Connaissez-vous cette méthode ?





  • Oui, je l'ai à la maison. Si ça vous intéresse, je pourrai vous en scanner un extrait. Honnêtement, j'ai trouvé ça très difficile, dès le début de l'histoire. Pour chaque mot, il y a une note en bas de page pour expliquer le mot et au final, on commence en ne lisant qu'une phrase ou deux à l'heure.

    Tandis que la méthode "Lingua latina per se illustrita" de Orberg permet de lire un chapitre entier dès le début avec un contenu très facile avant que la difficulté ne progresse au fil des pages.

    Bref, je n'ai jamais réussi à dépasser la troisième page de la méthode "Galli Duo" (l'histoire parle de deux enfants qui vont dans une machine à voyager dans le temps pour apprendre le latin en immersion)



  • @Axel-Rousseau
    Merci de votre réponse. Comme vous avez plus d'expériences que moi dans l'apprentissage du Latin, je vous fais confiance.

    Après les différents avis sur comment apprendre le Latin, j'en déduis, lorsque l'on est seul, outre la motivation, la volonté et le temps disponible, qu'il faut utiliser plusieurs méthodes dans un rythme quelque peu atypique :

    par exemple :

    • pour une approche auditive, une version Assimil

    • utiliser plusieurs livres de grammaire (Petitmangin et Sausy, Cart, Grimal...) et faire d'abord tous les chapitres 1, puis 2, 3, ... de ces livres de grammaire car même s'il parlent plus ou moins du même sujet par chapitre, à quelques exception près, les auteurs ne s'expriment pas de la même façon. Donc ce que l'on n'a pas bien compris chez untel on peut peut-être mieux le comprendre chez un autre auteur (voir le modèle Ned Herrmann sur les profils de préférences cérébrales dans l'apprentissage par exemple).

    • d'utiliser les méthodes préconiser sur ce forum (Most-Coulombe, apprendre le Latin avec la Vulgate, ...).

    • On peut, avant d'utiliser les références ci-dessus, commencer par "Le Latin par l'exemple" de l'Abbé Olivier Günst Horn et par le "Latin liturgique" (100 p.) que l'on trouve en Pdf sur le Net, même si ce ne sont pas de véritables méthodes, se sont de bonnes introductions au Latin et en tant que Catholique, on peut ajouter l'utile à l'agréable.

    • Selon les personnes et leurs avancées dans l'apprentissage du Latin (par exemple être au chapitre 10 en grammaire et à la leçon 10 avec Assimil et à la leçon 10 d'une méthode utilisée), je suggère de rajouter la méthode Orberg pour s'immerger un peu plus dans la langue.

    Cet façon d'envisager l'apprentissage du Latin est tout à fait personnel. Pour un personne apprenant seul et organisant son emploi du temps cela peut être mis en pratique. Mais pourquoi utiliser plusieurs livres de grammaire et plusieurs approches en parallèles, tout simplement, outre le profil Ned Herrmann, pour éviter la monotonie qui résulte d'une seule approche et pour réduire les difficultés d'apprentissage. L'inconvénient est que la progression dans la langue sera beaucoup plus lente mais on ne fait pas de course de vitesse. Bref c'est à chacun de choisir ce qu'il lui convient le mieux.



  • @Gabriel,

    Au sujet de votre dernier message, je comprends que c'est votre façon personnelle d'étudier, mais si vous permettez de le dire, je pense que vous ne vous rendez pas service. Voici mes recommandations:

    • Éviter la méthode Assimil (elle est trop confuse)

    • Les grammaires seules (Petitmangin, etc.) sont généralement inutiles pour le débutant. Elles doivent être accompagnées de vocabulaires et d'exercices (par exemple, Apprendre le latin avec la Vulgate ou les Exercices de Petitmangin) pour constituer, ensemble, une méthode de latin.

    • Ne pas perdre son temps avec Le latin par l'exemple (abbé Horn). Plutôt consacrer ce temps à une véritable méthode de latin.

    • UNE SEULE CHOSE À FAIRE: Choisir une bonne méthode (Orberg, Most-Coulombe, Déléani, Famerie...) et se consacrer exclusivement à cette méthode.

    Si on multiplie les livres pour éviter la monotonie, vous avez raison de dire "la progression dans la langue sera beaucoup plus lente". Donc, à force de vouloir éviter la monotonie, on fait du latin pendant des années et on finit par se désintéresser!

    Pour revenir sur la question du manuel, je pense qu'il faut être plutôt futé et posséder des bonnes bases en grammaire française si on veut employer l'un des manuels mentionnés, sauf Most-Coulombe peut-être. Il y a un certain manque dans le monde francophone d'un manuel "facile". Celui de Nutting est intéressant, il est destiné aux petits enfants­. Il y a un autre ancien manuel de ce genre que je trouve intéressant et que j'aimerais traduire: An Easy Method for Beginners in Latin. Ce dernier manuel se prêterait mieux à un autodidacte adulte. Ce que j'aime de ces anciens manuels anglais, c'est qu'ils étaient destinés à des jeunes, donc faciles à comprendre, et ils vont droit au but, contrairement aux manuels français qui étalent le cours de latin sur de nombreuses années, ce qui fait oublier ce qu'on a appris à mesure qu'on avance.



  • @daniel Bonjour, je suis surpris de votre avis négatif sur la méthode Assimil car on m'en a dit beaucoup de bien. Il y a d'ailleurs un groupe de travail qui l'utilise et que j'avais bien envie de rejoindre en septembre : http://avitus.alcuinus.net/schola_latina/ratio_en.php
    Pouvez vous détailler un peu ce que vous n'aimez pas sur cette méthode Assimil ? Merci beaucoup.



  • @Axel-Rousseau

    Je ne voudrais pas vous empêcher de vous joindre à ce groupe, au contraire, la méthode Assimil peut faire l'affaire, mais ce n'est pas mon premier choix­. Je trouve qu'elle est trop intuitive, pas assez rigoureuse. On a toujours l'impression de connaître à moitié ce qu'on est censé apprendre. C'est l'expérience que j'ai eue avec l'Assimil grec et @matthieu a vécu la même chose avec la méthode Desessard.



  • @daniel Je comprends, j'espère que de rejoindre un groupe de travail me permettra de structurer mon apprentissage. Je ne manquerai pas d'en faire part sur le forum pour présenter mes difficultés et succès rencontrés.



  • C'est justement l'un des objectifs du Cercle latin, mais pour le moment nous sommes incapables d'organiser quelque chose de sérieux puisque nous n'avons pas assez de participants et de main-d'oeuvre. Il nous faudrait quelques profs à la retraite et davantage d'étudiants comme vous.



  • @daniel

    Heureusement qu'il existe la méthode Assimil (je devrais dire les 2 méthodes Assimil) car comment apprendre une langue si on ne l'entend pas ?

    @daniel a dit dans Connaissez-vous cette méthode ? :

    Ne pas perdre son temps avec Le latin par l'exemple (abbé Horn). Plutôt consacrer ce temps à une véritable méthode de latin.

    Dans son Introduction générale, l'Abbé Horn écrit : " Cet ouvrage n'a d'autre prétention que celle d'être une initiation au latin ecclésiastique (initiation, du latin initium = commencement). Autrement dit, il s'adresse à des débutants cultivés mais sans notion de latin ou à de "faux débutants" qui voudraient mettre un peu d'ordre dans leurs connaissances."

    L'ouvrage est composé aussi de grammaire et d'exercices ainsi qu'un lexique de 33 pages.

    @daniel a dit dans Connaissez-vous cette méthode ? :

    Pour revenir sur la question du manuel, je pense qu'il faut être plutôt futé et posséder des bonnes bases en grammaire française si on veut employer l'un des manuels mentionnés

    Il ne faut pas être un génie, surtout si le Français est la langue maternelle, pour faire la différence entre un COD et un COI, un verbe et un adverbe, un complément du nom ...

    Le mieux est que chacun utilise, lorsqu'il est seul à étudier, la méthode ou les méthodes qui lui permettent d'apprendre une langue. Il ne faut ajouter à la difficulté d'apprentissage le dogmatisme pédagogique.



  • Sans verser dans le "dogmatisme pédagogique", on peut remarquer des erreurs que font les débutants, par exemple en allant d'une méthode à l'autre, sans jamais aboutir. Il y a une différence entre adopter un système personnalisé qui fonctionne pour un individu donné et n'adopter aucun système, prendre des livres ici et là, pour finalement se décourager et attribuer son découragement à la difficulté du latin.


Se connecter pour répondre
 

Il semble que votre connexion ait été perdue, veuillez patienter pendant que nous vous re-connectons.