Aux latinistes : comment avez-vous appris le latin ?



  • Pierre a posé une bonne question qui s'adressait à Daniel. Je crois qu'il vaut la peine d'en faire un sujet à part. Sa question était :

    Je [me] demande bien comment Daniel a développé ses compétences en latin. Est-il un produit des cours classiques ?

    De mon côté, j'adresse la question à tous les latinistes qui pourraient visiter ce site. Comment avez-vous appris le latin ? Avez-vous des conseils à nous donner ? Plus vous en écrivez, plus on aimera ça !

    Le site est encore à ses débuts, donc je ne m'attends pas à une avalanche de réponses. Si Daniel peut bien nous répondre, ça sera déjà bon !



  • C'est vraiment pas compliqué. J'ai acheté un manuel de latin de première année d'université. J'ai fait tous les exercices mentalement. J'avais 18 ans et je travaillais dans un endroit où j'avais du temps pour lire, donc je traînais le manuel avec moi et je le consultais périodiquement. Au bout de quelques temps, peut-être six mois, j'avais passé au travers.

    Par la suite, j'ai suivi des cours de latin à l'université qui ne m'ont pas appris grand chose. J'étais étonné de voir à quel point les étudiants ne s'intéressaient pas au latin. Ils suivaient les cours parce qu'ils étaient obligatoires dans leur programme (études anciennes). Je me souviens d'un vieux prof qui m'avait dit à la fin de la session comment cela avait été plaisant de m'avoir comme étudiant parce que je m'intéressais à la matière!

    Ce qui m'a vraiment appris le latin, c'est la lecture. BEAUCOUP de lecture, surtout des auteurs classiques. J'ai passé au travers de Tite-Live, Virgile, Tacite, César, Sénèque, la majorité de Cicéron... et je n'ai pas fini. J'en ai pour le restant de mes jours. La lecture devient une sorte d'immersion. On apprend intuitivement ce que les grammaires ne peuvent pas nous apprendre. En plus, on devient plus cultivé. Présentement je lis Boèce et du coup j'apprends beaucoup sur le néoplatonisme. Ma lecture de Sénèque m'a aidé à apprécier le stoïcisme, à appliquer certains principes à ma propre vie et à faire des parallèles avec le christianisme.



  • Votre réponse est encourageante. D’une part, on peut apprendre en autodidacte le latin et d’autre part, c’est la lecture qui demeure la clé de la réussite après avoir suivi, bien entendu, un bon cours de première année. J’espère que vous n’avez pas trouvé ma question trop indiscrète. Je vous remercie infiniment d’y avoir répondu. Aussi, je tiens à vous féliciter de votre ténacité. Vous avez dû faire des efforts soutenus, et ce, pendant de nombreuses années, pour en arriver à un tel niveau d’excellence.



  • C'est pas tellement d'effort quand on y prend plaisir!



  • Vous avez bien raison. Le plaisir est souvent un facteur déterminant dans toute démarche d'apprentissage. Depuis une semaine, je me suis remis à l’étude grâce à votre Cercle latin de la Nouvelle-France. Vous m’avez donné également plusieurs conseils pédagogiques et fait découvrir plusieurs méthodes latines. Vous m’avez surtout communiqué un enthousiasme renouvelé pour l’étude du latin. Encore une fois, un grand merci.



  • À l'École ! Pendant 4 ans. Avec tout le bataclan: dico, grammaires et méthode française de Gal. En général, j'ai appris pas mal. Depuis des années, en fait, depuis mon ordination en 1981, je lis tous les jours le latin de mon bréviaire. Malgré tout, je ne me considère pas comme un expert. Mais je sais où trouver mes informations et comment communiquer un tant soit peu en latin. Mon dernier livre lu en latin: "Hobbitus Ille, de Tolkien. (lien:https://latin4everyone.files.wordpress.com/2013/06/hobbitus-ille-the-latin-hobbit-j-r-r-tolkien.pdf0_1467150659720_Capture d’écran 2016-06-28 à 17.50.25.png



  • @Denis-Saint-Maurice Je me demande si c'est du bon latin ou du latin de cuisine comme Harry Potter. En plus du mauvais latin, l'histoire était tellement ennuyante que j'ai abandonné vers la moitié. Je ne comprends pas pourquoi la série Harry Potter a eu tant de succès. Mais Tolkien, ça c'est autre chose complètement. À quand le Seigneur des Anneaux? Ce serait un gros travail de traduction.



  • @daniel Hobbitus Ille reprend l'histoire intégrale sans aucun abrégé. Il y a des néologismes, nécessaires (hobbitus, orcus, etc...). Le style de latin n'est pas ecclésiastique. Pas de majuscules sauf pour les prénoms et noms propres de lieu. Autre exemple: pas de différences entre u et v. Tout est u (uerbum domini). Ce qui est un peu agaçant. Mais le traducteur, un expert latiniste de Oxford (Oxoniense) explique qu'il a préféré le latin classique au latin ecclésiastique. Cela se défend...



  • @Denis-Saint-Maurice Vous piquez ma curiosité. J'ai déniché ceci avec Google Images:

    0_1467156881389_hobbitusilleincipit.jpg

    Je dois dire que le latin est de loin supérieur à Harry Potter. Personnellement je trouve le style classique plus expressif. Le latin ecclésiastique est plus pauvre, ce qui en fait une variété plus facile à apprendre et par conséquent mieux adaptée à la liturgie, mais il est moins approprié pour la littérature. D'ailleurs j'ai remarqué que les encycliques des papes se rapprochent plus du latin classique que du latin ecclésiastique, probablement à cause de la complexité des idées à communiquer.



  • yes, indeed



  • @Denis-Saint-Maurice

    Vous voulez sans doute dire : « Ita, vero ! », ce qui est du meilleur latin, tout de même !

    Je possède aussi le roman HOBBITUS ILLE, mais je ne m'y suis pas encore attardé, car je dois dire que l'absence de majuscules et ces « u » à la place des « v » et des « i » à la place des « j » n'emportent pas mon adhésion ! Si l'on veut utiliser le latin comme une langue vivante, il ne faut pas la scléroser ainsi, sous prétexte de la conserver au plus près de sa forme antique ! Quelle que soit la langue, toute évolution qui en augmente la clarté devrait être la bienvenue !

    À l'école secondaire, j'ai étudié la méthode CL15, qui avait l'avantage d'enseigner la langue comme une langue vivante, mais, de ma propre initiative, en 3e année du secondaire, je me suis procuré LE LATIN SANS PEINE et me suis mis à l'étudier, en plus de la méthode employée à l'école. C'était en 1970. Après plusieurs abandons et reprises, ce n'est qu'en 1999 que j'ai terminé une première fois l'étude de l'ouvrage de Clément Dessessard. Je ne parle pas encore couramment latin, hélas, mais je suis arrivé à tenir parfois de courtes conversations et à écrire de brèves lettres.

    En 1972, j'ai écrit (en français) à la société Spear, en Grande-Bretagne, pour lui suggérer de faire une version latine du jeu de scrabble. On a rejeté mon idée, mais, depuis 2010, le jeu existe en version latine ! Je l'ai acheté sur Internet et j'ai eu l'occasion de jouer deux fois avec deux amis différents. Par ailleurs, la même année, j'ai écrit aux éditions Dargaud pour leur suggérer de publier les aventures d'Astérix en latin et l'on m'a répondu que ce ne serait pas rentable. Toutefois, environ cinq ans plus tard, on a commencé à sortir les albums d'Astérix en latin ! À ce jour, il y en 23 ou 24, dont le dernier, PAPYRUS CAESARIS vient de sortir. Je l'ai précommandé, il y a quelques mois, sur Amazon.fr et il est prévu que je le recevrai le ou aux environs du 24 août prochain. En outre, deux des aventures de Tintin ont été publiées en latin, soit CIGARIS PHARAONIS et DE INSULA NIGRA. Récemment ont aussi été publiés les deux premiers tomes d'une bande dessinée intitulé MURENA. J'ai lu le premier tome et suis en train de lire le deuxième, en m'aidant de l'original français, emprunté à la bibliothèque municipale de Québec.

    On trouvera aussi, sur Amazon, des traductions latines récentes des contes de Béatrix Potter, dont FABULA DE PETRO CUNICULO. De plus l'Institut des langues européennes (ELI) de Recanati, en Italie, a publié plusieurs albums de Donald le Canard (Donaldus Anas), de la souris Mickey (Michael Musculus) et de Popeye (Popaedius) dans la langue de César, en plus de publier une revue illustrée pour les jeunes, intitulée ADULESCENS, qui paraît de septembre à juin.

    En outre, on peut trouver sur YouTube, un moyen métrage de quelque 40 minutes entièrement en latin et qui s'intitule IMPERATOR. Enfin, car il faut bien s'arrêter, j'ajouterai que l'American Classical League a produit 24 émissions de télévision d'environ quinze minutes chacune, qui permettent de voir des bulletins de nouvelles en latin, tels qu'ils auraient pu exister si la télévision avait existé dans l'Antiquité. Je m'en voudrais d'oublier de dire qu'il existe aussi un film de 15 minutes intitulé FRA JACOBUS, qui représente, en dessins animés, la version latine de la chanson FRÈRE JACQUES.

    Voilè le genre de documents qui nourrissent ma connaissance du latin.

    J'ai récemment recommancé l'étude du LATIN SANS PEINE et vais aussi étudier la méthode LINGUA LATINA PER SE ILLUSTRATA.
    Je compte bien écrire bientôt en latin dans ce forum.

    Paul RIVARD
    (Paulus)



  • Une belle histoire de constance et de travail. Et bien sur, c'est ainsi qu'on apprend les langues modernes. Pourquoi pas le latin.

    Il y a quelques années, j'avais identifié un poste de radio de la Finlande ou de l'Islande, je ne me souviens pas) qui présentait un bulletin de nouvelles en latin assez régulièrement. Etonnant, mais très intéressant pour saisir les grandes lignes de la langue dans son aspect contemporain.

    Hobbitus Ille est une excellente traduction, très correcte et classique de la Rome antique. On s'habitue assez vite aux particularités de ce style. L'humour et la finesse de Tolkien est bien rendu.



  • Avant de réagir aux propos que je viens de lire, je dois prier mon lecteur principal et tous les autres de m'excuser de l'erreur d'inattention qui m'a fait écrire « recommancer » au lieu de « recommencer ».

    En ce qui a trait aux émissions de radio en latin, il s'agit d'une réalisation finlandaise, qui existe toujours et qui consiste en un bulletin hebdomadaire de nouvelles du monde. Ainsi, chaque vendredi, un nouveau bulletin est diffusé et l'émission s'appelle NUNTII LATINI (soit : « Nouvelles latines »). On peut lire le texte, en même temps qu'on en écoute la lecture. En outre, il est possible d'écouter (et de lire) de nombreux bulletins précédents. En cherchant dans un moteur de recherche ou fureteur, comme Google, on peut trouver assez facilement. Quand j'aurai le temps, je pourrai donner l'adresse exacte. Je signale aussi, tout de même, qu'un professeure finlandais chante, en latin, les plus grands succès d'Elvis Presley. Je possède l'un de ces trois disques. Notamment, on peut y entendre NON POSSUM NON ADAMARE TE, version de I CAN'T HELP FALLING IN LOVE WITH YOU. Ce professeur s'appelle Jukka AMMONDT et il a aussi fait une disque de chansons en sumérien !
    Vale !



  • @Denis-Saint-Maurice
    Je viens de constater que j'ai écrit « professeure », au lieu de « professeur ». Je suis désolé.



  • @Paulus a dit

    Je viens de constater que j'ai écrit « professeure », au lieu de « professeur ». Je suis désolé.

    Ne vous en faites pas. Errare humanum est !

    Il est possible de corriger vos messages en cliquant sur les trois petits points verticaux en bas à droite de vos messages et en cliquant "éditer".

    Je serai intéressé éventuellement au scrabble en latin. Merci pour toutes ses informations !



  • @matthieu

    Bonjour, Matthieu !

    Le scrabble en latin a été lancé en 2010 par les sociétés Mattel et J.M. Spears & Sons (cette société même à laquelle j'avais écrit en 1972 pour lui suggérer de sortir la version latine du jeu et qui m'avait répondu que c'était sans intérêt commercial [ou quelque chose du genre]) en association avec la société Tinderbox Games, toutes de Grande-Bretagne, si je ne me trompe. Je l'ai commandé le 31 mars 2011 sur le site eBay et l'ai reçu le 11 avril 2011 de la part de la firme Celestial Games & Books. Je l'ai payé 26,08 livres + 7,95 livres d'expédition, soit un total de 33,93 livres sterling, ce qui veut dire environ
    le double en monnaie canadienne, c'est-dire 68 $.

    Je viens d 'aller vérifier sur Amazon.ca et il coûte actuellement 107,38 $ + 9,95 $ de frais d'envoi, ce qui donne 117,33 $.
    Sur Amazon.fr le prix de base est de 146 euros ! Par curiosité, je suis allé voir sur EBAY.CA et il n'apparaît pas. Peut-être faudrait-il aller voir sur les site eBay des autres pays. Si vous le trouvez ailleurs que sur EBAY.FR ou sur un autre site d'un pays non francophone, je vous suggère et même vous prie de communiquer en français avec tout vendeur, quel qu'il soit, car c'est vous qui serez dans la position de l'acheteur et c'est le vendeur qui doit comprendre et utiliser la langue du client, pas l'inverse. Il faut se faire respecter et c'est ce que je fais !

    Par ailleurs, je ne vois pas « trois petits points verticaux à bas à droite de vos messages ». Je vais donc bien relire avant de cliquer sur ENVOYER.

    J'ajoute, à votre attention et à celle des autres lecteurs du forum, trois autres renseignements qui me semblent dignes de votre intérêt et du leur :

    1. on peut s'abonner gratuitement à un périodique en latin et en ligne, appelé HEBDOMADA AENIGMATUM, soit en écrivant ce titre dans un fureteur, soit en allant directement sur le site www.MyLatinLover.it ;
    2. en écrivant « chansons en latin » dans un fureteur, on en trouve plusieurs dizaines ; on peut aussi écrire « cantilenae latinae » ou « versions latines de chansons modernes »
    3. dans le site YouTube.com, on trouve aussi de nombreuses chansons en latin, notamment la version latine de la chanson thème du film TITANIC ; par ailleurs, de nombreuses chansons de films de Disney ont été traduite par une latiniste enthousiaste prénommé Olivette.

    Merci de votre attention. À bientôt !



  • @matthieu

    Rebonjour, Matthieu !

    Est-il possible de connaître l'adresse postale du Cercle latin de la Nouvelle-France? Par ailleurs, si l'on verse une cotisation, sera-t-il possible de recevoir une carte de membre en bonne et due forme et en latin, s'il vous plaît, ou bilingue latin-franc¸ais?
    Comment se fait-il que l'on n'arrive pas à trouver le cercle sur Internet, lorsqu'on le cherche sous son nom latin ?

    J'espère ne pas vous embêter avec mes questions, mais je ne sais pas avec certitude à qui les poser.

    Merci de votre attention.



  • @Paulus a dit

    Est-il possible de connaître l'adresse postale du Cercle latin de la Nouvelle-France?

    Bonne question ! Il n'y a qu'une adresse courriel pour le moment qui est affichée en bas de la page principale. En effet, nous n'avons pas encore d'adresse postale officielle. Daniel devra peut-être voir à cela.

    Par ailleurs, si l'on verse une cotisation, sera-t-il possible de recevoir une carte de membre en bonne et due forme et en latin, s'il vous plaît, ou bilingue latin-franc¸ais?

    À vrai dire, c'est quelque chose que nous n'avions pas envisagé. Pour cela également, Daniel devra peut-être voir à cela.

    Comment se fait-il que l'on n'arrive pas à trouver le cercle sur Internet, lorsqu'on le cherche sous son nom latin ?

    Il faut chercher "circuluslatinus.org" sur Google. Par contre, ça redirige vers le nom en français cerclelatin.org.

    J'espère ne pas vous embêter avec mes questions, mais je ne sais pas avec certitude à qui les poser.

    En effet, il faudrait clarifier les choses à ce niveau. Le grand responsable est Daniel. C'est lui qui a eu l'inspiration de fonder le Cercle latin de la Nouvelle-France, qui a transcrit tous les manuels et qui a créé presque tout le contenu sur le site. Un travail de moine! Donc il est la personne de référence (en plus d'être compétent en latin!). Moi et l'abbé Saint-Maurice sommes des collaborateurs à ce projet. Je m'occupe principalement de l'aspect technique du site, tout en étant un apprenti latiniste ayant moi-même besoin des ressources du site. De son côté, l'abbé Saint-Maurice nous donne un coup de main en tant que professeur de latin.

    Éventuellement, nous souhaiterions avoir un grand nombre de collaborateurs pour aider tous les futurs étudiants du Cercle dans leur étude du latin. Il n'y a pas de processus d'adhésion formel. Quelqu'un devient collaborateur simplement en aidant les étudiants autodidactes sur le forum, c'est-à-dire en répondant à leurs questions.



  • @Paulus a dit

    Par ailleurs, je ne vois pas « trois petits points verticaux à bas à droite de vos messages ». Je vais donc bien relire avant de cliquer sur ENVOYER.

    Cette image devrait vous aider :
    alt text



  • Merci pour toutes ces indications, en particulier d'avoir résolu pour moi le mystère des trois petits points verticaux. Puis-je me permettre de demander encore si le fondateur du cercle et ses principaux collaborateurs sont de Montréal ou de Québec ou d'ailleurs?


Se connecter pour répondre
 

Il semble que votre connexion ait été perdue, veuillez patienter pendant que nous vous re-connectons.