Rémi



  • Bonjour,
    Je m'intéresse "vraiment" au latin depuis environ deux années sans, malheureusement, jamais avoir pu suffisamment persévérer dans les (deux ou trois) différentes méthodes d'apprentissage que j'ai essayées jusqu'à présent… Il arrive toujours un moment où je "sature", où j'ai l'impression de me noyer dans une surenchère de déclinaisons et de verbes déponents… et puis l'envie d'apprendre, de l'apprendre, heureusement, revient…
    Je ne me souviens plus très bien par quels méandres 2.0 je suis arrivé jusqu'à votre site mais, et quoiqu'il en soit, la méthode Most-Coulombe me paraît bien "dosée", très progressive et, j'ai la faiblesse de le croire, adaptée à mes modestes capacités d'assimilation… En tout cas je remercie chaleureusement les modérateurs du Cercle Latin pour les ressources qu'ils mettent gracieusement à la disposition des latinistes débutants.
    Sinon, et pour parler un peu de moi, j'ai 52 ans, j'habite Paris et je suis technicien dans une salle de spectacle. Je m'intéresse au latin pour mon plaisir (même si, parfois…), pour ma culture générale, parce que j'aimerais beaucoup pouvoir un jour lire La Guerre des Gaules ou les Histoires de Tacite (mais pas que…) dans le texte et aussi et surtout parce que j'ai le sentiment que cette langue est une des bases essentielles de notre environnement intellectuel et culturel. Je m'intéresse également à la Bible, au "monde chrétien" mais plus culturellement que cultuellement…
    Très sincèrement,
    Rémi Lombardot



  • Cher Rémi,

    Je suis heureux de faire votre connaissance et d'apprendre que vous approuvez la méthode Most-Coulombe. Une petite suggestion pour vous motiver: informez-nous de vos progrès, écrivez dans le forum au sujet des diverses difficultés que vous rencontrez, même si vous arrivez à les résoudre par vous-même et échangez avec les autres autodidactes qui emploient cette méthode. Au plaisir!



  • Bonjour Rémi,
    Je suis à ma troisième tentative et je crois que ça sera enfin la bonne. Ce n'est pas toujours évident d'étudier en autodidacte car il arrive que la motivation baisse. Pour ma part, ça aura été une pratique de discipline et de travail sur moi, car lorsque mon plaisir d'apprendre le latin diminuait, la volonté devait prendre le relais pour continuer. Après une période d'aridité, le plaisir finit toujours par revenir.

    Pour moi apprendre cette langue est une question de principe, et pas seulement de plaisir, donc ça m'aide certainement à atteindre mon but et de ne pas me décourager lorsque l'aridité survient.



  • @matthieu Merci pour votre message et vos encouragements !



  • @daniel Je vais suivre vos conseils même si, pour l'instant, les premières leçons me paraissent faciles (je vis sur les acquis de mes précédentes tentatives d'apprentissage…) mais je sais que bientôt ce sera plus dur… Merci pour vos encouragements.



  • @Rémi

    Salut et bienvenu!
    Écouter aide beaucoup, même si on ne comprend pas. Ne pas hésiter à écouter chants, audio-livres et lectures quand ça devient aride.



  • @Sonia
    Merci pour votre sollicitude ! J'essaie effectivement de diversifier mes sources d'apprentissage et aussi de moins me précipiter dans l'étude pour ne plus avoir ce sentiment "d'overdose"…
    Bien à vous,
    Rémi



  • Ce message a été supprimé !


  • @Hieronymus
    Initiation au latin - Leçons et exercices de Céline Dayre aux Editions Ellipses, puis les cours sur le web de la Schola Latína Európæa & Úniversális avec le livre de Clément Desessard, Lingua Latina sine molestia.



  • @Rémi Avez-vous complété le cours de la Schola?



  • Ce message a été supprimé !


  • @Hieronymus
    Pour ce qui concerne l' Initiation au latin - Leçons et exercices j'ai fini les cours mais pour la Schola j'ai dû abandonner, le rythme des leçons était trop rapide pour moi, une leçon tous les trois jours, au bout de quelques mois je ne pouvais plus composer avec ma vie professionnelle, familiale, etc.



  • @Rémi : Les cours de "la schola" m'ont l'air très intéressant, je les ai contacté il y a quelques mois, mais l'année scolaire avait déjà commencé et ils m'ont demandé d'attendre l'année prochaine. Du coup, je suis curieux d'en savoir plus. Combien d'élèves forment la "classe", combien d'heures de travail pensez vous que cela nécessite (j'ai bien vu leur calendrier avec une leçon tous les 3 jours). Actuellement, je suis arrivé à la 16ème leçon d'Orberg (Lingua Latina Per Se Illustrata) et je me demandais si une "reprise à zéro" serait un gros problème où si je dois plutôt essayer d'intégrer directement la deuxième année. Jusqu'à quelle leçon du Latin sans peine êtes vous arrivé avant d'abandonner ?
    Merci pour vos réponses.



  • @Axel-Rousseau : Les cours de la Schola sont en effet très intéressants mais il faut pouvoir tenir le rythme... une leçon tous les trois jours. Les commentaires du modérateur (très directif et qui, autant que j'ai pu en juger, à l'air d'être un excellent latiniste) sont en anglais (et en espagnol je crois) ce qui me demandait une surcharge de travail car je ne maîtrise pas très bien l'anglais. J'ai dû "tenir" trois mois je crois... Au début il y avait environ 30/40 élèves mais le nombre décroit assez rapidement au fil des semaines... Les cours s'appuient sur une ancienne méthode assimil de Clément Dessessard : Lingua latina sine molestia. La Schola précise bien qu'il s'agit de l'ancienne méthode, la nouvelle n'ayant, à leurs yeux, pas les mêmes qualités. Il faut trouver par soi-même le texte et les bandes audio. Je crois que je les ai tjs, je peux vs les envoyer si vs le désirer.
    Bien à vous,
    Rémi



  • Sur l'insistance des amateurs du latin vivant (et sans doute suite à l'échec commercial de la nouvelle méthode), Assimil est revenu à l'ancienne méthode de Desessard. Voir ici. Aussi, ils ont des nouvelles bandes sonores, on a le choix entre la prononciation restituée et la prononciation ecclésiastique (du moins dans l'édition italienne... est-ce le cas dans l'édition française?). Bref, plus besoin de la "trouver par soi-même" sur internet. C'est un livre qui vaut la peine, même si elle n'est pas votre méthode principale, simplement pour le côté vivant.



  • J'aurais dû lire la description:

    Les enregistrements de l’ensemble des leçons et des exercices de traduction sont disponibles séparément. Interprétés par des locuteurs spécialistes de la prononciation restituée, ils seront un atout précieux pour votre apprentissage.

    Heureusement, la bande sonore est vendue séparément. Donc, si on préfère la prononciation ecclésiastique, on peut acheter la bande sonore de l'édition italienne, en espérant qu'ils n'ont pas changé le texte de Desessard.



  • @Rémi : merci beaucoup pour vos explications. J'ai chez moi la version d'Assimil de Clément Dessessard. Pour ce qui est du rythme, j'avais plutôt peur de m'ennuyer en ayant déjà fait une demi année de latin avec la méthode d'Orberg, donc si le rythme est rapide, cela devrait me convenir. Il me suffit d'attendre septembre pour pouvoir m'inscrire.



  • @Rémi : Petite question : est ce qu'ils demandent du travail supplémentaire à ce qui est indiqué dans la version Assimil et pensez vous qu'il puisse être utile d'avancer de mon côté tout seul sur la méthode assimil en attendant le début de la session de Septembre ? Merci beaucoup.



  • @Axel-Rousseau: Oui, tout à fait, il y a une sorte d'examen après 8 ou 10 leçons, je ne sais plus précisément, qui reprend évidemment ce qui a été appris précédemment et qui est, je crois, éliminatoire en cas de (trop) mauvaise note ou, peut-être, si l'on ne rend pas le questionnaire à temps... Je ne suis pas certain que commencer tout seul soit la meilleure solution. Je crois qu'il est préférable de lire, avec chaque cours, les explications très complètes du modérateur, et puis il y a un forum où chacun peut intervenir et qui permet un enrichissement de la leçon au fur et à mesure des cours.
    Bonne journée,
    Rémi


Se connecter pour répondre
 

Il semble que votre connexion ait été perdue, veuillez patienter pendant que nous vous re-connectons.