Coquilles dans les exercices de Petitmangin



  • Dans l'exercice 161. Cette phrase est à traduire :

    Ces cigognes font route à travers les nuages.

    La traduction du corrigé est :

    Ciconiae illae per nubes iter facient.

    Ne devrions-nous pas avoir faciunt (font), au présent de l'indicatif ? Facient (feront), n'est-ce pas le futur de l'indicatif ?



  • @matthieu

    Oui et oui.

    Déjà l'exercice 161? Ça avance bien...



  • Oui, j'ai maintenant fais un peu plus de 50% des exercices (320 en tout). Je mets présentement les bouchées doubles pour terminer.



  • Exercice 171.

    Phrase de l'exercice :

    Ibi, in ripā Tiberis fluvii, quem nando trajecerat, aliquandiu mansit, etc.

    Ça ne devrait pas plutôt être quam, au féminin, puisqu'il s'accorde avec ripā qui est féminin ?



  • @matthieu As-tu déjà traversé une rive à la nage? non, c'est le fleuve qu'on traverse.



  • ... ... c'est bien logique!

    Excellent ! J'aime faire des erreurs comiques de ce genre.

    Ok, je continue maintenant ... :)



  • J'ai regardé rapidement l'exercice 171, et je dois dire que le latin de Petitmangin est très élégant même si c'est du latin de "débutant". Ça doit être plaisant d'enseigner avec cette méthode. Comme j'ai souvent dit, chaque méthode a ses points forts et ses points faibles et chacune est adaptée à une sorte de clientèle.



  • OK, je crois maintenant avoir trouvé une vraie erreur !

    C'est à l'exercice 203. Le latin à traduire est le suivant :

    Scito astrologum apud me ali [...]

    Dans le corrigé, la traduction est la suivante :

    Sachez que j’entretiens chez moi un astrologue [...]

    Le mot ali ne devrait pas plutôt être alo (je nourris) ? Sinon, je n'ai aucune idée d'où peut venir cette conjugaison.



  • J'ai trouvé la solution. Puisque Scito demande d'utiliser ensuite une proposition infinitive, je comprends que le verbe ali (être nourri) est l'infinitif présent passif du verbe alo (je nourris).

    En me rappelant du concept de proposition infinitive, tout est devenu clair.

    Donc, zut, c'est encore moi qui était dans l'erreur. :)



  • Exactement. J'attendais que quelqu'un d'autre réponde, mais tu as trouvé la réponse tout seul à force d'y réfléchir. C'est une habileté qu'il faut développer en lisant le latin. Il m'arrive de contempler une page pendant de longues minutes, incertain du sens, mais il finit par devenir clair à force de réfléchir.


Se connecter pour répondre
 

Il semble que votre connexion ait été perdue, veuillez patienter pendant que nous vous re-connectons.