En vente: Premières et secondes leçons de latin



  • Il est maintenant possible de commander la méthode de latin de Lavarenne imprimée sur demande chez Lulu au prix coûtant. Notre édition regroupe les quatre fascicules en un seul livre.

    0_1520542671402_IMG_20180308_155457.jpg

    0_1520964313143_Screenshot_20180313-140412.png

    La méthode de Lavarenne a été conçue pour les autodidactes. L'auteur prend le ton d'un tuteur qui vous guide dans l'apprentissage de la grammaire latine, avec le corrigé des exercices et des explications détaillées.

    Évidemment on n'a pas besoin d'acheter le livre pour en profiter, on peut consulter gratuitement la version électronique et la télécharger en format HTML pour votre téléphone ou tablette ou en format PDF pour l'imprimer. C'est ce dernier fichier pdf qui a servi à la confection de l'édition disponible en vente sur Lulu, donc on peut consulter le contenu avant d'acheter le livre.



  • Quels sont les points forts et les points faibles de cette méthode?



  • Quels sont les points forts et les points faibles de cette méthode?

    C'est une méthode assez particulière, j'ai de la difficulté à la qualifier.

    Points forts: Les explications sont faciles à comprendre. L'auteur se met au niveau de la personne ordinaire qui n'a jamais fait de latin. Tous les exercices sont corrigés et commentés abondamment. C'est l'aspect le plus précieux de cette méthode: l'auteur commente les textes comme un professeur dans une salle de classe. On y étudie une grande diversité de textes et il n'y a pas de préjugé contre le latin chrétien. Autre point fort: c'est une méthode assez rapide. Après le premier fascicule (24 leçons) on est capable de lire des textes simples. Une leçon par semaine serait très raisonnable comme cadence, ce qui fait moins de six mois pour apprendre les bases du latin. Ajoutez les "deuxièmes leçons" et on sera assez avancé pour lire certains textes classiques comme César et tout ça à l'intérieur d'une seule année d'étude. Les "premières" leçons sont admirablement divisées: plus intenses en travail de mémorisation au début, on diminue graduellement l'effort de mémorisation pour se pratiquer au moyen des versions. Cette manière de faire permet de profiter de la motivation du début et évite de tirer en longueur la partie la moins agréable de l'apprentissage du latin.

    Points faibles: Aucun effort n'est fait pour fournir à l'élève un vocabulaire de base. On présume que l'élève travaillera avec un dictionnaire. C'est très typique d'une méthode française. Certains aimeront cette approche parce qu'elle leur évite d'avoir à mémoriser des mots, donc ce n'est pas nécessairement un point faible, mais à un moment donné il faut apprendre à s'affranchir du dictionnaire, sinon on n'apprend jamais à lire fluidement. Les exercices pour apprendre la morphologie ne sont pas assez nombreux à mon avis. L'élève est rapidement confronté à des versions assez avancées à traduire et s'il ne maîtrise pas la morphologie il se sentira submergé. On pourrait peut-être compenser en se faisant des cartes Anki.

    Comme la plupart des méthodes de latin, celle-ci nécessite qu'on se mette à lire beaucoup de latin dès qu'on le pourra. C'est encore plus important avec cette méthode parce qu'elle ne travaille pas la fluidité de la lecture, mettant plutôt toute l'importance sur la version latine.



  • Je reviens sur ce que j'ai écrit:

    Points faibles: Aucun effort n'est fait pour fournir à l'élève un vocabulaire de base. On présume que l'élève travaillera avec un dictionnaire. C'est très typique d'une méthode française. Certains aimeront cette approche parce qu'elle leur évite d'avoir à mémoriser des mots, donc ce n'est pas nécessairement un point faible, mais à un moment donné il faut apprendre à s'affranchir du dictionnaire, sinon on n'apprend jamais à lire fluidement.

    Je viens de remarquer ceci dans la deuxième leçon:

    Je vous conseille beaucoup d’apprendre tous les exemples que vous rencontrez au cours des leçons. Il est très précieux de connaître le sens de beaucoup de mots. Certaines personnes, qui prétendent savoir le latin, n’arrivent pas à lire un texte sans être obligées de consulter à tout moment le dictionnaire. Ce n’est pas savoir une langue que d’en connaître la gram­maire, mais d’en ignorer le vocabulaire.

    Il semble que la méthode de Lavarenne nous fournisse un vocabulaire en nous proposons d'apprendre par coeur les exemples employés dans les leçons. Donc, on pourrait se faire des cartes Anki à partir des exemples.

    Une autre suggestion qui vient de moi: Au cours des exercices de version, il est utile d'écrire dans un carnet les nouveaux mots rencontrés au fur et à mesure. Quand on rencontre le même mot une seconde fois, on le voit déjà dans le carnet et ce nous aide à le retenir. C'est une technique que j'employais au début de mes lectures il y a une quinzaine d'années et elle m'a bien servi pour me construire un vocabulaire de base.