la nature. — Puer quidam magistri praecepta audire nolebat. Dum ceteri pueri magistrum audiebant, ille, qui libertate malebat frui, sub divo manebat. Quodam die, cum1 vellet, ut solebat, per agros passim vagari, canem vidit: «Si mecum, inquit, vis venire, libenter te mecum educam.» — «Nolo, respondit canis. Dominus me in limine villae manere voluit: semper officio meo fungi malam, quam illicitā libertate frui.» Puer erubuit, noluit tamen incepto desistere. Cum1 longius2 progredi vellet, apes vidit circumvolantes. «Cur festinatis, inquit? Cur non mavultis in his suavibus floribus quiescere?» — «O puer, ver breve est, in alveos raptim mei convehere volumus. Inter nos nulla est, quae officio suo fungi nolit.» Puer, pudore confusus, longius2 progredi noluit et ad magistrum properavit.

1 Comme. Trad. le verbe par l’indicatif. — 2 Comparatif de longe (adverbe).

230. THÈME

Relinquo, is, liqui, lictum, ĕre, quitter, laisser.
Amoenus, a, um, charmant.
Efficio, is, feci, fectum, ĕre, rendre, faire.
Demens, entis, insensé.
Committo, is, misi, missum, ĕre, exposer, confier.

Ulysse dans l’île de Calypso (suite). — «Pourquoi veux-tu, homme très insensé, quitter cette île charmante? Tu as fait ici tout ce que tu as voulu. Si tu voulais te promener à travers l’épaisse forêt, tu [le] pouvais. Si tu aimais mieux demeurer sur le rivage de la mer, personne [ne] t’[en] empêchait. J’avais même voulu te rendre immortel. Beaucoup d’hommes voudraient1 jouir de l’immortalité. Ceux qui refusent2 sont des insensés. Toi, pourquoi n’as-tu pas voulu? Tu aimes mieux mourir après une vie courte et misérable?» — «O déesse, tu as voulu [que] je demeurasse3 ici. Mais je t’ai toujours dit [que] je m’y refusais4 et [que] je préférais exposer de nouveau ma vie aux flots. L’homme de bien5 aimera toujours mieux s’acquitter de son devoir. Je veux, je voudrai toujours retourner auprès6 des miens, qui m’attendent dans ma patrie.

1 Subj. prés.2 Qui ne veulent pas. — 3 Gr. § 269. — 4 Moi ne vouloir pas (observ. 82). — 5 L’homme (vir) bon. — 6 Auprès = vers.

Eo. — Fio. (Gr. § 84, 6° et 7°)

231. EXERCICE

Eo,

is

ii

itum

ire,

aller.

Abeo,

is

abii

abitum

abire,

s’en aller.

Intereo,

is

interii

interitum

interire,

périr.

Fio,

is

factus sum

fiĕri,

devenir.

I. 1. Istis. — Ibas. — Ierunt. — I. — Iero. — 2. Abite. — Abibis. — Abeuntes. — Abieramus. — Abibamus. — 3. Interitum. — Interiisse. — Interierint. — Intereant. — Interierant.

II. Fis. — Factum iri. — Fieri. — Fietis. — Fiamus. — Fieres. — Factus essem. — Fiebatis. — Faciendos. — Fimus. — Fient.

III. 1. J’allais. — Tu iras. — Nous allâmes. — Vous êtes allés. — 2. Va t’en. — Allons-nous-en. — Ils s’en iront. — Vous vous en alliez. — 3. Péris. — Vous auriez péri. — Que j’aie péri. — Tu périras. Que vous périssiez.

IV. Je fus fait. — Tu es devenu. — Nous deviendrons. — Ils furent faits. — Que vous deveniez. — Ils devenaient. — Que tu fusses fait. — Être devenu.

V. Distinguer par l’analyse et la traduction les formes suivantes se rattachant à abesse, être absent, et abire, s’en aller:

Abes. Abis. — Abiero. Abero. — Aberimus. Abierimus. — Abessent. Abiissent. — Abesse. Abiisse.

232. VERSION

Quotannis (adv.), tous les ans.
Numen, inis, n. volonté (divine), divinité.
Adeo, is, ivi, itum, ire, aller trouver.
Facile (adv.), facilement.
Vinculum, i, n. lien.

Exeo, is, ivi, itum, ire, sortir.
Donec, jusqu’à ce que.
Pristinus, a, um, ancien.
Redeo, is, ivi, itum, ire, revenir.
Quare, pourquoi.

Le pasteur Aristée. — Aristaei pastoris apes interierant, nec cladis causam cognoscere poterat. Ad deam matrem1 iit, ut auxilium peteret: «Mater, inquit, nunquam miserior fiam quam nunc sum. Subito pauper factus sum. Meae apes, quarum mei quotannis uberius fiebat, omnes ad unam2 interiere3. Nisi mihi auxilium tuleris, quid de me fiet?» At illa: «Noli4, inquit, fili mi, spem omnem deponere. Multa deorum numine fiunt, quae fieri posse negant homines. Proteum adi. Eum dolo cape. Dum sopitus jacebit, facile5 eum catenis vincies. Ille quidem, ut te terreat et e vinculis exeat, fiet aper, mox leo, deinde flamma; sed cave ne eum abire sinas, donec in pristinam formam redierit et senex, ut6 ante, factus sit. Ille tibi dicet quare apes tuae interierint7. Deinde ad me redi. Ipsa mali remedium docebo.» Abiit Aristaeus, curavit ut haec omnia fierent apesque8 recuperavit.

1 Voir observ. 59. — 2 Lexique. — 3 Gr. § 63. — 4 Gr. § 213, 2°. — 5 Adverbe. — 6 Ut, comme. — 7 Trad. par l’indicatif.8 Et apes.

233. THÈME

Morsus, ūs, m. morsure.
Inferi, orum, m. pl. les enfers.
Transeo, is, ivi, itum, ire, franchir, passer.
Coeo, is, ivi, itum, ire, accourir ensemble.
Lyra, ae, f. lyre.

Mitis, e, doux.
Praeeo, is, ivi, itum, ire, aller en avant.
Respicio, is, pexi, pectum, ĕre, regarder en arrière.
Irritus, a, um, non avenu.

Orphée et Eurydice. — Eurydice1, épouse d’Orphée, était morte2 de la morsure d’un serpent. Orphée fut extrêmement affligé3 de sa perte. Il voulut se rendre4 dans les enfers pour5 aller trouver6 Pluton et revenir7 avec son épouse. Lorsqu’il8 eut franchi9 le Styx, il vit les ombres accourir10 pour11 entendre le son de sa12 lyre. Cerbère lui-même, devenu plus traitable, le laissa passer. Les ombres ne croyaient pas [que] ce13 fût possible. Pluton lui dit: «Pars14 avec [ton] épouse. Tu marcheras15 le premier, elle [te] suivra. Mais prends garde de te retourner16 pour la regarder, car si tu le fais17, ce que tu as obtenu sera18 non-avenu. Ton épouse reviendra7 auprès19 de nous. Prends donc garde d’oublier20 cette recommandation.» Orphée, revenant7 avec [son] épouse, ne peut s’empêcher21 de la regarder. Eurydice redevient22 aussitôt une ombre. Elle est forcée de revenir7 chez19 Pluton.

1 Eurydice, gén. es.2 Mourir, interire (de inter-eo). — 3 Fut fait très triste par la mort d’elle. — 4 Se rendre, ire.5 Tournez: afin qu’il allât…​ — 6 Aller trouver, adire (de ad-eo). — 7 Revenir, redire (de red-eo). — 8 Cum (subj. pl.q. parf.).9 Franchir, transire (de trans-eo). — 10 Accourant, coire (de co-eo). — 11 Pour = afin que (ut, subj. impf.). — 12 De lui. — 13 Cela pouvoir être fait. — 14 Partir, abire (de ab-eo). — 15 Marcher le premier, praeire (de prae-eo). — 16 Se retourner pour regarder, respicĕre (respicio, respexi, respectum). — 17 Si tu auras regardé. — 18 Deviendra non-avenu. — 19 Vers. — 20 De devenir oublieux de. — 21 Ne peut pas ne pas la regarder. Ne pas, non.22 Devient de nouveau.

Coepi. — Memini. — Odi. (Gr. § 85)

Les impersonnels (Gr. § 86)

234. EXERCICE

Coepi, coepisse, avoir commencé.
Memini, meminisse, se souvenir.
Odi, odisse, haïr.
Pluit, pluit, pluĕre, il pleut.
Tonat, tonuit, tonare, il tonne.
Advesperascit, ĕre, il se fait tard.

Ningit, ninxit, ĕre, il neige.
Decet, cuit, ēre, il convient.
Licet, licuit ou licitum est, ēre, il est permis.
Oportet, uit, ēre, il faut.
Me penitet, uit, ēre, je me repens.

I. 1. Coepistis1. Coeperant. Coepisses. — 2. Mementote. Memineritis. Meminissent. — 3. Odisse. Oderim. Oderas. — 4. Pluebat. — 5. Tonaret. — 6. Advesperascet. — 7. Ninxit. — 8. Decebit. — 9. Licuit. — 10. Oportebat. — 11. Appareret. — 12. Juvabit. — 13. Te paenitebat. — 14. Nos paeniteret. — 15. Eum paenitebit.

1 Voir la seconde partie de l’exercice aux mêmes numéros.

II. 1. Ils avaient commencé. Nous commençâmes. Avoir commencé. — 2. Nous nous souvenions. Souviens-toi. Que vous vous souveniez. — 3. Il haïrait. Qu’ils haïssent. Nous haïssons. — 4. Il pleuvra. — 5. Il avait tonné. — 6. Qu’il se fît tard. — 7. Il neigeait. — 8. Qu’il convienne. — 9. Il sera permis. — 10. Il faudra. — 11. Il fut manifeste. — 12. Il plairait. — 13. Vous vous repentez. — 14. Que je me repente. — 15. Qu’ils se soient repentis.

235. VERSION

Jucunditas, atis, f. agrément.
Ut primum, aussitôt que.
Lucescit, ĕre, il fait jour.
Splendeo, es, ui, ēre, briller.
Discurro, is, i, cursum, ĕre, courir çà et là.
Praeteritus, a, um, passé.
Grandinat, are, il grêle.

Atrox, ocis, affreux.
Horror, oris, m. horreur, frisson.
Ne…​ quidem, pas même.
Fulgurat, avit, are, il fait des éclairs.
Fulminat, are, la foudre tombe.
Fragor, oris, m. fracas.
Pure, purement.

L’été. — Multae sunt aestatis jucunditates. Ut primum lucescit, juvat per agros novo lumine splendentes ambulare. At cum calor acrior fieri coepit, licet sub antiquā arbore jacere. Cum vero advesperascit, tum cum amicis sub divo sedere et jocari libet. Dum pueri magno strepitu discurrunt, senes praeteriti temporis meminisse1 juvat. Hoc amoeno anni tempore2 nunquam ningit, raro pluit, interdum tamen grandinat. At quam3 atroces oriuntur tempestates, quarum sine horrore ne4 meminisse1 quidem possumus! Tunc subito advesperascere videtur, mox toto caelo fulgurat; fulminat quoque; interea ingens effunditur imber: undique ad tecta curritur5. Hunc tonitrus fragorem praesertim impii oderunt, quia scelerum suorum meminerunt1. At tunc virum pium juvat vitae pure actae meminisse1.

1 Gr. § 165. — 2 Ablatif de temps. Gr. § 199. — 3 Combien (tombe sur l’adjectif).4 Ne…​ quidem, voir lexique. — 5 Passif impersonnel. Gr. § 147.

236. THÈME

Deprehendo, is, di, ensum, ĕre, surprendre.
Intermissio, onis, f. relâche.
Increpo, as, ui, itum, are, réprimander.

Apparet, uit, ēre, il est manifeste.
Removeo, es, ovi, otum, ēre, écarter.

La tempête. — Ceux qui ont été une fois surpris en mer par la tempête, ne se souviennent1 pas de ces dangers sans2 frissonner. Un jour que3 nous longions la Crète, de noirs nuages commencèrent [à] obscurcir le ciel. Déjà le soir tombait4. Sans relâche brillaient5 les éclairs. Nous nous repentions6 [d’]avoir entrepris ce voyage. Les impies eux-mêmes s’étaient mis7 [à] prier les dieux. Mais les autres les réprimandaient et disaient: «Il faut les jeter à8 la mer. Il [ne] convient pas [que] les dieux soient9 invoqués par des impies. Il est manifeste [que] les dieux, qui les détestent, n’apaiseront10 pas cette tempête, si nous ne les écartons11 pas de nous.» Pour nous12, il nous plaisait13 [de] nous souvenir1 de notre constante piété envers les dieux. Il plut et tonna durant toute la nuit. Au point du jour14 seulement, il nous fut permis d’espérer le salut.

1 Gr. § 165. — 2 Sans frisson. — 3 Un certain jour (abl.), comme (cum, indic.). — 4 Le soir tombe, advesperascit. — 5 Il faisait des éclairs. — 6 Gr. § 159. — 7 S’être mis à, coepi (coepisse). — 8 Dans la mer. — 9 Les dieux (acc.) être invoqués. — 10 [N’]être pas sur le point d’apaiser. — 11 Si nous ne les aurons pas écartés. Si ne…​ pas, nisi. — 12 Pour nous, at. — 13 Plaire à, juvare (acc.).14 Tournez: Lorsque (cum, indic.) il commença à faire jour, alors seulement (tum demum).

Récapitulation sur les verbes irréguliers (Gr. § 84-86)

237. VERSION

Simul, ensemble, en même temps.
Praebeo, es, ui, itum, ēre se, se montrer.
Disco, is, didici, discitum, ĕre, apprendre.
Nutus, ūs, m. signe de tête, volonté.
Compono, is, posui, situm, ĕre, arranger, régler.
Servo, as, avi, atum, are, conserver.

Convenio, is, i, ventum, ire, arriver (ensemble).
Stramentum, i, n. litière.
Vapulo, as, avi, atum, are, être battu.
Madidus, a, um, mouillé.
Prosterno, is, stravi, stratum, ërs, étendre.
Docilitas, atis, f. docilité.

Les deux chevaux. — Homo quidam duos equos eādem matre natos emere voluit, formā et viribus pares. Eos simul educare coepit, sed alter se docilem praebebat, alter dominum oderat; illum juvabat omnia discere, hic passim discurrere malebat, quam in gyros ire et motus ad1 equitis nutum componere. Cum2 appareret hunc doceri non posse, dominus eum vendidit; alterum servavit. Paucis annis3 post4, equi duo ad idem deversorium convenerunt. Advesperascebat et pluebat. Alteri, qui equiti suo carissimus factus erat, molle stramentum attulit caupo; alter qui gravia onera saepe vapulans tulerat, madidum corpus humi prostravit5. Eum tunc segnitiae suae paenituit: «Eheu, frater, inquit, video docilitatem tuam tibi multum profuisse; at ego qui stultus libertate frui malebam, quam duros fero diuque6 feram labores!»

1 Ad, selon. — 2 Comme. Trad. le verbe par l’indicatif.3 Ablatif de temps, Gr. § 199 et 200*. — 4 Adverbe.5 De prosterno. — 6 Et diu.

238. THÈME

Educatio, onis, f. éducation.
Forum, i, n. place publique.
Uter, tra, trum, lequel (des deux).
Consequor, eris, cuius sum, i, atteindre.
Constat, stitit, are, il est certain.

Studium, i, n. goût, zèle.
Cupidus, a, um (gén.), désireux de.
Venatio, onis, f. chasse, gibier.
Gula, ae, f. gourmandise.

Les deux chiens. — On rapporte1 [que] Lycurgue voulut2 montrer3 à ses concitoyens combien4 une excellente éducation est utile5 aux mœurs. Il apporta6 sur la place publique deux chiens. En même temps, il avait ordonné [d’]apporter7 un morceau de viande et un lièvre. L’un des chiens se mit8 aussitôt [à] dévorer la viande, l’autre aima mieux poursuivre le lièvre. «Lequel des deux me sera plus utile9, dit Lycurgue; celui qui a mieux aimé satisfaire sa faim sans effort ou10 celui qui a voulu atteindre lui-même sa proie? Il est manifeste [que] celui-là me sera11 plus utile, qui a préféré12 l’effort au plaisir. Il est certain13 pourtant [qu’]ils sont de la même race14. Mais une éducation différente a produit15 des goûts différents: l’un a pris le goût16 de la chasse; vous voyez l’autre adonné à la gourmandise.»

1 Tournez: Lycurgue est rapporté. Rapporter, ferre. — 2 Avoir voulu. — 3 Tournez: instruire ses concitoyens. Instruire, docēre (doceo, docui, doctum). — 4 Quantum. Mettre le verbe au subj. impf.5 Être utile, prodesse. — 6 Apporter, afferre (affero, attuli, allatum). — 7 Un morceau de viande…​ être apporté. — 8 Se mettre = commencer. Employer coepi. — 9 Etre plus utile, magis prodesse. — 10 Ou, an. — 11 Devoir être plus utile, voir note 9. — 12 Praefero (composé de fero). — 13 Etre certain, constare. — 14 Génitif: Gr. § 114. — 15 Produire, afferre. — 16 Est devenu désireux de.

TROISIÈME PARTIE: LES MOTS INVARIABLES

L’ADVERBE

Formation. — Degrés de signification. (Gr. § 87-88)

Innocens, entis, innocent.
Modestus, a, um, modéré.
Rarus, a, um, rare.
Verus, a, um, vrai.
Fidelis, e, fidèle.

Amor, oris, m. amour, tendresse.
Amans, antis, affectueux, tendre.
Maestitia, ae, f. tristesse, chagrin.
Quot (invar.), combien (nombreux).
Tam, tellement, si.
Tantum, tellement.

239. EXERCICE

I. Former l’adverbe correspondant aux adjectifs suivants et le traduire:

Altus, haut. — Similis, semblable. — Stultus, sot. — Miser, malheureux. — Crudelis, cruel. — Diligens, diligent. — Celer, rapide. — Benignus, affectueux. — Innocens, innocent. — Par, égal. — Rectus, droit.

II. Indiquer de quels adjectifs viennent les adverbes suivants:

Aspere. — Fortiter. — Acriter. — Superbe. — Pulchre. — Modeste. — Utiliter. — Certe. — Sapienter.

III. Mettre au comparatif et au superlatif les adverbes du n° II.

IV. Ramener au positif de l’adverbe les comparatifs et superlatifs suivants:

Liberius. — Vehementissime. — Maestissime. — Gravius. — Jucundissime. — Brevius. — Clementissime. — Velocius. — Avidissime.

V. Quel double sens peuvent avoir les formes suivantes, selon qu’on les considère comme des adjectifs ou des adverbes:

Avidissime. — Raro. — Verius. — Maeste. — Superbe. — Benignius. — Audacissime. — Minus. — Quantum.

240 a. EXERCICE

Observation.Remarquer que fortiter peut se traduire par courageusement ou avec courage.

N.-B.Tous les adverbes contenus dans les exercices suivants ne figurent pas dans les lexiques. L’élève s’efforcera de les reconnaître ou de les former en partant des adjectifs dont ils dérivent.

I. 1. Populus stultus honores saepissime dat indignis1. — 2. Pejus egerunt filii quam patres eorum. — 3. Joseph audacter adivit Pilatum et petiit corpus Jesu. — 4. Non raro reipublicae commoda privatis2 necessitatibus praeclarus ille vir habuit3 potiora. — 5. Aquilā nulla avis volat excelsius. — 6. Ait Dominus Petro: «Simon, diligis me plus his?» — 7. Athenienses praestantes cives e civitate saepius4 ejiciebant. — 8. Consul se temere magis quam prudenter in medium proelium intulit. — 9. Facilius Alexander nodum secavit quam solvit5. — 10. «Longius, o rex, ne processeris6, proderis enim.»

II. 1. Rien ne sèche plus vite qu’une larme. — 2. Le loup a mordu très cruellement le chasseur. — 3. Cicéron a dit cela excellemment. — 4. Je me suis rarement repenti [de] m’être tu; à bon droit j’ai honte [d’]avoir parfois trop parlé. — 5. Nous parvînmes rapidement au pied7 de la montagne; mais nous la gravîmes avec peine. — 6. Les Romains ont fait beaucoup de guerres8 avec courage9, mais pas toujours avec succès9. — 7. Le prêteur n’a pas été plus10 d’une année dans [sa] province. — 8. Les consuls placèrent [leur] camp sur-un-espace-trop-large11 pour leur armée. 9. L’un et l’autre parti loua également l’orateur. — 10. Tu aurais agi12 plus sagement si tu avais tout prévu12 avec soin pour13 le départ.

1 Indignus, Indigne. — 2 Privatus, particulier. Voir observ. 100. — 3 Habuit, tint pour, estima. — 4 Gr. § 130. — 5 Solvo, is, dénouer. — 6 Gr. § 213. — 7 Tournez: à (ad, acc.) la racine. — 8 Des guerres nombreuses. — 9 Tournez: courageusement, heureusement. — 10 Plus longtemps que. — 11 Tournez: Plus largement que pour, pro (abl.). — 12 Subj.13 Pour, ad (acc.).

240 b. VERSION

La mort de Roland. — Extremo agmini1 insidiis2 ab hostibus in saltu molitis, equites multitudine oppressi nihilominus supremum impetum acriter fecerunt: volebant enim, si possibile erat, reliquum saltem exercitum servare. Sed telis3 rupibusque4 lacessiti5, omnes ad unum ceciderunt. Dux autem eorum, cujus pectus sagittā saeve perforatum erat, quanquam acerbe doloribus excruciabatur, ultimas pro patriae salute vires impendebat, nec sanguinem suum ubertim fluentem animadvertebat. Sed omnes suos bonos commilitones videns turpiter interfectos, atque, deficiente robore6, mortem suam intelligens esse proximam, cito cornu ex ebore corripit et interdum vehementissime canit, ut7 regem de clade moneat et auxilium raptim ab eo petat. Deinde dextrā8 gladium in caelum intendit ac animum Deo piissime reddit. Quando vero rex serius9 advolans est intuitus corpora occisorum et prae omnibus pallidum ducis cadaver gladium adhuc10 manu retinens, subito misericordiā motus, caput deflexit11 et flevit amare.

1 Extremum agmen, l’arrière-garde. — 2 Insidiis molitis, ablatif abs.3 Telum, i, n. le trait. — 4 Rupibusque = et rupibus.5 Lacessiti, harcelés. — 6 Voir observ. 194. — 7 Ut (subj.) afin que. — 8 Dextra (manu), sous-entendu.9 Serius, trop tard, comp. de sero. — 10 Adhuc, encore. — 11 Deflexit, il courba.

240 c. THÈME

Le Corbeau et le Renard. — Le corbeau avait enlevé sur1 une fenêtre un fromage. Vivement tourmenté par la faim, il se préparait à2 le manger avec avidité. Or, le renard, dès qu’il aperçut l’oiseau perché sur3 un arbre, se mit [à] le haranguer4 d’une-manière-très-flatteuse: «O corbeau, dit-il, merveilleusement5 brillent tes plumes, incroyablement6 éclate la beauté de ton corps et de ton visage. Si tu avais7 de la voix, tu l’emporterais7 de loin8 sur tous les autres animaux.» Le corbeau, n’ayant pas écouté9 plus longtemps, voulut sottement montrer sa voix; il ouvrit tout grand6 son bec10 et laissa-tomber11 le fromage. Rapidement le rusé renard s’en empare12 et s’enfuit à toutes jambes13. Alors le corbeau gémit amèrement d’avoir cru14 d’une façon-si-stupide à des paroles flatteuses.

1 Sur, de (abl.).2 A, ad (gérond.). — 3 Assis sur, in (abl.).4 Haranguer, alloqui. — 5 D’une manière très belle. — 6 D’une manière très grande. — 7 Subj. impf.8 De loin = longuement. — 9 N’écoutant pas. — 10 Son bec = sa bouche. — 11 Lâcha, demitto, is, misi, missum, ĕre.12 L’enlève avec (abl.) [ses] dents. — 13 Très vite. — 14 Parce qu’il avait cru.

Adverbes de quantité (Gr. § 91)

241 a. EXERCICE

N. B. — Avec plus de courage peut se traduire littéralement: cum majore fortitudine, ou bien: plus courageusement, fortius. De même, on peut traduire: avec moins de tristesse, cum minore maestitia, ou bien minus maeste.

I. Donner une double traduction des expressions suivantes:

Avec beaucoup de fidélité. — Avec plus de courage. — Avec joie. — Avec beaucoup de tendresse. — Avec plus d’audace. — Avec grande tristesse. — Avec moins de courage. — Avec moins d’orgueil.

II. Mettre en latin:

Assez d’eau. — Combien de navires. — Plus de vin. — Beaucoup de blé. — Moins de crainte. — Peu de soin. — Combien agréable. — Combien plus agréable. — Il est tellement bon. — Il craint tellement. — Beaucoup de lait. — Un peu d’huile. — Il y avait dans la forêt beaucoup de miel.

241 b. EXERCICE

I. 1. Anno praeterito1, arbores nostrae satis multos flores emiserunt, sed gelu adustae, paucos fructus attulerunt; hic vero annus gratior erit, nam in arboribus nostris pauciores quidem flores fuerunt, sed, quoniam serenum2 permansit caelum, plura poma colligemus. 2. Hic portus satis amplus est, sed nimis arenae in eum mare congerit. — 3. Romani numquam bellum agebant, quando pax satis magna commoda ipsis afferre poterat. — 4. Alexander adhuc3 juvenis fassus est4 se nulli praelio interfuisse cum majore voluptate. 5. Nimii timoris speciem dedistis; vobis non inest satis magna audacia. — 6. Post tot saecula, terra semper est fecunda. — 7. Equitatus magnum obsidentibus malum inferebat.

II. 1. Les sources sécheront parce qu’il a peu neigé. — 2. Le médecin ordonna au malade5: «Buvez peu de vin, mangez moins de viande et dormez plus longtemps.» — 3. Les brebis ne pouvaient plus donner assez de lait à [leurs] agneaux. — 4. Les soldats furent vaincus; très peu rentrèrent dans leurs foyers6. — 5. Que ces poèmes [sont] admirables! — 6. Comme le temps passe7 vite! — 7. Peu de science écarte de Dieu, beaucoup y8 ramène.

1 L’an passé. Abl. de temps. Gr. § 199. — 2 Serenus, serein. — 3 Adhuc, encore. — 4 Du verbe fateor. — 5 Malade, languens, tis.6 Dans leurs foyers, domum. — 7 Passe = coule. — 8 Vers lui, ad (acc.)

241 c. VERSION

Assiduus, a, um, continuel.
Sagacitas, atis, f. sagacité, pénétration, flair.
Patefacio, is, feci, factumt ĕre, ouvrir, découvrir.
Occulte, mystérieusement.
Inquisitio, onis, f. enquête.
Tribuo, is, i, utum, ĕre, accorder, consacrer (à).
Confero, fers, tuli, latum, ferre, apporter.

Inquiro, is, isivi, isitum, ĕre, rechercher.
Impendo, is, i, ensum, ĕre, employer (son temps).
Percussor, oris, m. assassin.
Conventus, ūs, m. assemblée.
Agnosco, is, gnovi, gnitum, ĕre, reconnaître.
Invado, is, asi, asum, ĕre, s’élancer (contre).

Fidélité du chien. — Nulli animalium major fides est quam cani. Quanto ceteris amantior est! Satis notum est multos canes pro dominis fortissime pugnasse. Quidam etiam a1 dominis interfectis recedere noluerunt, volucres ferasque2 assidue abigentes. Nec sagacitas minor est quam fides. Haud raro dominorum interfectores patefecerunt3. Vir quidam tam occulte interfectus erat, ut nemo inveniretur in quem ea4 suspicio cadere posset. Huic inquisitioni magistratus frustra multum temporis tribuerant, frustra magnam curam in eam contulerant. Sed, quod5 multi homines cum magno studio inquirentes invenire non potuerant, unius canis sagacitas aperuit. Et minus ille quidem temporis minoremque6 laborem impendit. Percussorem enim domini, in multorum civium conventu odore agnitum, vehementissime latrando acriterque invadendo scelus fateri coegit7.

1 A, de (loin de). — 2 Ferasque = et feras.3 Sujet: canes sous-entendu.4 Ea = ejus rei.5 (Id) quod. — 6 Et minorem.7 De cogo.

242. THÈME

Abnuo, is, i, utum, ĕre, refuser.
Conjicio, is, jeci, jectum, ĕre, jeter dans (enfermer).

Expello, is, puli, pulsum, ĕre, chasser.
Assuefacio, is, feci, factum, ĕre, accoutumer (dresser).

Fidélité du chien (suite). — On raconte1 qu’un chien refusa avec beaucoup d’opiniâtreté [de] s’éloigner d’2 une prison où3 son maître avait été enfermé. Ce maître ayant été tué, le chien le4 caressa plus tendrement que de coutume5 et témoigna beaucoup de tristesse. Il présenta6 même de la nourriture à la bouche du mort avec beaucoup de sollicitude. Peu de nations ont utilisé7 les chiens à8 la guerre. Ils combattent cependant très courageusement, attaquant l’ennemi avec beaucoup d’audace. Ils ont9 plus de fidélité que les soldats mercenaires et occasionnent10 moins de dépense. On raconte11 qu’un roi chassé par ses sujets dressa12 beaucoup de chiens au13 combat. Peu de mois après14, il fut ramené par eux dans sa patrie sans rencontrer de résistance15.

1 Tournez: un chien est raconté avoir refusé. — 2 De, ab (abl.). — 3 Dans laquelle. — 4 Le chien caressa le maître tué. — 5 Que de coutume, solito. — 6 Présenter à, ferre ad (acc.). — 7 Se sont servies des. — 8 Dans. — 9 Plus de fidélité est à eux qu’aux soldats, etc. Mercenaire, mercede conductus, a, um. — 10 Sont à moindre dépense (dat.). — 11 Un roi est raconté. — 12 Avoir dressé. Dresser, assuefacĕre (-facio, -feci, -factum). — 13 Datif.14 Après peu de mois. — 15 Personne [n’]osant résister (voir observ. 194).

Adverbes interrogatifs, affirmatifs et négatifs (Gr. § 92-94)

243. EXERCICE

Profecto, assurément.
Minime, le moins, très peu, pas du tout.

Persuadeo, es, asi, asum, ēre, persuader.
Administro, as, avi, atum, are, gouverner.

I. 1. Estne frater tuus in urbe? Est. — 2. Nonne fuit Socrates omnium Graecorum sapientissimus? Fuit profecto. — 3. Utrum abire mavis an manere? Abire malo. — 4. Num poteris illum ad vitam revocare? Minime. — 5. Num me canem esse putas? — 6. Utrum pater ejus rediit annon? Rediit. — 7. Si hoc feceris, tua gloria haud parva erit. — 8. Ne unus quidem tantae cladi superfuit. — 9. Num te juvat inter impios vivere? Minime. — 10. Cur apud nos manere non vis? Nonne te omnes amamus? Num tibi quidquam1 molesti sumus?

II. 1. Est-ce que je n’ai pas fait tout ce que tu avais ordonné? — 2. Ton ami est-il mort? Pas du tout. — 3. Est-ce que par hasard tu penses [que] je puis2 être persuadé par ces paroles? Crois-tu [que] je sois fou? — 4. L’or est-il plus utile à l’homme ou le fer? Le fer assurément. — 5. Défendez-vous ou attaquez-vous nos amis? — 6. Le monde n’est-il pas gouverné par la Providence de Dieu? Assurément. — 7. Je ne t’avais pas même aperçu. — 8. Ta récompense ne sera pas3 petite.

1 Quidquam, en quelque chose. — 2 Moi pouvoir être persuadé. — 3 Sera non petite.

244. VERSION

Imprudens, entis (qui agit) sans le faire exprès.
Excuso, as, avi, atum, are, disculper. Fortasse, peut-être.
Careo, es, ui, ēre, être privé de.
Injuste, injustement.
Abutor, eris, usus sum, i, abuser.

Mendacium, i, n. mensonge.
Judicium, i, n. jugement.
Testimonium, i, n. témoignage.
Facultas, atis, f. faculté, possibilité.

N’accusons pas les innocents. — Puer quidam pretiosum vas imprudens fregerat1. Ut2 se excusaret, canem accusabat. At pater: «Fili mi, inquit, utrum mentiris an verum dicis? Hoc gravius est quam fortasse putas. Si fecisti ipse, innocentem accusas. Num quid3 foedius fieri potest? Nonne honestius est sive culpam, sive imprudentiam fateri? Num potest hic canis suam defendere causam? Quia Deus hunc canem sermone carere voluit, tibi autem loquendi facultatem dedit, visne hunc injuste opprimere? Dei muneribus sic abuteris? Credisne tale mendacium aliud esse in homine, aliud in puero? Nonne in judiciorum et testimoniorum fide nititur magnā4 ex parte civium salus? Nonne scis pueros, qui veritatem justitiamque contemnant5, bonos cives fieri non posse? Agedum, o fili, dic bonā fide: utrum vas illud fregisti1 ipse annon?» At ille: «Fregi1», inquit.

1 De frango. — 2 Ut, afin que. — 3 Quid pour aliquid. — 4 Ex magna parte, en grande partie. — 5 Trad. par l’indicatif.

245. THÈME

Crucio, as, avi, atum, are, tourmenter, faire souffrir.
Causa, ae, f. cause (raison).
Indignabundus, a, um, indigné.
Impune, impunément.
Ago, is, egi, actum, ĕre, agir.

Cupido, inis, f. désir.
Animatus, a, um, animé.
Damno, as, avi, atum, are, condamner.
Sententia, ae, f. avis.

Un enfant devant l’Aréopage. — Un enfant tourmentait sans raison les petits animaux. Volontiers il crevait les yeux aux oiseaux. Un citoyen indigné l’amena devant1 les juges de l’Aréopage. Les juges interrogèrent l’enfant: «Avoues-tu ou nies-tu avoir commis cette faute?» — «J’avoue», dit l’enfant. — «Eh bien2, est-ce que par hasard tu as cru3 pouvoir agir ainsi impunément? N’est-il pas vrai [que] la cruauté de l’enfant est4 semblable à celle5 de l’homme? Assurément tu [n’]as tué aucun citoyen! Mais les forces t’ont-elles manqué ou le désir? Un enfant qui tourmente les animaux, [n’]épargnera pas même ses concitoyens plus tard. Penses-tu [que] tu puisses6 vivre impunément dans cette cité [étant] animé d’une telle haine contre les innocents? Non assurément.» L’enfant fut condamné à mort7 de8 l’avis de tout le conseil.

1 Vers. — 2 Eh bien, agedum. — 3 Tu as cru toi pouvoir. — 4 A l’infinitif.5 A la cruauté de l’homme. — 6 Toi pouvoir vivre. — 7 A mort, capite. — 8 De, de (abl.).

LA PREPOSITION (Gr. 95-96)

246. EXERCICE

Portus, ūs, m. port.
Benevolentia, ae, f. bienveillance.
Arx, arcis, f. citadelle.
Reus, i, m. l’accusé.
Stola, ae, f. longue robe.

Proditor, oris, m. traître.
Hora, ae, f. heure.
Extemplo (adv.), soudain.

1. Inter caelum et terram. — 2. Inter reges. — 3. Quam ob rem? — 4. Post montem. — 5. Post tres dies. — 6. Omnes praeter amicum tuum. — 7. Propter mare. — 8. Propter calamitatem. — 9. Pro muro. — 10. Pro praemio. — 11. Pro civitate. — 12. Sine ullā spe. — 13. In portu. — 14. In portum. — 15. Sub terrā. — 16. Sub jugum. — 17. Super duo millia. — 18. Super reditu Augusti. — 19. Per montes. — 20. Per legatos. — 21. Per duas noctes. — 22. Trans mare. — 23. Discedere a mari. — 24. Coram Cicerone. — 25. Cum duobus filiis. — 26. De amicitiā. — 27. Exire e portu. — 28. Prae lacrimis. — 29. Ad moenia. — 30. Apud hospitem. — 31. Ante oculos. — 32. Ante noctem. — 33. Adversus malos cives. — 34. Circum templa. — 35. Erga amicos.

247. EXERCICE

1. En présence du juge. — 2. Avec deux cents soldats. — 3. Au sujet de la vieillesse. — 4. Vers le rivage. — 5. Chez les barbares. — Contre l’Etat. — 7. Avant l’aurore. — 8. Devant le feu. — 9. Derrière moi. — 10. Après le désastre. — 11. A l’exception d’un seul. — 12. Le long de la route. — 13. A cause de ta bienveillance. — 14. Autour de l’autel. — 15. Envers un hôte. — 16. Entre la crainte et l’espérance. — 17. Parmi les esclaves. — 18. A cause de cette injustice. — 19. [En sortant] de table. — 20. A cause du chagrin. — 21. En comparaison de ton malheur. — 22. Devant la citadelle. — 23. En qualité d’ami. — 24. En faveur de l’accusé. — 25. Sans aucun danger. — 26. A travers champs. — 27. Par l’intermédiaire d’un messager. — 28. Durant deux mois. — 29. Au-delà du fossé. — 30. [En s’éloignant] du fossé.

248. EXERCICE

I. 1. Accede ad ignem. — 2. Erat apud Segestanos Dianae simulacrum maximum cum stolā; sagittae pendebant ex humero deae. — 3. Patriae proditores in vincula conjiciantur. — 4. Silent leges inter arma. — 5. Ab horā septimā ad vesperum pugnaverunt. — 6. Pro ove ablatā quatuor oves reddet. — 7. Sit pro ratione voluntas. — 8. Omnes prae metu silebant. — 9. Extemplo Libyae magnas it fama per urbes. — 10. Ibis sine me, Messala, per undas. — 11, Mane nobiscum, Domine! — 12. Praeter laudem nullius rei avarus erat.

II. 1. Les matelots avaient transporté les bagages sur les navires. — 2. Ils déposèrent leurs armes aux1 pieds du général. — 3. Il fut chassé à cause de son orgueil. — 4. Les hommes sont petits en comparaison de l’éléphant. — 5. Les citoyens combattaient pour [la défense de] la liberté. — 6. Les Scythes erraient avec leurs troupeaux. — 7. Je partirai avec toi dans2 trois jours. — 8. Chez les Lacédémoniens, les enfants se taisaient en présence des vieillards.

1 Devant les pieds. — 2 Après trois jours.

249. VERSION

Injucundus (qui est) sans agrément.
Ursus, i, m. ours.
Colloco, as, avi, atum, are, placer.
Catulus, i, m. petit (d’un animal).
Pereo, is, ivi, itum, ire, périr.
Imminens, entis, imminent.
Scopulosus, a, um, rocheux.

Tenus (abl.), jusqu’à.
Demitto, is, isi, issum, ĕre, enfoncer. Cancer, cri, m. crabe.
Obliquus, a, um, oblique.
Villus, i, m. poil.
Excutio, is, ussi, ussum, ĕre, faire tomber (en secouant).
Colligo, is, egi, ectum, ĕre, recueillir.

L’ours pêcheur. — Fabella quaedam narratur haud injucunda de cujusdam ursi sollertiā. Ursus ille, qui in silvestri monte domicilium collocaverat, in magno periculo erat cum suis catulis fame pereundi. Propter imminens periculum, suos mores mutare decrevit et e venatore piscator fieri voluit. E silvā igitur egressus, ad scopulosum maris litus per agros currit et de saxo in aquam se dejicit. Ibi corpus pectore tenus1 demittit et sine motu praedam exspectat. Post breve tempus plurimi cancri qui sub saxis latebant, spe praedae ad ursum obliquo pede2 properant. At callidus ursus, ut3 eos inter totius corporis villos haerere sensit, ex aquā se ejicit et in saxo praedam excutit. Mox plurimis cancris, qui circum ejus pedes jacebant, collectis4 ad suos5 in silvam revertitur.

1 Tenus, postposition. Gr. § 96, 3°. — 2 Pes, pedis, pied, pas. — 3 Ut, dès que. — 4 Plurimis cancris collectis, abl. absolu (observ. 194). — 5 Gr. § 142*.

250. THÈME

Montanus, a, um, montagnard.
Speculor, aris, atus sum, ari, épier, guetter.
Scalae, arum, f. pl. échelle.
Post (acc.), après, derrière.
Avolo, as, avi, atum, are, s’envoler.

Exsilio, is, ui, sultum, ire, se précipiter hors de.
Libo, as, avi, atum, are, entamer.
Viscera, cerum, n. pl. entrailles.
Alligo, as, avi, atum, are, attacher.
Latebra, ae, f. cachette.

L’aigle pourvoyeur. — De Thou1 raconte [qu’]il existe, chez certains montagnards, une coutume curieuse2. Ils se servent d’aigles en guise de pourvoyeurs. Ils épient les nids d’aigles, auxquels3 ils parviennent au moyen4 d’échelles. Ils se cachent derrière un rocher et attendent non sans danger. Peu après5, l’aigle arrive avec [sa] proie. Il dépose devant [ses] petits tantôt un agneau enlevé à une ferme voisine, tantôt un lièvre ou un autre animal. Dès que l’aigle s’est envolé vers une proie nouvelle, le montagnard se précipite hors de [sa] cachette et emporte le lièvre ou l’agneau, alors que6 les petits ont à peine entamé les entrailles. Ces animaux ont toujours une chair7 excellente, car l’aigle choisit entre tous le plus gras. Parfois même les montagnards attachent les petits au rocher afin qu’ils soient nourris plus longtemps par [leurs] parents.

1 De Thou, Thuanus. — 2 Curieux, cognitione dignus, a, um. — 3 Vers lesquels. — 4 Au moyen de, per (acc.).5 Après un temps court. — 6 Alors que, cum (indicatif). — 7 Sont toujours d’une saveur excellente. Gr. § 114*.

CONJONCTIONS DE COORDINATION ET DE SUBORDINATION (Gr. § 97-99)

251. EXERCICE

Cito, vite.
Labor, eris, lapsus sum, i, s’écouler.
Vicus, i, m. bourgade.
Conficio, is, feci, fectum, ĕre, achever.

Casus, ūs, m. hasard, malheur.
Colloquium, i, n. conversation.
Inops, opis, indigent.

I. 1. In hoc proelio multi hostes aut capti aut occisi sunt. — 2. In hoc loco diu mansi neque quemquam vidi. — 3. Horae et dies et menses et anni cito labuntur. — 4. Hostes oppida vicosque incenderant. — 5. Duabus tribusve horis hoc opus conficies. — 6. A nullo videbatur, ipse autem omnia videbat. — 7. Hoc evenit sive casu, sive voluntate deorum.

II. 1. Les uns sont pauvres, les autres riches; cependant nous sommes tous frères. — 2. Évitez les mauvaises conversations, car elles corrompent les bonnes mœurs. — 3. C’est un traître, par conséquent jetez-le dans les fers. — 4. Ou c’est vrai, ou c’est faux; or c’est faux, donc tu as menti. — 5. Nous ne sommes pas riches, mais du moins nous ne sommes pas indigents. — 6. Les soldats tuèrent les hommes, les femmes et les enfants.

252. EXERCICE

Puerilis, e, puéril, enfantin.
Gero, is, gessi, gestum, ĕre, faire.
Nomino, as, avi, atum, are, nommer.
Barba, ae, f. barbe.

Doleo, es, ui, ēre, souffrir.
Foveo, es, ovi, otum, ēre, réchauffer.
Laedo, is, laesi, sum, ĕre, incommoder, blesser.
Fortis, e, brave.

I. 1. Ubi me conspexit, laetior factus est. — 2. Omnia ut praecipis mihi faciam, pater. — 3. Cum esset puer, nihil tamen puerile gessit. — 4. Ego primam partem tollo, quoniam nominor leo. — 5. Silete donec signum erit datum. — 6. Dionysius tyrannus, ne tonsori collum1 committeret, barbam1 adurebat. — 7. Non proficiscar priusquam te viderim. — 8. Te defendam si potero.

I. 1. Attends jusqu’à ce que je sois2 revenu. — 2. Dès qu’il sera arrivé, je te [l’]annoncerai. — 3. Bien qu’il se déclare3 innocent, ne le croyez4 pas, ô juges. — 4. J’ai répondu à cet homme comme j’ai voulu, comme j’ai pu. — 5. Quoique je me taise, je souffre pourtant. — 6. Je me tairai, pourvu que tu te taises toi-même. — 7. Les oiseaux réchauffent leurs petits de peur qu’ils [ne] soient incommodés par le froid. — 8. Sois brave, afin d’5 être loué par tous; sois honnête, de peur6 d’être méprisé par tous.

1 Voir observ. 59. — 2 Je serai revenu. — 3 Praedico, -as, -avi, -atum.4 Ne veuillez pas croire à lui. Employer nolo. Gr. § 213, 2°. — 5 Afin que tu sois loué. — 6 De peur que tu [ne] sois méprisé.

253. VERSION

Decedo, is, cessi, cessum, ĕre, mourir.
Portitor, oris, m. passeur.
Navicula, ae, f. barque.
Conscendo, is, i, ensum, ĕre, monter.
Ulterior, oris, qui est au-delà, opposé.
Comprehendo, is, endi, ensum, ĕre, saisir.

Exemplum, i, n. exemple.
Afficio, is, eci, ectum, ĕre, frapper (d’une peine).
Profundo, is, fudi, fusum, ĕre, répandre, dissiper (son bien).
Vectigalia, ium, n. pl. revenus.
Quamobrem, c’est pourquoi.
Prodo, is, didi, ditum, ĕre, faire connaître, trahir.

L’avare aux enfers. — Avarus quidam homo, qui magnas divitias congesserat, decessit. Cum ad Stygis ripam pervenit, Charon, umbrarum portitor, ab eo obolum petiit. Sed ille, ne obolum daret, noluit in naviculam conscendere seque in flumen misit. Simul ac natando ulteriorem ripam attigit, comprehensus est atque ad umbrarum judices ductus. «Si quod1 fecit iste, inquit Minos2, in consuetudinem venerit3, nulla erunt jam hujus regni vectigalia. Quamobrem, quoniam iste primus periculosum prodidit exemplum4, nihil impedit quominus gravissimā poenā eum afficiamus.» — « Haud dubium est, inquit Rhadamanthus2, quin gravissimo supplicio sit afficiendus. Eum igitur ad vivos remittamus5 ut ipse videat quomodo heredes ejus divitias profundant6

1 (Id) quod. — 2 Juge des Enfers.3 In consuetudinem venire, tourner en coutume, devenir habituel. — 4 Prodere exemplum, donner un exemple, créer un précédent. — 5 Voir Gr. § 50, 2°. — 6 Trad. par l’indicatif.

254. THÈME

Prodigus, a, um, prodigue.
Res (rei) familiaris (is), f. patrimoine.
Transvectio, onis, f. traversée.
Solvo, is, i, solutum, ĕre, payer.
Remex, igis, m. rameur.
Immo, bien plus, bien au contraire.
Tunica, ae, f. tunique.

Exuo, is, ui, utum, ĕre, ôter, dépouiller.
Impudentia, ae, f. effronterie.
Impudens, entis, impudent.
Dolium, i, n. tonneau.
Obturo, as, avi, atum, are, boucher.
Conor, aris, atus sum, ari, s’efforcer.

Le prodigue aux enfers. — Un prodigue, qui avait dissipé son patrimoine, arriva au1 bord du Styx. Comme2 il ne pouvait payer une3 obole, prix de la traversée, Charon refusait de le recevoir dans [sa] barque: «Je ne te recevrai point, disait-il, à moins que tu [ne] consentes4 à remplir l’office de rameur.» Le prodigue répondit: «Bien au contraire5, j’entends6 choisir la meilleure place dans ta barque. Je n’ai pas d’argent, mais j’ai une tunique. Accepte-la: elle te sera utile, car la tienne révèle une sordide avarice.» Il ôta donc sa tunique et s’assit nu dans la barque. Cependant, dès que les juges des ombres l’aperçurent, ils prirenta7 fort mal cette effronterie: «Si nous voulons, dit Rhadamanthe, infliger8 à cet impudent un juste châtiment, cachons-le9 dans le tonneau des Danaīdes, afin qu’il s’efforce de boucher, s’il peut10, les trous de ce tonneau.»

1 Au, ad (acc.).2 Quoniam. — 3 Voir observ. 103 — 4 A moins que (nisi) tu [ne] veuilles (fut.) t’acquitter de. — 5 Bien au contraire, immo. — 6 Je veux. — 7 Prendre fort mal, indigne ferre. — 8 Frapper d’un juste châtiment. — 9 Gr. § 56, 2°. — 10 Subjonctif.

L’INTERJECTION (Gr. § 100)

255. EXERCICE

Caecus, a, um, aveugle. — Tergum, i, n. dos. — Praeclarus, a, um, beau, illustre.

I. 1. O fili mi, quid agis? — 2. O miseras hominum mentes, o pectora caeca! — 3. O audaciam, me audes accusare! — 4. O ego non possum tantos tolerare dolores! — 5. Heus, Demea, non aspexeram te! Quid nunc agis? — 6. Eheu, heu, quid feci? Profecto irascetur pater. Vae misero mihi, vae tergo meo! Heu, heu, non possum non flere. — 7. Proh! di1 immortales! quantam accepi calamitatem! — 8. En illa, quam optastis2, libertas.

II. 1. Hé, enfant, d’où viens-tu? où vas-tu? — 2. Hé, esclave, appelle ton maître. — 3. Holà, cela suffit3, cesse. — 4. Tu m’accuses, [quoique je sois] innocent4; oh! tu es injuste. — 5. Le loup garde les brebis; oh! le beau gardien! — 6. Le dieu, voici le dieu! — 7. Voilà à qui tu confies ton salut. — 8. Mais voici une autre merveille! — 9. Si tu as fait cela, malheur à toi! — 10. Ohé! ohé! [c’est] à toi [que] je parle5. — 11. Insensé, malheur! Où t’en vas-tu? Reste!

1 Gr. § 27, 6°. — 2 Gr. § 63, 2°. — 3 Cela est assez. — 4 Moi innocent. — 5 Dico, is, dixi, dictum, dicĕre.

Récapitulation générale sur la morphologie (Gr. § 1-100)

256. VERSION

Altitudo, inis, f. hauteur.
Insido, is, sedi, sessum, ĕre, être assis sur (dat).
Adjuvo, as, uvi, utum, are, aider.
Ungula, ae, f. sabot.
Cervus, i, m. cerf.
Lapis, idis, m. pierre.

Delectus, ūs, m. choix.
Concoquo, is, coxi, coctum, ire, digérer.
Stoliditas, atis, f. stupidité.
Frutex, icis, m. branchage.
Galea, ae, f. casque.

Les autruches. — Omnium avium maximae sunt struthiocameli1 Africi vel Aethiopici. Hae aves altitudinem equitis insidentis equo excedunt et equos celeritate vincunt. Brevibus alis currentes adjuvantur, sed neque evolare possunt nec a terrā tolluntur. Ungulae sunt iis2 cervorum ungulis similes, quibus lapides comprehendere3 possunt. In fugā contra persequentes pedibus ingerunt4 lapides. Omnia, quae sine delectu vorant, facillime concoquunt. Sed horum animalium mira est stoliditas: cum colla frutice occultaverunt, se omnino latere5 existimant. Eorum ova maxima sunt et propter amplitudinem pro vasis esse possunt. Eorum pennis, quae pulcherrimae sunt, saepe galeae ornantur.

1 Struthiocamelus, l’autruche (litt.: l’oiseau-chameau, à cause de la longueur de son cou et de ses jambes). — 2 Gr. § 172. — 3 Saisir. — 4 Ingerere, lancer (en abondance). — 5 De lateo.

257. THÈME

Tremo, is, ui, itum, ĕre, grelotter.
Detineo, es, ui, tentum, ēre, retenir.

Excogito, as, avi, atum, are, imaginer.
Ostrea, ae, f. huître.

Le cheval et les huîtres. — Un cavalier arriva un jour dans une auberge. Il [se] faisait déjà tard. Le voyageur grelottait de froid et ses habits étaient mouillés de pluie. Pendant que l’hôtelier conduisait le cheval à1 l’écurie, le voyageur voulut s’approcher du foyer. Mais autour du feu se trouvaient2 des hôtes nombreux que la pluie et le froid avait retenus dans cette auberge. Comme3 il ne pouvait [faire] sécher [ses] vêtements, le voyageur imagina un stratagème. Il dit à l’hôtelier: «Mon cheval a faim. Donne-lui des huîtres.» Les voyageurs s’étonnaient [qu’] on donnât4 des huîtres à un cheval. Aussi, quand l’hôtelier se rendit à1 l’écurie avec5 les huîtres, tous jusqu’au dernier, le suivirent. Pendant ce temps, le. voyageur, prit pour lui6 la meilleure place devant le feu. Bientôt l’hôtelier revint: «Ton cheval, dit-il, n’a pas voulu manger.» — «Il est bien-difficile7 aujourd’hui, dit le voyageur. Eh bien, soit! je les mangerai moi-même.»

1 Dans. — 2 Étaient. — 3 Cum (subj. impf.).4 Des huîtres être données. — 5 Portant les huîtres. — 6 Prendre pour soi, occupare (-o, -as, -avi, -atum). — 7 Fastidiosus, a, um.

258. VERSION

Terrester, tris, tre, terrestre.
Deerro, as, avi, atum, are, être égaré.
Probitas, atis, f. honnêteté.
Tardus, a, um, lent.
Castigo, as, avi, atum, are, châtier.
Gregatim (adv.), par troupes.
Praemitto, is, isi, issum, ĕre, envoyer en avant.
Ingressus, ūs, m. marche, passage.
Attero, is, trivi, tritum, ĕre, écraser, creuser.

Alveus, i, m. lit (d’une rivière).
Infamia, ae, f. déshonneur.
Finio, is, ivi, itum, ire, finir.
Contristo, as, avi, atum, are, chagriner.
Vadum, i, n. gué.
Experior, iris, ertus sum, iri, expérimenter, explorer.
Renuo, is, ĕre, refuser.
Praefero, fers, tuli, latum, ferre, préférer.
Inedia, ae, f. inanition.

Les éléphants. — Terrestrium animalium maximum est elephantus. Mira in eo1 erga hominem benevolentia. Dicitur enim monstrare viam hominibus, qui in silvis sine armis deerrant. Mira quoque est in iis animalibus probitas ac memoria. Elephantus quidam, qui tardi erat ingenii2, a domino castigabatur: dominus eum noctu reperit ea officia3 meditantem, quae difficile didicerat. Gregatim semper ingrediuntur. Amnem transituri minimos praemittunt. Timent enim ne4, majorum ingressu atterente5 alveum, altitudo crescat. Gloriā quoque delectantur et infamiā contristantur. Antiochus rex, ut vadum fluminis experiretur, elephantum, nomine Ajacem, praemiserat. Sed ille renuit. Alius elephantus, nomine Patroclus, ausus est et ob id factum phaleris6 aureis donatus est. Alter, qui renuerat, infamiae mortem praetulit7 et vitam inediā finivit.

1 In eo (est). — 2 Gr. § 114. — 3 Fonctions. — 4 Ne, que…​ ne. — 5 Abl. absolu, voir observ. 194. — 6 Phalerae, arum, phalères, plaques de métal qui servaient de récompenses militaires.7 De praefero.

259. THÈME

Devolvo, is, i, lutum, ĕre, rouler (en bas).
Extraho, is, axi, actum, ĕre, tirer hors, retirer.
Convallis, is, f. ravin.
Agger, eris, m. remblai.
Includo, is, usi, usum, ĕre, enfermer.

Propinquus, a, um (dat.), proche de.
Ultimus, a, um, dernier.
Desilio, is, lui, sultum, ire, sauter (en bas).
Apprehendo, is, i, ensum, ĕre, saisir.
Poples, itis, m. jarret.

Les éléphants (suite). — En Afrique, on prend1 les éléphants au moyen2 de fosses profondes. Quand un éléphant est tombé dans une fosse, souvent les autres amoncellent des branches, roulent des pierres et s’efforcent de tirer [de là] leur compagnon. On les pousse1 aussi dans des ravins étroits, où on les enferme1 au moyen de2 fosses profondes et de remblais. Ensuite on les dompte1 par la faim. Dans certains pays les chasseurs montent sur des arbres à proximité3 du passage des éléphants. Ils guettent le dernier de la troupe et sautent sur son dos4. Puis ils saisissent sa4 queue de la [main] gauche et, ainsi suspendus, tranchent de la [main] droite les jarrets de l’animal. D’autres blessent les éléphants avec5 des flèches et les poursuivent grâce6 aux traces de sang. [Une fois] domptés, les éléphants combattent à7 la guerre et portent des tours pleines de soldats.

1 Tourner par le passif.2 Au moyen de = par. — 3 Des arbres proches de. — 4 De lui. — 5 Avec = par. — 6 Par les traces du sang. — 7 Dans.

260. VERSION

Purpureus, a, um, de pourpre.
Tiara, ae, f. bonnet.
Celo, as, avi, atum, are, dissimuler.
Capillus, i, m. cheveu.
Reseco, as, ui, sectum, are, couper, tailler.
Loquax, acis, bavard.
Reticeo, es, ui, ēre, se taire.

Humus, i, f. sol, terre.
Pronus, a, um, penché en avant.
Summissus, a, um, bas.
Compleo, es, evi, etum, ēre, remplir.
Agito, as, avi, atum, are, agiter.
Pervulgo, as, avi, atum, are, divulguer.

Midas a des oreilles d’âne! — Rex Midas, perosus1 divitias, silvas et rura colebat, sed pingue ingenium illi manebat. Quodam die ausus est Apollinis cantum contemnere. At deus, iratus illi: «Non decet, inquit, humanas aures tam stolido viro manere.» Eas igitur longiores fecit et villis albis ita2 implevit ut asellorum auribus simillimae essent3. Rex primo eas purpureā tiarā velare et celare conatus est. Sed famulus, qui ejus capillos resecabat, eas viderat. Miser ille famulus dedecus domini prodere nolebat, nec poterat tamen, quia loquacior4 erat, omnino reticere. Humum igitur in fluminis ripa effodit et in parvā fossā pronus voce summissā dixit quales essent3 regis aures. Deinde fossam terrā complevit et abiit. Sed eo ipso loco5 arundines creverunt, quae, vento agitatae, verba famuli referebant. Ita res, quam rex celare voluerat, brevi tempore6 pervulgata est.

1 Ayant pris en haine, détestant. — 2 Ita…​ ut, de telle sorte que. — 3 Trad. par l’indicatif. — 4 Trop bavard. Gr. § 130. — 5 Pour in eo ipso loco.6 Gr. § 199, 2°.

261. THÈME

Carduus, i, m. chardon.
Jejunus, a, um, à jeun.
Prudentia, ae, f. prudence.
Patientia, ae, f. patience.
Praecipuus, a, um, principal.

Genus, eris, n. race.
Fluo, is, uxi, uxum, ĕre, couler.
Siccus, a, um, sec.
Otiose, à loisir.
Nodosus, a, um. noueux.

La sagesse de l’âne. — Un âne était arrivé auprès1 d’un ruisseau. Sur2 l’autre3 rive, il aperçoit de très beaux chardons. Comme4 il était à jeun, il se réjouit fort de cette heureuse trouvaille5. «Ces chardons, dit-il, me seraient une nourriture fort-agréable. Mais il faut6 passer le ruisseau. Cette eau, à la vérité, ne me paraît pas très profonde; mais la prudence [n’] a jamais nui à personne7 et il est honteux de se faire l’esclave8 de son ventre. Est-ce que la patience n’est pas la principale vertu de notre race? Attendons que9 cette eau cesse [de] couler. Après nous passerons à pied sec10 et nous dînerons à loisir.» Le sot animal attendit longtemps. Il attendrait encore si11 [son] maître, armé d’un bâton noueux, [ne] lui avait persuadé de12 revenir à13 l’étable.

1 Ad (acc.).2 Sur, in (abl.).3 Autre, ulterior, -oris.4 Quoniam. — 5 Heureuse trouvaille, fortuitum bonum, gén. fortuiti boni.6 Le ruisseau est devant être passé. — 7 Quisquam (se décline sur quis). — 8 Se faire l’esclave de, servire (datif).9 Dum, jusqu’à ce que. Tournez: aura cessé [de]. — 10 Employer l’ablatif plur.11 Si…​ ne…​ pas, nisi (subjonctif pl.-q.-pf.)12 Qu’il revînt. Que, ut (subj. impf.).13 Dans, in (acc.).

262. VERSION

Gravatus, a, um, alourdi, chargé.
Sarcina, ae, f. bagage.
Fiscus, i, m. panier.
Tumeo, es, ui, ēre, être enflé.
Saccus, i, m. sac.
Hordeum, i, n. orge.
Celsus, a, um, élevé.
Emineo, es, ui, ēre, se dresser (au-dessus).

Cervix, icis, f. cou, nuque.
Clarus, a, um, illustre, clair.
Tintinnabulum, i, n. sonnette.
Gradus, ūs, m. marche, pas.
Latro, onis, m. brigand.
Saucio, as, avi, atum, are, blesser.
Diripio, is, ipui, eptum, ĕre, piller.
Neglego, is, exi, ectum, ĕre, négliger.

Les deux mulets et les brigands.

Muli gravati sarcinis ibant duo:
Unus ferebat fiscos cum pecuniā;
Alter1 tumentes multo saccos hordeo.
Ille, onere dives, celsā cervice eminet,
Clarumque collo jactat tintinnabulum;
Comes2 quieto sequitur et placido gradu.
Subito latrones ex insidiis advolant
Interque caedem ferro mulum sauciant:
Diripiunt nummos, neglegunt vile hordeum.
Spoliatus igitur casus cum3 fleret suos:
«Equidem, inquit alter, me contemptum4 gaudeo;
«Nam nihil amisi5 nec sum laesus6 vulnere.»
Magnae periculo sunt opes obnoxiae.

(PHÈDRE.)

1 Sous-entendu ferebat. — 2 Comes, voir observ. 59. — 3 Construisez: cum (comme) spoliatus fleret suos casus. Trad. le verbe par l’indicatif.4 Sous-entendu esse. — 5 De amitto. — 6 De laedo.

263. THÈME

Strabo, onis, m. louche.
Interimo, is, emi, emptum, ĕre, tuer.
Aresco, is, ui, ĕre, sécher.
Centum, cent.
Praestat, stitit, are, il vaut mieux.

Sero, tard.
Fumus, i, m. fumée.
Scintilla, ae, f. étincelle.
Faber, bri, m. forgeron.

Proverbes latins

1. Quand la tête souffre, les autres membres souffrent.
2. Dans le royaume des aveugles, les borgnes1 sont rois.
3. La gourmandise tue plus de gens que l’épée.
4. Ventre affamé n’a pas d’oreilles2.
5. Tu veux parler? Apprends d’abord [à] te-taire.
6. De3 deux maux il faut choisir le moindre4.
7. Rien ne sèche plus vite qu’une larme.
8. Cent hommes ne peuvent dépouiller un indigent.
9. Il vaut mieux apprendre tard que jamais.
10. [En] fuyant la fumée, nous tombons dans le feu.
11. Les étincelles n’effraient pas les fils des forgerons.
12. Quand tu auras appris [à] obéir, tu pourras commander5.

1 Le latin dit: les louches. — 2 Tournez: n’écoute pas volontiers les paroles. — 3 De, ex (abl.).4 Employer le comparatif. Gr. § 133. — 5 Imperare.

SYNTAXE

SYNTAXE D’ACCORD (Gr. § 101-108)

264. EXERCICE

Cunctus, a, um, tout ensemble. — Divido, is, isi, isum, ĕre, séparer, partager. — Utilitas, atis, f. utilité.

I. 1. Romanis cuncta maria terraeque patebant. — 2. Urbs et portus capta sunt. — 3. Urbem Syracusas saepe vidistis. — 4. Gallos Garumna flumen ab Aquitanis dividit. — 5. Stultum est mala timere quae vitari non possunt. — 6. Erat apud Segestanos Dianae simulacrum, quod colebatur ab omnibus civibus. — 7. Cadmus draconem occidit cujus morsu multi jam homines interierant. — 8. Tria millia hominum capti sunt.

II. 1. L’honneur et le renom de ma patrie me seront toujours chers. — 2. Le frère et la sœur étaient partis. — 3. L’armée parvint au Rhône1. — 4. Certains arts, dont l’utilité est considérable, ont été inventés par les dieux. — 5. Les rameaux et le feuillage de ces arbres sont fort-touffus. — 6. Dans cette ville il y avait une citadelle et un port très [bien] fortifiés; le port et la citadelle étaient très grands.

1 Trad. au fleuve [du] Rhône.

265. VERSION

Imaginor, aris, atus sum, ari, imaginer.
Amphitheatrum, i, n. amphithéâtre.
Late (adv.), au loin.
Cingo, is, cinxi, cinctum, ĕre, entourer.
Frequens, entis, nombreux.
Fertilitas, atis, f. fertilité.

Cedo, is, cessi, cessum, ĕre, céder.
Floridus, a, um, fleuri.
Trifolium, i, n. trèfle.
Perennis, e, intarissable.
Contemplor, aris, atus sum, ari, contempler.
Cerno, is, crevi, cretum, ĕre, voir.

Un paysage d’Italie. — Illa regio, per quam iter feci, pulcherrima est. Imaginare amphitheatrum aliquod immensum. Late patentia prata et agri montibus cinguntur. Montium cacumina altis nemoribus et antiquis teguntur. Frequens1 ibi et varia venatio. Inde2 caeduae silvae3 cum ipsis montibus descendunt, inter quas colles patent, qui planissimis campis fertilitate non cedunt. Prata atque agri, quae in planitie jacent, fertilissima quoque sunt. Prata florida ferunt trifolium aliasque herbas quae semper sunt tenera. Cuncta enim perennibus rivis rigantur. Flumen Tiberis hunc campum secat. Talem regionem contemplari suavissimum est. Mirabile est talem regionis situm4 a solā Naturā effici potuisse: mihi enim non regionem, sed pulcherrimam tabulam cernere videbar5.

1 Sous-entendu est. — 2 Inde, à partir de là. — 3 Caeduae silvae, des bois taillis. — 4 Regionis situs, un paysage. — 5 On dit en latin: Je me semble à moi-même pour il me semble. Gr. § 260.

266. QUESTIONNAIRE

1° Donner la règle de raccord de l’adjectif épithète se rapportant à deux noms et l’appuyer d’un exemple tiré de la version précédente. — 2° Faire de même pour l’accord de l’adjectif attribut se rapportant à deux noms de choses de genres différents. — 3° De même pour l’accord de l’adjectif avec un infinitif. — 4° De même pour l’accord de l’apposition. — 5° De même pour l’accord du pronon relatif.

267. THÈME

Circum (acc.), autour de. — Silvula, ae, f. bosquet. — Humidus, a, um, humide. — Fero, fers, tuli, latum, ferre, produire.

Un paysage de Sicile. — La ville d’Henna est bâtie1 sur un rocher élevé, autour duquel se trouvent2 des lacs et des bosquets fort nombreux. Un de ces lacs surtout est d’une beauté remarquable3. [Ses] rives sont entourées de tous côtés d’arbres très élevés, dont les cimes se rejoignent au-dessus des eaux. Les rameaux et le feuillage sont si4 épais qu’ils arrêtent les rayons du soleil. Le sol humide produit des fleurs et des plantes variées. Aussi les poètes appellent-ils la ville d’Henna la mère des fleurs. Auprès se trouve une caverne d’une profondeur infinie par laquelle apparut5 soudain, dit-on, le roi des Enfers, lorsqu’il6 entraîna Proserpine, fille de Cérès, dans le sombre royaume des ombres. Il est agréable de s’asseoir sur la rive de ce lac illustre, parmi ces arbres et ces fleurs qui ont été si souvent célébrés par les poètes.

1 Employer le parfait.2 Sont. — 3 Gr. § 114. — 4 Si…​ que, tam…​ ut (subj. prés.).5 Par laquelle (quā) le roi des enfers est dit être apparu. Apparaître, exstare (exsto, -stiti). — 6 Cum (ind.).

COMPLEMENTS DU NOM ET DE L’ADJECTIF (Gr. § 110-124)

268. EXERCICE

Ancora, ae, f. ancre. — Libens, entis (qui agit) volontiers. — Iracundus, a, um, irritable. — Lucror, aris, atus sum, ari, gagner. — Situs, a, um, situé.

I. 1. Samson fuit incredibili corporis robore. — 2. Omnes avidi erant Alexandrum cognoscendi. — 3. Deus loquebatur e mediā nube. — 4. Ancora inventa est in summo monte. — 5. Alexander libens haec munera accepit. — 6. Portus erat navium plenissimus. — 7. Illius temporis memoria mihi gratissima est. — 8. Homo multis calamitatibus obnoxius est.

II. 1. Alexandre était d’un caractère irritable. — 2. Les avares sont tourmentés par la crainte de perdre et le désir de gagner. — 3. Le roi leur donna l’autorisation de s’éloigner; ils s’éloignèrent volontiers. — 4. La ville d’Henna est située au1 milieu de la Sicile. — 5. Tous étaient désireux de mourir pour la liberté. — 6. Cet avare2 avait enfoui3 une marmite au1 milieu de son jardin. — 7. Tu es enclin à là colère.

1 Dans le milieu de. — 2 Cet homme avare. — 3 Enfouir, defodere (defodio, -fodi, -fossum).

269. VERSION

Praeditus, a, um, (abl.), doué de.
Ostendo, is, i, ensum, ĕre, montrer.
Minister, tri, m. serviteur, ministre.
Uterque, utraque, utrumque, l’un et l’autre.
Somnium, i, n. songe.
Portendo, is, i, entum, ĕre, annoncer, présager.

Interpres, etis, m. interprète.
Rudis, e, ignorant.
Fretus, a, um (abl.), comptant sur.
Interpretor, aris, atus sum, ari, interpréter.
Superstes, stitis, survivant.
Emitto, is, isi, issum, ĕre, faire sortir.

N. B.Joseph, nom hébreu, est indéclinable. Pour faciliter la traduction, les cas ont été rétablis.

Joseph en prison. — Josephus, quamvis1 omnibus virtutibus praeditus, in carcerem injustā sententiā conjectus erat. Sed mox occasio suam singularem sapientiam ostendendi ei oblata est. Duo Pharaonis ministri, quibus rex iratus erat, in vincula cum Josepho conjecti erant. Utrique mediā nocte2 evenit somnium. Primā luce3, uterque cupidissimus erat cognoscendi quid hoc somnio portenderetur4. Nullus autem somniorum interpres aderat. Josephus, qui, hujus artis rudis erat, auxilio Dei fretus5, somnia eorum libens interpretatus est. Alteri praedixit mox facultatem ei fore redeundi6 cum rege in gratiam; alteri imminens periculum denuntiavit. Hic mox ad supplicium ductus est; alter superstes quidem socio fuit, sed beneficii accepti immemor, Josephum e carcere non emisit.

1 Conjonction. — 2 Ablatif de temps. Gr. § 199. — 3 Prima luce, à l’aurore. — 4 Trad. par l’indicatif. — 5 Fretus (abl.), comptant sur. — 6 Redire cum aliquo in gratiam, rentrer dans les bonnes grâces de quelqu’un.

270. QUESTIONNAIRE

1. Citez d’après la version précédente des adjectifs se construisant avec le génitif, le datif, l’ablatif. — 2. Par quoi remplace-t-on l’infinitif complément de nom ou d’adjectif? Donnez des exemples pris dans cette version. — 3. Citer les adjectifs qui, dans cette version, tiennent lieu d’un adverbe ou d’une expression adverbiale? — 4. Donner des exemples de noms et de pronoms au génitif possessif.

271. THÈME

Invitus, a, um, (qui agit) malgré soi.
Singularis, e, singulier, remarquable.
Fiscina, ae, f. corbeille.
Ungo, is, unxi, unctum, ĕre, enduire.

Pix, icis, f. poix.
Expono, is, osuit, ositum, ĕre, exposer.
Adopto, as, avi, atum, are, adopter.

Moïse sauvé des eaux. — Le Pharaon, acharné contre les Hébreux, avait ordonné1 [que] les petits enfants de cette nation fussent jetés2 par leurs . parents dans le fleuve [du] Nil. Tous obéissaient malgré eux. Or, une femme avait3 un enfant d’une beauté remarquable. Le désir la prit de4 le sauver. Elle le cacha; mais elle ne pouvait le cacher longtemps. Elle prit donc une corbeille qu’elle enduisit de poix. Elle plaça son fils dans cette corbeille qui ressemblait5 à une petite barque et l’exposa au milieu des roseaux du fleuve. Justement, à l’aurore, la fille du Pharaon vint au fleuve pour6 se baigner. Elle aperçut la corbeille et, curieuse7 de [la] voir, elle ordonna [qu’]on8 la lui apportât. La corbeille ayant été ouverte9, la jeune fille vit l’enfant. [Étant] naturellement10 encline à la pitié, elle l’adopta. Cet enfant, sauvé11 du12 milieu des eaux, fut Moïse.

1 Voir observ. 82. — 2 Jeter, projicere (-jicio, -jeci, -jectum), voir observ. 179. — 3 Tournez: à une femme était. Gr. § 172. — 4 Le désir de le sauver la prit. — 5 Etait semblable à. — 6 Vint vers le fleuve afin qu’elle…​ — 7 Curieux de, cupidus (gén.). — 8 Elle lui être apportée. — 9 Voir observ. 194. — 10 Par nature. — 11 Sauver, eripere (eripio, -ripui, -reptum). — 12 Du, ex (abl.).

COMPARATIFS ET SUPERLATIFS (Gr. § 127-135)

272. EXERCICE

Fervidus, a, um, chaud. — Ascensus, ūs, m. montée. — Damnum, i, n. dommage.

I. 1. Nihil mihi tuā victoriā jucundius esse potest. — 2. Alexander fuit omnium regum maximus. — 3. Tunc aestas erat et diei fervidissimum tempus. — 4. Inter oppidum et flumen collis erat difficiliore ascensu. — 5. Gravioribus morbis periculosa remedia adhibentur. — 6. Amicum perdere est damnorum maximum. — 7. Leo est ex omnibus animalibus fortissimum. — 8. Nullus hostis fuit Romanis infestior quam Hannibal.

II. 1. Tu es meilleur que moi. — 2. L’aigle est le plus courageux de tous les oiseaux: beaucoup sont plus grands, nul [n’]est plus courageux que lui. — 3. Le chien est de tous les animaux le plus fidèle. — Trahir [sa] patrie est le plus honteux de tous les crimes. — 5. Ce chien est trop doux. — 6. Le chemin était assez long et passablement difficile. — 7. O le plus grand des rois, que les dieux te donnent [ce] que tu souhaites.

273. VERSION

Proclivis, e, (qui est) en pente.
Erumpo, is, rupi, ruptum, ĕre, jaillir s’élancer hors de.
Gemo, is, itum, ĕre, gémir.
Clamito, as, avi, atum, are, crier (souvent).
Leniter (adv.), tranquillement.
Aequus, a, um, uni.
Clivus, i, m. pente.

Spuma, ae, f. écume.
Cano, is, cecini, cantum, ĕre, chanter.
Caneo, es, ui, ēre, être blanc.
Desidia, ae, f. paresse.
Initium, i, n. commencement.
Bibulus, a, um, perméable.
Exhaurio, is, hausi, haustum, ire, tarir.

Les ruisseaux. — Fons quidam in procliviore loco erumpebat. Iter illi inter saxa angustius et difficilius videbatur. Ideo gemens clamitabat: «Nullius fontis sors meā miserior esse potest! Nonne me feliciores sunt illi rivi, qui per campos leniter fluunt? Haec saxa asperiora sunt. Quando in aequiorem locum perveniam? Planities mihi hoc clivo jucundior esset. Hic1 cursu vehementiore feror: meae semper aquae spumā canent. Illic1 omnium liquidissimae essent.» Mox latiora prata aspicit: statim, relictis saxis, ad herbas exsilit: «Sum tandem, inquit, ex omnibus fontibus felicissimus. Quid jucundius esse potest quam per medios flores leniter fluere?» Sed post breve tempus intellexit desidiam saepius calamitatis initium esse: nam molli et bibulā exhaustus humo totus periit.

1 Adverbe. Gr. § 90, 2°.

274. QUESTIONNAIRE

1. D’après la version précédente, donner des exemples de la double construction du complément du comparatif. — 2. Donnez des exemples où le comparatif signifie passablement, un peu trop. — 3. Avec quoi s’accorde le superlatif? Donnez des exemples. — 4. Donnez des exemples de constructions différentes du complément du superlatif.

275. THÈME

Volvo, is, vi, volutum, ĕre, rouler.
Laboriose (adv.), péniblement.

Vena, ae, f. veine, filet d’eau.
Occurro, is, i, cursum, ĕre (dat.), s’offrir, se présenter (à la rencontre de).

Les ruisseaux (suite). — Un ruisseau coulait sur la pente d’une montagne. Son cours était passablement violent, car la montagne était1 en pente assez rapide. De nombreux rochers lui rendaient le passage un peu difficile. Or, tandis qu’il roulait2 assez péniblement ses eaux parmi les rochers, une prairie d’une certaine3 étendue s’offrit4 à lui: «Je suis, dit-elle, comme tu vois, la plus belle de toutes les prairies. Nulle [n’]est plus unie que moi; mes fleurs sont de toutes les plus brillantes. Viens, tu couleras ici plus tranquillement et mes herbes te seront plus douces que ces rochers qui rendent ton Chemin trop étroit.» Mais le ruisseau refusa: «Le repos, dit-il, peut paraître plus agréable que le travail, mais il est moins profitable.» Il fit bien, car son filet d’eau, trop mince, eût été absorbé par le sol perméable. Plus tard, il devint le plus grand de tous les fleuves.

1 Était assez inclinée. — 2 Il roule. — 3 Une prairie assez vaste. — 4 Tournez: s’étendit (pateo, es, ui) devant lui.

LE PRONOM (Gr. § 140-148)

276. EXERCICE

Maledicus, a, um, médisant.
Decursus, ūs, m. descente, cours.
Inventor, oris, m. inventeur.
Oleum, i, n. huile.

Liberi, orum, m. pl. enfants.
Obses, idis, m. otage.
Molestia, ae, f. gêne.

I. 1. Civium multitudo regem ejusque filios laeto clamore excepit. — 2. Homo maledicus sibi ipse nocet. — 3. Nostri se in montem receperunt. — 4. Quod fuit planissimus campus, decursus aquarum vallem fecit1. — 5. Quae pater jusserat, feci. — 6. Quae optamus2, credimus libenter. — 7. Etiam qui nolunt occidere quemquam, posse volunt. — 8. Diu atque acriter pugnatum est. — 9. Aristaeus inventor olei esse dicitur.

II. 1. Le roi lui-même donna ses armes au jeune homme et lui mit le casque sur la tête3. — 2. Tu as fait [ce] que d’autres n’osaient pas faire. — 3. Il donna ses enfants [comme] otages. — 4. La taupe priait le hérisson de4 s’éloigner d’elle. — 5. Fais ce que tu pourras faire sans [trop de] gêne. — 6. [Celui] qui méprise la gloire obtient la vraie gloire. — 7. On évite difficilement ce danger. — 8. On parvint au fleuve avant la nuit. — 9. Quand5 on est enfant, on rit et on pleure sans raison.

1 Fecit, l’a transformé en. — 2 Employer on dans les phrases 6, 7, 8 et 9. — 3 Mit le casque sur sa tête. — 4 Qu’il s’éloignât d’elle. Que, ut (subj. impf.). — 5 Cum (indic.).

277. VERSION

Considero, as, avi, atum, are, considérer.
Judico, as, avi, atum, are, juger.
Quanto, quantum, combien.
Calamitosus, a, um, malheureux.
Conjicio, is, eci, ectum, ĕre, deviner.
Tegumentum, i, n. vêtement.
Testa, ae, f. écaille.
Corium, i, n. cuir.
Pilus, i, m. poil.

Alimentum, i, n. aliment.
Nimius, a, um, excessif.
Torreo, es, ui, ēre, dessécher.
Perimo, is, emi, emptum, ĕre, détruire.
Immineo, es, ēre, être menaçant.
Effugio, is, i, itum, ĕre (acc.), échapper à.
Insolitus, a, um, inaccoutumé.
Excrucio, as, avi, atum, are, tourmenter.

Misère de l’homme. — Qui humanam vitam recte consideraverit, eam miserrimam judicabit. Quanto sit1 homo ceteris animalibus calamitosior, ex2 multis rebus conjicere possumus. Cetera animalia sua tegumenta habent, testas vel coria vel pilos: nulli vestis necessaria est ut se adversus frigora tutetur. Fere nullum timet ne3 sibi alimenta in posterum desint: hominem autem videmus assidue in agris laborantem, ut sibi paret cibum. At saepius, cum jam laetissima speratur messis, sol eam nimiis caloribus torret vel subiti perimunt imbres. Alia quoque imminent mala. Si quis4 morbos vitat, nemo certe mortem effugere potest. Quin etiam homines inter se pugnant, quod plerisque animalibus est insolitum. Quid de ejus cupiditatibus dici potest quibus servit, quibus se excruciat? Quem tot mala in vita manent, inter omnia animalia miserrimum recte judicabimus.

1 Trad. par l’indicatif. — 2 Ex, d’après, par. — 3 Gr. § 277. — 4 Quis = aliquis.

278. QUESTIONNAIRE

(On donnera chaque fois un exemple pris dans la version précédente.)

1. Quand emploie-t-on se et suus dans une proposition considérée isolément? — 2. Quand les emploie-t-on dans une subordonnée? — 3. Pourquoi y a-t-il ejus et non suus dans: quid de ejus cupiditatibus dici potest? — 4. Quand peut-on sous-entendre l’antécédent du pronom relatif? — 4. Quelles sont les différentes manières de traduire on?

279. THÈME

Praesto, as, stiti, are (dat.), l’emporter sur.
Unguis, is, m. griffe.
Subtraho, is, traxi, tractum, ĕre, soustraire.
Pernicitas, atis, f. rapidité.

Externus, a, um, extérieur.
Quin etiam, en outre, bien plus.
Os, oris, n. visage.

Grandeur de l’homme. — On se trompe si [l’]on croit1 [que] l’homme est semblable aux animaux. Lui-même se juge le plus malheureux de tous, mais en réalité il l’emporte sur tous à bien2 des points de vue. Il [n’]a ni cornes ni griffes grâce auxquelles il puisse se défendre; il ne peut se soustraire au péril par la rapidité de sa fuite3; mais Dieu lui a donné la raison grâce à laquelle il peut se protéger contre toutes les attaques du dehors4. En examinant5 l’attitude seule de l’homme, on devine facilement combien6 il l’emporte sur les autres animaux. Tous sont penchés en avant et regardent7 la terre: à l’homme seul Dieu a donné un visage tourné8 vers le ciel. En outre, [ce] qui est le plus9 admirable, on [ne] trouve chez aucun autre animal la moindre10 notion de la divinité. L’homme seul connaît le créateur11 du monde.

1 Gr. § 145. — 2 Par beaucoup de choses. — 3 Par la rapidité de fuir — 4 Attaques extérieures. — 5 Si l’on considère. — 6 Quanto (subj.)7 Spectare. — 8 Tourné vers le ciel, sublimis. — 9 Surtout admirable. — 10 Même (vel) la plus petite notion. — 11 Procreator.

COMPLEMENTS DES VERBES (Gr. § 157-181)

280. EXERCICE

Insulto, as, avi, aturn, are (dat.), insulter.
Me pudet, uit, ēre, j’ai honte.
Conjuratio, onis, f. conjuration.
Insolenter (adv.), insolemment.

Glorior, aris, atus sum, ari, se glorifier de.
Opus est, il faut.
Me paenitet, je me repens.

I. 1. Pyrrhus Tarentinis auxiliatus est. — 2. Turpe est captivis insultare. — 3. Hominem illum infamiae suae non pudet. — 4. Servi conjurationis damnati sunt. — 5. Deus dixit Hebraeis: «Non erunt vobis dii alieni.» — 6. Leges justae civibus prosunt. — 7. Mox ad supplicium trahemini. — 8. Suā victoriā insolenter gloriabantur. — 9. Post pugnam nostri1 castris hostium potiti sunt. — 10. Deus dixit Gedeoni: «Non opus est tibi tot millibus hominum.»

II. 1. Loups, épargnez mon petit troupeau. — 2. Mon fils, j’ai honte de toi; te repens-tu de ta faute? — 3. Aie pitié des pauvres afin que Dieu aie pitié de toi. — 4. Un soldat apporta à César de l’eau dans un casque. — 5. Ce fut mon salut2. — 6. Les citoyens joyeux amènent le vainqueur au palais. — 7. L’armée parvint au fleuve. — 8. Le sénat et le peuple s’acquittent de [leurs] devoirs privés et publics. — 9. Dieu vous délivrera de cette injuste servitude. Vous avez besoin de son secours.

1 Nostri, pronom. — 2 Tournez: cela fut à salut à moi. Gr. § 174.

281. VERSION

Faveo, es, vi, fautum, ēre, favoriser.
Proditio, onis, f. trahison.
Exitus, ūs, m. fin, mort.
Fauces, ium, f. pl. gorge.
Emolumentum, i, n. avantage.

Gratis (adv.), gratuitement.
Benefacio, is, feci, factum, ĕre, faire du bien.
Tantulus, a, um, si petit.
Dono, as, avi, atum, are, donner, gratifier qqn. de (abl.)

Un bienfait n’est jamais perdu. — Homo quidam nobilis, cui rex diu faverat, proditionis accusatus, ad supplicium ducebatur. Nulla jam ei spes erat hunc turpissimum vitae exitum effugiendi. Hoc quidem periculo, quod ei imminebat, parum commovebatur; sed, quia media erat aestas, ejus fauces siti1 urebantur. In itinere servum quemdam vidit aquam ferentem et, occasione usus, eum ad misericordiam hortari coepit: «Auxiliare mihi, inquit; hoc quidem beneficium tibi nulli emolumento erit, sed decet virum bonum gratis2 benefacere.» — «Noli3 plura dicere, respondit servus; video tibi auxilio meo opus esse: hoc mihi satis est. Viro bono non licet tantulum beneficium morituro denegare.» Paulo post, regis nuntius venit jussitque hominem, qui innocens condemnatus esset4, supplicio statim liberari. Servum postea suae misericordiae non paenituit, nam ille homo, beneficii quod acceperat non oblitus, eum libertate donavit.

1 Ablatif irrégulier de sitis, soif. — 2 Gratis, gratuitement, sans attendre de récompense. — 3 Gr. § 213, 2°. — 4 Trad. par l’indicatif.

282. QUESTIONNAIRE

D’après la version précédente, citer des exemples: 1° de verbes transitifs directs en français et transitifs indirects en latin; 2° de verbes transitifs indirects en français et transitifs directs en latin; 3° de verbes latins se construisant avec le génitif; 4° de verbes se construisant avec l’ablatif. — 5° Pourquoi ducere et hortari sont-ils construits avec ad? — 6° Donnez un exemple de la règle est mihi liber. — 7. Que signifie le latinisme hoc tibi erit emolumento? — 8° Faites le mot à mot du latinisme tibi meo auxilio opus est.

283. THÈME

Mus, muris, m. rat. — Accurro, is, i, cursum, ĕre, accourir. — Corrodo, is, osi, osum, ĕre, ronger. — Infirmus, a, um, faible.

Le lion et le rat. — Un rat, que des chiens poursuivaient, fut délivré du danger par un lion. Il jura [qu’]il1 n’oublierait jamais ce bienfait: «J’ai2 un cœur reconnaissant, dit-il, et je profiterai3 de la première occasion pour te témoigner4 là gratitude que je te dois. [Ce] que tu as fait tournera5 un jour à ton avantage.» Peu de temps après6, le lion, qui retournait à son antre, tomba dans des filets dont il ne pouvait se délivrer. Le rat accourt: «Tu ne te repentiras pas de ton bienfait, dit-il: je me réjouis de l’occasion [qui m’est] offerte. Pour te secourir, je n’ai pas besoin de couteau. J’ai2 des dents, cela me suffit7.» Bientôt, les liens8 ayant été rongés par le rat, le lion put jouir de la liberté. Les forts9 ont parfois besoin du secours des faibles.

1 Lui être dans l’intention (Gr. § 58, 3°) de [n’]oublier jamais. — 2 Appliquer la règle Est mihi liber. Gr. § 172. — 3 Je me servirai de la prochaine (proximus) occasion. — 4 Afin que je témoigne la gratitude due. Témoigner de la gratitude, persolvĕre (persolvo, -solvi, -solutum) gratiam. — 5 Sera un jour à avantage à toi. — 6 Après un temps court. — 7 C’est assez pour moi. — 8 Abl. abs. Voir observ. 194. — 9 Mettre forts et faibles au comparatif. Gr. § 133.

COMPLEMENT DU PASSIF; EMPLOIS SPECIAUX DE L’ABLATIF (Gr. § 182-187)

284. EXERCICE

Rumpo, is, rupi, ruptum, ĕre, briser.
Constringo, is, inxi, ictum, ĕre, attacher, serrer.
Fletus, ūs, m. pleurs.
Adorior, oreris, ortus sum, iri, attaquer.
Formido, inis, f. terreur.
Dilabor, eris, lapsus sum, i, se disperser.

Lego, is, legi, lectum, ĕre, lire.
Percutio, is, cussi, cussum, ĕre, frapper.
Virga, ae, f. verge.
Sudor, oris, m. sueur.
Detergeo, es, tersi, tersum, ĕre, essuyer.

I. 1. Prusias, imperio spoliatus a filio, etiam a servis desertus est. — 2. Pyrrhus ictu tegulae interfectus est. — 3. Captivi ruperunt vincula quibus constricti erant. — 4. Quid mihi faciendum erat? — 5. Desidia diligenter pueris vitanda est. — 6. Varus erat ingenio mitis, moribus quietus. — 7. Erat in exercitu Germanorum vir nobilis, nomine Arminius. — 8. Magno fletu omnes auxilium petere coeperunt. — 9. Nostri milites magno impetu hostes adorti sunt. Hostes, subitā formidine correpti, turpi fugā dilapsi sunt.

II. 1. Les Hébreux furent vaincus par le roi d’Assyrie1. — 2. Dieu est apaisé par nos prières. — 3. Milon périt déchiré par les bêtes sauvages. — 4. Les poètes doivent2 être lus par la jeunesse. — 5. Tu ne dois3 rien éviter avec plus de soin. — 6. Moïse frappa le rocher avec une verge. — 7. Moïse était admirable pour4 sa sagesse et ses autres vertus. — 8. Le lion avec sa langue essuya la sueur de l’esclave. — 9. Ces nations diffèrent entre elles par la langue, les coutumes et les lois5.

1 Des Assyriens. — 2 Sont devant être lus. — 3 N’est devant être évité par toi. — 4 Par. — 5 Gr. § 98.

285. VERSION

Cerva, ae, f. biche.
Proripio, is, ripui, reptum, ĕre, s’élancer.
Defatigatio, onis, f. fatigue.
Consisto, is, stiti, stitum, ĕre, s’arrêter.

Repeto, is, ivi, itum, ĕre, chercher de nouveau.
Aufugio, is, i, itum, ĕre, s’enfuir.
Incertus, a, um, incertain.

Le lion, l’agneau et la biche. — Agnus a leone, qui fame urgebatur, conspectus est. Leo eum statim unguibus apprehendit. Jam in eo1 erat ut eum dentibus laceraret, cum cervam sub arbore cubantem vidit: «Hic agnus, inquit, mihi omittendus2 est. Major enim haec mihi offertur praeda.» Hujus igitur majoris praedae cupidine agnum omittit. At cerva, venientis leonis sono admonita, se cursu proripit et periculo pernicibus pedibus aufertur. Leo dolore et irā commotus cervam sequebatur: eam enim praedam sibi non omittendam esse putabat; sed mox defatigatione coactus, constitit3 et: «Agnus, inquit, quem stultus reliqui, nunc mihi repetendus est.» Sed agnus metu jamdiu aufugerat et cursu ad gregem suum se receperat. — Saepe homines, dum spe majoris lucri incerta captant, bona jam parata4 amittunt.

1 In eo esse ut (subj.), être sur le point de. — 2 Omittere, lâcher, abandonner. — 3 De consisto. — 4 Parare, acquérir.

286. QUESTIONNAIRE

1. Extraire de la version précédente un exemple de complément du passif, à l’ablatif avec ab et à l’ablatif seul. — 2. Pourquoi cette différence de construction? — 3. A quel cas se met le nom de personne ou le pronom complément de l’adjectif verbal en -ndus? Donner deux exemples. — 4. Donner un exemple d’ablatif d’instrument; d’ablatif de manière; d’ablatif de cause. — 5. Distinguer dans le thème suivant trois emplois différents de avec et dire en quel cas cette préposition: 1° doit être traduite par cum; 2° peut s’omettre; 3° doit être omise.

287. THÈME

Incessus, ūs, m. marche, pas.
Asinarius, i, m. ânier.
Succumbo, is, cubi, cubitum, ĕre, succomber sous (dat.)
Clitellae, arum, f. pl. bât.
Existimo, as, avi, atum, are, penser, estimer.

Exanimatus, a, um, épuisé.
Duritia, ae, f. dureté.
Comes, itis, m. compagnon.
Acerbitas, atis, f. dureté.
Inhumanus, a, um, inhumain.

Le cheval et l’âne. — Un cheval faisait route avec un âne. Le cheval [ne] portait rien et marchait d’un pas assez alerte, [tandis que] l’âne, accablé d’une lourde charge, s’avançait avec beaucoup de peine et de sueur1. Il allait trop lentement et l’ânier le frappait avec un bâton noueux. Comme2 il était sur le point3 de succomber sous son fardeau, il pria4 le cheval de l’aider. Mais le cheval, par sotte vanité, ne pensa pas [qu’]il dût5 porter un bât. L’âne, épuisé de fatigue et frappé cruellement par l’ânier, mourut en chemin. Le cheval comprit alors qu’il s’était nui à lui-même par sa dureté. Il dut6 porter non seulement le bât, mais encore le cadavre de [son] malheureux compagnon. — Cette fable s’adresse7 à ceux qui ne sont pas touchés des malheurs d’autrui et repoussent les misérables avec une dureté inhumaine.

1 Gr. § 91. — 2 Cum (subj. impf.).3 Voir version 285, note 1.4 Gr. § 141. — 5 Un bât devoir être porté (litt.: être devant être porté par lui; Gr. § 68, 4°). — 6 Non seulement le bât fut devant être porté par lui. — 7 S’adresser à, pertinēre (pertineo, -ui) ad (acc.).

COMPLEMENTS DE LIEU (Gr. § 191-197)

288. EXERCICE

Rescindo, is, scidi, scissum, ĕre, détruire, couper.
Fines, ium, m. pl. frontières, territoire.
Fanum i, n. sanctuaire.

Argenteus, a, um, d’argent.
Deporto, as, avi, atum, are, transporter.

1. Salomon templum immensae magnitudinis Hierosolymae aedificavit. — 2. Regina Sabaeorum Hierosolymam venit. — 3. Caesar in Galliam contendit et ad Genevam pervenit. — 4. Caesar jubet pontem, qui erat ad Genevam, rescindi. — 5. Divitiacus Romam ad senatum venit. -— 6. Dumnorix a Sequanis impetrat ut per fines suos Helvetios ire patiantur. — 7. Protogenes Rhodi vivebat. — 8. Fanum est propter viam quā Assoro itur1 Hennam. — 9. Verris imperio vasa argentea Agyrio Syracusas proximo itinere deportata sunt.

II. 1. Les Romains pouvaient parvenir à Capoue avant la nuit. — 2. Tous les Hébreux partirent d’Égypte. — 3. Pyrrhus mit en fuite les Romains à Héraclée. — 4. Tous les vases d’argent2 qui étaient à Haluntium furent transportés de la ville au bord de la mer — 5. Retournons à Lilybée. — 6. Il ordonna [que] les captifs qui étaient à Lacédémone lui3 fussent4 amenés. — 7. Les captifs furent transportés en Italie. — 8. Nous partirons de Marseille pour Carthage, nous passerons par la Sicile.

1 Passif impersonnel.2 Employer l’adjectif.3 Gr. § 171. — 4 Être amenés.

289. VERSION

Circumeo, is, ivi, itum, ire (acc.), faire le tour de.
Commoror, aris, atus sum, ari, séjourner.

Appello, is, i, pulsum, ĕre, aborder (au passif, même sens).
Mora, ae, f. délai, retard.

Un beau voyage. — Narbone apud amicum eram. Maris nostri1 litora circumire cupientes et urbes videre clarissimas, Massiliam proximo itinere properamus et ex ejus urbis portu in Italiam proficiscimur. Romae paucos dies2 commorati, per medium mare ad Carthaginem iter faciebamus; sed, exortis3 contrariis ventis, a Carthagine discedere et Syracusas navigare decernimus. In hujus urbis portu relictā nave3, in interiorem insulae partem progredimur et aliā viā ad maris litus revertimur. Ibi navem iterum conscendimus et paucis4 post diebus Brundisium appellimur. Brundisio sine morā profecti in Epirum contendimus. Inde per Thessaliae montes Delphos pergimus. Praeclaro Apollinis oraculo Delphis consulto3, per Boeotiam Athenas venimus. In eā urbe decem dies2 consistimus.

1 Mare nostrum. Les Romains appelaient ainsi la Méditerranée.2 Accusatif de durée (Gr. § 198). — 3 Voir observ. 194. — 4 Paucis post diebus, peu de jours après (Gr. § 200*).

290. QUESTIONNAIRE

1. Quels sens peut avoir le mot Narbone? — 2. Quels sens peut avoir le mot Delphis? — 3. A quelle question de lieu répondent les mots Brundisio; Brundisium; Brundisii; recto itinere? — 4. Quelle différence y a-t-il entre a Carthagine et Carthagine à la question unde? — 5. Pourquoi la différence de cas après in dans in ejus urbis portu et in interiorem insulas partem? — 6. Quand peut-on employer une préposition devant un nom de ville à la question quo et à la question unde? Trouver des exemples pris dans la version précédente.

291. THÈME

Aliquot (indécl.), quelques. — Dexter, era, erum, droite.

Un beau voyage (suite). — D’Athènes nous partîmes pour Mégare. Sans nous arrêter1 dans cette ville, nous nous rendîmes par un chemin direct à Corinthe. Nous trouvâmes à Corinthe quelques amis. Passant ensuite par les fraîches montagnes de l’Arcadie, nous gagnâmes les bords du lac Stymphale. Nous étions charmés2 de nous trouver en Arcadie, dans ces lieux si-souvent célébrés par les poètes. Quelques jours après3 nous arrivâmes4 à Mantinée. [C’est] à Mantinée [qu’]autrefois Épaminondas battit Agésilas et les Spartiates. Laissant le mont Taygète à notre droite5, nous parvînmes à Lacédémone. Nous séjournâmes à Lacédémone quelques jours6 et de là7 nous décidâmes [de] pousser8 [jusqu’]à Ténare. En cet endroit, disait-on9, était une caverne, par où on avait accès10 aux enfers. Là nous trouvâmes un navire qui nous ramena chez nous11.

1 Ne nous étant pas arrêtés. S’arrêter, commorari (commoratus sum). — 2 [Cela] nous charmait [d’]être…​ — 3 Voir version 289, note 4. — 4 Arriver, venire (venio, veni, ventum). — 5 A notre droite, a dextro latere. — 6 Voir version 289, note 2. — 7 Et de là, atque inde. — 8 Pousser, pergĕre (pergo, perrexi, perrectum). — 9 Une caverne était dite être…​ — 10 Par laquelle accès était (subj.) vers…​ — 11 Chez nous = à la maison, Gr. § 193.

COMPLEMENTS DE TEMPS (Gr. § 198-199)

292. EXERCICE

Continuus, a, um, (qui est) de suite. — Moveo, es, ovi, otum, ēre, mouvoir lever (un camp).

I. 1. Castici pater regnum multos annos obtinuerat. — 2. Die tertio pervenimus Capuam. — 3. Nostri milites uno die pontem fecerunt, quem hostes aegerrime diebus X confecerant. — 4. Medicus praedixerat puerum post quatuor dies esse moriturum: die quarto puer mortuus est. — 5. Milites per triginta dies continuos sub divo manserunt. — 6. Amicus noster Lilybaei quartum jam annum habitat. — 7. Postero die hostes castra moverunt.

II. 1. Le peuple fut [plongé] dans le deuil durant trente jours. — 2. En trois jours il perdit les richesses qu’il avait amassées en vingt ans. — 3. Nos amis resteront huit jours chez nous. — 4. J’habite à Narbonne depuis cinq ans. — 5. Le général avait prédit [que] la ville serait1 prise dans trois jours: le troisième jour la ville fut prise. — 6. Les Grecs s’emparèrent difficilement2 de la ville de Troie en dix ans. — 7. Le cinquième jour ils parvinrent au fleuve.

1 La ville devoir être prise. — 2 Difficilement, vix.

293. VERSION

Ordior, iris, orsus sum, iri, commencer.
Invidia, ae, f. haine.
Aedilis, is, m. édile.

Factiosus, a, um, factieux.
Abstineo, es, ui, tentum, ēre, s’abstenir.

Vie de Cicéron. — Marcus Tullius Cicero1 Arpini natus est, anno centesimo sexto ante Christum. Annos natus sex et viginti in foro dicere2 orsus est. Deinde Athenas se contulit, sive ut Sullae invidiam fugeret, sive ut Graeciae clarissimos oratores audiret. Quartum annum jam Romā aberat, cum ab amicis revocatus et honorum cupidine incitatus in Italiam rediit. Postero anno quaestor in Sicilia fuit. Anno aetatis tricesimo septimo aedilis creatus est. Tertio anno postquam aedilis fuerat, praetor factus est. Consul fuit anno tertio et sexagesimo ante Christum et tribus mensibus pessimam Catilinae conjurationem oppressit. Postea, cum intellegeret3 multos factiosos cives sibi infensos esse, quinque annos publicis negotiis abstinuit. Mox ab inimicis accusatus, Urbe cedere quam civile bellum movere maluit.

1 Marcus Tullius Cicéron, le plus illustre des orateurs romains. — 2 Parler (en public). — 3 Trad. par l’indicatif.

294. QUESTIONNAIRE

(On donnera chaque fois un exemple tiré de la version précédente).

1. Que marque l’accusatif du nom de temps avec les adjectifs numéraux ordinaux? — 2. Avec les adjectifs numéraux cardinaux.? — 3. Que marque l’ablatif du nom de temps avec les adjectifs numéraux cardinaux? — 4. Avec les adjectifs numéraux ordinaux? — 5. Que signifient les mots hieme, aestate? — 6. Quelle différence de sens y a-t-il entre sex annis et sex annos? — 7. Entre tertium annum et tertio anno? — 8. Que signifie littéralement viginti annos natus?

295. THÈME

Augur, uris, m. augure.
Proconsul, ulis, m. proconsul.
Exorior, eris, ortus sum, iri, éclater.
Mensis, is, m. mois.
Incertus, a, um, indécis.

Partes, ium, f. pl. parti, rôle.
Redire (redeo) in gratiam, se réconcilier.
Condo, is, didi, ditum, ĕre, composer (un livre).
Obsto, as, stiti, statum, are, s’opposer.

Vie de Cicéron (suite). — L’année suivante, Cicéron fut rappelé d’1 exil. A l’âge de cinquante-quatre ans2 il fut créé augure. Six ans3 après son exil, il partit [comme] proconsul en Cilicie. Lorsqu’il revint à Rome, la guerre civile avait éclaté entre César et Pompée. [Pendant] six mois, Cicéron demeura indécis, enfin il suivit le parti de Pompée. César vainquit Pompée à Pharsale en quarante-huit avant Jésus-Christ. Cicéron se réconcilia bientôt avec le vainqueur et se tint éloigné des affaires publiques. En quatre ans Cicéron composa de nombreux livres. César était dictateur depuis quatre ans, lorsqu’il fut assassiné. Après le meurtre de César, Cicéron s’opposa aux projets d’Antoine, lieutenant du dictateur. En quarante-trois avant Jésus-Christ, Cicéron fut tué par les soldats de ce général. Il avait vécu, soixante-trois ans.

1 De, de (abl.)2 Dans la cinquante-cinquième année de son âge. — 3 La septième année après son exil.

SYNTAXE DU VERBE DANS LA PROPOSITION SIMPLE

Modes personnels (Gr. § 211-215)

296. EXERCICE

Pestis, is, f. fléau.
Utinam (subj.), fasse le ciel que.
Exitium, i, n. ruine.

Afflicto, as, avi, atum, are, tourmenter.
Funestus, a, um, funeste.
Omen, inis, n. présage.

I. 1. Loquere Domine, audit enim servus tuus. — 2. Dii a nobis hanc pestem avertant! — 3. Aliis ne feceris quod tibi nolis fieri. — 4. Fer patienter onus, fac sapienter opus. — 5. Nemini dixeris quod vidisti. — 6. Discite calamitatem bene ferre. — 7. Nolite putare hostes opprimi non posse. — 8. A Deo non jucunda, sed utilia petamus. — 9. Utinam ante patriae exitium mortua essem! — 10. Utinam mei semper sitis memores

II. 1. Esclaves, apportez de l’eau et du vin. — 2. Ne demande pas ce que tu ne peux obtenir. -— 3. Ne te tourmente1 pas ainsi. — 4. Puissé-je te voir avant mon départ! — 5. Ne t’imagine pas [que] j’ai été2 vaincu. — 6. Puisses-tu éviter tous les soupçons! — 7. Dieux bons, détournez de nous ce présage funeste. — 8. Il y a là un fossé profond, prends garde. — 9. Que l’on conduise immédiatement3 ce traître au supplice. — 10. Ne faites pas ce que vous blâmez chez4 les autres.

1 Tourmenter, afflictare (régulier).2 Moi avoir été. — 3 Statim. — 4 Dans les autres.

297. VERSION

Pario, is, peperi, partum, ĕre, mettre au monde.
Subripio, is, ripui, reptum, ĕre, dérober.
Suppono, is, osui, ositum, ĕre, substituer.

Altercatio, onis, f. altercation.
Converto, is, i, versum, ĕre, tourner.

Un jugement célèbre. — Duae mulieres in eādem domo habitabant. Utraque eodem tempore peperit1 filium. Tertio autem die, unus ex2 his pueris infantibus mortuus est. Mater mortui nocte alterius mulieris filium subripuit et in ejus locum supposuit mortuum. Cum mane orta esset inter duas mulieres altercatio, altera dixit: a Regem adeamus.» Res igitur ad regem Salomonem delata est3, qui statim: «Gladio, inquit, dividatur hic puer et pars altera4 alteri mulieri detur.» — «Fiat» inquit falsa mater. Sed altera exclamans: «Ne hoc feceris, o rex, ait, noli innocentem interficere. Utinam apud me vivat filius meus; sed, si hoc fieri non potest, ne pereat tamen! Huic mulieri vivus detur.» Cui rex: «Ne dolueris, inquit, o mulier, sed bonam spem habe.» Et ad ministros conversus: «Res, inquit, ex hujus mulieris verbis est manifesta. Date ei puerum.» Admirati sunt omnes singularem regis prudentiam.

1 De pario. — 2 Ex his pueris = horum puerorum. Puer infans, petit enfant (qui ne parle pas encore).3 De defero. — 4 Gr. § 143. Altera alteri = pars una uni mulieri, altera alteri (mulieri).

298. QUESTIONNAIRE

(On donnera chaque fois un exemple tiré de la version précédente)

1. Comment exprime-t-on un ordre à la première personne du pluriel? — 2. Comment exprime-t-on un ordre à la deuxième personne du singulier et du pluriel? — 3. A la troisième personne? — 4. Indiquer deux manières d’exprimer une défense à la deuxième personne. — 5. Comment exprime-t-on une défense à la troisième personne? — 6. Comment exprime-t-on un souhait?

299. THÈME

Bajulus, i, m. portefaix.
Pulmentum, i, n. ragoût.
Olens, entis, odorant.
Popina, ae, f. restaurant.
Nidor, oris, m. fumet.
Arbitror, aris, atus sum, ari, penser, s’imaginer.

Scurra, ae, m. bouffon.
Arbiter, tri, m. arbitre.
Denego, as, avi, atum, are, refuser.
Bis (adv.), deux fois.
Pavimentum, i, n. pavé.

Un jugement original. — Un portefaix mangeait du pain sec. «Fasse le ciel!, dit-il, que quelque ragoût s’[y] ajoute1» Tandis qu’il parlait, il sentit la fumée grasse et odorante qui s’exhalait d’2 un restaurant. [Tout] joyeux il se mit [à] manger [son] pain, [en] aspirant3 de [ses] narines dilatées l’agréable fumet. Mais l’hôtelier sortit: «Éloigne-toi, dit-il, ou paie le prix de cette fumée. Ne va pas t’imaginer4 [que] tu jouiras de cette suave odeur sans bourse délier5.» Une altercation6 s’étant élevée entre eux, un bouffon qui passait fut pris7 [comme]8 arbitre. «Ne refuse pas [ce] que tu dois, dit-il, ô portefaix. Donne-moi une pièce de monnaie.» Le portefaix, d’assez mauvaise grâce9, la donna. Le bouffon frappa deux ou trois fois le pavé avec cette pièce: «Écoute-bien10 ce bruit, dit-il [en] s’adressant11 à l’hôtelier, car il t’est dû en échange de ta fumée.» Et aussitôt il rendit la pièce au portefaix.

1 Fasse le ciel que, utinam. — 2 De, ex (abl.).3 Aspirer, captare (régulier).4 Ne t’imagine pas. S’imaginer, arbitrari (dépon. régul.).5 Toi être destiné (Gr. § 58, 3°) à jouir de cette suave odeur sans aucune (ullus, a, um) dépense. — 6 Voir observ. 194. — 7 Prendre, sumĕre (sumo, sumpsi, sumptum). — 8 Gr. § 101, 3. — 9 Malgré lui. — 10 Bien, diligenter. — 11 S’étant adressé.

Modes impersonnels (Gr. § 229-242)

300. EXERCICE

Responsum, i, n. réponse.
Consentio, is, sensi, sensum, ire, être d’accord, comploter.
Lacrimula, ae, f. petite larme.
Exprimo, is, pressi, pressum, ĕre, faire verser.
Tero, is, trivi, tritum, ĕre, écraser, frotter.

Pirata, ae, m. pirate.
Penetro, as, avi, are, pénétrer.
Classis, is, f. flotte.
Colloco, as, avi, atum, are, placer, aposter.
Redimo, is, emi, emptum, ĕre, racheter.

I. 1. Hoc responso dato, consul discessit. — 2. Quam bene Saturno vivebant rege! — 3. Servi belli faciendi causā1 consenserant. — 4. Regina Sabaeorum videndi Salomonem cupidissima erat. — 5. Dum eum vehementer vituperabamus, vix lacrimulam expressit oculos terendo. — 6. Piratae, Verre praetore, in Syracusarum portum penetraverunt. — 7. Hannibal ad oppugnandam Romam profectus est. — 8. Hi labores vobis2 fortiter tolerandi sunt.

II. 1. Sous ta préture3, la flotte du peuple romain fut vaincue par des pirates. — 2. Il saisit l’occasion de tuer son ennemi. — 8. Clodius avait aposté un esclave dans le temple de Castor pour tuer Pompée. — 4. Des ambassadeurs des Carthaginois vinrent à Rome pour racheter les captifs. — 5. Après la mort4 d’Alexandre, son royaume fut partagé entre ses lieutenants. — 6. Tu [n’]obtiendras rien en pleurant et en gémissant. — 7. Il faut obtenir5 la paix. — 8. Nous devons6 délivrer notre patrie de la servitude.

1 Gr. § 96, 3°. — 2 Gr. § 185. — 3 Toi [étant] préteur. — 4 Le royaume d’Alexandre mort. — 5 La paix est devant être obtenue. — 6 Tourner par l’adjectif verbal en -dus, voir note 5.

301. VERSION

Locusta, ae, f. sauterelle.
Volo, as, avi, atum, are, voler.
Obumbro, as, avi, atum, arc, ombrager, obscurcir.
Tractus, ūs, m. espace.
Permeo, as, avi, atum, are, passer à travers, parcourir.
Formido, as, avi, atum, are, redouter.
Contego, is, texi, tectum, ĕre, couvrir, recouvrir.

Mordeo, es, momordi, morsum, ĕre, mordre.
Erodo, is, osi, osum, ĕre, ronger.
Debello, as, avi, atum, are, combattre, vaincre.
Postremo, enfin, en dernier lieu.
Adultus, a, um, adulte.
Certus, a, um, certain, déterminé.
Mensura, ae, f. mesure.

Les sauterelles. — Locusta existimanda est deorum irae pestis. Interdum enim immensa locustarum agmina volant et, obumbrato sole, populos terrent. Volando immensos tractus permeant. Italiam nonnunquam ex Africā coortae infestant. Agros formidandā nube contegunt: tunc nulla est incolis vitandae inopiae spes. Omnia viventia contingendo adurunt aut mordendo erodunt. Ad eas debellandas saepe leges positae sunt. In Cyrenaicā regione lex est ter anno debellandi eas, primo1 ova terendo, deinde fetum2, postremo1 adultas. In Lemno insulā, magistratus, hujus pestis avertendae cupidi, jubent certam occisarum locustarum mensuram a singulis civibus afferri. Parthi locustis pro cibo utuntur.

1 Adverbe.2 Fetus, ūs, les larves.

302. QUESTIONNAIRE

(On donnera chaque fois un exemple pris dans la version précédente.)

1. Qu’appelle-t-on ablatif absolu? — 2. Quand remplace-t-on le gérondif par l’adjectif verbal? — 3. Peut-on parfois conserver près du gérondif un complément à l’accusatif? — 4. Quand s’emploie le génitif du gérondif? — 5. Quel est le sens de l’ablatif du gérondif? — 6. A quelle expression française correspond l’ablatif du gérondif? — 7. Que signifie l’accusatif du gérondif avec ad? — 8. Quand l’adjectif verbal marque-t-il l’obligation? — 9. Par quel adjectif français en -able peut-on traduire l’adjectif verbal formidandus?

303. THÈME

Cuniculus, i, m. lapin.
Inumbro, as, avi, atum, are, ombrager.
Latibulum, i, n. demeure, cachette.
Evanesco, is, nui, escĕre, disparaître.

Paulatim, peu à peu.
Funda, ae, f. fronde.
Plumbeus, a, um, de plomb.
Glans, andis, f. balle.

Le lapin et le chasseur. — Un lapin jouait dans une prairie ombragée de hauts peupliers, en sautant et courant çà et là1. Soudain, ayant entendu2 le bruit d’un cheval qui courait3, il s’enfuit très rapidement et, pour éviter le danger, se cacha dans [sa] demeure souterraine. Mais, sa terreur disparaissant3 peu à peu, il osa bientôt sortir. Il vit alors un chasseur qui, désireux d’avancer sans bruit, semblait marcher d’un pas timide: «Est-ce que celui-ci a peur de moi? dit le lapin; je ne suis pourtant pas un animal à redouter4. Frappons tout de même5 terre de [nos] pieds pour6 le mettre en fuite.» Tandis qu’il parle, le chasseur lui7 envoie avec [sa] fronde une balle de plomb8 et le tue. — Souvent les hommes, semblables à ce lapin, ne craignent pas ce qu’il faut craindre9.

1 Çà et là, passim. — 2 Le bruit d’un cheval courant ayant été entendu. — 3 Voir observ. 194. — 4 Devant être redouté. — 5 Tout de même, tamen. — 6 Ad (adj. verbal).7 Contre lui, in (acc.).8 Balle de plomb, plumbea glans, gén, plumbeae glandis.9 Les choses devant être craintes.

LES PROPOSITIONS SUBORDONNEES

Interrogation indirecte (Gr. § 252-254)

304. EXERCICE

Quemadmodum, de quelle manière.
Caedo, is, cecidi, caesum, ĕre, trancher, tuer.

Anus, ūs, f. vieille femme.
Juventus, utis, f. jeunesse.

I. 1. Nunc videte quid deinde factum sit. — 2. Exspectabant omnes quid praetor acturus esset. — 3. Intelleget qui1 vir sim. — 4. Omnes quaerebant ex nautis quemadmodum classis amissa esset. — 5. P. Africanus2, interrogatus a C. Carbone3 quid de T. Gracchi4 morte sentiret, respondit eum sibi jure caesum videri. — 6. Caesar quaesivit quae causa esset ejus rei. — 7. Dic mihi utrum hoc feceris, annon. — 8. Dux a militibus quaesivit num vellent secum ire.

II. 1. La vieille5 femme demanda au roi s’il voulait acheter des livres. — 2. Le père demanda au jeune homme s’il voulait être le compagnon de son fils. — 3. Commande6 toi-même ce que7 je dois faire. — 4. Apprenez quelles vertus sont nécessaires à la jeunesse. — 5. Ne savez-vous pas combien le travail est8 utile? — 6. Écris-moi pourquoi tu es fâché contre moi. — 7. Le père demanda à son fils s’il mentait ou s’il disait la vérité9.

1 Gr. § 42, 1°. — 2 Publius Scipion l’Africain. — 3 Caius Carbon. — 4 Tiberius Gracchus. — 5 Vieille femme, anus, ūs, f. — 6 Commander, imperare (régulier).7 Quelle chose est devant être faite par moi (mihi). — 8 Etre utile, prodesse. — 9 Dire la vérité, verum dicere (dico, dixi, dictum).

305. VERSION

Decerto, as, avi, atum, are, lutter, concourir. — Recipio, is, cepi, ceptum, ĕre, recevoir. — Longitudo, inis, f. longueur. — Difficultas, atis, f. difficulté.

Alexandre enfant. — Alexander cum vix duodecim annos natus1 esset, qualis postea futurus2 esset, ostendit. Cuidam eum interroganti num in Olympico stadio3 decertare vellet (erat enim pernicitate pedum insignis) respondit: «Libenter decertarem, si cum regibus certamen mihi esset.» Legati, a Persarum rege ad Philippum missi, ab Alexandro, quia rex aberat, recepti sunt. Alexander nihil puerile ab eis quaesivit, sed quaenam4 esset viarum longitudo et difficultas; quot annos natus1 esset Persarum rex; quibus virtutibus insignis; num saepe proeliis interfuisset. De Persis quoque inquirebat, quantae essent eorum opes; quibus armis uterentur; num fortiter in bello pugnarent. Persarum legati Alexandri sagacitatem admirati sunt discedentesque praedixerunt quantis virtutibus postea insignis futurus2 esset.

1 Voir Gr. § 198, 2°, aux exemples.2 Le subjonctif n’ayant pas de futur, on y supplée par cette périphrase, Gr. § 56. — 3 Dans le stade olympique. — 4 De quisnam.

306. QUESTIONNAIRE

1. Quels pronoms ou adverbes interrogatifs emploie-t-on dans l’interrogation indirecte? — 2. Comment se traduit si interrogatif français? Donner un exemple pris dans la version précédente. — 3. Quel est le mode de l’interrogation indirecte (exemple)? — 4. Transformez en interrogations directes toutes les interrogations indirectes de la version précédente. — 5. Comment dit-on demander à quelqu’un si, en employant successivement le verbe interrogare et le verbe quaerĕre?

307. THÈME

Praeco, onis, m. crieur public.
Commendo, as, avi, atum, are, recommander.
Emptor, oris, m. acheteur.

Novitas, atis, f. étrangeté.
Praeconium, i, n. annonce.
Trado, is, didi, ditum, ĕre, confier, livrer.

Diogène, esclave. — Diogène, ayant été fait1 prisonnier, fut exposé sur une place publique pour être vendu à l’encan2. Le crieur public, afin de3 le recommander aux acheteurs, lui demanda quel âge4 il avait, ce5 qu’il avait appris, de quelles fonctions il pouvait s’acquitter. «A ceux qui voudront savoir ce5 que j’ai appris, lui dit le philosophe, tu répondras [que] j’ai appris [à] commander6 à des hommes libres.» Bientôt un Corinthien, étonné7 de l’étrangeté de cette annonce, voulut savoir ce8 qu’elle signifiait. Il s’approcha et demanda à Diogène s’il savait réellement ce qu’8il annonçait9. Il s’informa ensuite [du lieu] où il était né, des études auxquelles il s’était adonné10, comment il était devenu esclave. Il comprit bientôt combien Diogène lui serait11 utile. Il l’acheta aussitôt et lui confia ses enfants à élever12.

1 Comme (cum, subj. pl.-q.-pf.). Diogène avait été pris, il fut…​ — 2 Afin qu’il fût vendu par (per, acc.) un crieur public. Être vendu, venire (de veneo, composé de eo). — 3 Afin qu’il le recommandât. — 4 De combien d’années il était âgé, voir Gr. § 198, aux exemples.5 Quelles choses. — 6 Tu répondras moi avoir appris. — 7 Ayant admiré. — 8 Quelle chose. — 9 Profiteor, eris, fessus sum, ēri. — 10 A quelles études il avait été adonné. — 11 Serait est un véritable futur du style indirect (style dir.: lui sera). Il faut donc à la fois le futur et le subjonctif, voir version 305, première et dernière phrase et Gr. § 56. — 12 Lui confia (trado, is, didi, ditum, ĕre) ses enfants devant être élevés.

Proposition infinitive (Gr. § 264-270)

308. EXERCICE

Explorator, oris, m. éclaireur. — Deligo, as, avi, atum, are, attacher.

I. 1. Decet validores infirmioribus parcere. — 2. Caesar per exploratores cognovit hostes castra movisse. — 3. Exploratores nuntiaverunt collem ab hostibus teneri. — 4. Helvetii putabant Romanos discedere. — 5. Caesar jussit exploratores ad se venire. — 6. Illum a nobis tot annos abesse vehementer doleo. — 7. Horatius suā manu sororem suam interfectam esse fatebatur. — 8. Arminius sperabat Romanos mox victum iri.

II. 1. Verrès ordonna [que] Gavius fût attaché au milieu de la place publique et battu de verges très cruellement. — 2. Socrate pensait [que] les présents les plus agréables aux dieux étaient [ceux] qu’offraient1 les hommes les plus pieux. — 3. Il convient [que] les enfants obéissent à [leurs] parents. — 4. Nous espérons [que] tu seras heureux. — 5. Je pense [que] la ville sera bientôt prise. — 6. Le consul annonçait [qu’]il s’était emparé de la ville, [que] les habitants avaient combattu avec opiniâtreté, [qu’]un butin considérable2 serait partagé entre les soldats.

1 Subj. impf. Gr. § 341, 2°. — 2 Considérable = très grand.

309. VERSION

Bello, as, avi, atum, are, faire la guerre.
Nodus, i, m. nœud, anneau (du serpent).
Praestringo, is, inxi, ictum, ĕre, serrer, entourer.
Elido, is, isi, isum, ĕre, écraser.
Ascendo, is, i, ensum, ĕre, monter.
Pabulum, i, n. pâturage.
Speculor, aris, atus sum, ari, guetter.
Excelsus, a, um, élevé.

Praetereo, is, ivi, itum, ire, passer.
Injicio, is, eci, ectum, ĕre, jeter (sur).
Nexus, ūs, m. nœud, anneau (du serpent).
Resolvo, is, i, lutum, ĕre, dénouer.
Nares, ium, f. pl. narines.
Spiritus, ūs, m. souffle, respiration.
Praecludo, is, usi, usum, ĕre, boucher, obstruer.

Combats d’éléphants et de serpents. — Plinius narrat dracones cum elephantis perpetuā discordiā bellare; dracones autem illos tantae magnitudinis esse, ut1 nodis elephantorum corpora praestringere possint, sed ambos in hoc proelio corruere et victorem victi pondere elidi. Sed ascendendi2 in elephanti dorsum magna difficultas est draconi. Ideo Plinius narrat dracones, iter elephantorum ad pabula speculatos, ab excelsā arbore in dorsum3 praetereuntium se injicere; elephantos autem, se nexu serpentis constringi sentientes, ad arborem rupemve festinare et inimicum atterere. Idem scriptor addit id a draconibus timeri, et ob id4 pedes elephantorum primo5 ab eis alligari caudā; nodos quidem ab elephantis, manu adjuvante, resolvi, sed dracones in elephantorum nares caput insere spiritumque eis praecludere.

1 Ut, [au point] que. — 2 Joindre difficultas ascendendi. — 3 Sous-entendu elephantorum. — 4 Voir thème 311, note 4. — 5 Adverbe.

310. QUESTIONNAIRE

1. Après quels verbes trouve-t-on la proposition infinitive? — 2. A quel cas se met le sujet de la proposition infinitive? — 3. Recopier la version précédente en mettant toutes les propositions infinitives au style direct, c’est-à-dire en supprimant les verbes raconter, dire, ajouter: Dracones cum elephantis perpetua discordia bellant, etc.

311. THÈME

Potus, ūs, m. boisson.

Combats d’éléphants et de serpents (suite). — Pline raconte [que] les serpents, quand1 ils combattent contre les éléphants, se redressent et s’efforcent2 d’atteindre leurs yeux; aussi trouve-t-on parfois3 des éléphants dans les forêts devenus aveugles et épuisés par la faim. Quelle est la cause d’une si grande inimitié entre les serpents et les éléphants? Certains affirment [que] le sang des éléphants est très froid; [qu’]il est pour cette raison4 recherché par les serpents, principalement en été. Les serpents, enfoncés dans l’eau des fleuves, guettent5 leurs ennemis et s’élancent soudain pour mordre6 [leur] oreille; car, [dit-on], ce seul endroit ne peut être défendu par la trompe. Ces serpents sont de si grande taille7 qu’ils boivent entièrement le sang d’un éléphant. Aussi les éléphants vides de sang8 s’abattent et souvent les serpents [eux] aussi meurent étouffés par une si grande [quantité de] boisson.

1 Tournez: combattant contre. — 2 S’efforcer d’atteindre, petĕre (peto, -ivi, -itum). Les yeux d’eux. — 3 Tournez: des éléphants être trouvés parfois. — 4 Pour cette raison, ob id. — 5 Employer la proposition infinitive jusqu’à la fin du thème.6 Afin qu’ils appliquent [leur] morsure…​ Appliquer une morsure: defigĕre (defigo, -fixi, -fixum) morsum in (acc.). — 7 Si grand…​ que, tantus, a, um…​ ut (subj. prés.).8 [Leur] sang ayant été épuisé, voir observ. 194.

Propositions complétives avec UT ou NE (Gr. § 273-278)

312. EXERCICE

I. 1. Cura ut valeas. — 2. Amicus me admonuit ut hoc periculum vitarem. — 3. Amicus illi persuasit ut regem adiret. — 4. Tobias Hebraeos hortabatur ut Deum colerent. — 5. Vereor ne, qui haec non viderunt, me nimis augere1 arbitrentur. — 6. Gravi morbo impeditus sum ne in Italiam proficiscerer. — 7. Vereor ne verba mea non recte intellexeritis. — 8. Fac ut sciam quomodo valeas.

II. 1. Vous [me] ferez2 savoir où vous allez. — 2. Agésilas persuada aux Lacédémoniens d’envoyer une armée en Asie. — 3. Je te prie de porter secours à ces malheureux. — 4. Verrès craignit d’être accablé par les témoignages des Siciliens. — 5. Cicéron partit en exil parce qu’il craignit de ne pas pouvoir résister à Clodius. — 6. Nous ferons3 en sorte que vous partiez avec nous pour Rome.

1 Nimis augēre, exagérer. — 2 Vous ferez que je sache. — 3 Faire en sorte, efficĕre (efficio, -feci, -fectum).

313. VERSION

Vetulus, a, um, vieux.
Ulcerosus, a, um, couvert d’ulcères.
Quoniam, parce que.
Devolo, as, avi, atum, are, s’abattre (en volant).
Pungo, is, unxi, unctum, ĕre, piquer.

Securus, a, um, tranquille.
Sponte, spontanément.
Volvo, is, i, lutum, ĕre, rouler.
Ignavus, a, um, lâche, fainéant.

Le cheval et les mouches. — Equum vetulum et macerrimum, cujus totum corpus ulcerosum erat, muscae operuerant et crudeliter aculeis fodiebant. Quoniam caudā carebat, nullā ratione efficere poterat ut malae bestiae abirent. Tunc illas rogare coepit ut sponte discederent: «Vos oro, inquit, ut mihi misero parcatis. Vobis suadeo ut potius ad illum pinguem et bene curatā cute nitentem equum devoletis. Non dubito quin meliorem hauriatis sanguinem.» Respondens una: «Optas, ait, ut te relinquamus? Optamus nos quoque. Si nobis concederetur ut istius equi cutem sine periculo pungeremus, libenter, quod rogas, faceremus. Sed longissimā ejus caudā impediemur ne ejus sanguinem securae hauriamus. Timendum est etiam ne, volvendo se in pulvere, nos omnes atterat.» — Ignavi homines semper infirmos vexant, validiores vitant1.

1 Gr. § 133.

314. THÈME

Ulciscor, eris, ultus sum, i, se venger. — Gratia, ae, f. faveur, grâce. — Periculosus, a, um, dangereux.

La vengeance. — Un philosophe, que le malheur des temps avait réduit1 [à] mendier, aperçut un ministre du roi. Il le pria d’avoir pitié6 de lui. L’autre lui dit: «Eloigne-toi, fainéant2, et prends garde d’être jeté3 en prison.» Il lui4 lança même une pierre. Le philosophe ramassa la pierre et la cacha dans sa besace, souhaitant que l’occasion de se venger lui fût donnée5. Peu de jours après, il entendit dans la ville un grand tapage. Il pria les passants de lui dire6 ce que7 c’était6 Ceux-ci lui conseillèrent de se hâter s’il voulait6 voir la foule injurier le ministre que le roi avait disgrâcié. Le philosophe se réjouissait de l’occasion [qui lui était] offerte; mais bientôt il changea8 d’avis. Il craignit de manquer9, en se vengeant, aux préceptes de la philosophie: «S’en prendre10 aux puissants, dit-il, est dangereux; s’en prendre10 aux misérables est lâche11

1 Avait forcé. — 2 Homme fainéant. — 3 Subj. prés.4 Sur lui. — 5 Fût offerte. — 6 Subj. impf. — 7 Quelle chose. — 8 Il changea [son] avis. — 9 Qu’il ne désertât les préceptes. Déserter: deserĕre (desero, -serui, -sertum). — 10 Tournez: attaquer (impugnare) les puissants. — 11 Turpis, e.

RECAPITULATION GENERALE

315. VERSION

Athleta, ae, m. athlète.
Lacertus, i, m. muscle.
Illacrimo, as, avi, atum, are, pleurer.
Cuneus, i, m. coin.
Findo, is, fidi, fissum, ĕre, fendre.
Insero, is, serui, sertum, ĕre, introduire.

Divello, is, i, vulsum, ĕre, séparer.
Comprimo, is, pressi, pressum, ĕre, serror.
Apricus, a, um, exposé au soleil.
Testudo, inis, f. tortue.
Eludo, is, usi, usum, ĕre, tromper.

Deux morts étranges. — Milo Crotoniates1 erat corporis viribus insignis. Quodam die Olympiae per stadium humeris bovem sustinens ingressus est. Cum jam senex esset, athletasque se exercentes videret, lacertos suos aspexit et illacrimans dixit: «Hi quidem jam mortui sunt.» Postea iter faciens, quercum in agro cuneis fissam2 vidit. Ut vires suas experiretur, ad eam accessit et manibus insertis eam divellere conatus est. Sed arbor, cuneis excussis, manus ejus ita compressit ut abire non posset. Mox a feris laceratus est. — Aeschylus poeta, egressus urbe, in loco aprico consederat. Aquila, testudinem ferens super eum volavit et, elusa splendore capitis (erat enim capillis vacuum), lapidem esse putavit. Testudinem igitur dejecit, ut fractae3 carne vesceretur, sed caput poetae eo ictu fractum est.

1 Milon de Crotone. — 2 De findo. — 3 Sous-ent. testitudinis.

316. THÈME

Injicio, icis, eci, ectum, ĕre, inspirer (crainte, etc.).
Illico, sur-le-champ.
Frenum, i, n. mors, frein.
Subrigo, is, rexi, rectum, ĕre, dresser.
Quatio, is, assi, assam, ĕre, secouer.
Glaber, bra, brum, pelé.

Contundo, is, tudi, tusum, ĕre, meurtrir.
Contra (adv.), au contraire.
Retraho, is, axi, actum, ĕre, tirer en arrière.
Attraho, is, axi, actum, ĕre, tirer à soi.
Contrarius, a, am, contraire.

Mathurin et son âne. — «Mauvaise bête, ne me suivras-tu pas, [moi] ton maître? Quelle terreur peut t’1inspirer ce pont que tu dois2 passer? Obéis sur-le-champ à mon ordre, à moins que tu [ne] préfères être persuadé par ce bâton noueux.» Ainsi parlait un ânier et saisissant le mors d’une main vigoureuse, il traînait le baudet rétif vers l’entrée du pont. Mais ses efforts étaient vains3: l’autre dresse les oreilles, secoue la tête et résiste de toutes [ses] forces. En vain une grêle de coups4 meurtrit le dos pelé de l’âne, [notre] homme ne peut obtenir qu’il avance5. Au contraire, le sot animal traîne son maître en arrière6. Alors l’ânier, saisissant7 la queue de l’animal, se met à la tirer à lui8 violemment. Aussitôt l’âne s’élance en sens contraire et d’un élan rapide franchit le pont.

1 Datif. — 2 Ce pont devant être passé par toi (tibi). Gr. § 185. — 3 Mais il s’efforçait en vain. — 4 En vain le dos pelé de l’âne est meurtri par des coups très fréquents. — 5 Subj. prés.6 Traîner en arrière, retrahĕre (retraho, -traxi, -tractum). — 7 La queue de l’animal ayant été saisie. — 8 Tirer à soi, attrahĕre (-traho, -traxi, -tractum).

317. VERSION

Pasco, is, avi, astum, ĕre, faire paître.
Discedo, is, cessi, cessum, ĕre, s’entr’ouvrir.
Hiatus, ūs, m. ouverture.
Animadverto, is, i, ersum, ĕre, remarquer.
Digitus, i, m. doigt.
Anulus, i, m. anneau.
Detraho, is, axi, actum, ĕre, arracher, ôter.

Induo, is, i, utum, ĕre, revêtir, mettre.
Concilium, i, n. réunion, assemblée.
Pala, ae, f. chaton (de bague).
Rursus (adv.), de nouveau, inversement.
Inverto, is, ersum, ĕre, tourner.
Opportunitas, atis, f. avantage, commodité.

L’anneau de Gygès. — Pastor olim fuit, nomine Gyges, qui Lydiae regis pecudes pascebat. Hic, cum terra discessisset magnis quibusdam imbribus, descendit in illum hiatum aeneumque equum animadvertit, cujus in lateribus1 fores erant. Iis apertis, corpus hominis vidit magnitudine inusitatā aureumque in digito anulum, quem detractum ipse induit2. Inde in pastorum concilium se recepit: ibi, cum palam ejus anuli ad palmam converterat, a nullo videbatur, ipse autem omnia videbat; rursus videbatur, cum in locum3 anulum inverterat. Hac opportunitate anuli usus, Gyges regem dominum4 interemit. Sustulit quos5 obstare sibi arbitrabatur nec6 in his eum facinoribus quisquam potuit videre. Denique Lydiae rex exortus est.

(CICÉRON.)

1 In lateribus cujus. Voir observ. 124. — 2 Induĕre, propr. revêtir, se mettre (au doigt). — 3 A sa place. — 4 Voir observ. 59. — 5 Eos quos.6 Nec quisquam = et nemo.

318. THÈME

Praeclarus, a, um, célèbre.
Habēre orationem, prononcer un discours.
Apud (acc.), chez, devant.
Multitudo, inis, f. multitude.
Concordia, ae, f. concorde.
Eloquentia, ae, f. éloquence.

Veritas, atis, f. vérité.
Ancilla, ae, f. servante.
Litigo, as, avi, atum, are, se quereller.
Acerbus, a, um, âpre.
Prius (adv.), d’abord, auparavant.

Le sophiste Gorgias. — Le célèbre sophiste Gorgias prononça un jour un très beau discours devant1 la multitude. Il exhortait les Grecs à apaiser [leurs] discordes et à établir2 la paix entre tous les États: «Rien, disait-il, [n’est] plus beau que la concorde; rien [n’est] plus doux.» Tous admiraient son éloquence et la vérité de ses paroles. Mais soudain l’un des auditeurs3 s’écria: «Hé, [mon] bon [ami], tu as parlé admirablement de4 la concorde. Mais profite5 toi-même de tes leçons. Dans ta maison vous êtes trois, ta femme, une esclave et toi6. Cependant, jour et nuit7, vous vous querellez si8 âprement entre vous, que [vos] voisins [en] sont incommodés9. Apaise d’abord ces discordes, ensuite tu reviendras ici et nous écouterons volontiers tes belles leçons.»

1 Apud (acc.).2 Conciliare (régulier).3 L’un des écoutants. — 4 De, de (abl.).5 Sers-toi de. — 6 Mettre toi le premier. Gr. § 38*, 1° et § 98. — 7 De jour et de nuit. — 8 Si…​ que; tam…​ ut (subj.).9 Vous causez affero, (affers, attuli, allatum, afferre) de l’incommodité à.

319. VERSION

Jocus, i, m. plaisanterie.
Miseria, ae, f. misère.
Cicatrix, icis, f. cicatrice.
Probo, as, avi, aturn, are, éprouver, approuver.
Nocens, entis, coupable.

Absolvo, is, i, lutum, ĕre, absoudre.
Muscus, i, m. mousse.
Secreto (adv.), en secret.
Palam, en public.

Proverbes latins

1. Amicum laedere ne joco quidem licet.
2. Avarus ipse miseriae est causa suae.
3. Cuivis1 doloris remedium est patientia.
4. Etiam capillus unus habet umbram suam.
5. Etiam sanato vulnere cicatrix manet.
6. Ignis probat aurum, miseriae fortem probant.
7. Ignoscito saepe alteri, nunquam tibi.
8. Judex damnatur, cum nocens absolvitur.
9. Male vivunt, qui se semper victuros putant.
10. Musco lapis volutus haud obducitur.
11. Pericula timidus, etiam quae non sunt, videt.
12. Puras Deus non plenas aspicit manus.
13. Quid est beneficium dare? Imitari Deum.
14. Secreto amicos admone, lauda palam.

(P. SYRUS).

1 De quivis.

320. THÈME

Mutus, a, um, muet.
Laqueus, i, m. lacet, piège.
Graculus, i, m. geai.
Alauda, ae, f. alouette.

Neuter, ira, irum, ni l’un ni l’autre.
Perdo, is, didi, ditum, ĕre, perdre.
Cancer, cri, m. écrevisse.

Les animaux en proverbes

1. Ne regarde pas1 les dents du cheval [qui t’est] donné.
2. Un âne affamé se soucie peu du bâton.
3. Une seule maison ne nourrit pas deux chièns.
4. Méfie-toi du chien muet et de l’eau dormante.
5. Un chien peureux aboie plus fort qu’il [ne] mord.
6. Les lièvres eux-mêmes insultent le lion mort.
7. Le loup change de pelage2, non de caractère.
8. Le renard n’est pas pris3 deux fois au même piège.
9. Les cygnes chanteront quand les geais se tairont.
10. Si le ciel tombait, beaucoup d’alouettes seraient prises.
11. Qui poursuit deux lièvres, ne prend ni l’un ni l’autre.
12. Le chameau, désirant des cornes, a perdu les oreilles.
13. L’âne aime mieux une litière que de l’or.
14. Tu n’obtiendras jamais que les écrevisses marchent droit4.

1 Gr. § 213. — 2 Change [son] pelage. — 3 N’est pas pris deux fois par le même piège. — 4 Marcher, ingredi (ingredior, -gressus sum).

321. VERSION

Confugio, is, i, itum, ĕre, se réfugier.
Lectulus, i, m. petit lit.
Quisnam, quaenam, quodnam (quidnam), qui donc?
Genius, i, m. génie (divinité).
Perterreo, es, ui, itum, ēre, épouvanter.
Taeter, tra, trum, affreux.
Visus, ūs, m. vue, apparition.

Inclamo, as, avi, atum, are, appeler.
Sciscitor, aris, atus sum, ari, demander.
Obversor, aris, atus sum, ari (dat.), se présenter à.
Paululum, peu, très peu.
Admodum, extrêmement.
Intercedo, is, cessi, cessum, ĕre, s’écouler (temps).

Songe effrayant de Gassius de Parme. — Apud Actium debellato ab Augusto Caesare Marco Antonio1, Cassius Parmensis2, qui ejus partes secutus erat, Athenas confugit. Ibi, concubiā nocte3, cum sollicitudinibus et curis agitatus in lectulo jaceret, videre sibi visus est4 ad se venientem hominem ingentis magnitudinis, squalidum barbā et capillis demissis. Eum interrogavit quisnam esset; respondit ille: «Malus tuus genius.» Perterritus tam taetro visu, servos inclamavit sciscitatusque est num hominem aliquem aut intrantem aut exeuntem vidissent. Quibus5 affirmantibus neminem venisse, Cassius iterum somno se dedit, sed eadem species ejus animo iterum obversata est. Inter hanc noctem et supplicium capitis6, quo eum Caesar affecit, paululum admodum temporis intercessit. (Valère Maxime).

1 Marc Antoine. — 2 Cassius de Parme. — 3 Concubia nox, nuit avancée. — 4 Litt.: il parut à lui-même voir = il lui sembla voir. — 5 Quibus = iis autem, abl. absolu. — 6 Supplicium capitis, supplice capital.

322. THÈME

Rana, ae, f. grenouille. — Ciconia, ae, f. cigogne.

La grenouille et la cigogne. — Une grenouille redoutait fort une couleuvre qui la poursuivait souvent sur1 la rive de l’étang et parfois même au milieu des eaux. Trois ou quatre fois elle avait échappé avec beaucoup de peine2 à la mort. Or une cigogne3 ayant trouvé la couleuvre endormie dans l’herbe, la tua d’un coup de bec et se mit à la dévorer. De4 la rive opposée, la grenouille vit le meurtre de son ennemie et s’ [en] réjouit: «Voilà, dit-elle, un oiseau très ami des grenouilles. Il a bien mérité de nous. J’irai le trouver et je lui adresserai5 [mes] remerciements pour un si grand bienfait.» Elle fit comme elle avait dit; mais dès qu’elle eut commencé à parler, elle fut tuée et dévorée par la cigogne.

1 Sur, in (abl.).2 Très difficilement. — 3 Comme (cum, subj. pl.-q.-pf.) une cigogne avait trouvé la couleuvre dormant…​ — 4 Ex (abl.). — 5 Adresser des remerciements pour, agĕre (ago, egi, actum) gratias pro (abl.).

LIVRE DU MAÎTRE

Exercices latins (première série)

AVIS AUX MAITRES

En livrant au public cette nouvelle édition du Livre du Maître, les auteurs se permettent d’y ajouter respectueusement un conseil à ceux qui l’utiliseront: c’est de suivre avec une ponctualité confiante la progression indiquée par l’excellent pédagogue qu’était Petitmangin.

Des critiques ont parfois été adressées à cette méthode de latin, qui ne sont pas justifiées, ceux qui les formulent ayant cru pouvoir superposer à l’itinéraire établi un itinéraire de leur façon: qu’on ne soit donc pas, après cela, surpris si l’élève ne s’y retrouve pas.

Certes, il ne sera pas nécessaire de faire traduire tous les exercices, ni surtout de le faire toujours par écrit, certaines listes de mots détachés supposent manifestement des interrogations orales. Ainsi, par exemple, quand l’ensemble de la classe aura bien compris le mécanisme de la première conjugaison, il sera peut-être possible de passer plus rapidement sur les autres, après avoir, bien entendu, fait remarquer les différences qui les distinguent. Mais pour les débuts il importe d’aller très lentement, très progressivement, l’intelligence des enfants ayant beaucoup de mal à comprendre les flexions des cas, dont la langue française n’a pas l’équivalent. Ce n’est donc pas le moment d’ajouter à ces difficultés des difficultés nouvelles, comme d’apprendre le verbe sum ou le verbe amo, dont on n’aura d’ailleurs pas à se servir avant longtemps. Qu’on répète fréquemment les Observations qui anticipent sur l’ordre logique de la Grammaire, et ces quelques notions de morphologie ou de syntaxe suffiront largement pour utiliser notre méthode avec fruit.

A ce premier conseil sera-t-il permis d’en ajouter un autre? On se plaint unanimement que les élèves des hautes classes ignorent le vocabulaire latin, ce qui fait de la lecture des auteurs un rébus indéchiffrable et oblige à feuilleter sans répit le fastidieux dictionnaire. Or, en Sixième, à l’âge où la mémoire est rapide et tenace, ce serait le bon moment pour acquérir cette science indispensable et malheureusement si négligée.

C’est pourquoi la nouvelle présentation des Exercices a prévu au commencement de chaque version, de chaque thème, une courte liste de mots que l’élève devra apprendre par cœur et réciter en classe. Le professeur s’aidant des judicieux ouvrages de Petitmangin: Les Mots latins, ou de Lalanne: Vocabulaire latin, expliquera ces mots, indiquera leurs dérivés qui forment une «famille» et ne manquera pas d’attirer l’attention sur ce qu’ils ont donné en français. Ces notions d’étymologie intéressent beaucoup les enfants; elles ont de plus l’avantage d’imprégner d’intelligence ce qui pourrait n’être qu’un sec exercice de mémoire.

A la fin des études, on est obligé parfois de constater, non sans peine ni surprise, l’échec de la formation secondaire: qu’on prenne garde de n’avoir pas à en faire remonter la responsabilité jusqu’à la classe de Sixième, où l’on avait pris un faux départ.

AVERTISSEMENT

On remarquera vite dans ce Livre du Maître que Petitmangin aimait donner à ses traductions une élégance qui, tout en respectant soigneusement le sens, survole d’un peu haut le texte latin. Cette manière d’interpréter n’a plus, de nos jours, la même faveur: on préfère un français qui se modèle plus étroitement sur le texte proposé et suit de plus près le mouvement de la phrase latine.

Par respect pour le maître éminent dont nous retouchons le travail, nous nous sommes abstenus — sauf en des cas assez rares — de modifier ses traductions. Toutefois il serait fort imprudent d’inviter de petits élèves de Sixième à l’imiter et à s’exercer à des transpositions hardies, lesquelles ne serviraient souvent qu’à masquer leur intelligence incomplète du passage à traduire. Plus tard, en Troisième ou en Seconde, on initiera les jeunes latinistes à ces interprétations élégantes, dont la souplesse ne nuit point à la précision. Pour le moment, il faut s’estimer heureux si les textes proposés sont traduits dans un français simplement correct: ce sera déjà très bien.

Mai 1949.

P.N.B. et A.P.

EXERCICES LATINS

(CORRIGÉ DES EXERCICES)

NOTIONS PRÉLIMINAIRES.

1-3. Exercices de lecture.

Nous n’avons pas à indiquer ici les différents systèmes de prononciation du latin. Nous ne pouvons que souhaiter de voir l’union se faire sur cette question et l’autorité compétente imposer une prononciation uniforme.

4. Exercice d’accentuation.

Cyrus mourant. — Apud Xenophóntem aútem móriens Cýrus májor haec dícit: «Nolíte arbitrári, o méi caríssimi fílii, me, cum a vóbis discéssero, núsquam aut núllum fóre; nec énim dum éram vobíscum ánimum méum videbátis, sed éum ésse in hoc córpore, ex iis rébus quas gerébam, intellegebátis: eúmdem ígitur ésse creditóte, etiámsi núllum vidébitis. Nec véro clarórum virórum post mórtem honóres permanérent, si níhil eórum ipsórum ánimi effícerent, quo diútius memóriam súi tenerémus.» (Cicéron.)

5. Exercice d’accentuation.

Cyrus mourant (suite) — «Míhi quídem persuadéri núnquam pótuit ánimos dum in corpóribus éssent mortálibus, vívere, cum excessíssent ex éis, émori; nec véro tum ánimum insipiéntem ésse, cum ex insipiénti córpore evasísset, sed, cum ómni admixtióne córporis liberátus, púrus et ínteger ésse coepísset, tum ésse sapiéntem. Atque étiam, cum hóminis natúra mórte dissólvitur, ceterárum rérum perspícuum est quo quáeque discédat; ábeunt énim ílluc ómnia, únde orta sunt: ánimus aútem sólus nec cum ádest nec cum discédit appáret.» (Cicéron.)

PREMIÈRE PARTIE: LA DÉCLINAISON

EMPLOI DES CAS.

6. Questionnaire.

1. A l’accusatif. — 2. Par le génitif ou par l’ablatif. — 3. Par l’ablatif. — 4. Au nominatif. — 5. Au datif. — 6. Il vend des roses: compl. d’obj. dir., accusatif; le temps des roses: compl. de nom, génitif; couronné de roses: compl. de circonstance, ablatif; il n’a pas de roses: compl. d’obj. dir., accusatif. — 7. Il est sujet ou attribut de sujet. — 8. A interpeller. — 9. Les compléments de noms précédés de la préposition de. — 10. Les compléments d’objet indirects ou d’attribution précédés de à ou pour.

7. Exercice.

L’enfant et le voleur. — Un enfant (nom.) pleurait assis sur la margelle d’un puits (gén.). Un voleur (nom.) entendant des plaintes (acc.), s’approcha et demanda la cause (acc.) de ce chagrin (gén.): «Enfant (voc.), dit-il (nom.), explique-moi (dat.) pourquoi tu (nom.) verses des larmes (acc.).» L’enfant (nom.), effrayé par l’aspect (abl.) de l’inconnu (gén.) et tremblant de peur (abl.), lui (dat.) répondit: «O étranger (voc.), j’avais posé ici une urne (acc.). Ayant été ciselée par la main (abl.) d’un habile artiste (gén.), elle (nom.) est fort précieuse (nom.). Par un mouvement involontaire (abl.), je l’ (acc.) ai précipitée dans l’eau du puits (gén.). Cette urne n’est pas à mes parents (dat.); elle est la propriété (nom.) d’un voisin (gén.) de mon père (gén.). Je pleure par crainte (abl.) du châtiment (gén.). Je serai certainement battu de verges (abl.) et nourri de pain sec (abl.).

8. Exercice.

L’enfant et le voleur (suite) — «Bienveillant (voc.) étranger, sois compatissant pour moi (dat.). L’eau (nom.) du puits (gén.) n’est pas profonde (nom.). Tu (nom.) pourras retirer l’urne (acc.) et me (dat.) la (acc.) rendre. Je serais comblé de joie (abl.) par ce (abl.) bienfait et ma (nom.) reconnaissance te (dat.) serait assurée.» Le voleur (nom.) qui (nom.) espérait garder l’urne (acc.) pour lui (dat..), se (acc.) débarrassa à la hâte de ses vêtements (abl.), délia les courroies (acc.) de ses (gén.) chaussures et descendit par la corde (abl.) du puits (gén.). Quand l’enfant (nom.) vit le voleur (acc.) dont (gén.) la présence (nom.) l’ (acc.) avait glacé d’effroi (abl.), descendu dans l’eau du puits (gén.), il lui (dat.) cria en retirant la corde (acc.) dont (abl.) il s’était servi: «Insensé (voc.), sois plus prudent (nom.) désormais; ne te (acc.) laisse plus égarer par la soif (abl.) du gain (gén.).» Le voleur (nom.) adressa en vain des supplications (acc.) à l’enfant (dat.); celui-ci (nom.) resta insensible (nom.) à ses prières (dat.), trop heureux (nom.) de s’ (acc.) être délivré de ce péril (abl.) par son adresse (abl.).

L’ORDRE DES MOTS EN LATIN.

9. Exercice.

1. Les hommes doivent obéir à Dieu. — 2. La vertu l’emporte sur toutes choses. — 3. César se hâte afin d’assister au combat. — 4. Il est doux et beau de mourir pour la patrie. — 5. Les anciens hommes habitaient dans les forêts à la façon des bêtes. — 6. Pausanias t’a envoyé eu présent les captifs. — 7. Les citoyens romains avaient la tête nue; pour se protéger contre la pluie ils ramenaient une partie de leur toge sur leur tête. — 8. Le maître élève la voix pour que les élèves comprennent. — 9. Les soldats avaient combattu depuis midi jusqu’au coucher du soleil. — 10. Se contentant d’une modeste récompense, il reçut du peuple Athénien une couronne.

Mots au nominatif et à l’accusatif: 1. Homines (acc.). — 2. Virtus (nom.). — 3. Caesar (nom.). — 4. Dulce et decorum (nom.). — Antiqui homines (nom.). — 6. Pausanias (nom.); captivos (acc.). — 7. Caput (nom.); partem (acc.). — 8. Vocem (acc.); discipuli (nom.). — 9. Milites (nom.). — 10. Contentus (nom.).

La place ordinaire du verbe est à la fin de la proposition; le génitif complément de nom se place d’ordinaire avant le nom dont il dépend.

10. Exercice.

1. Nabuchodonosor, roi d’Assyrie, fit ériger en son honneur une statue d’or de dimensions énormes et ordonna qu’on l’adorât. 2. Comme les âmes étaient corrompues par l’habitude de l’adulation, tous exécutaient cet ordre avec empressement; mais Ananias, Azarias et Misael s’abstinrent de cet acte sacrilège, sachant que cet honneur n’était dû qu’à Dieu seul. 3. Aussi, sur l’ordre du roi, on leur lia les pieds et on les jeta dans les flammes ardentes d’une fournaise. 4. Mais la flamme engloutit les exécuteurs de cet ordre criminel, tandis que le feu ne toucha pas les Hébreux. 5. Alors le roi, ne doutant pas que la puissance de Dieu ne fût intervenue en cette occasion, envoya des gens proclamer le miracle dans tout son royaume, reconnaissant ainsi que Dieu seul devait être adoré.

Noms ou pronoms au génitif ou au datif: 1. Assyriorum (gén.); sibi (dat.); magnitudinis (gén.). — 2. Deo (dat.). — 3. Regis (gén.), camini (gén.). — 4. Camini (gén.). — 6. Dei (gén.); Deo (dat.).

L’adjectif se place d’ordinaire en latin avant le nom qu’il qualifie.

PREMIÈRE DÉCLINAISON.

11. Exercice.

I. 1. La rose; de la rose (à la rose, les roses); aux roses (de ou par les roses). — 2. Des tables; la table; aux tables (de ou par les tables). De la table (à la table, les tables). 3. Aux flèches (de ou par les flèches); des flèches; la flèche. — 4. Les épines; des épines; de l’épine (à l’épine). 5. Les couronnes;de ou parla couronne; la couronne. 6. Des jeunes filles; ô jeune fille; aux jeunes filles (de ou par les jeunes filles). — 7. Du laboureur (au laboureur); les laboureurs; ô laboureurs. — 8. Des autels; aux autels (de ou par les autels); l’autel. — 9. Les déesses; la déesse; ô déesse. — 10. De l’aigle (à l’aigle); aux aigles (de ou par les aigles). — 11. Les colombes; des colombes; aux colombes (de ou par les colombes) — 12. De ou par la nature; ô nature; la nature.

II. 1. Rosa; rosis; rosae; rosae. — 2. Mensam; mensae; mensarum; mensā; mensis. — 3. Sagittas; sagitta; sagittarum. — 4. Spinas; spina; spinā; spinae. — 5. Coronis; coronam; coronis; coronae. — 6. O puellae; puellae; puellis. — 7. Agricolarum; agricolis; agricolae. — 8. Arā. Arae. — 9. O dea; dearum. — 10. O aquila; aquilae; aquilis. — 11. Columbam. — 12. Naturae; naturā.

12. Exercice.

I. 1. La table du laboureur. — 2. Les épines des roses. — 3. L’épine de la rose. — 4. Les jeunes filles des laboureurs. — b. Les flèches du laboureur. — 6. La couronne de la déesse. — 7. Les autels de la déesse (ou les déesses de l’autel). — 8. Les flèches des laboureurs. — 9. Les roses des couronnes. — 10. La couronne de la jeune fille.

II. 1. Agricolarum mensae. — 2. Spinam rosarum. — Rosae spinae — 4. Agricolae puellae. — 5. Agricolarum sagitta. — 6. Coronas deae. — 7. Dearum ara. — 8. Agricolae sagittae. — 9. Coronae rosa. — 10. Puellae coronae

13. Exercice.

I. 1. Par les (aux) épines de la rose. — 2. La flèche des laboureurs. — 3. Les couronnes de l’autel. — 4. La rose des couronnes. — 5. Aux autels (par les autels) des déesses. — 6. Les flèches (de la flèche, à la flèche) de la déesse. — 7. Des jeunes filles du laboureur. — 8. Aux roses (par les roses) de l’autel. — 9. Aux colombes des laboureurs. — 10. Par la couronne des autels. — 11. Les ailes (de l’aile, à l’aile) de la colombe.

II. 1. Rosae spinae. — 2. Agricolae sagittae. — 3. Ararum coronis. — 4. Coronae rosis. — 5. Deae aram. — 6. Deae sagitta. — 7. Agricolarum puellis. — 8. Ararum rosae — 9. Agricolae columbā. — 10. Arae coronis. — 11. Columbarum alis.

14. Version.

1. Le laboureur orne de roses les autels des déesses. — 2. Les jeunes filles des laboureurs ornent de couronnes l’autel de la déesse. — 3. La rose orne les autels des déesses. — 4. L’aigle blesse les colombes du laboureur. — 5. Les laboureurs blessent les aigles avec des flèches. — 6. Les jeunes filles du laboureur ornent les tables de roses. — 7. Les roses ornent les tables des laboureurs. — 8. Les colombes évitent l’aigle. — 9. Les aigles évitent les flèches du laboureur. — 10. Les jeunes filles des laboureurs donnent à la déesse des colombes et ornent son autel d’une couronne. — 11. Les jeunes filles évitent les épines de la rose. — 12. Le laboureur blesse d’une flèche la colombe. — 13. L’épine de la rose blesse le laboureur. — 14. Les roses blessent de leurs épines les laboureurs. — 15. La nature donne aux roses des épines. — 16. Les jeunes filles du laboureur donnent des couronnes à la déesse.

15. Thème.

1. Agricolae rosis deae aram ornant. — 2. Agricolae puella coronā deam ornat. — 3. Rosae paronis puellas ornant. — Agricolae columbae aquilas vitant. — 5. Agricolae sagitta columbae alam vulnerat. — 6. Agricolae mensam ornant rosae. — 7. O columbae, agricolae sagitta aquilas vulnerat. — 8. O agricolae, columbae sagittas vitant. — 9. Agricola puellis dat coronam. — 10. Rosa spinis agricolarum puellas vulnerat. — 11. Agricola sagittā aquilam et columbam vulnerat. — 12. Agricola columbas dat puellae. — 13. Coronarum spinae puellam vulnerant. — 14. Natura rosae spinas dat. — 15. Agricola deae dat columbam et rosas.

16. Récapitulation.

I. Compléments d’obj. directs: 1. Aras. — 2. Aram. — 3. Aras. — 4. Columbas. — 5. Aquilas. — 6. Mensas. — 7. Mensas. — 8. Aquilam. — 9. Sagittas. — 10. Columbas; aram. — 11. Spinas. — 12. Columbam. — 13. Agricolam. — 14. Agricolas. — 15. Spinas. — 16. Coronas.

II. Compléments de nom: 1. Dearum. — 2. Agricolarum; deae. — 3. Dearum. — 4. Agricolae. — 5. (Manque). — 6. Agricolae. — 7. Agricolarum. — 8. (Manque). — 9. Agricolae. — 10. Agricolarum. — 11. Rosae. — 12. (Manque). — 13. Rosae. — 14. (Manque). — 15. (Manque). — 16. Agricolae.

III. Compléments d’attribution (datif): 10. Deae. — 15. Rosis. — 16. Deae.

IV. Compléments de moyen ou d’instrument: 1. Rosis. — 2. Coronis. — 5. Sagittis. — 6. Rosis. — 10. Corona. — 12. Sagittā. — 13. Spinis. — 14. Spinis.

DEUXIÈME DÉCLINAISON.

(Noms en -US.)

17. Exercice.

I. 1. A l’agneau (de ou par l’agneau); des agneaux. — 2. Du ruisseau; le ruisseau. — 3. O loup; aux loups (de ou par les loups). — 4. Le médecin; ô médecin; les médecins. — 5. Les maladies; de la maladie (les maladies); aux maladies (de ou par les maladies). — 6. Au jardin (de ou par le jardin); le jardin; du jardin (les jardins). — 7. L’esclave; ô esclave; des esclaves; de l’esclave.

II. 1. Agni; agnum. — 2. O rivi; rivos; rivis. — 3. Lupi; luporum; lupos; o lupe. — 4. Medico; medicus; medici; medicis. — 5. Morbo; morbo; morbum. — 6. Hortis; horti; hortorum. — 7. O servi; servis; servo.

18. Exercice.

I. 1. Les herbes (de l’herbe, à l’herbe) du ruisseau. — 2. La rive des ruisseaux. — 3. Aux herbes (de ou par les herbes) du jardin. — 4. L’esclave du médecin. — 5. A la maladie (de ou par la maladie) de l’esclave. — 6. A l’agneau (de ou par l’agneau) du maître. — 7. De l’esclave (les esclaves) du laboureur. — 8 Le maître du jardin. — 9. A la maladie (de ou par la maladie) des esclaves. — 10. Les rives (de la rive, à la rive) du ruisseau. — 11. Les eaux (de l’eau, à l’eau) des ruisseaux. — 12. Les flèches (de la fléché, à la flèche) de l’esclave. — 13. Par l’eau du ruisseau. — 14. Les esclaves (de l’esclave) du maître ou: les maîtres (du maître) de l’esclave. — 15. Par les eaux du ruisseau. — 16. Par les flèches des esclaves. — 17. Au maître (de ou par le maître) des jardins. — 18. De la maladie (les maladies) du maître. — 19. Du maitre (les maîtres) des esclaves. — 20. Aux maladies (de ou par les maladies) des agneaux.

II. 1. Rivi herba. — 2. Rivi ripam. — 3. Hortorum herbae. — 4. Servorum me deis. — 5. Servi morbo. — 6. Agnorum (agni, agnos) agricolae. — 7. Agricolae domino. — 8. Domini agnis. — 9. Servorum morbis. — 10. Rivorum herbas. — 11. Rivi aqua. — 12. Servorum sagittis. — 13. Rivi aquam. — 14. O domini servorum. — 15. Aquae rivorum. — 16. Servi sagitta. — 17. O domine horti. — 18. Dominorum morbis. — 19. Dominos servorum. — 20. Agni morbi.

19. Version.

1. L’agneau boit l’eau du ruisseau. — 2. Les herbes cachent les rives des ruisseaux. — 3. Le laboureur blesse le loup avec une flèche. — 4. Les médecins soignent les maladies des laboureurs avec des plantes. — 5. L’esclave soigne l’agneau du maître. — 6. Les laboureurs arrosent avec les eaux des ruisseaux les plantes des jardins. — 7. L’esclave donne à l’agneau l’herbe du jardin. — 8. Les médecins soignent les maladies des esclaves. — 9. La rive du ruisseau fournit de l’herbe à l’agneau du laboureur. — 10. Les esclaves des laboureurs soignent les jardins. — 11. L’esclave blesse d’une flèche l’agneau. — 12. L’esclave du médecin soigne la maladie de l’agneau.

20. Exercice.

1. Agni aquas rivorum potant (les agneaux boivent les eaux des ruisseaux). 2. Herba occultat rivi ripam (Vherbe cache la rive du ruisseau). — 3. Agricolae lupos sagittis vulnerant (les laboureurs blessent les loups avec des flèches). — 4. Medicus agricolae morbum herba curat (le médecin soigne avec une plante la maladie du laboureur). — 5. Servi agnos dominorum curant (les esclaves soignent les agneaux des maîtres). — 6. Agricola aqua rivi rigat horti herbam (le laboureur arrose avec l’eau du ruisseau l’herbe du jardin). — 7. Servi agnis dant hortorum herbas (les esclaves donnent aux agneaux les herbes des jardins). — 8. Morbum servi curat medicus (le médecin soigne la maladie de l’esclave). — 9. Rivorum ripae herbas dant agricolarum agnis (les rives des ruisseaux fournissent des herbes pour les agneaux des laboureurs). — 10. Agricolae servus hortum curat (l’esclave du laboureur soigne le jardin). — 11. Servi sagittis agnos vulnerant (les esclaves blessent les agneaux avec des flèches). — 12. Morbos agnorum curant medicorum servi (les esclaves des médecins soignent les maladies des agneaux).

21. Thème d’imitation.

1. Agni rivorum aquam potant. — 2. Rivi ripae herbis occultatae sunt. — 3. Medicus morbos herba curat. — 4. Servus agnos dat domino. — 5. Agricola hortum rivi aquis rigat. — 6. Servi agnis dant horti herbam. — 7. Rivorum ripae agricolae agnis dant herbas. — 8. Servi agricolae hortum curant. — 9. Servi sagittis lupos et aquilas vulnerant. — 10. Medici servi agnorum morbum curant.

Noms neutres en -UM.

22. Exercice.

I. 1. A l’or (de ou par l’or); de l’or. — 2. Les cous;.aux cous (de ou par les cous); au cou (de ou par le cou). — 3. Du fer; le fer. — 4. Par la parole (à la parole); des paroles; les paroles. — 5. Des vices; du vice; aux vices (de ou par les vices). Au vice (de ou par le vice). — 6. Du vin; les vins. — 7. Les encouragements; à l’encouragement (de ou par l’encouragement). — 8. Aux récompenses (de ou par les récompenses); des récompenses; la récompense. — 9. A la trace; aux traces (de ou par les traces); des traces; de la trace. — 10. De l’ornement; les ornements; des ornements. — 11. Les becs; du bec; de ou par le bec.

II. 1. Aurum; auro; auro. — 2. Colli; collis; collis. — 3. Ferro; ferro; ferrum. — 4. Verba; verbum; verbo. — 5. Vitio; vitio; vitii; vitia. — 6. Vina; vina; vino. — 7. Incitamenta; incitamento; incitamenta. — 8. Praemio; praemii; praemiorum. — 9. Vestigia; vestigium; vestigio. — 10. Ornamento; ornamentis; ornamentis. — 11. Rostro; rostris; rostris; rostri.

23. Exercice.

I. 1. L’or des ornements. — 2. Par le fer (au fer) de la flèche. — 3. Du cou de la jeune fille. — 4. La parole du maître. — 5. Les paroles des esclaves. — 6. Les récompenses du médecin. — 7. Par l’encouragement (à l’encouragement) des récompenses. — 8. Les traces de l’agneau. — 9. La récompense des esclaves. — 10. Par les encouragements (aux encouragements) des vices. — 11. Aux traces (de ou par les traces) des loups. — 12. Du bec de l’aigle. — 13. Par le vin (au vin) des laboureurs. — 14. Aux ornements des temples. — 15. Les cous des esclaves. — 16. A l’ornement (de ou par l’ornement) du cou. — 17. Des paroles du médecin.

II. 1. Ornamenti auro. — 2. Sagittarum ferrum. — 3. Collum puellae. — 4. Dominorum verbis. 5. Verba servi. — 6. Praemio medicorum. — 7. Incitamento praemiorum. — 8. Agni vestigiorum. — 9. Servi praemiis. — 10. Vitii incitamento. — 11. Lupi vestigio. — 12. Aquilarum rostro. — 13. Agricolae vina. — 14. Ornamento templi. — 15. Servi collo. — 16. Colli ornamentum. — 17. Medicorum verbo.

24. Version.

1. L’or orne le cou de la jeune fille. — 2. La jeune fille orne son cou d’or. — 3. L’esclave avec le fer de la flèche blesse le cou du loup. — 4. Les paroles du maître louent les esclaves. — 5. Le maître blâme par ses paroles les vices des esclaves. — 6. Le médecin appelle le vin l’encouragement des vices. — 7. Les récompenses sont encouragements des esclaves. — 8. Le loup observe les traces des agneaux. — 9. Le maître donne des récompenses et du vin aux esclaves. — 10. La jeune fille prépare des ornements pour le temple. — 11. L’or est l’ornement des temples. — 12. L’aigle blesse avec son bec le cou de l’agneau. — 13. Le laboureur blesse avec une flèche le cou de l’esclave.

25. Exercice.

1.Aurum, sujet, nomin., l’or.

Collum, comp. d’obj. dir., le cou.

Puellae, comp. de nom, génitif, de la jeune fille.

2.Puella, sujet, nom., la jeune fille.

Auro, comp. de circonst., ablatif, d’or (avec de l’or)

Etc., etc.

26. Thème d’imitation.

I. 1. Aurum est ornamentum templo. — 2. Servi collum auro ornatur. — 3. Sagittarum ferrum aquilas vulnerat. — 4. Servi verbis domini laudantur. — 5. Domini verbum servorum vitium vituperat — 6. Vinum servo est incitamentum. — 7. Domini verba sunt servis incitamentum. — 8 Agni lupi vestigia vitant. — 9. Medicus vino et herbis collum servi curat. — 10. Agricolae deae templa ornant. — 11. O serve, da vinum agricolae. — 12. O servi, aquilae rostris agnorum colla vulnerant.

Noms en -ER.

27. Exercice.

I. 1. Au sanglier (de ou par le sanglier); aux sangliers (de ou par les sangliers); le sanglier. — 2. Du beau-père (les beaux-pères); au beau-père (de ou par le beau-père); les beaux-pères. — 3. Du champ (les champs); aux champs (de ou par les champs); des champs. — 4. L’enfant; aux enfants (de ou par les enfants); ô enfants; de l’enfant. — b. Les maîtres; des maîtres; ô maître. — 6. Les gendres; de ou par les gendres; le gendre. — 7. Les hommes; aux hommes (de ou par les hommes); des hommes. — 8. Au couteau (de ou par le couteau); le couteau; du couteau (les couteaux). — 9. Au livre (de ou par le livre); les livres; aux (de ou par les) livres.

II. 1. Apri; aprum; apro; apri. — 2. Socero; soceris; soceri; o socer. — 3. Agri; agro; agris; agros. — 4. O puer; pueri; puerorum; pueros. — 5. Magistris; magistris; magistri. — 6. Generi; generis; generorum; o generi. — 7. Virum; viro; viro; viris. — 8. Cultri, cultri (cultro); cultro; cultris. — 9. Libros; libris; libris.

28. Exercice.

I. 1. Le beau-père du laboureur. — 2. Aux (de ou par les) beaux-pères des laboureurs. — 3. Au (de ou par le) champ du gendre. — 4. Du livre (les livres) des enfants. — 5. Le livre du maître. — 6. Aux (de ou par les) maîtres des enfants. — 7. Les couteaux des hommes. — 8. Le cou de l’homme. — 9. Au (de ou par le) couteau de l’enfant. — 10. Le groin du sanglier. — 11. La joie des enfants. — 12. Aux (de ou par les) livres des maîtres. — 13. Les couteaux des laboureurs. — 14. L’herbe du champ. — 15. Les cous des sangliers. — 16. Les récompenses de l’enfant. — 17. Du jardin du beau-père. — 18. La maison de campagne du gendre.

II. 1. Socero agricolarum. — 2. Generi medici. — 3. Soceri agri. — 4. Puerorum libro. — 5. Magistri libris. — 6. Puerorum magistrum. — 7. Virorum cultri. — 8. Soceri collo. — 9. Cultros puerorum. — 10. Aprorum rostra. — 11. Pueri gaudiis. — 12. Magistri libro. — 13. Servorum cultris. — 14. Agrorum herba. — 15. Apri collum. — 16. Pueris praemia. — 17. Hortum magistri. — 18. Generorum villae.

29. Version.

Les sangliers. — 1. Les sangliers dévastent les champs du beau-père. 2. Les enfants remarquent les traces des sangliers à travers le jardin du maître. 3. Le beau père donne à son gendre des flèches avec un couteau. 4. Les hommes et les enfants accourent avec des couteaux. 5. Les sangliers fuient à travers champs vers la rive du ruisseau. 6. Les eaux du ruisseau n’arrêtent pas les sangliers. 7. Les sangliers, à travers les herbes des champs se dirigent en hâte vers la forêt. 8. Le gendre blesse avec les flèches du beau-père le cou d’un sanglier. 9. Le sanglier blesse le gendre avec son groin. Le gendre coupe avec un couteau le cou du sanglier. 10. Les enfants accourent et touchent avec joie et sans danger le groin du sanglier. 11. La joie des enfants charme le gendre. 12. Les hommes portent le sanglier sur leurs épaules à la maison de campagne du gendre. 13. Le beau-père donne à son gendre un couteau comme récompense de sa victoire. Il donne aux enfants des livres; aux hommes du vin. 14. Le gendre, les hommes et les enfants avec leur maître dînent chez le beau-père.

30. Thème d’imitation.

1. Aper generi agrum vastat. — 2. O gener, puer apri vestigium observat. — 3. Gener cum cultro advolat. — 4. Aper per horti herbas properat. — 5. Rivus aprum tardat. — 6. Sagitta socer apri collum vulnerat. — 7. O pueri, apri rostris vulnerant. — 8. Gener socero cultrum dat. — 9. Pueri aprum vitant. — 10. Culter apri collum secat. — II. Puer cum gaudio advolat. — 12. Aprum et cultrum sine periculo tractat. — 13. Virorum humeri aprum per agros portant. — 14. Libri sunt puerorum praemium. — 15. Vinum viros juvat. — 16. Praemia viros et pueros juvant.

31. Exercice.

I. 1. Apri, sujet. Soceri, compl. de nom. Agros, compl. d’obj. dir. — 2. Pueri, sujet. Vestigia, compl. d’obj. dir. Aprorum, compl. de nom. Hortum, compl. de préposition. Magistri, compl. de nom, etc., etc.

II. Aper, apri, sur ager. — Socer, soceri, sur puer. — Vestigium, vestigii, sur templum, etc., etc.

32. Questionnaire.

1. Il se termine en -are. — 2. Amo. — 3. Vitat; vulnerant. — 4. La première personne du singulier du présent de l’indicatif. — 5. En -o. — 6. L’accusatif ou l’ablatif. — 7. Ad, apud, per, veulent l’accusatif; cum, l’ablatif. — 8. Le verbe se place à la fin de la proposition. — 9. Parce que la terminaison indique suffisamment la fonction de chaque mot.

33. Exercice.

Terra (sur rosa) amoena (sur bona).

Taurus (sur dominus) validus (sur bonus).

Jugum (sur templum) altum (sur bonum).

Populus (sur dominus) densa (sur bona).

Agricola (sur rosa) beatus (sur bonus).

Pulchra (sur nigra) terra (sur rosa).

Tener puer (gén. teneri pueri, etc.).

Miser (sur tener) asellus (sur dominus).

Templum sacrum (sur nigrum).

Pulchra (sur nigra) populus (sur dominus).

34. Exercice.

I. 1. Le petit village des laboureurs. — 2. Les images sacrées des déesses. — 3. Les petites fleurettes de la rive agréable. — 4. Les beaux rayons de la pleine lune. — Les feuilles du haut peuplier. — 6. Les grands peupliers des forêts. — 7. Les vastes plaines de l’Arcadie. — 8. Les eaux fraîches des ruisseaux. — 9. La vie heureuse des laboureurs. — 10. Les petites fleurettes blanches des champs. — 11. La vie tranquille du bouvier. — 12. Les sottes paroles de l’enfant.

II. 1. Parvo agricolae viculo. — 2. Sacris dearum simulacris. — 3. Amoenarum riparum flosculum. — 4. Pulchros lunae radios. — 5. Parvo altarum populorum folio. — 6. Populum densae silvae. — 7. Pulchri latorum camporum rivi. — 8. Gelida parvi rivi aqua. — 9. Vitae bubulci quietae. — 10. Candidis ripae flosculis. — 11. Quieta agricolarum vita. — 12. Stulti puerorum verbi.

35. Version.

L’Arcadie. — 1. L’Arcadie est un beau pays de la Grèce ancienne. 2. Le climat de l’Arcadie est agréable et frais. — 3. De noirs nuages ne cachent pas le ciel d’azur. 4. Les montagnes sont hautes et noires les plaines vastes et fertiles. 5. Les eaux fraîches de nombreux ruisseaux se promènent à travers l’heureux pays d’Arcadie. 6. Sur les hautes montagnes se trouvent de vastes et épaisses forêts. 7. Dans les forêts épaisses les habitants de l’Arcadie tuent avec des fléchés beaucoup de bêtes sauvages. 8. La nature orne de petites fleurettes rouges et blanches les vastes plaines de l’Arcadie. 9. A travers les herbes touffues des plaines errent de beaux troupeaux. 10. Des bouviers heureux et tranquilles gardent de robustes taureaux et des vaches paisibles dans les champs. 11. Le son des flûtes charme les bouviers arcadiens. 12. Les forêts épaisses résonnent du son des flûtes. 13. Les poètes anciens racontent d’agréables histoires concernant les heureux habitants de l’Arcadie. 14. Beaucoup de poètes célèbrent la vie agréable des bouviers.

36. Thème d’imitation.

L’Arcadie. — 1. Antiqui poetae Arcadiam celebrant. 2. Caeruleum caelum antiquos poetas juvat. 3. Ferae altorum jugorum densas silvas habitant. 4. Aqua gelida parvorum rivorum latos campos rigat. 5. Flosculi riparum beatos agricolarum liberos juvant. 6. Campi densas herbas dant validis tauris et placidis vaccis. 7. Altae populi jucundas rivorum ripas ornant. 8. In densis silvis jucundus tibiarum sonus resonat. 9. Beati placidorum bubulcorum liberi nigros tauros candidis flosculis ornant. 10. Jucunda validi bubulci vita antiquum poetam juvat. 11. Beate agricola, poetae fecundos campos, jucundum et gelidum Arcadiae caelum celebrant. 12. Vergilius, clarus poeta, agricolas et bubulcos celebrat.

37. Version.

La sottise d’un Arcadien. — 1. Il y a en Arcadie un beau village. 2. Les tuiles rouges des toits brillent dans la plaine. 3. Les murs sont recouverts d’une terre pure et blanche. 4. A travers la plaine et le village se promènne l’eau tranquille d’un ruisseau. 5. Le ruisseau arrose beaucoup d’agréables jardins. 6. Les rives sont recouvertes de tendres petites fleurs, blanches ou rouges ou bleues. 7. Les habitants du village sont laborieux, mais grossiers et stupides; ainsi qu’ils le pensent, la lune est une déesse. 8. Il y a dans les champs du village un étang vaste et profond. 9. L’étang, avec ses eaux tranquilles, semble former un beau miroir. 10. La pleine lune illumine la terre de ses rayons. 11. L’eau tranquille de l’étang reflète les beaux rayons de la lune. 12. Le laboureur avec ses enfants fatigués se rend en hâte au village à travers les champs. 13. Les enfants du laboureur aperçoivent l’image de la pleine lune dans l’eau de l’étang.

38. Thème d’imitation.

1. Luna teneris radiis viculum illustrat. 2. Muri candidi sunt, tecta rubra, caeruleum caelum. 3. Placida stagnorum aqua in latis campis micat. 4. Parvi rivi ripae gelidarum et purarum aquar un sono resonant. 5. Stellae in caelo micant; flosculi candidi vel rubri vel caerulei in densa agrorum herba micant. 6. Altorum stagnorum aqua quietum lunae simulacrum reverberat. 7. Impiger agricola, sunt ferae in densis nigri jugi silvis. 8. Validi apri ad fecundum campum festinant. 9. Per placidam stagni aquam natant. 10. Validis rostris agrorum flosculos et teneras horti herbas vastant. 11. Per quietum viculum errant. 12. Nunc ad densam silvam festinant.

39. Version.

La sottise d’un Arcadien (suite) — 1. Les stupides enfants du laboureur s’écrient: «Notre déesse nage dans les eaux de l’étang! La malheureuse est tombée dans l’étang profond; notre déesse est en grand danger!» 2. A ce moment-là, l’âne du laboureur, accablé de fatigue, s’approche en hâte de la rive à travers les herbes touffues. 3. Il boit l’eau limpide de l’étang et brouille l’image de la déesse. 4. En même temps de noirs nuages voilent dans le ciel les rayons brillants de la lune. 5. Le stupide laboureur s’écrie: «Malheureux âne, tu as avalé la lune; l’image sacrée de notre déesse est dans ton ventre!» 6. Cependant, les ténèbres, noires et sinistres, couvrent la terre et effraient le laboureur. 7. Les enfants, avec des lamentations, appellent les laboureurs voisins. 8. Ceux-ci accourent en grand nombre à travers les champs avec des flèches et de grands couteaux. 9. Ils donnent un couteau au stupide laboureur; celui-ci ouvre avec un grand couteau le ventre du malheureux bourriquet. 10. Soudain les beaux rayons de la pleine lune brillent de nouveau à travers les noirs nuages. 11. La joie des stupides laboureurs est grande; ils s’écrient: «Notre déesse est maintenant délivrée.»

40. Thème d’imitation.

1. Fessi agricolae per fecundos agros festinant. 2. Impigri pueri fessis asellis teneram herbam dant. 3. Plena luna et candidae stellae latum campum illustrant. 4. Agricola in gelidis quieti stagni aquis natat. 5. Pueri in altam et nigram aquam deciderunt. 6. Miserorum puerorum lamenta quietos vicinos territant. 7. Stolide puer, vita tua in magno periculo est! 8. Pueri ad ripam alti stagni natant. 9. Ripae sinistris lamentis resonant. 10. Vicini cum longo densae populi ramo advolant. 11. Dant fesso puero longum ramum. 12. Magnum est viculi incolarum gaudium.

41. Exercice.

1.Noms se déclinant sur templum: templum, tectum, stagnum, speculum, simulacrum, periculum, lamenta, orum. — 2. Adjectifs se déclinant sur bonus: purus, candidus, placidus, multus, jucundus, caeruleus, stolidus, quietus, plenus, fessus, densus, liquidus, magnus. — 3. Sur niger: pulcher, ruber, impiger, ater, sacer, sinister. — sur tener: asper, miser, liber.

42. Exercice.

1. Adverbes: quasi, en quelque sorte; tum, à ce moment-là; simul, en même temps; interea, pendant ce temps; subito, soudain; iterum, de nouveau. — 2. Prépositions: per (acc.), à travers; cum (abl.), avec; ad (acc.), vers. In, dans, sur, est construit avec l’accusatif, quand il y a mouvement pour entrer: in stagnum; avec l’ablatif, quand il n’y a pas mouvement pour entrer: in Arcadia, in agris, in aqua, in aquis, in periculo, in alvo.

TROISIEME DÉCLINAISON.

43. Exercice.

1. Clamor-is. Amor-is. Calor-is. Dolor-is. Ardor-is. Honor-is. Labor-is. Odor-is. Soror is. Uxor-is. Arbor-is. Marmor-is. — 2. Flor-is. Mor-is. Ror-is. — 3. Aer-is. Anser-is. Passer-is. Carcer-is. Mulier-is. — 4. Caesar-is. Vultur-is. Fur-is. — 5. Leon-is. Sermon-is. Pluton-is. — 6. Legion-is. Ration-is. Religion-is. Oration-is. — 7. Militis. Equit-is. Pedit-is. Hospit-is. Comit-is. — 8. Dot-is. Sacerdot-is.

44. Même exercice.

1. Fortitudin-is. Consuetudin-is. Magnitudin-is. Multitudin-is. Similitudin-is. — 2. lmagin-is. Origin-is. Virginis. Homin-is. — 3. Aestat-is. Civitat-is. Crudelitat-is. Cupiditat-is. Egestat-is. Fidelitat-is. — 4. Luc-is. Pac-is. Radicis. Voc-is. Duc-is. — 5. Artific-is. Judic-is. — 6. Dent-is. Adulescent-is. Font-is. Infant-is. Pont-is. Front-is. Gent-is. — 7. Mort-is. Part-is. Art-is.

45. Même exercice.

1. Nomin-is. Gramin-is. Lumin-is. Carmin-is. Omin-is. Certamin is. Fulmin-is. Numin-is. Flumin-is. — 2. Corporis. Decor-is. Dedecor-is. Pecor-is. Facinoris. Frigoris. Litor-is. Pector-is. Tempor-is. — 3. Gener-is. Oner-is. Oper-is. Later-is Sider-is. Vulner-is. Ponder-is. Sceler-is. Muner-is. Foeder-is. — 4. Jur-is. Tur-is. Crur-is. — 5. Ebor is. Robor-is. — 6. Fell-is. Mell-is. — 7. Capit-is. Lact-is.

46. Exercice.

Capit-is

Mur-is

Platon-is

Indic-is

Cacumin-is

Princip is

Conjug-is

Poemat-is

Pariet-is

Solitudin-is

Hospit-is

Agmin-is

Carthagin-is

Plebis

Foeder-is

Nepot-is

Contion-is

Virtut-is

Greg-is

Hiem-is

Homin-is

Voluptat-is

Custod-is

Apollin-is

47. Questionnaire.

1. Les noms en -or ou -os, gén. -oris sont d’ordinaire masculins: calor, oris, chaleur. Il y a des exceptions, comme uxor, oris, épouse: arbor, oris, arbre. — 2. Ils sont d’ordinaire féminins: oratio, onis, discours. — 3. Ces noms sont féminins: fortitudo, inis, courage: origo, inis, origine. — 4. Ils sont neutres: nomen, inis, nom; robur, oris, force; onus, oris, fardeau. — 6 Ils sont neutres.

48. Exercice.

Apollo, m.

Lac, n.

Ebur, n.

Venus, f.

Mei, n.

Dux, m.

Agmen, n.

Imago, f.

Honor, m.

Pietas, f.

Cartliago, f.

Odor, m.

Artifex, m.

Nepos, m.

Oratio, f.

Soror, f.

Uxor, f.

Miles, m.

Dolor, m.

Voluptas, f.

Fortitudo, f.

Flos, m.

Pectus, n.

Sidus, n.

49. Exercice.

1. Apollo. Virtus. Agmen. Princeps. Custos. Contio. Sacerdos. — 2. Comes. Hospes. Religio. Lux. Imago. Adulescens. Pars. Similitudo. — 3. Nepos. Caput. Homo. Nomen. Frigus. Munus. Artifex. Dux. Fons. — 4. Flos. Dolor. Lac. Grex. Conjux. Dedecus. Radix. Vox. Mors. — 5. Jus Scelus. Ebur. Arbor. Carcer. Caesar. Hiems. Mus. Dens.

50. Exercice.

I. 1. Par la douleur. Les douleurs. Aux, de ou par les douleurs (dolor). — 2. De la coutume. Par la coutume. La coutume (mos). — 3. Aux, de ou paries femmes. Une femme A une femme (mulier). — 4. A l’entretien. Les entretiens. Des entretiens (sermo). — 5. Aux, de ou par les lésions. A une lésion, de ou par la légion (legio). — 6. Les hommes. O homme. Des hommes (homo). — 7. De ou par l’été. A l’été. L’été (aestas). — 8. La voix. Les voix. De ou par la voix. Aux, de ou par les voix. Des voix (vox).

II. 1. Doloribus Dolores. Dolorum. Doloribus. — 2. Mori. Morum. Mores. O mores. — 3. Mulieres. Mulieris. — 4. Sermone. Sermonibus. Sermonem. — 5. Legionibus. Legiones. Legionem. — 6. O homines. Hominibus. Homini. — 7. Aestates. Aestatum. Aestatem. — 8. Voci. Vocis. Voces.

51. Exercice.

I. 1. Le juge. Au juge. Aux, de ou par les juges. — 2. A, de ou par les généraux. De ou par le général. Les généraux. — 3. De la paix. La paix. De ou par la paix. — 4. Les divinités. Aux, de ou par les divinités. De la divinité. — 5. Au rivage. De ou par le rivage. Les rivages. — 6. Au genre. Des genres. De ou par le genre. — 7. Au droit Du droit. Les droits. — 8. De la tête. Les têtes. A la tête.

II. 1. Judices. Judices. Judicum. — 2. Ducum. Duci. Duces. — 3. Paci. O Pax. Pacis. — 4. Numini. Numen. Numina. — 5. Litus. Litoribus. Litora. Litora. — 6. Generum. Generi. Genere. — 7. Jura. Juribus. Jus. — 8. Capita. Caput. Capitibus. Capitum.

52. Exercice.

I. 1. La cruauté du général. Par la cruauté des généraux. — 2. La voix de l’homme. Aux, de ou par les voix des hommes. — 3. Par l’entretien du juge. A l’entretien des juges. — 4. De l’honneur des soldats. De ou par l’honneur du soldat. — 5. De ou par la tête du lion. Les têtes des lions. — 6. A l’origine du fleuve. L’origine des fleuves. — 7. De ou par le corps du cavalier. Les corps des cavaliers. — 8. Un fantassin de la troupe. La troupe des fantassins.

II. 1. Ducum decus. Ducis decori. 2. Fluminum capita. Fluminis capitibus. — 3. Agmine leonum. Equitum agminibus. — 4. Judicis vocem. Judicum crudelitati. — 5. Homines agminis. Hominum sermones. — 6. Leonum corporibus. Militum leoni. — 7. Equitum capitibus. Peditis caput. — 8. Ducis equites. Peditum corpora.

53. Exercice.

I. 1. Il y a en Égypte une grande multitude de marchands grecs. — 2. Les couleurs des fleurs sont agréables. — 3. Chez les Romains les oies sont en grand honneur. — 4. Les poètes sont les compagnons d’Apollon. — 5. Des prêtres sont les gardiens du temple d’Apollon. — 6. La force des lions et des sangliers est grande. — 7. L’homme a de la ressemblance avec Dieu.

II. 1. Est in Aegypto multitudo sacerdotum. — 2. Deus leonibus dat magnum robur. — 3. Apollinem poetae celebrant. — 4. Anserum alae magnae sunt. — 5. Templi custodes floribus Apollinis aras ornant. — 6. Sacerdotes coronis nigra taurorum capita ornant. — 7. Scriptores virtutes, robur, fortitudinem, opera antiquorum Romanorum laudant.

54. Version.

Intelligence d’un éléphant. — 1. Le maître d’un éléphant donne à cet animal sa nourriture dans un vase d’airain. 2. Mais le vase est percé et laisse échapper la nourriture. 3. Le maître ordonne à l’éléphant d’aller trouver en hâte un artisan voisin avec le vase percé. 4. L’éléphant obéit à son maître; il tient le vase avec sa longue trompe et se rend en hâte à l’atelier de l’artisan. 5. L’artisan raccommode négligemment le vase. 6. Le maître voit de nouveau des trous dans le vase. 7. Il ordonne à l’éléphant de retourner en hâte à l’atelier de l’artisan. 8. L’éléphant présente de nouveau le vase à l’artisan et, par de grands cris de colère, il lui témoigne son mécontentement. 9. L’artisan apaise l’animal en le flattant de la voix et raccommode soigneusement le vase. 10. Mais l’éléphant, par défiance, se rend en hâte avec le vase au fleuve voisin. 11. Il remplit le vase avec l’eau du fleuve. 12. Le vase ne laisse pas échapper l’eau; alors l’animal témoigne sa joie par un joyeux murmure et se rend en hâte auprès de son maître.

55. Thème d’imitation.

1. Elephantus vas aeneum domino praebet. — 2. Laeta murmura elephanti gaudium significant. — 3. Elephanti in alturum fluminum aqua natant. — 4. Validi elephanti pueri voci parent. — 5. Elephanti validos homines longis proboscidibus vulnerant. — 6. Magnorum elephantorum ebur Graecos mercatores juvat. — 7. Elephantus mirae magnitudinis regis uxorem gestat. — 8. Jucunda verba homines ad suspiciones pronos placant. — 9. Flumina laetis murmuribus homines juvant. — 10. Officinae validorum artificum clamoribus resonant. — 11. Militum fortitudo ducem in bello juvat; agricolae et artificis labor principem in pace juvat.

56. Exercice.

1. Dens, dentis, dentium. — 2. Urbs, urbis, urbium. — 3. Caput, capitis, capitum. — 4. Nox, noctis, noctium. — 5. Carmen, carminis, carminum. — 6. Mons, montis, montium. — 7. Crus, cruris, crurum. — 8. Pons, pontis, pontium. — 9. Foedus, foederis, foederum. — 10. Frons, frontis, frontium. — 11. Frons, frondis, frondium. — 12. Gramen, graminis, graminum. — 13. Gens, gentis, gentium. — 14. Pars, partis, partium. — 15. Serpens, serpentis, serpentium. — 16. Cor, cordis, cordium. — 17. Marmor, marmoris, marmorum. — 18. Ars, artis, artium. — 19. Adulescens, adulescentis, adulescentium. — 20. Vulnus, vulneris, vulnerum. — 21. Voluptas, voluptatis, voluptatum.

57. Exercice.

I. 1. Serpentium vulnera. — 2. Adulescentium corda. — 3. Gentium foedus. — 4. Gramini montium. — 5. Crurum vulnere. — 6. Partem poematum. — 7. Urbium voluptates. — 8. Leonum dente. — 9. Arborum frondibus. — 10. Foederum lege. — 11. Frontium ruborem. — 12. In noctium tenebris.

II. 1. Par le murmure de la fontaine (murmuribus fontium). — 2. Le bec du vautour (rostra vulturum). — 3. Au traité de la nation (foederibus gentium). — 4. L’épouse du roi (uxores regum). — 5. De ou par la douleur de la dent (doloribus dentium). — 6. L’odeur de la fleur (odores florum). — 7. Le marbre du temple (marmora templorum). — 8. De ou par l’odeur du cadavre (odoribus cadaverum). — 9. Au discours du sénateur (orationibus senatorum). — 10. L’origine de la ville (origines urbium). — 11. La mort du soldat (mortes militum). — 12. Une espèce d’arbre (genera arborum).

58. Exercice.

I. 1. Parvae lintris, parvarum lintrium. — 2. Rupis cavae, rupium cavarum. — 3. Altaris sacri, altarium sacrorum. — 4. Indolis saevae, indolium saevarum. — 5. Nubis atrae, nubium atrarum. — 6. Navis longae, navium longarum.

II. 1. Perfido sodali, perfidis sodalibus. — 2. Caedi saevae, caedibus saevis. — 3. Mari magno, maribus magnis. — 4. Igni aeterno, ignibus aeternis. — 5. Vulpi iratae, vulpibus iratis. — 6. Sudi acutae, sudibus acutis.

III. 1.. Ove placida, ovibus placidis. — 2. Valle cava, vallibus cavis. — 3. Veste longa, vestibus longis. — 4. Pelle atra, pellibus atris. — 5. Perfido reti (souvent rete), perfidis retibus. — 6. Fratre saevo, fratribus saevis.

IV. 1. Penetrale sacrum, penetralia sacra. — 2. Perfidum hostem, perfidos hostes. — 3. Sedem jucundam, sedes jucundas. — 4. Patrem iratum, patres iratos. — 5. Avidum ventrem, avidos ventres. — 6. Laetam messem, laetas messes.

59. Version.

Les cyclopes de Sicile. — 1. Rarement les nuages et les pluies enlaidissent le ciel de Sicile. 2. D’abondantes moissons ornent les plaines. 3. Mais le mont Etna vomit des feux éternels (qui sont une cause) de désastre pour les habitants des villes voisines. 4. Les montagnes et les vallées de la Sicile sont l’antique séjour des cyclopes. 5. Les cyclopes n’ont qu’un seul oeil placé sur le front. 6. Les cyclopes ont de nombreux troupeaux de brebis. 7. Sur le rivage de la mer, ils pêchent les poissons sans bateaux avec de grands filets. 8. Neptune, ainsi que le racontent les poètes, est le père des cyclopes. 9. Les cyclopes arrosent les sanctuaires et les autels de Neptune du sang de beaucoup de brebis et les souillent par le meurtre de leurs ennemis. 10. Les cyclopes ornent leurs corps de peaux de renards. 11. Les cyclopes ont un naturel féroce: ils apaisent leur faim avec le lait des brebis et avec la chair non seulement des poissons, mais encore de leurs ennemis.

60. Thème d’imitation.

I. O cyclopes, Sicilia sedes amoena est. Raro saevi imbres laetas messes vastant. Incolae caeruleum caelum sine atris nubibus vident. In vicinis maribus sunt multi pisces. Parvae lintres in caeruleo mari errant.

II. Sed aeterni Aetnae ignes sunt cladis causa. Miseros cives in urbibus necant, pisces in maris litus jactant, messes in campis et altaria deorum in penetralibus vastant.

III. Saevi cyclopes in vallibus habitant. Hominum hostes sunt. Famem sedant hostium came; avidos ventres non solum candido ovium lacte, sed etiam nigro miserorum mortalium sanguine implent.

61. Version.

Ulysse et le cyclope Polyphème. — 1. Une tempête lance le navire d’Ulysse sur le rivage de l’ile des cyclopes. 2. Le cyclope Polyphème invite Ulysse à entrer avec ses compagnons dans sa caverne creusée dans un rocher. 3. Il donne à ses hôtes malheureux du lait et du fromage. 4. Les pluies résonnent sur les rochers; dans l’antre le feu brille: les compagnons d’Ulysse louent la bonté du cyclope. 5. Mais Polyphème a un naturel perfide et cruel. 6. Il apaise sa faim par le meurtre des compagnons d’Ulysse. 7. Il boit le sang noir de ses malheureux hôtes. 8. Ulysse, irrité par le meurtre de ses compagnons, durcit au feu un pieu pointu. 9. Polyphème a un seul œil sur le front. 10. Ulysse avec le pieu pointu perce l’œil du cruel cyclope. 11. Polyphème invoque le secours de Neptune son père. 12. Mais Ulysse regagne en hâte le rivage de la mer. 13. Neptune, dieu des mers, venge le malheur de son fils et, sur mer, accable le navire d’Ulysse de beaucoup de pluies et de tempêtes.

62. Thème d’imitation.

La tempête. — 1. Miseri hospites, maria hominibus saeva sunt. 2. Imbres et tempestates navibus nocent. 3. Atrae nubes caeruleum caelum velant et saevorum fulgurum ignes in nubibus micant. 4. Neptunus, maris deus, navem in atras rupes jactat. 5. Carnes miserorum mortalium avidorum piscium famem sedant. 6. Frustra miser nauta vel fratris vel patris vel sodalium auxilium implorat. 7. Frustra nautae ad litora natant; capilli et vestis aqua manant; saeva fames ventres vexat. 8. Litoris rupes et colles et valles clamoribus resonant. 9. Saevis avibus et perfidis vulpibus certa praeda sunt.

63. Exercice.

Tempestas, f. nom., sujet, se décline sur consul. Navem, f. acc. compl. d’obj. dir., navis, sur civis. Ulixis, m. gén. compl. de nom, Ulixes, sur civis. Litus, n. acc. compl. de préposition, sur fulgur. Insulae, f. gén. compl. de nom, sur rosa, etc., etc.

ADJECTIFS DE LA DEUXIÈME CLASSE

64. Exercice.

Audax nauta (m.)

sur

felix (m.)

et

rosa

Dominus clemens (m.)

sur

dominus

et

felix (m.).

Consilium prudens (n.)

sur

templum

et

felix (n.).

Par virtus (f.)

sur

lex

et

felix (f.).

Antrum viride (n.)

sur

templum

et

fortis (n.).

Vir nobilis (m.)

sur

vir

et

fortis (m.).

Omnis homo (m.)

sur

fortis (m.)

et

lex.

Corpus salubre (n.)

sur

fulgur

et

acer (n.).

Puer alacer (m.)

sur

puer

et

acer (m.).

Pauper agricola (m.)

sur

tener (m.)

et

rosa

65. Exercice.

I. 1. Le vieux lion (veteres leones). — 2. Au maître riche (divitibus dominis). — 3. Du pauvre laboureur (agricolarum pauperum). — 4. Le roi puissant (reges potentes). — 5. L’animal faible (animalia imbellia). — 6. Par une voix agréable (vocibus dulcibus). — 7. Une énorme forêt (silvae ingentes). — 8. D’une suave odeur (suavium odorum). — 9. D’un pied (pas) rapide (celeribus pedibus). — 10. A tout enfant (omnibus pueris). — 11. Le fidèle compagnon (fideles comites). — 12. L’homme prudent (viros prudentes). — 13. Au vieux poète (veteribus poetis). — 14. Par un récit incroyable (fabulis incredibilibus). — 15. D’une flèche rapide (sagittarum velocium). — 16. Une colère terrible (irae terribiles). — 17. Une recommandation utile (praecepta utilia). — 18. Une égale douleur (pares dolores). — 19. A un homme courageux (viris fortibus). — 20. A une louange immortelle (laudibus immortalibus).

II. 1. Veteribus leonibus. — 2. Divitem dominum. — 3. Pauperi agricolae. — 4. Potentis regis. — 5. Imbellibus animalibus. — 6. Voces dulces. — 7. Ingenti silva. — 8. Suavi odore. — 9. Celeres pedes. — 10. Omnium puerorum. — 11.0 fideles comites. — 12. Viro prudenti. — 13. Veteres poetae. — 14. Fabularum incredibilium. — 15. Velocibus sagittis. — 16. Irae terribili. — 17. Praeceptis utilibus. — 18. Pari dolore. — 19. Virum fortem. — 20. Laudes immortales.

66. Exercice.

I. 1. Par des douleurs cruelles (acri dolore). — 2. Des conseils sages (prudentis consilii). — 3. Des corps énormes (ingens corpus). — 4. Aux élèves dociles (docili discipulo). — 5. Des œuvres faciles (opus facile). — 6. Aux hommes nobles (nobili homini). — 7. Les pauvres laboureurs (pauperem agricolam). — 8. Aux vieux Romains (veteri Romano). — 9. Des odeurs suaves (suavis odoris). — 10. Les animaux ailés (animal volucre). — 11. Les compagnons fidèles (comitem fidelem). — 12. O malheureux matelots (o infelix nauta). — 13. Des rois cléments (clementis regis). — 14. Par des paroles agréables (dulci verbo). — 15. O serviteur fidèle (o serve fidelis). — 16. Aux récits étonnants (fabulae mirabili). — 17. Les arbres sauvages (silvestrem arborem). — 18. Aux antres verts (antro viridi). — 19. Par des vertus égales (pari virtute). — 20. Aux seigneurs riches (diviti domino).

II. 1. Acres dolores. — 2. Prudentia consilia. — 3. Ingenti corpore. — 4. O docilis discipule. — 5. Opere facili. — 6. Viros nobiles. — 7. Pauperum agricolarum. — 8. Veteres Romanos. — 9. Suavis odor. — 10. O animal volucre. — 11. Comitibus fidelibus. — 12. Infelicium nautarum. — 13. Clementi regi. — 14. Dulcia verba. — 15. Servum fidelem. — 16. In fabula incredibili. — 17. Silvestrium arborum. — 18. Antra viridia. — 19. Pari virtute. — 20. Divitis domini.

67. Exercice.

Vetus, sur felix, mais abl. vetere; gén. plur. veterum; neutre pluriel vetera. — Dives, comme vetus, mais sans pluriel neutre. — Pauper, comme vetus, mais sans pluriel neutre, etc., etc.

68. Version.

Les centaures. — 1. Les anciens poètes font des récits incroyables sur les centaures. 2. Les corps et les membres des centaures sont énormes. 3. Les centaures ont une double nature: ils sont semblables à des chevaux, mais leur tète et leur poitrine les fait ressembler à des hommes. 4. Les centaures, de leurs flèches rapides, tuent les animaux qui vivent dans les forêts. 5. Presque tous ont un caractère audacieux et cruel. 6. Presque tous sont enclins à une honteuse ivrognerie. 7. Les malheureux laboureurs craignent la colère terrible des centaures. 8. Ce pendant le centaure Chiron est bon et sage. 9. Chiron est utile à Achille par ses sages leçons. 10. Achille, instruit par les leçons de son vieux maître, méprise les honteux plaisirs des lâches; il choisit une vie courte et pénible, mais glorieuse. 11. Grâce à son courage admirable et à sa mort glorieuse, il obtient des louanges immortelles. 12. La vie des pauvres et des riches est courte et exposée à d’égales douleurs, mais la gloire des hommes courageux est immortelle.

69. Thème.

1. Pietas omnibus hominibus utilis est. — 2. Sapientia veteris magistri consilia imprudentibus pueris sunt utilia. — 3. Puerorum virtus suavi odori similis est. — 4. Discipulus alacri indole magistrum juvat. — 5. Vita divitum pauperum vitae dolore et morte similis est. — 6. Audaces

omnia pericula contemnunt. — 7. Difficilia opera viris fortibus placent. — 8. Dulcis vita hominibus imbellibus placet. — 9. Viri fortes immortale nomen difficili vita acquirunt. — 10. Imprudentia consilia omnibus nocent. — 11. Homines prudentes terribilem Dei iram timent. — 12. Homo vita brevi immortalem felicitatem obtinet. — 13. Dei opera mirabilia sunt.

70. Version.

Le lièvre et le jeune lion. — 1. Parmi les rochers d’une montagne se trouve, entouré de verdure, l’antre d’un vieux lion, roi de toutes les régions environnantes. 2. Le lion ordonne à son fils, déjà grand, qui doit hériter de son royaume, de parcourir toutes les provinces. 3. Le fils du vieux lion cherche un compagnon prudent et fidèle. 4. Il choisit le lièvre, animal faible et craintif, mais rapide. 5. Le lièvre conduit le lion à travers toutes les parties du royaume. 6. Tous les animaux qui habitent les forêts ou les plaines, tous les êtres ailés saluent leur nouveau maître. 7. Le lièvre et le lion parcourent des plaines que parfume l’odeur suave des fleurs et des forêts admirables, aux arbres énormes. 8. Mais le soleil brûle la terre de ses rayons ardents: le chemin est difficile. 9. Le lièvre, accoutumé à ces fatigues, court rapide et plein d’entrain. 10. Il encourage son compagnon, que la fatigue alourdit, mais c’est en vain: le lion, vaincu par la vive douleur qu’il ressent aux pattes, se repose à l’ombre d’un arbre. 11. Le lièvre se met à rire: «Un trajet si court, dit-il, fatigue le noble fils d’un roi si illustre?» Le lion répond: «Les lions ont un âme pleine de courage et d’audace; de tels animaux n’ont que faire de pieds légers et rapides.»

71. Thème d’imitation.

I. Les lions. — 1. Leones viridia antra vel steriles montium rupes habitant. 2. Leonum robur mirabile est.

3. Potentes reges sunt fertilium camporum et sterilium montium. 4.

Omnia animalia terribilem leonum iram timent. 5. Per noctis silentium, leones ingenti et minaci voce animalia campestria et silvestria terrent. 6. Volucria animalia in arboribus tremunt et pueri flent in humilibus agricolarum tuguriis.

II. Les lièvres. — 1. Lepores debilia et imbellia animalia sunt. 2. Leporum cibi sunt florentes herbae; dulcis roris aquam potant. 3. Leporum tamen vita misera et brevis est; multis periculis et acribus curis obnoxia est. 4. Natura clemens imbellibus leporibus prudentem indolem dat, breves et leves somnos, longas aures. 5. Celeribus pedibus lepus terribiles hostes vitat, sed in fallacia venatoris retia cadit.

72. Exercice.

I. Viridis, vert, abl. viridi: gén. pl. viridium, sur fortis. Vetus, vieux; abl. vetere: gén. pl. veterum. Omnis, tout; abl. omni; gén. pl. omnium, sur fortis. Vicinus, voisin, abl. vicino; gén. pl. vicinorum; sur bonus, etc.

II. Rupes, f. rocher; abl. rupe; gén. plur. rupium, sur civis. Montis, m. montagne; abl. monte; gén. plur. montium, sur consul, etc.

QUATRIÈME DECLINAISON

73. Exercice.

I. 1. Le son. De ou par le son. — 2. De l’arrivée (les arrivées). A l’arrivée. — 3. Des armées. Aux (de ou par les) armées. — 4. La vue. De ou par la vue. — 5. Les craintes. De la crainte. — 6. Le visage. Des visages. — 7. Aux (de ou par les) coups. Les coups. — 8. Les genoux. Aux (de ou par les) genoux.

II. 1. Sonitui. Sonitus. — 2. Adventu. Adventum. — 3. Exercitus. Exercitui. — 4. Conspectus. Conspectu. — 5. Metu. Metum. — 6. Vultu. Vultus. — 7. Ictus. Ictibus. — 8. Genuum. Genu.

III. 1. Sonitus, sonituum. Tubae, tubarum. Animi, animorum. Militis, militum. — 2. Gemitui, gemitibus. Gloriae, gloriis. Duci, ducibus. Proelio, proeliis. — 3. Equo, equis. Urbe, urbibus. Praeda, praedis. Genu, genibus. — 4. Gradum, gradus. Pectus, pectora. Gladium, gladios Victoriam, victorias.

74. Exercice.

I. 1. Des sons agréables. — 2. Une heureuse arrivée. — 3. A la cavalerie rapide. — 4. De ou par l’aile droite. — 5. D’un élan rapide. — 6. Aux (de ou par les) flots énormes. — 7. Les genoux faibles. — 8. Les applaudissements agréables. — 9. Aux (de ou par les) gémissements fréquents. — 10. Au fruit agréable. — 11. Des armées courageuses. — 12. Les accès faciles. — 13. A un noble aspect. — 14. D’une marche rapide. — 15. Les mains robustes. — 16. Des grands chars.

II. 1. Jucundo sonitu. — 2. Adventus felicis. — 3. Velocem equitatum. — 4. Dextrum cornu. — 5. Celeri impetu. — 6. Ingentium fluctuum. — 7. Genibus debilibus. — 8. Jucundo plausui. — 9. Crebri gemitus. — 10. Jucundum fructum. — 11. Forti exercitui. — 12. Facilem aditum. — 13. Nobili aspectu. — 14. Celeris gradus. — 15. Validas manus. — 16. Magno curru.

75. Version.

I. 1. Des chênes élevés se dressent sur le bord du lac. — 2. Les flots de la mer effraient les matelots par leur bruit énorme. — 3. Les racines de la science sont amères, les fruits en sont doux.

II. 1. Le général excite le courage des soldats par le son de la trompette. — 2. Les fantassins courent d’un pas rapide à la mort. — 3. Le général envoie la cavalerie à l’aile droite. — 4. Le général s’avance avec une petite troupe de soldats. — 5. Les coups d’épée blessent les poitrines. — 6. Le cœur des lâches tremble de crainte. — 7. Les généraux, debout sur des chars, combattent à la vue de leurs armées. — 8. Le général ordonne de sonner la retraite. — 9. Le captif se jette à genoux et pousse de nombreux gémissements. — 10. Un cheval blanc traîne le char du vainqueur. — 11. Les applaudissements du peuple réjouissent l’armée. — 12. Le retour de son fils dans la patrie soulage le deuil de la mère.

76. Thème.

I. 1. Hostis metus duci et exercitui nocet. — 2. Equitatus, celeri impetu, sinistrum cornu exercitus fugat. — 3. Fortes gaudent armorum strepitu, proelii tumultu, tubarum sonitu, hostium gemitibus. — 4. Equitatus exercituum cornua tegit. — 5. Senatus praemia exercitui decernit.

II. 1. Nauta tonitruum strepitum et celerem ventorum impetum timet. — 2. Fulminis ictus hominum animos metu imbuunt. — 3. Pulchrae quercus umbra agricolae tugurium tegit. — 4. Lacus fluctus pulchras ripae quercus alluunt. — 5. Captivus procumbit ad victoris genua et ad caelum manus tendit.

77. Version.

La bataille. — 1. Le son des trompettes annonce l’arrivée des armées. 2. Maintenant les armées sont en vue. 3. L’aspect des ennemis remplit de crainte l’âme des soldats lâches; mais la crainte n’apparaît pas sur le visage des courageux. 4. Tous ont à la main des arcs ou des épées. 5. Le général avec la cavalerie engage le combat à l’aile droite. 6. Les soldats, d’un pas rapide, en un élan plein d’ardeur, marchent sur l’armée ennemie. 7. L’accès de la gloire est ouvert à tous. 8. Les soldats à coups d’épée tuent beaucoup d’ennemis. 9. Le tumulte des armées ressemble aux flots en fureur de la mer. 10. Les coups d’épée blessent les poitrines et les genoux. 11. Beaucoup de soldats poussent de fréquents gémissements. 12. Enfin les ennemis, craignant un désastre, se retirent. 13. Les trompettes sonnent la retraite. 14. Le butin et la gloire sont les fruits de la victoire. 15. Les soldats se réjouissent de revenir dans leur patrie. 16. Le sénat décerne le triomphe au général. 17. Des chevaux blancs traînent le général, debout sur un char, à travers la ville. 18. Des lauriers ornent le char; le général se réjouit des applaudissements des citoyens; mais le visage des captifs laisse voir une grande douleur.

78. Exercice.

I. 1. La quatrième déclinaison ressemble à la deuxième au nominatif et à l’accusatif du singulier. — 2. Elle ressemble à la troisième au datif et à l’ablatif du pluriel. — 3. Elle a des formes spéciales au génitif, datif et ablatif du singulier; au nominatif, génitif et accusatif du pluriel. — 4. La terminaison -us correspond au nominatif et au génitif du singulier, au nominatif et à l’accusatif du pluriel.

II. 1. Ils ont trois cas semblables: nominatif, accusatif et ablatif. — 2. Manus signifie, la main, la troupe, la trompe (de l’éléphant); cornu, la corne, l’aile (d’une armée), le croissant (de la lune). — 3. Ils sont généralement masculins. — 4. Manus, la main; domus, la maison, et des noms d’arbres comme quercus, le chêne.

CINQUIÈME DÉCLINAISON

79. Exercice.

I. Punica fides, punicae fidei, sur bona et dies.

Spes inanis, spei inanis, sur dies et fortis.

Adversae res, adversarum rerum, sur bonae et res.

Omnes dies, omnium dierum, sur fortis et dies.

II. 1. Spei bonae. — Rei optimae. — Diei natalis, diei natali. — Fidei Punicae. — 2. Longa serie, longam seriem. — Laeta facie, laetam faciem. — Triplici acie, triplicem aciem. — Re rustica, rem rusticam. — Re militari, rem militarem. — 3. Fallaces spes. — Dies toti, dies totos. — Omnes res. — 4. Rerum secundarum, rebus secundis. — Rerum adversarum, rebus adversis. — Novarum rerum, novis rebus. — Longorum dierum, longis diebus. — Rerum publicarum, rebus publicis.

80. Version.

1. Dieu est le maître de toutes choses. — 2. Les choses humaines sont fragiles. — 3. Beaucoup de promesses diminuent la confiance. — 4. Les audacieux ont toujours bon espoir. — 5. L’homme sage ne perd pas tout espoir dans les revers. — 6. L’année est une série de jours et de nuits; la vie humaine est une courte série d’années. — 7. Le général attaque l’armée des ennemis avec une triple ligne de bataille. — 8. Les hommes courageux sont pleins de l’espoir de vaincre; les lâches craignent le malheur et le désastre. — 9. Le vieillard inspirait la pitié par ses cheveux blancs, sa pâleur et son corps épuisé par la maigreur. — 10. Souvent la paresse conduit les hommes au malheur. — 11. Beaucoup de citoyens souhaitent une révolution dans la cité. — 12. Les bons élèves évitent la paresse. — 13. Le général était habile dans l’art de la guerre.

81. Thème.

1. Res diversae saepe specie similes sunt. — 2. Res novae civitati nocent et cives ad perniciem ducunt. — 3. Homo pius rebus divinis festos dies destinat. — 4. Cassandra, Priami regis filia, Trojanis patriae perniciem nuntiat. — 5. Hostes in magna spe victoriae sunt. — 6. Macies senis corpus consumit. — 7. Dux in planitie triplicem aciem constituit. — 8. Homines in rebus secundis saepe superbi sunt. — 9. In omni re homo sapiens intemperiem vitat. — 10. Cato de re rustica scripsit.

82. Version.

Derniers conseils. — I. 1. Le bon père comprend que son dernier jour approche. 2. Il appelle sa famille, ses fils et ses petits fils. 3. Avec un profond sentiment de douleur, les enfants regardent la tête de leur père que les cheveux blancs rendent vénérable, son visage pâle, consumé par la maigreur, son corps usé par une longue suite d’années. 4. Cet aspect ôte tout espoir de salut. Le bon père donne à ses fils ses derniers conseils.

II. 1. «Soyez, dit-il, honnêtes et courageux. 2. L’honnête homme, non seulement dans les succès, mais aussi dans les revers, observe les devoirs de la probité. 3. Il comprend que la suite des jours est courte dans la vie humaine et que le sort des choses humaines est changeant: aussi, il place toutes ses espérances en Dieu.

III. 1. «L’homme courageux préfère au profit coupable une honnête pauvreté. 2. Il comprend que la paresse est la source des revers. Il combat courageusement dans la bataille pour la défense de la cité. 3. Il ne regarde pas la mort comme un malheur; il sait que l’âme est l’image de Dieu; aussi il attend la mort avec l’espoir agréable de l’immortalité.»

RÉCAPITULATION SUR LES CINQ DÉCLINAISONS

83. Questionnaire.

I. 1. Quatre. — 2. La première conjugaison a l’infinitif en -are, la seconde en -ēre, la troisième en -ĕre. — 3. Vitare, timēre, intellegĕre. — 4. Vitat, vitant; timet, timent; intellegit, intellegunt. — 5. La première personne du présent de l’indicatif, terminée en -o. — 6. Jubēre (2e conj.); ponĕre (3e); vulnerare (1re) — 7. Jubeo, pono, vulnero.

II 1. Des troupeaux sont dans les près; des hommes nombreux; pense son dernier jour approcher. — 2. En genre et en nombre comme en français et de plus, en cas. — 3. A l’accusatif. — 4. Ad (acc.), vers; cum (abl.), avec. — 5. Quand il y a mouvement pour entrer dans ou sur. — 6. Esse, est, sunt. — 7. Les adjectifs possessifs sont souvent sous-entendus en latin. — 8. Prépositions: in, cum, ab, ad, per. Conjonctions: sed, aut, et. Adverbes: nunc, tandem.

84. Exercice.

1. Filius (2e sur dominus).
Rex (3e sur lex).
Venatus (4e sur manus).
Silva (1re sur rosa).
Fera (1re sur rosa).

2. Tugurium (2e sur templum).
Focus (2e sur dominus).
Sagitta (1re sur rosa).
Imber (3e sur civis).
Juvenis (3e sur civis).

3. Mensa (1re sur rosa).
Sapor (3e sur consul).
Panis (3e sur civis).
Spes (5e sur dies).
Hospes (3e sur consul).

4. Pes (3e sur consul).
Munus (3e sur fulgur).
Merces (3e sur consul).
Praemium (2e sur templum).
Iter (3e sur fulgur).

5. Pondus (3e sur fulgur).
Equus (2e sur dominus).
Sensus (4e sur manus).
Pulchritudo (3e sur consul).
Lucrum (2e sur templum).

6. Avarus (Ier sur bonus).
Mirabilis (IIe sur fortis).
Velox (IIe sur felix).
Creber (Ier sur niger).
Pauper (IIe sur vetus).

85. Exercice.

1. Un présent magnifique (egregii muneris, egregiorum munerum). — Un homme avare (hominis avari, hominum avarorum). — Une flèche rapide (velocis sagittae, velocium sagittarum). — Une table commune (mensae plebeiae, mensarum plebeiarum). — Du pain sec (panis aridi, panium aridorum). — Un vif sentiment (acris sensus, acrium sensuum). — Une forêt admirable (silvae mirabilis, silvarum mirabilium). — Une ville royale (capitale) (urbis regiae, urbium regiarum).

2. Une chose étonnante (rei mirabili, rebus mirabilibus). — Une récompense agréable (jucundo praemio, jucundis praemiis). — Un conseil loyal (fideli consilio, fidelibus consiliis). — Un sentiment agréable (jucundo sensui, jucundis sensibus). — Un long chemin (itineri longo, itineribus longis). — Une pluie froide (frigido imbri, frigidis imbribus).

3. Un petit gain (parvo lucro, parvis lucris). — Une pauvre cabane (paupere tugurio, pauperibus tuguriis). — Un sentiment simple (simplici sensu, simplicibus sensibus). — Une douleur vive (acri dolore, acribus doloribus). — Le public simple (simplici vulgo). — Le jeune prince (regio juvene, regiis juvenibus).

4. Le long chemin (iter longum, itinera longa). — L’homme avare (hominem avarum, homines avaros). — Le poids lourd (pondus grave, pondera gravia). — Le conseil loyal (consilium fidele, consilia fidelia). — La pluie froide (imbrem frigidum, imbres frigidos). — La flèche rapide (sagittam velocem, sagittas veloces). — Le sentiment simple (simplicem sensum, simplices sensus).

5. L’excellent jeune homme (juvenis egregie, juvenes egregii). — L’ami fidèle (amice fidelis, amici fideles). — L’homme avare (homo avare, homines avari). — Une pauvre chaumière (pauper tugurium, pas de pluriel, on dira par ex.: misera tuguria). — Le simple laboureur (simplex agricola, simplices agricolae). — Le petit enfant (parve puer, parvi pueri).

86. Exercice.

1.Coronis, dat. ou abl. pluriel: corona, couronne (sur rosa).

Agni, gén. sing. ou nom. pluriel: agnus, agneau (sur dominus).

Vasis, gén. sing. (voir aussi gr. compl. § 27, 2°): vas, vase (sur fulgur), etc., etc.

87. Version.

Le présent du roi. — 1. Le fils d’un roi aimait beaucoup la chasse. 2. Il parcourait les plaines ou les forêts avec beaucoup de chiens. 3. Il se reposait volontiers dans les cabanes des laboureurs et se mettait à l’abri de la pluie ou du froid en s’asseyant à leur foyer. 4. Il ne méprisait pas les aliments simples des campagnards. 5. Le jeune homme aimait surtout à recevoir l’hospitalité chez un laboureur. 6. En effet ce laboureur servait à son hôte royal, sur sa pauvre table, des raves d’une saveur exquise. 7. Ces raves, avec du fromage, du pain commun, et l’eau fraîche d’une fontaine voisine, calmaient la faim du jeune homme fatigué du chemin et de la chaleur du soleil. 8. Le jeune homme après la mort de son père devint roi. 9. Le laboureur joyeux choisit dans son jardin une rave remarquable par son poids et sa beauté et s’en va à la ville. 10. Les gardiens du palais ne permettaient pas au laboureur de se rendre auprès du roi. 11. Mais enfin, vaincus par les prières et l’entêtement de cet homme, ils annoncent l’affaire au roi, (lui disant) qu’un pauvre laboureur se tient devant la porte.

88. Thème d’imitation.

La chasse. — Venatus est belli simulacrum. Regem et regis filios venatus delectabat. Campos et silvas cum armis, equis, canibus peragrabant. Sed, aestu solis fessi, sub alta quercu in umbra densae frondis quiescebant. Pauperem agricolam, cujus humile tugurium densae silvae adjacebat, vocabant. Jubebant hominem accedere et in paupere mensa cibos apponere simplices, sed jucundos: aquam frigidi fontis, pinguem caseum, plebeium panem. Ciborum simplicium sapor regi et regis filiis egregius videbatur. Deinde agricolae dabant jucundam mercedem et laeta hospitis facie gaudebant.

89. Version.

Le présent du roi (suite) — 1. Le roi ordonne qu’on laisse aussitôt entrer le laboureur. 2. Les gardes le conduisent auprès du trône du roi. 3. Le laboureur dépose aux pieds du roi la rave, présent bien humble à la vérité, mais agréable en raison du souvenir d’une récente hospitalité. 4. Le roi. charmé par la simplicité du bonhomme, lui fait donner mille pièces d’argent 5. Bientôt la renommée de l’aventure se répand. 6. Un homme cupide, poussé par l’espoir du gain, donne au roi un cheval remarquable par sa rapidité et sa beauté. 7. Il pensait en effet: «Le roi, en retour d’un cadeau sans valeur, a donné mille pièces

d’argent; je puis, moi, espérer une grande récompense.» 8. Mais le roi se rendait compte des intentions de cet homme: «Ton présent, dit-il, est fort beau et me plaît beaucoup. 9. Aussi je te donne une cassette; elle est bien petite à la vérité, mais elle contient une chose dont le prix dépasse mille pièces d’argent.» 10. Notre homme se retire fort joyeux; il soulève avec empressement le couvercle et, avec un vif sentiment de douleur, il voit la rave desséchée.

90. Thème d’imitation.

Les présents. — Munera sunt omnibus jucunda, regibus vel agricolis. Reges regibus mittunt equos robore et specie mirabiles, vel arma gravi pondere auri insignia. Agricolae hospitibus dant plebeium panem, purum lac, munera simplicia et agrestia quidem, sed tamen fesso hospiti jucunda. Antiqui Germani muneribus valde gaudebant. Saepe quoque lucri spes avaros homines impellit. Res viles dant et cupide egregiam mercedem exspectant. Homo avarus amico dat ovum et ovem ex amico sperat. Munus jucundum est non specie amicitiae, sed fide.

COMPARATIFS ET SUPERLATIFS.

91. Exercice.

I. Audax, audacior, audacissimus. — Altus, altior, altissimus. — Brevis, brevior, brevissimus. — Clemens, clementior, clementissimus. — Potens, potentior, potentissimus. — Carus, carior, carissimus. — Sapiens, sapientior, sapientissimus. — Callidus, callidior, callidissimus. — Sollers, sollertior, sollertissimus. — Clarus, clarior, clarissimus. — Utilis, utilior, utilissimus. — Levis, levior, levissimus. — Turpis, turpior, turpissimus. — Frigidus, frigidior, frigidissimus. —Jucundus, jucundior, jucundissimus. — Simplex, simplicior, simplicissimus. — Latus, latior, latissimus. — Velox, velocior, velocissimus. — Suavis, suavior, suavissimus.

II. Minus viridis. — Viridior. — Longissimus. — Dulcissimus. — Fidelissimus. — Minime dives. — Divitissimus. — Divitior. — Laetissimus. — Minus laeta. — Firmior. — Foedissimus. —Infensior. — Minime infensus. — Minus fidelis. — Fulgentior. — Jucundissimus. — Minus utilis. — Utilissimus. — Beatissimus. — Insignior. — Velocissimus. — Clarior. — Nobilissimus. — Docilior. — Minime docilis. — Fortissimus.

92 a. Exercice.

I. Audax. — Altus. — Acerbus. — Brevis. — Clemens. — Latus. — Potens. — Carus. — Sapiens. — Callidus. — Sollers. — Clarus. — Pretiosus. — Utilis. — Turpis. — Frigidus. — Jucundus. — Latus. — Velox. — Suavis. — Levis.

II. Cani fidelissimo. — Levioris injuriae. — Frigidiorem aquam. —Velocioribus pedibus. — Utiliora consilia. — Turpissimam fugam — Foedius domicilium. — Latiorum camporum. — Clarioris viri. — Jucundiore sensu. — Altioribus turribus. — Utilissimum consilium. — Pretiosiora praemia. — Fortiorem virum.

92 b. Thème

1. Magistri nostri filius est doctissimus. — 2. Soror mea est edacior quam frater meus. — 3. Canes validissimi agnos et oves observabant. — 4. Nautae prudentissimi sunt. — 5. Phaedrus poeta lepidissimas fabulas conscripsit. — 6. Studium est utilius quam ludus. — 7. Gravissima erant fortissimi ducis vulnera. — 8. Persae erant hostes Graecis infensissimi. — 9. Callidior erat serpens quam cetera animalia. — 10. Romani non tam docti, sed fortiores erant quam Graeci. — 11. Nihil est pretiosius quam tempus, nam nihil velocius. — 12. Reus minime prudens fuit. — 13. Libero mors minus saeva est quam servitus. — 14. Audacioribus victoria.

93. Version.

Les Grecs. — 1. Les anciens Grecs étaient des matelots très audacieux et des marchands très adroits. 2. Ils avaient beaucoup de colonies très florissantes sur tous les rivages de la mer. 3. Dans les arts, ils étaient plus habiles que les Romains. 4. Les artistes grecs étaient très célébrés. 5. Dans les temples de toutes les villes, les citoyens voyaient des tableaux et des statues d’une exécution absolument parfaite. 6. Les écrits des Grecs sont plus élégants et plus gracieux que ceux des Romains. 7. Les poètes, les orateurs et les philosophes grecs sont plus illustres que les poètes, orateurs et philosophes romains. 8. La gloire d’Homère, le plus ancien de tous les poètes grecs, est toujours très florissante. 9. Tous connaissent le nom de Démosthène, l’orateur le plus célèbre de l’antiquité. 10. A la vérité, les discours de Cicéron sont plus riches de mots, mais les écrits de Démosthène sont plus entraînants et plus nerveux. 11. Socrate, le plus sage des philosophes anciens, provoque l’admiration des hommes. 12. Les Grecs étaient donc mieux doués pour presque tous les arts.

94. Thème.

Les Romains. — 1. Romani minus callidi erant quam Graeci in pacis artibus. 2. Sed multis rebus praestantissimi erant, praesertim re militari. 3. Antiquissimis temporibus sunt agricolae agrestium operum patientissimi, patrimonii sui diligentissimi. 4. Postea, cum vicinis gentibus pugnant, fortissimis quidem sed minus callidis et minus felicibus. 5. Mox Romanum imperium latius fit et florentius. 6. Romani milites gentes domant divitiores, in multis rebus callidiores, sed minus fortes. 7. Romani civitatis gloriae studiosissimi erant et patriae salus civibus carior erat quam vita. 8. Patriae amor omnium virtutum praestantissima erat.

95. Version.

L’aigle et le hibou. — I. 1. L’aigle était autrefois l’ennemie acharnée du hibou. 2. Enfin tous deux apaisèrent leurs anciennes discordes et se lièrent d’une amitié très solide. 3. L’aigle dit au hibou: «Décris-moi ta famille. 4. De cette façon je ne ferai pas le moindre tort à tes petits.» 5. — «Mes bien chers petits, dit le hibou, habitent dans une tour très élevée; ils reposent dans un lit fort moelleux, plein d’un duvet très fine. 6. Ils ont des yeux très brillants, une voix très agréable, un plumage admirable pour ses couleurs éclatantes. 7. Tu ne trouveras nulle part des petits plus remarquables que les miens pour leur beauté.»

II. 1. Bientôt après, l’aigle aperçoit dans un coin obscur d’une tour très misérable des petits fort vilains. 2. «Certes, dit-il, je n’ai jamais vu des monstres plus affreux, ni une demeure plus repoussante. 3. Aucune erreur n’est possible. 4. La famille de mon bien cher ami est certainement plus belle et repose dans un nid plus propre. 5. Les petits du hibou ont des yeux plus brillants, des plumes ornées de couleurs plus éclatantes; ils poussent des cris moins désagréables.» 6. L’aigle donc, sans aucune hésitation, dévore ces monstres extrêmement hideux. 7. Mais bientôt le hibou revient à son nid à tire d’aile. 8. Il voit aussitôt le malheur qui a frappé sa très chère famille: il pousse les plaintes les plus douloureuses, mais en vain. L’orgueil tout à fait insensé du hibou avait été cause d’un désastre irréparable.

96. Exercice.

I. De plus grands combats (magnum proelium). — Une vie très sobre (vita sobria). — Aux (de ou par les) élèves les plus paresseux (discipulus piger). — Par (ou à; un remède plus convenable (remedium idoneum). — De l’excellente mère (bona mater). — D’un meilleur maître (bonus magister). — Une résolution pire (consilium malum). — Un lait très abondant (uber lac). — Aux (de ou par les) montagnes plus noires (niger mons). — Des chemins les plus faciles (facile iter). — Des villes plus nombreuses (multae urbes).

II. D’un chemin difficile (difficilioris, difficillimi itineris). — Des montagnes élevées (juga magis, maxime ardua). — Un climat sain (caelum salubrius, saluberrimum). — A une vie differente (vitae dissimiliori, dissimillimae). — Aux (de ou par les) choses nécessaires (rebus magis, maxime necessariis). — Par une vie sobre (vita magis, maxime sobria). — Une cabane basse (humilius, humillimum tugurium). — De petits travaux (minora, minima opera). — De grandes choses (majores, maximas res). — Un portrait ressemblant (effigiem similiorem, simillimam). — De ou par un mauvais homme (pejore, pessimo homine). — O homme de bien (o melior, optime vir).

III. Asperrimo itineri. — Pulchriores montes. — O tenerrima progenies. — 0 dissimillimi mores. — Majore admiratione. — In antiquissima turre. — Plures milites. — Magis strenuo duci. — Rem magis necessariam. — In. tuguriis humillimis.

97. Version.

Les montagnes. — 1. Les Alpes sont les montagnes les plus élevées de l’Europe. 2. Les voyageurs, qui, en suivant des chemins très rudes et très difficiles, parcourent la région des Alpes, voient des sommets (de montagnes) fort nombreux et fort beaux. 3. Aucun lieu n’est plus propre aux réflexions les plus salutaires. 4. En effet, le spectacle des montagnes, tantôt étincelantes d’une neige immaculée, tantôt tout à fait semblables à des tours très anciennes, est plus utile que la fréquentation des hommes. 5. Là, l’homme comprend que les plus grandes œuvres du génie humain sont en réalité très petites et très humbles, tandis que les œuvres de Dieu sont dignes d’une plus grande admiration. 6. En outre, le climat n’est nulle part plus sain et plus convenable aux malades. 7. Un court repos dans les montagnes a sauvé bien des hommes consumés par une maladie très funeste.

98. Thème.

Les montagnes (suite) — 1. Alpium itinera asperrima et difficillima sunt. 2. Tamen maximi duces cum plurimis militibus celerrimo gradu per obscuros saltus iter fecerunt. 3. Altissima cacumina difficillima ascensu sunt. 4. Viri maxime strenui, sed magis temerarii quam prudentes, cacumina superant:nonnumquam mors pessimae audaciae poena est. 5. Vita hominum in montibus est pauperior, asperior, magis sobria quam in campis. 6. Homines in humillimis tuguriis habitant. 7. Cibi sunt simplicissimi, sed optimi. 8. Lac uberrimum est, caseus pinguissimus. 9. Montium incolae meliores sunt, magis strenui, magis pii quam urbium incolae.

RÉCAPITULATION

sur les comparatifs et superlatifs.

99. Exercice.

I. Un sot conseil (stultius, stultissimum consilium). — Les élèves paresseux (pigriores, pigerrimi discipuli). — Les malheureux laboureurs (miseriores, miserrimos agricolas). — Des chemins faciles (faciliora, facillima itinera). — O bon pasteur (melior, optime pastor). — Des lois rigoureuses (duriorum, durissimarum legum). — La maison basse (humilius, humillimum tectum). — Du roi impie (magis, maxime impii regis). — Par des conseils appropries (magis, maxime idoneis consiliis). — Beaucoup de sangliers (plures, plurimi apri). — Par une chose nécessaire (re magis, maxime necessaria). — Une récompense sans valeur (merces vilior, vilissima). — Par une récente hospitalité (recentiore, recentissimo hospitio). — A un duvet moelleux (molliori, mollissimae lanugini).

II. Facillimo opere. — Optimae matris. — Recentiora consilia. — Pauperioribus agricolis. — Minimum praemium. — Minora praemia. — Plures homines. — Major virtus. — Maxime egregius orator. — Pejore consilio. — Magis pio discipulo. — Consilium pejus (neutre en -us au lieu de -ius). — Pessima consilia. — Cum dissimillimis ingeniis. — Vilius munus.

100. Version.

Nasica le sot. — I. 1. Un paysan, du nom de Nasica, était d’une sottise extrême. 2. Il avait un cheval excellent et fort rapide. 3. Personne dans le voisinage ne possédait un cheval d’un plus grand prix. 4. Mais Nasica aperçut dans le champ d’un voisin une vache fort belle; immédiatement il se dit: «Une telle vache donne certainement en très grande abondance un lait excellent.» 5. Il offre donc à son voisin, plus rusé que lui, son cheval en échange de la vache et, tout joyeux, il emmène la vache dans sa ferme. 6. Bientôt après Nasica aperçoit dans un champ tout proche un âne tout noir. 7. Sur le front de l’âne brillait cependant une tache plus blanche que le lait, ayant exactement la forme d’un croissant : «Jamais, s’écrie Nasica, je n’ai vu un âne plus joli!». 8. Il rend donc la vache et tout joyeux emmène l’âne. 9. Plus tard il aperçoit dans le pré de son voisin une brebis fort grasse: «Jamais, s’écrie-t-il, je n’ai vu plus belle toison. 10. La laine est fort épaisse et plus moelleuse que du duvet. 11. Assurément cette brebis vaut mieux que l’âne: je vais rendre l’âne.»

II. 1. Rien de plus facile. 2. Car le voisin, plus prévoyant que Nasica, donne volontiers la brebis. 3. Bientôt la brebis déplaît à Nasica; car son voisin avait un chien, plus petit à la vérité que la brebis, mais plus capable de garder la maison. 4. L’échange de la brebis ne fut ni pire ni plus difficile que les échanges précédents. 5. Le chien était un gardien très vigilant, mais fort vorace. 6. Aussi Nasica rend le chien et reçoit une oie. 7. Mais cette oie, fort bavarde, fatiguait Nasica par des cris extrêmement perçants. 8. Aussi il rend l’oie à son voisin et reçoit une poule plus petite, mais plus grasse. 9. L’échange de l’oie fut le pire et le dernier de tous; car, au dîner suivant, Nasica mangea la poule. 10. C’est ainsi qu’il devint très pauvre. 11. Bien des gens ressemblent fort à Nasica. 12. Ils enrichissent les autres en s’appauvrissant eux-mémes.

101. Exercice.

Stultissimus (stultus). — Velocissimus (velox). — Callidior (callidus). — Laetissimus (laetus). — Candidior (candidus). — Venustior (venustus). — Pinguissimus (pinguis). — Pulchrior (pulcher). — Densissimus (densus). — Mollior (mollis). — Edacissimus (edax). — Pinguior (pinguis). — Divitior (dives).

Pulcherrimus (pulcher). — Uberrimus (uber). — Nigerrimus (niger). — Simillimus (similis). — Facillimus (facilis). — Magis idoneus. — Magis arduus. — Maxime sedulus. — Maxime garrulus. — Maxime canorus — Pauperrimus (pauper).

Optimus (bonus). — Major (magnus). — Maximus (magnus). — Proximus (sans positif).Potior (sans positif).Melior (bonus). — Providentior (providus). — Minor (parvus). — Prior (sans positif).Pejor (malus). — Pessimus (malus). — Extremus (sans positif).Egentissimus (egenus)

102. Thème.

Le cheval et l’écureuil. — 1. Equus optimus in maximae arboris umbra quiescebat. 2. In densissima fronde sciurus currebat, minimus quidem, sed pernicissimus. 3. Equum videt et superbissima voce dicit: «Equus sciuro certe major est, sed amplitudo vilissima laus est. 4. Nullum animal sciuro pernicius aut venustius est. 5. Sciurorum per ramos cursus velocissimus et venustissimus est. 6. Pernicitate levissimis avibus simillimi sunt.» 7. Respondet equus: «Motus tui pernicissimi sunt, sed levissimum onus tuo dorso gravissimum est. 8. Tu es venustissimus, ego sum utilissimus.» 9. Plurimi homines, quia vestem mundiorem habent et verbis utuntur elegantioribus, artifices contemnunt, cives civitati maxime necessarios.

ADJECTIFS NUMÉRAUX

103. Exercice.

I. De deux consuls. — D’un seul roi. — Trois espèces d’animaux. — Les quatre âges du monde. — Neuf têtes. — Par trois corps. — Les sept merveilles du monde. — Une largeur de cent vingt pieds. — Cinquante mille cavaliers. — Avec douze cents cavaliers. — A un seul maître. — Dix-huit hommes.

II. Tribus certaminibus. — Triginta millia militum. — Quinque et quadraginta millia equitum. — Cum tribus millibus peditum. — Duorum malorum. — Duobus discipulis. — Ducentorum annorum. — Centum viginti trium columnarum. — Cives duos et triginta. — Uni discipulo.

104. Exercice.

I. Sexdecim librorum (de 16 livres). — Nonaginta duobus militibus (par 92 soldats). — Tres et triginta cives (33 citoyens). — Quatuor et quinquaginta equitibus (par 54 calvaliers). — Sexaginta duos discipulos (62 élèves). — Septingentorum trium peditum (de 703 fantassins). — Duo millia militum (2000 soldats). — Unus et septuaginta discipuli (71 élèves). —Quadraginta quatuor urbium (de 44 villes). — Novem et quinquaginta libros, ou undesexaginta libros (59 livres). — Undeviginti columnae (19 colonnes). — Sex et viginti urbes (26 villes). — Trecentorum equorum (de trois cents chevaux). — Civium romanorum capita erant tunc ducenta nonaginta duo millia (Les citoyens Romains étaient alors au nombre de deux cent quatre-vingt douze mille).

II. 1. Duo amici animus unus in duobus corporibus sunt. — 2. Cerbero tria corpora erant. — 3. Quod animal quatuor pedes mane habet, duos meridie, tres vesperi? — 4. Bello Trojano duodecim duces imperabant. — 5. Consul viginti millia militum adducebat. — 6. Graecorum exercitus erat triginta millium militum. — 7. Tria et viginti oppida sunt in regione. — 8. Gallia duobus maribus alluitur.

105. Version.

Les guerres puniques. — 1. Les Romains luttèrent avec les Carthaginois dans trois guerres. 2. La première guerre punique dura de 264 avant J.-C. à 241. 3. La seconde guerre punique dura de 218 à 201. 4. La troisième guerre dura de 149 à 146. 5. Hannibal, le plus illustre des généraux carthaginois, mourut à 64 ans, 571 ans après la fondation de Rome, 183 ans avant J.-C., 19 ans après la fin de la seconde guerre punique.

106. Thème.

I. Les rois de Rome. — 1. Roma septem reges habuit. 2. Primus Romulus fuit; secundus Numa Pompilius; 3. tertius Tullus Hostilius; 4. quartus Ancus Martius; 5. quintus Tarquinius Priscus; 6. sextus Servius Tullius; 7. septimus Tarquinius Superbus.

II. 1. Adam mortuus est anno aetatis nongentesimo tricesimo primo; 2. Seth anno nongentesimo decimo tertio; 3. Enos anno nongentesimo sexto; 4. Cainan anno nongentesimo undecimo: 5. Malaleel anno octingentesimo nonagesimo sexto; 6. Jared anno nongentesimo sexagesimo tertio; 7. Henoch anno trecentesimo sexagesimo sexto; 8. Mathusalem anno nongentesimo septuagesimo; 9. Lamech anno septingentesimo septuagesimo octavo; 10. Noe anno nongentesimo quinquagesimo primo.

107. Version.

Le cortège de Darius. — 1. Voici quel était l’ordre du cortège. 2. Les mages marchaient en tête. 3. Ils étaient suivis de 365 jeunes gens, tous vêtus d’étoffes rouges; leur nombre égalait celui des jours d’une année. 4. Non loin derrière eux venaient dix chars, ornés d’une grande quantité d’or et d’argent. 5. Ces chars étaient suivis des cavaliers de douze nations, dont l’armement et les habitudes différaient entièrement. 6. A petite distance suivaient ceux qu’on appelle les parents du roi, au nombre de quinze mille. 7. Deux statues d’or ornaient le char du roi. 8. Dix mille soldats armés de lances marchaient derrière le char. 9. A droite et à gauche, environ deux cents des plus nobles parents du roi lui faisaient escorte. 10. La troupe des soldats armés de lances était suivie de trente mille fantassins, suivis à leur tour des 400 chevaux du roi. 11. A une distance d’un stade, deux chars portaient la mere et la femme de Darius; ensuite venaient, portés sur quinze chars, les trois fils du roi et la troupe de leurs précepteurs. 12. Derrière eux, six cents mulets et trois cents chameaux portaient le trésor.

108. Thème.

Alexandre. — 1. Macedones duos clarissimos reges habuerunt: Philippum et Alexandrum. 2. Alexander natus est anno trecentesimo quinquagesimo sexto ante Christum. 3. Anno trecentesimo quadragesimo quinto, Philippus filium suum tradit uni magistro tali munere digno, Aristoteli. 4. Anno trecentesimo tricesimo sexto, Alexander Philippo patri succedit. 5. Tertio regni anno proficiscitur ad bellum adversus Persas cum triginta millibus peditum et quinque millibus equitum. 6. Vincit Persas duobus clarissimis proeliis. 7. Nunquam unius hominis imperium majus fuit quam Alexandri, quanquam anno aetatis tricesimo quarto mortuus est.

LES PRONOMS.

109. Exercice.

I. Toi et moi. — A nous. — De vous. — D’entre nous. — Avec toi. — Avec nous. — De soi-même. — Avec soi-même. — En vous. — En moi. — Vers vous. — Avant nous. — Un d’entre vous. — Une partie de nous. — Une partie d’entre nous. — Une partie des nôtres. — Dans votre ville. — Ta main. — La colère de vos citoyens.

II. Mihi et tibi. — Nostri et vestri. — Nostrum et vestrum. — Te. — Nobis. — Tibi. — Te. — Sui. — Se. — Sibi. — Me et te. — Vobiscum. — Secum. — Ad se. — Post te. — Mecum. — Uni vestrum.

110. Questionnaire.

1. Le pronom personnel sujet est d’ordinaire omis. On ne l’exprime que pour le mettre en relief, surtout pour l’opposer à un autre pronom personnel. — 2. Il faut avoir soin de ne pas confondre ces formes qui peuvent venir des pronoms personnels ego, tu, etc., ou des possessifs meus, tuus, etc. — 3. On se nomme le premier en latin et on tutoie toujours. — 4. Il me (accus.) loue. Il me (datif) plaît. Il vous (datif) répond. Il vous (accus.) blâme. Il nous (datif) nuit. — 5. Nostri est le génitif ordinaire (possessif), nostrum est un génitif partitif (d’entre nous). — 6. La préposition cum se place après les pronoms personnels: mecum, nobiscum, secum. Dominus vobiscum; pax tecum.

111. Version.

1. A moi, c’est permis; à toi, ce n’est pas permis. — 2. Vous aimez le jeu; nous, nous aimons les livres. — 3. L’amour de la patrie nous est commun à tous deux. — 4. La mort nous attend tous, mais la meilleure partie de nous-mêmes est immortelle. — 5. Un bon roi commande d’abord à lui-même, ensuite à ses sujets. — 6. Mon ami, notre salut dépend de nous. — 7. Dédale emmena avec lui son fils Icare. — 8. Nos gens combattent courageusement; bientôt les ennemis se mettent à fuir. Notre général félicite ses soldats. — 9. Que le Seigneur soit avec vous. — 10. L’amour de nous-mêmes nous est commun à tous. — 11. Un d’entre vous me trahit. — 12. Mes concitoyens me louent, les tiens te blâment. — 13. Hamilcar emmena avec lui en Espagne son fils Hannibal, qui avait alors dix ans.

112. Thème.

1. Pompeius tunc erat umbra sui. — 2. Amor vestri vos occaecat ou amor tui te occaecat. — 3. Mi carissime pater, tecum proficiscar. — 4. Vir sapiens omnia sua (bona) secum portat. — 5. Corpus tuum tui pejor pars est. — 6. Matres filios (suos) secum abducunt. — 7. Vos, amici mei, mementote nostri. — 8. Memento mei, Domine; spes mea in te est. — 9. Rem nobis nuntiat. — 10. Mihi respondet; me laudat; mihi dicit. — 11. Libri tui nobis placent et nos juvant. — 12. Vir stultus se laudat et sibi placet. — 13. Ego tecum loquor, tu mihi responde. — 14. Liber meus tuo pulchrior est. — 15. Urbes nostrae vestris plures sunt.

113. Version.

L’âne et la brebis. — 1. La brebis et l’âne conversaient ensemble. 2. La brebis se jugeait plus heureuse que l’âne. 3. Elle disait à l’âne: «Ton maître te bat souvent. Il te charge de très lourds fardeaux; le mien, jamais. 4. Le mien conduit son troupeau dans les champs où se trouve l’herbe que nous aimons le mieux; le tien te nourrit de chardons. 5. Nous ne travaillons jamais, tandis que vous peinez constamment. 6. La plus grande partie de votre vie est fort malheureuse; nous, nous vivons dans un perpétuel bonheur. 7. Une seule chose pourtant m’inquiète. 8. Souvent notre maître emmène avec lui une d’entre nous et ne la ramène jamais parmi nous.» 9. L’âne qui avait souvent porté à la ville des peaux de moutons, comprenait que la brebis se trompait absolument. 10. «Ta vie, répondit-il, est pire que la mienne. 11. Je travaille, il est vrai, mais je vis jusqu’à la vieillesse. 12. Votre maître prend grand soin de vous, mais bientôt après il vous immole. Bientôt il servira ta chair à ses amis, tandis que moi, malheureux, mais vivant, je garderai ton souvenir comme une précieuse consolation dans mes peines.»

PRONOMS ADJECTIFS DÉMONSTRATIFS

114. Exercice.

Hic bonus vir,

Hujus boni viri, etc.

Iste audax nauta,

Istius audacis nautae, etc.

Acer ille sensus,

Acris illius sensus, etc.

Haec bona mulier,

Hujus bonae mulieris, etc.

Ista pauper mensa,

Istius pauperis mensae, etc.

Viridis illa populus,

Viridis illius populi, etc.

Hoc turpe consilium,

Hujus turpis consilii, etc.

Istud saevum mare,

Istius saevi maris, etc.

Fallax illud os,

Fallacis illius oris, etc.

115. Exercice.

I. De celui-ci. — De ceux-là. — A celui-ci. — A ceux-ci. — Par celle-là. — Celle-ci (ces choses-ci). — Celles-ci. — Celle-là (ces choses-là). — Celles ci. — A celui-ci. — De celui-ci. — Cela. — Celui-ci. — De celles-ci. — Ceci.

II. Huic. — In illis. — Istius. — His. — Illas. — Illorum. — In isto. — Cum hoc. — Cum illo. — Ad istos.

III. Cet homme (hujus hominis). — Cette table (illi mensae). — Ce glaive (isto gladio). — Ce conseil (haec consilia). — Ces citoyens (istorum civium). — Cette parole (illis verbis). — Cet homme (isti homini). — Ces villes (illas urbes). — Ces temples (hoc templum).

IV. Hoc consilium. — Illa urbs. — Isti homini. — Illius mensae. — Hoc verbo. — Illi urbi. — Horum civium. — Illa templa. — Hac manu — Istum gladium.

116. Exercice.

I. Ces poèmes sont tout à fait charmants. — Les paroles de cet homme me déplaisent. — Le souvenir de ces événements nous est fort agréable. — Celui-ci déplaît à celui-là; celui-là, à celui-ci. — Ce grand homme périt dans ce combat. — Ces arbres couvrent de leur feuillage cette cabane.

II. Ille medicus hos morbos sanat. — Hujus modestia illius superbia honestior est. — Isti mores harum regionum incolis displicent. — Da huic duos nummos, isti tres, illi quatuor.

III. Jeune esclave, dépose ce fardeau (que tu tiens) et sers sur cette table (qui est près de moi), ces aliments (qui sont là-bas). — Si tu lèves cette épée (que tu tiens) sur la tête de cet homme (qui est là-bas) je te tuerai de cette main (qui est la mienne).

117. Exercice.

I. Id consilium, ejus consilii, etc. — Eadem fortuna, ejusdem fortunae, etc. — Senex ipse, senis ipsius, etc.

II. De lui. — Des mêmes. — De lui-même. — A eux. — Eux-mêmes (à lui-même). — Par lui-même. — Le même. — Les mêmes. — Elle-même. — Par la même. — Eux-mêmes. — D’elles. — Les mêmes. — Du même. — Au même.

III. Eidem. — Ipsarum. — Eisdem. — Eodem. — Ei. — Eis. — Ejus. — Earumdem. — Ipsius. — Eos.

118. Exercice.

I. Ea verba. — Ejus hominis. — Eadem arbore. — Arboribus ipsis. — Eorumdem virorum. — Ea manu. — Populi ipsius. — Eamdem urbem. — Milites ipsos. — Re ipsa. — Easdem spes. — Iisdem diebus. — Agricolae ipsi. — Eidem manui.

II. Turrim ipsam. — Ejus regis. —Venatui ipsi. — Ejusdem lucri. — Eodem praemio. — Iisdem itineribus. — Ipsius spei. — In ea silva. — Filios ipsos. — Eorum puerorum. — Urbi ipsi. — Eodem sensu. — Ea itinera. — Eodem equo. — Ipsorum militum.

119 a. Version.

I. 1. Les mêmes hommes ne portent pas toujours le même jugement sur les mêmes choses. — 2. Souvent des frères, nés des mêmes parents, ont un caractère fort différent. — 3. Catilina tramait la ruine de sa patrie. Lentulus et Céthégus étaient complices du même crime. — 4. Tous craignaient l’ennemi: les plus audacieux eux-mêmes n’étaient pas sans inquiétude. — 5. Son frère travaille, lui-même se repose. — 6. L’hornme malhonnête se nuit à lui-même. — 7. Les anciens pensaient que l’Iliade et l’Odyssée étaient les œuvres du même poète. Aujourd’hui le nom même d’Homère est contesté. — 8. Au même crime le même châtiment. — 9. Diogène le cynique dédaignait la gloire d’Alexandre lui-même; ce même Diogène méprisait la mort. — 10. La source de tous les plaisirs est en nous-mêmes: le travail lui-même est un plaisir pour les élèves laborieux. — 11. L’ambassadeur salue le prince et même lui offre un vase d’or.

Nota: Rappeler que même peut avoir trois sens:

ipse = en personne,

idem = pareil, semblable,

etiam (adverbe) = aussi, en outre.

119 b. Thème

1. Istud negas, sed pater tuus ipse affirmat. — 2. Idem est semper. — 3. Regina ipsa aegram puellam curabat. — 4. Ego et frater meus in eodem lecto olim cubabamus. — 5. Ante Senatum ipsum orator eamdem sententiam significabat. — 6. Gallus ipsi patri victoriam nuntiat filii. — 7. Duo milites eādem sagittā vulnerati sunt. — 8. Rex eidem nuntio epistulam maximi momenti commendavit. — 9. Eadem spectacula iisdem hominibus non semper placent. — 10. Ipsius Hannibalis exercitus Romani fugabant. — 11. Barbari mulieres ipsas interficiebant. — 12. Etiam inimicos diligere oportet. — 13. Dux ipse ab eodem equite trucidatus est. — 14. Homeri carmina etiam indoctos juvant.

120. Exercice.

I. Pline l’Ancien. — Pline se reposait. Sa sœur lui annonce qu’un nuage d’un aspect étrange apparaît. Pline observe le nuage: sa forme le faisait exactement ressembler à un tronc d’arbre très allongé. C’était le mont Vésuve qui vomissait de la cendre et des flammes. Pline, sans s’émouvoir, note leurs mouvements. Bien des gens, effrayés par un tel fléau, desespéraient entièrement de leur salut. Quant à lui, il se montrait courageux et joyeux au milieu de tous ces périls, quoiqu’il ne les ignorât pas.

II. César. — Caesar suos milites saepe laudabat et ejus orationes eis animos addebant. Itaque ejus milites ejus amantissimi erant. Intellegebant eum rei militaris peritissimum esse; omnes eorum spes in eo erant. Cum his militibus, Gallos subigit et praesidiis omnia eorum oppida tenet. Ejus equites et pedites Romam ad triumphum laeti revertunt; sed Caesar, ambitione suā, tunc bellum civile, patriae suae cladem, commovet.

121. Version.

L’œil du maître. — Le maître. Le revenu de ce domaine est peu considérable. Les bâtiments eux-mêmes de la ferme ont un aspect misérable. De nombreuses lézardes enlaidissent ces murs. Les tuiles de ces toits sont pourries et les greniers laissent passer la pluie. — L’intendant. Ma vigilance sur ce point ne se relâche pas. Mais cette maison est fort vieille. Les choses ne demeurent pas indéfiniment sans changer. Même les édifices de marbre s’écroulent sous l’effet du temps. — Le maître. Il y a, dans ces champs, une grande quantité de mauvaises herbes. Ces buissons (qui sont près de toi) sont vigoureux, tandis que ces vignes (là-bas) dépérissent. — L’intendant. Nos laboureurs ramassent souvent ces herbes et les brûlent avec ces buissons. Mais elles restent toujours aussi abondantes; car elles poussent en peu de temps et le sol lui-même est plus favorable aux herbes et aux buissons qu’au blé. — Le maître. Les troncs de ces arbres me semblent malpropres. Leurs rameaux sont rabougris. Les feuilles elles-mêmes ne sont pas assez vertes. — L’intendant. Je soigne ces arbres de ma propre main, mais ils profitent peu de mon travail. Ceux-ci (près de moi) sont de la même espèce, mais il sont beaucoup plus forts et ont bien meilleure apparence.

122. Thème.

L’œil du maître (suite). — Dominus. Horum servorum macies mihi displicet. Eorum tamen victus mihi magno sumptui est. — Villicus. Eis magnam ciborum vim praebeo. Hic servus macer est, sed impiger est et robustissimus etiam. Hic pinguior est, sed ejusdem indolis. — Dominus. Cum istum servum emi, robustior erat. Hodie ejus bracchia et crura gracilia sunt. — Villicus. O domine, servus iste aeger est. — Dominus. Fossor ei certe nunc magis necessarius est quam medicus. — Villicus. Nulla ipsis medicis spes erat. Nostri vicini servus eodem morbo mortuus est. Hunc cura mea tibi servavi. — Dominus. Cura tua impigra est, sed ejus fructus tenuis. Floribus orna haec Penatium nostrorum signa. Pete ab eis feliciorem annum.

123. Exercice.

I. A qui? — Quoi? - De qui? — De qui (desquels)? — Qui? Quel? (ou lequel?) — Par laquelle? — A qui (auxquels)? — Lesquelles? — Quelle ville? — Quel temple? — Quels citoyens? — A quel laboureur? — De quel homme? — Par le glaive de qui? — Par le courage de quels citoyens? — De qui des deux? — Par laquelle des deux? — Qui de nous deux? — Auquel des deux frères? — Dans quelle ville? — Vers quel temple? — Dans le jardin de qui?

II. Cui? — Quorum? — Utro? — Utri? — Quem? — Quorum hominum? — Quibus verbis? — Cujus agricolae? — In quibus urbibus? — Utri nostrum? — Utrum fratrum? — Quorum gladio? — Quo praemio? — Cui nautae?

124. Exercice.

I. 1. Qui a une épée? — 2. Lequel de vous deux me nuit? — 3. De qui ton frère t’annonce-t-il la mort? — 4. Vers quel rivage les matelots nagent-ils? — 5. Dans quelle ville les parents de notre ami habitent-ils? — 6. Quelle est l’étoile dont la lumière est la plus belle? — 7. A quels animaux sauvages ces traces appartiennent-elles? — 8. Quel animal te semble plus courageux que le lion? — 9. De la mort de quelle personne notre ennemi se réjouit-il? — 10. Quels sont les défauts que blâme le maître? — 11. Ce père avait deux fils: quel est celui dont il louait le mérite? Auquel donnait-il des récompenses?

II. 1. Quas urbes obsidet dux vester? — 2. Qui nautae ad nostrum litus natant? — 3. Utrum nostrum amicus tuus his verbis vituperat? — 4. Ad quam urbem exercitus noster proficiscitur? — 5. Quae praemia dat magister impigris discipulis? — 6. Quorum civium culpa nobis haec clades accidit? — 7. Quem nostrum magister vituperat?

125. Exercice.

I. Celui que. — L’homme dont. — La jeune fille que. — Les joies qui (que). — Les hommes auxquels. — Les villes dans lesquelles. — Aux récompenses par lesquelles. — Des paroles qui (que). — Les mêmes (personnes) dont. — Le soldat à qui. — Ces soldats que. — Quiconque. — A quiconque. — Vers la ville dans laquelle. — Dans les nations chez lesquelles. — La joie qui (que)…​ par laquelle.

II. Quibus. — Homo quo. — Milites quorum. — Milites quibus. — Hominibus quos. — In urbe quam. — In urbe ad quam. — Virtutes quibus. — Proelium quod…​ quod…​ cujus…​ quo. — Verba quae…​ quorum…​ quibus. — Gladio quem. — Illis vitiis quae. — Hos homines qui. — Amici quibus.

126. Version.

Le roi et le singe. — Un roi avait un singe qu’il jugeait tout à fait digne de son amitié. Ce singe, armé d’une épée, montait la garde dans la chambre où le roi prenait son repos. Une nuit, deux voleurs entrent dans la chambre du roi, que deux flambeaux éclairaient d’une brillante lumière. Mais le singe, à la fidélité duquel le roi avait confié sa vie, ne les aperçut pas. En effet, il essayait de chasser, avec la pointe de son épée, un grand nombre de fourmis, qui tombaient du plafond et couraient sur le front et la poitrine du roi. Mais de nouvelles fourmis revenaient toujours. Enfin le singe, irrité d’une telle obstination de la part de ces petites bétes, lève soudain l’épée qu’il tenait à la main. Il voulait, d’un grand coup d’épée, chasser enfin les fourmis, qui continuaient à courir sur la poitrine du roi; mais, du même coup, il aurait transpercé son maître. Les voleurs, dont l’étonnement était fort grand, comprennent immédiatement la chose. L’un d’eux, poussant un grand cri, réveille le roi.

127. Thème.

Le roi et le singe (suite) — Rex, qui placide quiescebat, periculum non suspicabatur. Furis clamore excitatus, quod spectaculum videt? Duos videt homines quos non cognoscit. Hic simius, quem fidelem putabat, similis est interfectori infesto gladio armato. «Qui estis? inquit. Quae causa vos in meam regiam adducit? Uter vestrum me suo clamore excitavit?» Fures omnem rem narrant: «Spes praedae quae homines ad scelus impellit, nos in tuum cubiculum adduxit. Tua vita tamen, quae in magno periculo hujus simii stultitia erat, nobis auro carior est.» Rex, cujus temeritas in hac re manifesta fuerat, sapientior non factus est: simium dimittit, sed furem, cujus clamore excitatus erat, cubiculi custodem eligit.

128. Exercice.

Homo quidam

hominis cujusdam, etc.

Quaedam oratio

cujusdam orationis, etc.

Quoddam templum

cujusdam templi, etc.

Nulla urbs

nullius urbis, etc.

Totus dies

totius diei, etc.

Alius miles

alius militis, etc.

Aliqua virtus

alicujus virtutis, etc.

Servus alter

servi alterius, etc.

Nauta solus

nautae solius, etc.

129. Exercice.

I. De quelqu’un. — A un certain (homme). — Par l’autre. — A chacun. — Ni par l’un, ni par l’autre. — De chacun des deux. — A personne. — Des autres. — D’un seul. — A personne. — Rien. — Personne. — Ni à l’un, ni à l’autre. — De l’un (des deux). — De chacun. — Une certaine (ou n. plur.: certaines choses). — Quelque (f. ou n. plur.).

II. Quelque maître. — D’un certain lion. — Chacun d’entre nous. — Aux deux consuls. — Dans aucune ville. — Quelque parole. — Rien d’étonnant. — Rien de bon. — Un autre temps. — Dans un (certain) jardin. — Ni l’une ni l’autre main. — Par aucune des deux mains. — Dans le champ d’un certain homme. — Un homme qui ne ressemble à personne. — A aucun enfant. — Par aucune mer. — En d’autres termes (par d’autres paroles). — Sans aucune crainte. — D’un œil (de l’un des deux yeux). — Tous les jours. — (Pendant) des jours entiers.

130. Exercice.

I. Alicui. — Neminem. — Neutrius. — Utrique. — Aliis. — Nihil. — Unicuique. — Alterum. — Alteri.

II. Cuidam nautae. — Quibusdam verbis. — Neutra janua. — Aliis praemiis. — Omnium dierum. — Totius diei. — Toti dies. — Sine ulla fortitudine. — Aliud tempus, alii mores. — Aliquibus verbis. — Nulli urbi. — In quibusdam agris. — Utrique consuli. — Utriusque consilium. — Uniuscujusque virtutes. — Huic soli domino. — Alterius fratris.

131. Version.

I. Frères ennemis. — Un roi avait deux fils: ni l’un ni l’autre n’aimait son frère. Chacun des deux haïssait mortellement l’autre. Aucune supplication de leur père, aucun avertissement de leurs autres parents ne pouvait apaiser cette haine.

II. Le loup. — Un loup, qui n’avait que les os et la peau, vivait sans aucun compagnon sous une roche solitaire. Rarement il revenait avec une proie. Cependant il pensait qu’aucun genre de vie n’était meilleur (que celui-là). En effet, il n’était soumis à personne.

III. Verrès. — On trouverait difficilement un tyran plus cruel que Verrès. Il emportait de toute la Sicile toutes les statues qui avaient quelque valeur. Il pillait la maison de chaque citoyen. Dans une ville se trouvaient deux temples: l’un de Diane, l’autre de Minerve. Il n’y avait rien de plus beau que ces temples. Verrès emporta les statues de l’un et de l’autre.

132. Thème.

1. Aliqua munera amicos juvant. — 2. Uniuscujusque animus ipse homo est. — 3. Insatiabilis avaritia tenet alium, alium ambitio, alius alia cupiditate laborat. — 4. Cynegirus utraque manu obtruncatus est. — 5. Vir justus aliorum jura servat; nemini nocet; suum cuique reddit: nihil justitia honestius est. — 6. Ille, qui aliis imperat, nulli cupiditati servire debet. — 7. Uter vestrum alteri nocet? Neuter. — 8. Utri vestrum displicent mea verba? Utrique.

133. Version.

1. Tout ce qui s’offre aux yeux des hommes, est créé par Dieu. Qui oserait le nier? — 2. Il y a bien des merveilles sur la terre, mais un plus grand nombre encore dans le ciel. — 3. Souvent l’un loue ce que l’autre blâme. — 4. Autre chose est d’écrire l’histoire, autre chose d’écrire une lettre. — 5. Le sage porte toujours avec lui ses biens, c’est-à-dire sa sagesse. Il supporte courageusement tous les événements, quels qu’ils soient. — 6. Que dit le maître? Quelque chose; mais rien de nouveau, toujours la même chose. — 7. Non seulement les uns aiment une chose, les autres une autre, mais il arrive même que nous n’aimons pas toujours les mêmes objets; ceux-là mêmes qui nous ont beaucoup plu, nous déplaisent bientôt. — 8. Tout ce qu’il blâme, me plaît beaucoup.

134. Thème.

I. Hic homo aliud dicit, aliud cogitat. Hoc non solum vituperatione dignum est, sed quid turpius? — 2. Quid isti milites timent? Dux illa tantum vituperat, quae vituperatione digna sunt. — 3. Hoc me juvat, illud mihi displicet. — 4. Quid tibi magis placet? Hoc an aliud? — 5. Haec ipsa quae nos pueros delectabant, nobis senibus displicent. — 6. Aliud est amico scribere, aliud omnibus. — 7. Omnia quae Herodotus narrat, non sunt aeque verisimilia. Multa narrat quae mirationem movent. Hoc ipsi ejus laudatores fatentur. — 8. Et ego sum aliquid.

135. Version.

La guenon et ses petits. — Selon Avianus, quand la guenon a deux petits, elle entoure l’un de la plus vive affection, et ne fait nul cas de la vie de l’autre. On peut trouver la chose peu vraisemblable, mais ce que ce poète ajoute ensuite n’est pas moins étonnant. Lorsque la guenon est menacée de quelque danger, elle s’enfuit au plus vite en serrant étroitement dans ses bras le petit qu’elle aime; l’autre, dont elle ne se soucie pas, se met sur son dos et entoure de ses bras le cou de sa mère. Bientôt la guenon, fatiguée de courir et se sentant exposée au plus pressant danger, desserre les bras qui tenaient son petit le plus cher et l’abandonne. L’autre, qui se maintient par ses propres forces sur le dos de sa mère, échappe avec elle au danger.

136. Thème.

Le renard et le dragon. — Vulpes quaedam, quae sibi cubile parabat, cuniculos altissimos agebat. Pervenit tandem ad speluncam satis amplam, cujus in limine ingentem draconem videt, «Quid quaerit ista callida vulpes?» inquit draco irata voce. — «Cubile mihi paro, respondet vulpes, et ad te imprudentia (imprudens) perveni. Sed quod tuum est officium in hac obscura spelunca?» — «Jovis thesauros servo, deorum maximi et optimi.» — «Officium tuum asperrimum est, inquit vulpes; sed quae est merces tua?» — «Nulla, respondet draco; Jupiter ipse mihi hoc officium imponit.» — «Quid? Nihil tibi ipse sumis? Nullam thesauri istius tuis amicis das particulam?» — «Nullam.» — «Certe nullum animal in toto mundo te miserius est. Avaro seni simillimus es, qui se ipse cibo fraudat et divitias congerit, sibi inutiles sed heredi suo utilissimas.»

137. Questionnaire.

1. La plupart des pronoms ont le génitif en -ius ou -jus et le datif en -i pour les trois genres. — 2. Au singulier: hujus, istius, illius, ejus, ejusdem, ipsius; huic, isti, illi, ei, eidem, ipsi; au pluriel: his, istis, illis, iis, iisdem, ipsis. — 3. Quis a comme formes particulières quis et quid. — 4. Quid (pronom), quoi, quelle chose? quod (adjectif), quel? — 5. Quid. — 6. Quelque chose. — 7. Alter s’emploie en parlant de deux, alius en parlant de plus de deux. — 8. Au génitif et au datif: solius, soli; totius, toti. — 9. Au nominatif et à l’accusatif.

DEUXIÈME PARTIE: LA CONJUGAISON

PRÉLIMINAIRES

1. Certo, 1e

2. Dormio, 4e

3. Duco, 3e

Custodio, 4e

Curo, 1e

Neco, 1e

Prohibeo, 2e

Dico, 3e

Debeo, 2e

Careo, 2e

Terreo, 2e

Fingo, 3e

Vivo, 3e

Traho, 3e

Lenio, 4e

Noceo, 2e

Flo, 1e

Vasto, 1e

Paro, 1e

Fleo, 2e

Nutrio, 4e

Taceo, 2e

Gero, 3e

Oro, 1e

Rego, 3e

Voco, 1e

Surgo, 3e.

Habeo, 2e

Praebeo, 2e

Scio, 4e

Spiro, 1e

Mollio, 4e

Pergo, 3e

Mereo, 2e

Vito, 1e

Sitio, 4e

Le verbe SUM

139 a. Exercice

Nota. — Avant l’exercice, rappeler l’Observation 37 (Est = il y a); puis expliquer les règles § 112 (Est regis) et § 172 (Est mihi liber).

I. 1. Cet homme rusé cherche toujours ce qu’il espère lui devoir être utile. — 2. Que les ordres soient justes. — 3. Lors du précédent consulat, Caton avait été questeur auprès de P. Scipion l’Africain. — 4. Sois un homme. — 5. J’estime que cette sentence fut injuste. — 6. Ce que tu es maintenant, je l’ai été moi-même; ce que maintenant je suis, tu le seras. — 7. Que la terre te soit légère. — 8. Le laboureur dit que l’hiver a été froid, mais que l’été sera chaud. — 9. Ce sera le devoir du bon pasteur de chercher avec soin la brebis perdue. — 10. Un médecin avait un esclave qu’il battait souvent à cause de sa paresse. — 11. Si tu es malheureux, tu seras seul. — 12. C’est le propre des bons soldats d’obéir à l’ordre du chef sans hésitation ni murmure. — 13. Il n’y a pas de remède contre la mort. — 14. Il y avait de nombreux troupeaux de bêtes sauvages dans les bois et les défilés de la Sodgiane (en Tartarie, au sud de la mer d’Aral).

II. 1. Est boni judicis justus esse; affirmo hunc non fuisse. — 2. O milites, estote fortes in praelio. — 3. Apud Graecos, in ludis publicis corona erat victoris praemium. — 4. Sit ira tua brevis. — 5. Hiems longa erit; esto igitur provida, o formica. — 6. Volo [ut] filii mei nautae sint ut ego. — 7. Culpae tuae fratribus pessimum fuerunt exemplum. — 8. Cuidam regi tres erant filii mirabilis pulchritudinis. — 9. Erant celsi colles inter castra et flumen. — 10. Mihi unus est filius. — 11. Dicunt veterem agricolam esse avarum. — 12. Narrabant Homerum poetam caecum fuisse. — 13. Sulla sperabat rex fore. — 14. Sub fine mundi, erunt signa in sole et luna et stellis.

139 b. Exercice.

Que tu sois. — Qu’ils fussent absents. — Qu’il ait été présent. — Vous nuirez. — Tu as manqué. — Que nous eussions été. — J’avais été à la tète. — Ils assisteront. — Avoir été de reste. — Nous étions absents. — Nous manquons. — Qu’il nuisît (il nuirait). — Soyez présents. — Que vous soyez présents. — Tu es de reste. — Il était dans. — Devant manquer (sur le point de manquer). — Qu’il ait nui. — Je serai à la tête. — J’aurai été absent. — Ils manquèrent. — Que nous assistions. — Soyez. — Ils avaient manqué. — Qu’ils soient de reste. — Sois (tu es) présent.

II. Absis. — Abessem (absim). — Ades. — Obfuissemus. — Superest. — Praeerat. — adfuissetis. — Abfueras. — Praefuisti. — Obero. — Abfuerim. — Interfuissem. — Adesset (adsit). — Adeste.

140. Version.

1. O Sainte-Vierge, assistez-moi toujours dans mes travaux. — 2. Tandis que ce général était à la tête de notre armée, tout manquait à nos malheureux soldats. — 3. Personne n’a assisté à votre entretien. — 4. La colère a nui à bien des gens. — 5. Les stoïciens affirment que rien ne manque au sage. — 6. Le sénat ordonne au préteur de se mettre à la tête de l’autre armée. — 7. Le père, accablé de douleur, ne survécut pas longtemps à son fils. — 8. J’avais vingt pièces d’argent dans ma bourse. — 9. Les maux futurs effraient plus que les maux présents. — 10. Il n’est pas (digne) d’un bon juge de recevoir des présents. — 11. Quand tu seras un homme, mon enfant, les soucis ne te manqueront pas. — 12. Dans la troupe (en marche), le lieutenant se trouvait tantôt au premier rang, tantôt au dernier. — 13. Ta paresse te nuira. — 14. Cicéron n’assista pas à ce combat.

141. Thème.

1. Caesar festinat ut proelio intersit. — 2. Deus semper iis aderit, qui nunquam officio suo defuerint. — 3. Fortitudo mihi in rebus adversis non defuisset. — 4. O vos omnes amici mei, adeste mihi in hoc periculo. — 5. Silentium raro obfuit. — 6. Si dux ille nobis praefuisset, fortitudo nobis non defuisset. — 7. In bello, duces omnibus suorum militum periculis interfuerunt. — 8. Prudens esto; tace: nunquam obfuit silentium. — 9. Frigus multis herbis obest. — 10. Fortissimi duces Romanis exercitibus praeerant. — 11. Nullus dux pluribus exercitibus praefuit, pluribus proeliis interfuit quam Caesar.

142. Version.

La prière d’Ulysse. — Ulysse, qui avait laissé son navire sur le rivage, parvint à la caverne d’un cyclope. Ce cyclope, nommé Polyphème, était alors absent. Ulysse entre avec ses compagnons dans sa caverne. Mais bientôt le cyclope se présenta. Ulysse lui adresse la parole en termes flatteurs: «O cyclope, sois miséricordieux et clément envers nous. Depuis longtemps nous avons quitté notre patrie. Moi, qui commande à ces hommes, j’ai été un des chefs qui ont pris part à la guerre de Troie. Nous ne ferons aucun tort ni à ta personne, ni à tes biens. Mais tu vois que nous manquons de tout ce qui est nécessaire à la vie. Si tu as quelque respect pour les dieux, assiste-nous. Si tu te montres cruel envers nous, sache que les dieux seront irrités contre toi; si, au contraire, tu te montres miséricordieux et clément, ces mêmes dieux te seront favorables et nous, nous garderons toujours le souvenir de ce bienfait.»

143. Thème.

La réponse du cyclope. — «O hospes, magna inest in tuis verbis sollertia. Puto nullum inter graecos duces te sollertiorem fuisse. Si tamen speras me erga vos misericordem et clementem fore, longe a veritate abes. Affirmas deos mortalium negotiis interesse. Nunquam deorum metus in cyclopum animis infuit. Non timeo ne Jovis imbres vel nives mihi obsint; ovillae enim pelles mihi nunquam defuerunt et haec spelunca semper mihi tutum refugium erit, etiam adversus Jovis fulmina. O hospites, laeti estote: apud me nihil vobis deerit. Ignis et ampla olla mea hospitalia munera erunt, ut caro vestra, bene cocta, amoenus cibus mihi sit.»

PREMIÈRE CONJUGAISON ACTIVE.

144. Exercice.

I. 1. Tu erres. Nous errerons. J’errais. Qu’ils errent Que vous errassiez (vous erreriez). Errer. Errant. — 2. Qu’ils gardassent (ils garderaient). Garde. Je garderai. Gardant. Vous gardiez. Vous gardez. — 3. Dévore. Que tu dévorasses (tu dévorerais). Nous dévorerons. Vous dévoriez. Nous dévorons. En dévorant. Dévorer. Que tu dévores. Pour dévorer.

II. 1. Nous avons pensé. Avoir pensé. J’aurai pensé. Que j’aie pensé (je penserais). Nous avions pensé. — 2. Avoir préparé. Tu as préparé. Qu’il eut préparé (il aurait préparé). Ils préparèrent. Tu avais préparé. — 3. J’ai crié. Ils crièrent. Tu auras crié (que tu aies crié). Vous aviez crié. Qu’il eût crié. Que nous eussions crié (nous aurions crié). Tu as crié. Avoir crié.

III. A préparer. Je suis sur le point de crier. Être sur le point de préparer. (Pour) garder. Ils étaient sur ’le point de préparer.

145. Exercice.

I. 1. Errabamus. Erratis. Errarent. Errant. Errem; — 2. Servate. Serves (servares). Servans. Servandi. Servabitis. Servabamus. — 3. Voret. Vorabimus. Vorent (vorarent). Voras. Vorarem. Voretis (voraretis). Ad vorandum.

II. 1. Putavistis; Putavissemus. Putaverim. Putaverant. Putaveritis. — 2. Paravistis. Paraverunt. Paraveram. Paraverimus. Paravisse. — 3. Clamavimus. Clamaverunt. Clamavi. Clamavissetis. Clamaveris. Clamavisti. Clamavisse.

III. Paratum. Voraturus sum. Clamaturum esse. Militibus clamaturis.

146. Version.

1. Crésus fit venir Solon auprès de lui. — 2. Les consuls avaient convoqué le peuple en assemblée. — 3. La fortune favorise les audacieux. — 4. Pausanias souilla sa gloire militaire par une mort honteuse. — 5. Souvent, je t’ai attendu. — 6. O homme très insensé, qu’as-tu espéré? Que tu obtiendrais ce que tu demandes? — 7. O dieux, accordez-nous des moissons et de bons vins. — 8. Celui qui songera que Dieu-est présent partout ne péchera pas. — 9. Nous attendons tous les jours mon frère Quintus. — 10. A qui as-tu raconté ton naufrage? — 11. L’armée des ennemis s’était emparée de force du sommet de la montagne. — 12. Si tu étais là, j’espérerais — 13. Cet homme montrait avec ostentation les présents que le roi lui avait donnés, — 14. Je pense que je ne me suis pas trompé en cette affaire. — 15. Priez, afin d’obtenir. — 16. Tu obtiendras en priant.

147. Thème.

1. Serve, voca tuum dominum. — 2. Servus dominum suum vocabit. — 3. Nullam mercedem exspectabamus. — 4. Neptunus mari imperat: Jupiter in Olympo regnet. — 5. Judices laudatis, qui aequitatem servaverunt. — 6. Semper sperantes, occasionem liberandi patriam exspectemus. — 7. Imperet ratio, cupiditas obtemperabit. — 8. Putabat nos obtemperaturos esse. — 9. Scito saepe homines domicilia aedificavisse, quae nunquam habitaverunt (habitaverint). — 10. Spectate hoc tugurium. Quis id habitabit? — 11. Frustra speraveritis; hoc periculum non vitabitis. — 12. Hoc non narravissemus. — 13. Quis putavisset eum erraturum esse? Erravit tamen.

148. Version.

Les cent témoins. — Un pauvre laboureur habitait une cabane non loin de la maison de campagne d’un banquier. Ce banquier, qui était un scélérat, s’empara de force du petit jardin du laboureur, pour agrandir son domaine. Le laboureur, pour reprendre son jardin, n’hésita pas à citer au tribunal son injuste voisin. Mais celui-ci, afin de s’assurer la faveur du juge, lui fit cadeau de cent écus. En outre, il se procura dix témoins, qu’il avait subornés à prix d’argent, dans l’espoir qu’ils lui seraient fort utiles dans ce procès. Quant au laboureur, il ne put même pas présenter un seul témoin, parce que tous les voisins redoutaient le riche banquier. Aussi le malheureux suppliait le juge en versant d’abondantes larmes. Mais le juge, homme fort intègre, montrant les cent écus qu’il avait reçus du banquier, lui dit: «Ton adversaire s’est chargé de présenter en ta faveur ces cent témoins, qui déposent en ta faveur. Tu garderas donc ton petit jardin.»

149. Thème.

Ulysse et Eumée. — Ulysses per omnia maria diu erraverat. Tandem eum nautae in litore Ithacae, quae ejus patria erat, sopitum collocaverunt. Sol, qui jam terram illustrabat, eum somno excitavit. Primo desperabat, sed mox laeto clamore patriae suae solum salutavit. Ad quamdam ex suis villis festinavit, quam Eumaeus, ejus servorum fidelissimus, administrabat. Jam villae appropinquabat Ulysses. Subito crudeles canes et ferarum (feris) simillimi, qui porcorum greges servabant, latrantes advolant. Jam eum laceraturi erant et etiam voravissent, nisi Eumaeus, qui in limine villae laborabat, advolavisset et canes lapidum ictibus fugavisset. Sic Eumaeus sui domini vitam servavit, quem jamdiu mortuum putaverat.

DEUXIÈME CONJUGAISON ACTIVE.

150. Exercice.

I. 1. Ils manquent. Tu manquais. Que vous manquiez. — 2. Vous resterez. Qu’il reste. Pour rester. — 3. Qu’il fût ouvert (il serait ouvert). Il est ouvert. Il sera ouvert. — 4 Que nous étudions (nous étudierions). Vous étudiez. En étudiant. — 5. Il craint. Tu craindras. Je ne craignais pas. — 6. Voyez. Nous voyions. De voir.

II. 1. J’ai manqué. Tu avais manqué. Que vous eussiez manqué (vous auriez manqué). — 2. Tu es resté. Je serai resté. Nous étions restés. — 3. Il fut ouvert. Avoir été ouvert. Qu’il eût été ouvert (il aurait été ouvert). — 4. Que j’aie étudié. J’aurai étudié. Tu avais étudié. — 5. Vous avez craint. Ils craignirent. Que nous eussions craint (nous aurions craint). — 6. Vous aurez vu (que vous ayez vu). Vous avez vu. Qu’ils eussent vu (ils auraient vu).

III. (Pour) voir. A voir. Sur le point de voir. Être sur le point de rester.

151. Exercice.

I. 1. Carebamus. Caream. Carendo. — 2. Timebamus. Time. Timebitis. — 3. Pateant. Paterent. Patent. — 4. Studete. Ad studendum. Studebit. — 5. Times. Timebatis. Timeant. — 6. Videndi. Videat. Videatis (videretis).

II. 1. Caruissent. Caruistis. Caruerimus. — 2. Mansissemus. Mansit. Mansimus. — 3. Patuerit. Patuerit Patuisset. — 4. Studuero. Studuissem. Studuisse. — 5. Timui. Timueris. Timuerant. — 6. Vidisse. Vidisti. Viderim.

III. Visum. Mansurus eram. Visurum esse.

152. Version.

1. Qu’un autre possède des richesses, ma pauvreté me plaît. — 2. Mais toi, qui te réjouis et te ris de nos malheurs, prends garde. — 3. Nous devons discuter respectueusement sur la nature des dieux, de peur que nous ne nous laissions aller à quelque affirmation imprudente. — 4. Porte-toi bien. Si tu te portes bien, c’est parfait. Moi, je me porte bien. — 5. Chez les Perses, au-dessus de la tente du roi brillait une image du soleil. — 6. Beaucoup d’indices avaient averti le dictateur César du guet-apens. — 7. Antoine provoqua une guerre civile considérable. — 8. L’homme injuste cherche toujours l’occasion de nuire. — 9. Je me tais: je ne répondrai pas, parce que tu m’interroges sur des choses qui ne te regardent pas. — 10. Sur le mont Vésuve, nous voyions briller des flammes très larges et très hautes. — II. C’est une grande détresse que d’avoir été riche et de ne plus posséder rien. — 12. Quand on pleure, les yeux deviennent rouges.

153. Thème.

I. Nullum est animal, praeter hominem, qui aliquam Dei notitiam habeat. — 2. Tuis conviciis me non commovebis. — 3. Pueri, grammaticae studete. Ei studemus. — 4. Deos colere debetis. — 5. Ulysses naufragus in maris litore jacebat. — 6. Ille, qui sapientiam possidet, nulla re caret (voir §178). — 7. Consuetudo nos laborem sustinere (voir §221bis) docuit. — 8. Mihi respondendi occasionem non praebuisti. — 9. Quid huic homini respondeas? — 10. Legibus parebimus, ne bellum civile commoveamus. — 11. Avium cantus nobis magnam voluptatem praebuerunt.

154. Version.

Le roi et le philosophe. — Un philosophe, pauvre et déjà vieux, qui ne possédait que son bâton et sa besace, se promenait dans une grande ville. Son regard était attiré par de nombreux monuments, par de nombreuses statues des dieux. Il éprouvait une grande joie à voir les hommes, poussés par l’appât du gain, courir avec précipitation, tandis que lui, tout entier à la philosophie, était exempt de tout souci. Mais déjà le coucher du soleil rougissait le ciel. Le philosophe se prit à craindre d’être obligé de passer la nuit en plein air; car il manquait d’argent et n’avait aucune connaissance dans cette ville. Comme déjà le temps pressait, il aperçut le palais du roi qui était magnifique et dont les portes étaient ouvertes: «Autre chose est, dit-il, de posséder une vaste maison, autre chose de la remplir. La plus grande partie de ce palais est vide certainement. Personne ne m’empêchera de me dissimuler et de me coucher dans quelque coin.» Aussitôt, il se mêla à la foule des serviteurs, dont aucun ne l’empêcha d’entrer, parce que l’aspect de ce vieillard inspirait un certain respect. Bientôt le philosophe aperçut une fort belle chambre, dans laquelle il s’étendit immédiatement de tout son long.

155. Thème.

Le roi et le philosophe (suite) — Sed rex, quem servi monuerant, eum vidit: «Cur in hoc cubiculo jaces? inquit. Mihi responde. Iram meam non timuisti? Vos, servi, cur eum aditu non arcuistis? Eum arcere oportebat!» — «Doleo, respondet philosophus, me tibi displicuisse: Non puto tamen me poenam meruisse. Hoc aedificium deversorium esse putabam.» — «Deversorium! inquit rex ridens. Avus meus hanc regiam aedificavit. Meus deinde pater (eam) obtinuit. Nunc (eam) ipse possideo.» — «Sed quis (eam) postea possidebit?» — «Meus filius, si diis placet, respondet rex, et deinde nepos meus.» — «Agedum! exclamavit philosophus, domicilium quod homines in tam breve tempus obtinuerunt (et) obtinent (et) obtinebunt, nonne id deversorium vocare debemus?»

TROISIÈME CONJUGAISON ACTIVE.

156 a. Exercice.

I. 1. Tu t’avances. Nous nous avancerons. Qu’ils s’avancent. Qu’ils s’avançassent (ils s’avanceraient). — 2. Je croyais. Que tu crusses (tu croirais). Qu’il croie (il croirait). Pour croire. — 3. Je m’échapperai. Qu’il s’échappât (il s’échapperait). Tu t’échapperas. Vous vous échappiez. — 4. Que tu poses (tu poserais). Poser. Tu poses. En posant. — 5. Que je traînasse (je traînerais). Traînez. Traîne. Vous traînerez. Que vous traînassiez (vous traîneriez). — 6. Tu tournais. Vous tournez. De tourner. Ils tourneront.

II. 1. Tu t’es avancé. S’être avancé. Que nous nous fussions avancés. — 2. Vous aviez cru. Tu auras cru (que tu aies cru). Ils crurent. J’ai cru. — 3. Tu t’étais échappé. Ils s’échappèrent. Qu’il se fût échappé (il se serait échappé). — 4. Tu as posé. Avoir posé. Nous avions posé. — 5. Que j’aie traîné. J aurai traîné. Avoir traîné. — 6. Vous avez tourné. Ils tournèrent. Que j’eusse tourné (j’aurais tourné).

III. Être sur le point de traîner. (Pour) traîner. J’étais sur le point de poser.

156 b. Exercice.

I. 1. Accedendo. Accedendi. Accedatis (accederetis). — 2. Crederem. Credis. Credent. — 3. Evadit. Evademus. Evadebant. — 4. Ponentibus. Ad ponendum. Ponere. — 5. Traham. Trahant. Traheremus. — 6. Vertite. Vertemus. Verte.

II. 1. Accessi. Accessisses. Accessimus. — 2. Credidisse. Crediderimus. Credideratis. — 3. Evasistis. Evaseritis. Evasisti. — 4. Posuerim. Posuissemus. Posuisse. — 5. Traximus. Traxissetis. Traxero. — 6. Vertissemus. Vertistis. Vertisti.

III. Tracturi eramus. — Positurum esse. — Evasuri.

157. Exercice.

I. 1. Ils aperçoivent. Nous apercevions. Tu apercevras. Qu’ils aperçussent (ils apercevraient). — 2. Désirant. De désirer. Que je désirasse (je désirerais). Qu’il désire (il désirerait). — 3. Nous faisons. Je ferai. Fais. Que nous fissions (nous ferions). — 4. Il commencera. Commence. Que nous commencions (nous commencerions). De commencer. — 5. Vous jetterez. Jetez. En jetant. Jetant. — 6. Nous enlèvions. Que vous enleviez (vous enlèveriez). D’enlever. Enlève.

II. 1. Conspiciemus. Conspicias. Conspicitis. — 2. Cupiendo. Cupient. Cupiat. — 3. Faciamus. Faciebatis. Ad faciendum. — 4. Incipite. Incipere. Inciperem. — 5. Jacies. Jaciamus. Jace. — 6. Rapis. Rapiemus. Rapiatis.

158. Version.

1. Le soldat rengaina son glaive sanglant. — 2. Nous cherchons ce qu’il a fait et non ce qu’il a dit. — 3. Les barbares s’étaient dispersés chacun du côté où la crainte l’entraînait. — 4. Rends ces biens à leur maître précédent. — 5. Maintenant, ô dieux, maintenant secourez-moi. — 6. Cherchons ce qu’il y a de mieux à faire, et non ce qui se fait le plus ordinairement. — 7. Subissons l’injustice plutôt que de la commettre. — 8. Les esclaves de Verrès enlevèrent d’un temple très vénéré une statue fort ancienne. — 9. Mais vous, voleurs et loups, épargnez mon petit troupeau. — 10. Le médecin ordonna à Pompée, durant sa maladie, de manger une grive. — 11. Certaines gens ménagent leurs biens comme s’ils étaient destinés à vivre toujours. — 12. Quel que soit l’ordre que tu donnes, sois bref. — 13. Je t’avais écrit sur ce sujet. — 14. Nous préférerons à tout la vertu.

159. THEME.

1. Vivite felices. — 2. Unum adjiciam. — 3. Cinis navibus incidebat. — 4. Caesar juravit se non reversurum in castra nisi victorem. — 5. Dionysius collum suum nunquam tonsori committebat. — 6. Petis ut tibi avunculi mei exitum scribam. — 7. Stultus est qui equum empturus eum non inspicit. — 8. Nunquam vos deseremus. — 9. Filius defendat patrem. — 10. Quod mihi eripuisti, redde. — 11. Quid dices aut facies? — 12. Omnes istos contemnite. — 13. Quid istic facitis? — 14. Lupos metuimus. 15. Scribam ad te saepe. — 16. Legati Romani munera Ptolemaei regis spreverunt. — 17. Tiberius mala sua multo ante prospexerat. — 18. Augustus quadrimus patrem amisit.

160. Version.

Une ruse de Goupil. — Un pêcheur avait construit, au bord d’un lac, une petite cabane pour y déposer ses poissons et ses filets. Un jour qu’il racommodait ses filets non loin de sa cabane, un renard, tourmenté depuis longtemps par la faim, pénétra dans cette cabane et se mit aussitôt à manger les poissons. Mais le pêcheur, qui avait vu entrer le renard, accourut à l’instant avec un bâton et des filets et, se tenant debout sur le seuil, il essaya d’obstruer complètement la porte, «Ah! scélérat, dit-il, j’aurai bientôt fait de te tuer avec ce bâton. Désormais tu ne mangeras plus mes poissons.» Le pêcheur croyait que ses menaces allaient diminuer l’audace de l’astucieux renard; mais celui-ci, comprenant qu’il courait le plus grand danger, recourut à la ruse. Saisissant entre ses dents un manteau que le pêcheur avait déposé sur son lit, il se mit à le traîner vers le foyer où le feu était allumé, dans l’intention de le brûler. Le pêcheur s’élança vivement vers le feu, pour retirer son manteau de la flamme. Pendant ce temps, le renard s’échappa par la porte restée ouverte.

161. Thème.

Le canard et la couleuvre. — Anas quaedam cum sociis in rivi ripa ludebat. Colubram per herbas serpentem conspexit. «Aspicite, inquit, miseram istam bestiam. Pedes ipsi ei ad currendum desunt. Ventrem aegre trahit. At nos, amicae, in aquis ludimus, in terrā currimus; si cupiverimus, iter etiam per nubes faciemus. Quod autem animal nos voce vincet?» Colubra, quae caput inter herbas erexerat, eis dixit: «Heri, cycnos conspexi in aquis ludentes. Aspicite has currentes gallinas. Ciconiae illae per nubes iter faciunt. Mox in hac populo canet luscinius. Omnes vos vincent, quia, omnia facientes, nihil recte facitis.»

QUATRIÈME GONJUGAISON ACTIVE.

162. Exercice.

I. 1. Je dormais. Que tu dormes (tu dormirais). Nous dormirons. Dormant. — 2. Je nourrirai. Tu nourriras. Que je nourrisse (je nourrirais). — 3. De trouver. Il trouvera. Que nous trouvassions (nous trouverions). Qu’il trouve (il trouverait). — 4. Tu sévis. Nous sévirons. Qu’ils sévissent (ils séviraient). — 5. Il venait. Que vous veniez (vous viendriez). De venir. Venir. — 6. En attachant. Que tu attaches (tu attacherais). Il attachera. Que vous attachassiez (vous attacheriez).

II. 1. Tu as dormi. Nous aurons dormi (que nous ayons dormi). Il dormit. Qu’ils eussent dormi (ils auraient dormi). — 2. Avoir nourri. Il avait nourri. En nourrissant. J’aurai nourri. — 3. Il trouva (il trouve). Nous trouvâmes. Que tu eusses trouvé (tu aurais trouvé). Avoir trouvé. — 4. Vous avez sévi. Qu’ils aient sévi (ils auront sévi). Ils sévirent. Que tu eusses sévi (tu aurais sévi). — 5. Que je sois venu. Je serai venu. Ils vinrent. Vous êtes venus. — 6. Qu’ils eussent attaché (ils auraient attaché). Nous avons attaché. Que j’aie attaché. Vous aviez attaché.

III. Sur le point de dormir. Être sur le point de venir. Sur le point de sévir.

163. Exercice.

I. 1. Dormiretis. Dormient. Dormite. Dormiendo. — 2. Nutrire. Nutriendi. Nutrias. Nutrient. — 3. Reperirent. Reperis. Reperias. Ad reperiendum. — 4. Saeviant. Saeviatis. Saeviet. Saeviendo. — 5. Veniam. Venies. Venite. Veniam. — 6. Vincientibus. Vinciemus. Vinciretis. Vinciebam.

II. 1. Dormivi. Dormiverat. Dormivisse. Dormiveritis. — 2. Nutrivissent. Nutrivisti. Nutriveramus. Nutriverint. — 3. Reperisses. Repererat. Repereritis. — 4. Saeviisses. Saevierimus. Saeviit. Saevierunt. — 5. Venisse. Venistis, Venero. Veneras. — Vinxissem. Vinxerim. Vinxerant.

III. Dormitum. Venturum esse. Saevituris.

164. Version.

1. Tous les aliments, même les plus communs, sont agréables à ceux qui ont faim. — 2. Puisses-tu obtenir tout ce que tu souhaites! — 3. Des taureaux farouches mugissaient dans la vallée profonde. — 4. Il n’y a aucune nation assez sauvage pour ignorer l’existence de Dieu. — 5. Quel est celui qui n’a jamais senti la bonté de Dieu? — 6. Est-ce que par hasard vous avez trouvé quelque remède à un si grand malheur? — 7. Être esclave de ses passions, c’est la servitude la plus pénible. — 8. Il y a bien des choses dont nous ne découvrons pas les causes. — 9. Mon ami et concitoyen Géta est venu hier me voir. — 10. Qu’est-ce que cela? Tu le sauras. — 11. Malheureux, que je suis, comment pourrai-je y remédier? — 12. Laboureurs, adoucissez par la culture les fruits sauvages. — 13. Il y avait un hôtelier qui tuait les voyageurs quand il les voyait endormis. — 14. Sache que l’on dort aussi bien dans une cabane que dans un palais.

165. Thème.

1. Cum hoc evenerit, sciemus te verum praedixisse. — 2. Quis est tam vecors, qui non sentiat Deum esse? — 3. Homo nullum cibum contemnit esuriens. — 4. Neminem fidelem invenies, nisi fidelis ipse fueris. — 5. Nesciebas Caesarem in civili bello victorem fuisse? Omnes (hoc) sciunt. — 6. Amicorum nostrorum verba tuum dolorem mollirent (molliant). — 7. Oboedite aliis, ut alii vobis oboediant. — 8. Non dubitabam quin tempus tuum dolorem molliret. — 9. Si veneris, dolorem meum mollies. — 10. Antiqui fabulis sua carmina referserant. — 11. Ver prata et agros floribus vestivit. — 12. Scivimus eos venturos esse.

166. Version.

Un mauvais garnement. — La mère: «Je viens vous voir, ô maître, avec mon fils que voici, afin que vous le fassiez battre de verges. Si vous ne le punissez pas sévèrement, jamais vous ne ferez plier son caractère indomptable. Je comprends maintenant, que j’avais perdu la tête, quand je vous ai amené ce vaurien pour le faire instruire. Assurément, il méritait plutôt de garder les ânes dans les champs, que d’écouter un maître à l’école. Son père et moi, nous le nourrissions et le vêtions avec soin, dans l’espoir qu’il nous nourrirait et nous vêtirait à son tour dans notre vieillesse. Mais assurément, nous souffrirons de la faim: jamais cet enfant ne nous nourrira. En effet, on ne peut trouver en lui aucun bon sentiment. Toujours il est en train de dormir ou de gambader, jamais il n’obéit. Hier, il a rempli ses poches de fruits pris dans notre petit jardin, afin de les distribuer à ses amis, qui sont les pires vauriens. Mais qu’il sache que l’heure des châtiments est arrivée. Attachez ses mains et ses pieds, afin de lui meurtrir le dos comme il faut. Mais prenez garde que ses prières n’adoucissent votre colère.»

167. Thème.

Un mauvais garnement (suite) — Magister: «Puer, matris tuae querelas audivisti. Pater tuus et mater te nutriverunt et vestiverunt; nunquam esuriisti. Alii pueri asellos in agris custodiebant; tu, huc venisti ut magistri praecepta audires. Te sedulo erudiebam. Tuam indomitam indolem molliebam; sed praecepta mea non audiebas. Dormiebas vel saliebas. Quoties tuis amicis poma dispertivisti, quibus sinus tuos referseras! Quoties te punivi! Serius tuam culpam senties. Multae calamitates tibi evenient. Jam nunc te graviter puniam. Servi, eum vincite. Deinde, hujus nebulonis dorsum verberibus ferietis. Sciet audiendi et oboediendi tempus advenisse.»

RÉCAPITULATION

sur les quatre conjugaisons actives.

168. Exercice.

I. Servo (1e) — Mollire (4e). — Habitabat (1e). — Habes (2e). — Habebo (2e). — Adjicere (3e). — Collocavisse (1e). — Scribere (3e). — Occupavit (1e). — Possideo (2e). — Impleturus (2e). — Conspicio (3e). — Donaret (1e). — Trahendi (3e). — Servandi (1e). — Emere (3e). — Movebit (2e). — Confirmantes (1e). — Patebat (2e). Manerent (2e).

II. Ostentare (1e) — Evaderes (3e). — Reficiam (3e). — Vincio (4e). — Venire (4e). — Taceant (2e). — Paraturos (1e). — Jacere (2e). — Arceat (2e). — Impleverim (2e). — Sperabo (1e). — Valebunt (2e). — Mollires (4e). — Contemneremus (3e). — Videamus (2e). — Ridete (2e). — Vocatum (1e). — Prohibebit (2e).

III. Dormi (4e). — Scivisse (4e). — Credebam (3e). — Insanirem (4e). — Vertite (3e). — Timete (2e). — Vocate (1e). — Oboedite (4e). — Rubeo (2e) — Detinebunt (2e). — Properem (1e). — Caream (2e). — Nutrimus (4e). — Intellegimus (3e). — Respondetote (2e). — Flevisse (2e). — Orna (1e). — Spectem (1e).

169. Exercice.

1. Adoucis. Tu adouciras. Qu’ils adoucissent. D’adoucir. — 2. Tu as. En ayant. Que j’aie eu. Qu’il eût (il aurait). — 3. J’écrirai (que j’écrive). Avoir écrit. (Pour) écrire. Pour écrire. — 4. Vous craignez. Avoir craint. Vous craindriez. Que nous craignions. — 5. Que tu donnasses (tu donnerais). Que nous eussions donné. En donnant. Sur le point de donner. — 6. Nous ferons. Faire. Fais. Tu faisais. — 7. Tu attacheras. Que nous attachions (nous attacherions). Qu’il attachât. Avoir attaché. — 8. Vaincs. Il vainquait. De vaincre. Que j’eusse vaincu (j’aurais vaincu). — 9. Je vaincs. J’attache. Que je vainque (je vaincrai). Que j’attache (j’attacherai). En attachant. Vainquez. Attachez. Nous attacherons. Nous vaincrons. Nous attachons. Nous vainquons. — 10. Que je sauve (je sauverais). Tu sauveras. Vous sauvez. Tu as sauvé. — 11. Tu as servi. Qu’ils servent (ils serviraient). Tu servirais. Il servira. — 12. Je sauve. Je sers. Il sert. Il sauve. Je sauvais. Il servait. En sauvant. Pour servir. — 13. Je jette. Je suis couché. Que je sois couché (je serais couché). Que tu jettes (tu jetterais). Soyez couchés. Jetez. Nous sommes couchés. Nous jetterons. D’être couché. En jetant.

170. Exercice.

1. Mollies. Molliisse. Mollitu. Ad molliendum. — 2. Habete. Habebit. Habeatis (haberetis). Habeamus. — 3. Scribetis. Scribere. Scribebat. Scripsisset. — 4. Timui. Timuisti. Timeremus. Timendo. — 5. Da. Dabis. Det. Dederit. — 6. Facite. Fecerim. Feceris. Fac. — 7. Vinciendo. Vinci. Vincire. Vinciendi. — 8. Ad vincendum. Vincent. Vinceretis. Vici. — 9. Vincere. Vincire. Vicisse. Vinxisse. Vicero. Vinxeris. Vicerat. Vinxeramus. — 10. Servamus. Servaverunt. Servent. Servabitis. — 11. Serviendo. Serviebas. Servientibus. Serviisse. — 12. Servare. Servire. Serva. Servi. Servem. Servies. Servabimus. Serviebatis. — 13. Jacere. Jacere. Jaceres. Jaceres. Jaceas. Jaciet. Jacebit.

171. Version.

Hercule et Cacus. — Une légende antique raconte qu’Hercule, après avoir tué Géryon, amena des bœufs d’une beauté remarquable à l’endroit où Romulus fonda plus tard la ville de Rome. Là, il demeura quelque temps sur le bord du Tibre, qu’il avait passé à la nage, pour réparer par ce repos, les forces de ses bœufs, que le voyage avait fatigués. Comme Hercule s’était endormi profondément, un berger, nommé Cacus, remarquable par sa vigueur corporelle, fut pris du désir de s’emparer de ces bœufs. Mais s’il avait conduit ces animaux dans sa caverne en les chassant devant lui, les traces auraient amené en cet endroit leur propriétaire, lorsqu’il se serait mis à leur recherche. Il choisit donc les plus beaux bœufs et les traîna par la queue à reculons dans son antre. Le lendemain au point du jour, Hercule ayant passé en revue son troupeau et s’étant aperçu que des bœufs manquaient, se dirigea vers la caverne, pour voir si par hasard les traces de leurs pas conduisaient de ce côté. Mais il les voit toutes dirigées vers le dehors. Il n’entra donc pas dans la caverne et se mit à chasser le reste de son troupeau devant lui (pour s’éloigner) de cet endroit.

172. Version.

Hercule et Cacus (suite) — Cependant, les bœufs, regrettant ceux qui étaient restés dans la caverne, s’étaient mis à mugir et remplissaient de leurs plaintes la forêt voisine. Or, ceux que Cacus avaient volés, répondant aux autres, se mirent à mugir dans la vaste caverne et trompèrent l’espoir du voleur. Hercule aussitôt accourut à la caverne. Mais Cacus avait laissé tomber une énorme pierre, suspendue par des chaînes, pour fermer solidement l’entrée. Hercule essaya en vain à trois reprises d’enlever cette pierre. A trois reprises, la fatigue l’obligea à s’asseoir dans la vallée. Enfin il réussit à ébranler et à arracher un rocher pointu, qui se dressait sur la voûte de la caverne. La caverne fut ainsi découverte jusqu’au fond. Hercule saisit Cacus qui vomissait en vain des flammes et de la fumée et le tua d’un coup de sa massue.

173. Thème.

La raison du plus fort. — Quodam die ad pagi dominum venit rusticus quidam. «Domine, inquit, maximam accepi calamitatem! Porcorum meorum unus in tuum canem se proripuit eumque occidit.» — «Porcus tuus magnum mihi damnum importavit, respondit dominus. Ipse primo tribus nummis aureis illud sarcies. Deinde meis servis porcum trades, ut eum occidant illudque exemplum alios porcos terreat.» Tunc rusticus exclamavit: «Nobilissime domine, quid dixi? Stultus erravi. Tuus canis meum porcum occidit!» — «Tuus igitur porcus mei canis iram aliqua contumelia concitaverat. Justam sceleris sui poenam dedit. Sed tu meam iram time, nisi tuos porcos melius educaveris.»

174. Questionnaire.

1. Au passé simple, composé et antérieur. — 2. Je sauvai, j’ai sauvé, j’eus sauvé. — 3. Par le subjonctif. Tu sauverais, tu dirais, je craindrais, j’aurais craint. — 4. C’est une voix qui a la forme passive et la signification active. — 5. Quatre. — 6. Ce sont ceux dont tous les autres sont tirés. — 7. Conspicio, is, spexi, spectum, spicĕre. — 8. Pour indiquer la conjugaison. — 9. Voir grammaire, § 53. — 10. La première personne de l’impératif est suppléée par le subjonctif. — 11. Servante. Servans se décline comme les adjectifs imparisyllabiques (felix), mais l’ablatif est en -e. Gr. § 58. — 12. Servaturus: sur le point de sauver, destiné à sauver, ayant l’intention de sauver. — 13. Après une préposition, on n’emploie pas l’infinitif, mais le gérondif. — 14. L’infinitif s’emploie au nominatif et à l’accusatif. Le gérondif à tous les cas sauf le nominatif et le vocatif. — 15. Ambulat legens, il se promène en lisant (occupé à lire); discit legendo, il apprend en lisant (au moyen de l’action de lire).

175. Exercice.

I. Commovisse, avoir ému. — Ornavisti, tu as orné. — Affirmaverunt, ils affirmèrent. — Negavistis, vous avez nié. — Negavisse, avoir nié. — Delevisse, avoir détruit. — Cognoveram, j’avais connu. — Cognovero, j’aurai connu. — Cognoverim, que j’aie connu. — Oravisse, avoir prié. — Implevissem, que j’eusse rempli. — Amavisse, avoir aimé. — Cognoverunt, ils connurent. — Amaverant, ils avaient aimé.

II. Commorit, il aura ému. — Implesset, qu’il eût rempli. — Negarit, qu’il ait nié. — Fuere, ils furent. — Commoram, j’avais ému. — Implevere, ils remplirent. — Servasti, tu as sauvé. — Cognorit, qu’il ait connu. — Flesse, avoir pleuré. — Implesti, tu as rempli. — Deleras, tu avais détruit.

III. Commovēre, infinitif: émouvoir; ou parfait (commoverunt): ils ont ému.Legĕre, lire; legēre (legerunt), ils lurent.

LA CONJUGAISON PASSIVE.

Règles générales.

176. Exercice.

I. 1. Molliar, que je sois adouci. Mollior, je suis adouci. Mollirer, que je fusse adouci. — 2. Donarer, que je fusse gratifié. Donari, être gratifié. Donabor, je serai gratifié. — 3. Prohibebar, j’étais empêché. Prohiberi, être empêché. Prohibeor, je suis empêché. — 4. Server, que je sois sauvé. Servabor, je serai sauvé. Servari, être sauvé. — 5. Conspicior, je suis vu. Conspici, être vu. Conspiciar, je serai vu. Conspicerer, que je fusse vu.

II. 1. Impleo. Implere. Implebam. — 2. Fallebam. Fallere. Fallerem. — 3. Munire. Muniam. Muniebam. — 4. Interficio. Interficere. Interficiam. — 5: Ornabo. Ornare. Ornarem. Ornem. — 6. Duco. Ducam. Ducere. Ducebam. — 7. Laudabo. Laudare. Laudem. Laudabam.

III. Servatus sum (parfait). — Laudati eratis (plus-que-parfait). — Ornatus essem (plus-que-parfait du subj.). — Interfecti erunt (fut. antér.). — Ductum esse (infin. parfait). — Ducti sitis (parfait du subj.). — Ductus essem (plus-que-parf. du subj.). — Servati estis (parfait). — Laudatus ero (fut. antér.). — Laudati sunt (parfait). — Ductus eris (fut. antér.). — Interfecti essemus (plus-q.-parf. du subj.).

PREMIÈRE CONJUGAISON PASSIVE.

177. Exercice.

1. Il est raconté. Ils seront racontés. Être raconté. Devant être racontés. — 2. Tu fus attendu. Tu es attendu. Vous serez attendus. Attendus. — 3. Tu auras été appelé. Il est appelé. Nous serons appelés. Vous fûtes appelés. — 4. Qu’il soit courbé. Qu’il eût été courbé. Que je fusse courbé. Devoir être courbé. — 5. Que j’aie été blessé. Que nous fussions blessés. Que vous fussiez blessés. Je suis blessé. — 6. Qu’il eût été troublé. Elle fut troublée. Que tu sois troublé. Ils seront troublés. — 7. Être sauvé. Tu es sauvé. Sois sauvé. Que tu sois sauvé. — 8. Devant être évité. Devoir être évité. Avoir été évités. Il avait été évité. — 9. Préparé. Ils étaient préparés. Les choses auront été préparées. Il est préparé. — 10. Nous étions ornés. Qu’ils aient été ornés. Elle avait été ornée. Que je sois orné.

178. Exercice.

1. Narratum est. Narratum iri. Narrarentur. — 2. Exspectatur. Exspectatus est. Exspectati erunt. Exspectabamur. — 3. Vocatum iri. Vocandus. Vocatas esse. Vocatus erat. — 4. Curvari. Curvetur: Curvaremini. Curvare. — 5. Vulnerata est. Vulnerati eramus. Vulnerer. Vulnerati sunt. — 6. Conturbari. Conturbabuntur. Conturbati erimus. Conturbamini. — 7. Servatus eras. Servabitur. Servati essemus. Servandas. — 8. Vitati sint. Vitabamini. Vitatum iri. Vitati. — 9. Paramur. Parentur. Parati essent. Paratus eris. — 10. Ornare. Ornaremini. Ornati simus. Ornentur.

179. Version.

1. Je suis accusé par toi sans motif. — 2. Nous savons que le monde a été créé par Dieu. — 3. Bias naviguait un jour avec des impies. Comme le navire était ballotté par la tempête et que les impies eux-mêmes invoquaient les dieux: «Taisez-vous, dit-il, de peur que les dieux ne s’aperçoivent que vous naviguez sur ce bateau.» — 4. Les troupes innombrables des Perses furent mises en fuite par les Macédoniens. — 5. Les mauvais citoyens ornaient de fleurs le tombeau de Catilina. — 6. On annonça à Hannibal que les soldats du roi étaient dans le vestibule. — 7. L’éclat des flammes était avivé par les ténèbres de la nuit. — 8. Les douleurs et les soucis des hommes ne sont pas soulagés par les richesses. — 9. Il faut traiter le corps sans indulgence, de peur qu’il n’obéisse mal à l’âme. — 10. Comment pourra-t-on rassasier tant de milliers d’hommes? — 11. Néron avait ordonné de préparer du poison.

180. Thème.

1. Mundus Dei Providentia administratur. — 2. Cicero pater patriae appellatus est. — 3. Spartae, pueri ad aram Dianae virgis verberabantur. — 4. Felicitas ab hominibus semper optabitur. — 5. Ducenti milites vulnerati erant. — 6. Senes ipsi armentur et patria servabitur. — 7. Scio pueros bene educatos omnibus placere. — 8. Pater curabat ut filius bene educaretur. — 9. Nemo dubitabat quin dux in proelio necatus esset. — 10. Intellegebam has calamitates non vitatum iri. — 11. Haec calamitas sedulo est vitanda. — 12. Multi duces exercitus nostri in hoc proelio vulnerati sunt.

181. Version.

Cadmus et le serpent monstrueux. — Au sujet de Cadmus, fondateur de Thèbes, on raconte cette ancienne légende. Étant arrivé dans le pays qui lui avait été désigné par un oracle de Phébus, il envoya quelques-uns de ses compagnons dans la forêt voisine, pour puiser de l’eau à une fontaine. Mais on attendait en vain leur retour, en vain les autres compagnons de Cadmus les rappelaient à grands cris. Ce retard s’expliquait. En effet, dans les ténèbres de cette vieille forêt, se trouvait une caverne dissimulée

sous l’épais feuillage des arbres. C’est là qu’habitait lin serpent d’une taille prodigieuse, dont l’aspect seul terrifiait les habitants du voisinage. Sa taille et sa vigueur étaient si épouvantables, qu’il courbait ou renversait les arbres sur son passage. Les compagnons de Cadmus Savaient même pas eu le temps de saisir leurs armes pour résister; ils avaient été blessés par la morsure de l’animal qui vomissait un noir venin, ou étouffés par l’étreinte de ses anneaux.

182. Thème.

Cadmus et le serpent monstrueux. — Cadmus in silvam cum aliis sociis intrat Videt amicorum suorum vulnerata corpora. «O socii, exclamat, aut ipse hujus monstri viribus domabor, aut victoria mea servabimini; mea saltem fortitudo non conturbabitur.» Statim multa tela jactantur. Sed nunc pellis duritia hebetabantur, nunc colli jactatione vitabantur. Monstri ira magis ac magis concitabatur. Jam ejus impetus difficile intentato gladio tardantur. Tandem draconis collum ingenti jaculo ita perforatur, ut quercus trunco quasi clavo applicetur.

DEUXIÈME CONJUGAISON PASSIVE.

183. Exercice.

1. Vous serez détruits. Tu étais détruit. Être détruit. Devoir être détruit. — 2. Être augmenté. Avoir été augmenté. Augmentés. Que vous soyez augmentés. — 3. Qu’il soit rempli. Ils sont remplis. J’étais rempli. Qu’ils aient été remplis. — 4. Nous fûmes empêchés. Que vous fussiez empêchés. Que tu eusses été empêché. Je serai empêché. — 5. Que nous soyons avertis. Je suis averti. Tu fus averti. Elles auront été averties. — 6. Devant être craint. J’étais craint. Que tu sois craint. Vous serez craints. — 7. Effrayées; Que nous soyons effrayés. Avoir été effrayés. Vous aviez été effrayés. — 8. Que j’eusse été exercé. Tu es exercé. Ils seront exercés. Devoir être exercé. — 9. Que je fusse instruit. Que nous soyons instruits. Instruits. Vous étiez instruits. — 10. Vous aurez été émus. Nous avions été émus. Que je sois ému. Émus.

184. Exercice.

1. Deleremini. Delearis. Delebatur. Urbs delenda. — 2. Augebamini. Aucta. Augeamur. Augear. — 3. Impleretur. Impleris. Implebuntur. Impletum iri. — 4. Prohibitae erant. Prohibitos esse. Prohibiti simus. Prohibitos. — 5. Moniti eritis. Moniti eramus. Monear. Monitum. — 6. Timere. Timebor. Timeamini. Timeri. — 7. Territum iri. Territus sis. —Terrebamini. Terrebuntur. — 8. Exerciti sumus. Exerceremini. Exercitus esses. Exercendos. — 9. Doceri. Docerentur. Docti eramus. Doceantur. — 10. Commovebuntur. Commotus erit. Commovebamini. Commotum iri.

185. Exercice.

1. Narrat. Narrabunt. Narrare. (Il n’y a pas de forme active correspondant à l’adjectif verbal en -dus, voir Gr. § 68*), etc. — 2. Timere, craindre, sois craint ou tu es craint (timeris). Ornare, orner, sois orné ou tu es orné (ornaris). — 3. Aimez ou vous êtes aimés. — 4. Orna, ornare. Ornet, ornetur. Ornemus, ornemur. Ornate, ornamini. Ornent, ornentur. — 5 Doce, docere. Doceat, doceatur. Doceamus, doceamur. Docete, docemini. Doceant, doceantur. — 6. Ameris, subj. prés, passif; deleris, indic, prés, passif.

186. Version.

1. Qu’aucun d’entre vous ne soit effrayé par les menaces de l’ennemi. Qu’on remplisse les fossés avec des sarments. — 2. Cet homme espérait que nous serions émus de ses menaces. — 3. Rome fut autrefois assiégée pàr les Gaulois. — 4. Si vous aviez été craintives, vous auriez été effrayées par ce péril soudain. — 5. Il faut exercer la jeunesse au travail. — 6. Jamais la soif de la passion n’est apaisée. — 7. Que tous les autres se laissent effrayer par vos menaces, nous, du moins, nous ne serons pas effrayés. — 8. Ta mémoire augmenterait, si elle était exercée. — 9. Nous voyons que les membres des hommes sont mus par l’esprit et la volonté seuls. — 10. Qui peut douter que nos premiers devoirs ne soient dus à Dieu? — 11. Chez les anciens, on mélangeait souvent avec le vin de l’eau et du miel. — 12. Caton était d’avis que Carthage devait être détruite.

187. Thème.

1. Maxima reverentia magistro debetur. — 2. Pueri saepe per noctem vanis imaginibus terrentur. — 3. Nero ab omnibus Romanis timebatur. — 4. Necessitate urgebamur. — 5. Tace, ne hujus hominis ira augeatur. — 6. Tui amici audacia tuis laudibus augebitur. — 7. Quod remedium a vobis huic malo adhibeatur? — 8. Ferae territae, fugerunt. — 9. Imperium Romanum ab Augusto non solum servatum, sed etiam auctum est. — 10. Dux curabat ut milites in labore exercerentur. — 11. Scimus mortem optimorum civium ab omnibus fleri, fletam esse, fletum iri.

188. Version.

Le hérisson encombrant. — Un hérisson souffrait des rigueurs de l’hiver. Il pria la taupe d’étre assez complaisante pour lui accorder une place dans sa tanière souterraine. Comme il joignait les compliments aux supplications, la taupe ne pensa pas devoir refuser de loger un hôte si poli. Elle l’accueillit donc. Mais dans l’étroite tanière, chaque fois que l’un ou l’autre remuait, la taupe était meurtrie par les aiguillons de son voisin. Aussi elle prie d’abord poliment son hôte de se retirer. Ensuite comme ses prières touchaient fort peu le hérisson, elle lui ordonna nettement de s’en aller. Mais lui: «Pourquoi me chasse-t-on? Que celle qui trouve le logis incommode s’en aille, moi, je m’y trouve à l’aise.» — Cette fable nous avertit de ne pas accorder imprudemment l’hospitalité à des gens dont plus tard nous ne pourrions nous débarrasser.

189. Thème.

Le brochet ambitieux. — In amoeno amne pisces miserrimi erant. A crudeli lucio terrebantur. At ille, qui se timeri ab omnibus sentiebat, vehementi cupiditate urgebatur suum regnum augendi. Salmo quidam, qui usque ad Oceanum iter fecerat, ei dixit: «Hic impetus tui angustis ripis cohibentur. In mari audacia tua nullo fine continebitur.» Lucii superbia his verbis adhuc aucta est. Non dubitat quin mox ab omnibus piscibus timeatur et supremum imperium in oceano a se exerceatur. Nulla re deterritus est ab incepto. Sed in ipso amnis ostio a lupo absorptus est. — Nunquam cupiditas sine periculo expletur.

TROISIÈME CONJUGAISON PASSIVE.

190. Exercice.

I. Nous sommes honorés. J’avais été honoré. Vous êtes honorés. Qu’ils fussent honorés. — 2. Que vous soyez couverts. Il sera couvert. Ils auront été couverts. Devoir être couvert. — 3. Tu es confié. Devant être confiée. Que tu fusses confié. Qu’ils soient confiés. — 4. J’aurai été porté. Vous serez portés. J’étais porté. Elles auront été portées. — 5. Que nous eussions été conduits. Nous sommes conduits. Qu’il fût conduit. Qu’ils aient été conduits. — 6. Être plongé. Ils furent plongés. Tu avais été plongé. Ils seront plongés. — 7. Devant être brûlé. Qu’ils aient été brûlés. Qu’il soit brûlé. Nous sommes brûlés. — 8. Avoir été envoyés. Vous étiez envoyés. Que tu sois envoyé. Il fut envoyé. — 9. Nous étions aperçus. Avoir été aperçus. Que vous eussiez été aperçus. Tu fus aperçue. — 10. Qu’ils aient été tués. Devoir être tué. Qu’ils fussent tués.

191. Exercice.

1. Cultus eram. Colamini. Culta. Colebantur. — 2. Tegeris. Tegebantur. Tectus sit. Tectum iri. — 3. Crediti essemus. Creditae sunt. Credere. Creditus erat. — 4. Vecti sunt. Vectus. Vecti eramus. Vehebaris. — 5. Ducti erunt. Ductae essent. Ductus est. Ductus eram. — 6. Mersus erit. Mergeris. Mersus es. Mergentur. — 7. Adurar. Adurantur. Adusti sumus. Aduramur. — 8. Missa erat. Missos esse. Mittar. Mittereris. — 9. Conspectum iri. Conspiceremini. Conspiciemur. Conspecti eratis. — 10. Interficiuntur. Interficiantur. Interficiendi. Interfecti sunt.

192. Version.

1. On honore Dieu, non pas par des sacrifices de taureaux, mais par une conduite pieuse et droite. — 2. Les poètes chantent des choses merveilleuses, mais auxquelles il ne faut pas ajouter foi. — 3. Sache qu’on essaie en vain de retrouver l’occasion qu’on a laissé passer. — 4. On conduisait les enfants eux-mêmes aux banquets des Lacédémoniens, comme à une école de tempérance. — 5. Les consuls à demi nus passèrent sous le joug. Ensuite les légions une à une subirent la même humiliation. La plupart des soldats furent même menacés du glaive et certains furent blessés ou tués, lorsque leur physionomie avait offensé les vainqueurs. Dès que cette nouvelle fut annoncée, tous les citoyens ressentirent une profonde douleur. Aussitôt on envoie des chevaux, des armes, des vêtements. Bientôt de toutes les parties de la ville on s’élance vers les portes.

193. Thème.

1. Metuenda pericula populi precibus saepe pelluntur. — 2. Venenum saepe in auro bibitur. — 3. Segesta a Poenis capta erat et quidquid ornamento huic urbi fuerat, a victoribus erat abreptum. — 4. Pyrrhus tegula a muliere missa interfectus est. — 5. Sub noctem urbis portae claudentur. — 6. Quod promisisti faciendum est. — 7. Capti milites remissi sunt. — 8. In proelio oculus illi effossus erat. — 9. Plato dicit homines voluptate capi ut hamo pisces. — 10. Phaeton vehementer optabat ut in curru patris veheretur. — 11. Carmina quaedam, ab indoctis scripta, semper contemnentur. — 12. Arma sumenda sunt.

194. Version.

Une déesse germanique. — Hertha, c’est-à-dire la Terre, était honorée comme une divinité par les peuplades germaines qui habitaient sur le littoral. Il y avait dans une île de l’océan un bois sacré et dans ce bois, un char recouvert d’étoffe. Seul, le prêtre avait le droit d’y toucher. Quant à la déesse, qui était à l’intérieur, personne ne l’avait jamais vue, mais tous étaient convaincus qu’elle y était présente. Aux jours de fête, des vaches blanches étaient attelées à ce char et on promenait la déesse à travers tout le pays. Partout où elle arrivait, on laissait de côté toutes les occupations et les habitants étaient remplis d’une telle allégresse que personne ne voulait rompre la paix, ni prendre les armes. Puis, avant de ramener la déesse à son temple, on la baignait dans un lac solitaire. Ses serviteurs étaient plongés dans ce même lac.

Nota. — Cf. allemand: Erde; anglais: earth.

195. Thème.

Les souhaits de l’âne. — Omnia animalia veris reditu gaudio perfusa erant: a solo asino graves gemitus edebantur. Quotidie enim ad urbem magnam florum vim vehere cogebatur. Itaque aestatem omnibus votis expetebat. Aestas advenit. Varia olera, ad urbem vehenda, in asini dorsum congeruntur. Praeterea solis ardore aduritur. «Adveniat autumnus!» exclamat asellus ille miser. Sed quotidie ad urbem ducitur gravi pomorum onere pressus. «O hiems, inquit, adveni. Tunc tollentur a me clitellae.» Clitellae sublatae sunt. Sed miser asellus currui subjunctus est, in quo grave olentis fimi pondus impositum erat. — Homines quoque, eis ipsis quae votis expetiverunt, saepe laeduntur.

QUATRIÈME CONJUGAISON PASSIVE.

196. Exercice.

1. Que je sois empêché (je serai empêché). Devoir être empêché. Que j’aie été empêchée. Sois empêché. — 2. J’aurai été dégagé. Que vous eussiez été dégagés. Que nous soyons dégagés. Nous avons été dégagés. — 3. Devant être vêtu. Qu’ils eussent été vêtus. Qu’il ait été vêtu. Ils seront vêtus. 4. Que tu eusses été nourri. Que vous soyez nourris. Tu seras nourri. Nous sommes nourris. — 5. Qu’ils fussent gardés. Cela avait été gardé. Tu es gardé. Qu’il soit gardé. — 6. Tu seras adouci. Nous étions adoucis. Devant être adouci. Il aura été adouci. — 7. Qu’ils aient été entourés. Devant être entouré. Entouré. Devoir être entouré. — 8. Que nous eussions été couverts. Que vous fussiez couverts. Ils furent couverts. Nous sommes couverts. — 9. Que je sois trouvé (je serai trouvé). Être trouvé. J’aurai été trouvée. Qu’il soit trouvé. — 10. Attachés. Qu’ils eussent été attachés. Être attaché. Vous aviez été attachés.

197. Exercice.

I. Impediebatur. Impediti sitis. Impeditum iri. Impediti eramus. — 2. Expediar. Expedire. Expediatur. Expediremur. — 3. Vestitus esses. Vestitus est. Vestiti estis. Vestiri. — 4. Nutriti sint. Nutriantur. Nutrimur. Nutriebamini. — 5. Custoditus est. Custodiendus. Hoc custoditum esset, custodietur. — 6. Mollita est. Molliti essemus. Molliar. Mollitus eras. — 7. Saepitur. Saeptus es. Saeptus erat. Saepiantur. — 8. Opertum esse. Operimini. Opertus esset. Operiri. — 9. Inventi sunt. Invenieris. Invenienda. Invenire. — 10. Vinctus sim. Vinciebaris. Vincti eramus. Vinctum esse.

198. Version.

1. Les sommets des montagnes sont souvent couverts de nuages. — 2. Frappez et l’on vous ouvrira. — 3. Britannicus fut enseveli dans le Champ de Mars. — 4. Les anciens Germains étaient vêtus des dépouilles des bêtes sauvages. — 5. Nous avons vu dans la forêt une caverne entourée et revêtue de tous côtés de broussailles. — 6. Le général ordonna qu’on enchaînât les prisonniers. — 7. Nous savons qu’Alexandre le grand fut instruit par le philosophe Aristote. — 8. La ville n’était pas (n’avait pas été) suffisamment fortifiée. — 9. Le temps adoucira ta douleur. — 10. Les pères veillent à ce que leurs fils soient instruits soigneusement. — 11. Chez les Romains, une loi ordonnait que les morts fussent ensevelis en dehors des murs. — 12. Comme on demandait à un Lacédémonien pourquoi Sparte n’était pas entourée de remparts, il répondit qu’une ville devait avoir pour défense le courage de ses habitants. — 13. Il ne faut pas être esclave de ses passions.

199. Thème.

1. Prata floribus vestiuntur (vestita sunt, Gr. § 70, 3°). Terra, antea alta nive operta, mox messibus operietur. — 2. Croesus jussit thesauros suos Soloni aperiri. — 3. Pater sperabat filium diligenter eruditum iri. — 4. Pater curabat ut filius diligenter erudiretur. — 5. Catilina inventus est inter hostium cadavera. — 6. Cum miserorum nautarum cadavera inventa erunt, in litore sepelientur. — 7. Mare vidimus nubibus atris opertum. — 8. Romani narrabant Romulum et Remum a lupa nutritos esse. — 9. Captivos vobis tradam catenis vinctos. — 10. Oves diligenter a pastoribus custodiantur. — 11. Aqua ex fonte haurienda est.

200. Version.

Le renard et le hérisson. — Les Samiens se disposaient à livrer au supplice un magistrat qui s’était enrichi malhonnêtement. Ésope les en empêcha en leur racontant cette fable. Un renard tomba un jour dans une mare fangeuse, qui était bordée de roseaux. Comme ses pattes étaient profondément enfoncées dans la fange, il comprit qu’il ne pourrait jamais se tirer de cette mare et attendit la mort avec résignation. Mais bientôt son dos fut recouvert de mouches qui arrivaient en essaims nombreux. Elles déchiraient de leurs aiguillons le malheureux renard et lui suçaient le sang. Ses plaintes furent entendues d’un hérisson qui accourut aussitôt au bord de la mare. Touché de compassion, le hérisson se disposait à chasser les mouches, mais le renard lui dit: «Mon ami, ne prends pas cette peine. Ces mouches, qui se nourrissent de mon sang, seront bientôt rassasiées, et ne pourront plus me nuire. Si d’autres venaient prendre leur place, ce serait pour moi un nouveau supplice.»

201. Thème.

Le printemps. — Pueri, ver advenit. Omnia, longis hiemis frigoribus torpentia, e somno exciuntur. Rivi, quorum cursus aspero gelu impeditus erat, nunc expediti, (cum) laeto murmure festinant. Terrae sinus aperitur. Videte ut campi, diu sub alta nive sepulti, novis herbis et floribus vestiantur. Armenta, antea in stabulis custodita, nunc rura peragrant. Mox audietur dulcis avium cantus et miserorum mortalium curae laeto solis lumine mollientur.

RÉCAPITULATION

sur la conjugaison passive.

202. Version.

L’âne astrologue. — Bien des gens désirent connaître l’avenir. Aussi se laissent-ils souvent tromper par des imposteurs qui prétendent tout prévoir. Un roi avait chez lui un astrologue qu’il payait fort cher. Un jour qu’il avait l’intention de faire une promenade à cheval dans la campagne, il lui demanda quel temps il ferait. Après avoir regardé le ciel, l’astrologue lui donna l’assurance que la pluie ne gênerait pas sa promenade. Or, tandis que le roi parcourait la campagne, un paysan, qui l’aperçut, lui cria: «Sire, retournez à votre château. Car si vous restez dehors, vous serez bientôt complètement trempé par la pluie.» Le roi n’en continua pas moins sa promenade; mais voici que soudain le ciel se couvre de noirs nuages; la lumière du soleil s’obscurcit; une pluie si abondante se met à tomber que tous les fossés se remplissent d’eau. Le roi lui-même, insuffisamment abrité par le feuillage d’un arbre, aurait été complètement mouillé, s’il n’avait été conduit par le laboureur à une cabane voisine.

203. Version.

L’âne astrologue (suite) — Tandis qu’il faisait sécher ses vêtements dans cette cabane, le roi interrogea le paysan: «Je vois, dit-il, que tu m’as prédit exactement la pluie; mais comment as-tu fait pour la prévoir?» — «Sachez, répondit le laboureur, que j’entretiens chez moi un astrologue, qui me renseigne toujours exactement sur le temps qu’il fera. Aujourd’hui, en me rendant à la ville, j’ai vu que mon âne avait l’oreille basse; constamment il se battait les flancs avec sa queue; de temps à autre il allait se frotter au tronc d’un arbre: or, tous ces signes m’annoncent infailliblement la pluie.» Le roi, une fois que ses vêtements furent secs et que le vent eut chassé les nuages, retourna à son château et ordonna qu’on mit à la porte l’astrologue, qui, dans les choses de son métier, s’était laissé dépasser par un âne.

204. Thème.

Le travail. — Agricola quidam, qui mortem (sibi) proximam esse intellegebat, jussit filios accedere, «Parvus ager, inquit, post meam mortem vobis relinquetur. Cavete, filii, ne discordiis vestris eum vendere cogamini: Thesaurus enim, qui olim defossus est, in eo absconditus manet. Thesauri locus ab omnibus ignoratur; sed, si ager diligenter improbo labore versus et confossus erit, invenietur certe thesaurus et omnes locupletabimini.» Post patris mortem (mieux: Patre mortuo. Obs. 194), ager undique versus et confossus est ab agricolae filiis. Nullus quidem thesaurus inventus est, sed in agro sic culto mira messis demessa est (mirae fruges demessae sunt). — Labor homini thesaurus est.

205. Questionnaire.

1. Voir gram. § 64. — 2. Le présent de l’indicatif et le supin. — 3. Amare, aimer, sois aimé, tu es aimé (amaris). — 4. Contemnĕre, mépriser ou sois méprisé; contemnēre (ēris), tu seras méprisé. — 5. Dans vocatum esse, vocatum est un participe; dans vocatum iri, c’est un supin. — 6. Ceux qui admettent un complément à l’accusatif (complément d’objet direct). — 7. C’est un passif, employé sans sujet apparent. — 8. Mea sitis expletur, ma soif est en train de s’apaiser; expleta est, elle est apaisée (c’est chose faite, Gr. § 70*). — 9. Lecturus (actif), sur le point de lire; legendus (passif et marquant l’obligation), devant être lu. — 10. Par l’ablatif seul, s’il s’agit d’un nom de chose; par l’ablatif avec ab, s’il s’agit d’un nom d’être vivant. — 11. A rege impedior; morbo impedior. — 12. C’est une proposition particulière composée essentiellement d’un nom et d’un participe à l’ablatif, que l’on traduit comme s’ils étaient au nominatif. — 13. Les ennemis ayant été vaincus (après la défaite des ennemis), le général ramena ses troupes dans le camp.

VERBES DÉPONENTS.

206. Version.

I. 1. Nous plaisantons. Plaisante. Il plaisantera. Vous aurez plaisanté. — 2. Que tu médites. Vous avez médité. Sur le point de méditer. Pour méditer. — 3. Vous vous étonnez. Que tu te sois étonné. S’étant étonné. A s’étonner. — 4. Ils protégeaient. Nous avions protégé. Avoir protégé. Devant être protégés. — 5. Que nous errassions. Qu’il eût erré. En errant. Errant.

II. 1. Jocantem. Jocando. Jocati essemus. Jocaretur. — 2. Meditabaris. Meditati eratis. Meditatum esse. Meditandae. — 3. Mirabimini. Mirare. Miraris. Mirati erunt. — 4. Tutamur. Tutemini. Tutatus. Tutatu. — 5. Ad vagandum. Vagatus sis. Vagaturum esse.

207. Exercice.

I. 1. Ami, console-moi. — 2. Les taureaux se défendent avec leurs cornes. — 3. Caton s’étonnait qu’un haruspice n’eût pas envie de rire en voyant un autre haruspice. — 4. Il fut un temps où les hommes erraient dans les champs à la manière des bêtes sauvages. — 5. Cet homme par ses sottes plaisanteries a offensé ses amis. — 6. Mon fils, priez Dieu, il vous secourra. — 7. Il faut méditer ce discours.

II. 1. Poetae scriptis suis aegros consolantur. — 2. Adversus inimicos vestros vos tutabimur. — 3. Cur mirati estis? Jocabamur. — 4. Cicero dicit antiquos homines in agris vagatos esse. — 5. Jocaris, ut nos consoleris. — 6. Deus tibi auxiliatus esset, si eum precatus esses.

208. Version.

Plaisante réponse d’un Tarentin. — Les habitants de Tarente, qui se disposaient à faire la guerre aux Romains prièrent le roi Pyrrhus de venir à leur secours. Pyrrhus amena bien dans leurs murs une garnison, mais avec l’intention d’établir chez eux sa domination plutôt que de les protéger. Aussi les Tarentins déploraient leur sort sans dissimuler leur mécontentement. Surtout quand, dans leurs banquets, ils étaient échauffés par le vin, ils se plaignaient hardiment et accusaient la mauvaise foi du roi. Celui-ci, auquel on avait dénoncé la chose, fit venir immédiatement un de ceux qui l’avaient attaqué. Il lui demanda si ce qu’on était venu lui raconter était exact. Le Tarentin se tira d’affaire par une plaisanterie: «Nous t’avons, dit-il, adressé bien des injures; mais cela ne doit pas te surprendre: nous plaisantions après boire, et nous allions dire des choses plus outrageantes encore, si le vin ne nous avait pas manqué.»

209. Thème.

Une conversion soudaine. — Polemo adulescens gloriabatur quod (per) totas noctes convivaretur neque unquam ante solis ortum e convivio surgeret. Quodam die, cum post convivium mane per urbem vagaretur, Xenocratem philosophum discipulos docentem conspicatus est. Vino gravis et capite rosis (mieux: rosā. Gr. § 351 bis 1°) coronato, jocandi causa inter discipulos consedit. Omnes indignabantur; sed philosophus, oratione quam meditatus erat mutata, discipulos suos hortari coepit, ne adulescentes dissolutos imitarentur, multa et admiranda de temperantia dixit. Polemo, praecepta philosophi miratus, una oratione sanatus est et ipse postea magnus fuit philosophus.

210. Exercice.

I. 1. J’aurai avoué. Il avouera. Que tu eusses avoué. Vous avouez. — 2. Tu mérites. Que vous méritiez. Avoir mérité. Que vous eussiez mérité. Que je méritasse. — 3. Vous aviez promis. Que nous promissions. Sur le point de promettre. Vous avez promis. Il promettait. — 4. Tu paraîtras. Je paraissais. Paraître. Ils parurent. Il aura paru. — 5. Ils osèrent. Que j’aie osé. Oser. Devant être osé. Ose.

II. 1. Fassus esses. Fassus sim. Fassum esse. Fatemini. — 2. Mererentur. Merearis. Mereri. Merear. Merebimini. — 3. Pollicemur. Pollicere. Pollicendo. Ad pollicendum. Polliciti eramus. — 4. Videbaris. Visi simus. Visi essetis. Visae erunt. — 5. Audete. Ausi essemus. Audebitis. Ausus sim.

211. Exercice.

I. 1. Je ne nierai pas, mais j’avouerai ma faute. — 2. Le consul promit qu’il s’occuperait activement de l’affaire. — 3. Solon semblait insensé à Crésus. — 4. Les captifs étaient si abattus qu’ils n’osaient pas regarder en face leurs amis qui les consolaient. — 5. Scipion avait coutume de venir dès l’aurore au Capitole pour prier les dieux. — 6. Nos amis n’avaient pas osé nous secourir.

II. 1. Peccatum suum ita fatetur, ut id non fateri, sed profiteri videatur. — 2. Non solum fatebaris, sed etiam profitebaris scelus tuum. — 3. Nondum fassi sunt, sed mox fatebuntur. — 4. Nostra victoria laeti visi eratis. — 5. Hoc polliceri non ausus es. — 6. Omnes hoc tibi polliciti sumus.

212. Version.

Promesse de loup. — Un loup, pris au piège, fit l’aveu de ses crimes au laboureur. Il promettait d’être plus sage à l’avenir, «Aie pitié de moi, dit-il; j’avoue que j’ai blessé ton chien et emporté tes brebis; mais si tu me prends en pitié et que tu me délivres de ce piège, je promets que je ne volerai jamais tes brebis. Je les protégerai toujours contre les autres loups. Je me nourrirai d’herbes et de poissons.» Le laboureur, qui était sans malice, persuadé que le loup promettait de bonne foi, le délivra et même entoura sa patte de bandes d’étoffe, pour guérir sa blessure. Comme le loup regagnait la forêt voisine, il aperçut le pourceau du laboureur, qui se vautrait dans une mare fangeuse. Sans le considérer longtemps, il s’écria: «Cet animal, qui se plonge dans l’eau, me semble bien être un poisson.» Et il dévora le pourceau. — Il est bien difficile d’amender les caractères naturellement portés au mal.

213. Thème.

Le loup mal avisé. — Lupus quidam, qui fame urgebatur, huc et illuc intuebatur, praedam quaerens. Anserem vidit nec diu intuitus, eum statim corripuit. Cum eum in silvam asportaret, anser, supremum sibi advenisse diem ratus, nisi dolo calamitati suae mederetur, ad lupum (conversa) «Fateor, ait, nullam a me salutem sperari, itaque neque te orabo ut mei miserearis, neque dicere verebor quod sentio (quid sentiam): animal es omnium sceleratissimum.» Lupus, hoc convicium repellendum esse ratus, dentes diduxit ut responderet. Sed anser, evolavit, «Fateor, inquit lupus, me hanc jacturam meritum esse: cur veritus sum convicia audire quae merebar?»

214. Exercice.

I. 1. Tu tombes. Tu tomberas. Vous étiez tombés. Vous tombez. Je tombais. — 2. Que vous vous plaigniez. Qu’il se plaignît. Vous vous serez plaints. Que tu te plaignisses. En se plaignant. — 3. Qu’ils se servent. Sur le point de se servir. Sers-toi. Se servant. Vous vous êtes servies. — 4. Que je meure (je mourrai). Il mourut. Sur le point de mourir. Je serai mort. Morts. — 5. D’attaquer. J’aurai attaqué. Tu attaques. Tu attaqueras.

II. 1. Labendo. Lapsus. Labetur. Labere. — 2. Questi sint. Questa erat. Querimini. Questus est. — 3. Usus essem. Usae sunt. Utatur. Usos. — 4. Mortuum esse. Mori. Ad moriendum. Moriendo. Moriturum esse. — 5. Aggrediamini. Aggrediendi. Aggrederentur. Aggredere.

215. Version.

1. Les avantages dont nous profitons, la lumière dont nous jouissons, nous viennent de Dieu. — 2. Vous suivrez les recommandations du maître. — 3. Je crains que tu ne te fâches contre moi. — 4. Qui donc ignore que Dieu s’irrite contre les impies? — 5. Les anciens Germains, manquant d’or et d’argent, échangeaient les marchandises. — 6. Je ne partirai pas avant de t’avoir parlé. — 7. Je t’ai souvent vu te fâcher sans raison. — 8. Pour quelle raison es-tu parti d’ici? — 9. Je t’ai écrit, afin de converser avec toi quoique absent. — 10. Ménage les biens que tu possèdes actuellement. — 11. Nous attendions une occasion d’attaquer le camp des ennemis. — 12. Il faut mourir courageusement. — 13. Les gladiateurs, entrés dans l’arène, dirent: «O César, ceux qui vont mourir te saluent.»

216. Thème.

1. Scimus Jesum pro nobis mortem passum esse. — 2. Saepe in hanc domum ingressus es. — 3. Amici morientis manum tenentes juraverunt. — 4. Scythae lacte et melle vescebantur. — 5. Britannicus, in medium progressus, canere incepit. — 6. Nero in urbem jam regressus erat. — 7. Populus e theatro egrediebatur. — 8. Amicus meus mihi dixit se statim profecturum. — 9. Suasi amico meo ut statim proficisceretur. — 10. Regredere statim ad nos. — 11. Caesar nihil obliviscebatur, praeter injurias. Regressus in urbem, omnibus suis inimicis ignovit. — 12. Morituri impii suum fatum querentur.

217. Version.

Étranges monstres. — Les écrivains anciens nous font des récits incroyables concernant des races d’hommes monstrueux. Ils prétendent qu’autrefois chez les Parthes naissaient des hommes qui n’avaient qu’un œil sur le front. Si nous ajoutons foi à ces légendes, en Albanie naissaient des hommes dont les cheveux blanchissaient dès l’enfance; ils ne jouissaient pas de la lumière du soleil et sortaient des maisons seulement la nuit, parce que l’éclat du soleil les aveuglait. Sur les montagnes de l’Inde, vivaient des hommes qui, par les traits de leur visage, rappelaient entièrement des chiens, au point qu’ils ne parlaient pas, mais aboyaient. A l’extrémité de l’Orient naissaient des hommes qui n’avaient qu’une jambe. Ils se tenaient debout sur cette jambe seule. Certains prétendent qu’ils se servaient si adroitement de cette jambe unique, qu’ils ne tombaient jamais et parvenaient, en s’avançant par bonds, à prendre à la course les animaux les plus rapides, dont la chair formait leur nourriture.

218. Thème.

Le bon écolier. — Ante omnia, discipulus qui bona fama frui cupit, suis erga Deum officiis fungetur. Ubi expergiscetur, gratias Deo aget et, obdormiscens, optabit ut post vitam pure actam moriatur. Discipulus qui his omnibus officiis diligenter functus erit facile magistri praeceptis obsequetur. Cum magistrum loquentem audiet, ne loquatur ipse. Non eos imitabitur quos irascentes videmus cum poena plectuntur. Intelleget potius meliorem vitam amplectendam esse. Ne queratur apud magistrum, nisi de gravi causa. Sic discipuli bonam adipiscuntur famam et omnium amicitia fruuntur.

219. Exercice.

I. Ils approuvèrent. Qu’il approuve. Que j’approuvasse. D’approuver. Avoir approuvé. — 2. Tu avais expérimenté. Ayant expérimenté. Tu expérimentais. Vous expérimentez. Pour expérimenter. — 3. Mentant. Qu’elle ait menti. Vous mentirez. Ils auront menti. En mentant. — 4. Nous mesurions. Vous mesurez. Mesure. Que j’aie mesuré. Sur le point de mesurer. — 5. Il commençait. Elle commença. Ayant commencé. Que nous commencions. Que tu eusses commencé.

II. 1. Assentietur. Assentiamini. Assensus. Assentiri. — 2. Experiendus. Experti sunt. Experiemini. Experiar. — 3. Mentiri. Mentitum esse. Mentimini. Mentiti essent. — 4. Metimur. Mensae erunt. Mensus esses. Mensus eram. — 5. Ordiretur. Orsus es. Ordire. Ordiri.

220. Exercice.

1 I. 1. Le père se fâche, parce que le fils a menti. — 2. Brutus, après s’être emparé d’un grand nombre de villes en Espagne, mérita le nom de Callaïque. — 3. La nature a accordé aux hommes des avantages innombrables. — 4. Tu mens et tu me flattes av