Utilisation d'un participe passé alors qu'il aurait fallu un participe présent



  • J'ai une petite difficulté dans ma lecture d'un texte (dans les "textes latin du programme de 6e" à la page 79)

    J'ai souligné le passage. Le passage est :

    ... veritus omnium existimationem ...

    La traduction officielle (livre du maître) est celle-ci :

    ... craignant pour sa renommée ...

    Ma traduction plus littérale :

    ... craignant l'opinion de tous ...

    Ma difficulté est celle-ci. Pourquoi utilise-t-on un participe passé (veritus) alors qu'il faudrait utiliser un participe présent (verens)?

    0_1520188922829_upload-919e3e17-183c-41de-8462-730c64b48f3f



  • Bonjour Matthieu,

    Les verbes déponents comme vereor n'ont pas vraiment de participe présent. C'est vrai que dans la grammaire de Petitmangin on indique un participe présent verens dans les tableaux des verbes déponents (§ 76), mais cette forme est rare. On emploie plutôt le participe passé qui a un sens actif chez les verbes déponents, donc veritus plutôt que verens. Bien que ce soit un temps du passé, il exprime chez les déponents une action qui est en partie antérieure, en partie contemporaine à l'action du verbe principal. C'est pourquoi il est possible de traduire veritus par craignant, mais on pourrait aussi traduire ayant craint.

    Ragon fournit cette explication plutôt simpliste:

    406 bis. Le participe passé de plusieurs verbes déponents s'emploie au nominatif avec la valeur d'un participe présent. Tels sont: ratus, usus, gavisus, solitus, ausus, confisus, diffisus, veritus.
    Ex.: Craignant un danger, il renonça à son dessin, periculum veritus, consilio destitit. Cs.

    J'aime mieux l'explication de Bradley:

    416. But the past participles of deponent and semi-deponent verbs, such as veritus, ratus, ausus, cōnfīsus, diffīsus, ūsus, prōgressus (advancing), āversātus (expressing disgust at), indignātus (feeling indignation at), and those of verbs whose passivse are used in a reflexive sense, as conversus (turning), prōiectus (throwing himself), humī prōvolūtus (rolling on the ground), often denote an action which is partly prior to and partly contemporaneous with the action of the verbs of the sentence.
    Metellum esse ratī, portās clausēre. Having thought (and still thinking) it was Metellus, they closed the gates.

    Ce dernier exemple (Metellum...) démontre très bien comment le participe passé d'un déponent peut se traduire soit par le présent soit par le passé.



  • Je suis étonné que ce point de grammaire ne soit pas traité par Petitmangin. Cela me semble important.

    Mais tout de même, en me basant uniquement sur la grammaire de Petitmangin, j'aurais quand même pu traduire par "ayant craint l'opinion de tous" et cela aurait fait.

    Merci Daniel, c'est très clair maintenant.



  • Je suis étonné que ce point de grammaire ne soit pas traité par Petitmangin. Cela me semble important.

    La valeur de la grammaire de Petitmangin a souvent été exagérée.


Se connecter pour répondre
 

Il semble que votre connexion ait été perdue, veuillez patienter pendant que nous vous re-connectons.