Fondation christophobe "Humanitas"



  • Récemment, j'ai informé la fondation Humanitas du lancement du site web du Cercle latin. Qu'est-ce que la fondation Humanitas?

    La Fondation Humanitas a été créée afin de promouvoir au Québec les humanités gréco-latines et ainsi rappeler à nos contemporains que les lettres anciennes constituent un précieux héritage qui ravive notre grandeur humaine. Sa devise: "Transmettre un héritage".

    J'ai proposé au président de la fondation d'afficher un lien vers le Cercle latin de la Nouvelle-France sur leur site web. Il a généreusement accepté cette demande. Le lendemain, il m'a récrit pour me dire que les membres de la fondation avaient refusé catégoriquement toute association avec le Cercle latin. Il n'a pas donné de raison.

    La seule raison qui expliquerait ce revirement est le lien entre la foi catholique et certains membres du Cercle latin, bien que le Cercle n'ait pas une mission proprement religieuse et accepte tous les amateurs de latin dans ses rangs.

    C'est désolant et même surprenant qu'une fondation qui prétend "transmettre un héritage" passe sous silence notre héritage chrétien, qui est l'héritier direct des humanités gréco-latines.

    La fondation Humanitas compte parmi ses rangs beaucoup d'académiques. On sait à quel point la foi est malmenée dans le milieu universitaire. Ces types préconisent une laïcité tolérante de toutes les idéologies sauf le christianisme. Ils accueillent avec bienveillance toutes les idées pour débattre de leur mérite, sauf le christianisme. Seuls les chrétiens n'ont pas droit de parole.

    Eh bien, la fondation Humanitas est vouée à disparaître de toute façon. De moins en moins de personnes, à part les chrétiens, s'intéressent aux humanités gréco-latines. Le Cercle latin et le mouvement Tradition Québec porteront ce flambeau à leur place. Quand les humanités gréco-latines renaîtront des cendres de la civilisation occidentale, ce sera le christianisme qui aura sauvegardé cet héritage, comme dans le passé d'ailleurs. Sans le christianisme, il n'y aurait pas d'humanités gréco-latines aujourd'hui et il n'en aura pas dans l'avenir.



  • C'est malheureux que nous ayons la même situation du côté de plusieurs catholiques (influencés par le moderniste), mais à l'inverse. Ils souhaitent un catholicisme épuré du latin. Nous avons donc les catholiques modernistes, et les humanistes séculiers qui désirent pareillement le divorce du latin et du christianisme.

    Il faudrait que ces catholiques comprennent la nécessité du latin pour l'Église.

    Mais surtout, il faudrait que les humanistes séculiers comprennent la nécessité du christianisme en y adhérant, et ce, pour leur salut. Ils ne croient pas aux miracles incontestables qui ont eu lieu dans toute l'histoire, même récente, ni à la Vérité de l'Évangile. Leur conversion serait vraiment bénéfique pour la société, surtout avec cette vague d'islamisation qui ne semble pas ralentir.



  • Il pourrait aussi y avoir une autre raison plus plausible pour laquelle plusieurs, y compris les membres de Humanitas, ne veulent pas être associé à notre projet, (et qui me concerne peut-être même plus spécifiquement).

    Il est possible que ça ne soit pas tous les membres de Humanitas qui considèrent un problème d'associer latin et christianisme, en principe. Par contre, ce qui doit les gêner davantage est probablement notre militantisme catholique qui peut paraître intense, je l'avoue. En Occident, la plupart des gens ont un malaise de ce côté, et Humanitas ne doit pas faire exception. Je peux même dire que je les comprends, et ne leur en fait pas de reproche. En effet, ce n'est vraiment pas facile d'être un chrétien aujourd'hui, avec la stigmatisation sociale que l'on subit.

    Lorsque l'on s'écarte de la Pensée Unique, véhiculée par les mass médias, nous pouvons nous attendre à souffrir. Et personne n'aime souffrir.

    Pourquoi alors être chrétien si ça nous fait souffrir? C'est une question de Vérité, appuyée par des miracles pour la prouver. Cette Vérité dit que cette vie est une vallée de larmes. Nous ne devons pas nous attendre à trouver le bonheur ici-bas. Jésus nous dit dans l'Évangile que nous devons accepter de souffrir (porter notre croix) pour être sauvé et éviter l'enfer. Nous devons être patient dans cette vie, pour accéder à un plaisir et un bonheur sans fin dans l'autre vie.

    Cette vision authentique de la religion chrétienne est considérée aujourd'hui extrême et dangereuse pratiquement au même titre que les extrémistes musulmans.

    J'insiste sur ce point : notre religion est la vraie car elle est prouvée par d'abondant miracles, contrairement à l'islam qui est un système politique, et une mascarade de religion.

    Il faut prier pour que les humanistes séculiers et francs-maçons voient leur erreur et se convertissent, pour rejoindre les rangs du Christ et sauver notre civilisation.

    Nous avons besoin d'eux.



  • Alors...

    Je prends des cours de latin auprès de la Fondation Humanitas!
    Je n'en connais aucun des membres, donc je ne m'aventurerais pas à parler en leur nom.

    Je ne connais que le professeur qui enseigne le latin et le grec à Montréal. Si les dirigeants de la Fondation sont peut-être christianophobes (à vérifier), le professeur lui pour sûr ne l'est pas! Alors, je ne le décrirais pas non plus comme christianophile mais plutôt comme quelqu'un de neutre. On peut sentir que pour lui, le christianisme est simplement un fait de société, une réalité historique et un sujet d'étude, comme pour tout bon professeur en fait. Il a déjà enseigné à des prêtres, et il a aussi enseigné le Nouveau Testament en grec... Donc... Et il n'y a aucun ostracisme ni dénigrement de sa part et la prononciation ecclesiale (et non pas à l'italienne) est parfaitement acceptée.

    Quant à la Fondation, je pense qu'il s'agit avant tout d'une question d'image et de "marché". L'Église (ainsi que son clergé désolant et indigent) est assez pathétique de nos jours et personne ne veut être associé à des ringards. Les Humanités sont déjà vachement en perte de vitesse part elles-même, alors j'imagine qu'ils ne veulent pas traîner des boulets en matière d'image. Et finalement, je crois bien qu'il y a une question générationnelle: les catholiques qui s'intéressent au latin sont plutôt jeunes tandis que les humanistes à l'ancienne sont plutôt de la génération "de papi", du temps du cours classique etc.

    Bref, assez incompatible mais ça va changer. Il y a deux ans, il y a eu ça:
    http://fsh.uqam.ca/latinabbaye.html
    Finalement ça n'a rien donné; ça n'a pas eu lieu faute de monde. Mais c'est bien la preuve que des gens essayent... L'initiative est partie de l'UQAM (!!!). Donc espoir et espérance...

    En passant, à la Fondation, c'est la méthode Oerberg qui est utilisée et les bouquins sont fournis.



  • J'avais eu des contacts avec le président sortant monsieur O'Malley et il avait été très accueillant, donc je sais que certains des membres d'Humanitas ne sont pas christophobes, mais il faut regarder leurs actes dans l'ensemble pour savoir si la fondation l'est. C'est par leurs fruits qu'on les connaît.

    Concernant la mauvaise publicité des prêtres ringards, il y a un fond de vérité, mais ça va plus loin. Ces types sont foncièrement athées et ne veulent rien savoir d'une renaissance des humanités gréco-latines si elle doit faire renaître en même temps le christianisme. Ce qu'ils ignorent, c'est que le christianisme va faire renaître les humanités et non l'inverse.



  • Merci pour cette mise au point. Il faut faire attention de ne pas juger trop rapidement l'intention des gens. C'est un défaut que je dois personnellement travailler à corriger.

    Aussi, je dois admettre qu'en tant que catholique traditionnel vivant au Québec, je souffre d'un complexe de persécution ... Je dois donc prendre garde de toujours demeurer dans la réalité. La persécution peut parfois être réelle, mais souvent, je peux me tromper.



  • @matthieu a dit dans Fondation christophobe "Humanitas" :

    Aussi, je dois admettre qu'en tant que catholique traditionnel vivant au Québec, je souffre d'un complexe de persécution ... Je dois donc prendre garde de toujours demeurer dans la réalité.

    Je crois que les gens n'en ont surtout rien à cirer, ou alors ils sont agacés. L'église n'est plus sur le radar du tout. Ici au Québec je ne crois pas qu'on puisse parler de persécution. D'ailleurs, il y a plus d'ennemis pour la tradition dans l'église qu'en dehors!!



  • @daniel a dit dans Fondation christophobe "Humanitas" :

    Ces types sont foncièrement athées et ne veulent rien savoir d'une renaissance des humanités gréco-latines si elle doit faire renaître en même temps le christianisme. Ce qu'ils ignorent, c'est que le christianisme va faire renaître les humanités et non l'inverse.

    C'est même pire: je crois que les humanités gréco-latines telles que nous les connaissons ne peuvent pas exister hors d'un cadre chrétien. C'est tout simplement l'ingratitude typiquement humaine qui permet à certains de se voiler la face et de ne pas voir que sans l'Église, ces humanités auraient été balayées depuis longtemps. Elles n'ont pas d'existence propre, sinon adossées è l'Église.
    La preuve c'est que c'est bel et bien l'effondrement de l'Église qui les a précipitées parterre, il y a juste a étudier les corrélations. Les caprices humanistes de la renaissance n'ont été possibles qu'à l'ombre protectrice de l'Église.

    Personnellement, je crois qu'il faut reconstruirre sans eux; ça leur fera une petite leçon d'humilité. Certains commencent à se rendre compte je pense...


Se connecter pour répondre
 

Il semble que votre connexion ait été perdue, veuillez patienter pendant que nous vous re-connectons.