Question sur une inscription



  • Salvete,
    Ce dimanche, j'ai été visiter l'oratoire de Germigny-des-prés (Loiret, France) et au dessus de la porte, j'y ai vu l'inscription suivante :
    "haec in honore dei theodulfus templa sacravi quae dum quisquis adis, oro memento mei"
    Très heureux de mettre à profil mes premières connaissances du latin, je me suis néanmoins demandé pourquoi :

    • templa était au pluriel
    • sacravi était à la première personne du singulier (et pas "sacravit" avec "Theodulfus" comme sujet ?)
    • adis était à la deuxième personne du singulier (et pas "adit" avec "quisquis" comme sujet)

    Merci pour vos éclaircissements.

    Axel



  • Bonjour Axel,

    Quelle belle expérience et comme vous êtes privilégié de pouvoir visiter de tels lieux! En lisant le latin, c'est passionnant de se sentir comme faisant partie de cette culture, plutôt que comme un spectateur étranger qui regarde ces choses de l'extérieur comme des pièces de musée. En supprimant le latin, les mondialistes veulent nous déraciner et nous transplanter dans la monoculture globale.

    Pour répondre à vos questions:

    Templa au pluriel: on le retrouve parfois dans les auteurs avec le sens du singulier. Pensez à la façon dont on se sert du mot "lieu" au singulier et au pluriel. On pourrait dire indifféremment: «j'ai balayé ce lieu ou ces lieux.»

    Théodulfe parle à la première personne en se nommant, d'où sacravi et non sacravit. En français on se servirait d'un pronom accompagné du nom propre, mais pas nécessairement en latin: «Moi, Théodulfe, ai mangé un bifteck...»

    Il s'adresse directement à vous, donc adis est à la deuxième personne. Il y a un contact privilégié entre lui et vous à travers les siècles et il vous parle directement en latin. Je ne sais pas si on peut dire en français: «quiconque mangez des biftecks», mais on peut certainement dire «vous qui mangez des biftecks», ce qui aurait à peu près le même sens.

    Alors, quelle est votre traduction?



  • "Ici, Theodulfus a consacré des temples en l'honneur de Dieu afin que quiconque vient ici se souvienne de ma mémoire"

    Mais il y a sans doute moyen d'améliorer cette traduction.



  • Et en tenant compte de mes explications?



  • "Ici, moi, Theodulfus j'ai consacré des temples en l'honneur de Dieu afin que toi qui vient ici te souvienne de ma mémoire"



  • Pas mal... d'autres volontaires? Matthieu?



  • "haec in honore dei theodulfus templa sacravi quae dum quisquis adis, oro memento mei"

    Je suis pas mal certain de la première partie :

    Moi Theodulfus, j'ai consacré ce temple en l'honneur de Dieu ...

    Ça se corse pour le reste :

    ... lequel quiconque pendant que tu y viens, je prie : souviens-toi de moi.



  • C'est proche, tout ce qui te manque c'est de traduire en français moins littéral. Essaye de rendre ça plus intelligible.



  • ... lequel quiconque pendant que tu y viens, je prie : souviens-toi de moi.

    Un peu mieux :

    ... pour que toi qui y viendras, je t'en prie, tu te souviennes de moi.



  • Ce serait mieux "quand tu y viens", puisque dum n'exprime pas la finalité. Il n'a pas consacré le temple pour qu'on se souvienne de lui, mais en l'honneur de Dieu. Il nous dit en passant: quand tu y seras, rappelle-toi de moi, je t'en prie.



  • Cette inscription est très belle et très chrétienne. Elle nous fait penser à un pasteur qui s'adresse à ses brebis. Les inscriptions des temples romains sont beaucoup plus formelles. On aurait lu quelque chose du genre: Theodulfus episcopus Deo maximo honoris causa ad perpetuam hominum memoriam dicavit (on n'est pas sûr si honoris causa est celle de Dieu ou de l'homme!).


Se connecter pour répondre
 

Il semble que votre connexion ait été perdue, veuillez patienter pendant que nous vous re-connectons.