Avis sur la méthode Most-Coulombe



  • @armel Mais l'Inde ne fut pas blanche. Le monde fut rond. Mais l'Inde fut ronde.

    Mais l'Inde ne fut pas ronde.

    Avec ces notions de "venir" en Amérique (et non "d'aller"), j'espère que nos amis Européens ne se sentiront pas exclus!



  • @armel

    Les Etrusques furent des rois en terre romaine. Les Etrusques vinrent en terre romaine. Les Etrusques furent en terre romaine dans l'année (en l'an) 600 avant le Christ. Colomb vint en terre américaine. Mais les provinces canadiennes ne furent pas en terre quand vint Colomb.

    "Ne furent pas en terre" : bien que le mot terra signifie terre, le contexte semble vouloir une autre traduction. Peut-être "dans le pays"? Je pense que l'auteur veut nous amener à voir les différentes possibilités à force de varier le contexte.

    Les Romains ne dirent pas que les Etrusques fondèrent Rome, le mouton (pourquoi une majuscule à Agnus) ne fut pas en Amérique quand Colomb vint.

    La majuscule parce que la virgule qui la précède devrait être un point. Je viens de corriger cette coquille.



  • @daniel
    Leçon 17 exerceamus nos.
    Lorsque le mouton fut vu, les porcs dirent : OINK. Lorsque la ville fut prise, Marcellus envoya des ambassdeuts à Fabius. Lorsque la guerre fut faite, une noivelle paix vint. Lorsque l'argent fut lancé à travers le fleuve, Jacques Cartier fut content. Lorsque l'Amérique fut trouvée, Colomb reçut beaucoup d'or. Lorsque Fabius fut demandé, les ambassadeurs vinrent à nouveau dans le sénat. Lorsque Rome fut sauvée, Cincinnatus voulut venir dans les champs. Lorsque le blé fut placé dans des bateaux, , Colomb navigua en Amérique. Lorsque les porcs furent pris, les soldats eurent de la nourriture. Lorsque le mouton fut explusé de l'école, Marc fut content : car il n'aima pas entendre baa. Il aima voir Marie. Lorsque les soldats furent prêts, Fabius fit un voyage. Lorsque aaa-baa fut dit, le mouton fut content. Lorsque Scipion fut envoyé en Amérique, le sénat reçut la paix. Lorsque Sagonte fut prise, les soldats puniques reçurent beaucoup d'or.
    à bientôt,
    armel



  • @daniel
    Lectio decima octava, exerceamus nos :
    Le pouvoir de Rome fut grand. Les soldats carthaginois furent forts. Lorsque l'argent fut reçu, Colomb naviga dans les bateaux d'Isabelle. Cincinnatus avait le pouvoir d'un dictateur. Mais aussi les champs de Cincinnatus furent bons. Le mouton de Marie vint à l'école. Ce mouton dit : baa. Mais dans l'école, un autre mouton de Marie, ce mouton ne dit pas : baa. En effet Marc fut aussi un autre mouton de Marie : en effet Marie appella un mouton blanc, Marc. Lorsque Marie fut vue, Marc fut content. Marc aima Marie. Marc fut amant de Marie. Dans les jours d'Horatius, les Romains furent forts. Mais ils furent forts aussi dans les jours de Popilius. Lorsque Popilius fut entendu, Antiochus partit d'Egypte. Le roi Antiochus fit les choses ordonnées. En effet Popilius eut le pouvoir du sénateur romain. Le sénateur romain avait beaucoup de pouvoir. Le pouvoir de l'armée romaine fut grand. Et le pouvoir du magistrat du peuple fut grand. Les magistrats du peuple furent des hommes courageux. Le pouvoir des patriciens fut grand. Mais les patriciens ne firent pas toujours des choses bonnes : donc le peuple voulut partir de la ville. Les ambassadeurs des patriciens vinrent vers le peuple. Ils demandèrent au peuple de venir à nouveau dans les villes. Mais le peuple ne voulut pas venir avant qu'ils reçoivent du pouvoir. Donc les patriciens donnèrent des tribuns au peuple. Lorsque les tribuns furent acceptés, le peuple vint dans les villes. Popilius dit qu'il était nécéssaire d'entendre la réponse d'Antiochus tout de suite. Il voulut entendre la réponse d'Antiochus avant que Antiochus pût sorir du cercle ayant été écrit dans le sable. Popilius reçut immédiatement la réponse d'Antiochus. Antiochus sur-le-champ partit de l'Egypte. Est-ce que le pouvoir des Romains ne fut pas grand ? En Egypte il y eut beaucoup de blé. Antiochus voulut avoir le blé de l'Egypte, mais les Romains aussi voulurent le blé de l'Egypte.
    à bientôt, armel



  • This post is deleted!


  • @Hieronymus Je pense que c'est une tentative d'humour, pas très drôle.

    Il est comment le livre physique? Je ne l'ai jamais vu. Pourriez-vous le poser en photo?



  • This post is deleted!


  • This post is deleted!


  • @Hieronymus
    Merci de la photo.



  • @Hieronymus

    Oui, certaines phrases de Most-Coulombe sont un peu "décalées", ça fait le charme de la méthode et ça stimule l'apprentissage (on se demande si on n'a pas fait une erreur de traduction !).

    Tous mes encouragements. J'ai un peu levé le pied ces derniers temps et me suis livré à mon penchant favori :=(, celui de regarder comment le latin était expliqué dans les bouquins scolaires ou dans les grammaires anciennes.
    à bientôt, armel



  • This post is deleted!


  • @Hieronymus Sans vouloir répondre à la place d'Armel, je dirais que c'est la leçon suivante qui vous dira si vous avez compris la précédente. Si elle vous semble trop difficile, vous avez peut-être mal assimilé certaines notions ou vous avez oublié des mots. Chaque leçon est censée être d'une difficulté comparable. Aussi, les exercices de thème à la fin de chaque leçon (sauf les quelques premières) vous aideront à contrôler votre apprentissage.



  • This post is deleted!


  • @Hieronymus
    Voilà une question simple qui, comme une pelote de laine qu'on dévide, peut en attirer d'autres.
    Je suis d'accord avec ce que dit Daniel, on ne "devrait" passer à la suivante que quand on a compris la précédente mais, voilà, je ne procède pas comme cela.
    Comme le disait une boudhiste "not too tight not too loose" (désolé pour la citation anglaise), c'est à chacun de connaître son terrain. On se rend compte qu'on n'a pas compris quelque chose quand on butte soudain sur une difficulté, par exemple on n'est pas d'accord avec un corrigé...Quand ça arrive, je reviens rarement en arrière, je continue car l'impression d'avancer est primordiale pour moi. je sais que j'ai fait l'impasse sur un sujet. J'y reviendrai plus tard. Par expérience, je sais que les difficultés d'aujourd'hui me feront sourire dans quelque temps. L'essentiel, selon moi, est de continuer à étudier et de garder élévé le niveau d'enthousiasme.
    je sais aussi que, quelle que soit la méthode employée, il y aura un moment où je la relirai dès le départ, parce que c'est ma façon de consolider les connaissances acquises.
    Si je n'ai pas compris quelque chose, j'ai tendance à aller voir ailleurs, dans une autre méthode, comment est expliquée cette difficulté.
    Il y a des auteurs "intransigeants" comme Gwynne (Gwynne's latin) qui disent : il ne faut pas aller plus loin si vous n'avez pas mémorisé la dizaine de déclinaisons des noms. Je pense qu'il a raison, si on fait ce qu'il demande répérer un mot et son cas dans une phrase se fait plus rapidement...
    à bientôt,
    armel
    ps : Dodds renseigne chaque mot du vocabulaire de la manière suivante :
    cor, cordis, 3,n
    Je trouve ça sympa pour les débutants d'indiquer le n° de déclinaison et le genre
    ps : je cherche un outil de traduction latin => français ou anglais en ligne gratuit, ça peut aider quand on a des doutes.



  • c'est à chacun de connaître son terrain

    Un conseil judicieux d'Armel. Apprendre le latin en autodidacte, c'est autant apprendre à étudier qu'apprendre une langue. Beaucoup de gens ne savent pas étudier. Ils se sont fait tenir par la main toute leur vie à l'école.



  • This post is deleted!


  • Mais quel bonheur cette méthode !!
    on apprend sans s'en rendre compte ...
    Mais pourquoi n'apprenons nous pas les langues de cette manière dans les écoles ?
    Merci Daniel pour m'avoir conseillé cette méthode, elle est effectivement faite pour moi :D



  • On s'en reparlera après la première dizaine de leçons, car le niveau de difficulté augmentera drastiquement.