Groupe de lecture de la Vulgate



  • Avis aux intéressés!
    S'il y en a qui seraient intéressés à former un groupe de lecture de la Vulgate, s'il vous plaît vous manifester!
    L'idée serait de se rencontrer à une fréquence donnée (un soir par semaine, un jour par deux semaines, un weekend par mois, etc. n'importe), dans un but non pas théologique, ni cathéchique mais dans le but d'étudier le latin à partir d'un texte pertinent et relativement abordable techniquement.
    Il suffira de se mettre d'accord sur une version et trouver des lieux.On peut toujours négocier avec une paroisse pour une salle ou bien réserver à la BANQ ou autre.
    Si par contre, un tel groupe existe déjà, SVP nous en informer.

    Merci!



  • @Sonia Je vais mettre votre message en évidence sur la page d'accueil, il aura plus de chance d'être vu par des Montréalais.



  • @Sonia
    Bonjour Sonia,

    Je découvre le site à l'instant et tombe sur votre proposition de cercle de lecture. Mon niveau de latin n'est pas excellent, disons que j'en maîtrise les bases. Développer ma méthode d'apprentissage autodidacte, pratiquer la compréhension du latin, à partir de la Vulgate notamment, et éventuellement atteindre une certaine capacité en expression orale sont autant d'objectifs que je vise à plus ou moins long terme. À vrai dire, je maîtrise mieux la grammaire du grec ancien : lire le Nouveau Testament en grec m'est a priori plus aisé, mais pas sans difficulté non plus.

    Vous trouverez ma présentation dans la section du forum consacrée à cet effet. Je reste intéressé à l'idée de ce cercle de lecture !

    Au plaisir de vous lire. Cordialement,
    Nicolas



  • @Nicolas-Pierre-Joseph

    Yeah!!
    Nous sommes donc deux intéressés au projet!
    De toute évidence, il n'a pas encore démarré. La formule reste à définir car elle va dépendre des disponibilités et des niveaux de chacun.
    En gros, il s'agira de se rencontrer à une fréquence X (hebdomadaire, bi-hebdo, mensuelle), pour X heures, pour des séances de lecture et traduction. Idéalement, tous devraient pouvoir embarquer sur la Vulgate mais il y a aussi un autre ouvrage qui pourrait faire l'affaire pour commencer: L'Epitome historiae sacrae.

    Je pense que son niveau technique est un peu plus simple et pourrait être un bon compromis.

    Sinon, on peut téléchager le Nouveau Testament en Latin en format mp3:
    https://www.faithcomesbyhearing.com/

    Voilà, je prends les suggestions.



  • Bonjour Sonia,

    L'idée d'un groupe se réunissant fréquemment et travaillant sérieusement, aussi bien chez soi en vue de présentation au groupe, qu'au sein dudit groupe, est tout à fait ce que je recherche. Étudier le latin à partir de la Vulgate — ou la Vulgate à partir du latin — me va très bien !

    Comme je le disais dans ma trop brève présentation, je suis étudiant en théologie, à la fois en théologie fondamentale/dogmatique et en exégèse biblique avec une spécialisation néotestamentaire. Je connais et fréquente donc davantage le grec, au point d'être capable, dans certains corpus plus faciles ou mieux maîtrisés, tels Marc ou Paul, de me passer de traduction. Le latin m'intéresse à différents titres, historique (Empire romain), linguistique (évolution des langues romanes et indo-européennes en général) et théologique (si le latin n'est évidemment pas la langue originale des textes du canon chrétien, il est néanmoins celle des textes avec lesquels traitaient directement les théologiens et philosophes et priait les moines des deux premiers millénaires — on sait qu'Augustin était rétif au grec, et que Thomas d'Aquin ne le maîtrisait pas). Je souffre de ne pas le connaître assez et me sens ainsi privé d'un accès direct à plus de deux mille ans de civilisation — qui est aussi bien la mienne.

    Si le groupe que vous envisagez un groupe latiniste catholique — ce qui me convient — un des enjeux pourrait être, outre une meilleure appropriation des (a)tours du latin, la comparaison de la Vulgate et de la Vetus Latina puis du grec — ce à quoi je pourrais, modestement, aider. Mais ce sont là des développements qui excèdent déjà le cadre d'une lecture vouée à l'étude du latin lui-même.

    Malheureusement, et bien que j'étudie la théologie, je ne connais personne qui serait intéressé à se joindre à un groupe tel que celui-ci. Continuons, ici et ailleurs, la prospection...

    Au plaisir de prendre part à ce groupe !
    Nicolas



  • @Nicolas-Pierre-Joseph

    C'est parfait!
    Pour l'instant, il y a une problématique d'intérêt (pour l'instant nous ne sommes que deux) et une problématique de niveau (peu de gens de nos jours sont suffisamment avancés en latin pour lire du latin directement dans le texte).
    Donc, même si l'idéal serait un groupe clairement catholique dans le but d'étudier la Vulgate en latin et pour elle-même, il se peut qu'il faille assouplir cela pour permettre à plus de personnes de se joindre.
    D'ou la suggestion de l'Epitome pour des questions de niveau, que l'on trouve aussi ci-dessous:
    http://cerclelatin.org/wiki/Lhomond/epitome

    Aussi, il n'est pas sûr que tant de gens que ça seraient suffisamment calés pour embarquer dans des discussions théologiques. À voir...

    On peut aussi décider de démarrer à deux d'abord, mettons en janvier, et les autres se joignent au fur et à mesure. Là, aussi c'est à voir.



  • Parfait !

    Commençons en janvier, à deux au besoin, cela nous servira de « bonne résolution ». Une publicité affichée aux endroits stratégiques (paroisses, facultés de lettres classiques) pourrait contribuer à élargir le groupe.

    Selon la composition du groupe, nous choisirons le meilleur support d'étude, l'Épitome ou la Vulgate. L'Épitome est effectivement très simple, une bonne façon d'acquérir le vocabulaire fondamental et la syntaxe de base. Dans la Vulgate, tous les livres ne sont pas de même difficulté : les lettres pauliniennes sont moins immédiatement accessibles que les récits évangéliques, surtout Jean qui a le lexique le moins varié de tous et serait donc, syntaxiquement, plus abordable. D'ailleurs, si nous sommes entre croyants, l'avantage est que nous connaissons déjà ces textes, donc le vocabulaire inconnu et les structures complexes se comprendront en contexte connu.

    De plus, ce genre d'études suppose de bien maîtriser la grammaire, y compris française, et on fait de grands progrès en procédant par arbre syntaxique (= montrer, avec une mise en page adaptée, l'architecture d'une phrase et identifier les propositions qu'elle déploie).

    Au plaisir,
    Nicolas



  • @Nicolas-Pierre-Joseph a dit dans Groupe de lecture de la Vulgate :

    Ça me va très bien.

    D'ailleurs, si nous sommes entre croyants, l'avantage est que nous connaissons déjà ces textes

    Alors là, tu serais surpris!

    Juste pour information: quelle édition de la Vulgate utilises-tu?



  • Mon édition de la Vulgate en bonne et due forme reliée est restée en France, d'où je suis originaire.

    Du reste, mes études et ma pratique quotidienne m'amènent à fréquenter surtout le texte grec. Quand je dois recourir à la Vulgate, je vais sur ce site : http://speedbible.com/vulgate/.

    Et pour ce qui est des offices des heures, quand j'ai l'occasion de les suivre, je vais ici pour les lire en latin : http://divinumofficium.com/cgi-bin/horas/officium.pl/officium.pl (site très bien fait, avec les différentes versions des offices au cours des siècles).



  • @Nicolas-Pierre-Joseph

    Ok, c'est une Vulgate protestante.
    Comment comptes-tu procéder, tu vas imprimer à chaque séance, tu vas travailler directement sur tablette?
    Je n'ai que des versions papier, je n'aime pas travailler sur gadget: la Néo-Vulgate (que tout le monde hait), la Baronius (latin-anglais) et la Fillion qui fera l'affaire (latin-français).
    La Fillion se trouve en PDF sur le net
    http://jesusmarie.free.fr/bible_fillion.html

    À moins d'une autre version précise.



  • Très étonné de lire qu'il s'agit d'une « Vulgate protestante ». Je ne sais pas ce que c'est... ?!?

    Il s'agit des livres traduits par saint Jérôme à partir du canon hébraïque qu'il avait, plus la traduction des deutéro-canoniques qu'il n'a pu traduire faute de se trouver dans le canon juif (quoiqu'on pense qu'il en aura traduit quelques uns : Tobie, Judith ?) Du reste, ce site est précisément celui auquel renvoie le site de la Fraternité Saint-Pie X. Qu'il ne s'agisse pas de la Vulgate Sixto-clémentine, certes, mais qu'il s'agisse de la Vulgate qu'a lu Augustin et celle, peu ou prou, qu'a médité Thomas d'Aquin est indéniable.

    Pour le reste, oui, travailler à partir d'un ordinateur est la méthode que je privilégie : cela permet d'organiser le texte selon une mise en page favorable à l'étude, créer des arbres syntaxiques simples, insérer des liens, notes de bas de page, de retrouver des notes prises facilement, etc.



  • @Nicolas-Pierre-Joseph

    Il y manque des livres. Elle n'est pas complète. Je suis surprise que la FSSPX puisse y rréférer...

    Il y a sinon celle à laquelle renvoie le site du Vatican (la Nova) qui elle est canonique et offiicielle:
    http://www.vatican.va/archive/bible/nova_vulgata/documents/nova-vulgata_index_lt.html

    En tous les cas, les livres manquants se trouvent facilement ailleurs.



  • Ce message a été supprimé !


  • Dans la version à laquelle renvoie la FSSPX, il ne manque aucun texte. Tous les livres y sont. Il s'agit de la traduction de saint Jérôme faite à partir du texte hébreu, selon le canon hébreu qui est aussi bien celui de la Septante, entre la toute fin du 4ème siècle et le début du 5ème.

    Les livres qui « manque(raie)nt » sont placés à la suite, car non traduits par Jérôme, mais par des continuateurs antiques. Bien plus, le site ajoute d'autres livres, que le canon n'aura finalement pas retenu, tels la Lettre aux Laodicéens, qui figurait dans beaucoup de Bibles occidentales du Haut-Moyen-Âge (jusqu'au 12ème siècle, au moins) et que saint Grégoire le Grand affectionnait. Bref, le cas de ces écrits supplémentaires mis à part, c''est la version latine de la Bible qu'ont adopté tous les théologiens et religieux médiévaux, c'est elle qu'avait saint Thomas d'Aquin, entre autres, sous les yeux. Elle est donc aussi canonique et officielle que la Vulgate Sixto-clémentine éditée à la fin du Concile de Trente, ou que la Nova Vulgata commandée par Paul VI, mais seulement rehaussée d'un intérêt historique certain.

    Rien d'étonnant à ce que la FSSPX renvoie à la version de saint Jérôme donc. Rien de plus chrétien et même catholique.

    Cependant, puisqu'elle aussi canonique que la Vulgate de Trente ou celle de Vatican II, peu m'importe la version latine utilisée entre ces trois-là.



  • @Nicolas-Pierre-Joseph

    C'est parfait alors!
    Comme je n'aurai que des livres je serai prise avec les textes que j'ai.
    Pour des questions de format je penche plus pour la Néo-Vulgate (compacte en 1 tome). La Filion est en 8 tomes, plus difficile à transporter.
    En tous les cas, on peut aussi varier d'une fois sur l'autre.



  • Bonne et Heureuse Année à tous!

    Alors donc, quel est le programme...?


Se connecter pour répondre
 

Il semble que votre connexion ait été perdue, veuillez patienter pendant que nous vous re-connectons.