Lingua Latina per Vulgatam illustrata



  • Bonjour à tous,

    J'ai toujours eu la conviction que le meilleur outil que nous possédons pour apprendre le latin est la Bible. C'est un latin simple et clair, plutôt proche des langues modernes dans sa syntaxe.

    En voyant l'engouement pour la méthode Orberg, je me suis demandé s'il était possible de s'en inspirer pour composer un récit qui amènerait le lecteur à lire la Vulgate.

    Voici un exemple qui suit l'ordre grammatical employé dans Orberg:

    Lingua Latina per Vulgatam illustrata

    I. Caput primum - nominatif singulier et pluriel

    Maria est femina. Elisabetha est etiam femina. Maria et Elisabetha sunt feminae. Maria et Elizabetha sunt feminae bonae. Non sunt feminae malae.

    Josephus est vir. Zacharius est etiam vir. Josephus et Zacharius sunt viri. Sunt viri boni, non mali.

    In Jerusalem, multi viri et feminae sunt. Templum est in Jerusalem. Templum est aedificium. Unum templum est in Jerusalem, sed multa aedificia sunt. Templum est aedificium sanctum, sed non multa aedificia sunt sancta. Templum est aedificium bonum, sed multa aedificia sunt mala.

    II. Caput secundum - génitif singulier et pluriel

    Maria est femina Josephi. Josephus est vir Mariae. Jesus est filius Mariae. Jesus non est filius Josephi, sed Dei. Jesus, Maria et Josephus sunt familia sancta.

    Templum in Jerusalem est. Jerusalem habet unum templum. Numerus templorum est unus. Multi viri et feminae in Jerusalem sunt. Numerus virorum et feminarum est decem milia (10 000). Decem milia est numerus magnus. Multa sunt aedificia; numerus aedificiorum est magnus. Templum est aedificum magnum, sed numerus templorum non est magnus.

    III. Caput tertium - accusatif singulier et pluriel

    Zacharius feminam habet. Femina Zacharii est Elisabetha.

    Zacharius videt Angelum. Angelus verba dicit: "O vir, puer est in utero feminae tuae." Verba angeli sunt vera; Elisabetha puerum habet in utero. Verbum angeli est verbum Domini.

    Maria videt angelum. Angelus verba dicit: "Ave, Maria, benedicta es." Verbum angeli turbat Mariam. Angelus dicit: "Deus filium suum in utero tuo ponit." Maria cantat: "Magnificat anima mea Dominum!"

    Elisabetha et Maria habent pueros in utero. Pueri sunt Joannes et Jesus. Puer est parvus vir. Puella est parva femina. Puer Elizabethae est filius Zacharii, sed puer Mariae est filius Dei. Deus unum tantum filium habet, Jesum.

    Zacharius templum et multa aedificia magna et parva in Jerusalem videt. Feminas bonas, viros magnos, pueros malos, puellas parvas videt, sed non multos angelos videt. Unum tantum angelum videt.



  • @daniel

    Mais pourquoi se faire chier autant quand il y a l'Epitome de Lhomond?
    Tu ne l'aimes pas?
    Celui dans la collection de Hackett Publishing Company suit le même format que Oerberg (avec vocabulaire dans les marges etc.) et... et...ET, il y a des exercices!!! À la fin de chaque chapitre.



  • Il faut connaître les déclinaisons et les conjugaisons pour lire l'Epitome.



  • @daniel a dit dans Lingua Latina per Vulgatam illustrata :

    Il faut connaître les déclinaisons et les conjugaisons pour lire l'Epitome.

    Ok, le niveau est un peu plus avancé mais pas tant que ça!
    Ce que je veux dire est pourquoi mettre tant d'effort à réinventer la roue.
    Tu peux mettre en place un programme ou tu enquilles l'Epitome juste après le Familia Romana au lieu du Roma Aeterna. Le Familia Romana est un ouvrage honnête je trouve.



  • @Sonia
    Dommage, encore la même réaction à chaque fois que l'on propose d'innover, comme si la perfection existait déjà.

    En réponse à ta question: parce que la méthode Orberg vise la lecture de textes classiques (ou pseudo-classiques comme l'Epitome). Elle est donc plus longue et comprend un vocabulaire plus étendu. Une méthode Orberg qui viserait spécifiquement la lecture de la Vulgate serait plus rapide et plus facile.



  • @daniel a dit dans Lingua Latina per Vulgatam illustrata :

    @Sonia
    Dommage, encore la même réaction à chaque fois que l'on propose d'innover, comme si la perfection existait déjà.

    Non, c'est l'économie d'énergies que je regarde.
    Pourquoi en dépenser si il a déjà quelque chose qui fait l'affaire.
    Et oui, le Familia Romana est presque parfait.

    Puis ton publique sera étroit à un moment ou, en désespoir de cause, même les derniers latinistes laïcards ont commencé à faire des ouvertures vers les textes chrétiens.

    En réponse à ta question: parce que la méthode Orberg vise la lecture de textes classiques (ou pseudo-classiques comme l'Epitome). Elle est donc plus longue et comprend un vocabulaire plus étendu. Une méthode Orberg qui viserait spécifiquement la lecture de la Vulgate serait plus rapide et plus facile.

    Ok. Mais pour quel publique?



  • Tu vois, "la méthode Orberg est presque parfaite", c'est l'attitude qui tue l'innovation. Combien d'esprits fermés ont dit la même chose concernant les anciennes méthodes discréditées? Pendant plus d'un siècle on apprenait par coeur la grammaire de Lhomond avant de lire l'Epitome comme premier texte. C'était la méthode parfaite, si parfaite qu'il a fallu attendre le 20e siècle pour qu'on passe à quelque chose de mieux.

    On s'en fout des latinistes laïcards, ils ont déjà un pied dans la tombe. L'avenir du latin passe par les chrétiens. Une raison de plus d'avoir une méthode basée sur la Vulgate, même si ce n'est pas la raison principale (la raison principale étant la supériorité de la bible latine comme outil pédagogique). Une édition de la méthode Orberg fondée sur le latin de la Vulgate aurait l'avantage de réduire de beaucoup le vocabulaire (ou le concentrer), simplifier la syntaxe, employer des histoires bibliques déjà connues (donc faciliter la compréhension) et de fournir un débouché direct sur un énorme texte que l'élève pourra lire intégralement pour se perfectionner.

    La méthode Most-Coulombe est mieux adaptée à cette fin, mais je ne crois pas qu'elle vise la Vulgate nécessairement. Le latin est plutôt classique vers la fin du premier volume.



  • Ah la méthode Orberg... je suis convaincu que beaucoup de gens l'aiment parce qu'ils ont entendu qu'elle est la meilleure, mais n'ont jamais vraiment comparé. Personnellement, je la trouve très bien et très soignée. Mais je ne crois pas qu'elle est adaptée à tout le monde, surtout les autodidactes.

    L'avantage de la méthode Most-Coulombe est qu'elle vous tient par la main. En plus du ton familier et les encouragements (très précieux pour le débutant autodidacte, ne serait-ce que pour garder le moral), on voit que l'auteur a voulu guider l'élève pour lui apprendre le latin le plus facilement possible. Il a fait des choix étonnants dans l'ordre de la grammaire pour simplifier les choses. Par exemple, il commence avec le parfait des verbes plutôt que le présent, parce qu'il n'y a pas de différence entre les conjugaisons avec la racine du parfait. Un autre exemple: il emploie uniquement la troisième personne des verbes (ce n'est pas avant la leçon 49 qu'il traite des autres personnes) question d'alléger la tâche de l'élève qui doit déjà composer avec les différences entre les conjugaisons.



  • @daniel a dit dans Lingua Latina per Vulgatam illustrata :

    Tu vois, "la méthode Orberg est presque parfaite", c'est l'attitude qui tue l'innovation.

    LOL!
    Non, car je te t'empêche pas, je ne te mets pas de bâtons dans les roues, rien de tout cela.
    J'exprime juste un scepticisme sain!

    On s'en fout des latinistes laïcards, ils ont déjà un pied dans la tombe.

    Vrai.

    L'avenir du latin passe par les chrétiens.

    Trop vrai!

    Une raison de plus d'avoir une méthode basée sur la Vulgate

    Ok, là je comprends mieux.
    Tu prépares l'avenir!
    Dans ce cas oui, je crois que ta méthode pourra émerger, si tu es prêt à vivre avec le fait qu'elle risque de battre de l'aile dans les débuts, les gens étant attachés à Familia Romana pour des raisons de neutralité et "d"oeucuménisme latinesque".



  • @daniel a dit dans Lingua Latina per Vulgatam illustrata :

    Tu vois, "la méthode Orberg est presque parfaite", c'est l'attitude qui tue l'innovation. Combien d'esprits fermés ont dit la même chose concernant les anciennes méthodes discréditées? Pendant plus d'un siècle on apprenait par coeur la grammaire de Lhomond avant de lire l'Epitome comme premier texte. C'était la méthode parfaite, si parfaite qu'il a fallu attendre le 20e siècle pour qu'on passe à quelque chose de mieux.

    On s'en fout des latinistes laïcards, ils ont déjà un pied dans la tombe. L'avenir du latin passe par les chrétiens. Une raison de plus d'avoir une méthode basée sur la Vulgate, même si ce n'est pas la raison principale (la raison principale étant la supériorité de la bible latine comme outil pédagogique). Une édition de la méthode Orberg fondée sur le latin de la Vulgate aurait l'avantage de réduire de beaucoup le vocabulaire (ou le concentrer), simplifier la syntaxe, employer des histoires bibliques déjà connues (donc faciliter la compréhension) et de fournir un débouché direct sur un énorme texte que l'élève pourra lire intégralement pour se perfectionner.

    La méthode Most-Coulombe est mieux adaptée à cette fin, mais je ne crois pas qu'elle vise la Vulgate nécessairement. Le latin est plutôt classique vers la fin du premier volume.

    Bonjour,

    Toute initiative est bonne pour que chacun puisse aborder le latin à sa manière.

    Hélas, le nombre de méthodes m'a découragé. Cela fait un an que je ne m'y suis pas remis. Et je ne me suis toujours pas décidé à la façon de reprendre. Most Coulombe est très bien mais me demande de tout reprendre depuis le début. Le plus évident me semblerait de reprendre Orberg là où j'étais.



  • Pour reprendre une phrase que tu connais bien: Il faut savoir ce qu'on veut.



  • @daniel a dit dans Lingua Latina per Vulgatam illustrata :

    Pour reprendre une phrase que tu connais bien: Il faut savoir ce qu'on veut.

    Très justement. Mais on peut très bien demander de l'aide pour répondre à cette question.



  • @Hieronymus

    Veux-tu me rafraîchir la mémoire: pourquoi avais-tu abandonné Orberg?



  • @daniel a dit dans Lingua Latina per Vulgatam illustrata :

    @Hieronymus

    Veux-tu me rafraîchir la mémoire: pourquoi avais-tu abandonné Orberg?

    Je ne veux pas vous faire perdre plus de temps.
    Ce qui manque le plus chez l'autodidacte est le courage, peu importe la méthode. Il n'a pas l'émulation de ceux qui travaillent en groupe.
    Certaines fois, d'autres priorités prennent le dessus.



  • @Hieronymus a dit dans Lingua Latina per Vulgatam illustrata :

    Il n'a pas l'émulation de ceux qui travaillent en groupe.

    Faute de cours en classe, existe-t-il un cours par correspondance? Ou autre méthode à distance mais qui aurait quand même un cadre structuré (horaires, échéanciers etc.)...?



  • @Sonia a dit dans Lingua Latina per Vulgatam illustrata :

    Faute de cours en classe, existe-t-il un cours par correspondance? Ou autre méthode à distance mais qui aurait quand même un cadre structuré (horaires, échéanciers etc.)...?

    Certaines universités offrent des cours à distance. Au Québec, l'Université Laval en a un, mais il me semble trop élémentaire, c'est un cours de "découverte" du latin. Il y en a peut-être en Europe. Je pense que c'est une très bonne idée pour quelqu'un qui a du mal à se motiver, ne serait-ce que pour rentabiliser les frais de scolarité (au Québec, environ 400$ par cours je crois).

    Correction: Google me dit que Laval offre aussi un cours d'initiation au latin qui me paraît plus étoffé que le cours de découverte. C'est une option à explorer.



  • @daniel

    Et le CNED ou ce genre d'institution?
    http://www.cned.fr/inscription/1MLATDIX



  • @Sonia a dit dans Lingua Latina per Vulgatam illustrata :

    Et le CNED ou ce genre d'institution?

    'Tain, je suis trop bête franchement: La Catho de Lyon a un programme online...
    Il me semblait que j'aivais déjà abordé ce sujet...



  • @Sonia a dit dans Lingua Latina per Vulgatam illustrata :

    @Sonia a dit dans Lingua Latina per Vulgatam illustrata :

    Et le CNED ou ce genre d'institution?

    'Tain, je suis trop bête franchement: La Catho de Lyon a un programme online...
    Il me semblait que j'aivais déjà abordé ce sujet...

    Merci de vos suggestions à tous les deux.
    L'idée du cours par correspondance est bonne. Il faudrait avoir un retour d'expérience.
    Celui de Lyon concerne le latin médiéval, tourné vers la patristique du bas moyen-âge (Guillaume de Saint Thierry).
    Quelle différence avec le latin biblique ?




Se connecter pour répondre
 

Il semble que votre connexion ait été perdue, veuillez patienter pendant que nous vous re-connectons.