Pour les nationalistes français, voici votre prononciation du latin



  • Récemment numérisé sur Gallica, on trouve un plaidoyer de 126 pages en faveur de la prononciation traditionnelle du latin "à la française". L'auteur, qui est un évêque, explique pourquoi la prononciation française n'est pas moins authentique que la prononciation ecclésiastique. Cliquez ici:
    http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k14152776

    0_1523741149536_La_Prononciation_du_latin_par_[...]Moissenet_René_bpt6k14152776.PNG



  • @daniel
    J'ai lu les premières pages et ça me semble rempli de bon sens. As-tu lu le livre au complet? Si c'est le cas, pourrais-tu nous en partager les points saillants?

    Le seul contre argument que je trouverais à ce livre, c'est que l'Église semble avoir décrété (après la parution de ce livre) que la prononciation italienne est celle devant être utilisée entre ecclésiastiques. Même si tous les arguments de ce livre étaient valables, est-ce que nous ne devrions pas suivre la discipline de l'Église tout de même (même si cette discipline s'applique aux prêtres seulement)? (je n'ai pas de réponse moi-même à cette question)

    Je dois avouer par contre que je me sens comme un bouffon à tenter d'imiter la prononciation italienne. Dois-je surmonter ce malaise, au risque de paraître ridicule auprès des autres catholiques traditionnels français? Ou bien l'auteur de ce livre a-t-il raison? (quel soulagement cela serait pour moi!)



  • Je ne l'ai pas lu au complet, j'avoue que le sujet ne m'intéresse pas assez.

    C'est uniquement dans la liturgie qu'on a imposé la prononciation italianisée. Personne n'a obligé les prêtres à employer la prononciation française à l'extérieur de la liturgie. Étant donné qu'on avait imposé la liturgie romaine partout au détriment des liturgies régionales (un appauvrissement de la liturgie, à mon avis très regrettable, précurseur de la grande déforme de 1970), on a jugé naturel que la prononciation romaine soit imposée aussi. Il y avait aussi un souci que le chant grégorien soit exécuté correctement.

    La question est aujourd'hui parfaitement théorique puisque plus personne n'emploie la prononciation française du latin. Elle est devenue une curiosité historique et c'est à ce titre que je fais mention de ce livre.

    Il ne faut pas perdre de vue que la lutte des prononciations avait une dimension politique: les gallicans contre les ultramontains. Il arrive souvent que la politique instrumentalise la liturgie et la théologie. Même aujourd'hui, on voit comment ceux qui sont attachés à la messe traditionnelle sont taxés de rebelles au pape.



  • @daniel a dit dans Pour les nationalistes français, voici votre prononciation du latin :

    plus personne n'emploie la prononciation française du latin

    Dans ce cas, je considèrais par erreur que c'était la prononciation française qui était utilisée dans les milieux catholiques traditionnels français. En effet, il semble plutôt que c'est un mix de la prononciation française et italienne.

    Le malaise que je mentionnais est donc probablement injustifié.



  • Un autre auteur, celui-ci un Canadien-français, aborde la question avec un préjugé favorable à la prononciation ecclésiastique:

    http://collections2.banq.qc.ca/jrn03/dn0284/src/1930/09/09/164315_1930-09-09.pdf