coquilles dans le manuel MOST-Coulombe



  • Allez, on y va, j'espère que je ne vais vexer personne. De toute façon, avec mon niveau actuel, je n'ai pas de raison de "rouler les mécaniques" :=) Et puis je ne suis pas sûr à 100% de certaines remarques !

    1. dans la préface:
      Dès 1809, cependant, les Ecoles Centrales étaient complètement disparues (avaient serait mieux)
      Mais Je contexte et le milieu étaient là pour éclairer le sens (mais le contexte)
    2. leçon sexta
      Il va au sénat et résigne comme dictateur, puis retourne à sa terre=> Il va au sénat, et donne sa démission de son poste de dictateur...(je ne suis pas fier de cette proposition, mais je n'ai pas trouvé mieux)
    3. lectio decima
      Sed Marcus potest stare in navi. (je n'ai pas trouvé "potest" dans les leçons précédentes, est-ce bien un verbe ?)
      dans le corrigé de l'exo : Les Romains furent en danger. (si j'ai bien compris, erant c'est plutôt "étaient", ne faudrait-il pas mettre ici fuérunt?)
      à bientôt,
      armel


    1. dans la préface:
      Dès 1809, cependant, les Ecoles Centrales étaient complètement disparues (avaient serait mieux)

    J'avoue que cela choque un peu, mais selon le dictionnaire, disparu, e est non seulement un participe passé, mais aussi un adjectif, donc il me semble qu'il puisse être employé avec le verbe être... qu'en dites-vous? J'aimerais éviter de corriger le Père Coulombe si on peut lui donner raison.

    Mais Je contexte et le milieu étaient là pour éclairer le sens (mais le contexte)

    Corrigé.

    1. leçon sexta
      Il va au sénat et résigne comme dictateur, puis retourne à sa terre=> Il va au sénat, et donne sa démission de son poste de dictateur...(je ne suis pas fier de cette proposition, mais je n'ai pas trouvé mieux)

    À première vue, on croirait à un anglicisme, mais le petit Robert a:

    RÉSIGNER v. tr. LITTÉR. Abandonner (un bénéfice, un office) en faveur de qqn -> se démettre. Résigner une charge, son emploi. -> quitter. «Depuis un an, il avait dû résigner ses fonctions à l'Université» R. Rolland. -> démissionner.

    Que pensez-vous de: "il résigne sa charge de dictateur" ?

    1. lectio decima
      Sed Marcus potest stare in navi. (je n'ai pas trouvé "potest" dans les leçons précédentes, est-ce bien un verbe ?)

    Oui, c'est un verbe très fréquent qui signifie "il peut". J'ai ajouté le sens entre parenthèses.

    dans le corrigé de l'exo : Les Romains furent en danger. (si j'ai bien compris, erant c'est plutôt "étaient", ne faudrait-il pas mettre ici fuérunt?)
    à bientôt,
    armel

    Corrigé.

    Merci, Armel, de vos efforts.

    Déjà terminé la leçon 10? Vous êtes bien parti. Comment trouvez-vous la méthode jusqu'à présent? Avez-vous déjà essayé d'autres méthodes (à titre de comparaison)?



  • Encore au sujet de la phrase "étaient complètement disparues", je dois dire qu'on entend souvent cette tournure en français canadien, donc il est possible que Coulombe, qui était canadien-français, se soit laissé influencer par le langage familier.



  • Pour votre information ...

    Lorsque nous corrigeons une coquille dans la section Ressources, cela peut prendre jusqu'à une heure avant que le changement soit visible à tous, le temps que la "cache" du serveur web se rafraîchisse.



  • @matthieu et daniel,
    Merci de votre réactivité. je ne me battrai ni contre Romain Rolland, avec ses célèbres biographies de Ramakrishna et Vivekananda (OK pour il résigne sa charge de dictateur) ni contre le père Coulombe qui a le droit d'avoir utilisé des tournures en canadien-français :=)

    Dans un des exos de la lectio duodecima :
    -Comment dites-vous en latin: ils prirent, ils firent, iis donnèrent, il eut, il trouva, ils voulurent, il posa, ils firent (la guerre)?
    -le corrigé donné est :
    Cepérunt, fecérunt, dedérunt, habuit, invénit, voluérunt, posuit, gessit.
    Pour mettre en harmonie le corrigé et la question, il faudrait écrire :
    -Comment dites-vous en latin: ils prirent, ils firent, iis donnèrent, il eut, il trouva, ils voulurent, il posa, il fit (la guerre)?
    Me connaissant (je m'essoufle vite :=), je "trace la route" cette semaine parce que j'ai du temps et que je voudrais avoir une idée globale de la méthode.
    De 1-10 c'est assez cool. A partir de la 11, ça grimpe un peu plus. Il m'a fallu relire certaines leçons antérieures, m'étant aperçu que j'avais manqué des choses. Ce retour en arrière forcé arrive aussi quand on se rend compte qu'on n'arrive pas à faire un exo..
    J'aurais tendance à dire : il n'y a pas de mauvaise méthode, rien que des élèves paresseux. Most-Coulombe me paraît exiger un effort minimum, on n'est plus à l'époque où l'on devait apprendre les déclinaisons complètes en braillant dans la classe !
    Point positif jusqu'ici : les dialogues déjantés et les résumés d'histoire (guerres puniques) qui permettront d'avoir un vernis lors des dîners en société :=)
    Pour le reste j'attends d'être un peu plus loin pour émettre une opinion.
    à bientôt,
    armel



  • @armel a dit dans [coquilles dans le manuel MOST-Coulombe](/topic/39/coquilles-

    Dans un des exos de la lectio duodecima :
    -Comment dites-vous en latin: ils prirent, ils firent, iis donnèrent, il eut, il trouva, ils voulurent, il posa, ils firent (la guerre)?
    -le corrigé donné est :
    Cepérunt, fecérunt, dedérunt, habuit, invénit, voluérunt, posuit, gessit.

    Le corrigé provient de la version originale anglaise. J'ai noté que Coulombe avait changé les exercices à plusieurs endroits et j'ai modifié le corrigé en conséquence, mais plusieurs différences m'ont échappé. Merci d'y porter attention.

    De 1-10 c'est assez cool. A partir de la 11, ça grimpe un peu plus. Il m'a fallu relire certaines leçons antérieures, m'étant aperçu que j'avais manqué des choses. Ce retour en arrière forcé arrive aussi quand on se rend compte qu'on n'arrive pas à faire un exo..

    Je vous suggère de lire et de relire les leçons le nombre de fois qu'il faut. C'est une façon facile d'assimiler la matière. La méthode est conçue pour être agréable et divertissante. Pas de déclinaisons et de conjugaisons à mémoriser, mais cela pourrait aider.



  • Je me corrige: dans cet exemple, c'est moi qui ai rédigé cette partie du corrigé, donc c'est moi le coupable: gessit devient donc gessérunt.



  • @daniel
    "responsable mais pas coupable" célèbre phrase de Georgina Dufoy dans l'affaire du sang contaminé (années 1990) ! Qu'est-ce que ça donnerait en latin ?
    Une autre phrase célèbre : le "casse-toi pauv' con" du président précédent. Est-ce que c'est traduisible en latin ? Est-ce qu'il y a chez les classiques des phrases analogues ?
    Si je "sèche" sur un point du Most-Coulombe, je peux demander de l'aide dans quelle section ?
    merci d'avance,
    armel



  • @armel a dit

    Une autre phrase célèbre : le "casse-toi pauv' con" du président précédent.

    C'est effectivement célèbre. J'ai moi-même entendu parlé de ce brave homme qui n'a pas voulu se laisser toucher par Sarkozy. Ça serait intéressant d'avoir une traduction de l'échange en latin.

    Si je "sèche" sur un point du Most-Coulombe, je peux demander de l'aide dans quelle section ?

    Je suis d'avis qu'actuellement il n'y a pas vraiment de section évidente pour cela. Il faudrait faire un peu d'ordre dans tout cela. Pour l'instant, je crois que la section "Grands débutants" serait la plus appropriée, même si vous ne faites pas parti de cette catégorie. On devra peut-être renommer la section.



  • @daniel
    (suite des propositions de correction)
    *dans le Vocabulaire :
    -Pùnicus n'apparaît pas
    -Cadere vtomber => tomber
    *dans la leçon XIV + vocabulaire : la forme ab n'apparaît pas dans le vocabulaire
    *dans le texte exo leçon XIV :
    -l'armée punique fut envoyée en Gaule. On pourrait ajouter entre parenthèses (a été envoyée) car le texte de la leçon donne les 2 formes valides. Pareil pour les 2 autres phrases de l'exo.
    *leçon IX mettre capere prendre sur une ligne seule (liste de vocabulaire à droite du texte de la leçon)
    à bientôt, armel



  • Merci encore, c'est très apprécié. J'ai apporté les corrections et les ajouts, sauf une: "a été envoyée" - si on commence à mettre toutes les formes alternatives, on ne verra plus jamais la fin! Aussi j'ai trouvé deux autres coquilles grâce à vous.



  • @daniel
    Je propose de mettre une note en bas de page pour le premier cas en expliquant que pour les autres, les formes alternatives ne seront pas toujours indiquées. C'est la même chose avec la méthode de Petitmangin.



  • D'accord, c'est fait.



  • @daniel
    *leçon XV
    -mettre sur deux lignes nix-neige et inter-entre
    *vocabulaire
    -est-ce que Romanus ne devrait pas être inclus dans le vocabulaire ?
    à bientôt,
    armel
    .ps : je vais mettre les commentaires sur la méthode ailleurs



  • @armel a dit dans coquilles dans le manuel MOST-Coulombe :

    @daniel
    *leçon XV
    -mettre sur deux lignes nix-neige et inter-entre

    Corrigé.

    *vocabulaire
    -est-ce que Romanus ne devrait pas être inclus dans le vocabulaire ?

    Románus apparaît pour la première fois à la leçon V. Je l'ai ajouté en marge du texte, mais pas dans le vocabulaire. Il faut inclure dans le vocabularium seulement les mots que l'étudiant doit retenir, tandis que les noms propres en général sont moins importants.

    .ps : je vais mettre les commentaires sur la méthode ailleurs

    J'ai hâte de vous lire. À bientôt.



  • Bonjour,
    J'ai relevé ce que je crois être quelques coquilles, corrigez moi si je me trompe.

    Dans le corrigé de la leçon 28, 1) exercice de déclinaisons :
    Ablatif sing: quodam vinculum (vinculo)
    Ablatif sing: eodem exercito (exercitu)

    leçon 28, 3)
    Pourquoi "il avait été brisé" = Fregerat (et non fractus erat) ?
    en dessous, on a :
    il avait été pris, captus erat
    elle avait été rappelée, revocata erat

    J'ai vu plein de "erat" traduits dans les textes et corrigés par "fut", et inversement de "fuerunt" par "étaient".

    Leçon 30
    Caesar : Troisième déclinaison, masculin.
    Pompeius est inimicus Caesari(S) ? L'ennemi de César ou à César ? Je mettrais plutôt un génitif, ici, donc Caesaris.

    Valete.



  • @flonlo

    J'ai relevé ce que je crois être quelques coquilles, corrigez moi si je me trompe.

    Merci d'avoir pris le temps de nous les signaler. C'est une façon simple et facile de contribuer à ce projet qui nous est commun.

    Dans le corrigé de la leçon 28, 1) exercice de déclinaisons :
    Ablatif sing: quodam vinculum (vinculo)
    Ablatif sing: eodem exercito (exercitu)
    leçon 28, 3)
    Pourquoi "il avait été brisé" = Fregerat (et non fractus erat) ?
    en dessous, on a :
    il avait été pris, captus erat
    elle avait été rappelée, revocata erat

    Vous avez raison. Je viens de corriger ces fautes.

    J'ai vu plein de "erat" traduits dans les textes et corrigés par "fut", et inversement de "fuerunt" par "étaient".

    Les corrections des thèmes proviennent de la version anglaise. J'ai essayé de l'harmoniser autant que possible avec la version française, mais certaines différences m'ont échappé. Pourriez-vous prendre en note les endroits où vous avez aperçu ces divergences?

    Leçon 30
    Caesar : Troisième déclinaison, masculin.

    Je ne saisis pas ce que vous voulez dire.

    Pompeius est inimicus Caesari(S) ? L'ennemi de César ou à César ? Je mettrais plutôt un génitif, ici, donc Caesaris.

    Inimicus peut être pris comme un nom ou comme un adjectif. Comme nom, il prendrait le génitif. Comme adjectif, il signifie littéralement "inamical" et il prend le datif. Mais on le traduirait tout de même en français par un nom, c'est plus idiomatique.



  • @daniel a dit dans coquilles dans le manuel MOST-Coulombe :

    @flonlo
    Pourriez-vous prendre en note les endroits où vous avez aperçu ces divergences?

    Je vais les noter, mais de mémoire elles sont dans les exercices, des leçons 15 à 30.

    Leçon 30
    Caesar : Troisième déclinaison, masculin.

    Je ne saisis pas ce que vous voulez dire.

    C'était pour confirmer que Caesar se décline bien de cette façon.

    Pompeius est inimicus Caesari(S) ? L'ennemi de César ou à César ? Je mettrais plutôt un génitif, ici, donc Caesaris.

    Inimicus peut être pris comme un nom ou comme un adjectif. Comme nom, il prendrait le génitif. Comme adjectif, il signifie littéralement "inamical" et il prend le datif. Mais on le traduirait tout de même en français par un nom, c'est plus idiomatique.

    Eh bien ça répond à ma question, celle-ci n'était donc pas une faute!

    Merci :)



  • Ce message a été supprimé !


  • @Hieronymus a dit dans coquilles dans le manuel MOST-Coulombe :

    @daniel
    Bonjour,

    Je serai concerné tôt au tard par ces changements.
    Serait-il possible de tenir un journal des corrections, SVP ?

    Je vais voir à cela...


Se connecter pour répondre
 

Il semble que votre connexion ait été perdue, veuillez patienter pendant que nous vous re-connectons.