Corrigé des exercices de 4e (Petitmangin)

AVIS AUX MAÎTRES

Dans le monde des écoles, un injuste ridicule s´attache, depuis longtemps déjà, au titre de «fort-en-thème»: il semblerait que des succès dans le thème latin ne puissent s´obtenir qu´aux dépens de l´esprit de finesse et que ce soit là comme la marque d´une intelligence bornée. Nos aïeux qui se livraient volontiers à cet exercice scolaire ne pensaient pas de même et il ne paraît pas que, pour avoir peiné sur le Discours latin ou sur les Vers latins, ils aient été moins bons latinistes que nous, qui méprisons ce legs du passé.

On convient toutefois que, dans les classes de Sixième et de Cinquième, le thème est un exercice indispensable à titre de contrôle de l´enseignement. L´enfant manie-t-il sans faute les déclinaisons et les conjugaisons, a-t-il bien compris l´emploi d´une règle de syntaxe? ce n´est que par le thème que le maître pourra s´en assurer. Mais cette science supposée définitivement acquise, à quoi bon continuer cet exercice, alors qu´en Quatrième le programme prescrit la traduction de César, de Quinte-Curce, de Cornélius Népos et d´Ovide et que la brève année scolaire n´est pas trop longue pour prendre un contact sérieux avec ces auteurs? Reconnaissons, sans dissimuler la réalité, que l´orientation des études latines a changé et qu´aujourd´hui, les langues vivantes et les sciences étendant leur domaine, on ne peut plus accorder au latin le temps qu´on lui consacrait autrefois. Il s´agit d´aller plus vite, soit; du moins cette rapidité puisse-t-elle ne pas s´obtenir par le sacrifice de la profondeur! Cela revient à dire que l´usage de ce troisième volume d´Exercices latins ne peut plus avoir exactement pour but ce qu´avait visé Petitmangin.

Versions, surtout celles qui ne contiennent que des phrases détachées et qui, à cause de l´absence du contexte, sont parfois assez difficiles à traduire, seront faites oralement en classe sous la direction du maître, et l´élève sera invité à retrouver dans chaque texte proposé l´application d´une règle de grammaire: pourquoi cet ablatif? pourquoi ce subjonctif? Ces phrases, si l´on veut, ne sont autre chose que des exemples supplémentaires s´ajoutant à ceux déjà donnés par la Grammaire.

Quant aux Thèmes, bien naïf, bien imprudent, qui croirait bon de les supprimer en Quatrième et en Troisième: les règles ne s´apprennent et ne se retiennent qu´à force de répétitions. Ce que l´élève a compris en classe grâce aux explications du professeur, il doit, dans un travail personnel à l´étude, pouvoir donner la preuve, non seulement qu´il ne l´a pas oublié, mais encore qu´il l´a saisi au point d´en faire l´application sans erreur.

Assurément le but – lointain, mais à ne jamais perdre de vue – de l´enseignement classique, c´est de faire comprendre et goûter les grands auteurs de la littérature latine et la grammaire n´est que le moyen d´y parvenir; encore faudrait-il que cette grammaire fût si bien connue que l´élève s´en servît sans effort et comme instinctivement, de même qu´il lit et goûte La Fontaine, Racine, Victor Hugo, sans être arrêté par des pluriels irréguliers ou des accords de participes.

Toutefois, on est en droit de demander au thème d´autres services qu´une aisance facile dans l´usage des règles grammaticales. Une traduction exacte, précise, du français en latin suppose une connaissance approfondie des nuances, des subtilités même de ces deux langues. Qui ne voit, par conséquent, l´utilité d´un exercice qui aide à pénétrer les arcanes du vocabulaire, surtout à notre époque où l´on se satisfait si vite de l´à-peu-près? De plus, il ne s´agit pas, pour qui veut s´y appliquer, de donner une interprétation du français simplement correcte, mais exprimée en un latin barbare; le thème, intelligemment employé, doit initier aux usages, aux élégances de la stylistique latine, faire connaître les procédés mis en œuvre pour équilibrer une période oratoire ou encore obtenir des cadences harmonieuses. Croit-on que l´étudiant qui se sera livré à cet exercice aura perdu son temps et qu´il n´en restera rien pour la formation de son esprit, de son goût? C´est dans cette intention qu´ont été proposés les thèmes suivis, dont la traduction exige d´autres qualités intellectuelles que la transposition de courtes phrases détachées. Les élèves, même en classe de Seconde, pourront s´y essayer: ils acquerront là précisément cet esprit de finesse qu´on s´accordait à refuser si dédaigneusement aux «forts-en-thème».

P. N. B. et A. P.

N.-B. – Les références renvoient à la Grammaire latine complète, nouvelle édition révisée.

MORPHOLOGIE.

RÉVISION DE LA DÉCLINAISON.

1. EXERCICE.

I. Aglaia, æ, f. (acc. Aglaian). – Musice, es, f. (acc. musicen). – Circe, es, f. – Civīs (acc. pl. Gr. § 21*, III). – Virum (gén. pl. pour virorum, Gr. § 15*). – Opes. um, f. pl. – Virus, i, n. (acc. virus). – Pelagus, i, n. (n. et acc. plur. pelagē). – Anima, æ, f. (gén. archaïque: animai, Gr. § 14*). – Jusjurandum, n. (datif jurijurando). – Messene, es, f. (n. voc. abl. Messene).– Leptis, is, f. (acc. Leptin). – Lepos, oris, m. – Cyrnos, i, f. (acc. Cyrnon). – Fors, fortis, f. (abl. forte). – Cubile, is, n. (n. acc. pl. cubilia). – Negotium, i, n. (gén. negoti pour negotii, Gr. § 15*). – Genu, us, n. (n. dat.-abl. acc. genu). – Menestheus, i, m. (acc. Menestheum ou -ea).

II. Musices. – Paphi. – Itineris. – Cordis. – Mellis. – Tenacis. – Saturi. – Pauperis. – Jesu.

III. Æneæ. – Jovi. – Jurijurando. – Supellectili. – Circæ. – Reipublicæ.

IV. Papho. – Jurejurando. – Supellectile ou i. – Salamine. – Tripode. – Vi. – Domo. – Siti.

V. Phylen. – Amphipolim ou -in. – Cimona ou –em. – Vim. – Hectora ou -em. – Andromachen. – Puppim. – Cyrnon. – Thuyn. – Bianta ou –em. – Æthera, ou -em.

VI. Hermæ. – Diademata. – Altaria. – Calcaria. – Pauperes. – Itinera.

VII. Phœnicum. – Fratrum. – Imbrium. – Aprorum. – Carcerum. – Litium. – Cædium. – Montium. – Cordium. – Dierum. – Armorum. – Boum. – Acuum.

VIII. Acubus. – Bobus. – Rebuspublicis. – Arcubus – Domibus. – Filiis et filiabus. – Jugeribus. – Viribus – Tribubus.

IX. Boves. – Pulvinaria. – Diademata. – Domos. – Lacones ou Laconas. – Lampades ou -as.

2. VERSION.

1. Les Athéniens transportent tout ce qui leur appartient en partie à Salamine, en partie à Trézène. – 2. Nestor s´emploie activement à mettre d´accord Achille et Agamemnon. – 3. Je te montre les Lacédémoniens campés dans le défilé des Thermopyles. – 4. Un seul ami remplace pour nous tous les autres hommes. – 5. Epaminondas, dans sa jeunesse, préférait à tous ses compagnons d´âge le vieux Lysis. – 6. Les Mytiléniens firent cadeau à Pittacus de plusieurs milliers d´arpents de terre. – 7. Souvent Jupiter irrité envoie des pluies funestes et détruit par la grêle le fruit du travail des hommes et des bœufs. – 8. Pour écarter la foudre du grand Jupiter, Tarchon entoura son domaine de clématite blanche. – 9. Des contagions funestes se répandent dans la foule qui ne songe pas à se prémunir. – 10. Une fois que les navires eurent gagné la haute mer, l´onde se couvrit d´une effrayante obscurité. – 11. C´est une sorte de sacrilège de refuser son obéissance à la loi. – 12. Avant le règne de Jupiter, il était défendu d´entourer d´une limite ses propriétés. C´est lui qui donna aux noirs serpents leur funeste poison. – 13. Datame prit vivant Thuys avec sa femme et ses enfants.

2 bis. EXERCICE.

Salamis, inis, f. (acc. ina ou inem). – Trœzen, enis, f. (acc. ena). – Pelides, æ, m. (acc. en). – Atrides, æ, m. (acc. en). – Lacon, onis, m. (acc. plur. as ou es) – Instar, n. (indécl.). – Lysis, is, m. (acc. im). – Jugerum, i, n. (gén. pl. jugerum). – bos, ovis, m. ou f. (gén. pl. boum). – Jupiter, gén. Jovis, m. – Vulgus, i, n. (acc. vulgus). – Pelagus, i, n. (acc. pelagus). – Nefas et fas, n. (indécl.). – Thuys, m. (acc. Thynem ou Thuyn).

3. THÈME.

1. Veneror, o mi Deus, illum præpotentis tuæ dexteræ ictum. – 2. Consilii exsequendi curam Achillæ mandaverunt. – 3. Andromache Hectora maritum (suum) comitabutur. – 4. Ego Porciæ idem dicere non possum, quod Andromachæ Hector. – 5. Num putas versus Catulli vel Sapphus sordido seni plucere posse? – 6. Cleomenes, Alexandridæ filius, ægrotabat. – 7. In omnibus rebus vulneri virus infundit superbia. – 8. Somnia, ab Jove missa, futura portendere credebantur. – 9. Xerxes Leonidæ corpus cruci affigi jussit. – 10. Lacedæmon terræ motu eversa est. – 11. Moses Jesu Christi effigies est. – 12. Ab Euphrate et Tanai usque ad Herculeas columnas omnes eis terræ parebant. – 13. Vitam nova inopinataque stupefacti sunt. – 14. Servius Tullius Romam in reipublicæ formam redigendi consilium cepit.

4. VERSION.

1. Antoine n´hésitera pas à amener avec lui des nations barbares. – 2. Persévérez dans la résolution, dont vous vous montrez si nettement partisans. – 3. Fuir honteusement la mort, c´est une chose pire que toute mort. – 4. Ce fameux Léonidas, quel langage courageux il a parlé à ses compagnons! – 5. Quel est celui d´entre vous qui ne le déteste pas et qui n´est pas détesté par lui? – 6. Au moment où les deux partis allaient en venir aux mains, les députés de Tarente s´interposent. – 7. Ils ont reconnu trop tard quel scélérat ils avaient suivi. – 8. Antoine est devenu raisonnable? – 9. Au combat de Pharsale, César ne perdit pas plus de deux cents soldats. – 10. Certains insectes ont deux ailes, comme les mouches; d´autres quatre, comme les abeilles. – 11. Il m´est bien agréable de voir que tu ne nous oublies pas. – 12. Je suis allé le voir sur sa demande. – 13. Les ennemis ne s´aventuraient pas hors de ces forêts. – 14. La nation des Trévires a de beaucoup la meilleure cavalerie de toute la Gaule. – 15. César apprend que la Sambre n´est pas à plus de dix milles de son camp. – 16. La mort est redoutable pour ceux qu´elle anéantit complètement. – 17. Le sage t´apparaîtra toujours pareil à lui-même.

5. THÈME.

1. Alexander ambos populos conjungere conabatur. – 2. Senex aratrum premebat, quod duo placidi boves trahebant. In sulco puer sex septemve annos natus (ou septemve annorum), incedebat. – 3. Quo tempore patria nostra pulchrior majorque fuit?– 4. Vicies jam tibi, fili mi, dixi tuos mores omnes mihi valde displicere. – 5. Marius septimum consul fuit. – 6. Ceteri cum singulis tunicis dimittentur. – 7. Nihil dulcius est. – 8. Amice mi, ex periculo eripe me. – 9. Quid mihi das consilii? – 10. Utrique a proposito deerrant. – 11. Si singula muscarum genera consideres, minor est eis sollertia quam cani. – 12. Quid hoc sibi vult? – 13. Hic est nobis fatalis malorum omnium fons. – 14. Uno prœlio, quod undecim hominum millia adversus septem vel octo commiserunt, de trium regnorum fortuna disceptatum est. – 15. Postquam Deum precatus es, nonne tibi lætiorem esse factum animum sentis? Precibus lenior fit luctus, puriusque gaudium.

6. VERSION.

1. Il faut que nous choisissions quelque homme de bien. – 2. Cependant un certain Argilius ouvrit la lettre. – 3. Chacun est puni par sa propre sottise. – 4. Bien des gens se donnent l´air de tout savoir et ne savent rien. – 5. Il est bon au point que personne n´est meilleur que lui. – 6. Nécessairement, l´un ou l´autre vaincra. – 7. Ceux mêmes qui tirent leurs ressources du crime, ne peuvent subsister sans quelque parcelle de justice. – 8. Puisque chacun de vous a tu ce que précisément je voulais lui faire dire, je vais dire moi-même ce que vous pensez tous deux. – 9. Qui donc se lamente là à grands cris devant la maison? – 10. Qu´est-ce que l´homme? Un vase fêlé, tout près de se briser. – 11. La fourmi, avec ses mandibules, traîne tout ce qu´elle peut. – 12. Comptez-vous, comptez vos adversaires. – 13. Régulus a la prononciation embarrassée, l´invention lente, point de mémoire. – 14. Il se trouva que quelques soldats furent séparés de l´armée par l´arrivée soudaine des cavaliers. – 15. On m´objectera: «C´est là l´éducation que tu donnes aux jeunes gens?» – 16. Tant qu´Hannibal fut en Italie, personne ne put lui résister en bataille rangée. – 17. Comme la foule était opprimée par les plus riches, elle recherchait l´appui d´un seul homme.

7. VERSION.

1. Est-ce que quelqu´un parle? – 2. Quel qu´il soit, je me déclare son ennemi. – 3. Il faut faire chaque chose en son temps. – 4. Pompée craignait tout, pour vous épargner toute crainte. – 5. Si un roi, si une nation avait traité ainsi des citoyens romains, n´en tirerions-nous pas une vengeance publique? – 6. Y a-t-il quelqu´un que tu estimes davantage? – 7. Une fois que nous emploierons à la fois les deux langues, aucune des deux ne fera tort à l´autre. – 8. La vertu n´a rien de grand, si elle n´est pas entièrement désintéressée. – 9. «Hé! mon bon ami, tu es pâle.» – «Ce n´est rien.» – «Quoi que ce soit, prends-y garde tout de même.» – 10. Il distribua à ses compagnons les biens des citoyens, quelque considérables qu´ils fussent. – 11. Chez des gens paresseux, tu trouveras réunis tous les recueils de discours et tous les livres d´histoire. – 12. Vois de quelle quantité de récoltes Dieu couvre la terre. – 13. De même qu´un danseur se meut, non pas à son gré, mais selon des règles déterminées, de même nous devons diriger notre vie d´une certaine façon et non pas comme il nous plaît. – 14. L´un s´enfuit, l´autre s´arrêta. – 15. L´un se trouvera mieux doué pour l´histoire, un autre aura des dispositions pour la poésie.

8. THÈME.

1. Unusquisque suas ærumnas fronte serena celat; unusquisque alicui homini invidet, qui eodem modo queritur; nemo aliorum mortalium miserias ex æquo æstimat. – 2. Mox viator alter cum eo viam ingredietur. – 3. Quæcumque videmus aut obscura aut perlucida, fluctus et saxa et gramina, aspice: terra est. – 4. Ex eis nullus me cognovit. – 5. Quot homines concurrerunt! – 6. Eum nulli rei idoneum esse, fateor. – 7. Alteram quoque mihi mercedem propono. – 8. Quodam die muscas parvas aspexi; postridie diversi generis alias vidi; omnes inter se coloribus figurisque distinctæ erant. Aliis caput rotundum, aliis oblongum erat. Nec minor alarum varietus; aliis enim longæ erant splendidæque, aliis breves latioresque, quibus suo quæque modo utebatur. – 9. Amici mihi ingenii acumen non deesse affirmant, sed si sunt aliquot in me virtutes, modestiam in primis magni æstimo.

RÉVISION DE LA CONJUGAISON.

9. VERSION.

1. Vous connaissez l´insolence d´Antoine, vous connaissez ses amis. – 2. Antoine a déclaré, que les vainqueurs seuls vivraient (donc: que les vaincus seraient massacrés). – 3. Tous ne connaissent pas les termes de votre décret. – 4. Toutes les cités peuvent endurer d´être asservies, la nôtre ne le peut. – 5. Salut, vrai fils de Jupiter! – 6. Écoutez, je vous en prie, ô juges, et prenez enfin en pitié nos alliés. – 7. Qu´on ne fasse aucune innovation contraire aux exemples et aux institutions de nos ancêtres. – 8. Après la mort d´Alexandre, ses amis devinrent rois. – 9. Nous mangeons des animaux qui vivent sur la terre, dans les eaux ou dans les airs. – 10. Verrès déroba de fort belles coupes de bronze. – 11. La caverne obscure fut découverte jusqu´en ses profondeurs. – 12. Jamais Atticus ne renonça par découragement à une entreprise. – 13. Caton, devenu censeur, administra cette charge avec une grande sévérité. – 14. Thémistocle prenait souvent la parole dans l´assemblée du peuple. – 15. La cour, qui donnait accès à l´appartement, était déjà remplie d´un mélange de cendres et de pierres ponces. – 16. Tibère ayant annoncé son intention de visiter les malades, tous reçurent l´ordre de se faire transporter dans une galerie publique. – 17. Je ne sais si tu connais cet homme: tu devrais (Gr. § 219) d´ailleurs le connaître.

10. THÈME.

1. Quodcumque facere volueritis, facite (mieux fac quod vis). –2. Celeriter fractas vires refice. – 3. Quando currum in stadio fugientem oculis sequi potero? – 4. Alter, qui juventute ferox erat, omnia vorare volebat. – 5. Cur me vis tentare? – 6. Ingrate fili, ah! pro ceteris pœnas dabis: peribis. – 7. Lumen, quod modo quærebas, odisti. – 8. Fiet, respondit Crito. – 9. Quid fieret, si domum portares? – 10. Hos centum nummos accipe, diligenterque custodi, quibus, quando opus sit (ou erit)[attr. modale. Gr. § 341, 2°], uti possis. – 11. Repente pauper factus est. – 12. Solus, tribus meis canibus sequentibus, profectus sum. – 13. Qui prætereunt, paulisper consistunt.– 14. Nosti ergo me? At ego te non novi. – 15. Agite! Virginia advenit; ad portum eamus. – 16. Exclamavit alter: «Ah! vellem hoc fieri non posset! [Gr. § 276*] (ou posses)» – 17. Lacrimæ jam ex oculis reginæ profluere cœperant. – 18. Hodie hanc epistolam scribere incipio, cras absolvam.

LES MOTS INVARIABLES.

11. VERSION.

1. J´ai reçu des nouvelles deux fois ou trois au plus. – 2. Ohé, y a-t-il un portier ici? Ouvrez! – 3. Es–tu originaire d´Italie ou d´une province? – 4. Tu me le demandes? Quel homme audacieux dans l´impudence! – 5. Faudra-t-il que je t´entende si souvent parler sur le même sujet! – 6. Ce n´est pas que je rejette la paix, mais je crains une guerre déguisée sous les apparences de la paix. – 7. Celui qui veut médire, ne manque jamais de prétexte – 8. Il n´y a rien que le temps n´adoucisse ou ne lasse. – 9. Qu´il est craintif, celui qui craint la pauvreté! – 10. Antiochus combattit plus courageusement que son armée. – 11. Les mains furent liées derrière le dos. – 12. Qu´y a-t-il de plus honteux que le manque de persévérance chez un particulier, à plus forte raison chez le sénat tout entier? – 13. Vous avez décrété que l´un des deux consuls ou tous les deux partiraient pour faire la guerre. – 14. Pourrez-vous compter vraiment sur la paix quand vous verrez dans votre cité un Antoine, ou plutôt des Antoine? – 15. «Tu fais tes études? dis-je. – Oui. – Où? – A Milan.» – 16. Celui qui a commis ce crime par plaisir, que pensez-vous qu´il fera quand il s´agira de piller? – 17. Les bêtes elles-mêmes semblent avoir été créées pour l´avantage de l´homme. – 18. Les Romains se mettent à lancer tantôt des traits, tantôt des pierres.

12. THÈME.

1. O mors, quam mihi optanda videris! – 2. Si verum est quod de Æsopo traditur, toto solus Areopago sapientior fuit. – 3. Hoc tibi satis sit: plura enim dixi quam volui. – 4. Nonne contentus es? Egone, inquit, cur non sim? – 5. Capellæ tædio domi meæ conficiuntur; ne unam quidem servabo. – 6. O atroces ictus! O terrorem! O tumultum fulguribus mixtum! – 7. Hæ bellicosissimæ gentes fortissime resistebant. – 8. Num mea causa mala vel dubia est? – 9. Publicorum vectigalium primitias nunquam non mittebant. – 10. Num hoc fieri potest? – 11. Ferrum in terram defigo. – 12. Per exploratores cognovi Gallos vino obrutos esse. – 13. Vanitatis est de se superbe loqui; insanioris autem vanitatis sua describere vitia; illa enim sola detegi solent, quibus gloriamur. Hominem malo malefacta sua pudenter celantem, quam audacter in medium proferentem.

13. VERSION.

1. Les peuples de l´Italie tirèrent le nom de la mer Adriatique d´Adria, colonie étrusque. –2. Si je m´étais présenté au sénat, Antoine aurait commencé ses massacres par moi. – 3. Aristide, dès son enfance, avait (Gr. § 208*) un caractère ferme et énergique. – 4. Non seulement vous n´avez rien à craindre de lui, mais vous devez en attendre encore mieux. – 5. C´est une grande sottise que de juger un homme d´après son costume ou d´après sa condition. – 6. Dans ce temple se trouve une fort belle statue de marbre. – 7. C´est l´appétit qui assaisonne la nourriture; on peut s´en rendre compte non seulement en observant les hommes, mais encore les animaux. –– 8. César mit à la voile vers l´heure du coucher du soleil. – 9. Il vécut jusqu´à une extrême vieillesse au sein de ce paisible repos. – 10. Vingt mille hommes environ furent tués. – 11. Antoine nous prépare des supplices pires que ceux qu´il infligerait à des ennemis ordinaires.– 12. Tu sembles heureux en comparaison de nous. – 13. L´Eurotas passe non loin de Lacédémone. – 14. Pour remplacer un seul roi on créa deux consuls. – 15. Socrate recevait de bien des gens des cadeaux proportionnés à leurs moyens. – 16. Un peu avant l´arrivée du prêteur romain, les Carthaginois évacuèrent le territoire de Nole.

RÉCAPITULATION SUR LA MORPHOLOGIE.

14. EXERCICE.

Alam, futur de alo, nourrir, et acc. de ala, æ, f. aile.
Alas, subj. de alo, nourrir, et acc. pl. de ala, æ, f. aile.
Alias, acc. pl. de alius, autre, ou adverbe: une autre fois.
Auri, gén. de aurum, i, or, ou dat. de auris, oreille.
Belli, gén. de bellum, i, guerre, ou de bellus, a, um, beau.
Cecidit, parf. de cadere, tomber, ou cædere, tuer.
Clavi, dat. de clavis, clé, ou gén. de clavus, clou.
Dices, fut. de dico, is, dire, ou subj. de dicare, dédier.
Domo, abl. de domus, maison, ou prés. de domare, dompter.
Dono, abl. de donum, i, don, ou prés. de donare, donner.
Esse, infin. de sum, je suis, ou de edo, je mange.
Est, prés. de l´indic. de sum, ou de edo.
Facis, de facio, faire, ou gén. de fax, flambeau.
Feri, impér. de ferire, frapper, ou gén. de ferus, farouche.
Ferri, gén. de ferrum, fer, ou infin. pass. de ferre, porter.
Fides, fut. de fidere, se fier, ou nom. de fides, ei, foi, ou fides, ium, f. plur. cordes de la lyre.
Fido, prés. de fidere, se fier, ou dat. de fidus, a, um, fidèle.
Flores, plur. de flos, floris, fleur, ou prés. de florēre, fleurir.
Foras, prés. de forare, percer, ou adverbe: dehors.
Fores, subj. de forare, percer, ou fores, ium, f. pl. Porte.
Genari, gén. de gener, gendre, ou dat. de genus, eris, genre.
Heri, gén. de herus, le maître, ou adverbe: hier.
Heros, acc. pl. de herus, le maître, ou nom. de heros, ois, héros.
Hic, pronom: celui-ci, ou adverbe: ici.
Incidere, de incido, tomber sur, ou incīdo, couper.
Indici, dat. de index, délateur, ou inf. pass. de indicere, déclarer.
Lacertus, i, m. partie supérieure du bras, ou lézard.
Laudem, ace. de laus, louange, ou subj. de laudara, louer.
Lege, impér. de legēre, lire, ou abl. de lex, legis, f. loi.
Levi, de lĕvis, léger, ou lēvis, poli, ou parf. de linĕre, enduire.
Liber, de liber, bri, m. livre, ou liber, era, erum, libre.
Libere, infin. de libet, il plaît, ou adverbe: librement.
Liberi, gén. de liber, era, erum, libre, ou liberi, orum, les enfants.
Ludis, dat.-abl. de ludus, jeu, ou de ludĕre, jouer.
Magis, adverbe: plus, ou dat.-abl. de magus, i, mage.
Malis, de malum, pomme; malus, méchant; ou de malo, j´aime mieux.
Malo, de malum, pomme; malus, méchant; malus, mat; malle, aimer mieux.
Manes, de maneo, je reste, ou de manes, ium, m. pl. Mânes.
Mergo, de mergĕre, plonger, ou abl. de mergus, i, m. plongeon.
Metui, de metus, crainte, ou de metuĕre, craindre.
Misero, fut. ant. de mittere, envoyer, ou de miser, a, um, malheureux.
Metui, dat.-abl. de mollis, mou, ou impér. de mollire, amollir.
Moreris, indic. de morior, je meure, ou subj. de morari, tarder.
Mori, dat. de mos, moris, coutume, ou inf. de morior, je meure.
Multa, fém. de multus, beaucoup; ou multa, æ, peine.
Muris, gén. de mus, uris, m. rat, ou abl. de murus, i, m. mur.
Naves, de navis, is, f. navire, ou de navare, faire avec zèle.
Nostri, gén. de nos, nous, ou de noster, notre.
Nova, gén. de novus, nouveau, ou novi, je connais.
Onera, impér. de onerare, charger, ou pl. de onus, eris, n. fardeau.
Ora, de ora, æ, f. bord, ou pl. de os, oris, n. bouche.
Os, de os, oris, n. bouche, ou de os, ossis, n. ossement.
Ovis, de ovis, is, f. brebis, ou de ovum, i, n. œuf.
Palam, de pala, æ, f. chaton (de bague), ou adv. Publiquement.
Parentes, de parentes, um, parents, ou partic. de parere, obéir.
Passus, de patior, teris, souffrir, ou passus, us, m. pas.
Pedum, gén. pl. de pes, pedis, m. pied, ou pedum, i, houlette.
Pila, de pilum, i, javelot, ou pila, æ, paume (balle à jouer).
Pilis, de pilum, i, javelot, ou pilus, i, m. poil.
Pone, impér. de ponere, placer, ou adverbe (acc.): derrière.
Populi, de pŏpulus, i, m. peuple, ou pōpulus, i, f. peuplier.
Quoque, adverbe: aussi, ou pour et quo.
Rei, gén. de res, chose, ou de reus, l´accusé.
Rogo, prés. de rogare, demander, ou de rogus, i, bûcher.
Rupi, dat. de rupes, is, f. rocher, ou parf. de rumpĕre, briser.
Sæpe, abl. de sæpes, is, f. haie, ou adverbe: souvent.
Scito, impér. de scire, savoir, ou dat. de scitus, a, um, adroit.
Senis, gén. de senex, is, vieillard, ou de seni, æ, a, six par six.
Serva, impér. de servare, garder, ou serva, æ, f. esclave.
Servis, de servio, is, être esclave, ou abl. de servus, esclave.
Signa, impér. de signare, marquer, ou pl. de signum, i, signe.
Sine, impér. de sinĕre, permettre, ou prép. (abl.), sans.
Sis, subj. de esse, être, ou pour si vis, si tu veux.
Soli, dat. de sol, solis, soleil, ou dat. de solus, seul.
Sono, de sonare, résonner, ou abl. de sonus, i, son.
Suam, fut. de suo, is, coudre, ou fém. acc. de suus, son.
Suis, gén. de sus, porc, ou de suere, coudre, ou suus son.
Suum, acc. de suus, ou gén. pl. de sus, suis, porc.
Talis, de talis, e, tel, ou de talus, i, talon, osselet.
Tela, de tela, æ, f. toile, ou de telum, i, n. trait.
Tempora, pl. de tempus, oris, temps ou tempe.
Tene. impér. de tenĕre, tenir, ou pour te-ne.
Tenere, inf. de teneo, je tiens, ou adv. de tener, a, um, tendre.
Tui, gén. de tuus, ton, ou de tu, toi.
Turba, impér. de turbare, troubler, ou turba, æ, f. foule.
Turbo, prés. de turbare, troubler, ou turbo, inis, tourbillon.
Una, fém. de unus, un seul, ou adverbe: ensemble.
Venire, de vĕnio, je viens, ou vēneo, je suis vendu.
Venis, abl. de vena, æ, f. veine, ou de vĕnio et vēneo.
Victus, partic. de vincere, vaincre, et victus, us, nourriture.
Vires, de virēre, être verdoyant, ou vires, ium, forces.
Vita, de vita, æ, f. vie, ou impér. de vitare, éviter.
Vites, de vitare, éviter, ou de vitis, is, f. vigne.
Vitium, gén. pl. de vitis, vigne, ou vitium, i, n. vice.
Vomere, abl. de vōmer, eris, m. suc, ou de vomo, je vomis.
Vulgare, de vulgo, je publie, ou neutre de vulgaris, vulgaire.

15. EXERCICE.

I. 1. Num eodem anima rerum vicissitudines videmus? – 2. Hæc omnia taxiquam fabulosa spectacula ante oçulos nostros præteriabuntur. – 3. Etiamsi natura ei hæc omnia non tradidisset, a domestica disciplina eadem accipere potuisset. – 4. Arrias omnia legit, omnia vidit: hujus quidem rei fidem vult facere. – 5. Hæc novissima dixit, priusquam e triremi in scapham descendit. – 6. Hoc ei parum honestum est. – 7. Eum interrogavi, neque quicquam me celavit. – 8. Xantus jussit Phrygem domi concludi, ne illud pervulgaret. – 9. Omnia hoc verum esse confirmant.

II. 1. Je craignais tous ces châtiments, car je sentais que je les avais mérités. – 2. On dit qu´il supporte ces tourments avec courage et résignation. – 3. Nos personnes et nos biens sont voués à la mort. – 4. Tous ces secrets demeurent cachés et ensevelis dans une épaisse obscurité. – 5. Rien ne peut pousser l´homme de bien à des actions honteuses. – 6. Je passe sur tous les actes impies et criminels que tu as osé commettre pendant deux ans. – 7. Bien des souvenirs me revenaient. – 8. Il n´y a qu´une seule consolation pour tous ces chagrins. – 9. Aucun détail d´art militaire ne peut échapper à la science de Pompée. – 10. C´est un manque de fermeté de ne pas savoir se modérer dans le succès.

16. EXERCICE.

I. 1. Cir-cum-scri-be-re: ob-scu-rus; dis-ce-do; ne-scio; abs-ter-geo; con-ster-na-re. – 2. Cōnvenĭunt, ōrnāta, capĭet, iūsco, cērvā, mōllĭter. dōctĭor, cūrrēbas. – 3. Impugnáre, largíri, decére, intellégere, córporis, languóris, Déo. – 4. L´article. – 5. Rose, la rose, une rose. – 6. Fuga, f.; nauta, m.; carmina, n.; dolus, m.; pirus, f.; Samus, f.; Liger, m.: vulgus, n.; instar, n.; ardor, m.; arbor, f.; marmor, n.; frigus, n.; lumen, n.; æstas, f.; origo, f.; persuasio, f.; scelus, n.; fortitudo, f.; fel, n. – 7. Iter, itiner-is.

II. 1. A la seconde déclinaison en -us, et au singulier seulement. – 2. Tous ces mots sont au dat. ou abl. du pluriel. – 3. Corpus et limina sont des nom. ou des acc. – 4. Serve (de servus); Servi (de Servius); Darie (de Darius); fili (de filius); Deus (de Deus); Jesu (de Jesus). – 5. Apri, soceri.– 6. Asper, a, um; æger, gra, grum; celeber, bris, bre; celer, eris, ere. – 7. Conjux; agmen; custos; fœdus; hospes; mus; contio; hiems; origo; diadema; palmes; mos; onus; os; os. – 8. Avem, ave; sitim, siti. – 9. Cordium; carcerum; fontium; canum; fratrum; nivium. – 10. Le radical de dens se termine par deux consonnes, celui de caput, par une seule. – 11. Civĭs, nom. ou gén.; civīs, acc. plut. – 12. Sale, puteali, calcari, Hamilcare.

17. EXERCICE.

I. 1. Ave fideli; milite prudenti (ou e); sapiente; consilio sapienti. – 2. Limina votera; in vetere limine. – 3. Dives, riche, pauper, pauvre. – 4. A la 3° déclinaison les noms ont d´ordinaire l´abl. en -e (exceptions: mare, animal, etc.), les adjectifs ont l´abl. en -i (exceptions: vetus, divas, pauper, etc). – 5. Exercitibus, lacubus. – 6. Artibus, par les arts (ars); artubus, par les membres (artus). – 7. Les noms de la 5° déclinaison sont généralement féminins, sauf dies (souvent masculin) et meridies (toujours masculin). – 8. Daphnen, acc.; Æneæ, gén. ou dat.; poemati, dat.; poematorum, gén. pl.; Hectora, acc. – 9. Arcades ou Arcadas. – 10. Epigrammatis, epigrammatibus, epigrammatum, epigrammatorum. – 11. Anaxagoram, Anaxagoran, neapolim, neapolin. – 12. Socratis ou Socrati.

II. 1. Vim (acc.) et vi (abl.) de vis, la violence; virium (gén.) et viribus (dat.-abl.) de vires (pl. irrég. de vis), les forces. Virorum (gén.) et viris (dat.-abl.) de vir, viri, m. l´homme. – 2. Au nominatif et accusatif seulement. – 3. Castra munita. – 4. J´ai reçu ta lettre. – 6. Jurejurando; domus. – 6. Domi, à la maison, chez soi. – 7. Domos. – 8. Dat.-abl. de bos, bovis. – 9. Bovis, boum. – 10. Accusatif de Jupiter. – 11. Vasa, orum, is, a. – 12. Fines, territoire. – 13. Inquinavit suam vestem.

18. EXERCICE.

1. Gratior, issimus; impudentior, issimus; celerior, errimus; facilior, illimus; utilior. issimus; magis, maxime idoneus; maledicentior, issimus; pejor, pessimus. – 2. Deterior, pire. – 3. Cives viginti unus, unus et viginti cives; duæ manus; tria templa; cum mille bobus; duo millia boum. – 4. Decem et octo, duodeviginti. – 5 Bini, deni. – 6. Quand un nombre est répété et avec les noms sans singulier. – 7. Bina castra. – 8. Ego et pater tecum proficiscemur. – 9. Nostrum, d´entre nous; nostri, de nous. – 10. Parce qu´il renvoie au sujet et n´est pas sujet lui-même. – 11. Amant suam patriam; Gallia eorum patria erat. – 12. Ces événements (dont tu parles) que tu prétends arrivés dans cette ville (où nous sommes), sont arrivés dans cette région éloignée (ille désigne un objet plus éloigné). – 13. Le relatif qui n´a pas les formes quis et quid. – 14. Quid, pronom: quelle chose, quoi; quod adj. doit être joint à un nom. – 15. Uter, lequel des deux; on l´emploie au pluriel pour désigner deux catégories. – 16. Unusquisque, gén. uniuscujusque. dat. unicuique, abl. unoquoque. acc. unumquemque. etc. – 17. Alii; alteri patriæ. – 18. Nemo n´est pas employé au gén. ni à l´abl.: on y supplée par nullus. – 19. Nihil, nullius rei, nulli rei. nulla re, nihil; omnia, omnium rerum, omnibus rebus, omnia. – 20. Parce que, aux autres cas, il ne se distinguerait pas facilement du masculin.

19. EXERCICE.

I. 1. Feci, je fis, j´ai fait, j´eus fait. – 2. Paro, as, avi, atum, are. – 3. Pour indiquer la conjugaison. – 4. Le futur se tire du présent; le futur antérieur, du parfait; le participe présent, du présent; le participe passé, du supin. – 5. Fore. – 6. Ades ou adesto – 7. Voraturus, sur le point de dévorer, ayant l´intention de dévorer, destiné à dévorer. – 8. Il avait été sur le point de dévorer. – 9. Vorante. – 10. Dormi; aspice. – 11. Aspiciet; aspiceret. – 12. Duc – 13. Dic, fac, fer. – 14. L´infinitif s´emploie au nom. et acc.; le supin à l´acc. ou abl.; le gérondif à tous les cas sauf le nominatif et le vocatif. – 15. Flere, flendi, flendo, flere. – 16. Non, on le remplace par le gérondif. – 17. Ararat.

II. 1. Le présent et le supin. – 2. Ornatus sum (parfait); ornati erunt (fut. ant.); ornentur (subj. prés.); ornati erant (pl. q. part). – 3. Regĕre, diriger: regĕre, sois dirigé, regĕre (regĕris), tu es dirigé; regēre (regēris), tu seras dirigé. – 4. Aspiceris, aspicieris. – 5. Dans amatum iri, amatum est un supin. – 6. Legendus, qui doit être lu, qu´il faut lire (passif et idée d´obligation); lecturus, sur le point de, destiné à, ayant l´intention de lire (actif et ne marquant aucune obligation). – 7. Oui, les verbes déponents. – 8. C´est un verbe qui, avec la forme passive, a le sens actif. – 9. Oui, mais dans quelques-uns seulement. – 10. L´adjectif verbal en -ndus: imitandus. – 11. Il ressemble à l´infinitif actif. – 12. Morior, moriar, moreris. morieris, etc: metior, metiar, metiris, metieris, etc.; mori, metiri. – 13. Des verbes qui ne sont déponeuts qu´à la série du supiu: gaudeo, es, gavisus sum. gaudēre. – 14. Sur la formation du parfait, parce que le radical pur du verbe s´y montre mieux. – 15. cado, cecidi; pello, pepuli (de même, cædo, pango, tango, etc.).

20. EXERCICE.

I. 1. Un verbe défectif manque de certaines formes; un verbe impersonnel s´emploie (sans sujet apparent) seulement à la 3° pers. du singulier et à l´infinitif. – 2. Fer; feram, es, etc.; feram, feras, etc.; ferar, fereris, etc.: ferrer, ferreris, etc.; ferri. – 3. Possum, potes, potui, posse; prosum. prodes, profui, prodesse; volo, vis, volui, velle; nolo, non vis, nolui, nolle; malo, mavis, malui, malle. – 4. Noli, nolite. – 5. Ce sont des adjectifs: volens, le voulant bien; nolens, malgré soi. – 6. I, ite; ibo, is, etc.; eam, eas, etc.: iens, euntis; eundi. – 7. Adeor, Adiris, aditur, adimur, adimini, adeuntur. – 8. Fieri. – 9. Facti sunt, ils furent faits ou ils devinrent; fies, tu seras fait ou tu deviendras. – 10. Cœpi, j´ai commencé; memini, je me souviens; odi, je hais. – 11. Memini, j´ai mis dans ma mémoire, c.-a-d. je me souviens; odi, j´ai pris en haine c.-à-d. je hais. – 12. Odero, is, it, imus, itis, int; memento, ote. – 13. Elle est régulière sur eo, is, mais ces verbes sont défectifs. – 14. Itur, on va; ventum est, on vint; moriendum est, il faut mourir.

II. 1. Vere, verius, verissime; velociter. velocius, issime; sapienter, ius, issime. – 2. Bene, melius, optime. – 3. Hinc, d´ici (ou je suis); istinc, de là (où tu es); illinc, de là (où il est). – 4. Multi libri (objets qui se comptent); major virtus (chose qui peut se dire petite ou grande); parum vini (chose qui ne se compte pas et ne peut se dire petite ou grande). 5. Ils marquent la valeur, le prix. – 6. Nonne attend une réponse affirmative; num, une réponse négative. – 7. Est-ce que…​ ou bien (dans l´interr. directe); si…​ ou si (dans l´interr. indir.). – 8. Quem vidisti? Regem. – 9. Minime, le moins ou très peu, signifie aussi pas du tout (spécialement dans les réponses). – 10. Tout me déplait dans cette ville; quelque chose me déplait dans cette ville. – 11. Nobiscum (cum après un pronom); quos inter (qqefois inter ou circum après le relatif). – 12. En vue de se venger. – 13. Mulieres, senes, pueri occisi sunt; mulieres et senes et pueri occisi sunt; mulieres, senes puerique occisi sunt. – 14. Neque ou nec; nec quisquam; nec quicquam; neque ullus; neque unquam. – 15. Enim, vero, autem, souvent tamen. – 16. Ut (avec l´indic.), comme, dès que; (avec le subj.), afin que, en sorte que, à savoir que, que, à supposer que, cum (avec l´indic.), au moment ou, chaque fois que, (avec le subj.), comme ou lorsque, puisque, quoique (voir aussi au lexique des Exercices, cum…​ tum, d´une part,…​ d´autre part); dum (avec l´indic.), pendant que, jusqu´à ce que; (avec le subj.), pourvu que, jusqu´à ce que. – 17. Les interjections peuvent être suivies du nominatif, du vocatif, du datif ou de l´accusatif: væ mihi, malheur à moi; ô hominem audacem, ô l´homme audacieux.

21. VERSION.

Le lion reconnaissant. – Parmi beaucoup d´autres victimes, condamnées à combattre les fauves, on avait introduit dans l´arène l´esclave d´un personnage consulaire. Il s´appelait Androclès. Le lion dont il a été parlé, en apercevant cet homme, s´arrête soudain comme surpris; puis, il s´en approche tranquillement, comme s´il le reconnaissait. Remuant la queue à la manière des chiens qui flattent leur maître, il se met à lécher doucement les jambes et les mains de l´esclave, déjà presque mort de peur. Cependant Androclès, tandis que cet animal terrible le caressait ainsi, avait retrouvé son sang-froid. Peu à peu il ose jeter les yeux sur le lion; puis comme s´ils s´étaient mutuellement reconnus, on les voit donner des signes de joie. A ce spectacle, le peuple pousse des cris. Androclès, amené devant l´empereur, fait cet étrange récit: «A l´époque où mon maître était investi comme proconsul du gouvernement de l´Afrique, injustement et continuellement battu par lui, je fus réduit à m´enfuir. Je me retirai dans des déserts de sable, décidé, si je ne trouvais pas de nourriture, à chercher la mort d´une manière ou d´une autre. Un jour que le soleil brûlant avait atteint le milieu de sa course, je découvris une caverne solitaire et profonde. Je m´y enfonçai. Peu après, ce lion y vint également, avec une patte ensanglantée et poussant des plaintes. En le voyant venir, je fus d´abord saisi de frayeur.»

Commentaire. – 1. Il pourrait être au datif, Gr. §172*. – 2. Ubi, () , ou bien dès que. – 3. On aurait pu voir, Gr. § 217* II et 148*. – 4. Des cris furent provoqués par ce «spectacle»; il raconte une «aventure» extraordinaire. – 5. Non, car consilium forme locution verbale avec esse (Gr. § 237*). – 6. Narrat se, cum provinciam Africam proconsulari imperio ipsius dominus obtineret, iniquis ejus et quotidianis verberimus ad fugam esse coactum et in arenarum solitudines concessisse, ac, si defuisset cibus, consilium fuisse mortem aliquo pacto quærere. Tum solo medio et flagrante specum quemdam nactum, remotum latebrosumque, in eum se recondidisse. Neque multo post ad eumdem specum venisse hunc leonem, uno cruento pede, gemitus edentem atqua, etc.

Questionnaire. – 1. Quia fugerat. – 2. Quia hominem noscitabat. – 3. Quia timebat ne leo ad se vorandum accederet. – 4. Hoc enim spectaculo leonis homini blandientis attonitus erat. – 5. Quia immerito quotidie a domino verberabatur. – 6. Consilium ei fuit aut cibum invenire aut mortem aliquo pacto quærere. – 7. Quia sol jam medius flagrabat. – 8. Vidit leonem, uno cruento pede advenientem.

22. THÈME.

La mort de l´enfant Vivien. – Vivianus, generosus ille puer, voverat se nunquam Sarracenis cessurum. In medio certamine, cum patentibus vulneribus sua effundi viscera videret, corpus vexillo revinxit, iterumque in equum ascendit. Ejus impetum omnes vel fortissimi refugiebant, cum repente ex convalle novus apparuit exercitus, cujus milites gravi clava omnes armati erant. Vivianus igitur tetris centum millium hostium clamoribus territus, frenis equum circumegit, sed, cum paulo post in torrentis ripa constitisset, percusso manu pectore, Deum precatus est ut sibi ignosceret: paululum enim abfuerat quin fidem Deo datam falleret. At mox in densissimos hostes impetum facit, qui contra eum clavis sic feriunt, ut e casside proflueret sanguis. O Deus, morituri miserere! At Deus eum perire non sinit, priusquam Guillelmus, avunculus ejus, venerit, qui eum sepulturus est.

23. VERSION.

Le lion reconnaissant (suite). – «Quand le lion, une fois entré, vit que je m´éloignais de lui pour me cacher, il s´approcha de moi d´un air doux et tranquille. Levant la patte et la tendant pour me la faire voir, il semblait me demander de le secourir. J´arrachai alors une grosse écharde qui s´était fixée sous sa patte et, désormais plus rassuré, je fis sortir en pressant, du fond de la plaie, le pus qui s´y était amassé. Le lion, soulagé par mes soins, laissant sa patte entre mes mains, se coucha pour se reposer. Durant trois ans à dater de ce jour, le lion et moi nous vécûmes en commun dans cette caverne; il m´y apportait les meilleurs morceaux des animaux qu´il prenait à la chasse. Faute de feu, je les mangeais après les avoir simplement exposés à la chaleur du soleil de midi. Lassé enfin de mener cette existence sauvage, un jour que le lion était parti chasser, je quittai la caverne. Après avoir parcouru une distance d´environ trois jours de marche, je fus aperçu et pris par des soldats. On me ramena alors d´Afrique à Rome, chez mon maître, qui me fit condamner à mort et livrer aux bêtes. Ce lion, capturé sans doute après mon départ, a voulu, même dans ces circonstances, me récompenser de mon bienfait.» Tel fut, dit-on, le récit d´Androclès. Aussi, à la demande de tous les spectateurs, on le renvoya gracié. Dans la suite on put voir Androclès, accompagné de son lion, qu´il conduisait avec une petite longe, faire le tour des boutiques de la ville. On donnait de l´argent à Androclès, on jetait des fleurs au lion et l´on entendait partout répéter: «Voilà le lion qui accueillit un homme; voilà l´homme qui guérit un lion.»

Commentaire. – 1. Il m´a vu en train de me cacher; il a vu que je me cachais. – 2. Le nominatif ops n´est pas usité; de plus, ce mot, qui signifie secours au singulier, prend le sens de ressources, richesses, au pluriel. – 3. La durée. Gr. § 198, 1°. – 4. Quæ est complément commun des deux verbes (Gr. § 155). – 6. Me pænituit, me pertæsum est (Gr. 86, 2°). – 6. Rei capitalis marque le crime (Gr. § 158), res capitalis, affaire (= crime) capitale. – 7. Oui (Gr. § 260 et 260*). – 8. C´est l´habitude avec les mots accompagnés de totus (Gr. § 192*). – 9. Gratifier de.

Questionnaire. – 1. Accedendo ac sublatum pedem ostendendo. – 2. Stirps ingens vestigio pedis ejus inhæserat. – 3. Stirpem revellit conceptamque saniem ex intime vulnero expressit. – 4. Triennium totum. – 5. Leo ei ferarum, quas venabatur, opimiora membra suggerebat. – 6. Quia eum illius ferinæ vitæ tædebat. – 7. Quia ea, quæ ei acciderant, populo admirationem moverant. – 8. Androclus leonem circum urbis tabernas duxit, ut ære donaretur.

24. THÈME.

La mort de l´enfant Vivien (suite). – Guillelmus, puerum complexus, flebat. «Viviane, inquit, care puer, totum video corpus tuum plagis confossum; vivisne?» – «Vivo, mi avuncule, sed vires me deficiunt.» – «Visne, care puer, panem a sacerdote consecratum accipere? Ipse tibi dabo; nemo enim, præter unum Deum, propinquitate tibi me conjunctior est.» – At ille: «Nondum, inquit, consecratum panem accepi; hodie primum accipiam; hunc mihi da, ut lætus moriar.» Puer peccata fatetur, nec quicquam celat, quod recordari possit. «Ah! inquit, cura quædam valde me sollicitat! Cum primum arma sumpsi, vovi me nunquam cessurum. Hodie tamen a Sarracenorum multitudine coactus sum ut pedem referrem (ou pedem referre coactus sum). Valde timeo ne fidem Deo datam fefellerim.» – «Fili mi, inquit Guillelmus, noli timere; hodie enim moreris, quia cedere noluisti.» Vivianus consecratum panem accipit; mox, voce jam deficiente, decolor ei fit vultus animusque, relicto corpore, a Deo in Paradisum excipitur.

SYNTAXE.

SYNTAXE D´ACCORD.

25. VERSION.

1. Marcius Porcius Caton montra en toutes choses une expérience et une activité extraordinaires. – 2. Représente-toi la joie du sénat et du peuple romains. – 3. J´ai défendu la République dans ma jeunesse, je ne la trahirai pas dans ma vieillesse. – 4. Le père de Casticus, qui était roi des Séquanes, reçut du sénat le titre d´ami du peuple romain. – 5. Ma mère vient lui annoncer qu´on voit un nuage d´une forme et d´une dimension extraordinaires. – 6. Les femmes surtout se faisaient remarquer par la vivacité de leur joie ou de leur douleur. – 7. Celui qui aime la guerre civile, ne saurait tenir beaucoup aux foyers domestiques, aux lois de la cité, aux droits qui garantissent la liberté. – 8. Je trouvai la femme, les enfants, toute la maison dans la tristesse. – 9. C´est le port, la citadelle, l´autel de nos alliés. – 10. Voici quelle fut la cause de cette guerre (pour hoc fuit causa hujus belli). – 11. Caton, le premier, fut regardé à la fois comme un excellent orateur, un excellent général, un excellent sénateur. – 12. Certaines personnes remercient en cachette, dans un coin, en parlant à l´oreille; ce n´est pas là de la discrétion, mais plutôt une manière de dissimuler le bienfait reçu.

26. THÈME.

1. Himilco, Hannonis filius, ei adjutor datus est. 2. – Vultus ejus serenus factus est, oculique mitiores. – 3. Occidit te Parca cinisque in tumulo jaces. – 4. Lex omnium domina habebatur. – 5. Tabulæ, vasa, signa infinita numero inventa sunt. – 6. Hic non homo est, sed, ut opinor, propitium aliquod numen sub humana specie occultatum. – 7. Hæc non tua, sed ejus culpa est. – 8. Cum populus vituperandus erat, senatus gravitas et vigor in eo vituperando hoc gravi consilio digna erant. – 9. Cum lupi ovesque pacem inter se composuissent, illæ canes obsides dederunt. – 10. Fingo hanc esse extremam vitæ vestræ horam. – 11. Nostrorum militum fortitudo impetusque admiratione digna fuerunt. – 12. Ejus virtus studiumque omnibus civibus nota sunt.

27. VERSION.

1. Ce Tarquin, qui parut intolérable à vos ancêtres, n´eut ni la réputation, ni le surnom de cruel, mais seulement d´orgueilleux. – 2. Qui donc le reconnaît comme consul? – 3. Les Scythes demeurèrent toujours à l´abri de nos attaques ou de notre domination. – 4. Cette loi fut proposée par une pluie battante, parmi les vents déchaînés. – 5. On annonça qu´à Formies la porte et le rempart avaient été frappés de la foudre. – 6. Les soldats obtinrent comme butin, en fait d´argent, quatre-vingt-deux as chacun, et en outre des manteaux et des tuniques. – 7. Voilà mes portraits d´ancêtres, voilà ma noblesse. – 8. On ne peut passer sous silence les mérites de la province de Gaule: c´est l´honneur de l´Italie, c´est le plus ferme appui de l´empire romain. – 9. Fabius, portant dans ses mains les objets sacrés, passa à travers les rangs des Gaulois et revint de même d´un pas ferme et sans changer de visage. – 10. Le sénat et le peuple sortirent en masse pour aller à la rencontre des Romains. – 11. C. Volusenus était un homme de beaucoup d´expérience et fort courageux.

28. THÈME.

1. Quam venustus es! quam bellus mihi videris! – 2. Hæ gentes pacem servitutem durissimam arbitrantur. – 3. Hanno ad Hamilcarem collega missus est. – 4. Minerva per omnes terras mariaque Ulixis, crudelis illius Trojæ eversoris, filium ducit. – 5. Corvus, in arbore sedens, caseum rostro tenebat. – 6. Virtute nova fideque te oportet armari. – 7. Ejus exercitus classisque maxima erant. – 8. Uxor tua et filius læti alacresque erunt. – 9. Dicebat alius: «Hic Orpheus est.» – 10. Philosophus ad solitum oraculum (hic Æsopus erat ou ad Æsopum nempe) rem retulit. – 11. Hæc est trium pyramidum minima. – 12. Æsopus balbus erat et mente captus videbatur. – 13. Hic lacus Mare Mortuum est. Nitidum videtur, sed ejus aqua sceleratis urbibus, quæ in eo sepultæ jacent, veneno infecta esse videtur. – 14. Cunctæ matres, nurus senesque (ou nurus senesque cuncti) ad templum concurrebant.

29. VERSION.

1. Craindre la mort est chose plus misérable que la mort même. – 2. Il vaut mieux périr mille fois que d´être obligé, pour vivre dans son propre pays, de s´entourer d´une garde de gens armés. – 3. César envoie auprès d´Arioviste C. Valérius Procillus, jeune homme doué du plus grand courage. – 4. Hannibal prit d´assaut Sagonte, ville alliée (des Romains). – 5. La nature a enfermé l´âme dans le corps, comme dans une sorte de vêtement. – 6. Nous avons appris que Pompéi, ville importante de la Campanie, a disparu par suite d´un tremblement de terre. – 7. Ni toi, ni moi ne l´avons fait. – 8. J´ai eu souvent l´occasion de regarder la mort en face. – 9. J ´étais présent, ainsi qu´un bon nombre de citoyens notables. – 10. Les bonnes dispositions que nous avons l´un pour l´autre sont égales et réciproques. – 11. On y envoya quatre cohortes de Ligures commandées par C. Annius.– 12. Evandre est éveillé par la bienfaisante lumière du jour et par le chant matinal des oiseaux. – 13. C. Flaminius s´abattit avec son cheval devant la statue de Jupiter Stator, mais cette chute n´éveilla en lui aucun scrupule religieux. – 14. Il appartient à un Romain d´agir et de souffrir avec courage.

30. THÈME.

1. In amplissimo honore versari non semper utile est. – 2. Mirum est et magnificum homines inter se calamitate devinciri.– 3. Græci sumus; Ithaca nobis patria est. – 4. Primo Jovis, deorum hominumque patris et regis, laudes celebravit. – 5. Alius exclamabat eum esse Linum, Apollinis filium. – 6. Cadmus urbem Thebas in Bœotia condidit. – 7. Polybius fœdus quoddam, inter Philippum, Macedonum regern, Carthaginiensesque factum, memoriæ prodidit. – 8. Neque ego nec tuæ nymphæ per Stygis undas juravimus fore ut a nobis dimitteretur. – 9. Leoni plerumque cibus (mieux pro cibo) sunt dorcades et simii. – 10. Juvenum Phæacum chorus more patrio diu saltavit (ou saltarunt). – 11. Illum irridet Herodes aulicique cuncti. – 12. Te tua occæcabat superbia et impotentia. – 13. Ante confectum negotium vel ego vel rex vel asinus morietur (ou moriemur).

31. VERSION.

1. Ne craindre que Dieu seul, c´est une chose très rassurante. – 2. C´était un sentiment profondément ancré chez les soldats romains, qu´il fallait vaincre ou mourir. – 3. C´est un malheur de perdre tous ses biens, c´est un plus grand malheur encore de les perdre injustement; il est bien dur d´être trompé, il est plus dur encore de l´être par quelqu´un qui vous touche de près. – 4. L´histoire me parait une œuvre difficile. – 5. Que dirai-je de la mémoire, qui est comme le trésor où se conservent toutes nos connaissances? – 6. L´Inde produit le tigre, cet animal d´une rapidité effrayante. – 7. La cruauté de Denys le tyran déplaisait à Dion. – 8. La terreur se trouvait augmentée par des prodiges qu´on annonçait à la fois de différents endroits. – 9. Toutes les mères de famille accourent, apportant les bijoux antiques qui ornaient leur tête ou leurs mains et les colliers arrachés à leur cou; toutes veulent contribuer à soutenir la guerre. – 10. Il faut entreprendre la guerre dans de telles conditions, qu´il soit visible qu´on n´a eu en vue que la paix. – 11. Désormais, la Bonne Foi, la Paix, l´Honneur, l´antique Pudeur, la Vertu longtemps négligée, osent revenir. – 12. C´est un grave attentat que de mettre aux fers un citoyen romain, c´est un crime de le frapper de verges, c´est presque un parricide de le tuer: que dire de celui qui le ferait mettre en croix? – 13. Dieux du ciel et de la terre (Que me reste-t-il à faire sinon à former des vœux?), n´achevez pas de disloquer notre navire, si ébranlé déjà!

32. THÈME.

1. Jesus Pontio Pilato, Romano præsidi, traditur. – 2. Hoc fecit Jesus, ejusque apostoli. – 3. Haud leve est magnam pecuniam domi custodire. – 4. Nonne liquet nihil deberi ei a quo ipse omnia exigere possis? – 5. Ancus in ipso Tiberis ostio Ostiam urbem condidit. – 6. Hannibal Pyrenæos montes transit cum quinquaginta peditum millibus et equitum novem, exercitu formidando, non tam multitudine militum quam robore. – 7. Te quoque celebrabimus, Deus totius mundi rector, qui tam multa et mirabilia largiris. – 8. Neque Ulysses, neque Calchas adhuc locutus est (ou locuti sunt). – 9. Deorum timor et virtutis studium et civium caritas et in homines calamitosos misericordia semper in ejus pectore manebit (ou manebunt). – 10. Nec lacertus nec doctus ille vir me accedentem audierant. – 11. Regum Macedonum potentia a Philippo, Alexandri patre, incipit.

33. VERSION.

1. Moi-même, qui ai toujours été partisan de la paix, je ne veux pas de paix avec M. Antoine. – 2. Qui dit Fortune, dit inconstance et légèreté, défauts indignes assurément d´une divinité. – 3. Le plus grand trouble régnait à Thèbes, capitale de la Béotie. – 4. Ce sont vos actes que l´on critique, puisque c´est vous qui m´avez investi d´une charge si éminente. – 5. Ce qu´on appelle colère chez les autres, s´appelle cruauté chez un homme qui détient le pouvoir. – 6. La pauvreté m´a semblé un fardeau pénible et accablant. – 7. Tandis qu´une telle multitude lançait des traits et des pierres, personne ne pouvait se maintenir sur le rempart. – 8. Une partie des navires furent engloutis. – 9. Les soldats grimpaient la tête et les pieds nus, afin de mieux voir et de se hisser plus facilement à travers les rochers. – 10. Les chefs de la conjuration furent battus de verges et eurent la tête tranchée. – 11. La paix et la concorde sont favorables aux vaincus, mais sont honorables pour le vainqueur. – 12. Janus, fais durer toujours la paix et ceux qui l´entretiennent. – 13. Deux légions, la onzième et la huitième, avaient combattu contre les Véromanduens.

34. THÈME.

1. Prodigium intervenit, quod Samios valde sollicitavit. – 2. Ira et odium, quæ invidiosissima sunt, sæpe in hominum animo conjunguntur. – 3. A pueris feminisque, quos barbari deseruerant, miserabiles clamores edebantur. – 4. Cunctus Samiorum populus ad maris litus concurrit (concurrunt est moins classique). – 5. Uterque de recta via declinat. – 6. Cambysi Phænices, quod robur præcipuum ejus exercitus erat, se non posse adversus cives suos ejus partes tenere denuntiaverunt. – 7. Civium pars ab Iceta, Leontinorum tyranno, auxilium expetivit (expetiverunt est moins classique). – 8. Major pars deditionem jam cogitabat (cogitabant est moins classique). – 9. Cum iis qui philosophi dicuntur, de variis rebus sermonem conferebat. – 10. Canis in culinam intrat; pullum ibi invenit satis pinguem; hic autem, cujus causam ago, fame urgetur; at ille autem contra quem ago (à cause du texte de Racine), plumis nudatus jacet; hic igitur, cujus causam dico, illum, contra quem ago, clam surripit.

35. VERSION.

Le nœud gordien. – Alexandre se rend ensuite à Gordium, ville située entre la petite et la grande Phrygie. Il désira s´en emparer, non pas tant pour faire du butin, que parce qu´il avait appris que d´anciens oracles promettaient l´empire de toute l´Asie, à celui qui pourrait dénouer le nœud qui attachait le joug du char de Gordius, placé dans le temple de Jupiter. Voici l´origine de cette croyance. Tandis qu´un certain Gordius était occupé à labourer dans ce pays avec des bœufs de louage, des oiseaux de toute espèce se mirent à voleter autour de lui. Il se rendit à la ville pour consulter à ce sujet les augures. A la porte, une jeune fille se présenta à lui; il lui demanda quel augure il convenait de consulter de préférence. Elle, qui connaissait précisément l´art des augures, lui annonça que la royauté lui était promise. Dans la suite des dissensions s´élevèrent entre les Phrygiens. Les oracles auxquels ils demandèrent les moyens de les faire cesser, répondirent qu´il leur fallait un roi. Ensuite ils reçurent l´ordre de mettre sur le trône le premier qu´ils rencontreraient conduisant un char. Ce fut précisément Gordius qui s´offrit à eux. Aussitôt ils le saluèrent du titre de roi. Gordius fit placer son char comme offrande dans le temple de Jupiter. Alexandre, après la prise de la ville, se présenta au temple et demanda à voir ce char. On le lui montra. Ne pouvant trouver les extrémités des courroies, qui se dissimulaient à l´intérieur des nœuds, Alexandre trancha les courroies elles-mêmes avec son glaive.

Commentaire. – 1. Parce qu´il s´agit de deux pays (Gr. § 183). – 2. Audire signifie alors entendre dire. Gr. § 224. – 3. Ce serait contraire à la règle, hæc est mea gloria (Gr. § 103). – 4. Le pronom est inutile (cf. Gr. § 139, 4° exemple). – 5. Il ne faut pas confondre le complément d´objet direct, avec l´attribut de ce complément: ils saluent ce roi, et ils le saluent comme roi.

Questionnaire. – 1. Inter Phrygiam majorem et minorem. – 2. Quia audierat in temple Jovis jugum plaustri Gordii esse positum. – 3. Quia, cum bobus conductis araret, aves eum omnis generis circumvolaverant. – 4. Quia primus cum plaustro obvius fuit iis, qui, oraculo jubente, regem quærebant. – 5. Quia capita loramentorum intra nodos abscondita reperire non potuerat.

36. THÈME.

Cupidité d´Alcméon. – Alcmeonidarum familia inter antiquissimus amplissimasque urbis Athenarum fuit. Ea ortus Alcmeon, cum de legatis, quos Crœsus, Lydiæ rex, in Græciam ad consulendum Delphicum oraculum misisset, sæpius bene meritus esset, ab eo rege Sardes arcessitus est. Quo cum advenisset, ei Crœsus tantum auri muneri dedit, quantum secum semel asportare posset. At ille, quo commodius regis munificentia uteretur, amplissimam sibi vestem caligasque laxissimas comparavit. Deinde in thesaurum a regis ministris ductus, in coacervatas auri micas statim incubuit, quibus cum caligas sinusque vestis, quantum capere poterant, cumulavit, tum etiam capillos conspersit ipsumque os replevit. Buccis igitur tumentibus gibberosoque corpore, calceos ægre trahens egressus est, ut omnibus eum sic ornatum intuentibus ludibrio esset.

SYNTAXE DE COMPLÉMENT.

COMPLÉMENT DU NOM.

37. VERSION.

1. Le moyen de réparer les pertes, c´est de les oublier. – 2. Celui qui désire obtenir les honneurs ou le pouvoir ou le gouvernement des provinces, se condamne à un dur esclavage. – 3. Quel rang as-tu occupé parmi les amis de César après son retour d´Afrique? – 4. C´est moi qui fis saisir les coupables, c´est moi qui les fis punir. – 5. De même que l´impertinence est plus fréquente chez les jeunes gens que chez les vieillards, de même, la sottise sénile, qu´on appelle radotage, se rencontre chez les vieillards peu sérieux, et non pas chez tous. – 6. C´était une sottise de l´espérer, et une impudence de le conseiller. – 7. Envoyer des ambassadeurs à Antoine, ce n´est plus de l´inconstance, mais, à parler franchement, de la folie. – 8. Pour l´ambition, je puis te comparer à César, mais pour le reste, le moindre rapprochement est impossible. – 9. L´armée s´en trouva plus impatiente de combattre. – 10. Je voudrais que tu me dises, si cela ne te gêne pas, quelle physionomie avait ce Turselius, quelle était sa taille. – 11. César apprenait que les Nerviens étaient un peuple encore barbare et fort belliqueux. – 12. Le territoire d´Héraclée était tout entier marécageux. – 13. La bataille de Cannes fut aussi désastreuse que la défaite de l´Allia..

38. THÈME.

1. Post quattuor dierum iter Hannibal ad quamdam insulam pervenit duobus confluentibus fluminibus effectam. – 2. Pastores, aprina pelle tecti, per rupes pinusque magnos caprarum greges ducebant. – 3. Æquum et bonum jus omnino Afrorum erat. – 4. Nostræ utilitatis est et officii de hac re inquirere. – 5. Hoc patris desiderium viri prudentis erat. – 6. Hi pulli, inquit aquila, amici nostri non sunt. – 7. Boni regis est veros sibi amicos conquirere, qui eum, si quid peccaverit, admoneant. – 8. Eum iter faciendi et terras omnes peragrandi cupido cepit. – 9. lmmodicus amor lucri apud illos sæpissime injuriarum fons erat. – 10. Pater senex est sexaginta annorum, capillis albescentibus. – 11. Enormis amplitudinis fagi passim exsurrexerant. – 12. Rana quædam bovem aspexit, qui ei satis magna statura visus est. – 13. Tanquam purpurea rupes arx Corinthia fulgebat. – 14. Ligneum murum, murumque latericium exstruxi. – 15. Chæronensi pugna summum imperium adeptus est.

39. VERSION.

1. Dans quelles conditions es-tu rentré à Rome? – 2. L´amitié nous est donnée pour nous aider dans la vertu et non pour être complice de nos défauts. – 3. La justice envers la divinité s´appelle religion; envers les parents, c´est la piété filiale. – 4. Que dirai-je de la piété filiale de Scipion envers sa mère, de sa générosité pour ses sœurs, de sa bonté pour les siens, de sa justice envers tout le monde? – 5. Toutes les légions, toutes les troupes, où qu´elles soient, appartiennent au peuple romain. – 6. J´appartiens entièrement à Pompée. – 7. Il fut considéré comme un personnage d´une grande autorité. – 8. Renoncer à la gloire, qui est le fruit le plus honorable de la vraie vertu, c´est le fait d´un caractère peu sérieux. – 9. Il ne t´appartient pas (tu es incapable) de bien mériter de l´État. – 10. Votre affluence extraordinaire me donne l´espoir que la liberté sera reconquise. – 11. A quoi bon parler des avantages qu´il y a à fumer les terres? – 12. César protège son camp par un retranchement de douze pieds et un fossé de dix-huit pieds. – 13. Je t´invite à avoir bon espoir et bon courage. – 14. Les rois ont l´habitude d´attribuer aux hommes leurs revers, et leurs succès à leur bonne fortune. – 15. On trouvera dans les discours de Caton toutes les qualités oratoires.

40. THÈME.

1. Terrestres copiæ non minus trecentorum millium militum erant. Classis duorum millium navium erat. – 2. Hi pisces, quos tanta perseverantia cepi, cujus sunt? Meine (plur. de meus), qui tantum laboris consumpsi, an pigri illius hominis, qui, me sedulo piscante, dormiebat? – 3. Amentiæ videbatur esse cum quatuor peditum millibus et equitibus mille tantas copias aggredi. – 4. Dionysius tam opportunam hostes aggrediendi occasionem non dimisit. – 5. Vestrum neutri querendi causa erit. – 6. Mediocri sum statura, et soluta et opta, colore subfusco, excelsa satisque patenti fronte, oculis nigris, iisque parvis et conditis, nigris densisque superciliis sed apte circumactis. – 7. ln marmoreo templo aurea mea effigies stabat. – 8. Numantini Saguntinique equites, in maculatis equis sedentes, venuste se jactabant. –9. Inachus, rex ex omni Græcorum memoria antiquissimus, Argolici regni conditor fuit.

41. VERSION.

1. Nous redoutions le moment où Marc-Antoine reviendrait de Brindes. – 2. Nous combattons avec rage: on ne peut nous arracher les armes des mains; nous ne pouvons écouter ni le signal de la retraite, ni les ordres qui nous rappellent. – 3. Thèbes tomba au pouvoir du peuple Romain. – 4. Cn. Cornelius Scipion soumit à l´empire romain toute la côte jusqu´à l´Ebre. – 5. Recevoir chez soi les ambassadeurs d´un ennemi, c´est le fait d´un homme qui n´a nul souci de sa dignité. – 6. Qui se fait fort de pouvoir parler sur tous les sujets? – 7. La rhétorique met à notre portée les ressources de l´éloquence: c´est à nous de savoir nous en servir. – 8. Ils sont aveuglés par l´espoir de voler et de piller. – 9. C´est une mauvaise habitude que de soutenir, soit sérieusement, soit pour s´amuser, que les dieux n´existent pas. – 10. Qui donc ignore la perfidie de votre conduite à tous deux à l´égard de Dolabella? – 11. Le sage ne s´en voudra pas d´être de petite taille. – 12. Pythagore refusa d´immoler une victime à l´Apollon de Délos, pour ne pas souiller de sang l´autel du dieu. – 13. Après le désastre de Varus, Auguste s´écriait parfois: «Quintilius Varus, rends-moi mes légions.» – 14. Les chiens accompagnent leur maître (dans sa marche).

42. THÈME.

1. Non ignorabat Alpium transitum rem multi laboris fore. – 2. Duodecim annorum puella januam paululum aperuit. – 3. Carthaginienses contendebant Siciliam Romanorum non esse. – 4. Quamdiu panis in hac domo (domi nostræ) erit, dimidia pars tua erit. – 5. Præterita velle redintegrare non hominis est, sed Dei. – 6. Si hominum est beneficiorum oblivisci, deorum est et recordari et remunerari. – 7. Videndi et discendi cupiditas eum impulit ut omnes istos honores missos faceret. – 8. Alios nocendi cupiditate, alios facultate privavit. – 9. Germani enormis staturæ in hac fulgenti turma intermixti erant. Omnes illi barbari procero erant corpore, colore rubro, torvo minacique vultu. – 10. Populus lætis clamoribus respondit. – 11. Cum mortuus est, in lapideam arcam est conditus. – 12. Post Cannensem pugnam, Senatus servorum octo millia armavit. – 13. Præstanti virtute homines ab omnibus et diliguntur et magni æstimantur.

L´ADJECTIF ET SES COMPLÉMENTS.

43. VERSION.

1. Les malhonnêtes gens ne sauraient lier amitié avec les gens de bien: il y a trop de différence entre leurs goûts. – 2. Quel est l´homme de bien qui ne déplore pas la mort de Trébonius? – 3. Les envieux supportent impatiemment le mérite et le succès d´autrui. – 4. Ce qui est un mal ne saurait être glorieux, or la mort est glorieuse, donc la mort n´est pas un mal. – 5. Ce qui fait les grands hommes, ce n´est pas la fortune, ni la gloire de leurs aïeux, mais la vertu et le talent. – 6. Aucun bien n´est agréable à posséder si on ne peut le partager avec quelqu´un. – 7. Quel sage se fierait à un avantage peu solide? – 8. Je t´écouterai volontiers. – 9. Celui qui subit malgré lui l´esclavage (celui qui maudit son esclavage), se rend malheureux et n´en est pas moins esclave. – 10. Le reste des Germains se précipita dans le fleuve. – 11. Je te prie de m´excuser si je t´ai parlé sottement et sans réflexion. – 12. Faites en sorte que cet homme, que vous avez envoyé à la mort à votre insu, obtienne de vous l´immortalité. – 13. Il fit promener la tête fixée au bout d´une pique et fit jeter le reste du corps dans la mer. – 14. Socrate lut ce discours sans se faire prier. – 15. Pouvons-nous faire quelque chose de plus injuste que de fixer les conditions de la paix à l´insu de ceux qui soutiennent la guerre: et non seulement à leur insu, mais encore contre leur volonté?

44. THÈME.

1. Quam multi pauperes auxilio subsidioque carent! – 2. Aristoteles hunc morem publico bono maxime contrarium arbitratur. – 3. Optimus quisque, quæ vult facere bona, fere nunquam facit: mala, quæ facere non vult, sæpe facit. – 4. Mali semper miseri sunt. – 5. Vides, o terribile numen, filium Ulyssis, viri infelicissimi. – 6. Nautæ nostri, corporibus in ima scapha prostratis, dormire cœperunt. – 7. Mediam vallem decolor secat amnis. – 8. Libentissimus tibi præclaram illam regionem describam. – 9. Lupus eum in intimas silvas raptum vorat. – 10. Veræ hominum divitiæ floridum adulescentiæ tempus est: reliqui nostri anni nihil aliud quam hiemes sunt. – 11. Astrologus quidam in imum puteum imprudens decidit. – 12. E summo patibulo tanquam e tribunali ml populum verba fecit. – 13. Athenienses inscii in servitutem venerunt.

45. VERSION.

1. Nous faisons la guerre en Italie, c´est-à-dire chez nous et sur notre sol. Tous les lieux d´alentour sont peuplés de nos concitoyens et de nos alliés. – 2. Ce philosophe est plein de cette amabilité qu´il recommande. – 3. Tous les soldats prenaient les armes, un peu troublés par cette alerte soudaine, mais songeant à se défendre avec courage. – 4. Les Romains furent toujours, plus que tout autre peuple, épris de gloire et avides de louanges. – 5. Il était le meilleur des hommes et le plus attaché à la justice; elle était la femme la plus respectueuse de la divinité. – 6. Ceux qui sont à la tête de l´État doivent imiter les lois, qui fixent le châtiment non par colère, mais par justice. – 7. O spectacle affreux, je ne dis pas pour des hommes, mais pour les ondes et les rivages eux-mêmes: celui qui avait sauvé la patrie s´exilait et ceux qui l´avaient ruinée, y demeuraient. – 8. L´âme, comme le corps, est exposée aux maladies. – 9. Quelle est cette philosophie qui tolère les vices, pourvu qu´on y garde une certaine mesure? – 10. Les Grecs étaient bien pourvus non seulement de talent et de connaissances, mais aussi de loisirs et de goût pour l´étude.

46. THÈME.

1. Sermo tuus brevis est, sed prudentia plenus (prudentiæ plenus est plus classique. Gr. § 123*). – 2. Belli studiosior fui. – 3. Philocles deorum metuens erat. – 4. Vulpes mellis avidissima est. – 5. Dicebat: «Qui me sequitur, angelorum similis est.» – 6. Parcæ semel mortalibus propitiæ fuerunt. – 7. Illam (arborem), cujus caput cælo vicinum erat pedesque ad inferorum regnum proxime accedebant, ab radicibus subruit. – 8. Hæc spelunca omnibus animalibus erat denso fumo exitiabilis. – 9. Primum quidem hac ipsa in dicendo libertate mihi jucundus erat: eum fidenter audiebam, ut ab adulatoribus tutus essem. – 10. Xanthus Æsopum interrogavit quibus rebus (ou ad quæ) idoneus futurus esset. – 11. Quanquam dives, ad æquitatem tamen proclivis erat. – 12. Ignavia tua irrisione digna est. – 13. Seditiosi, his rebus læti, quas feliciter gesserant, ad Carthaginem obsidendam profecti sunt.

47. VERSION.

1. L´édit de Brutus me semblait plein d´équité. – 2. Cet homme, qui n´a ni politesse ni la moindre notion des convenances, a lu publiquement des lettres qu´il prétendait avoir reçues de moi. – 3. Ceux des soldats qui étaient des recrues récentes et ne connaissaient pas encore les habitudes militaires, tournent les yeux vers les centurions. – 4. Les vétérans romains, qui avaient l´expérience de la guerre, se rangèrent en cercle, et ainsi disposés, soutinrent le choc des ennemis. – 5. Epaminondas aimait la sincérité. – 6. Tu as préféré ressembler à ton beau-père plutôt qu´à ton oncle. – 7. Puisque le forfait leur est commun, pourquoi ne partageraient-ils pas le butin? – 8. Pourquoi défends-tu toujours des gens qui ne te ressemblent pas? – 9. Tu es redevenu, je ne sais comment, son ami. – 10. Une roche pointue se dressait, offrant un abri commode aux nids des oiseaux de funeste augure. – 11. Cet homme, dans les travaux de la guerre, est actif; dans les dangers, il est courageux; il possède la pratique et la théorie du métier; il est judicieux quand il s´agit de prendre parti. – 12. Cette demeure était remplie de joueurs et de gens ivres. – 13. Je ne serais peut-être pas mal disposé pour Dolabella, s´il ne s´était déclaré votre ennemi.

48. THÈME.

1. Meas accipe lacrimas meosque fletus; hoc vas accipe plenum lactis, hanc plenam florum fiscinam. – 2. Hannibal, præclarus ille vir, litterarum haud ignarus erat. – 3. Milites invenerunt vivere parvo assuetos laborisque patientes. – 4. Francorum capilli, rubro medicamento tincti, sanguinis et (ou vel) ignis similes sunt. – 5. Frons mea, ipsi par Caucaso, tempestatis impetum sustinet. – 6. Religio duobus vitiis obnoxia est, humano generi pariter infestis ac Deo contumeliosis, impietatem dico et superstitionem. – 7. Belli apparatus ejus consilii, quod Carthaginenses susceperant, magnitudini haud dispares erant. – 8. Ea, quæ tibi proposuisti, laude digna sunt. – 9. Hicetas, Syracusanorum tyrannus, Syracusis oriundus erat. – 10. Se jam optimo parente orbos arbitrantur.

49. VERSION.

1. Tullius Cimber oublia les bienfaits reçus pour ne se souvenir que de sa patrie. – 2. Qui donc ignore la situation au point de ne pas comprendre cela? – 3. L´âne endure fort bien les coups et supporte patiemment le travail. – 4. Alexandre ne put retenir sa colère, que d´ordinaire il ne savait pas maîtriser. – 5. Le temps est pour l´homme le meilleur conseiller. – 6. Ce qu´il avait fait ressemblait à ce que j´avais fait moi-même. – 7. Vous connaissez mieux la Crète que Cydas ne connaît Rome. – 8. Personne fut-il jamais plus mal disposé pour quelqu´un que César pour Déjotarus. – 9. Peut-on trouver quelqu´un qui soit plus attaché au parti de César que son propre fils? – 10. Le dos des bœufs n´est pas conformé de manière à porter des fardeaux; au contraire leur tête est faite pour porter le joug. – 11. Scipion me semble né pour perdre et détruire Carthage. – 12. Qui donc peut être incapable de réflexion, au point de ne pas reconnaître la sagesse de cet homme. – 13. Hortensius était digne de ses ancêtres. – 14. Je suis leur ami, je l´avoue. – 15. Le pilote lui-même, n´ayant plus confiance en son art, lève les mains vers le ciel pour demander du secours.

50. THÈME.

1. lngeniosi homines semper expetuntur: tuæ autem sollertiæ haud ignari sumus. – 2. Magnam capio voluptatem, cum te tam laudis cupidum video. – 3. Quamvis patriæ sit amans, nunquam ei quicquam falso adulatur. – 4. Ferro non multum utuntur, nisi ad ea quæ ad arandum necessaria sunt. Omnes autem artes, quæ ad architecturam spectant, eis inutiles sunt. – 5. Stuporem, qui eorum stupori par esset, nunquam vidi (ou homines nunquam vidi tanto stupore affectos). – 6. Corinthii ex omnibus Græcis tyrannidi infensissimi erant, libertatisque studiosissimi. – 7. Pœni e Græcia sibi milites comparabant ad omnia belli munera pariter habiles, castrensi aut urbanæ militiæ aptos, ad oppugnandum aut defendendum idoneos. – 8. Nemo præsenti tempore contentus est. – 9. Lupus ille artis suæ nondum satis peritus erat. – 10. A cælestibus sedibus oriundæ sunt apes (Gr. § 341).

51. VERSION.

1. Les Helvètes brûlèrent toutes leurs récoltes afin de s´ôter tout espoir de retour dans leur patrie et de s´affermir ainsi contre tous les dangers. – 2. La nature nous porte à aimer nos semblables. – 3. Celui qui sait dresser les chevaux ne les effraie pas par des coups trop fréquents. – 4. Les oiseaux sont capables d´apprendre à imiter le son de la voix humaine. – 5. On a vu bien des gens disposés à sacrifier à leur patrie, non seulement leur fortune, mais encore leur vie. – 6. Voilà vraiment une chose capable de faire rougir, je ne dis pas des gens instruits, mais même les hommes les plus grossiers. – 7. Le plaisir n´est pas digne d´attirer les regards du sage. – 8. La chose vaut la peine que tu y réfléchisses longtemps et sérieusement. Quant à moi, je ne suis pas indigne de recevoir communication de ta science. – 9. Voilà qui fait honte non seulement à voir, mais même à entendre. – 10. C´est pénible à dire, mais il faut le dire pourtant. – 11. Bien des événements douloureux nous accablent. – 12. On choisissait alors quelque parente assez âgée, pour lui confier tous les enfants d´une même famille. En sa présence, on n´eût osé tenir le moindre propos malhonnête, ni faire la moindre chose inconvenante.

52. THÈME.

1. Historia potest hujus ætatis, cognoscendi avidæ, studium augere. – 2. Hæc urbs, dominandi cupida, magna Siciliæ parte potita est. – 3. Suos ulciscendi avidissimus profectus est. – 4. lnsula illa scopulus erat potius quam terra ad habitandum idonea. – 5. Milites mercede conducti, assueti fidem pretio metiri, semper ad desciscendum parati erant. – 6. Fortuna mea digna est cui invideatur. – 7. Dignus eras qui ob istud inepte factum verberareris. – 8. Adrastum dignum esse qui circumveniatur decipiaturque non ignoro. – 9. lndignus est cui credatur. – 10. Ei indignus visus sum quem vinceret. – 11. Simulata tua virtus homines deceptu faciles diu elusit. – 12. Lyram eburneam manu tenens deorum facta, dictu mirabilia, canit. – 13. Atheniensis populus rectu (ad regendum) difficilis erat. – 14. Omnis ista plebecula, carceris fores jam effringere parata, seditiosa sua consilia statim deposuit

53. VERSION.

Portrait de Catilina. – Issu de famille noble, L. Catilina était un homme d´une grande vigueur intellectuelle et physique, mais d´une nature mauvaise et dépravée. Dès l´adolescence, luttes intestines, meurtres, rapines, discorde civile firent ses délices: ce furent là les exercices de sa jeunesse. Corps [de fer], capable de supporter la faim, le froid, les veilles au-delà de ce qu´on peut imaginer; âme audacieuse, perfide, ondoyante, apte à tout simuler et tout dissimuler; avide du bien d´autrui, prodigue du sien propre, ardent en ses passions, il avait assez d´éloquence, mais du jugement bien peu. Son esprit insatiable aspirait toujours au démesuré, à l´incroyable, à l´inaccessible. Tel est l´homme qui, après la dictature de L. Sylla, avait été obsédé par l´idée de mettre la main sur le pouvoir; et le choix des moyens, pourvu qu´il réussit à s´en emparer, ne pesait pas lourd pour lui. Chaque jour davantage cet esprit farouche s´exaspérait devant le délabrement de sa fortune et le sentiment de ses crimes. Il était, de plus, stimulé par les mœurs corrompues d´une cité en proie à deux maux funestes, encore qu´opposés: le luxe et la cupidité.

Commentaire. – 1. Voir la. 1° phrase: fuit magna vi corporis…​ ingenio pravo. – 2. Les participes patiens, appetens se construisent avec le génitif. Gr. § 119. L´adjectif ardens demande la préposition in. Gr. § 122. – 3. Voir Gr. § 63. Exemple: fuere. – 4. Compléments d´un adverbe. Gr. § 91, 3° cas. – 5. Gr. § 346. Ellipse de fuit (livre de l´élève, note 2).

Questionnaire. – 1. Catilina natus est nobili genere. – 2. Fuit corpore incredibiliter patienti inediæ, algoris, vigiliæ; animo vero audaci, subdolo, vario. – 3. Ardebat libidine rei publicæ capiendæ. – 4. Corrupti mores, nempe luxuria, et avaritia, eum incitabant.

54. THÈME.

Socrate et Alcibiade. – SOCRATES. Ad virtutem natus eras neque tamen recte vixisti. Pater filii amantior esse non potest, quam tui ipse fui: in omnibus enim certaminibus semper tibi proximus pugnavi. Quodam die, cum dubia esset pugna, tibi vulneruto statim corpus objeci, ut quasi clipeo tegereris: vitam, libertatem, arma tibi servavi et, cum ob id factum mihi fortitudinis præmium deberetur, exercitus nostri duces rogavi, ut id tibi darent. Tuæ tantum gloriæ cupidus fui, neque unquam prævidere debui te patriæ dedecus omniumque ejus malorum fontem fieri posse. –ALCIBIADES. At ego, mi Socrates, te quoque hujus certaminis non immemorem arbitror esse, in quo, devictis nostris teque pedibus ægre recedente, cum ipse equo veherer, constiti ut hostes, qui te mox oppressuri essent, repellerem. – SOCRATES. Mea quidem beneficia non exprobrandi causa commemoro, sed ut intellegas quam tuæ augendæ virtutis studiosus fuerim meisque laboribus quam parum tua facta responderint.

COMPARATIF ET SUPERLATIF.

55. VERSION.

1. J´aime Brutus autant que tu l´aimes; j´ai failli dire, autant que je t´aime. – 2. Le monde ne produit rien de plus odieux qu´un homme ingrat. – 3. Quel carthaginois fut supérieur à Hannibal? – 4. En un seul jour, plus de vingt villes des Bituriges furent brûlées. – 5. Honorons Dieu avec piété plutôt qu´avec faste. – 6. L´Asie rendait les armées plus riches que courageuses. – 7. Alexandre poursuivit les ennemis avec plus de prudence que d´ardeur. – 8. Les combats étaient plutôt fréquents qu´importants. – 9. Lévinus arriva à Rome plus tard qu´on ne l´attendait. – 10. Ma douleur fut plus grande qu´on ne l´aurait cru. – 11. En moins de temps qu´il ne faut pour le dire, Claudius fit sauter son cheval dans le chemin creux. – 12. On dit que César arrivera plus tôt qu´on ne pense. – 13. C. Servilius avait parlé un peu librement de la malhonnêteté et de l´injustice de Verrès. – 14. C´est ton intérêt qu´on ne te mette pas sur les épaules un trop lourd fardeau. – 15. Pausanias se montra plus arrogant et nourrit de plus hautes ambitions. – 16. Dolabella ne pourra pas résister bien longtemps à l´armée de Cassius.

56. THÈME.

1. Lupus cane durior robustiorque est. – 2. Moderatior sum quam putas. – 3. Marius Fortuna, a qua destitutus erat, major fuit. – 4. Opus exegi ferro perennius (Cf. version 57.3). – 5. Omnibus insanientibus insanior erat. – 6. Rex ille, arrogantior etiam quam miserior, advenas interrogavit, num de se plurimus sermo haberetur. – 7. Verba tua omnium exspectatione sapientiora sunt. – 8. Hujus insania omnium opinione major est. – 9. Cur solito demissius frontem inclinas? – 10. Hic corporis motus homini infirmo, ut ego sum, paulo vehementior est. – 11. Contumelia illa gravior est: gratia reconciliari non potest (quam ut gratia reconciliari possit). – 12. Fateor hujusmodi gratulationem mihi difficiliorem esse. – 13. Hæc nonnullis duriora videbuntur. – 14. Ira mea victis gravior certe fuit.

57. VERSION.

1. Il vaut mieux que tu apprennes tard que jamais. – 2. Tais-toi, ou prononce des paroles qui vaillent mieux que le silence. – 3. J´ai achevé un monument plus durable que l´airain. – 4. J´aime à versifier, à la manière de Lucilius, qui valait mieux que nous deux. – 5. Les abeilles n´admettent jamais qu´une seule reine. – 6. Il m´arriva de prendre un parti plus (plutôt) dangereux que sûr. – 7. Cobarès proposa à Bessus une mesure plus utile qu´agréable. – 8. Qu´y a-t-il de plus indigne que de voir un homme, qui a été si longtemps consul désigné, mis dans l´impossibilité de devenir consul? – 9. Ce mal est plus répandu qu´on ne pense. – 10. Il faut pardonner à ces vers, aimable lecteur, s´ils sont, comme ils le sont de fait, au–dessous de ce que tu espérais. – 11. Des pluies continuelles avaient rendu le fleuve plus impétueux que d´habitude. – 12. Si mon discours parait un peu long, qu´on le compare à l´importance des intérêts dont il s´agit: peut-être alors pourra-t-il même paraitre trop court. – 13. Les narines sont assez étroites, pour que rien de nuisible ne puisse pénétrer jusqu´au fond. – 14. La nature même inspire à l´homme la conviction que nulle créature n´est plus belle que l´homme.

58. THÈME.

1. Num illius regionis homines nobis saniores robustioresque sunt? – 2. Me miserabilior mihi videris. – 3. Hic non quæritur num hæc probabiliora sint quam veriora. – 4. O homines et ignavi et crudeles, ista victoria opinione vestra major est. – 5. Charon Græcum illum juvenem vultu solito mitiore excepit. – 6. Scribere volunt nec illis ulla videtur altior doctrina. – 7. Emensum iter repete caveque ne tardior eas. – 8. Leoni crassius caput, bovi graciliora brevioraque crura sunt. – 9. Mitior esse videris. – 10. Bos te robustior est. – 11. Plerorumque scriptorum gloria, dum vivunt, speciosior est quam firmior. – 12. Fortius quam felicius pugnavimus. – 13. At lupus ridens: «Estne, inquit, nobis robustior?» – 14. Piscina vos manet purissimo crystallo pellucidior.

59. VERSION.

1. L´univers une fois soumis, l´empire romain était trop puissant pour qu´une force venue du dehors pût le renverser. – 2. Le carnage fut peu considérable pour une si grande victoire. – 3. Chabrias en prenait trop à son aise pour ne pas provoquer le mécontentement du public. – 4. Isocrate me parait avoir trop de talent pour qu´on le compare avec Lysias. – 5. Hécube faisait comme toi. – 6. J´ai vu qu´il n´était pas aussi ému que moi. – 7. N´est-ce pas fournir des armes à l´ennemi? – 8. Ce qu´on annonce est bien différent de ce que tu disais dans ta lettre. – 9. Alexandre renvoya dans leurs foyers les plus vieux d´entre ses soldats. – 10. Les Carthaginois se transportèrent dans la plus petite des iles Baléares. – 11. On cite, d´après les historiens, un grand nombre de songes du premier Cyrus. – 12. Le premier des consuls a le droit d´avoir des faisceaux.

60. THÈME.

1. Moderaticre animo te esse arbitror quam ut hoc a me postulare velis. – 2. Quot pauperum gemitus humiliores sunt quam ut ad nostras aures pervenire possint. – 3. Miseri sumus quia majores nobis cupiditates sunt quam pro facultatibus. – 4. Carthaginienses (Pœni) eodem sermone utebantur quo Tyrii. – 5. Hnspes, quod dicendum est, dicis, sed aliter ac dicendum est. – 6. Non aliud erant cymbæ illæ, quam arborum trnnci ab ipsis excisi. – 7. Cum vis adversus vim pugnat, major minorem delet. – 8. Robustioris causa semper melior videtur. – 9. Rex cum meliore populi parte captivus Babylonem ductus est. – 10. Me non esse nostrum risu digniorem vel jurare possum. – 11. E duobus malis eligere minus opportet.

61. VERSION.

1. Pour un orateur Lacédémonien, j´ai parlé trop peu laconiquement. – 2. J´étais trop tourmenté pour songer au péril. – 3. Les cohortes soulevaient une poussière peu proportionnée à leur importance numérique. – 4. Les fautes des Campaniens étaient trop considérables pour qu´on pût leur pardonner. – 5. Je n´ai rien eu de plus pressé que d´aller trouver Pansa. – 6. Tu ne pourras faire ce qu´a pu faire Pison. – 7. Je vous prie de vouloir bien m´écouter, durant cette explication, avec la même bienveillance que de coutume (avec votre bienveillance accoutumée). – 8. Les citoyens de cette classe vous considèrent comme (non autrement que) des ennemis mortels. – 9. Dans le testament de Ptolémée, l´aîné de ses deux fils était désigné comme héritier. – 10. (En latin) s´il s´agit de deux personnes, on demande laquelle est «plus digne», s´il s´agit d´un plus grand nombre, laquelle est «la plus digne». – 11. C´est la partie la moins pénible de nos travaux qui nous reste. – 12. Je vois la meilleure ligne de conduite, je l´approuve et c´est la moins bonne que je suis.

62. THÈME.

1. Periculum propius Italiæ imminebat quam ut expers timoris esset. – 2. Hæc gens ad suspiciones pronior erat quam ut suis exercitibus externos duces præficeret. – 3. Nomen tuum in cælo scriptum est, in quo minor sum quam ut legere possim. – 4. Nihil unquam feci nisi quod jubet Deus. – 5. Legis tabulæ Mosi eodem anno datæ sunt, quo Hebræorum gens ex Ægypto egressa est. – Dido ad placandos prioris mariti manes moram sibi postulavit. – 7. Regni vectigalia in duas partes dividebant, quarum semper ad regem minor, major ad ministros redibat. – 8. Post Dionysii prioris mortem, magni Syracusis tumultus exstiterunt; Dionysius minor, qui ejectus fuerat, armis urbem recepit.

62 b. VERSION.

1. Tu nous as rendu notre patrie, qui est ce que nous avons de plus cher au monde. – 2. Scipion l´Africain s´est attribué presque exclusivement la gloire d´avoir achevé cette guerre punique, qui fut la plus considérable et la plus dangereuse de toutes celles que soutinrent les Romains. – 3. Après avoir régné trente-neuf ans (croyons-en de préférence Polybe, qui est l´historien le plus soucieux d´exactitude chronologique), Numa mourut. – 4. Je veux rétablir la concorde, car rien ne me semble plus utile. – 5. Au témoignage de Brutus (et quel témoignage pourrait [Gr. § 219] être d´un plus grand poids?), il semblait s´être acquis une gloire considérable. – 6. Ce n´est pas moi qui comparerai la vie de Platon avec celle de Denys, car je ne puis rien imaginer de plus affreux, de plus misérable, de plus haïssable que l´existence de ce dernier. – 7. Alexandre soumit la Médie, le plus riche de tous les pays. – 8. Je cultive la philosophie: rien de meilleur n´a été donné par Dieu à la vie humaine. – 9. Beaucoup de gens, faute de soin et d´énergie, laissent s´engourdir leur intelligence, la meilleure et la plus importante faculté de la nature humaine. – 10. A Agrigente, il y a une statue d´Hercule telle qu´il me serait difficile de dire que j´ai vu quelque chose de plus beau.

62 c. THÈME.

1. Hannibalis ingenium moresque persequar, quo non rei militaris peritior alter apud antiques exstitit. – 2. Sic mortuus est homo ille, quo nemo miserior et majore virtute præditus unquam fuit. – 3. Hamilcar, quo non clarior dux alter illo tempore fuit, Carthagine cum hoc formidoloso apparatu profectus est. – 4. Syracusæ, qua urbe non altera in Sicilia major locupletiorque erat, summam rerum Geloni detulerant. – 5. Nunquam libertas esse amabilis desinit, qua nihil a Romanis unquam pluris æstimari potuit. – 6. Mihi nuper oblatum est poema: quo nescio an quidquam stultius ineptiusque non legerim. – 7. Plura Phidiæ simulacra supersunt, quibus nihil in illo genere perfectius est. – 8. Pro patria moriendum est: qua re nihil pulchrius, nihil sane magis expetendum. – 9. Cave diligenter ne malum poetam in Academiam deducas, quo genere nullum pejus, nullum magis contemnendum.

63. VERSION.

1. Savoir commander à soi-même, c´est le plus beau des commandements. – 2. La paix est la jouissance d´une tranquille liberté; la servitude est le dernier des maux. – 3. Procas laisse le trône à Numitor, qui était l´aîné de la famille. – 4. Arioviste demandait comme otages les enfants de tous les nobles. – 5. Je préférerais la paix même la plus défavorable à une guerre légitime. – 6. Je suis aussi dévoué à l´État que personne. – 7. L´argent a toujours été méprisé par les personnages les plus considérables et les plus illustres. – 8. César gagne Vienne à marches forcées. – 9. L´Irlande est moins grande de moitié que la Bretagne. – 10. Je suis bien plus perplexe qu´auparavant. – 11. Tu n´auras rien de plus que celui qui n´a rien porté. – 12. Sois bien persuadé que je t´aime beaucoup, mais que je t´aimerai bien davantage, si tu prends goût à la vertu. – 13. Les Siciliens allongent parfois le mois d´un jour ou deux.

64. THÈME.

1. Moses historiarum scriptorum antiquissimus, philosaphorum divinissimus, legum scriptorum sapientissimus est. – 2. Gentes hæc deserta loca incolentes barbarorum omnium crudelissimi sunt. – 3. Medicus es orbis terræ sollertissimus. – 4. E nostris inimicis minimus quisque sæpe maxime timendus est. – 5. Apud Romanos clarissimus quisque Reipublicæ perniciosissimus factus est. – 6. Vel atrocissima facinoru religioni non habebat, cum sibi utilitatis aliquid inde fore sperabat. – 7. Canes vel maxime sensu expertes uliorum animalium societatem expetunt. – 8. Himilco in Siciliam cum multo majoribus copiis rediit. – 9. Mummius consul hanc urbem, totius Græciæ delicatissimam et ornatissimam, funditus evertit. – 10. Absentium desiderium est omnium malorum maximum. – 11. Quantum possumus quam plurimis prodesse debemus.

65. VERSION.

1. Il eut pour beau-père Hipponicus, le plus riche de tous ceux qui parlaient la langue grecque. – 2. Dans les affaires publiques, il n´y a rien de plus important que la loi; dans les affaires privées, il n´y a rien de plus respectable que les testaments. – 3. Thémistocle envoya de nuit son serviteur le plus fidèle trouver le roi. – 4. Les animaux de tous les moins intelligents sont ceux qui portent une toison de laine. – 5. Mon cher Cicéron, mon plus vif désir est de te voir aussi instruit que possible. – 6. Je suis tenté d´affirmer que l´éloquence est sans comparaison le plus difficile de tous les arts. – 7. La définition consiste à expliquer le plus brièvement possible ce dont il s´agit. – 8. Il n´y a pas d´homme plus doux que moi. – 9. Les oreilles des musiciens sont sensibles aux moindres différences de son des cordes de la lyre. – 10. Le cyclope n´était pas plus intelligent que le bélier auquel il s´adressait. – 11. Cette ville, avec laquelle j´étais en excellentes relations, ne put, malgré son désir, me garder une nuit de plus. – 12. Dans tout métier, dans toute occupation, dans toute science, la perfection est ce qu´il y a de plus rare.

66. THÈME.

1. Hic erat nemus iis densis arboribus consitum, quarum e floribus odor omnium suavissimus afflatur. – 2. Ex omnibus humanis doctrinis, rerum humanarum scientia hominem maxime decet. – 3. Homo ille, omnium et sanctissimus et optimus, maximæ invidiæ odioque fit obnoxius. – 4. Vel audacissimi venatores, aprum illum insequentes, eum assequi non audebant. – 5. Apes ædificandi quam firmissime, in loco quam maxime exiguo, sumptu quam minimo rationem invenerunt. – 6. In periculis aliquando vel stultissimi prudentia. consilia ineunt. – 7. Quam humillime possum, tibi gratias ago. – 8. Rusticum quemdam puerum, natu majorem et aliquanto robustiorem quam eram ipse, sodalem habebam. – 9. Amor sui ingeniosor est quam unus omnium ingeniosissimus vir ingenuus. – 10. Virtus est homini concilium longe tutissimum.

67. VERSION.

L´hôtelier assassin. – Les deux voyageurs, étant descendus (Gr. § 319) dans la même auberge, résolurent d´y dîner ensemble et d´y passer la nuit. Après le dîner, ils allèrent se coucher. L´hôtelier avait bien remarqué celui qui portait de l´argent sur lui. Aussi, durant la nuit, une fois qu´il se fut assuré que tous deux dormaient profondément, il s´approcha d´eux, tira du fourreau l´épée placée au chevet de celui qui ne portait pas d´argent, tua l´autre voyageur, prit l´argent et remit l´épée sanglante dans le fourreau. Puis il regagna son lit. Quant au voyageur dont l´épée avait servi au meurtre, il se leva bien avant l´aurore et appela à plusieurs reprises son compagnon. Pensant que le sommeil l´empêchait de répondre, il prit son épée et ses bagages et partit seul. Peu après son départ, l´hôtelier se met à crier à l´assassin. Accompagné de quelques-uns de ses hôtes, il rejoint sur la route le voyageur qui venait de partir. Il l´arrête, tire du fourreau son glaive et le trouve encore ensanglanté. On ramène alors le voyageur à la ville et on le livre à la justice.

Commentaire. – 1. Par le participe passé: étant descendus. – 2. Cenare, diner, cenatus, ayant diné, sens actif et non passif, anomalie qu´on trouve aussi dans juratus, Gr. § 74*. – 3. Dormir (assez) profondément; appeler plus souvent (qu´une fois) = à plusieurs reprises. – 4. Parce qu´il s´agit de deux personnes. – 5. Le pronom relatif en latin reste en tête de la proposition; en français, en pareil cas, on le met après le nom dont il dépend et il se rend par lequel: par le glaive duquel. – 6. C´est l´ablatif de différence, Gr. § 137.

Questionnaire. – 1. In eamdem tabernam. – 2. Ut nummos auferret. – 3. Ejus qui sine nummis erat. – 4. Nox erat, comitemque suum somno devinctum non respondere existimavit. – Alterum alterius gladio occidit gladiumque crueutum in vaginam recondidit.

68. THÈME.

Enfance de Charles XII. – Germanicam linguam primum ita didicit, ut in illius sermonis patriique facultate semper par fuerit. Dum modo gloriæ nomen audisset, nihil non ab eo impetrabatur. Cum a latina lingua abhorreret, ubi prima hujus linguæ rudimenta didicit, in vertendo Quinti Curtii libro exercitus est. Cujus legendi, multo magis argumenti materia quam orationis genere captus, avidissimus factus est. Interrogatus enim ab eo, que interprete utebatur, quid de Alexandro sentiret: «Sentio, inquit, me libenter illius similem fore.» Cumque admoneretur Alexandrum non amplius duos et triginta annos natum mortem obisse: «Quid? nonne, inquit, hoc satis est, si quis tot regna sub suam dicionem redegit?» Quæ ubi ad regem, ejus patrem, ut fit, relata sunt, exclamavit: «Puer ille melior me erit.» Sic in pueritia, in rebus vel levissimis; indomitæ illi naturæ ea excidebant, quæ, cum sint singularis ingenii hominum propria, quis postea futurus esset, significabant.

LE PRONOM RÉFLÉCHI. LE RELATIF.

69. VERSION.

1. L´éclat du soleil est plus brillant que celui de n´importe quel feu. – 2. Les maladies de l´âme sont plus dangereuses et plus nombreuses que celles du corps. – 3. Il faut soigner les plaies de l´âme plutôt que celles du corps. – 4. Il est mon ami? Qu´il soit d´abord l´ami de notre patrie. – 5. Les progrès de la vertu sont plus rapides que ceux de l´âge. – 6. Il ne s´agit pas ici du salut de nos alliés, mais de celui des citoyens romains. – 7. Il était impossible de séparer la cause de Lépide de celle d´Antoine. – 8. Une si grande vertu ne réclame aucune autre récompense que celle dont il s´agit ici, c´est-à-dire la louange et la gloire. – 9. Ceux qui blâment les lenteurs de Brutus, n´en admirent pas moins sa modération et sa patience. – 10. Jamais l´on ne verra cesser ton culte, ni ta gloire, ni tes louanges. – 11. Aie toujours Dieu présent à ta pensée. – 12. Une étoffe transparente le voilait et des roseaux couvraient sa chevelure. – 13. A quelle extrémité suis-je réduit? Toutes mes connaissances, tous mes amis m´abandonnent. – 14. Vénus, apercevant son fils, lui tint ce discours. – 15. Je n´ose te donner des avertissements, à cause de ta grande expérience, ni des encouragements, à cause de ta fermeté d´âme.

70. THÈME.

1. Stola, qua homo ille indutus erat, philosophorum Græcorum stolæ similis erat. – 2. Homerus non solum deorum, sed etiam bonorum poetarum pater est. – 3. Abraham, cum immensas divitias paresque regalibus (opibus) opes possideret, antiquos tamen mores servavit. –4. Græci libertatis incommoda legitimi obsequii incommodis anteponebant. – 5. Primum certamen luctandi fuit. – 6. Æsopus ad domini pedes se abjecit. – 7. Multi optimates in rusticis suis castellis vitam degerant. – 8. Ego te laudo, tu me vituperas; me tui miseret, tu mihi insultas. – 9. Pyrrhus, ut Fabricio debitam gratiam referret, captivos omnes sine pretio ad consulem remisit. – 10. Homo quidam et se et uxorem et infantes liberos suo labore sustentabat. – 11. Si fortis fuisti olim, hodie sum ego. – 12. Ex eo loco (eum) lamentabili voce clamantem ægre eduxerunt. – 13. Nunquam discipulis sese tanta patientia virtuteque præditum ostenderat.

71. VERSION.

1. Celui qui se vante, trouve rapidement un railleur. – 2. Quel est le vrai pauvre? Celui qui se croit riche. – 3. On raconte qu´en mourant Scipion l´Africain ordonna qu´on déposât ses cendres en cet endroit même. – 4. Un Mustéla, un Tiron, faisant parade de leurs glaives, traversaient le forum avec une escorte de leurs pareils. – 5. Les Vénètes livrèrent à César et leurs personnes et leurs biens. – 6. César promit de s´occuper de cette affaire. – 7. Les Ubiens prient César de les épargner, afin que les innocents ne soient pas punis pour les coupables. – 8. Rectina suppliait Pline de l´arracher à un si grand péril. – 9. Herdonius leur dit que, s´ils voulaient suivre son conseil, ils retourneraient chacun chez soi. – 10. César me prie de le rejoindre. – 11. Corellius vient de mourir, laissant en vie tous les siens, en un temps où la République, qu´il aimait plus que toute sa famille, est florissante. – 12. Chacun a son caractère. – 13. Les Indiens s´habillent avec les produits de leurs arbres. – 14. Nous nous parlons, toi et moi, avec beaucoup de franchise. – 15. Les Stoïciens sont d´avis que les hommes sont créés pour les autres hommes, afin de s´aider mutuellement. – 16. Entraînés chacun par leur goût particulier, ils se dédaignèrent mutuellement.

72. THÈME.

1. Deus hominem sui similem creat. – 2. Deus nunquam magnificentiam suam manifestius aperuit. – 3. Ut statim Franci suos milites congregatos viderunt, nobis obviam venerunt. – 4. Post ejus ortum, nova stella in Oriente apparet. – 5. Leonidæ socii suum ejusque (Gr. § 38, 1°) funus exsequiis ante prosecuti sunt. – 6. Viriathus, adhuc adulescens, furibundos illorum velocium equitum impetus post se rapiebat. – 7. Nusquam legimus ejus parentibus famulos ministrasse. – 8. Sentiunt se diu dormivisse…​ – 9.Milites, quippe qui se proditos suspicarentur, arma sumpserunt. – 10. Se id non posse facere respondit. – 11. Suum cuique vitium. – 12. Afri suos cives Syracusis esse relictos ægre ferebant. – 13. Hamilcar et Hanno inter se complexi sunt ac sincera bonaque fide in gratiam reconciliati sunt. – 14. Omnes fraterno amore inter se amant.

73. VERSION.

1. Le peuple lui-même a chargé le sénat de le gouverner. – 2. Le geai, enflé d´un vain orgueil, ramassa des plumes que le paon avait perdues et s´en orna; ensuite, méprisant ses congénères, il se mêle à la troupe brillante des paons. – 3. Pélopidas et ses amis délivrèrent leur patrie assiégée. – 4. Comme Philippe menaçait les Lacédémoniens en leur disant qu´il s´opposerait à toutes leurs entreprises, ils lui demandèrent s´il les empêcherait aussi de se faire tuer. – 5. César charge les Gaulois dont le territoire touchait à celui des Belges de s´informer de ce qui se passait chez eux et de le tenir au courant. – 6. Thémistocle promit au roi qu´il pourrait subjuguer la Grèce. – 7. Quand on songe à la manière dont les rois sont morts, on trouve qu´ils ont péri en plus grand nombre de la main de leurs proches que de la main des ennemis. – 8. Il n´est personne qui ne juge graves les injustices dont il est victime. – 9. Les trente tyrans confisquèrent et se partagèrent les biens d´un grand nombre de citoyens. – 10. Je ne doute pas que l´intérêt public ne parvienne à nous rapprocher. – 11. La fortune et moi, nous nous connaissons. – 12. Si vous vous plaisez à ces odieuses libertés, attaquez-vous l´un l´autre.

74. THÈME.

1. Martha et Maria ejus sorores erant. – 2. Id facis, quod pater tuus se indignum arbitratus est. – 3. Leo se ipse miser dilacerat. – 4. Ejus et regnum breve et mors atrox fuit. – 5. Quoniam eorum vestes aqua graves erant, aliæ eis datæ sunt. – 6. Dicit a se tibi pecuniam afferri. – 7. Viatores eum rogaverunt ut sibi ad urbem iter monstraret. – 8. Alexander suum laborem suis solis legatis profuturum non suspicabatur. – 9. Amicus ejus quidam, qui sumptuosas illas epulas vidit, ei dixit. – 10. Gisco eos in suam quemque patriam remittere, priusquam ceteri advenirent. – 11. In hominum societate suus cuique labor est. – 12. Inter nos corripuimus (ou bien: alter alterum corripuimus). – 13. Milites eos ad irritandam iram inter se convicia jactantes videbant. – 14. Fratres alius post alium (sibi) deinceps successerunt. – 15. Propter surreptum asinum, duo fures inter se pugnabant. – 16. Inter se (horrendum visu certamen!) collato pede pugnant. – 17. Inter se optime noverant.

75. VERSION.

1. On m´a annoncé la mort de Fannius; cette nouvelle m´a été bien pénible. – 2. Il me semblait voir Sophocle: tu sais combien je l´admire et je l´aime. – 3. Eucratidès subjugua l´Inde: à son retour, il fut tué par son fils, qui, loin de dissimuler son parricide, ordonna de jeter le corps sans lui donner de sépulture. – 4. L´auteur (présumé) du crime, c´est celui auquel il profite. – 5. Celui qui sait mépriser la vie ne craint pas la mort. – 6. La fortune ôte la raison à celui qu´elle veut perdre. – 7. Nous ne devons pas craindre une maladresse de la part de celui dont nous admirons la sagesse singulière. – 8. Celui qui est redouté de bien des gens, doit aussi craindre bien des gens. – 9. Le corbeau lâcha le fromage qu´il tenait en son bec. – 10. A cette époque, presque tous ceux qui n´avaient pas vécu hors de cette ville, et dont le langage n´était pas vicié par quelque défaut dans la famille même, parlaient correctement. – 11. Qui a coutume de mentir s´habitue au parjure.

76. THÈME.

1. Quo facto, Jesus magno cum clamore exspiravit. – 2. Hoc mihi dictum est, ut bono animo essem, cujus rei non indigeo. – 3. Præco Pori nomen pronuntiavit, quod sescentorum hominum vocibus statim conclamatum est. – 4. Qui mos diu apud Phœnices servatus est. – 5. Dii tibi dent quod optas. – 6. Qui temere se committit, equum mulumque amittit. – 7. Beatus est, qui ejusmodi famulum habere potest. – 8. Quod naturæ cupiditates explere potest, iis non satis est? – 9. Qui hoc dicunt, mentiuntur; neque quicquam magis abhorret a veritate. – 10. Dido haud procul a Tunete naves appulit, quæ urbs hac ætate propter prædones, qui illuc se recipiunt, notissima est. – 11. Sperat se in Caricum viculum secessurum, ut se agriculturæ totum tradat (ou agris colendis det operam), cujus rei studiosissimus est. – 12. Himera, quam urbem deinde oppugnavit expugnavitque, funditus deleta est. – 13. Hæc est cura quæ me angit et terret (ou simplement: hæc me cura angit terretque).

76 b. VERSION.

1. Ce n´est pas pour aggraver les charges de l´accusation que je vais parler; mais, des yeux et du cœur, j´ai ressenti une impression que je vais vous exposer en toute sincérité. – 2. C´est de ce genre d´hommes que César avait attendu la victoire: c´est par eux qu´il se voyait presque trahi. – 3. Cela va mal quand on essaie à prix d´argent ce qui doit se réaliser par le courage. – 4. La lettre que j´ai envoyée à César, j´ai oublié à ce moment-là de t´en envoyer copie. – 5. Eubulide a fait un si long voyage pour que ses yeux, qui avaient vu trancher la tête de son fils, fussent aussi témoins de ta condamnation. – 6. La nuit que naquit Alexandre fut précisément celle où le temple de Diane à Ephèse fut incendié. – 7. Celui dont les oreilles sont fermées à la vérité au point de ne pouvoir l´entendre de la bouche d´un ami, il faut désespérer de son salut. – 8. L´ordre habituel, je le suivrai. – 9. La première défense d´un innocent qui s´est offerte à moi, je m´en suis chargé. – 10. Avisé comme tu l´es, rien ne t´échappera.

76 c. THÈME.

1. Quod optavi regnum, ad hoc demum perveni. – 2. Qua me manu Deus percussit, huic do veniam. – 3. Quæ mihi videntur, hæc concludere volo. – 4. Immortale quod putavi odium, mox mihi peribit. – 5. Qui patris contumeliam ulciscetur, ei nihil est quod efficere non possit. – 6. Quo carebant frumento, illud Sicilia et Africa Romanis præbebant. – 7. Quos puer maxime dilexit amicos, eorum vir sæpe fit immemor. – 8. Quas omnes a me petisti dignitates, has tibi statim facileque concessi. – 9. Qui omnibus odio est, diu vivere non potest. – 10. A quibus maxima commoda accepimus, illos monnumquam contemnimus. – 11. Quæ stulte aliis vitia tribuis, hæc tihi suit.

77. VERSION.

Hannibal en exil. – Les Romains voulant imposer à Antiochus, entre autres conditions de paix, l´obligation de livrer Hannibal, celui-ci, averti par le roi, se réfugia en Crète. Il y demeura longtemps en paix, mais, voyant que ses richesses excitaient la jalousie, il fit déposer dans le temple de Diane des amphores remplies de plomb. C´est ainsi que, sans provoquer les soupçons des habitants qui croyaient tenir en gage ses richesses, il put se rendre auprès de Prusias, après avoir fait mettre son or dans les statues qu´il emportait avec lui, de peur qu´on ne fût tenté, à la vue de sa fortune, d´attenter à ses jours. Dans la suite, comme Prusias, battu sur terre dans une guerre contre Eumène continuait la lutte sur mer, Hannibal inventa un stratagème qui lui donna la victoire. En effet, il fit enfermer dans des vases de terre toutes sortes de serpents et en plein combat les fit lancer sur les navires ennemis. Les soldats d´Eumène trouvèrent d´abord plaisant de voir combattre avec des pots de terre des gens incapables de combattre avec le fer. Mais quand les serpents eurent envahi leurs navires, ayant à faire face à un double danger, ils durent abandonner la victoire à leurs adversaires. Quand cette nouvelle parvint a Rome, le sénat envoya des ambassadeurs pour obliger les deux rois à conclure la paix et pour réclamer Hannibal. Mais celui-ci, averti d´avance, prit du poison et mourut avant l´arrivée des ambassadeurs.

Commentaire.– 1. Omnes milites, tous les soldats; toti milites, les soldats tout entiers; cuncti milites, tous les soldats ensemble; ceteri milites, tous les autres soldats; reliqui milites, (tout) le reste du soldats. – 2. La vue des richesses. – 3. Tantôt le verbe faire peut être simplement supprimé: il fait déposer, deponit; tantôt on peut le tourner par ordonner de: conjici jussit. – 4. Ce serait un solécisme grave; pour marquer l´instrument, on emploie l´ablatif seul Gr. § 187*. – 5. Ubi, au sens local: () ; au sens temporel, dès que. – 6. Il équivaut à ut ii, Gr. § 329, 2°.

Questionnaire. – 1. Quia Romani ab Antiocho deditionem ejus deposcebant. – 2. Postquam amphoras plumbo repletas in templo Dianæ deposuerat, aurum suum in statues, quas secum portabat, infudit – 3. Quia terrestri bello ab Eumene victus erat. – 4. Omne serpentium genus in fictiles lagenas includi et in naves hostium conjici jussit. – 5. Ne Romanis a Prusia traderetur. – 6. Quia diu bellum in Italia adversus Romanes gessarat eosque sæpe vicerat.

78. THÈME.

Une métamorphose. – Cum Bacchus solito deteriorenn speciem induisset, sæva quædam Tyrrhenorum manus eum artiore somno devinctum comprehendit; eoque in navem imposito, profecti sunt (mieux proficiscuntur, Gr. § 206). Cum excitatus e somno miraretur eosque precari cœpisset, jurant se ad Naxum, quam suam esse patriam dicit, navigaturos. At ille primum quidem dissimulat, deinde, cum oculis æquor lustraret: «O Di! exclamat, o homines improbos! Hæc Naxos non est! Di! Di magni!» Simulato terrore, et manibus crines lacerat et ex oculis prorumpunt lacrimæ. Tunc ex illis quidam: «O juvenis, inquit, quid nostra referre putas miser sis necne? Te in servitutem abducimus proinde lacrimas omitte.» Dixit, sed subito contremiscere navis, terribilesque visu ferarum formæ, tigridum, leonum horrendarumque pantherarum in eos irruere. Confertim, deficiente voce, e nave insidiatores simul exsiliunt et (mirum dictu!) novis operti squamis velocesque delphini facti in salsas undas sese abscondunt.

79. VERSION.

1. On ne démasque pas facilement un adroit flatteur. – 2. On aperçoit de tous côtés des incendies. – 3. Ceux qu´on appelle grammairiens, font profession de s´occuper de littérature. – 4. On ne peut changer le destin. – 5. Que dit-on à présent? – 6. Quand on a la nature pour guide, on ne saurait se tromper. – 7. On ne pouvait en aucune façon (il était impossible de) porter secours. – 8. Les statues de Phidias sont ce qu´on voit de plus beau en ce genre, cependant on peut imaginer mieux encore. – 9. Après le combat, on pouvait juger de l´acharnement des troupes de Catilina. – 10. Ce qu´on craint arrive plus facilement que ce qu´on espère. – 11. On dirait qu´il a volé plutôt que cheminé. – 12. On raconte qu´une femme, à qui on avait annoncé par erreur la mort de son fils, était tristement assise chez elle; à la vue de son fils qui rentrait à la maison, l´excès de la joie la fit, dit-on, mourir subitement. – 13. On dit qu´Isocrate mit dix ans à écrire le Panégyrique. – 14. On raconte que les morts sortirent de leurs tombeaux et firent entendre des plaintes dans le silence de la nuit; on prétend que des fantômes affreux, en troupes légères comme des ombres, poussèrent des cris dans les rues de la ville et dans les campagnes du Latium.

80. THÈME.

1. Hujus belli cura Hannibali commissa est. – 2. Bellum jam tum prospectum est. – 3. Omnia, ut mihi quidem videtur, et laudari et vituperari possunt. – 4. Et cum advesperascebat, sagittæ ad stellas mittebantur. – 5. Quid tibi responsum est? – 6. Huic testi contradici non potest. – 7. Nihil benignius datur quam consilia. – 8. Omnes continuo in chortem coeunt. – 9. Multa consilia capimus, quæ nunquam perficimus. – 10. Regi nuntiatum est populum jam coerceri non posse. – 11. Circumage te, quæso, et tibi respondebitur. – 12. Si tibi parcere vis alios, aliis ipse parce. – 13. Crederes decem capras in monte errare. – 14. Nemo scit quis sim. – 15. Amicus unus mihi est, qui pertinax esse dicitur. – 16. Ferunt, cum Carthaginis fundamenta foderentur, equinum caput esse inventum. – 17. Te nunquam rediturum esse dicebant. – 18. Unusquisque, ut aiunt, sui commodi causa bono publico (ou communi utilitati) consulit.

LES PRONOMS INDÉFINIS. COMPLÉMENTS DU PRONOM.

81. VERSION.

1. Je suis allé à Athènes et personne ne m´y a reconnu. – 2. Il n´est pas nécessaire que je nomme quelqu´un. – 3. Jamais, en aucune circonstance, votre accord n´a été plus grand. – 4. Verres fut pour les Siciliens un tyran plus redoutable qu´aucun des tyrans d´autrefois. – 5. On les empêchait soigneusement de délibérer ensemble ou de se communiquer leurs projets. – 6. Auguste voyageait de préférence par mer, quand il pouvait atteindre ainsi le but de son voyage. – 7. Ils ont manqué à leur dignité, les uns pour une raison, les autres pour une autre. – 8. Chacun a sa manière de voir. – 9. Il y a bien des manières de consoler, car les uns sont touchés par une chose, les autres par une autre. – 10. Je ne puis m´empêcher de signaler l´erreur où vous êtes tous deux. – 11. Seuls entre tous les êtres vivants, nous nous sommes rendu compte, nous autres hommes, du lever, du coucher et de la révolution des astres. – 12. Quel malheur nous a été épargné? – 13. Quelle raison t´a empêché de suivre César en Espagne? – 14. L´histoire n´attribue à Tarquin aucune bassesse, aucune turpitude. – 15. Le lieu où il séjourne, ses occupations, qui les connaît? Qui s´en soucie? – 16. Cette année-là, il ne se passa rien qui mérite d´être mentionné.

82. THÈME.

1. Omnes consentiunt neque quisquam contradicit. – 2. Ego medicus? Neque sum, neque unquam fui. – 3. Post tantam victoriam Syracusani magis quam unquam formidandi erant. – 4. Quære a medicis num quid sit homini magis noxium quam nimio cibo uti. – 5. Num quis his athletis exprobrare potest, quod in vinculis fuerint? – 6. Si quis mihi ea quæ toleravi ita ante oculos posuisset, ut omnia quasi uno conspectu viderem, nunquam me eis parem fore credidissem. – 7. Cum senatus vocatus esset, senatores alii alia causa domi manserunt. – 8. Alia aliis licentia est. – 9. Ejus discipuli eum deserunt, ex eis unus (ou unus eorum) eum prodit. – 10. Nonnulli eorum, qui in propinquis locis habitabant, huc convenerunt. – 11. Ex primoribus civitatis triginta ad eos miserunt. – 12. Di! num crudelius quicquam excogitari potest? – 13. Romanorum moribus naturā inerat non solum duri aliquid et austeri, sed etiam feri et sævi. – 14. Homines nihil unquam simile viderant.

83. VERSION.

1. Qu´a-t-on fait jamais de plus grand, de plus glorieux? – 2. César n´avait besoin des conseils de personne. – 3. Aucune violence ne peut avoir raison de la vertu. – 4. Si jamais il peut être permis de tuer un homme, c´est certainement dans le cas de légitime défense. – 5. Je n´ai pas peur que tu commettes une sottise. –6. Trouve-t-on quelque trace d´éloquence? – 7. Si, dans la dernière guerre, Pompée avait voulu adoucir un peu la rigueur de ses principes et si César avait voulu diminuer considérablement ses visées ambitieuses, nous jouirions d´une paix solide. – 8. Une chose convient à un âge, une autre à un autre âge. – 9. Le consul ordonna aux soldats de creuser des trous sur le rivage à différents endroits, à quelque distance les uns des autres. – 10. Qui d´entre nous peut oublier la modération qu´a montrée Lépide? – 11. Il ne restait plus qu´un petit nombre de Gaulois. – 12. Je suis, entre tous, le moins qualifié pour t´apporter des Consolations. – 13. Il n´y a aucun défaut de construction dans les murs ni dans la toiture de cette maison. – 14. O dieux immortels, où sommes-nous donc? – 15. Tous les oiseaux qui volent, tous les poissons qui nagent, tous les animaux qui courent sur la terre, sont les victimes de notre gourmandise. – 16. La mutinerie s´échauffa au point que Trébellius, effrayé des clameurs des soldats, se réfugia auprès de Vitellius.

84. THÈME.

1. Nemo unquam quidquam pulchrius fecit. – 2. Nauta per mare volitat, nec quidquam timet. – 3. Ezechias, cum tanto miraculo liberatus esset, Deum fidelius quam unquam coluit. – 4. Si quidquam mihi impedimento fuerit, quam gravis sit ira mea, senties. – 5. Decimi Bruti decretum num cui contemnendum videtur? – 6. Alii aliter placati sunt. – 7. Alexander cum has legisset litteras, eas capiti subjecit, nec cuiquam ex familiarissimis ostendit. – 8. Num nescis, inquit rex, hoc animal nostrorum deorum unum esse? – 9. Plerique reges, qui consilio intererant, regionem dividendam esse censebant. – 10. Carthaginienses hujus ingenii aliquid se adhuc servasse (ou retinuisse) agnoverunt. – 11. Eo inopiæ ventum est, ut alii aliis pro cibo essent. – 12. Austeri aliquid et feri eorum ingenio inerat. – 13. Eo immanitatis venerunt ut mortuorum corpora petentibus Carthaginiensibus reddere noluerint (Gr. § 295).

85. VERSION. [.text-left] Après la défaite de Catilina. – Catilina, voyant ses troupes en déroute et resté presque seul, se précipite au plus épais des ennemis et, combattant toujours, tombe percé de coups. La bataille terminée, on put juger de l´acharnement et de la valeur des troupes de Catilina. Presque tous les soldats morts couvraient de leur corps le poste qu´ils avaient occupé durant le combat. Quelques-uns seulement, que la garde prétorienne avait dispersés en se jetant au milieu d´eux, étaient tombés en désordre, mais tous portaient des blessures reçues par devant. Catilina fut retrouvé loin des siens, parmi les cadavres de ses adversaires, respirant encore légèrement et gardant empreinte sur son visage l´ardeur farouche qui l´avait animé. Enfin, de toute son armée, on ne fit prisonnier ni durant le combat, ni dans la poursuite, aucun citoyen libre. L´armée qui défendait la cause du peuple romain n´avait d´ailleurs pas remporté la victoire sans douleur et sans dommage. Tous les plus braves étaient tombés dans le combat ou s´en étaient retirés avec de graves blessures. Un grand nombre, sortis du camp pour voir les morts ou pour les dépouiller, découvraient, en retournant les cadavres des ennemis, qui un ami, qui un hôte, qui un parent.

Commentaire. – 1. On pouvait voir (le subj. imparf. a ici le sens d´un potentiel du passé, Gr. § 217, II). – 2. L´antécédent a passé dans la relative , § 146. – 3. De neque quisquam = et nemo ex omni copia. – 4. A et nemo, qui ne se dit pas. – 5. Omnes strenuissimi. Gr. § 136, ex. 5. – 6. La forme régulière est maxime strenuus, Gr. § 30, 4°. – 7. On peut se rendre par la deuxième personne du subj.: cerneres; par le passif Catilina repertus est; neque quisquam captus est.

Questionnaire. – 1. Quia fusas copias seque cum paucis relictum videbat. – 2. Quem quisque vivus pugnando ceperat. – 3. Quia cohors prætoria eos disjecerat. –4. Quia mori maluerant quam terga vertere. – 5. Longe a suis inter hostium cadavera. – 6. Quia omnes pugnantes occiderant. – 7. Quoniam et milites multi occisi erant aut vulnerati, et adversus cives pugnatum erat.

86. THÈME.

Les coutumes des anciens Crétois. – Pueri ita exercentur ut simplici cultu, moderato victu, multa laboris patientia vivere discant. Omnia virtute vincendi voluptas sola eis proponitur. Virtus autem non solum in contemnenda inter belli pericula morte, sed etiam in aspernandis opibus nimiis turpibusque voluptatibus poni solet. Hic tria vitia apud ceteras gentes impunita multantur: ingrati animi et simulationis et avaritiæ. Luxuria autem mollitiesque nunquam coercendæ sunt, utpote quæ Cretensibus omnino sint incognitæ. Omnes pariter luborant, neque cuiquam divitias congerendi cupido est. Eorum enim unusquisque laboris sui fructum cepisse putat, si, placido ac moderato cultu, omnibus quæ ad vivendum revera necessaria sunt, quiete frui possit. Neque cuiquam pretiosam supellectilem aut sumptuosam vestem, aut delicatam mensam, aut ædes auratas habere licet. Vino non multum utuntur; ad summum paululum cibariæ carnis sine exquisito condimento comedunt.

RÉCAPITULATION SUR LE NOM, L´ADJECTIF ET LE PRONOM.

87. VERSION.

Mort courageuse de Zénon d´Élée. – Zénon d´Élée, qui avait acquis une profonde connaissance des choses de la nature, aimait aussi à inspirer aux jeunes gens le goût de l´énergie. Alors qu´il pouvait jouir dans sa patrie d´une tranquille liberté, il la quitta pour se rendre à Agrigente, où régnait alors la plus affreuse tyrannie. Il avait tant de confiance en son génie et en son caractère qu´il espérait, à lui seul, obliger un tyran, et un tyran tel que Phalaris, à renoncer à sa cruauté. Quand il se fut convaincu que les séductions du pouvoir avaient plus d´influence que ses conseils, il inspira aux jeunes gens des plus illustres familles un ardent désir de délivrer leur patrie. Mais le tyran, averti du complot, convoqua le peuple sur la place publique et fit torturer Zénon de toutes manières, lui demandant à plusieurs reprises, quels étaient ses complices. Mais Zénon n´en nomma aucun; bien mieux, il rendit suspects au tyran ses amis les plus intimes et les plus dévoués; puis, reprochant aux habitants d´Agrigente, leur mollesse et leur lâcheté, il fit si bien que tous, par l´effet d´une résolution soudaine, se mirent à lapider Phalaris. C´est ainsi qu´un vieillard, placé sur le chevalet de torture, réussit, en faisant entendre non pas des supplications ou des cris plaintifs, mais des exhortations énergiques, à changer les dispositions et le sort d´une ville tout entière.

Commentaire. – 1. Génitif descriptif, Gr. § 114. – 2. On peut dire cupiditas liberandi patriam, mais non in excitando animos, Gr. § 235. – 3. Parfait du subj. représentant le passé simple français. Voir règle des consécutives, Gr. § 295. – 4. Manasset est une forme syncopée (Gr. § 63) pour manavisset. – 5. A cause de l´interrog. indirecte. – 6. Tous les plus proches, Gr. § 136. – 7. Au datif, d´après la règle § 170.

Questionnaire. – 1. Quia Agrigentinos, miserabili servitute oppressos, liberare volerrat. – 2. Qnia viderat in Phalaride dominationis consuetudinem plus quam sua consilia valere. – 3. Quosnam consilii participes haberet.– 4. Dicebat fidissimum quemque Phalaridis amicum sui consilii participem fuisse. – 5. Quia tyrannum oderant Zenoxisque exemple et cohortatione ignaviam timiditatemque exuerant.

88. THÈME.

A la veille d´une bataille. – Nunc tantum abest ut animo fracti vel perterriti simus, ut milites mecum habeam et omnes fortissimos et ad hostem contendere, nunquam relato pede, paratissimos. Circum ignes per stationes omnes accensos, in omni militum cœtu, non exceptis tironibus, eam deprelnendi securitatem et alacritatem, quæ victoriæ semper prænuntiæ Fuerunt. Nullæ de hac tanta frigidissimi venti violentia quærimoniæ audiuntur, nemo tabernacula illa, quæ tolli jussi, requirit. Non jam hostium impetum reprimere satis est: nunc propellendi sunt; non jam nostra patria nobis defendenda est, sed in eorum fines invadendum. Cum ita animatos milites habeam, mihi aut moriendum est, aut vincendum; quod quidem discrimen ut experiendum mihi esset jamdudum optavi. Quod si tibi his litteris victoriam, quæ mihi certissima videtur, arrogantius quam verius prænuntiavero, te ultimum valere jussero. Crastinus enim dies aut omnium pulcherrimus aut postremus mihi erit; itaque hoc tibi confirmare volui, me, etiamsi nunquam ad te rediturus essem, tuorum beneficiorum memoriam in intimo pectore semper servasse.

COMPLÉMENTS DES VERBES À L´ACCUSATIF.

89. VERSION.

1. Dion admirait et aimait beaucoup Platon. – 2. P. Vatinius a ouvert à Brutus les portes de Dyrrachium et lui a remis son armée. – 3. Pourquoi hésites-tu à aller lui parler? – 4. Nous tenons à ton prestige et nous travaillons à l´augmenter. – 5. Je déteste cet homme et je le détesterai toujours; si seulement je pouvais m´en venger! mais il sera puni par ses propres folies (par sa conduite). – 6. Il voulait venger le meurtre de ses frères. – 7. C´est une sottise de vouloir se venger d´un voisin en incendiant sa maison. – 8. Veillez à votre salut, songez à celui de la patrie. – 9. Maintenant je vous demande ce que vous me conseillez de faire. – 10. On prenait des mesures cruelles contre les petits. – 11. Thémistocle, à qui Artaxercès avait accordé de grandes faveurs, revint en Asie et s´établit à Magnésie, ville que le grand roi lui avait donnée. – 12. La destinée conduit à son but celui qui se laisse faire, elle y traîne celui qui résiste. – 13. Il dépend de toi de considérer la vertu comme le seul vrai bien. – 14. Ils désespéraient de sauver leur maître. – 15. Il désespère de lui-même. – 16. Ils n´espéraient plus aucun salut. – 17. Quelle mort m´attend! – 18. Qui attends-tu ici? – 19. Antoine ne pensait qu´à nuire à la République.

90. THÈME.

1. Eum vident, alloquuntur, attrectant. – 2. Hannibal omnes captivos in eo ipso loco, ubi ejus avus a Gelonis equitibus occisus erat, jugulari jussit, ut ejus manes placaret iisque satisfaceret. – 3. Per herbulam asinus se projicit et volutat et scabit et fricat. – 4. Id aut ei concede, quæso, aut utrique eripe. – 5. Me exspecta et dilige et accipe et consolare neve objurgaveris. – 6. Novis incolis terrarum tractus repleamus: hoc enim hominum genere frequentantur, quod mihi molestiam et tædium affert. – 7. De bello tunc demum cogitandum est cum est tuenda libertas. – 8. Nulla spes eis manebat, neque nesciebant quæ supplicia eos manerent. – 9. Imperii saluti consulamus; nostra jura tueamur. – 10. Qui vel paululum suas fortunas amplificare vult, illi sudandum est et vigilandum et serviendum. – 11. Elephantum cum in ulteriore ripa jacentem vidisset, tollit, aufert, ad summum montem pervenit.

91. VERSION.

1. Tout le monde n´aime pas les bosquets et les humbles tamarins. – 2. Un cheval de bonne race ne se soucie pas des aboiements des chiens. – 3. Tu as voulu faire de l´esprit: grands dieux, combien tu es peu fait pour cela! – 4. Quelle affreuse audace! Tu as osé pénétrer dans cette maison, franchir ce seuil sacré? – 5. Antoine eût-il épargné un seul d´entre vous, ou même un seul homme de bien? – 6. Il avait soif de notre sang. – 7. Antoine ne sera pas jaloux de ma gloire. – 8. Les nôtres non seulement n´avaient plus de forces, ils n´avaient même plus d´armes. – 9. Cela est peu convenable à un âge aussi avancé que le mien. – 10. Le plaisir flatte nos sens. – 11. Pyrrhus menaçait déjà Rome de l´incendie et de la destruction totale. – 12. Celui qui traite injustement quelqu´un, menace tous les autres. – 13. Toutes sortes de morts menacent les hommes. – 14. Tu n´as pas honte de paraître devant moi, scélérat? – 15. Il ne déplaira pas au grand-père de veiller près du berceau de son petit-fils. – 16. J´ai honte de ta perversité, dont tu n´as pas honte toi-même. – 17. Le père se repentit d´avoir juré. – 18. A peine Orphée s´était-il fait entendre, que les rochers du Rhodope s´allongèrent vers lui, avides d´écouter ses chants.

92. THÈME.

1. Hostes ejus potentiæ inviderunt. – 2. Gentes illæ fluctibus se committunt, tempestates contemnunt. – 3. Nullum jam remedium est, quod huic malo mederi possit. – 4. Nec senibus, nec infantibus, nec mulieribus parcebatur. – 5. Hic mulus, qui me sequitur periculum effugit. – 6. «Si caveam vel sartaginem vitare vultis, mihi credite, hæc comedite grana.» Sed aves eam irriserunt. – 7. lterum iter flexit. – 8. Deum precatus sum: mihine tandem opem vult ferre? – 9. Dux ille omnia videbat. – 10. Urbs Agrigentum sita erat in Siciliæ litore, quod ad Africam spectat. – 11. Sentio te a diis diligi,quibus semper sum famulatus. – 12. Iarbas Gætulorum rex, Didoni bellum minabatur, nisi ei nubere vellet. –13. Venit quidam nobisque gratulatus est. – 14. Nonne te nimiæ facilitatis pudet? – 15. Tum aviculis illa: «Hoc mihi displicet, inquit; me vestri miseret.» – 16. O Apollo, te mei filii misereat! – 17. Ne nos ejus, quem colimus, nudeat.

93. VERSION.

1. Jamais personne n´a ressenti la mort d´un fils unique aussi vivement qu´il a ressenti celle de son père. – 2. Avertis par l´exemple de Dolabella, prenons plus de précautions encore contre Antoine. – 3. Cette obscurité dont j´ai parlé tout à l´heure s´est dissipée. – 4. Les Séquanes redoutaient la cruauté d´Arioviste. – 5. La nature a enfermé l´âme dans le corps comme dans une sorte de vêtement. – 6. Tu sais bien que la philosophie est considérée par les hommes les plus instruits comme la mère de tous les arts. – 7. Tous les peuples de la Thessalie offrirent à Pelopidas des couronnes d´or et des statues d´airain. – 8. Si Antoine avait pu pénétrer en Gaule, à quelle menace terrible serait exposée la république! – 9. On dit que L. Antonius a menacé son frère de le tuer. – 10. Je me repens souvent d´avoir parlé, jamais de m´être tu. – 11. Ils n´avaient point honte de leur infamie. – 12. Quand il a fait quelque folie, d´ordinaire il s´en repent. – 13. Tu n´as pas honte de demeurer si longtemps dans cette maison? – 14. Je n´ai pas cessé de me repentir d´avoir entrepris la guerre contre les Romains. – 15. On demanda à Thalès si les actions des hommes échappaient au regard de la divinité; il répondit: «Leurs pensées mêmes ne lui échappent pas.»

94. THÈME.

1. Æsopus ei præcepit ne alienæ felicitati aut virtuti invideret. – 2. Erat in Ægypto quoddam judicium quod nemo vitare poterat. – 3. Consilia ineunt ut (ou quibus) communes hostes ulciscantur. – 4. Babylon servitutem terrarum orbi minabatur: quæ minæ brevi ad effectum adductæ sunt. – 5. Annua, quibus amicos donavit, innumerabilia sunt. – 6. Num hic herba te deficit? – 7. Usque ad extremum spiritum mihi minari audes? – 8. Gentium domitor quidam servitutem omnibus septentrionalibus populis minabatur. – 9. Proficiscebamur et sescentis jam lætis clamoribus procul Trojanis litoribus minabamur. – 10. Date ut [pauperes] «nostri eum miseret» dicant. – 11. Eos laborum, quibus homines in hac vita opprimuntur, miseret. – 12. Nos nostrorum civium incipit pudere. – 13. Nonne te pudet immensos sumptus facere?

95. VERSION.

1. Le poète aime les vers; il ne s´intéresse à rien d´autre. – 2. Ce que nous annoncent les dieux est véridique. – 3. Il ne se plaignait pas de son sort, il plaignait le vôtre. – 4. Je voudrais pouvoir me vanter d´en avoir fait autant. – 5. Nous devenons sourds et nous n´écoutons pas les conseils de la nature. – 6. Ce dont tu me préviens, je l´ai écrit il y a quatre jours à Cassius. – 7. En poussant de nombreux soupirs, la déesse alla se cacher dans les flots profonds du fleuve. – 8. César, à qui le consul demanda son avis, parla en ces termes. – 9. On ne put le cacher plus longtemps à Alcibiade. – 10. Le fils d´Amythaon, auquel Chiron enseigna de nombreux secrets, suspendait à des croix des oiseaux de nuit. – 11. Les légions des Latins, par suite d´une longue alliance avec Rome, avaient appris la tactique romaine. – 12. Des Belges ont été autrefois transportés de l´autre côté du Rhin. – 13. Ils n´étaient plus qu´à mille pas quand ils furent aperçus par l´ennemi. – 14. On plaçait sur le sol des poutres distantes entre elles de deux pieds. – 15. Antiochus fit creuser un fossé profond de six coudées, large de douze. – 16. A cette heure du jour, cet endroit est entièrement désert. – 17. Hannibal, malgré son jeune âge, suivit son père en Espagne. – 18. Pourquoi me demander ce que tu sais? – 19. Pour le moment, ni les livres, ni l´étude ne peuvent me distraire.

96. THÈME.

1. Apud Carthaginienses adulescentes ea sola studebant quæ ad mercaturas pertinent. – 2. Fili Apollinis, quid me mones? – 3. Carissima filia, quid quereris? – 4. Nonne omnia hæc remedia, quæ me doces, mihi nota erant? – 5. Hannibal, ut hostes Hannonis iter consiliumque celaret, eum noctu proficisci jussit. – 6. Eos sæpe navigandi artem docere voluimus; sed nunquam liberos suos nostram vivendi rationem doceri passi sunt. – 7. Hæc tristia mala suos non celat. – 8. Princeps legendo sua officia male docetur. – 9. E ripa in amnem ratis, ducentos pedes longa, lata pedes quinquaginta, producta est. – 10. Ab Hierosolymis uutem Bethania trium dierum (ou tridui) iter abest. – 11. Sardinia a Corsica insula passuum millia circiter novem distat. – 12. Spelunca ista in longitudinem septem et triginta pedes, in latitudinem undecim, in altitudinem novem patet. – 13. Quid nobis prosit nostras jungere calamitates? – 14. Ulyssis fili, me ultimum audi.

97. VERSION.

1. Ôte aux reines leurs ailes: tant que la reine ne bougera pas, aucune abeille n´osera tenter le chemin des airs. – 2. Europe pâlit en voyant la mer fourmiller de monstres. – 3. Énée sacrifie, selon le rite, deux brebis, autant de porcs, autant de jeunes bœufs de couleur noire. – 4. Le cheval, en entendant au loin le bruit des armes, agite les oreilles et tressaille. – 5. Énée s´arrêta: son visage et ses épaules le faisaient ressembler à un dieu. – 6. Les reptiles, avec des yeux ardents injectés de sang et de feu, sifflaient, en passant rapidement leurs langues sur leurs lèvres. – 7. Hannibal fut blessé grièvement par un javelot sur le devant de la cuisse. – 8. Je prouverai que le commun des hommes est possédé de la même folie. – 9. Là se trouve le repaire de l´hydre de Lerne, qui pousse d´affreux sifflements. – 10. Pourquoi as-tu de si bons yeux quand il s´agit de voir les défauts de tes amis? – 11. Le flot, roulant vers la terre, fait un bruit affreux sur les rochers. – 12. Amata s´écrie soudain d´un ton farouche: «Mères, écoutez-moi!» – 13. Pour nous, en quittant ces lieux, nous irons dans les déserts de l´Afrique, ou bien nous gagnerons la Scythie ou encore le pays des Bretons, que la mer sépare du reste du monde. – 14. Germanicus se rend en Égypte. – 15. Sénèque, se disant malade, ne quitta pas sa chambre.

98. VERSION.

L´invasion. – Les ennemis, adroits cavaliers et habiles à lancer au loin les flèches, dévastent tout le pays d´alentour. Parmi les habitants, les uns s´enfuient de tous côtés et les campagnes n´étant plus défendues, l´ennemi pille les biens qu´on lui abandonne; humbles richesses d´ailleurs: du bétail, des chars dont les roues grincent, et tout ce que peuvent posséder de pauvres campagnards. Les ennemis emmènent les autres, qui, les mains liées derrière le dos, se retournent pour regarder, sans espoir de retour, leurs champs et leur maison. Une partie d´entre eux tombent percés cruellement de flèches barbelées, dont la pointe légère a été trempée dans le poison. Ce que l´ennemi ne peut ni emporter ni emmener, il le détruit et la flamme, allumée par lui, consume sans pitié les chaumières. Même quand la paix règne, les habitants vivent dans la terreur de la guerre, et personne ne songe à retourner la terre avec la charrue. Dans ce pays, la grappe mûre ne se dissimule pas dans l´ombre du pampre; le vin qui fermente ne remplit pas jusqu´aux bords la cuve profonde. On ne voit que des campagnes nues, sans verdure et sans arbres. Hélas! ces lieux ne sont pas faits pour être visités par un homme heureux!

Commentaire. – 1. Des noms d´arbres: populus, le peuplier; de pays: Ægyptus, l´Egypte; des noms comme humus, la terre. Les principaux noms neutres sont, vulgus, virus, pelagus. – 2. La règle: quam quisque norit artem, § 146. – 3. Alii…​, alii, ou pars…​, pars. – 4. Au datif, Gr. § 170. – 5. Je puis, je ne puis pas. Ces verbes se conjuguent sur eo, is, mais ils sont défectifs, Gr. § 86, 3°. – 6. La règle pugna Cannensis. § 115. – 7. Locus, i, fait au pluriel loca, quand il signifie endroit; loci, orum, au sens de passages d´un livre, questions que l´on traite, etc. Gr. § 27, 2°.

Questionnaire. – 1. Quia incolæ diffugiunt neque quisquam agros tuetur. – 2. Ruris opes parvæ: pecus et stridentia plaustra. – 3. Non relinquunt, sed perdant; casas etiam incendunt. – 4. Quia semper iis imminet bellum. – 5. Quia hostis, quiquid ex agris metitur, aufert aut perdit. – 6. Quia in illis, propter belli pericula agrorumque vastitatem, nemo beate vivere potest.

99. THÈME.

Apollon parmi les bergers. – Apollo pastor fieri et Admeti regis greges pascere coactus est. Fistula canebat pastoresque cuncti, ut eum canentem audirent, in ulmorum Lunbram ad liquidi fontis ripam conveniebant. Illi quidem antea ferarum pecudumque ritu vixerant; oves pascere, tondere, mulgere, caseum premere tantummodo didicerant. Rura autem instar horridæ solitudinis erant. At mox Apollo pastores eas artes docuit, quibus eorum vita jucundior fieri possit: flores, quibus Ver ornatur, odores, quos effundit, herbas eo procedente nascentes celebrabat. Dulcissimas deinde æstatis noctes canebat, quo tempore homines afflatu Zephyri juvantur. Flava quoque poma, quibus Autumni tempore agricolarum labores compensantur, canendo referebat. Opacas denique silvas, quibus montes obducti sunt, cavasque valles cantu exprimebat, in quibus amnes per læta prata errantes ludere videntur. Sic pastores agrestis vitæ amœnitates docuit.

COMPLÉMENTS DES VERBES AU GÉNITIF.

100. VERSION.

1. Catilina, ne songe plus au meurtre et à l´incendie. – 2. L´homme qui se montre sensible à la pitié à l´égard d´un malheureux, fait un retour sur lui-même. – 3. Catilina rappelait à l´un son dénuement, à l´autre son ambition. – 4. Je te plains de t´exposer aux rancunes d´un homme si considérable. – 5. Rappelle-toi, Marc-Antoine, ce jour où tu as supprimé la dictature. – 6. Il importait plus aux Athéniens d´avoir des maisons solides que la plus belle statue de Minerve. – 7. Cela n´a pas beaucoup d´importance pour notre renom. – 8. Nous avons, toi et moi, le plus grand intérêt à ta santé. – 9. C´est à vous que cela importe surtout, ô juges. – 10. César avait coutume de dire que son salut importait plus à l´État qu´à lui-même. – 11. Milon songeait toujours quel intérêt P. Clodius avait à le voir disparaître. – 12. Qui donc n´aime pas la modestie chez les jeunes gens, même s´il n´y a aucun intérêt? – 13. Cesse d´interdire aux philosophes de posséder de l´argent: personne n´a condamné la sagesse à la pauvreté. – 14. Thrasybule proposa une loi qui défendait d´accuser ou de punir les citoyens pour leur conduite antérieure (Thrasybule fit voter une amnistie complète).

101. THÈME.

1. Patris et matris et sororum et amicorum memineram. – 2. Præclarus ille vir, qui hoc dixit, quis fuit? Nunc quidem ejus nomen (Gr. § 165*) non recordor. – 3. Cornix futurarum calamitatum commonet. – 4. Sui vero parricidii oblitus erat. – 5. Ab utroque imperatore efflagitatum est ut priorum simultatum obliviscerentur. – 6. Hoc maxime hominum interest, ut in terris officiis suis fungantur. – 7. Multum ad ejus patriæ utilitatem intererat eum relegatum esse. – 8. Quid mea interest majori multitudini imperare? – 9. Nostra magni interest animum esse immortalem. – 10. Vir justus capite damnatur. – 11. Alii nimiæ asperitatis reginam accusant. – 12. Hic judex totam illam innocentem familiam capite damnavit. 13. Civitas civitatem tune exscidio damnavit. – 14. Themistocles, societatis cum Pausania accusatus, Corcyram fugit.

102. VERSION.

1. Ne vous imaginez pas que j´aie changé. – 2. Je plains les murs et le toit même de cette maison. – 3. En me promenant dans l´Académie, je me rappelai Platon. – 4. Comme je me rappelle la voix et les traits de l´illustre Anchise! – 5. Quand ton intérêt est en jeu, les auspices ne comptent pas. – 6. Chez Antoine, tous ceux qui y avaient quelque intérêt, trafiquaient de l´autorité du peuple romain. – 7. J´ai toujours pensé qu´il était de l´intérêt de l´État, que je maintienne intacte la gloire de cette action mémorable. – 8. Pour ce qui est de vivre heureux, la nourriture est sans importance. – 9. Peu m´importait de continuer mon chemin ou de revenir en arrière. – 10. Vous qui avez des enfants, vous avez le plus grand intérêt à ce qu´ils fassent leurs études de préférence ici. – 11. Tu as plus que personne intérêt à ce qu´on ne charge pas tes épaules d´un poids écrasant. – 12. Le poète Sophocle étant, dit-on, accusé de démence par son fils, présenta aux juges la tragédie qu´il était alors en train de composer. Il la lut en leur présence et n´ajouta rien pour sa défense, sinon ces simples paroles: «Condamnez-moi hardiment, si ce poème vous déplaît.» Tous les juges se levèrent en l´honneur d´un si grand poète et peu s´en fallut que l´accusateur ne fût lui-même condamné.

103. THÈME.

1. Gentes illius, a quo erant creatæ, obliviscebantur. – 2. Carthaginienses ab Hiceta ejus profectionis consiliique admoniti erant. – 3. Pastores, desertarum ovium obliti, currebant. – 4. Ad rem publicam nihil interest te testamentum conscribere. – 5. Quid mea interest? Num grex iste meus est? – 6. Quid posterorum interest utrum marmoris (gén. d´espèce et non de matière) massa huic an illi homini similis sit? – 7. Quid nostra interest utrum tibi sint opes necne? – 8. Hannibal Hamilcaris nepos, Gisconisque, exsilio olim damnati, filius erat. – 9. Tartareis pœnis multati erant. – 10. Admetus, odii oblitus, exsulem tradere noluit. – 11. Phocionis ossa Athenas relata sunt; qui autem eum accusaverat, a populo capite damnatus est. – 12. Cæsar Dolabellam repetundarum postulavit. Suétone (ou de pecuniis repetundis accusavit). – 13. Recte condemnamus haruspices aut stultitiæ aut impudentiæ. Cicéron.

COMPLÉMENTS DES VERBES AU DATIF.

104. VERSION.

1. Nous promettons à nos soldats, la liberté, le gouvernement du monde, la paix, la tranquillité. – 2. L´avare est privé aussi bien de ce qu´il a que de ce qu´il n´a pas. – 3. Comme je prévoyais qu´on allait faire à notre patrie une guerre criminelle, je n´ai pas cessé de conseiller la concorde. – 4. Trébonius a préféré la liberté du peuple romain à l´amitié d´un seul homme. – 5. Celui qui fait un présent à un mort, ne lui donne rien, il se prive simplement lui-même. – 6. Nous sommes nés pour l´honneur, pour la liberté: conservons ces biens ou mourons noblement. – 7. Peu de temps après, un homme du peuple, T. Atinius, eut un songe. – 8. Si tu te soucies de moi, soucie-toi de toi-même. – 9. Ils fixèrent la date de la réunion. – 10. Mille troupeaux de brebis, mille troupeaux de bœufs, nourris dans les pâturages, lui appartenaient. – 11. Dédale vole le premier et craint pour son compagnon. – 12. Celui qui vit pour lui seul, les autres ont raison de le considérer comme mort. – 13. Je ne t´ai pas prié de me le donner; tu me l´as offert de toi-même; c´est un présent que tu m´as fait. – 14. Tu désires les richesses, qui ont causé la ruine de tant de gens. – 15. Je vous supplie de me secourir.

105. THÈME.

1. Franci nobis in maris litore pugnandi copiam fecerunt. – 2. Omnia numina, quibus imperat Neptunus, (e) suis humidis antris egrediebantur. – 3. Magna multitude sacrificio aderat. – 4. Tellus tibi auro argentoque potiores fructus feret. – 5. Hæc ejus tumulo (ou in tumulo) insculpta sunt. – 6. Cymodoceæ longinqua Neptuni vox nocturno vento afferebatur. – 7. Horatii, Vergilii, Terentii Catullique opera tibi mitto. – 8. Ceteræ artes ad te non pertinent. – 9. Nulla eis inest pecorum cura. – 10. Si effecero ut thesaurum invenias, quid mihi mercedis erit? – 11. Æsopus juvenem, cui Enno nomen erat, adoptavit. – 12. Cur me ejicis? Quid, quod tibi displiceat, feci?– 13.Trochilus tibi grave onus est. – 14. Elephanti soli magno impedimento fuerunt. – 15. Mihi nihil, præter opacas silvas, curæ erat. 16. Civitati propter virtutem, ornamento erant.

106. VERSION.

1. La Grèce tend maintenant la main à l´Italie et lui promet son secours. – 2. Antoine, sous les yeux du peuple romain, fit un discours étant ivre et voulut mettre le bandeau royal sur la tête de son collègue. – 3. Quand le premier rang des ennemis était tombé, les autres, debout sur leurs cadavres, continuaient le combat. – 4. J´ai faim: il faut que je mange; il importe peu à la nature que le pain soit de seconde qualité ou de pur froment. – 5. Persée n´avait plus aucun refuge dans le monde entier. – 6. Celui-là est riche, qui possède assez pour ne rien souhaiter de plus. – 7. Le silence, pour les sots, tient lieu de sagesse. – 8. Pour les jeunes gens, le travail est le meilleur stimulant de l´appétit. – 9. Est-ce que la victoire de César doit profiter à lui seul? – 10. On me fait la lecture pendant mon dîner. – 11. Il atteignit son but: César fit sonner la retraite. – 12. J´espère que nos relations amicales seront pour tous deux un titre de gloire. – 13. Cette précaution qui était prise contre les Carthaginois, servit contre les Siciliens. – 14. Le Lacédémonien Lysandre, envoyé au secours des habitants d´Orchomène, fut tué par les Thébains.

107. THÈME.

1. Reginæ liberos suos commendavit. – 2. Macedo quidam phalangem legioni anteponebat. – 3. Cum Cambyses bellum Pœnis inferre vellet (ou voluit), Phœnices ei adjutores esse noluerunt. – 4. Necessitate homines excitantur et augendæ fortunæ cupiditate sine intermissione ad laborem impelluntur. – 5. Victor christianas cohortes ad pugnam ducebat. – 6. Animalibus quoque leges suæ sunt et instituta. – 7. Mihi affirmare audes tibi Sosiæ nomen esse? – 8. Hic mihi thesaurus alter erit, illo, quem invenimus, pretiosior. – 9. Sol nobis quotidie lucet. – 10. Servi et opifices, qui se eis auxilio fore polliciti erant, ipsi sibi timebant. – 11. Tibi soli templa ædificare cupio. – 12. Quanto mihi horrori et terrori ejus est aspectus! – 13. Apes ea dispositione, quæ nobis exemplo esse possit, mel in alveos condunt. – 14. Res vel innocentissimas tibi crimini vertit.

108. VERSION.

1. Jamais Antoine n´obéira aux ambassadeurs: je connais les conseils pervers des amis auxquels il s´est livré tout entier. – 2. Timoléon aveugle s´occupait encore des affaires privées et publiques. – 3. Mille voies sont ouvertes pour aller à la mort. – 4. Cela causa la plus vive terreur à tous les Syracusains. – 5. Les Espagnols passèrent le fleuve couchés sur des boucliers que supportaient des outres. –– 6. A la nouvelle de notre approche, Cassius reprit courage et les Parthes s´effrayèrent. – 7. Les barbares tuèrent Alcibiade et portèrent sa tète à Pharnabaze. – 8. Vulcain était le père de ce monstre. – 9. Les Marseillais soutinrent de grandes guerres contre les Gaulois. – 10. La terre est entourée de cet élément respirable, qu´on appelle l´air. – 11. Mais figure-toi que, peu de jours après, Caninius vint brusquement chez moi. – 12. L´incendie prit fin seulement cinq jours après. – 13. Les Décius cessèrent de craindre les blessures en songeant à la beauté et à la gloire de leur mort. – 14. La divinité ne secourt pas d´ordinaire ceux qui se jettent imprudemment dans les dangers. – 15. Tous détestent la cruauté, tous aiment la droiture et la clémence.

109. THÈME.

1. Ad te venio, Domine. – 2. Manus nobis non dedisti ut alii alios jugularemus. – 3. Felix hujus primi belli eventus eis cupiditatem injecit arma in Hispaniam inferendi. – 4. Joannes Baptista omnes peccatores ad pænitentiam hortatus est. – 5. Matho ejusque socii ad supplicium ducti sunt. – 6. Tibi unica est filia, mihi filius unus. –7. Tum rex: «Quod, inquit, tibi nomen est?» – 8. Ad ripam parvi fluminis, cui Crimesso nomen erat, convenire debebant. – 9. Illi crescunt fruges, illi fontes erumpunt. – 10. Cui vis eum laborare? Utrum sibi an alteri? – 11. Haud facile est divitias majori despicatui habere. – 12. Hæc grati animi argumenta majori ornamento civitatibus sunt quam nobilissimæ victoriæ. – 13. Ejus opus mihi magna auxilio fuit. – 14. Omnes homines mihi tanto odio sunt, ut iis sapiens videri nolim. – 15. Illi Termosiris nomen erat Apollinisque sacerdotio fungebatur.

110. VERSION.

Plutarque et son esclave. – Plutarque avait un jour ordonné de dépouiller et de fouetter un de ses esclaves, homme peu recommandable, mais qui avait quelques notions superficielles de philosophie. Tandis qu´on le fouettait, cet esclave protestait, disant qu´il ne méritait pas ce châtiment, qu´il n´avait rien fait de mal, qu´il n´avait commis aucune mauvaise action. Enfin, comme on continuait à le battre, il se mit à crier bien haut que Plutarque n´agissait pas en vrai philosophe; qu´il était honteux de se fâcher; que Plutarque avait même écrit un livre contre la colère; qu´il n´était nullement conforme aux théories exposées dans ce livre, de s´irriter à ce point et de le faire battre. Plutarque lui répondit tranquillement: «Eh quoi, pendard? tu me trouves actuellement irrité? Est-ce que mon air, ma voix, mon teint ou mes paroles prouvent que je sois en colère? Il me semble que mes yeux ne sont point farouches, que je parle nettement, que je ne crie pas, que je ne dis rien dont j´aie lieu de rougir ou de me repentir. Ce sont la, si tu l´ignores, autant de symptômes de la colère.» Aussitôt, s´adressant à celui qui frappait, il ajouta: «Pendant que celui-ci et moi nous discutons, continue ta besogne.»

Commentaire. – 1. Nequam (cf. frugi). – 2. Rien en fait de mal, rien en fait de crime. – 3. Oui, puisqu´il renvoie au sujet de la principale, et que la subordonnée représente la pensée de ce sujet. – 4. Dont on doit se repentir, quelques impersonnels ont ainsi un gérondif et un adjectif verbal. – 6. Non (Gr. § 241). Le sens est proprement: sur la répression de la colère; ainsi: de contemnenda morte, sur le mépris de la mort.

Questionnaire. – 1. Plutarchus jusserat servo suo tunicam detrahi eumque verberari. – 2. Dicehat se nihil mali, nihil sceleris admisisse. – 3. Librum de contemnenda morte. – 4. Oculi truces fiunt, os turbidum; homo iratus clamat, pudenda aut pœnitenda dicit. –5. Jussit eum verberare pergere.

111. THÈME.

Ésope et le magistrat. – Non solum cum domino (hero) occasio erat Æsopo jocandi faceteque dicendi (Gr. § 344, 2°). Cum quondam eum Xanthus aliquo misisset, ei qui primum civitatis magistratum habebat in itinere occurrit; qui eum, quo iret, interrogavit. Æsopus autem, sive quia neglegenter audierat, sive aliu de causa, se nescire respondit. At ille, qui se hoc responso despicatui et ludibrio habitum putaret, hominem in vincula conjici jussit. Tum Æsopus apparitoribus a quibus ducebatur: «Nonne videtis, inquit, me optime respondisse? Num me illuc, quo eo, ductum iri scire potui?» Magistratus statim eum e carcere emitti jussit Xanthoque gratulatus est, quod tam facetum servum haberet. Xanthus ipse quoque videbat quanti sua non manumitti Æsopum interesset, quantoque decori sibi esset talem servum domi habere…​ Id temporis fere, Phryx ille fabellas suas condidit, quibus Lydiæ regi relictis, ab illo ad Samios missus est, qui ei summos honores detulerunt.

COMPLÉMENTS DES VERBES À L´ABLATIF.

112. VERSION.

1. Tu as osé dire que c´est moi qui ai brouillé Pompée et César. – 2. Les nombreux soldats qui s´étaient enfuis du champ de bataille, tu les as poursuivis et cruellement mis à mort. – 3. La crainte elle-même est incapable de te détourner des pires actions. – 4. J´ai connu par lui le discours de L. Pison au Sénat. – 5. C´est précisément ce que m´avait dit Brutus. – 6. J´en ai ressenti un grand chagrin. –7. Tu achètes au médecin une chose d´un prix inestimable: la vie et la santé. – 8. La tradition de nos ancêtres, la sévérité qu´impose cette charge, et l´intérêt de l´État l´exigeaient de moi. – 9. La vertu est souvent privée de plaisir, jamais elle n´en ressent le besoin. – 10. Cette guerre demande de la rapidité. – 11. L´arbre se revêt de fruits. – 12. Les troupes ennemies une fois mises en déroute et dépouillées de leurs armes, les Romains rentrèrent au camp. – 13. Alors que nous nous disposions à venir au sénat, la terreur nous a soudain dispersés: ce départ lui a été fort agréable. – 14. Le sage jouit des biens présents. – 15. Les dieux ne boivent ni ne mangent. – 16. Un cheval qui court n´a pas besoin qu´on l´éperonne.

113. THÈME.

1. Pygmalio vixit: a justis diis terræ (ab) ea peste liberatæ sunt. – 2. Quantum hi mores ab inanibus ambitiosisque populorum, qui sapientissimi habentur, moribus abhorrent! – 3. Heus, amice mi, e periculo eripe me! – 4. Tibi immenso pretio poculum attuli: quod e curru a servo extractum e manibus meis accipies. – 5. Si hoc fecerit, a me omnia sperare poterit. – 6. Si rem nobis confessus eris, mercedem a domino accipies. – 7. Postea, jussit eorum peras cibis impleri singulisque equum dedit. – 8. Omnes hac nostra ætate laudantur, laudibus omnes abundant. – 9. Cum camelos secum habeant, nulla re carent. – 10. Hispania auri et argenti metallis abundabat. – 11. Carnis odore gaudebat. – 12. Afri ad excutiendum jugum ea occasione uti voluerunt. – 13. Gentes illæ ferina carne vescuntur. – 14. Ad tuum auxilium, quo indigemus (ou quo nobis opus est), efflagitandum venimus.

114. VERSION.

1. Certains philosophes prétendent que le plaisir ne peut être séparé de la vertu. – 2. C´est vous, pères conscrits, c´est vous, dis-je, qui avez ôté la vie à Servius Sulpicius. – 3. Après la mort du père, la mère demanda à son fils des vases précieux et merveilleusement ciselés. – 4. Mon père me l´a dit, quand j´étais enfant. – 5. Quant à ce qui se fait ou s´est fait ici, je pense que bien des gens te l´ont écrit. – 6. Leur cruauté ne peut s´assouvir avec notre sang. – 7. On doit avertir sans amertume, et gronder sans outrager. – 8. Ma jeunesse a besoin d´être appuyée sur l´estime générale. – 9. Les militaires sont fiers de leurs blessures. – 10. Les jeunes gens bien nés aiment les conseils des vieillards. – 11. Agésilas se contenta de la maison qu´avait habitée Eurysthène. – 12. Les Sicambres s´emparèrent de nombreux troupeaux, auxquels ils tiennent beaucoup. – 13. Il y a bien des gens qui n´ont pas seulement besoin de guide, mais encore d´aide. – 14. Il nous faut un chef pour nous guider. – 15. On prépare de nuit tout ce qui est nécessaire pour l´assaut du lendemain.

115. THÈME.

1. Numen quoddam inimicum ac dolosum eos ab Ithaca avertebat. – 2. Hæc verba ab illis, quæ sepulcris insculpta legere solemus, multum differunt. – 3. Aves in altissimis arborum ramis domum suam ædificant, ut pullos a terrestrium animalium injuriis prohibeant. – 4. Rex ille incepto desistere coactus est. – 5. Hannibal a regionis incolis scaphas naviculasque omnes emit. – 6. Morbi eum a puero lacessiverunt et ab omnibus adulescentiæ voluptatibus privaverunt. – 7. Alexander militari disciplina adversus hostium multitudinem egregie usus est; nunquam commeatibus caruit (ou nunquam eum commeatus defecerunt). – 8. Hostis nostris malis gaudere quidem, sed non et gloriari potest. – 9. Acetariis, lacte, caseo, malis vesci assuevit. – 10. At cicada: «In me, inquit, solam vocem invenietis, qua sine ullo alieno damno utor.» – 11. Sic facimus ipsi (sic cum eo agimus), quotiescumque eo nobis opus est.

116. VERSION.

1. Antoine n´a pas seulement perdu tout prestige: il n´a même plus une chance de salut. – 2. Pansa a fait justice de ce faux soupçon de trahison (qui pesait sur lui). – 3. Ceux qui sont bannis, ne portent pas la toge. – 4. Tu peux tout me demander et tout attendre de moi. – 5. Les jeunes gens retirent de l´étude les plus grands avantages. – 6. L´Espagne presque tout entière abonde en mines de plomb, de fer, de cuivre et d´argent. – 7. Tu t´attaches à cette philosophie qui nous ôte notre jugement, qui nous prive même de nos sens? – 8. Je n´admets pas que vous blâmiez chez les autres ce dont vous vous glorifiez vous-mêmes. – 9. On met en interdit les pères de famille qui gèrent mal leurs affaires. – 10. La République est enfin délivrée de cette guerre malheureuse et fatale. – 11. Antoine s´est servi de l´armée du peuple romain contre le peuple romain lui-même. – 12. Nous utilisons dans notre intérêt l´intelligence de l´éléphant, l´odorat subtil des chiens. – 13. Je ne travaille pas et je jouis de toutes sortes de biens. – 14. Tous eurent besoin de s´excuser. – 15. Avant de commencer, il faut délibérer, et le parti une fois pris, il faut agir sans perdre de temps.

117. THÈME.

1. Lupus ab omni societate abhorret. – 2. Quot homines certamina narrant, a quibus longe abfuerunt? – 3. Carthaginienses a luna in magnis calamitatibus auxilium petebant. – 4. Qui liberos non habebant, a pauperibus pueros, quos immolarent, emebant. – 5. Æschylus in Siciliam se contulit, ubi ab Hierone rege plurimis beneficiis donatus est. – 6. Tyrii Persis, qui eorum commercio navibusque carere non poterant, obstricti erant. – 7. Nunc demum calamitatibus, quas accepi, defuncta sum. – 8. Quæ est igitur ista justitia, qua gloriaris? – 9. Urbem cursu pete et patri meo nuntia alteri nostrum novo opus esse gladio. – 10. Summis civitatis honoribus egregie functus erat. – 11. Hæc est pax, qua sum fruitus. – 12. Dionysius Syracusis rerum potitus erat. – 13. Huic juveni pecunia opus est. – 14. Commeatus, qui eis mari mittebantur, cum in eorum magna inopia essent, tempestate corrupti sunt.

118. VERSION.

1. Les lièvres insultent le lion mort. – 2. Ton jeune fils, envoyé par toi au Capitole, fut le gage de la paix. – 3. Les actes de César furent ratifiés par le Sénat dans l´intérêt de la paix. – 4. Ptolémée reçut de son armée le titre de roi. – 5. Ces attaques, dirigées contre ma vertu, n´ont fait que la mettre en lumière. – 6. Il convient que tu t´entoures de l´affection et de la bienveillance de tes concitoyens, et non pas d´une garde armée. – 7. Ton père pensait que la république avait été sauvée par le courage, la sagesse et la grandeur d´âme de P. Nasica. – 8. Les hommes ont peur des astres que les Grecs appellent comètes, et nous autres, astres chevelus. – 9. Aucune violence ne peut ébranler la vertu. – 10. Oh! Quel cœur d´acier, qu´aucun péril ne peut émouvoir! – 11. J´ai été créé consul, non pas avec l´appui d´un groupe d´hommes influents, mais par le choix unanime du peuple romain. – 12. Il faudra que tu parles contre ta pensée, que tu agisses contre tes convictions. – 13. Je pense pas qu´un mortel doive dédaigner l´immortalité. – 14. Aucun dieu n´a exaucé mes vœux ni mes prières. – 15. Il te faut battre le fer quand il est chaud.

119. THÈME.

1. Juglans, ab avo sata, puteum umbra tegebat. – 2. A Tyriorum principibus universoque populo facile cognitus est. – 3. A populis omnibus diligitur. – 4. Videndi cupiditate impulsus accedo atque in speluncam ingredior. – 5. Animus meus hoc casu nequaquam commotus est. – 6. Vento intermisso, nova aura nobis exspectanda erat. – 7. Militi Romano aut vincendum aut moriendum erat. – 8. Æsopus, cum Babylonem rediit, summa cum lætitia a Lycero exceptus est. – 9. Sola virtute reges ornari possunt. – 10. Ab omnibus civitatis ordinibus exceptus est. – 11. Territi hominis clamoribus excitatus sum. – 12. A suis omnibus destitutus, sibi ipse non defuit. – 13. Achilles ab Agamemnone contumelia affectus, in sua castra se recepit. – 14. Suum cuique (jus) redde: hæc est prima regibus colenda virtus.

120. VERSION.

1. Même les meilleurs pilotes reçoivent des conseils des passagers dans les grandes tempêtes. – 2. Cn. Octavius fut tué au gymnase à Laodicée par un certain Leptine. – 3. C´est être sot que de se montrer sensible à de vaines paroles. –4. J´ai compris que c´est à bon droit que la terre est redoutée des matelots – 5. Cette conduite a été non seulement révélée, mais même justifiée souvent par mes ambassadeurs auprès de votre sénat. – 6. Une fois que les Gaulois virent que les troupes légères l´emportaient, ils rentrèrent en désordre dans leur camp. – 7. Fabricius a été condamné, tout d´abord par son propre aveu, et c´est le plus grave, ensuite en vertu des lois par la sentence de ses juges. – 8. Tu ne dois pas faucher la moisson d´autrui. – 9. Si Antoine avait pu établir sa domination sur la ville, tous les meilleurs citoyens auraient dû subir la mort, et tous les autres l´esclavage. – 10.Réfléchis longtemps avant d´accueillir quelqu´un comme ami. – 11. On se demande si la vertu est un don naturel ou un fruit de l´éducation. – 12. Je suis bien heureux que tu approuves à ce point mes écrits. – 13. Bien des gens aiment le service militaire, le bruit de la trompette mêlé à celui du clairon, et la guerre, que les mères ont en horreur.

121. THÈME.

1. Carthago a Scipione Æmiliano capta atque incensa est. – 2. A quibus electi fuerint suffetes, memoriæ non est proditum (parf. présent). – 3. Magnis clamoribus ab hominum multitudine exceptus est. – 4. Horum montium culmina densis silvis obsita erant, quæ ab ursis, cervis, onagris habitabantur. – 5. Viridia gramina, quibus erat spelunca circumdata, sescentis nascentibus floribus distincta erant. – 6. Æstatis calores hic semper frigidis Zephyris temperantur. – 7. Eorum judicium fortuna non regitur. – 8. Historiarum scriptori multa orationis ornamenta recidenda sunt. – 9. Sunt quidam homines fera et aspera indole, quibus severa illa virtus vel cum mortis periculo retinenda est. – 10. Cavæ valles, quas duo illa flumina alluebant, myrtis obsitæ erant. – 11. Supplex a diis mittitur hospes. – 12. Injuria affectus est ab eis quos ulcisci non poterat. – 13. Regni salus a rege suæ famæ anteponenda est. – 14. Parentibus, o soror, a nobis est parendum.

122. VERSION.

1. Antoine débordait de joie, comme un personnage de comédie, qui, de pauvre qu´il était, devient soudain riche. – 2. Les statues périssent par suite des intempéries ou de la violence ou par l´effet du temps. – 3. L´art du pilote, qui donne le moyen de naviguer sûrement, est loué pour son utilité et non pour lui-même. – 4. César s´était attaché ses amis par des récompenses et ses adversaires en affectant la clémence. – 5. Il est difficile au visage de dissimuler une faute. – 6. Les Gaulois, poussant une clameur soudaine, se mettent à chasser les Romains du retranchement avec des frondes, des flèches et des pierres. – 7. On tire au dehors par les pieds l´affreux cadavre. – 8. La conduite et la réputation d´un homme vont de pair. – 9. Dolabella (je te le dis avec la plus vive douleur), tu as pu renoncer à une telle réputation? – 10. Au départ, les bœufs se mettent à mugir; ils remplissent le bois de leurs plaintes et quittent à grands cris les vallées. – 11. Antoine se vante communément de ressembler à Catilina: il l´égale par la scélératesse, mais non par les talents militaires. – 12. Je ne mets personne au-dessus de Thrasybale, pour la loyauté, la constance, la grandeur d´âme, l´amour de la patrie. – 13. Le sénat fut d´avis de ne pas racheter les captifs, et pourtant il en eût coûté peu d´argent. – 14. Le repos ne s´achète ni avec les pierres précieuses, ni avec la pourpre, ni avec l´or. – 15. Je ne vends pas mon blé plus cher que les autres, peut-être même à meilleur compte.

123. THÈME.

1. Senex frigore tremebat – 2. Sic Carthaginienses (ou Pœni) Sardiniam, insulam magnitudine, fecunditate, incolentium multitudine copiosam, amiserunt. – 3. Triarii pila læva manu jactabant. – 4. Dii coronis, quæ nulla re corrumpi possunt, eos coronaverunt. – 5. Ducentæ hostium spoliis ornatæ naves ordine procedebant. – 6. Totam noctem in tenebris silentio flebant. – 7. Alacri gradu, vultu et erecto et læto incedebam. – 8. Vos cum gaudio excipiemus. – 9. Catuli primo luporum aspectu tremunt. – 10. Amnis magno strepitu rapidas flavasque undas volvit. – 11. Me animi magis quam corporis morbo laborare putas. – 12. Agathocles illis multo copiis inferior erat. – 13. Phrygem tribus obolis emit. – 14. – Victoriæ multo sanguine constabant nec quicquam efficiebant

124. VERSION.

1. César était admiré pour sa bienfaisance et sa munificence; Caton pour son désintéressement; l´un devait sa gloire à sa douceur et à sa bonté; l´autre devait son prestige à son austérité. – 2. Déjanire avait fait revêtir à Hercule la tunique teinte du sang du centaure. – 3. Il est beau de mourir courageusement et noblement pour sa patrie. – 4. On ne peut passer sous silence le récent édit de Decimus Brutus. – 5. Le corps du consul fut retrouvé le lendemain et rapporté parmi les soldats en larmes. – 6. Il existe une pierre sans couleur, terne, sans valeur, qu´on appelle aimant. – 7. Epaminondas fut éloquent au point qu´il n´avait pas son égal parmi les Thébains. – 8. Viennent ensuite les Cataractes, endroit bien connu pour le magnifique spectacle qu´on y découvre. – 9. César explique à ses soldats combien parfois la victoire doit être achetée cher, et combien d´hommes courageux on doit parfois sacrifier. – 10. Alors qu´ils pourraient apaiser leur faim à peu de frais, ils l´excitent à grands frais. – 11. Héphestion était mort, lui qu´Alexandre avait estimé par dessus tous les autres. – 12. Le témoignage de ma conscience m´est plus précieux que l´opinion publique. – 13. Tu n´ignores pas quelle estime j´ai pour toi. – 14. Certaines choses valent plus que leur prix. – 15. Je rachèterai le captif au meilleur prix possible; si je ne puis l´avoir à très bas prix, du moins ce sera au meilleur prix que je pourrai.

125. THÈME.

1. Lupus natura stultus ignavusque est, sed fit inopia callidus et necessitate audax: cum fame urgetur, se obvium fert periculis. – 2. Hoc monstro liberatus, plurimis sacrificiis gratias diis egit. – 3. Lupus, dum ovem ore fert, pastoribus tamen celerius currit. – 4. Sapientes, apud Indos, omnia animalia amore fraterno tractant. – 5. Homo quidam pauper, qui ligna cædendo vitam tolerabat, tardo gradu incedebat. – 6. Trojani Græcique procedebant, illi magnis clamoribus, hi magis horrendo silentio. – 7. Ætate, statura, viribus pares erant. – 8. Hamilcar rei militaris peritior illis (ou rei militaris scientia superior) erat. – 9. Splendida virtus ipsa se aperit; tua multis in locis plurimi æstimatur. – 10. Carthaginienses, quæ ceteris populis supererant, parvo emebant. – 11. Sua illi arrogantia quatuor dentibus constitit. – 12. Comparatio illa ei magno stetit. – 13. Se tam necessariam pacem non justo pluris sic emere arbitrati sunt. – 14. Videte, capta Troja quanti Græcis constet.

126. VERSION.

Mort d´Olympias, mère d´Alexandre. – A cette nouvelle, Cassandre se porte rapidement sur Pydna et l´investit. Olympias, pressée à la fois par la famine et par les armes, découragée aussi par les longueurs du siège, se livra au vainqueur à condition qu´on lui garantirait la vie sauve. Mais Cassandre assemble le peuple pour le consulter sur le sort d´Olympias. Il invite secrètement les parents des victimes de la reine à venir en habits de deuil accuser sa cruauté. Les Macédoniens, excités par eux, sans respect pour son ancienne dignité, la condamnent à mort, oubliant que son fils et son mari non seulement les avaient garantis des attaques de leurs voisins, mais encore leur avaient procuré d´immenses richesses avec l´empire du monde. Quant à Olympias, dès qu´elle vit arriver des gens armés, elle s´avança à leur rencontre, vêtue de ses habits royaux et s´appuyant sur deux servantes. A cette vue, les meurtriers, songeant au rang qu´elle avait jadis occupé, s´arrêtèrent interdits. Enfin Cassandre envoya des gens pour la tuer, sans que d´ailleurs elle reculât devant les coups d´épée ou poussât la moindre plainte qui révélât une faible femme. Elle succomba comme un homme de cœur, en sorte qu´on pouvait reconnaître l´intrépidité d´Alexandre jusque dans sa mère expirante.

Commentaire. – 1. Règle lacrimare gaudio: longæ obsidionis tædio. Règle ferire gladio: Pydnam obsidione cingit. Règle silentio audire: veste regali procedit; virgrum more fortium. – 2. A Cassandre missi sunt; cum fame urgeretur.

Questionnaire. – 1.Quia fame ferroque urgebatur et longæ obsidionis eam tædehat. – 2. A parentibus eorum qui Olympiadis jussu interfecti erant. – 3. Philippus, Macedonum rex. – 4. Vitam inter finitimos tutam habuerant maximasque opes et orbis imperium acquisiverant. – 5. Quia pristinæ ejus dignitatis meminerant. – 6. Quia se morte instante ita fortem præbuit Olympias, ut filio Alexandro digne videretur.

127. THÈME.

La prière du soir. – Omnes statim in chortem horreis pecorumque stabulis cinctam conveniunt; in qua nonnulla alvearia jucundum odorem, juvencarum e pastu redeuntium lactis afflatu mixtum, diffundebant. In media chorte puteus erat, cujus ambo pali duo hedera vestiti erant. Juglans ab avo sata puteum umbra tegebat. Lasthenes igitur, nudo capite, ad orientem conversus, sub domestica arbore stetit, et, postquam pastores messoresque circum dominum in recenti culmo genua posuerant, has preces voce magna pronuntiavit, quæ a liberis famulisque iteratæ sunt: «Dignare, Domine, hanc domum per noctem invisere vanaque somnia ab ea removere. Diurnam vestem postquam posuerimus, nos innocentiæ immortalitatisque stola induito. Cum autem in sepulcro dormiemus, ô Domine, facito ut animæ nostræ apud te quiescant.»

NOMS DE LIEU ET DE TEMPS.

128. VERSION.

1. César a lutté à trois reprises contre ses concitoyens: en Thessalie, en Afrique, en Espagne. – 2. Scipion se rendit de la tribune aux harangues au Capitole. – 3. J´avais honte de rentrer dans cette ville, dont ces citoyens s´éloignaient. – 4. Un grand homme peut naître dans une simple chaumière. – 5. Quand César revint d´Espagne, tu t´es avancé fort loin à sa rencontre. – 6. Tu as traversé les municipes et les colonies de la Gaule avec des chaussures gauloises et un manteau. – 7. Pompée s´enfuit de son camp par la porte décumane. – 8. Tu vomissais à Narbonne sur la table des gens qui te recevaient chez eux, tandis que Dolabella combattait pour toi en Espagne. – 9. Il a dit, et vous l´avez entendu, qu´il viendrait chez moi avec des ouvriers. – 10. Antoine a fait égorger à Brindes d´excellents citoyens. – 11. N´aimes-tu pas mieux demeurer chez toi sans courir aucun risque, que d´être exposé au danger chez autrui? – 12. Alcibiade fut élevé chez Périclès. – 13. Vercingétorix est chassé de la ville de Gergovie. – 14. Crassus perdit sur les bords de l´Euphrate et ses aigles et son fils et son armée. – 15. J´étais chez Valérius, attendant un vent favorable, quand nos concitoyens de Rhegium vinrent me trouver.

129. THÈME.

1. Deus, cui sacrifico, inter pastores in præsæpio natus est. – 2. Statim in navem excipitur. – 3. Ibimus, o Domine, quo ire volueris. – 4. Dum Telemachus Lacedæmone moratur, Ulysses ex insula Calypsus proficiscitur. – 5. E meo regno exire propera. – 6. Hac obscura via ad Plutonis regiam proficiscere. – 7. Parvi sunt foris arma, nisi est consilium domi. – 8. Eam rus ad parentes remittit. – 9. Decem tribus Niniven traductæ sunt. – 10. Athenis olim orator quidam, qui suam patriam in periculo versari videret, in contionem statim ascendit. – 11. Telemachus narravit quomodo Tyro profectus esset et in insulam Cyprum pervenisset. – 12. Lazarus, vir bonus, Bethaniæ mortuus est. – 13. Maria domi sedebat. – 14. Phaselidem appellitur, in parvam urbem, ubi incolæ, qui bello pauci superfuerant, non timendi erant. – 15. Reliquam vitam Selinunte, in Siciliæ urbe, egit. – 16. Consul statim ad Lilybæum progressus est. – 17. Ad omnes suos socios Syracusani legatos miserant, ut militum delectus haberetur.

130. VERSION.

1. L´île de Delos est située dans la mer Egée. – 2. Il était arrivé à Rome ce jour-là même pour la première fois. – 3. Les vents me poussèrent de Sicile vers Leucopétra, promontoire situé sur le territoire de Rhégium. – 4. On le porta à travers la ville dans une litière fermée, comme un mort. – 5. Le roi des Véiens fit périr à Fidène quatre ambassadeurs du peuple romain. – 6. Et que dire du retour de Narbone? – 7. Tu es revenu en vainqueur de Thessalie à Brindes à la tête des légions. – 8. César revint d´Alexandrie très heureux, du moins se considérant comme tel. – 9. Chez toi, tout était à vendre. – 10. Antoine revenait souillé du sang de ses concitoyens qu´il avait fait mettre à mort à Suesse et à Brindes. – 11. L. Vitellius acclimata les figues de Syrie dans sa propriété d´Albe. – 12. Lorsqu´il partit pour Rome et qu´il approcha d´Aquinum, une grande multitude s´avança à sa rencontre. – 13. Aristide assista au combat naval de Salamine. – 14. Trois routes conduisent à Modène. – 15. Tu as osé parler contre moi devant le sénat? – 16. Il était doué d´une intelligence très remarquable. – 17. Timoleon mit en déroute une armée considérable de Carthaginois sur les bords du Crimèse.

131. THÈME.

1. Maria in candido solio sedet: omnes totius orbis terræ gemitus ad solium illud per arcanas vias ascendunt. – 2. Turbinibus duobus similes per agitatos sentes currunt. – 3. Haud pauci Carthaginienses Syracusis habitabant. – 4. Phocii primam suam coloniam Massiliam deducebant. – 5. Coloniæ, quæ Corintho profectæ erant, Syracusas in Sicilia condiderunt. – 6. Quibusdam tria sunt nomina: aliud ruri, aliud in urbe usurpant. – 7. Sempronius summa vi bellum Lilybæi, in locupleti Siciliæ urbe, comparaverat. – 8. Inter captives qui Carthagine Nova in victoris manus devenerunt, quindecim fuere senatores. – 9. A Thebis ad Mantineam omnia deserta erant. – 10. Hamilcar apud Himeram a Gelone devictus erat et occisus. – 11. Sic Pœnorum ille dux, paulo ante tam superbus, a Syracusis discessit. – 12. Ab illo rege digressus est, ut Græciam iterum viseret. – 13. Homo miser sum, quem domi suæ misericordia commotus educavit. – 14. Hannibal, qui ad Prusiam Bithyniæ regem confugerat, veneno sumpto Romanes frustratus est.

132. VERSION.

1. On buvait chez Antoine durant des journées entières. – 2. Voilà vingt ans déjà que je fais la guerre aux mauvais citoyens. – 3. Depuis lors, voilà vingt-deux ans que Mithridate règne. – 4. César resta deux jours en cet endroit. – 5. Socrate demeura trente jours en prison en attendant la mort. – 6. Thémistocle se conduisit en grand homme durant cette guerre, et durant la paix il ne se montra pas inférieur. – 7. Je t´ai écrit cette lettre le jour de mon anniversaire. – 8. Ils seront là demain à la troisième heure. – 9. Alexandre n´est-il pas mort dans sa trente-troisième année? Pour être consul, il faudrait dix ans de plus. – 10. Ce qui avait coûté de nombreux mois de travail fut anéanti en un instant. – 11. César parvint à Orléans en deux jours. – 12. Chose incroyable, Hannibal parvint à Hadrumète en deux jours et deux nuits. – 13. En trois heures, l´armée de Flaminius fut taillée en pièces et lui-même tué. – 14. Il est arrivé, il y a quelques jours, un fait analogue. – 15. Le roi invite Sylla à revenir dix jours plus tard: il donnera, dit-il, sa réponse ce jour-là. – 16. Il appartient à votre sagesse, pères conscrits, de prendre des mesures pour l´avenir. – 17. Camille fit annoncer une levée pour une date déterminée.

133. THÈME.

1. Lupus totos dies noctesque vagatur. – 2. Postquam decem annos servieramus, felici quodam casu libertatem recuperavimus. – 3. In nostra urbe diu mansisti? Duos annos (ou biennium). – 4. Sine ulla intermissione quatuor præterea dies noctesque pugnare possum. – 5. Quintum jam diem insula litusque eo strepitu tremunt. –6. Duobur jam mensibus (Gr. § 198*) domo non exivi. – 7. Cum nondum quindecim annos natus essem, me jam montes et silvæ et flumina magis quam regum aulæ delectabant. – 8. Tertio die ex mortuis resurgit. – 9. Æsopixs ducentis annis ante Romam conditam natus est. – 10. Scio te proximo anno maledixisse mihi. – 11. Eodem fere tempore Ninive condita est. – 12. Tribus diebus Homeri Iliadem legere volo. – 13. Hæc mille sescentis quinquaginta sex annis acta sunt. – 14. Hujus patriarchæ domus in magnum populum brevi tempore crevit. – 15. Vir ille ante hos sexdecim annos in mari cum liberis et uxore interiit. – 16. Post biduum sine onere ambulavit. – 17. Nunc plane meus sum in reliquum diem.

134. VERSION.

1. Malgré la présence des ambassadeurs, le siège ne se ralentit pas un instant. – 2. César dit qu´il tâcherait de ne pas s´absenter de son camp plus de trois jours. – 3. Le roi des Carnutes, qui était sur le trône depuis déjà deux ans, fut tué par ses ennemis. – 4. L´Italie souffrait depuis onze ans de la guerre soutenue contre les Carthaginois. – 5. Durant la nuit on vit dans le ciel des lumières et des flammes. – 6. Ce jour attira un concours de peuple presque plus considérable que celui qu´attira l´entrée triomphale de Scipion à Rome après ses victoires sur Syphax et sur les Carthaginois. – 7. Nous serons libres d´ici peu. – 8. César parvint le second jour à la ville des Senones, nommée Vellodunum. Il l´investit en deux jours; le troisième jour les assiégés lui envoyèrent des députés pour traiter de la capitulation. César réclama six cents otages. – 9. Les grands arbres mettent bien du temps à croître: ils sont déracinés en une heure. – 10. Les Macédoniens ajoutèrent en peu de temps à l´empire de la Grèce la possession de l´Asie, conquise par eux. – 11. Il y a environ vingt ans, dans ce temple même, j´ai déclaré que la mort d´un homme qui a été consul ne saurait paraître prématurée. – 12. Dion mourut quatre ans après son retour du Péloponnèse en Sicile. – 13. Les hommes ont su prédire les éclipses de soleil et de lune pour toute la suite des temps.

135. THÈME.

1. Picrocholus consilio advocato totam noctem deliberavit. – 2. Totum diem in area laboraverat. – 3. Hæc urbs in litore maris amplius sescentos annos mansit. – 4. Vides hunc puerum? nondum sexdecim annos natus est. – 5. Jam quartum diem filii reditum exspectat. – 5. Quot annos natus es? Octoginta annos natus sum, respondit senex; uxor mea ante hos septem annos mortua est. – 7. Proxima nocte fortissimum gallum suffocavit, qui singulis horis cantabat. – 8. Annis quadringentis sex et viginti post diluvium Deus sibi populum seponere cœpit. – 9. Una nocte immensæ illæ copiæ perierunt. – 10. Uno die opes nostras omnes ne devoremus. – 11. Ante sex et triginta annos Cyrum adhuc juvenes secutus erat. – 12. Mihi suadet ut victus ratione quadam utar, qua fortasse post biennium sanus fiam. – 13. Græcia, in qua nata es, te in omne posterum tempus amisit. – 14. Hæc omnia libens curabam, quia in uliud tempus eu differre poteram. – 15. Sexaginta annos nata esse videtur.

136. VERSION.

1. Pendant ces opérations de César, Labienus qui venait de recevoir des renforts d´huile, les laisse à la garde des bagages à Agendicum, et part pour Lutèce. – 2. Prête-moi un peu d´attention et, pour un instant, tâche de te mettre dans l´état d´esprit d´un homme sobre. – 3. Claudius, outré des crimes des décemvirs, s´était retiré à Régille, son pays d´origine. – 4. Roscius n´est pas venu à Rome depuis bien des années. – 5. Depuis bien des années, il n´y avait pas eu de conflit entre les magistrats patriciens et les tribuns. – 6. D´ici deux ans tu détruiras Carthage. – 7. Depuis quatre mois déjà, je soutiens un siège, moi qui suis l´allié et l´ami du peuple romain. – 8. A Caudium nos légions passèrent sous le joug. – 9. Grâce au combat livré à Nole par Marcellus, le peuple romain reprit courage pour la première fois depuis le désastre de Cannes. – 10. Je n´ai pas l´intention de vanter les éminents services de Pompée durant la paix comme durant la guerre, sur terre comme sur mer. – 11. Bien que la bataille d´Artémisium fût restée indécise, les Grecs n´osèrent pas demeurer au même endroit. – 12. Quand Tullius sera revenu de la campagne, je te l´enverrai.

137. THÈME.

1. Diu in litore maris in Syria erravit. – 2. Eum terra marique etiamnunc errare patior. – 3. Carthaginienses e tota Sicilia exibunt. – 4. Quid agebas æstivo tempore? – 5. Talpæ rostrum puncto temporis densissimum solum perfodit. – 6. Ante hos sex menses medici omnes de muliere quadam desperabant. Jam septimam horam mortua esse credebatur, cum hic homo, quem dicimus, invitus ad eam ductus est; in mulieris os guttulam infudit, et puncto temporis illa e lectulo surrexit. – 7. Miseri illi homines Gelam, in urbem proximam, pervenerunt. – 8. Post nobilem illam cladem, quam Athenienses apud Syracusas acceperant, Segestani Carthaginiensium auxilium imploraverunt. – 9. Hamilcar sine mora ad Tunetem profectus est. – 10. Crus domum meam venito. – 11. Volo usque in nonum diem satiari. – 12. Agri jam amplius annum a cultoribus deserti fœdum aspectum præbebant.

138. EXERCICE.

I. 1. Il n´y avait, entre le Jura et le Rhône, qu´un chemin étroit et difficile, par où les voitures pouvaient à peine passer une à une. – 2. Je savais bien (et c´est ce qui est arrivé) qu´après sa mort personne ne pourrait plus m´instruire. – 3. Rome est digne d´être le rendez-vous de tous les dieux. – 4. Vous avez devant vous des représentants de ce peuple Athénien qui a, croit-on, donné naissance à la civilisation, à la science, à la religion, à l´agriculture, au droit civil, aux lois. – 5. César souhaitait une nouvelle guerre, qui ferait briller ses talents. – 6. Il a tué celui qui lui avait donné le jour.

II. 1. Lautissimas epulas eis apposuit, quo Phryx ille vocatus est. – 2. Alveare respublica est, ubi quisque Semper communi utilitati inservit. – 3. Placidum (noctis) tempus erat, quo ad potum eunt leones. – 4. Solus supersum, in quo regiæ dignitatis vestigia inveniri possint. – 5. Sua cuique libido est, ad quam semper inclinat animus. – 6. Medicinam relinquamus, cui non credis. – 7. Ille, apud quem apponitur cena, sine dubio Amphitryon est.

139. VERSION.

Une désillusion de Cicéron. – Je m´imaginais qu´à Rome on ne parlait que de ma questure. J´avais en effet envoyé, dans un temps où les denrées étaient fort chères, une grande quantité de blé. J´avais semblé aux hommes d´affaires complaisant, aux marchands équitable, à nos concitoyens généreux, à nos alliés désintéressé et tout le monde m´avait jugé fort empressé à remplir mes devoirs. Les Siciliens avaient imaginé pour moi des honneurs jusque-là inouïs. Or voici qu´à mon retour de cette province, je vins à passer à Pouzzoles, dans la saison où les gens les plus distingués s´y trouvent en grand nombre. Je faillis tomber de mon haut quand j´entendis quelqu´un me demander quel jour j´avais quitté Rome et s´il y avait du nouveau dans cette ville. Je répondis que je revenais de remplir des fonctions en province. «Mais oui, par Hercule, me dit-il, et c´est, je crois, l´Afrique.» Sentant ma bile s´échauffer, je lui dis: «Nullement, c´est la Sicile.» Alors un autre, avec des airs d´homme bien informé, intervint: «Eh quoi! dit–il, ne sais-tu pas qu´il a été questeur à Syracuse?» Bref, ma bile se calma et, à partir de ce moment, je me donnai comme venu là en simple baigneur. Mais peut-être ai-je retiré de cette mésaventure plus de profit que si tout le monde m´avait complimenté.

Commentaire. – 1. On dit loqui aliquid ou plus souvent de aliqua re, les deux constructions sont réunies dans la première phrase de la version. – 2. Demander un renseignement: quærere aliquid ex (ab) aliquo; demander une faveur: petere aliquid ab aliquo. – 3. Num dans l´interrogation indirecte signifie si; il n´attend pas alors nécessairement, comme dans l´interr. dir., une réponse négative (Gr. § 256*). – 4. Cette mésaventure. – 5. Haud scio an doit se traduire par peut-être (Gr. § 256*).

Questionnaire. – 1. Cicero existimabat Romæ omnes de quæstura sua loqui. – 2. Quo die Roma exisset, num quid in ea esset novi. – 3. Lilybæi, in Sicilia. – 4. Quia homo ille nesciehat in qua urbe Cicero quæstor fuisset. – 5. Quia omnes id nescire seque minus notum esse quam putavisset, intellexit. – 6. Quia ea re quam difficile esset oculos civium in se convertero intellexit.

140. THÈME.

La mort du chien Coclès. – Canis pictorque postquam biennium hoc modo vixerant, anno tertio Cocles in eum morbum incidit qui difficillime depelli potest: senectutem dico. Itaque ejus eum dominus, cum domi suæ morientem videre nollet, sub noctem in pontem duxit, ubi biennio ante invenerat. Quo cum advenisset, canem febri (ou febre) (Gr. § 20, 2°) trementem violenter arripuit et in flumen abjecit. Cocles quidem nullum gemitum edidit nec quicquam est auditum præter subsurdum corporis in aquas cadentis sonum. Cum autem juvenis, quem facti paulum pudebat, pronus in amnem despexisset, ejus petasus vento abreptus est. Domum igitur mæstus rediit. Cum jam unam horam ferme in lectulo jaceret, januam leniter pulsari audiit surrexitque ut aperiret. At ecce Cocles in limine aderat, petasum dentibus tenens, pilis aqua diffluentibus, cruentato capite. Tunc juvenis, correpto petaso, canem complexus est. Cocles autem postremum dominum aspexit, clamoreque edito (lætitia an mæstitia incertum) exspirans collapsus est.

RÉCAPITULATION SUR LA SYNTAXE DES COMPLÉMENTS.

141. VERSION.

1. Les Grecs surpassaient les Romains dans tous les genres littéraires. – 2. Timoléon pensait que les dieux intervenaient dans toutes les affaires humaines. – 3. Antigone déclara qu´il ne ferait aucune violence à un homme dont il avait été autrefois l´ami. – 4. Le peuple d´Athènes vota l´érection de trois cents statues en l´honneur de Démétrius. – 5. Connais-tu un séjour plus agréable qu´une belle propriété à la campagne? – 6. Jamais personne dans aucun art n´a acquis une renommée comparable à celle d´Hippocrate dans la médecine. – 7. Le dictateur partit de Rome avec une armée considérable. – 8. A l´arrivée de Lucullus, les troupes de Mithridate étaient complètement équipées. – 9. La rapidité d´Agésilas sauva les Lacédémoniens. – 10. Sa conduite fut admirable durant la paix comme durant la guerre. – 11. Aucun fléau n´a coûté plus cher au genre humain que la colère. – 12. Il est parti sans me prévenir, et voilà trois mois qu´il a disparu. – 13. En commençant un discours, je pâlis et je tremble de tous mes membres. – 14. Les médecins pensent que découvrir la cause d´une maladie, c´est découvrir le moyen de la guérir. – 15. Les astres accomplissent leur révolution avec une rapidité merveilleuse.

142. EXERCICE.

1. Romanes (complément d´obj. dir.). – 2. Rerum humanarum (génitif partitif ou d´espèce). – 3. Cui (datif de rapprochement). – 4. Demetrio (datif d´intérêt). – 5. Rure beato (abl. de comparaison). – 6. Ulla arte, medicina (abl. de moyen). – 7. Ingenti exercitu (abl. de circonstance ou d´accompagnement). – 8. Adventu (abl. de temps). – 9. Saluti Lacedæmoniis (double datif: dat. d´intérêt et dat. de destination). – 10. Domi militiæque (génitif remplaçant le locatif). – 11. Pluris (gén. de prix).– 12. Menses tres (acc. de durée). – 13. Omnibus artubus (abl. de relation). – 14. Causa inventa (abl. absolu). – 15. Celeritate mirabili (abl. de manière).

143. THÈME.

1. Æsopus ad pedes ejus se projecit. – 2. Hoc de illo hospite narratur. – 3. Aquila publicum anulum, quem abstulerat, in servi cujusdam sinum dejecit. – 4. Aquarum, quæ per prata currunt, strepitu somnum juvante dormit. – 5. Magistratus in carcerem se contulerunt ut eum e catenis solverent. – 6. Rivus, e summa rupe præcipitans , magno æstu cadebat. – 7. Ex his incolis undique collectis maxima multitudo conflata est. – 8. Nunc nulla re nisi voce homines cognoscere possum. – 9. His dictis, ursus in proximam silvam abit. – 10. Eodem furore (incensi) ad aram ruunt. – 11. Ad cenam vocatus est. – 12. Irene se Epidaurum magno sumptu confert. – 13. Opto ut in (mieux ex) duobus tuis prædiis uberes fructus percipias. – 14. Dii, o Telemache, a te plus quam ab Idomeneo exigent. – 15. Incredibiles de ejus morte rumores sparguntur. – 16. Poterone ex te scire quid de me dicant homines?

144. VERSION.

1. Pythagore se rendit à Babylone pour y étudier l´astronomie, de là il gagna la Crête et Lacédémone. – 2. Il faut neuf journées de marche à un homme alerte pour traverser la forêt Hercynienne. – 3. Prenez garde qu´en voulant obtenir une paix immédiate vous ne la perdiez pour toujours. – 4. Les Numides se mettent à injurier les Romains, à reprocher à Marius sa lâcheté, à menacer nos soldats de la servitude. – 5. Une liberté excessive a comme conséquence une sujétion excessive pour les individus comme pour les peuples. – 6. Assez souvent de grands coupables se sont soustraits à une condamnation en donnant de l´argent. – 7. Le Nil, sorti d´une source inconnue, traverse des pays déserts et brûlés par le soleil. – 8. Les gens de bien évitent le mal par amour de la vertu. – 9. Celui-là est riche, qui possède assez de bien pour ne rien souhaiter de plus. – 10. L´Inde produit le tigre, animal d´une rapidité effrayante. – 11. Personne, dans ce pays, ne possède un domaine plus fertile, ni d´une valeur supérieure. – 12. Heureux les marchands! dit le soldat épuisé par ses campagnes. – 13. O veilles passées dans les larmes! O nuits affreuses! – 14. Carthage fut fondée quatre-vingt-deux ans avant Rome. – 15. Ceux qui ont mal vécu, se repentent de leurs fautes.

145. EXERCICE.

1. Babyloniam, Cretam, Lacedæmona (acc. de but). – 2. Iter (acc. d´extension dans l´espace). – 3. Præsentis pacis (gén. possessif). – 4. Romanis, Mario, militibus (dat. marquant opposition, hostilité). – 5. Populis et privatis (dat. d´intérét, de désavantage). – 6. Judicio (abl. d´éloignement; cas douteux, car on peut l´entendre comme abl. de circonstance, cf. defendere judicio, défendre en justice, on aurait ici: être acquitté en justice). – 7. Fontibus (abl. de provenance). – 8. Amore (abl. de cause). – 9. Cui (dat. de possession). – 10. Velocitatis tremendæ (gén. descriptif). – 11. His regionibus (abl. de lieu). – 12. Membra (acc. de relation, marquant l´extension). – 13. Vigilias, noctes (acc. d´exclamation). – 14. Annis (abl. de différence). – 15. Peccatorum suorum (gén. de cause).

146. EXERCICE.

ACCUSATIF. – Complément d´objet direct (141, 1). – Direction vers un but (144, 1). – Extension dans l´espace (144, 2); dans le temps (141, 12); figurée (144, 12). – Exclamation (144, 13).

GÉNITIF. – Possession ( 144, 3). – Division (141, 2). – Description (144, 10). – Cause (144,15). – Prix (141, 11). – Remplaçant le locatif (141, 10).

DATIF. – Rapprochement ou opposition (141, 3; 144, 4). – Possession (144, 9). – Avantage ou désavantage (141, 4; 144, 5). – Destination ou effet (141, 9).

ABLATIF (Proprement dit). – Eloignement, séparation (144, 6; mais voir 145, 6). – Provenance (144, 7). – Comparaison (141, 5).

ABLATIF (instrumental). – Moyen (141, 6). – Cause (144, 8). – Point de vue (141, 13). – Différence (144, 14). – Manière et circonstance (141, 15 et 7).

ABLATIF (remplaçant le locatif). – Situation dans le lieu ( 144, 11). –Situation dans le temps (141, 8). – Ablatif absolu (141, 14).

147. THÈME.

1. Leves umbras, quæ eum circumvolant, gladio submovet. – 2. Turris, quæ arietibus jamdiu quatiebatur, horrendo fragore corruit. – 3. Romulus inter pastores duriter educatus est. – 4. Persæ magno illo apparatu populos terrebant. – 5. Multi cum eo sepeliri volebant. – 6. Cum advenimus, multo honore excepti sumus. – 7. Merito ingeniosum Vergilii argumentum omnes admirantur. – 8. Gelo omnes cives cum armis (ou armatos) ad contionem venire jussit. – 9. Heri ossa mea in auream urnam ingenti apparatu condita sunt. – 10. Cum mæstitia (ou mieux mæsti) serviunt, nec ulla eis spes reliqua est. – 11. Ceres aliquando cum anguilla et hirundine iter fecit. – 12. Tuis verbis precamur, tuis lacrimis flemus, tuis cantibus deum invocamus. – 13. Cum militibus nostris bellicam gloriam communicare debemus. – 14. Urbem nostram non auro, sed ferro defendimus.

148. VERSION.

1. La discorde fait apprécier les avantages de la concorde. – 2. On ne voudrait pas être leur patron, à plus forte raison leur client.– 3. Ne serait-ce pas le comble de l´inconstance que de vouloir conclure immédiatement la paix avec celui que vous venez de déclarer votre ennemi. – 4. Le courage de Pompée faisait redouter à l´étranger le peuple romain, sa justice le faisait aimer. – 5. César, par son initiative personnelle, a délivré l´État de ce fléau. – 6. La jeunesse a conservé ce genre d´amusement qui vient des Osques. – 7. Je souhaite que vous ameniez de si bons maîtres que l´on vienne des villes voisines étudier chez nous. – 8. Ils implorent votre secours et celui des lois romaines. –9. Il n´est pas facile d´expliquer pourquoi nous sommes en désaccord avec eux. – 10. Autrefois on allait chercher des consuls parmi les laboureurs. – 11. L´armée se trouva affligée d´une grande disette, au point que le blé manqua pendant plusieurs jours; cependant on n´entendit parmi les soldats aucun murmure indigne de la grandeur du nom romain. – 12. La liberté qui y règne est si complète que les chiens, les chevaux, les ânes s´y promènent en vous obligeant à leur céder la place. – 13. Tibère demanda pour Germanicus l´autorité proconsulaire.

149. VERSION.

Le vétéran de Jules César. – Un vétéran, dont le caractère était assez emporté, plaidait un jour contre ses voisins devant Jules César. «Te souviens-tu, dit-il, général, que tu t´es tordu le pied en Espagne auprès du Sucron?» César répondit qu´il s´en souvenait. «Te souviens-tu, continua le vétéran, que, pour éviter les rayons d´un soleil brûlant, tu voulus t´asseoir sous un arbre qui donnait très peu d´ombre, et que, le sol étant pierreux, un de tes soldats mit sous toi son manteau?» César répondit: «Pourquoi ne m´en souviendrais-je pas? Et même, souffrant de la soif et ne pouvant, à cause de mon pied blessé, aller jusqu´à une source voisine, je me disposais à m´y traîner sur les mains, quand ce soldat, homme de courage et d´action, m´apporta de l´eau dans son casque». – «Général, dit l´autre, pourrais-tu reconnaître cet homme ou ce casque?» César répondit qu´il ne pourrait reconnaître le casque, mais qu´il reconnaîtrait fort bien l´homme, et il ajouta: «En tous cas, ce n´est pas toi.» – «César, répliqua le vétéran, je comprends que tu ne me reconnaisses pas. Car, quand ce fait eut lieu, j´avais tous mes membres. Plus tard, à la bataille de Munda, je perdis un œil et l´on dut me retirer des os de la tète. Tu ne pourrais non plus reconnaître le casque, si on te le montrait, car il a été fendu en deux par l´épée d´un Espagnol.» César fit cadeau à. son vétéran des champs où passait le sentier qui était l´occasion du procès.

Commentaire. – 1. Paulo est un ablatif de différence. Gr. § 137. – 2. Le comparatif sans complément se traduit ici par assez, passablement. Gr. § 130. – 3. Paululum umbræ, minus umbræ, minimum umbræ. Gr. § 91, c. – 4. A la règle unus militum ou ex militibus. Gr. § 159. – 5. Nisi: si…​ ne…​ pas, sinon, à moins que. – 6. Datif d´intérêt (marquant avantage ou désavantage). Gr. § 173. – 7. Devant, auprès de Munda: pour marquer le voisinage le latin emploie une préposition devant les noms propres de villes. Gr. § 197, 1°.

Questionnaire. – 1. In Hispania circa Sucronem. – 2. Quia talum torserat et sol ferventissimus erat. – 3. Quia locus asperrimus erat. – 4. Propter pedem impeditus oral. – 5. In galea. – 6. Quia oculus illi effossus et ossa e capite extracta fuerant. – 7. Quia machæræ ictu divisa erat. – 8. Agellos, in quibus vicinalis via causa litium fuerat.

150. THÈME.

Le combat du ceste. – Cæstu operosius depugnavi. Etenim hoc pugnandi genere Samii cujusdam divitis filius tantam famam adeptus erat, ut ei omnes palmam sponte deferrent: solus me vincere posse speravi. Primum mihi caput, deinde pectus ita percussit ut sanguis mihi ex ore flueret et oculis densa caligo obtenderetur. Me titubantem ita urgebat ut vix spiritum ducere possem. Mentoris autem voce sum recreatus, cum me his verbis hortaretur: «Fili Ulyssis, tene vinci posse?» Ira vires reficiente, nonnullos ictus effugi, quibus elisus essem; et cum jam pedem referret, cæstum altius sustuli, quo violentius eum opprimerem. Quem ictum cum vitare vellet, titubavit mihique sui prosternendi occasionem dedit. At ei, ut statim humi procubuit, manum porrexi ut eum attollerem; ipse autem pulvere et sanguine perfusus assurrexit, et, quamquam pudore summo affectus, pugnam tamen renovare non ausus est.

151. VERSION.

Éloge de la vie champêtre. – Heureux celui qui, loin des affaires, à l´exemple des premiers humains, cultive avec ses bœufs les champs de ses pères, exempt des soucis de l´usurier. Il n´est point, comme le soldat, réveillé par le signal belliqueux de la trompette, il ne redoute pas le courroux de la mer, il fuit les tribunaux et les fastueuses demeures des citoyens puissants. Mais aussi, quand les rejetons de la vigne ont grandi, il les marie aux peupliers élevés; avec sa serpe, il tranche les rameaux stériles pour en greffer de plus féconds; ou bien, il regarde errer dans un vallon solitaire ses troupeaux mugissants; il presse son miel et le range dans des amphores bien propres ou bien tond ses timides brebis. Et quand l´automne lève dans nos vergers sa tête ornée de fruits mûrs, quel plaisir pour lui de cueillir la poire sur l´arbre qu´il a greffé ou la grappe dont le coloris le dispute à la pourpre. Il aime à se reposer à l´ombre d´un vieux chêne ou sur le gazon épais, tandis que le ruisseau coule doucement dans son lit profond et que les oiseaux gazouillent dans les bois.

Commentaire. – 1. Ut avec l´indicatif: comme, de même que, dès que; sans verbe: comme, de même que. Gr. § 99 bis. – 2. Comme, pour, en qualité de: miles, en qualité de soldat, comme (le) soldat. Gr. § 101*. – 3. Prospectare (regarder de loin) aliquem aliquid facientem, Gr. § 224. –4. Oui, parfois en poésie: certantem et pour et certantem. – 5. Modo répété signifie tantôt, tantôt; on emploie aussi tum…​, tum; nunc…​, nunc. – 6. Condit mella amphoris (pour in amphoras); arvis (pour in arvis); ripis (pour inter ripas). – 7. Queror, eris, questus sum, queri, se plaindre; quæro, is, quæsivi, situm, ēre, chercher, demander.

Questionnaire. – 1. Illo qui paterna rura bobus exercet, suis.– 2. Classico. – 3. Ut feliciores inserat. – 4. Errantes boum greges. – 5. Quia tondenti resistere non possunt. – 6. modo sub antiqua ilice, modo in tenaci gramine. – 7. In silvis.

152. THÈME.

La retraite de Russie. – Exercitus frigidissima, caligine circumfusus procedit: quæ primum densior facta, mox, immensæ nebulæ instar terris paulatim incumbens, in eum crassas nivis glebulas effundit. Mutato rerum aspectu, milites ire pergentes, neque ubi sint scire, nec quo tendant videre possunt: omnia enim incedentibus obstant. Tunc nox appetit: sed omnia operiente nive, nemo locum reperit in quo consistere vel sedere vel quiescere vel radices, quibus vescatur, siccaque ligna quibus accendatur ignis, colligere possit. Considere tamen conantur, sed, tempestate nunquam remittente, primi excubiarum apparatus disjiciuntur. Abiegna ligna, gelu obducta, flammis admotis ignem non concipiunt…​ Cum tandem flamma. oborta est, præpositi militesque infelices epulas coquere cœperunt: laceras nempe cruentasque carnes, quas cæsorum equorum corporibus detraxerant. Postridie vero, rigida, militum cadavera, in orbem jacentia, quibus in locis excubuissent, ostenderunt. Loca autem omnia circa multorum millium equorum corporibus constrata erant.

SYNTAXE DU VERBE DANS LA PROPOSITION SIMPLE

EMPLOI DES MODES ET DES TEMPS.

153. VERSION.

1. Darius fit faire un pont sur le Danube pour faire passer ses troupes. – 2. Pompée l´avait prévu, et, dans les jours précédents il avait fait réquisitionner et amener tout le blé par ses cavaliers. – 3. Parfois les douleurs se mêlent à la joie. – 4. Il s´agissait, je pense, d´une affaire importante. – 5. De nouveau je me promène, je m´exerce, je me baigne. – 6. Bien des gens, épris de tranquillité, se sont retirés des affaires publiques et se sont réfugiés dans la retraite. – 7. Le Nil, violent et rapide, se précipite à travers des passages étroits. – 8. Il vaut mieux se fier au courage qu´à la fortune. – 9. Dans cette maison de campagne, à partir de la troisième heure, on buvait, on jouait, on vomissait. – 10. On ne peut se dispenser de citer la légion de Mars. – 11. Il faut secourir D. Brutus; il faut réunir de toutes parts des troupes. – 12. Si tu veux que je pleure, il faut d´abord que tu sois toi-même affligé. – 13. On admire à bon droit tout ce qui est excellent. – 14. Les esclaves d´un Sicilien furent soupçonnés de conjuration. – 15. Une décision trop prompte est suivie de repentir. – 16. Le peuple romain les soupçonne d´avoir peur.

154. THÈME.

1. Salomonis igitur, inquit, templum ædificabo? – 2. Fluctuum vix leve murmur audiebatur. – 3. Lasthenem quærimus, hominem divitem, qui propter amplissimas opes beatissimus habetur. – 4. Ceres a Parcis exorata est. – 5. Erecto gradu incedebat tintinnabulumque jactabat. – 6. Surgo et ad ea loca, unde mirabiles illi concentus reddebantur, accedo. – 7. Scis quo hoc appelletur nomine? – 8. Interea mel corrumpitur; postulat tempus ut festinet judex. – 9. Video remedio opus esse. – 10. Quid? Nonne moriendum est? – 11. Nulli parcitum (ou parsum) est; – 12. Fatendum est Carthaginienses semper in magna doctorum hominum inopia fuisse. – 13. Odio sum, inquit; et quibus? Omnibus. – 14. Ex urbe, comitantibus (ou sequentibus) propinquis et amicis, egressi sunt. – 15. Quam multi pauperes in oblivionem eunt (ou negleguntur)! – 16. Sunt loca quædam, quæ admirationem movent (ou moveant). – 17. Hoc perniciosum exemplum in Sicilia omnes secuti sunt.

155. VERSION.

1. Régulus a résolu de faire faire un grand nombre de statues et de portraits de son fils. Il le fait représenter en peinture, en cire, en bronze, en or. – 2. Quand Verres arrivait dans une ville, il se faisait porter en litière jusque dans sa chambre à coucher. – 3. Les médecins se porteraient mal, si tout le monde se portait bien. – 4. Ils vont se réfugier dans les villes, pour se défendre derrière des remparts. – 5. Les ennemis connaissaient la situation critique où se trouvait le camp, les légions et le général lui-même. – 6. Bien des gens sont indignes de voir le jour, et le jour se lève pourtant. – 7. Alors Xénophon, lui aussi, demeura silencieux. – 8. Voyez si vous devez hésiter à vous occuper de cette guerre avec toute la diligence possible. – 9. On accourt de tous côtés pour éteindre cet incendie qui menace tout le monde. – 10. Les tribuns et les lieutenants retenaient les soldats, conformément aux instructions de César. – 11. On autorisa le consul à lever deux nouvelles légions. – 12. Il est glorieux d´être loué; mais c´est une chose affreuse que d´être craint et haï. – 13. Sp. Cassius et M. Manlius ont été tués parce qu´ils étaient soupçonnés d´aspirer à la royauté. – 14. C´est à tort que tu as été soupçonné par Sestius. – 15. Quand Alexandre prit Thèbes, il ordonna qu´on épargnât la maison de Pindare.

156. THÈME.

1. Lycerus nec sine lacrimis nec antequam se reversurum polliceretur, eum dimisit. – 2. Mors e vestris manibus me mox eripiet. – 3. Duæ illæ amplissimæ urbes simul conciderunt. – 4. Hic rex, ut se cum divitiis suis igne absumeret, coactus est. – 5. Æsopus ei præcepit ne calamitatibus succumberet. – 6. Centurio eum verum Dei filium, esse clamat et illi, et qui adfuerant, abeuntes pectora percutiunt. – 7. Capra macrescere ejusque lac decrescere cœpit. – 8. Scelesti, prout quisque gratia floret, hodie vel condemnantur, vel judicio liberantur. – 9. Nostro hero obœdiendum est. – 10. Quanto affecti dolore fuerint miseri illi cives, facile existimari potest. – 11. In eorum urbem tibi descendendum erit. – 12. Quantum fieri potest, auxilium omnibus ferendum est. – 13. Telemachum Minerva comitatur. – 14. Hujus hominis sapientia et judicium admirationem moverunt. – 15. Qua re freti se ab æterna vindicta, quæ eis imminere dicitur, tutos esse putant?

157. THÈME.

1. Cum ver esse cœpit, in Ægyptum profectus est. – 2. O viri! in Galliis natus sum. – 3. Musas, a quibus diligebatur, ipse colebat. – 4. In maris litore senem, quem non noverat, conspexit. – 5. In campum regressus, præter salices, quæ flumen prætexebant, ambulavit. – 6. Puer juxta matrem sedens gallinæ panem objicit. – 7. Hic senex illius maris, in quo insulam illam olim innatavisse sciebat, litora mirabatur. – 8. Sic innoxia cicada, in arbuscula sedens, se cantando consolatur. – 9. Has frondes mirabatur, quas Aquilones nunquam deformare audent. – 10. Timoleon, ut suam civitatem omnes mirarentur, optabat. – 11. Has esse peregrinorum voces, qui ad prædium emendum venissent, me non fallebat. – 12. Certe terras ab hac hydra, quæ verno tempore redit, liberare debebas. – 13. Nulli rei utilis, omnibus odio sum. – 14. Pater meus materque mortui erant. – 15. Hi vero, ut jus suum persequerentur, societatem inierant.

158. VERSION.

1. Les cavaliers s´élancent en avant; ils voient combien la situation est critique. – 2. Les mères effrayées sont debout sur les remparts et suivent des yeux les escadrons dont les armures étincellent. – 3. Grâce à l´intervention de Pomptinus et de Flaccus, la bataille qui s´était engagée, cessa. – 4. Pourquoi le sénat est-il entouré d´un cordon de gens armés? – 5. Seuls parmi tous les êtres vivants, nous autres hommes, nous connaissons le lever, le coucher, la révolution des astres. – 6. Tout le genre humain est voué à la mort. – 7. Caïus Gracchus voulait étendre le droit de cité à toute l´Italie; il voulait le partage du domaine public; il prétendait interdire aux citoyens de posséder plus de cinq cents arpents; il projetait de remplir les provinces de nouvelles colonies. – 8. Les Gaulois s´étaient glissés à travers les broussailles et se disposaient à s´emparer de la citadelle. – 9. Je n´ai encore reçu qu´une lettre de toi. – 10. Je pense que tu connais ces nouvelles, mais j´ai voulu que tu les saches encore mieux. – 11. Je suis empêché par les occupations les plus absorbantes. – 12. Je n´ai rien à t´écrire; car je n´ai rien appris de nouveau et j´ai répondu hier à toutes tes lettres. – 13. Je sais qu´il n´en tirera aucun profit; mais qu´y faire? Cela le regarde; il s´en prendra à lui-même et non à moi.

159. THÈME.

1. Hannibal, frustra revocatus, suam patriam tueri non potest. – 2. Hamilcar Carthagine ingenti apparatu profectus, Panormum appellitur et ad Himeram oppugnandam procedit. Tunc Theron, qui oppidi præsidio præpositus erat, Syracusas ad Gelonem legatos mittit. – 3. Hospitis, quem quæritis, nunc venistis ad sæptum. – 4. Ah! omnia perierunt! Proditus, interfectus sum! – 5. Morior, mortuus sum et elatus! – 6. Hæc pyramis maxima arte ædificata est. – 7. Omnia in humano corpore præclarissime disposita sunt. – 8. Carthaginiensium reipublicæ status sapientissimis institutis fundatus erat. – 9. Quicumque in ejus manus venerant, feris objiciebantur. – 10. Antæus, vir liberalissimus, hospitem frustra retinebat. – 11. Plura loquebatur, sed vox eum defecit. – 12. Qui has litteras perlaturus erat, me vehementer urgebat. – 13. Dum hæc tibi scribebam, medicus cubiculum meum intraverat. – 14. Non dubitabam quin mox iter pergeres gaudiumque tibi majori levationi quam omnia remedia fore mihi persuadebam.

160. VERSION.

Le corbeau et le renard. – Certaines gens, en voulant acquérir de nouveaux avantages, perdent ceux qui leur étaient acquis. Le corbeau et le renard, ayant aperçu en même temps un morceau de viande, se précipitèrent pour s´en saisir; mais l´oiseau fut plus rapide. Fier de sa victoire et de son butin, il s´envola et alla se poser sur un chêne. Le renard alors s´approcha de l´arbre et se mit à louer le corbeau que son butin remplissait d´orgueil: «Je suis vraiment bien sot, dit-il, d´avoir voulu rivaliser avec l´oiseau d´Apollon: cet oiseau dont le corps est si bien proportionné qu´il n´est ni trop petit, ni trop grand, mais juste assez ample pour être doué à la fois de souplesse et d´élégance; ses plumes sont moelleuses, son bec solide. Et que dire de sa couleur? Le blanc et le noir étant les deux couleurs principales, Apollon les a données aux oiseaux qui lui sont consacrés: le blanc au cygne, le noir au corbeau. Si seulement il avait donné la voix au corbeau comme il a donné le chant au cygne, pour ne pas condamner un si bel oiseau à vivre privé de la voix et réduit au plus complet silence!» A ces mots, le corbeau, voulant faire retentir sa forte voix et oubliant le morceau de viande qu´il tenait, ouvrit un large bec et perdit en chantant ce qu´il avait gagné en volant; quant au renard, la ruse lui rendit ce que la course lui avait fait perdre.

Commentaire. – 1. De capio. Ces dérivés sont appelés fréquentatifs et marquent parfois une tentative, l´action étant répétée parce qu´elle n´a pas atteint immédiatement son but. Gr. § 356 – 2. L´ablatif avec lætus se rattache à la règle § 123, dignus laude; mais voir aussi § 179, gaudere bonis rebus, et § 186, lacrimare gaudio; pour l´abl. avec ovans, § 179. – 3. Parce que la prop. relative marque la cause, gr. § 329. – 4. Color est masculin, comme la plupart des noms en -or, gr. § 18*. – 5. Avec utinam et l´imparfait ou plus-que-parfait du subjonctif. – 6. Oblitus signifie régulièrement ayant oublié et se construit avec le génitif, cf. gr. § 165.

Questionnaire. – 1. Offulam. – 2. Quia sperabat se astu recuperaturum, quod cursu amiserat. – 3. Piceus et niveus. – 4. Olor candido, corvus nigro colore est. – 5. Quia clarissime clangere volebat. – 6. Amisit quod volatu pepererat.

161. THÈME.

Le jeune Bacchus et le faune. – Bacchus olim, cum puer a Sileno doceretur, in silvula quadam musas quærebat, in qua neque quicquam præter leve fontium murmur aviumque cantus audiebatur neque sol per opacas frondes perlucere poterat. Semeles filius, ut deorum linguam disceret, in angulo sub quercu vetere consedit. Juvenis autem faunus, qui haud procul ab hac sacra et antiqua quercu latebat, puero versus cantante, aurem admovebat et Sileno, quidquid ejus discipulus peccaverat, procaci risu indicabat. Simul et Naiades quoque et ceteræ nemoris nymphæ arridebant. Reprehensor quidem ihe juvenis et venustus et hilaris erat; ejus caput hedera et pampino coronatum erat, temporaque uvis ornata; sed, cum Bacchus se per jocum derideri pati non posset, eum superba subirataque voce compellavit: «Quid? Jovis, inquit, filium irridere audes?» Sed faunus, his verbis nihil motus: «Quid? Jovis, inquit, filius quicquam peccare audet?»

EMPLOI DES MODES PERSONNELS.

162. VERSION.

1. Pourquoi restes-tu devant la porte? Entre avec moi. – 2. Si tu veux n´avoir rien à craindre, crains tout. – 3. Commençons par le commencement. – 4. Que ceux qui naissent ici, soient instruits ici même. – 5. Évite la prodigalité, mais songe en même temps à éviter le reproche d´avarice: ces deux défauts nuisent à la réputation. – 6. Ne change pas d´avis. – 7. Coupe du feuillage de peuplier, d´orme et de chêne. – 8. Si tu veux que quelque chose reste secret, ne le dis à personne. – 9. Du moment que ta vie est irréprochable, ne te soucie pas de ce que disent les méchants. – 10. Si tu as des doutes sur la légitimité d´une action, abstiens-toi. – 11. Ne souhaitez donc pas des choses impossibles et, au nom des dieux immortels, pères conscrits, ne perdez pas pour toujours la paix en voulant l´obtenir immédiatement. – 12. Il m´a chassé; il me rappelle: faut-il revenir? – 13. Que faire, ô juges; où m´adresser? – 14. Que dois-je en conclure? Que je suis méprisé? Je ne vois pas ce qu´Antoine pourrait mépriser en moi. – 15. Le ciel, du moins, reste libre; c´est par là que nous partirons. A supposer que Minos soit le maître de tout le reste, il n´est pas le maître des airs. – 16. Qu´il soit un voleur, un sacrilège: soit, mais c´est un excellent général. – 17. Faut-il parler d´abord de son arrogance ou de sa cruauté?

163. THÈME.

1. Omnia festinentur et, quisquis me diligit, me sequatur. – 2. Te audio: loquere; sed ante omnia brevis esto, ne verbosus fueris. – 3. Huc redeamus: nobis multo melius erit. – 4. Aspice, soror; dic, quæso, nonne satis est?– 5. Nolite jam passim volitare; domi remanete aut cælum mutate: anatem imitamini. – 6. Cum redieris, facito me certiorem quid agas. – 7. Noli irasci. – 8. Dixi, volo, ne mihi contradixeris. – 9. Noli reputare quantum a majoribus imperium acceperis. – 10. Diutius negare noli. – 11. Noli jocari; nunc ridendi tempus non est; erubesce potius. – 12. Quid faciam, ut inveniam? Quo curram? Quo non curram? – 13. Patrem, matrem, patriam, quæ mihi etiam carior illis esse debet, relinquam? – 14. Quid faciamus? Proficiscamur? – 15. Intranti janua claudatur, iterum per fenestras intrare conabitur. – 16. Vincant: ipsa victoria peribunt.

164. VERSION.

1. Donnons le commandement à César: il n´y a que lui qui puisse maintenir l´armée et faire la guerre. – 2. Continue comme tu fais; rends ton nom immortel et méprise tout ce qui n´a que l´apparence de la gloire: considère tout cela comme éphémère, incertain et périssable. – 3. Attends-toi à être traité par les autres comme tu les auras traités. – 4. Demande-lui cette faveur. – 5. Que quelqu´un vienne vite ici. – 6. Fais balayer le sol de ta demeure, fais enlever les toiles d´araignée. – 7. Tu connais bien des jeunes gens dont les cheveux et la barbe sont luisants; ils ont l´air de sortir d´une boîte à parfums: n´attends d´eux aucun sentiment viril. – 8. Ne vous imaginez pas que les criminels aient peur des torches ardentes des Furies. – 9. Quel moyen employer pour calmer sa colère? Dois-je parler ou me taire? – 10. O Spartacus, car quel nom pourrai-je te donner? – 11. Faut-il me plaindre ou garder le silence? Dirai-je ta faute sans te nommer ou te ferai-je connaître à tout le monde? – 12. Où chercher du secours? Sur quelle aide compter? Où m´adresser? Où me réfugier? – 13. Dans ces conditions, juges, que devais-je faire? Fallait-il lutter contre un tribun du peuple? – 14. Admettons que ce soit un bienfait: où est mon ingratitude?

165. THÈME.

1. Consistamus, inquit, hoc enim perfugium tutum est. – 2. Græci quamlibet aliam prædam quærant. – 3. Modestus esto et omnibus comis; noli aliis invidere, turpe enim hoc vitium est; fidem serva; in pauperes, viduas, pupillos officiosus esto. – 4. Carpe diem, si mihi vis credere, neve in crastinum gaudia distuleris. – 5. Noli tibi persuadere pauperes Deo curæ non esse. – 6. Lasciviam vita; inanibus ludis te tradere noli. – 7. Hoc votum reddere memento. – 8. Etsi tibi dico fuisse me in fossa, noli tamen putare me in ullo periculo fuisse. – 9. Ne me cum immortalibus diis contuleris. – 10. Quam in partem me conferam, ut Deum inveniam? – 11. Quid faciam? quid dicam? Quidve consilii in tantis calamitatibus capiam? – 12. Paupertas pro ignominia est: doctus sis, sollers, virtute præditus, contemneris, nisi laudes tuæ luxu illustrantur. – 13. Accipiter in cælo appareat: hæc tam infirma mater amore fit impavida. – 14. Tempestas serena sit vel adversa: semper sub divo deambulare soleo.

166. VERSION.

1. Si seulement, Pères conscrits, j´avais pu être présent! – 2. Si seulement tu avais pu échapper aux soupçons aussi facilement que tu as évité la faute! – 3. Que tous les dieux le perdent! – 4. Pourquoi le plaisir ne pourrait-il être séparé de la vertu? – 5. Pourquoi insister sur la piété d´Atticus? – 6. Où trouveras-tu un homme qui préfère la gloire de son ami à la sienne propre? – 7. Après un tel discours, qui hésiterait à se jeter au-devant des épées ennemies et à mourir en combattant? – 8. Antoine serait-il pour notre ville un gardien, ou un pillard et un persécuteur? – 9. Qui pourrait supporter ce monstre? – 10. Assurément jamais notre cité n´aurait pu, sans la bienveillance des dieux, acquérir une telle puissance. – 11. Nous aurions dû tous en faire autant. – 12. Il serait long d´énumérer les services que nous rendent les mulets et les ânes. – 13. Je pourrais citer bien des plaisirs que nous procure l´agriculture, mais je comprends que je n´ai déjà que trop insisté sur ce point. – 14. A quoi bon rapporter les affreux assassinats, les affreux exploits de ce tyran? – 15. Tandis que toute la cité se réjouissait si fort, aurais-je dû demeurer seul dans la tristesse? – 16. Voici le conseil que je serais tenté de donner à ceux auxquels on adresse une demande. – 17. Il ne me déplairait pas d´être dans l´erreur, pourvu que ce fût en compagnie de Platon.

167. THÈME.

1. Utinam tua mox fata mutentur! – 2. Utinam diu tibi et felicitas et opes maneant! – 3. Utinam tibi credidissem, o sapientissime senex! – 4. Utinam tales nunquam calamitates accipias! – 5. Romanos paulo minus diligentes essem arbitratus. – 6. Hoc, Roderice, quis crederet? Hoc, Chimena, quis diceret? –7. Caput operi, quæso; solis enim æstus te lædere possit. – 8.Audito tantum nomine Cæsaris, vel Augusti, vel imperatoris, eorum oculos furore accendi vidisses. – 9. Tibi molesti esse nolimus; abi. – 10. Philosophus Carthaginiensis pæne pro miraculo sit. – 11. Bomilcar pugnam restituere poterat. – 12. Telemachus solus ingreditur. Quis enim mortalis eum comitari ausus esset? – 13. Primum vestræ civitatis formam servare debuistis. – 14. Quid tibi dare possunt Musæ, quæ nihil ipsæ possident? – 15. O juvenis, senectus mea tibi reverenda est; sed perfice tamen. – 16. Pœnos crediderim hoc vitium multo post concepisse (pour éviter la confusion: post hoc vitium.

168. VERSION.

1. Puisse Jupiter détourner cet affreux présage. – 2. Je souhaite que vos prières se réalisent: que le châtiment de cette folie retombe sur Antoine et sa famille. – 3. Oh! Si seulement Jupiter me rendait ma jeunesse! – 4. Plût aux dieux que L. César fût en bonne santé et que Servius Sulpicius vécût! – 5. Tu oses favoriser un ennemi? Il te fera part dans ses lettres de ses espoirs de succès? Tu oseras les montrer, les lire publiquement? Tu permettras à d´indignes citoyens de les copier? Tu encourageras ces scélérats? Tu affaibliras chez les gens de bien l´espérance et le courage? Et tu te considéreras encore comme un personnage consulaire, comme un sénateur, comme un citoyen digne de ce nom? – 6. Recevrais-je des instructions d´un homme qui méprise les instructions du sénat? – 7. Ai-je persuadé à Trébonius de le faire? Je n´aurais même pas osé lui en parler. – 8. Une conduite aussi indigne pouvait épuiser non seulement le patrimoine d´une personne, mais les ressources d´une ville ou d´un royaume. – 9. Il serait trop long de faire la liste de tous les combats. – 10. Tu aurais dû, ô Catilina, être conduit au supplice depuis longtemps par ordre du consul. – 11. Il fallait; ou bien ne pas résister, ou bien résister jusqu´au bout. – 12. Pour moi, je regarde ces gens-là non seulement comme indignes du nom d´orateur, mais encore comme indignes de paraître sur le forum.

169. THÈME.

1. Utinam triginta millia denariorum possiderem! – 2. Utinam omnes homines se fratres esse meminerint! – 3. Dii omnipotentes, utinam lacrimis nostris placemini! – 4. Utinam ovis esses, nam mihi certa esses præda. – 5. Frustra simulare velis, nam res aperta est. – 6. Hanc imaginem ambulare, vivere, jamjam locuturam esse credas. Valida manu lanceam tenet, qua Mars ipse terreatur. – 7. Num, tanquam perfidus tyrannus, mei domini regnum diripere et perdere velis? – 8.Quid! ut ei Pyrrhus succederet efficiam? – 9. Fulmen de cælo in me missum minus me terruisset. – 10. Nonne ferre potes te victum esse? – 11. Nunquam Ægyptii adeo clementem regem habuerunt: o Dii, illum hominibus aut nunquam ostendere, aut nunquam auferre oportebat. – 12. Genus humanum eo furoris progredi posse quis crederet? – 13. Vos divitiarum, quas possidetis, nihil amplius quam dispensatores esse haud affirmaverim.

170. VERSION.

Consolation à Cicéron. – En apprenant la mort de ta fille Tullia, j´ai été profondément affligé et j´ai partagé ta douleur. Si j´avais été près de toi, j´aurais été te faire part, de vive voix, de mon affliction. Je veux pourtant te communiquer une réflexion qui m´a beaucoup consolé, dans l´espoir qu´elle pourra soulager ton chagrin. A mon retour d´Asie, faisant la traversée d´Égine à Mégare, je jetai un coup d´œil autour de moi. Derrière moi était Égine, devant moi, Mégare, à ma droite, le Pirée, à ma gauche, Corinthe. Toutes ces villes ont été autrefois très florissantes: on ne voit aujourd´hui que leurs débris qui jonchent le sol. Je me mis alors à faire les réflexions suivantes: «Eh quoi! Nous autres, misérables mortels, nous nous irritons de voir l´un de nous enlevé par une mort naturelle ou violente, lorsque tant de cadavres de villes gisent en un même lieu? Veux-tu bien, Servius, te souvenir que la nature t´a fait simple mortel?» Crois-moi, cette pensée m´a considérablement raffermi. Tâche, si tu veux bien, de la méditer aussi. Enfin n´oublie pas que tu es Cicéron, c´est-à-dire un homme qui d´ordinaire conseille les autres. N´imite pas les mauvais médecins, qui se vantent de connaître la médecine quand il s´agit des maladies d´autrui et sont incapables de se soigner eux-mêmes.

Commentaire. – 1. l´antécédent a passé dans la relative, Gr. § 146. – 2. Redeuntis. – 3. De homo; homunculus est un diminutif. – 4. Non, car il faut un génitif partitif, cf. Gr. § 38*, 3°. – 5. Cum se traduit en mot à mot par alors que et parfois cette traduction se maintient dans la traduction en français correct: alors que tant de cadavres de villes, etc. – 6. Oportet discas, § 276 et 276*. – 7. C´est une proposition subordonnée dans le style indirect. Gr. § 340. Consuevi a le sens du présent: j´ai coutume, Gr. § 85*.

Questionnaire. – 1. Tulliam, Ciceronis filiam, mortuam esse. – 2. Ciceroni coram suum dolorem declarasset. – 3. Quia ex Asia redibat – 4. In alienis morbis se tenere medicinæ scientiam profitentur, sed ipsi se curare non possunt.

171. THÈME.

Philoctète supplie Pyrrhus. – Fili mi, per patris tui manes te obtestor, per matrem, per ea quæ tibi in hac vita carissima sunt, noli me in his, quæ vides, malis solum relinquere. Equidem scio quantam tibi sim molestiam allaturus; sed relictus tibi sim dedecori. Me in proram vel in puppim abjice, vel etiam in sentinam, quocumque (à cause des deux in précédents) tibi minime molestus ero. Magnanimi viri, quam honestum sit clementem esse, soli intellegunt. Noli igitur in his me desertis locis, ubi ne vestigium quidem humanum apparet, solum relinquere. Duc me in patriam tuam, aut in Eubœam, quæ ab Œta. monte et Trachine et amœnis Sperchii fluminis ripis non longe abest. Me meo patri redde! Heu! ne mortuus sit, valde timeo; ei enim, ut mihi navem mitteret, mandaveram, sed aut mortuus est aut qui se nuntiaturos mihi polliciti erant, fidem datam fefellerunt. Ad te confugio, fili; quam fragiles sint res humanæ memento; qui prospera fortune utitur, ne abutatur, timere miserisque opem ferre debet.

EMPLOI DES MODES IMPERSONNELS.

172. VERSION.

1. Selon la coutume des gens de son pays, Jugurtha allait à cheval, lançait des javelots, luttait de vitesse avec ses compagnons d´âge; il passait la plus grande partie de son temps à chasser; le premier ou l´un des premiers, il attaquait les lions ou d´autres bêtes sauvages; il agissait beaucoup et parlait très peu de lui-même. – 2. De quelque côté que tu te tournes, tu verras Dieu t´apparaître. Il remplit tout. – 3. J´ai vu tout cela en flammes, j´ai vu massacrer Priam, j´ai vu l´autel de Jupiter souillé de sang. – 4. Prusias, en accueillant Hannibal, s´était rendu suspect aux Romains. – 5. Dès la fondation de Rome, nos ancêtres s´étaient accoutumés à obéir à des rois; nous autres, depuis l´expulsion des rois, nous avons perdu l´habitude de la servitude. – 6. Les deux êtres les plus odieux qui aient paru depuis que les hommes existent (= jusqu´ici dans le monde), sont Dolabella et Antoine. –7. L´ennemi le plus redoutable est celui qui simule l´amitié. – 8. Au nom des dieux immortels, pères conscrits, ne laissez pas échapper cette occasion qui vous est offerte. – 9. César a armé les vétérans, qui n´aspiraient plus qu´au repos. – 10. Moi, j´ai établi le premier la liberté, et vous, qui l´avez reçue sans peine, vous ne voulez pas la conserver. – 11. Il vous est impossible, si vous rapportez tout au plaisir, de conserver la vertu.

173. THÈME.

1. Stagni cujusdam ripam præteriit: ranæ statim in aquas desilire et in altos suos recessus se recipere. – 2. Sic locuta est vulpes: omnes statim assentatores omnia probare. – 3. Leo eum jussit rudere: aer horrendo fremitu resonabat; omnes fugere, omnes in insidias, quæ vitari non poterant, incidere. – 4. Athenis e summa arce, solem inter duo montis Hymetti cacumina orientem vidi. – 5. Philemon, cum asinum ficus edentem vidisset, nimio risu suffocatus est. – 6. Eum morientem aspicite. – 7. Sicilia erepta eos angebat. – 8. Carthago trecentis annis post captam Trojam ædificata est. – 9. Omnes viam a Xantho inventam mirati sunt. – 10. Æsopus eos cum lignis in aqua natantibus comparavit. – 11. Pastor, in valle sedens, lunam contemplabatur. – 12. Piscator quidem pisces alere videtur, sed captos occidit. – 13. Ipso Cerbero, patentibus tribus oribus atrum virus vomente, tætriores erant.

174. VERSION.

1. Des soldats siciliens, fils de laboureurs, ont dû recourir à cette nourriture! Sous ta préture, les soldats mangeaient des racines de palmiers, tandis que les pirates mangeaient du pain de froment! O spectacle affreux! Un simple navire de pirate a pu se jouer du prestige du nom romain! Dans le port même de Syracuse, un pirate a pu célébrer son triomphe sur la flotte romaine! – 2. Il y a dans cette ville des gens qui n´ont jamais vu le lever ni le coucher du soleil. – 3. Pour la première fois, nos concitoyens virent trembler Cacus. – 4. Suppose qu´il n´en soit pas ainsi. – 5. Homère représente Polyphème conversant avec un bélier. – 6. Antoine est le seul qui, depuis la fondation de la ville, se soit fait escorter ostensiblement par des gens armés. – 7. Les Carthaginois souffraient cruellement de voir que la mer et les îles leur étaient enlevées. – 8. C´est une plus grande honte de perdre ce que l´on a, que de ne l´avoir jamais acquis. – 9. Voici ce que doivent se proposer ceux qui consolent: ils doivent chasser complètement le chagrin, ou le calmer, ou l´adoucir le plus possible. – 10. On entend tonner la voix du maître qui presse (ses esclaves), la baguette à la main. – 11. C´est parce que j´attendais ce jour, que j´ai évité les armes criminelles d´Antoine. – 12. Je connais fort bien tous les sentiments de ce jeune homme.

175. THÈME.

1. Ut canere desiit, Phœnices cum admiratione inter se aspicere. – 2. His dictis, magnus validusque leo egreditur: pastor statim delitescere. – 3. Leo exit celerique gradu venit: vir gloriosus statim aufugere. – 4. Quid? dicebat ille, tene de hominibus malis, qui beneficiis tuis in damnum tuum utentur, ita sollicitum esse? – 5. Neque lacertus, neque doctus ille vir me accedentem audierant. – 6. Audio lacertos per arida saxa reptantes. – 7. Turba feminarum liberos, quos victoris crudelitati eripere volebant, post se trahentium aspiciebatur. – 8. Quid? Mene hoc modo maledictis vexari? – 9. Visus sanguis nullius, nisi scelesti hominis, oculos delectare potest. – 10. Post confectum bellum, Carthaginienses rebellante exercitu suo pæne perierunt. – 11. Senem librum manu tenentem conspexi. – 12. Corvos in nubibus volantes alui. – 13. Ulysses a se visa prodigia narrat. – 14. In eburneis lectulis recumbentes, fluctus supra capita nostra murmurantes audiebamus.

176. VERSION.

1. Ce qui s´était passé à Orléans au soleil levant, fut connu chez les Arvernes avant la fin de la première veille. –2. Après avoir prononcé ce discours, Ambiorix se retira. – 3. Tu l´as poursuivi, l´épée à. la main, sous les yeux du public. – 4. Pendant que tu étais au gouvernail, je redoutais tous les naufrages. – 5. Le peuple romain t´arrachera un jour ces armes; fasse le ciel que nous soyons encore en vie! – 6. Orgétorix, sous le consulat de Messala et de Pison, organisa une conjuration de toute la noblesse. – 7. Les Romains pensaient que, tant qu´Hannibal vivrait, ils auraient des embûches à redouter. – 8. Tant que tu vivras, mes enfants ne seront pas orphelins. – 9. Avec de tels hommes pour nous conseiller et nous conduire, avec l´aide des dieux, avec de la vigilance de notre part et l´appui du peuple Romain, nous recouvrerons certainement bientôt la liberté. – 10. Germanicus, ne sachant pas encore que ce voyage paraissait suspect, remontait le Nil à partir de Canope. – 11. Rien ne peut arriver sans qu´une cause précède. – 12. Pomponianus, bien que le danger ne fût pas fort proche encore, avait fait transporter ses bagages sur des vaisseaux. – 13. Mon père Hamilcar alla prendre le commandement des troupes en Espagne, alors que je n´étais qu´un très jeune enfant, puisque je n´avais pas plus de neuf ans.

177. THÈME.

1. His dictis, in cælum, inspectantibus illis, ascendit. – 2. His auditis, ex iis nonnulli pavescere cœperunt. – 3. Gymnastes eos, nullo resistente, prosternebat. – 4. Ille, mutata littera, e Syro Cyrus fit. – 5. Nudo capite, ad orientem conversus, sub domestica arbore constitit. – 6. Patre mortuo, filii agrum aratro vertunt. – 7. Romani, quorum Ancus Martius rex erat, eo duce aliquot Latino rum populos in ditionem suam redigebant. – 8. Constat Carthaginem Cn. Lentulo L. Mummio consulibus esse deletam. – 9. Vix peractis sacris, Telemachus Mentorem per obscuras vicinæ silvulæ vias sequitur. – 10. Cognito exercitum fusum esse, præ dolore et desperatione conturbatio incredibilis trepidatioque facta est. – 11. Aristides, his auditis, nihil respondit.

178. VERSION.

1. Sextius, qui avait reçu de graves blessures, perdit connaissance. – 2. Après la mort d´Auguste, les consuls, les sénateurs, les chevaliers acceptent avec empressement la servitude. – 3. Certains racontent que Thémistocle, après avoir immolé un taureau, en recueillit le sang dans une coupe et qu´aussitôt après l´avoir bu, il tomba mort. – 4. Quand la piété disparaît, il est fatal que la sainteté et la religion disparaissent aussi: or, leur disparition jette un grand trouble et une grande confusion dans la vie humaine. – 5. Pourquoi ris-tu? Change seulement le nom, et tu verras que c´est ta propre histoire. – 6. Cn. Pompée eut un entretien en ma présence, entre les deux camps, avec M. Vettius, qui commandait l´armée des Marses. – 7. Mithridate, sans y avoir été réduit par la force, se donna volontairement la mort à un âge avancé, dans son royaume héréditaire, en laissant un fils pour successeur. – 8. Les navires allèrent s´échouer sur des îles lointaines et les soldats, dans ces lieux inhabités, moururent de faim. – 9. Les soldats exhortaient Germanicus à se frapper et un soldat, nommé Calusidius, lui offrit son épée nue, disant qu´elle était mieux affilée. – 10. Je ne parle de moi que quand j´y suis forcé. – 11. Nous devons choisir (comme guide) un homme de bien, pour vivre en quelque sorte sous ses yeux, et pour agir toujours comme s´il nous voyait. – 12. En achevant ces mots, Camille lâcha les rênes et, malgré elle, glissa doucement vers le sol.

179. THÈME.

1. In equorum colla proni, habenas mordicus retinentes, duabus brevibus hastis arreptis in hostem ruebant – 2. Tunc assurrexit et, oculis, quos mors obscuraverat, apertis arreptoque gladio, e sepulcro exiit. – 3. Te pugnantem militibusque me duce imperantem vidi. – 4. Nulla querela, nullo indicto bello, furenti multitudini bona Carthaginiensium diripienda concessit. – 5. Armati domibus exibant, tanquam ab hoste capta urbe. – 6. Persis, quanquam molliter viventibus, fortitudo non deerat – 7. Hamilcar, quasi clandestinis inimicorum consiliis patria ejectus, in Alexandri castra transfugit. – 8. Cognito Scipionem ad Rhodanum pervenisse, Hannibal quingentos Numidas ad Rhodani ostium misit. – 9. Nuntiato hostem in fines invasisse et magnis itineribus ad urbem properare, ingens factus est tumultus.

180. EXERCICE.

I. 1. Sur le point de conduire au combat des soldats qui vont affronter la mort pour défendre leurs femmes et leurs enfants, comment un général s´y prendra-t-il pour les exhorter? – 2. Il me semble disposé à se laisser conduire par le hasard. – 3. Il était impossible de s´emparer ouvertement de Darius, parmi tant de Perses décidés à défendre leur roi. – 4. Quand un hôte sera sur le point d´arriver, tous tes serviteurs seront sur les dents. – 5. Quintius tenait en prison beaucoup de condamnés à mort, auxquels il avait l´intention de faire trancher la tète. – 6. Ennius et Accius ont acquis une gloire destinée à durer toujours. – 7. Au moment où des soldats allaient s´ouvrir un chemin à travers une masse épaisse d´ennemis, le général leur dit: «Il est nécessaire d´aller jusque-là, mais il n´est pas nécessaire d´en revenir.»

II. 1. Hanc sacram terram in omne tempus relicturus eram. – 2. Abituri inventum thesaurum inter vos dividetis. – 3. Quæ de Carthaginiensibus dicturus sum, in duas partes distribuam. – 4. Homo cicadam ceperat: quam cum interfecturus esset: «Num quid tibi nocui, inquit?» – 5. Cur, ignobilis agricola, principem times, qui mox, levis umbra, mortuorum numerum aucturus est? – 6. Alexander Magnus hanc urbem, quam jamdiu obsidebat, mox expugnaturus erat.

181. VERSION.

Le songe d´Eudème de Chypre. – Xénophon raconte quelques-uns de ses songes qui se sont réalisés ensuite d´une façon surprenante. Dirons-nous que Xénophon ment ou que ses propos tiennent du délire? Eh quoi? Aristote, ce génie sublime et presque divin, se trompe-t-il ou veut-il tromper les autres, lorsqu´il raconte l´aventure de son ami Eudème de Chypre? Cet Eudème, se rendant en Macédoine, arriva à Phères, ville de Thessalie, alors très florissante, mais cruellement opprimée par le tyran Alexandre. Eudème tomba si gravement malade dans cette ville que tous les médecins désespéraient de le sauver. Or il lui sembla, durant son sommeil, qu´un jeune homme d´une beauté remarquable, lui disait qu´il guérirait bientôt, que le tyran Alexandre mourrait dans quelques jours, que lui, Eudème, reviendrait dans sa patrie cinq ans plus tard. Les deux premières prédictions, selon ce qu´écrit Aristote, se réalisèrent immédiatement: Eudème guérit, et le tyran fut tué par les frères de sa femme; mais à la fin de la cinquième année, au moment où, d´après les indications de ce songe, il pouvait espérer revoir Chypre, Eudème fut tué dans un combat auprès de Syracuse. L´interprétation qu´on donna alors de ce songe fut que l´âme d´Eudème, en quittant son corps, semblait retourner dans sa patrie.

Commentaire. – 1. Parce qu´il s´agit d´une interrogation (interr. double). – 2. Dans Pheras, quæ erat urbs, le relatif s´accorde avec l´attribut et par conséquent le verbe est au singulier, Gr. § 108*. – 3. Singulari vir ingenio et egregia facie juvenem. – 4. Parce que convalesco n´a pas de supin et par conséquent pas d´infinitif futur, Gr. § 342*, 2°. – 5. L´ablatif peut marquer les limites de temps dans lesquelles un fait s´est passé ou se passera, paucis diebus, d´ici peu de jours; ces mots pourraient aussi signifier depuis peu de jours, voir Gr. § 198*, aux locutions. – 6. Parce que le relatif est un simple relatif de liaison pour ex eo autem. Gr. § 340*. – 7. Perbrevi convalesces, paucisque diebus interibit Alexander tyrannus; tu autem quinquennio post domum redibis.

Questionnaire. – 1. Singulari ac pæne divino. – 2. In Macedoniam iter faciebat. Pheras venit. – 3. Pheris, in Thessalia. – 4. Ab uxoris fratribus. – 5. Quia priora evenerant, ut juvenis ille in somnis visus prædixerat, et quinque illi anni præterierant. – 6. Occidit (ou occisus est) in prœlio ad (ou apud) Syracusae.

182. THÈME.

Le réveil dans un camp romain. – Mihi diurnis laboribus confecto, per paucas tantum noctis horas defessa membra quiete reficere licebat. Sæpe autem accidebut ut, per brevem illam quietem, novæ meæ fortunæ obliviscerer, et cum, cælo (ou luce) primum albescente, in castris tubæ concinere cœperant, cum admiratione in mediis silvis oculos aperiebam. Nunquam autem sine quadam bellica alacritate lituorum concentum, rupium repercussu redditum, primosque equorum auroram consalutantium hinnitus audire potui. Tabernacula vero adhuc clausa, e quibus nonnulli seminudi milites exibant; centurionem præter arma in fasces composita, manu vitem jactante, ambulantem; immobilem excubitorem, digito ad prohibendum somnum sublato, silentium imperanti similem; equitem fluminis undas matutina luce coloratas transeuntem; immolatorem lustralem aquam haurientem; sæpe pastorem pedo innixum et bibentes oves prospectantem; hæc omnia libentissime aspiciebam.

183. VERSION.

1. Pour toi, à en croire tes meilleurs amis, tu t´exerces dans l´art de parler, non pas pour développer ton talent, mais pour dissiper les fumées de l´ivresse. – 2. Pour éviter l´envie, dissimule ta fortune. – 3. Nous avons supporté bien des choses qu´on ne devrait pas supporter dans une cité libre, les uns dans l´espoir de recouvrer un jour la liberté, les autres par un amour excessif de la vie. – 4. On accepte des souffrances pour en éviter de plus grandes. – 5. Démosthène écoutait assidûment les leçons de Platon. – 6. Q. Petilius, prêteur urbain, curieux de lire ces livres, les emprunta à L. Petilius. – 7. Le printemps fait présager les récoltes futures; les autres saisons sont destinées à les couper et à les rentrer. – 8. Le consul s´occupe de rendre les dieux favorables et de lever une armée. – 9. Pour éviter d´être considéré comme impudent, il ne suffit pas de rougir des mauvaises actions, il faut les éviter. – 10. Quand on tire trop sur la corde, elle se rompt. – 11. La courte durée de la vie est suffisante pour vivre conformément aux lois de la vertu et de l´honneur. – 12. Tu es revenu de Gaule pour être candidat à la questure. – 13. Platon a beaucoup discuté sur les conditions de la vertu et du bonheur. – 14. Il faut exercer le corps pour le mettre en état d´obéir à la raison quand on a à s´occuper d´affaires et à endurer la fatigue.

184. THÈME.

1. Ingens patriæ revisendæ cupido nos capiebat. – 2. Ad neminem, præter me, jus imperandi pertinet. – 3. Magnus ille vir, patriæ liberandæ spe amissa, quadraginta annos greges pavit. – 4. Eum, discordiarum sedandarum cupidi, regem constituerant. – 5. Scimus ubi sint silvæ, montes, loca omnia ad delitescendum accommodata. – 6. Labor eorum, qui extrahendo auro vel argente operam dabant, incredibilis erat. – 7. Mala. narrando sæpe levantur. – 8. Vitia nulla ratione, nisi fugiendo, superantur. – 9. Interdum, diligenter inquirendo, ea inveniuntur, quæ prius quærentem fefellerant. – 10. Vigilando, agendo, bene consulendo, omnia prospere cedunt. – 11. Me intuentes deliberant. – 12. Magnum periculum dormientes effugimus. – 13. Omnes in fossam ad capiendos lupos terra opertam inciderunt. – 14. Qui felicitatem suam in regendis hominibus ponit, quam insanus est! – 15. Josias in coercendis libidinibus, quæ superiorum regum impietate eruperant, occupatus erat.

185. VERSION.

1. C´est toi, Marc-Antoine, qui as fourni à César un prétexte pour déclarer la guerre à sa patrie. – 2. Il s´agit de savoir si l´on permettra à Antoine d´asservir notre pays, de massacrer les gens de bien, de réduire en servitude le peuple romain. – 3. Dion désirait vivement entendre Platon. – 4. La nature a donné à notre âme des sens capables de percevoir les choses extérieures. – 5. Le prêteur remarqua que presque tout, dans ces livres, tendait à la ruine des prescriptions religieuses; il déclara qu´il les brûlerait. – 6. Germanicus partit pour l´Égypte dont il voulait connaître les monuments antiques. – 7. Le roi, très désireux d´achever rapidement le temple, se servit pour cela non seulement de l´argent du trésor public, mais même d´ouvriers réquisitionnés dans le peuple. – 8. On avait fixé un jour pour attaquer tous les quartiers d´hiver de César. – 9. En pardonnant beaucoup, celui qui est puissant augmente encore sa puissance. – 10. La peur n´a jamais conduit personne à la première place. – 11. Les hommes, en ne faisant rien, s´habituent à mal faire. – 12. Le caractère des enfants se montre plus franchement dans le jeu. – 13. Le mot amitié est tiré du mot aimer. – 14. Quand il s´agit de recouvrer la liberté, la mort même ne doit pas faire peur. – 15. L´un cherchait des secours pour renverser la constitution, l´autre pour la sauver.

186. THÈME.

1. Deus nobis præterita repetendi, præsentia cognoscendi, futura prævidendi facultatem dedit. – 2. Latius negotiandi cupiditas augendique imperii Carthaginiensibus bellandi studium injecit. – 3. Telemachus, pugnandi avidus, sibi arma jam sumenda arbitrabatur. – 4. Huic rei dijudicandæ parum idoneus sum. – 5. Agris colendis operam dabit, cujus rei studiosissimus est. – 6. Domum recte administrando auxisset. – 7. Flumen obstabat, quod anguilla nando hirundoque volando mox transiere. – 8. Me dubitans suspiransque dimittebat. – 9. Juvantibus tenebris nando salutem repererat. – 10. Athenienses olim, a Syracusanis capti, Euripidis versus, levandæ captivitatis causa, decantabant. – 11. Undique omnes in fabricandis gladiis et galeis et scutis et omnibus quæ ad armandas naves necessaria sunt, occupati erant. – 12. Romani, post Cannensem pugnam, de petenda pace non cogitaverunt.

187. VERSION.

1. Il faut blâmer le parti qu´a pris Dolabella, mais il faut louer sa constance. – 2. Il ne faut pas compter sur le discernement d´un homme qui est toujours ivre. – 3. Orphée s´est rendu chez les mânes, auprès du roi redoutable (des enfers). – 4. Epicure a pensé qu´il fallait s´interdire absolument les vaines passions. – 5. Tu prétends que ma jactance habituelle est intolérable. – 6. J´ai besoin d´aller à Arpinum. – 7. Lentulus a chargé Céthégus de nous assassiner. – 8. Fabricius a fait reconduire à Pyrrhus un transfuge. – 9. César, à son départ pour l´Espagne, chargea Antoine d´écraser l´Italie. – 10. Antoine a fait graver sur le bronze et afficher au Capitole de faux décrets. – 11. Y a-t-il quelqu´un qui ne sache pas qu´il est venu à ta rencontre pour te féliciter? – 12. On venait te saluer de Casinum, d´Aquinum, d´Interamna. – 13. Les Bituriges envoyèrent des ambassadeurs aux Héduens, pour leur demander des secours qui leur permettraient de résister plus facilement aux forces ennemies. – 14. Tityre fais paître les chèvres et, une fois repues, mène-les boire. – 15. Quand nous nous fûmes quittés pour aller nous coucher, ayant veillé fort tard, je m´endormis plus profondément que de coutume.

188. THÈME.

1. Alii post alios deinceps domandi erant. – 2. Tibi operam nostram offerimus, quæ non contemnenda est. – 3. Venti mihi minus formidandi sunt quam tibi. – 4. Plerique parendum esse censebant. – 5. Æsopus eis non vasis figuram, sed inclusum liquorem spectandum esse dixit. – 6. Quid mihi faciendum erit? – 7. Hæc quæstio, inquit Æsopus, ad parvos civitatis nostræ pueros rejicienda est. – 8. Urbs militibus diripienda concessa est. – 9. Pater materque primum magistro juvenem regendum tradiderunt. – 10. Judæis, quorum impietas immoderate crescebat, omnia timenda erant. – 11. Hoc tibi nuntiatum veni: descende ut te complecti possim. – 12. Primus ejus dominus eum in agros aratum misit. – 13. Ego et Patroclus tuas injurias ultum ibimus. – 14. Vatem e turribus speculatum mittit. Vatem ad speculandum e turribus mittit. Vatem qui e turribus speculetur mittit. Vatem ut e turribus speculetur mittit. Vatem in turres speculandi causa mittit.

RÉCAPITULATION SUR LES VOIX, TEMPS ET MODES.

189. VERSION.

Les Athéniens prennent l´île de Salamine. – Après de nombreux désastres, les Athéniens défendirent, sous peine de mort, de proposer aucun décret sur la conquête de cette île. Solon, craignant de trahir sa patrie par son silence ou de se perdre lui-même par ses conseils, feint un soudain accès de démence qui devait servir d´excuse à ce qu´il voulait dire et même à ce qu´il se proposait de faire. Couvert de haillons, il parcourt la ville comme un insensé; le peuple s´attroupe autour de lui; pour mieux dissimuler son dessein, il s´exprime pour la première fois en vers; et, bravant les menaces de la loi, il enflamme tous les cœurs, au point que l´on décrète immédiatement la guerre contre les Mégariens et que les Athéniens, victorieux, rentrent en possession de l´île. Cependant les Mégariens, qui gardaient rancune de cette attaque, s´embarquent pour enlever les femmes athéniennes dans les fêtes nocturnes d´Eleusis. Instruit de leur projet, Pisistrate, général Athénien, place ses soldats en embuscade, ordonne aux femmes de célébrer la fête de la déesse avec leurs chants et leurs cris ordinaires; puis, il attaque brusquement les Mégariens au sortir de leurs vaisseaux, les massacre, s´empare de leur flotte, y place, parmi les soldats, quelques femmes pour figurer les captives et fait voile vers Mégare. Les habitants, reconnaissant leurs propres vaisseaux et le butin qu´ils espéraient, accourent au port et tombent sous les coups de Pisistrate qui faillit s´emparer de la ville.

Commentaire. – 1. Non, car l´ablatif du gérondif est ici précédé d´une préposition. Gr. § 235. – 2. Consulere aliquem, consulter qqn; consulere alicui, veiller au salut de qqn (Gr. § 156). – 3. Dicturus, sur le point de dire, ayant l´intention de dire, destiné à dire. – 4. Parce qu´il y a un comparatif dans la proposition, Gr. § 290. – 5. Solito clamore est un ablatif de circonstance, marquant accompagnement. – 6. Oui, puisqu´il n´est pas entré à Mégare. – 7. Paulum afuit quin urbem caperet; paulum a capienda urbe afuit.

Questionnaire. – 1. Quia multas jam clades acceperant. – 2. Ut quæ vellet, sine periculo et dicere et facere posset. – 3. Bellum statim adversus Megarenses decretum insulaque capta est. – 4. Quia illati ab Atheniensibus belli memores erant. – 5. Ut Megarenses, petitam prædam agnoscentes, ad portum obvii procederent: quod factum est. – 6. Quia, naves et prædam agnoscentes, suis victoriam gratulari volebant.

190. THÈME.

Le roi Jean à Poitiers. – Fortissimus quisque jam occisus erat. Joannes autem, nudo capite, ore vulnerato, ad hostem cruentam frontem obvertebat. Ejus filius, qui ictus illatos patri declinare voluerat, jam vulneratus erat. Cum regium puerum a pugna removere vellet eum nonnullis optimatibus commisit, sed Philippus, custodes frustratus, ad Joannem contra ejus voluntatem reversus est. Cum autem propter ætatem ad dimicandum idoneus non esset, ut patris vitam tueretur, clamabat: «Pater, cave a dextra, a læva, a. tergo», quoties hostem accedentem viderat. A Joanne vero, securim ambabus manibus librante et pro patriæ filiique salute pugnante, quicumque accedere ausus erat, mactabatur. Circum eum nonnulli tantum erant equites, ictibus confossi, qui, in pulvere jacentes, rege suo aspecto quasi ad vitam revocati, ultimum assurgere conabantur moxque recidebant. Sescenti autem hostes, regem vivum capere cupientes, ei dicebant: «O rex, fac deditionem!» Sed Joannes, viribus lassitudine fractis, multoque sanguine profuso, moriendi cupidus, ne paululum quidem attendebat.

191. VERSION.

L´alouette et ses petits. – I.Il s´agit d´un petit oiseau qui s´appelle l´alouette. Il habite et fait son nid dans les céréales et ses petits se couvrent de plumes un peu avant la moisson. L´alouette dont je vous parle avait fait son nid dans un champ de blé précoce. Aussi, quand le blé se mit à jaunir, ses petits étaient encore incapables de voler. Comme elle devait s´absenter pour leur chercher de la nourriture, elle les avertit de bien observer tout ce qui se dirait ou se ferait et de le lui dire à son retour. Un peu plus tard le propriétaire du champ de blé appela son fils, qui était déjà, grand, et lui dit: «Ne vois-tu pas que ce blé est mûr et demande à être coupé? Par conséquent, demain, dès l´aurore, va trouver nos amis; prie-les de venir nous aider à récolter ce champ.» Cela dit, il se retira. Quand l´alouette fut de retour, ses petits, effrayés, l´entourèrent avec des cris plaintifs et la supplièrent de les transporter en hâte dans un autre endroit: «Le maître, lui dirent-ils, a envoyé prier ses amis de venir couper les récoltes dès demain à l´aurore.» La mère leur dit de ne pas s´inquiéter: «Si le propriétaire, dit-elle, compte sur ses amis pour faire cette moisson, elle ne se fera pas demain; il n´est pas nécessaire que je vous transporte aujourd´hui.»

II. Le lendemain donc l´alouette s´en va chercher la pâture de ses petits. Le propriétaire attend ceux qu´il a priés de venir. Le soleil devient brûlant; mais rien n´apparaît: aucun ami ne se présente. Alors le propriétaire dit à son fils: «Ces amis sont pour la plupart des nonchalants. Adressons-nous plutôt à nos parents et à nos voisins et prions-les de venir demain de bonne heure faire la moisson.» Les petits effrayés rapportent encore la chose à leur mère. La mère les invite encore à n´avoir aucune crainte ni inquiétude: «Il serait bien difficile, dit-elle, de trouver des parents et des amis assez complaisants pour ne pas tarder à se mettre au travail et pour obéir sur l´heure. Vous autres, faites bien attention, si l´on parle encore de quelque chose.» Le lendemain à l´aube, l´alouette part de nouveau chercher sa pâture. Les parents et les voisins, demandant un délai, ne vinrent pas. A la fin, le propriétaire dit à son fils: «Laissons de côté parents et amis; apporte demain dès l´aube deux faucilles; nous en prendrons chacun une et de nos propres mains nous moissonnerons notre blé.» Dès que les petits eurent rapporté ce propos à l´alouette: «C´est le moment, dit-elle, de se retirer et de disparaître: car ce qu´il a dit se fera certainement.» L´alouette donc, avec ses petits, changea de retraite et le propriétaire moissonna son blé.

Commentaire. – 1. Ut avec l´indicatif signifie de même que ou dès que: ut appetit messis, dès qu´approche la moisson. – 2. Plus précoces (que les autres) donc passablement précoces (Gr. § 130). – 3. Le supin est invariable; il peut recevoir des compléments à l´accusatif. – 4. Seges fait au gén. plur. segetum; son radical se termine par une seule consonne; il suit donc la règle générale des imparisyllabiques. – 5. C´est un infinitif de narration (Gr. § 222). – 6. Misi aliquem ut is rogaret, mais cette façon de dire est fort lourde, et l´autre est seule couramment employée. – 7. Uti peut être aussi pour ut, conjonction. – 8. Id temporis, magnam partem, nihil (cunctentur). – 9. Audire aliquid ex aliquo. – 10. Tempus est cedere, il est temps de s´en aller, tempus est cedendi, le temps de t´en aller est venu; on voit qu´il s´agit d´une nuance assez légère, aussi dit-on régulièrement tempus est cedere (Gr. § 237* I).

Questionnaire. – 1. In segetibus. – 2. Quia in sementes tempestiviores congesserat. – 3. Jussit eos, si quid rei novæ fieret dicereturve, sibi renuntiare. – 4. Suum filium. – 5. Quia amici et cognati, cum operam suam polliciti sunt, cunctari solent. – 6. Duas falces. – 7. Quia pater cum filio crastino die segetem demessurus erat. – 8. Non sola, sed cum nido, id est, pullis omnibus.

192. THÈME.

Dioclétien à Salons. – Cum Salonam brevi appulissem, atque de Diocle, qui Diocletianus imperator olim fuerat, interrogassem, suis eum in hortis habitare audivi, qui quatuor millia passuum ab urbe aberant. Quo cum pedibus me contulissem, hominem ætate provectum, quem in horto laborantem videram, adii, ut ab eo percontarer ubi princeps ille, quem quærerem, inveniri posset. At senex, non intermisso labore: «Ego sum Diocles, inquit; tibi, si quid habes quod mihi dicere velis, expromere licet.» Tunc ei Romanorum calamitates exposui quantumque christiani eum iterum rempublicam capessere cuperent. Quod ubi audivit Diocletianus, intermisso labore exclamavit: «Utinam qui te miserunt, quemadmodum tu vides, olera viderent quæ meis manibus ipse Salonæ colo! Non me hortarentur ut rempublicam iterum capesserem.» Nullum aliud ab eo responsum exprimere potui; et cum frustra rogare pergerem, sic aspera voce me compellavit: «Operam mihi commoda: ex eo, quem vides, puteo mihi seni, tu juvenis aquam hauri, qua olera mea egent.»

193. VERSION.

Invocation à Palès. – Veille à la fois sur le troupeau et sur le pasteur; qu´aucun fléau n´ose approcher de mes étables! Si j´ai conduit mon troupeau dans un endroit réservé aux dieux, si je me suis assis sous un arbre sacré, si mes brebis ont brouté par mégarde l´herbe des sépulcres, si, en pénétrant dans une forêt, dont l´accès était interdit, j´ai fait fuir par des regards indiscrets les Nymphes ou Faunus aux pieds de bouc, si ma serpe a coupé dans un bois sacré un rameau chargé de feuillage pour en donner une corbeille à une brebis malade, pardonne-moi cette faute; ne me punis pas non plus, si, pour éviter une forte grêle, j´ai abrité mon troupeau dans une chapelle rustique. O déesse, apaise pour moi les fontaines et leurs divinités, apaise les dieux qui habitent la forêt. Éloigne les maladies: puisse la santé favoriser les hommes et les bestiaux et la troupe attentive des chiens vigilants! Puissé-je le soir ramener mes brebis aussi nombreuses qu´elles étaient le matin et n´avoir pas à gémir en rapportant une dépouille arrachée au loup! Que la funeste disette nous soit épargnée! Fassent les dieux que nous ayons des herbes et du feuillage à profusion et de l´eau pour nous baigner et nous désaltérer! Puissé-je presser des mamelles pleines de lait! Puisse me rapporter beaucoup d´argent le fromage dont je ferai égoutter le petit lait transparent dans des formes d´osier tressé!

Commentaire. – 1. Consulere avec le datif signifie veiller sur. – 2. A pasco et paveo. – 3. Au lieu de et non on dit neque, au lieu de et ne, neve; il est assez rare que neque soit pour etne. – 4. Quæ lavent, quæ bibantur, pour qu´elles lavent, pour qu´elles soient bues (Gr. § 329). – 5. Utinam n´est pas nécessaire pour exprimer un souhait, le subjonctif seul peut suffire. Gr. § 215.

Questionnaire. – 1. Pastores. – 2. Quia se aspici non patiuntur. – 3. Quia facile e somno vel levissimo strepitu excitantur. – 4. Quia ea ad lavandum et ad bibendum opus est. – 5. Quia degrandinabat.

194. THÈME.

Jupiter et Mercure chez Philémon et Baucis. – Cum in devio loco angustum tugurium, hospitale tectum, humilem castamque domum conspexissent, Mercurius januam pulsat; qua aperta, statim Philemon diis obvius prodit hisque verbis eos alloquitur: «Mihi ambo ex itinere fessi videmini; requiescite igitur et nostris, quantulæcumque sunt, opibus pro vestris utimini: illas juvantibus diis servavimus: proinde illis fruimini. Hos primum fictiles penates veneramini: nullo tempore mortalibus cælestes magis propitii fuerunt, quam quo Jupiter ipse e simplici ligno factus erat; ex quo aureus est, aures ejus ad preces nostras clausæ sunt. Sed noli cessare, Baucis, fac hæc aqua brevi tepescat; etsi nobis voluntate minor est facultas, nostri tamen hospites hæc debita officia benigne accipient.» Ubi Baucis nonnullas ignis reliquias sub cinere sparsas anhelanti anima ad flammam produxit, ramalia arida statim exarserunt et, aqua tepefacta, viatoribus pedes lavati sunt. Philemon autem, ne has moras graviter ferrent, eos rogavit, et, ut exspectandi molesta levaret tædia, sermonem cum diis conseruit.

SYNTAXE DES PROPOSITIONS COMPLÉTIVES.

CONCORDANCE DES TEMPS. INTERROGATION INDIRECTE.

195. VERSION.

I. 1. Les Gaulois décident d´envoyer dix mille hommes dans la place. – 2. Je ne puis exprimer l´intensité de ma joie. – 3. Nous ne savons pas encore le résultat de l´ambassade. – 4. Il était impossible de savoir qui des deux avait tendu des embûches à l´autre. – 5. Un chevalier romain frappa si rudement Macedo, qu´il faillit tomber – 6. On demanda à Solon pourquoi il n´avait pas fixé de châtiment pour les parricides. – 7. Songe à ceux dont tu es issu, et non à ceux que tu fréquentes. – 8. Je crains que ton habileté ne te soit d´une médiocre utilité.

II. 1. Tous ont fait connaître clairement leur conduite et leurs intentions (le verbe principal est au parfait présent). – 2. Les Étrusques engagent si brusquement le combat qu´ils se débarrassent de leurs javelots et mettent immédiatement l´épée à la main (le verbe principal est au présent historique). – 3. Je pourrais citer les batailles où le peuple romain a mis en fuite des troupes considérables d´ennemis, les villes qu´il a prises (le verbe principal est à l´irréel qui correspond à notre conditionnel présent; il est donc logique qu´il soit considéré comme un présent; toutefois, en pareil cas, la concordance des temps est généralement observée). – 4. Les anciens Grecs ont institué de si grands honneurs pour les athlètes qui se distinguent par une victoire, que, quand ils reviennent victorieux dans leur patrie, ils y rentrent comme des triomphateurs, sur un char tiré par quatre chevaux (le verbe principal est au passé, mais il s´agit d´une conséquence encore vraie au temps de l´écrivain, Gr. § 295). – 5. Cependant César ne cessait pas de réclamer aux Héduens le blé qu´ils avaient promis (le verbe principal est à l´infinitif de narration, qui est l´équivalent d´un temps passé).

196. THÈME.

1. Scisne num herus tuus intus sit? – 2. Quantum in exercitibus severitas ac disciplina posset, nunquam Persæ intellexerunt. – 3. Nescio ubi te antea viderim. – 4. Nescitis enim quanta fuerit ærumna mea. – 5. Scis quomodo vixerim. – 6. Quod scelus in cunis commisissem ignorabam. – 7. Herus meus idemque maritus tuus me ex omnibus elegit, qui tibi res armis a se feliciter gestas nuntiarem. – 8. Asinus ita onere premebatur ut succumberet. – 9. Bella ista quantæ fuerint Carthaginiensium opes declarabunt. – 10. Quin potius quid agat Philippus percontamini? – 11. Rex ab eo quæsivit architectosne secum adduxisset. – 12. Præterita tam scite narrabat, ut ea ante audientium oculos obversari viderentur. – 13. Carthaginienses nunquam unde orti essent obliti sunt. – 14. His dictis, Baucis egreditur ut errori mederetur (ou medeatur). – 15. Tot acceptæ clades nondum te docere potuerunt, quid belli vitandi causa faciendum esset? 16. Nimia periculorum cautio plerumque efficit ut in ea incurramus.

197. VERSION.

1. Nous ne connaissons pas nos propres corps: nous ignorons la place exacte et la fonction spéciale de chaque organe. – 2. Après la défaite de sa flotte et la déroute de son armée, Xercès comprit quelle différence il y a entre une armée et une multitude sans ordre. – 3. Nous avons dissimulé trop longtemps nos sentiments. – 4. Ennius pense qu´il y a des dieux, mais qu´ils ne s´occupent pas de ce que font les hommes. – 5. Tu ne sais même pas s´il avait le teint blanc ou brun. – 6. Hannibal commanda à son esclave de faire le tour de toutes les issues de la maison et de lui faire savoir au plus vite si elles étaient toutes surveillées de la même façon. – 7. Quelques personnes pensent que les spectacles de gladiateurs sont cruels et inhumains et peut-être ont-elles raison. – 8. La nature ne réclame qu´une chose, c´est qu´on boive quand on a soif; mais qu´on boive dans une coupe d´or ou dans le creux de sa main, peu lui importe. – 9. Je sais bien ce qu´ils disent, car ils ne s´en cachent pas. – 10. Pour moi, je dirai sans hésitation ce que je pense. – 11. Il était impossible de savoir lequel des deux aimait davantage Atticus, de Cicéron ou d´Hortensius. – 12. S´il est mort ou vivant, personne ne le sait, personne ne s´occupe de le savoir. – 13. Il importe assez peu qu´il y ait un seul monde ou qu´il y en ait plusieurs.

198. THÈME.

1. Volo ex te scire quid facias, unde ante lucem venias, quo eas. – 2. Quis hic Mago fuerit ignoratur. – 3. Vide quam miseri sint reges. – 4. Qua ingrediantur optime video, qua exeant non video. – 5. Non satis nosti qualis sim. – 6. Quid aspicerem, ignorabam. – 7. Eum interrogavit unde venirent, quo irent, nonne Ulixem vidissent. – 8. Eloquere primum num istud bellum æquum sit, deinde quibuscum geratur, postremo quantæ tibi sint copiæ. – 9. Huc a te percontandi causa veni, utrum pater meus in tuum imperium descendisset an in terris adhuc vagaretur. – 10. Utrum propitium an infestum Deum inventuri sint, ignorant. – 11. Aliquandiu, num pugnam committeret, incertus fuit. – 12. Aristides ab eo quæsivit num quid Aristides ei displicuisset. – 13. Saucii, quem (ou quos) amisissent, non quæ accepissent vulnera cogitabant. – 14. Milites, quo in loco considendum sit, ipsi constituunt

199. VERSION.

1. La joie que j´en ressens est inexprimable. – 2. Jusqu´ici, on n´a pas pu découvrir d´où viennent les cigognes ni où elles vont. – 3. Dis-moi en outre, Pansa, où est Ventidius. – 4. Si cela ne t´ennuie pas, je voudrais qu´en répondant à cette lettre, tu me fasses connaître tes projets. – 5. L´époque où fut votée cette loi en explique la raison d´être: Hannibal était en Italie. – 6. La pitié me saisit quand je songe à la peine que s´est donnée inutilement Fannius. – 7. Occupons-nous de ce dont il s´agit aujourd´hui: or il s´agit de savoir si nous voulons vivre libres ou mourir. – 8. Sylla déclara qu´il était venu pour demander au roi s´il était disposé à la paix ou à la guerre. – 9. N´accorde pas ta confiance à la légère. – 10. La chose, je ne sais comment, arriva jusqu´à ses oreilles. – 11. Tu me sembles un peu troublé. – 12. Quand je vous aurai expliqué de quoi il s´agit, il vous sera facile de voir quel avis vous devez exprimer ou à quelle opinion vous devez vous rallier. – 13. Je ne sais si la disparition de la piété envers les dieux n´entraîne pas la disparition de la loyauté, de l´humanité et de la justice, qui est la première de toutes les vertus. – 14. Tu me demandes si je t´ordonne de partir en exil?

200. THÈME.

1. Scisne quis sim? – 2. Pueri, quid sit leo, docendi sunt. – 3. Scio quot officia uno die deseruerim. – 4. Scisne qua causa huc venerim? – 5. Quæ Deo placeant, quibus offendatur, quibus placetur, quis eos docebit? – 6. Quidam hoc in controversiam vocare ausi sunt, civiumne multitudo civitati nocere posset. – 7. Medicinam num non nihilo æstimarint, nescio. – 8. Sic experiemur utrius præcepta plus ad fortem virum informandum valeant, Hannibalis an Romæ. – 9. Legati quæsierunt utrum jubente civitate Saguntum obsessum esset, an Hannibal sua, sponte hanc oppugnationem incepisset. – 10. Utrum gemat quod scelerum suorum recordetur an quod sibi relinquendam esse vitam doleat, incertum est. – 11. Xantus grammaticum cantoremque interrogavit quam artem profiterentur. – 12. Divinum (ou divini) nescio quid per eorum pectora semper fluit. – 13. Dionysius , quam formidandæ essent hujus civitatis opes, non ignorabat.

201. VERSION.

Saint Antoine retrouve saint Paul Ermite. – I. Il y avait déjà cent treize ans que Saint Paul menait sur la terre une vie vraiment céleste. Or, saint Antoine, qui vivait dans une autre solitude, âgé de quatre-vingt-dix ans, vint un jour à penser qu´aucun moine entièrement solitaire ne s´était établi plus avant que lui dans le désert (le mot ulterius, deux lignes plus loin, oblige à donner à ultra un sens local. Il n´est pas vraisemblable que, dans une biographie édifiante, saint Jérôme ait attribué au vieil ascète une pensée d´orgueil aussi naïf.); et voici qu´il lui fut révélé en songe qu´il y avait, plus avant dans le désert, un autre solitaire, beaucoup supérieur à lui en perfection, auprès duquel il devait se rendre. Aussitôt, dès l´aube, le vénérable vieillard, appuyant sur un bâton ses membres affaiblis, se mit en route sans savoir où il allait. Bientôt arriva l´heure de midi et le soleil dont les rayons étaient presque perpendiculaires, devint brûlant. A ce moment, saint Antoine aperçut un de ces êtres qui tiennent à la fois de l´homme et du cheval et que les poètes, dans leurs fictions, appellent centaures: à cette vue, le saint vieillard fait sur son front le signe salutaire de la croix et dit: «Indique-moi où habite le serviteur de Dieu.» L´autre, faisant entendre quelques sons inintelligibles et hachant les mots plutôt qu´il ne les prononçait, étendit le bras droit et montra la direction demandée; puis aussitôt, une fuite rapide l´emporta à travers le désert et il disparut aux yeux étonnés du vieillard. Était-ce un fantôme amené par Satan pour effrayer le saint ou bien les déserts, qui produisent souvent des animaux étranges, sont-ils habités par des êtres de cette espèce, nous n´en savons rien.

II…​ Tous deux rendent grâces à Dieu, s´embrassent pieusement et, une fois assis, saint Paul dit à saint Antoine: «Je suis cet homme que tu as eu tant de peine à trouver: tu vois mes membres desséchés par la vieillesse, ma tête couverte de cheveux blancs et incultes, tout mon corps près de tomber en poussière. Mais dis-moi, je te prie, ce que devient le genre humain; si l´on bâtit toujours de nouvelles maisons dans les villes anciennes, qui règne sur le monde, s´il y a encore des hommes adonnés au culte des faux dieux.» Tandis qu´ils s´entretenaient ainsi, ils aperçurent un corbeau qui s´était posé sur la branche d´un arbre. L´oiseau, se laissant glisser doucement, vint déposer un pain entier devant leurs yeux étonnés. Quand il eut disparu, saint Paul s´écria: «Voici que le Seigneur nous a envoyé de quoi déjeuner! Il y a déjà soixante ans que je reçois un demi-pain; mais, à l´occasion de ton arrivée, Jésus-Christ a doublé les vivres pour ses soldats.» Après avoir remercié le ciel, tous deux vont s´asseoir sur le bord d´une fontaine limpide. Mais, à ce moment, comme aucun d´eux ne voulait briser le pain le premier, une pieuse contestation s´éleva, qui faillit durer jusqu´au soir. Saint Paul, s´appuyant sur les droits de l´hospitalité, invitait Saint Antoine à commencer. Saint Antoine s´y refusait, alléguant que Saint Paul était le plus âgé. Enfin, ils décidèrent de prendre le pain chacun par un bout, de tirer à eux et de garder le morceau qui resterait entre leurs mains. Ensuite, se penchant au-dessus de la fontaine, ils burent à même un peu d´eau.

Commentaire. – 1. L´accusatif marque ici la durée. Gr. § 198. – 2. Non, puisqu´il ne renvoie pas à un sujet; mais revelatum est étant impersonnel, il faut remarquer que Antonius reste le sujet logique de la phrase. – 3. Oui, d´après l´exemple 3 de la règle est mihi liber, § 172. – 4. Quo est un relatif de liaison; l´ablatif est un ablatif absolu. – 5. A cause de l´interrogation indirecte. Gr. § 254. – 6. Avec le génitif et aussi l´ablatif, Gr. § 118 et 123. – 7. Dans l´interrogation indirecte num correspond d´ordinaire simplement à si, Gr. § 256*. – 8. Sexagesimum jam annum accipio, Gr. § 198. – 9. Hic, pronom-adjectif: celui-ci, ce, cet; adverbe: ici, ou à ce moment. – 10. Il demanda qui rompait le pain, ou qui romprait (devait rompre) le pain, Gr. § 254, cas spécial.

Questionnaire. – 1. Centum tredecim annos. – 2. Esse in solitudine alium multo se meliorem. – 3. Hippocentaurum. – 4. Dextræ manus protensione. – 5. Quomodo se haberet genus humanum, num nova tecta consurgerent, quo mundus regeretur imperio, num superessent qui dæmonum errore raperentur. – 6. Integrum panem. – 7. Quia Paulus dimidium panem accipere solitus erat, sed tunc duo erant. – 8. Super vitrei marginem fontis. – 9. Quia hunc honorem hospiti suo deferehat. – 10. Quia Paulo natu minor erat. – 11. Uterque, apprehenso e regiono pane, ad se nisus est. – 12. Prono ore.

202. THÈME.

Les suites d´une mauvaise éducation. – Recordare quomodo Dionysius Tyrannus cum Dionis filio egerit, dum hic in ejus arbitrio fuit. In hunc insontem puerum gladium non destrinxit, neque eum in vincula conjecit, neque fame aut siti cruciavit, sed, quod miserabilitis est, omnia in ejus animo honestatis studia corrupit. Quod ut perficeret consilium, ei quæcumque vellet, faciendi facultatem concessit, eumque in ætate tam præcipiti omnibus cupiditatibus libidinibusque tradidit. Itaque juvenis ille, voluptatis studio illectus, perditissima lascivia se inquinavit; nemo, quid ageret, curabat; cum igitur omnes ejus cupiditates explerentur ac, quidquid peccavisset, laudaretur, perniciosa adulatione corruptus, in omnia flagitia se ingurgitavit. At postea, cum patri redditus esset, ab eo præceptoribus traditus est, qui, quo melior fieret, omni ope atque opera enisi sunt; sed nulla res successit; nam, potiusquam se ad frugem bonam reciperet, vitam abjicere maluit seque e tecto præcipitavit.

LA PROPOSITION INFINITIVE.

203. VERSION.

1. Je crois que la philosophie, séparée de l´éloquence, rend peu de services aux cités. – 2. Me croyez-vous assez ferme pour le regarder en face? – 3. Le meurtre est le jeu qui l´amuse le plus. – 4. Antoine, voulant gagner les bonnes grâces des pires citoyens, a mieux aimé être mon ennemi que mon ami. – 5. Celui qui ne craint rien n´a pas de peine à être juste. – 6. Il n´y a rien de plus choquant que de se fâcher quand on punit. – 7. Sandrocottus, que le roi avait condamné à mort, échappa au supplice par la fuite. – 8. Il me semble que j´ai parlé de tout. – 9. On raconte que la femme du philosophe Socrate était extrêmement maussade et querelleuse. – 10. On crut que Julius Sabinus s´était donné volontairement la mort. – 11. On annonçait que la plèbe et les esclaves s´armaient pour défendre Vitellius. – 12. Othon avait espéré que Galba l´adopterait. – 13. Ne pensons-nous pas qu´ils se repentiront? – 14. Qu´y a-t-il? Pourquoi riez-vous? Je vous connais tous; je sais qu´il y a ici beaucoup de voleurs. – 15. D. Brutus promet de maintenir la province de Gaule sous l´autorité du sénat et du peuple romain. – 16. Je suis heureux de te voir désirer le rétablissement de la paix entre les citoyens.

204. THÈME.

1. Homines brevem esse vitam dicunt, et, ut talis sit, omnia facere mihi videntur. – 2. Qui dominus et esse et videri voluerit, iræ discat imperare. – 3. Fabula quædam narrat Parthenopen in sirenis cujusdam tumulo esse ædificatam. – 4. Nonne se æquum moderatumque præbere melius est? – 5. Vos certiores facio filiam vestram mutam esse. – 6. Num me de te loqui putas? – 7. Fateor te solum, quid facias, scire. – 8. Multa ejusmodi opera devictis gentibus eos abstulisse legi. – 9. Hoc granum, quod frumentum appellatur, in his regionibus primum apparuisse dicitur. – 10. Illum, postquam summa virtute et pugnaverat et mortem obierat, christianum fuisse cognovimus. – 11. Corvus, pudore confusus, juravit, sed sero, nunquam fore ut iterum deciperetur. – 12. Me in hujusmodi rebus diligentissime tibi dicto audientem fore polliceor. – 13. In rogum lignorum fascem sua se manu impositurum juraverat. – 14. Caius, Tiberii frater, tantum virum interfectum esse ferre non potuit.

205. VERSION.

1. Cessez d´être trop craintifs. – 2. On raconte qu´un certain Tagès, sur le territoire de Tarquinies, tandis qu´on labourait la terre, apparut soudain et interpella celui qui tenait la charrue. – 3. Après tant d´exploits, il ne t´est plus permis de démentir ta conduite. – 4. Les ambassadeurs reçurent l´ordre de se rendre à Carthage. – 5. Fannius se vit en songe étendu sur son lit de repos, dans l´attitude d´un homme qui se livre à l´étude, ayant près de lui un coffret à manuscrits. – 6. Je ne crois pas que j´aurai jamais à me repentir de cette fermeté. – 7. J´avais la plus ferme espérance que nous pourrions faire régner la concorde en Italie. – 8. Antoine menace de venir à Rome avec des troupes. – 9. J´espère très fermement que tu es maintenant en bonne santé. – 10. Je m´étonne que tu ne m´écrives pas. – 11. Je ne veux pas te laisser dans une erreur pareille. – 12. Il vaut mieux faire envie que pitié. – 13. Il est certain que Régulus fera tout ce qu´il ne faut pas faire. – 14. Ne vaut-il pas mieux être muet, que de dire des choses que personne ne peut comprendre? – 15. Du moment qu´il ne restait qu´une si petite troupe, il n´y avait aucun espoir de pouvoir défendre la ville.

206. THÈME.

1. At ego meos versus optimos esse contendo. – 2. Legi molitorem quemdam, ut venderet asinum suum, cum filio profectum esse. – 3. Vult, sicut Agamemno fuit, rex regum esse. – 4. Decet misericordem esse. – 5. Quatuor cladibus acceptis, Roma brevi peritura creditur. – 6. Carthaginienses omnes Græcam linguam discere Iegibus prohibebantur. – 7. Hermippus ei Æsopum non mortuum esse dixit. – 8. Mori difficilius esse putaveram. – 9. Spero te curis nostris (ou opera nostra) ad sanitatem perventurum. – 10. Himilco sperabat se captis Syracusis victorias suas cumulaturum.– 11. Impii, ut religionis jugum molestumque timorem excutiant, deos esse negant. – 12. Lycerum vicisse fassus est. – 13. Macedo quidam Cæsarem Alexandro comparari pati non poterat. – 14. Pro patria in acie cadere præstat, quam eam vincere. – 15. Hunc Hannibalis fratrem fuisse satis constat. – 16. Fateor te (si libere loqui licet) ab omnibus ubique derideri.

207. VERSION.

1. Il leur est permis d´être des lâches et des poltrons, mais vous, il est nécessaire que vous soyez des hommes de cœur. – 2. Tu ne m´as pas mis à mort? Le beau bienfait! Car, je le reconnais, j´étais en ton pouvoir. – 3. Je ne sais pas faire rire. – 4. Romulus, jugeant qu´il lui était plus avantageux de régner seul que de partager le pouvoir, tua son frère. – 5. On peut être généreux avec modération. – 6. On raconte que sur le mont Tarpéien des ouvriers qui creusaient les fondations d´un temple trouvèrent une tête humaine dont le visage était intact. – 7. Tarquin déclara qu´il exécuterait le lendemain ce qu´il avait décidé. – 8. Hannibal n´avait pas espéré que tant de peuples en Italie feraient défection pour se joindre à lui. – 9. Les Carnutes promirent qu´ils commenceraient la guerre les premiers. – 10. Les Helvètes espéraient pouvoir se rendre maîtres de toute la Gaule. – 11. Vous vous rappelez, ô juges, qu´en ce temps-là, le Tibre et les égouts regorgeaient de cadavres de citoyens. – 12. Les hommes supportent plus facilement un refus qu´une tromperie. – 13. Administre l´État de telle manière que tes concitoyens remercient le ciel de t´avoir fait naître. – 14. Il me semblait honteux de rentrer dans une ville dont Brutus devait s´éloigner. – 15. Je souffrais de voir que la République allait rapidement à sa ruine. – 16. Je voyais avec étonnement se faner les roses, à peine nées.

208. THÈME.

1. Hanc crudelem injustamque mortem esse mussitabant. – 2. Malo me putidum esse scientiæ ostentatorem quam veteratorem et tyrannum et generis humani hostem. – 3. Nonne melius honestiusque est in acie fortiter cancre? – 4. Sedere jussi sumus et ad pugnam invitati. – 5. Se in hostium finibus omnia inventurum, quæ necessaria essent, exploratum habebat. – 6. Timoleon in Græciam barbaros brevi transituros affirmabat. – 7. Num te etiam nunc regum regem esse arbitraris? – 8. Scito, deorum cultu et amore sublato, nullam veram retineri posse virtutem. – 9. Me, pater, usque ad mortem tuorum beneficiorum memoriam in pectore servaturum polliceor. – 10. Tempora difficillima esse non quererer, sicuti me facere vides, – 11. Me tibi molestam esse valde doleam. – 12. Hoc sine dubio constat, Jesum in patris officina ipsum laborasse. – 13. Xanthus pollicitus est fore ut mare totum a se bibendo exhauriretur.

209. EXERCICE.

I. 1. Croyez-vous, pères conscrits, que le peuple romain a approuvé l´envoi d´une ambassade? – 2. Quelle honte de voir des légions envoyer des ambassadeurs au sénat! – 3. Il y a des gens pour dire que les barbares eux-mêmes n´ont pu endurer la tyrannie de Pison. – 4. Quel effet pensez-vous donc que cette nouvelle va produire sur la Gaule? – 5. Les Carnutes déclarent qu´ils sont prêts à s´exposer à tous les dangers pour le salut commun. – 6. Je désire qu´Antoine l´apprenne au plus tôt.

II. 1. Felem a Phrygibus comprehendi jussit. – 2. Spero mox fore ut iterum te conveniam. – 3. Me a te exspectari scio. – 4. Fore ut te manumittam ne speraveris. – 5. Noli mirari mihi placere militares viros. – 6. Scito hunc lapidem tibi venerandum esse. – 7. Mihi dictum est fore ut Lutetiæ cibum invenirem. Nonnulli in nostris longinquis silvis divites hic pauperibus opem ferre narraverunt. – 8. Hunc morem ab Aristotele improbari minime mirum est.

210. VERSION.

1. Vos ancêtres ont voulu que Corinthe, la merveille de la Grèce, disparût entièrement. – 2. Brutus peut-il endurer qu´un scélérat et un impie tel qu´Antoine s´empare du pouvoir? – 3. Nous avons supporté bien des humiliations que la nécessité nous a imposées. – 4. Les auspices interdisaient au consul Flaminius de livrer bataille. – 5. Il m´est permis et il me sera toujours permis de défendre ma dignité et de mépriser la mort. – 6. Comment pouvez-vous en même temps décerner des récompenses à ceux qui ont pris les armes contre Antoine et envoyer des députés à ce même Antoine? – 7. Il n´est permis à aucun Italien de ranger sous ses lois une si puissante nation. – 8. Le plateau d´une balance s´abaisse nécessairement quand on y met des poids. – 9. Eh quoi! Tu oses encore, impudent, balbutier un seul mot et m´adresser la parole? – 10. Tu as essayé, aux applaudissements du peuple romain, de tuer Clodius en plein forum. – 11. Le roi, tout en larmes et prenant à témoin les dieux et les hommes, se mit à crier sur la place publique que Verrès lui avait volé un candélabre fait de pierres précieuses. – 12. Perdiccas, seul de son parti, était forcé de tenir tête à tous. – 13. On commença à lancer des pierres contre le rempart. – 14. L. Papirius cessa de s´appeler Papisius. – 15. Il faut que, dès leur plus jeune âge, les enfants s´attachent au sol natal.

211. THÈME.

1. Te virtus insana vota concipere vetat. – 2. Sine me tuo resistere imperio. – 3. Si te vis audiri, loquere. – 4. Me sescentis verberibus dilanias neque ingemere pateris? – 5. Nonne te, quod optimum inveniri posset, emere jussi? – 6. Mearum rerum speculatorem sine intermissione apud me habere nolo. – 7. Hannibal, e patria profugere coactus, Orientem adversus Romanes sollicitavit. – 8. Non multo post Asiam navicula celeriter repetere coactus es. – 9. Nonne nos fratres fieri melius est? – 10. Herbam crescere puerosque mori necesse est. – 11. Apud Ægyptios omnes mortuos promiscue laudari non licebat. – 12. In patrium regnum reverti non ausus erat. – 13. Incusare ac maledicere desino, sed me sine flere. – 14. Jam tum virtus vitio vexari cœpta est (ou mieux: Jam tum ab improbis probi vexari cœpti sunt). – 15. Tumuli igitur dirui desiti sunt. – 16. Operarius homo ille ejusque familia multa pati cœperunt.

212. VERSION.

1. Il aima mieux quitter sa patrie que de renoncer à son opinion. – 2. Nos ancêtres ont voulu que les parricides fussent enfermés vivants dans un sac et jetés ainsi dans le fleuve. – 3. Il me semble qu´il faut considérer la chose et non les mots. – 4. Il est évident que la divinité a pourvu à la subsistance de l´homme. – 5. Tous les hommes qui ont à délibérer sur des affaires douteuses doivent être exempts de haine, d´affection, de colère et de pitié. – 6. On avait autrefois une habitude qui s´est conservée jusqu´à mon temps, c´était d´ajouter aux premiers mots d´une lettre: «Si tu te portes bien, je m´en réjouis; pour moi, je vais bien.» – 7. Que ceux qui n´ont pas peur, cessent de faire semblant d´avoir peur, et que ceux qui redoutent tout, cessent d´être si craintifs. – 8. Ils semblent faire disparaître du monde le soleil, ceux qui, dans la vie de l´homme, suppriment l´amitié. – 9. Je soupçonne que les esclaves ont commencé à s´agiter dans la Sicile. – 10. Une affaire est en fâcheuse posture, si dès les premiers mots qu´on dit en sa faveur, elle n´apparaît pas meilleure. – 11. On dit qu´Amulius, roi d´Albe, fit exposer Romulus sur le bord du Tibre. 12. Si quelque partie du corps vient à nuire à tout le reste, nous permettons qu´on la brûle ou qu´on l´ampute. – 13. J´ai connu un homme qui voulait ressembler à Xénophon. – 14. La légion de Mars, ayant jugé qu´Antoine était l´ennemi du peuple romain, n´a pas voulu être complice de sa folie.

213. THÈME.

1. In omnem terrarum orbem, ad docendas omnes gentes, se effundere jussi sunt. – 2. Cato mortem sibi consciscere maluit quam Cæsaris potestati se subjicere. – 3. Miser ille rex suum innocentem filium interfici jussit. – 4. Vulpem esse præstat quam leonem aut tigridem. – 5. Virtutem probari oportet quemadmodum aurum in fornace. – 6. Cum neque spes neque auxilium ullum iis ostenderetur, urbem relinquere (ou relinquendi) consilium ceperunt. – 7. Bellare non destiterunt. – 8. In suam quemque patriam dimitti volo. – 9. Babylone, eo ipso loco, ubi turris ædificari cœpta erat, regni sedem constituit. – 10. Quam parum te hoc modo loqui decet, o perfide! – 11. Sic adversus milites mercede conductos bellari desitum est. – 12. Apud Ægyptios reipublicæ inutilem esse non licebat. – 13. Philosophi rhetoresque Roma exire jubebantur. – 14. Probus a militibus principatum accipere coactus est. – 15. Qui omnia pati didicit, omnia audere potest.

214. VERSION.

Invention du bâton augural. – Un certain Attius Navius, réduit par la pauvreté à garder les pourceaux, vint à perdre une truie. Il promit d´offrir à la divinité, s´il la retrouvait, le plus beau raisin de la vigne voisine. Aussi, après avoir retrouvé sa truie, il se posta, dit-on, au milieu de la vigne, tourné vers le midi. Avec son bâton, il la divisa en quatre parties et, les oiseaux ayant exclu trois d´entre elles, nous lisons qu´il découvrit dans la quatrième un raisin d´une grosseur extraordinaire. La nouvelle s´en étant répandue, tous les voisins de ce berger se mirent à le consulter sur leurs affaires, ce qui lui attira une grande renommée. Aussi le roi Tarquin l´Ancien le fit-il venir auprès de lui. Pour éprouver son habileté dans l´art des augures, le roi lui dit qu´il pensait à quelque chose et lui demanda si ce qu´il pensait était possible. L´autre, ayant eu recours à son art, répondit que c´était possible. Tarquin alors lui dit qu´il avait pensé qu´on pouvait couper une pierre à aiguiser avec un rasoir. Il invita Attius à en faire l´expérience. En effet, sous les yeux du roi et du peuple, une pierre à aiguiser apportée sur la place, fut coupée en deux avec un rasoir. A la suite de cette expérience, Tarquin eut recours à Attius Navius comme augure et le peuple le consulta sur ses affaires.

Commentaire. – 1. La tournure la plus régulière est Attius dicitur (tournure personnelle, Gr. § 260). – 2. Qua re (= hac re igitur) celebrata; ex quo (= ex eo autem) factum est; cujus cum (= et cum ejus) tentaret. – 3. (Id fieri) posse respondit. – 4. De Tarquinius dicitur, mots faciles à suppléer d´après l´ensemble du récit. – 5. Le verbe est accordé avec un seul sujet, ce qui arrive fréquemment en latin; dans in magno nomine et gloria, magnus se rapporte aux deux noms, mais l´adjectif épithète ne doit s´accorder qu´avec le plus rapproché (Gr. § 101). – 6. Les mots pour, comme, en qualité de, exemple: augure Attio uti, se servir d´Attius comme d´augure, Gr. § 101*, 3°.

Questionnaire. – 1. Uvam se deo daturum, quæ maxima esset in vinea. – 2. Quia suem amiserat. – 3. Mirabili magnitudino uvam. – 4. Quia Attius jam in magno nomine et gloria erat. – 5. Coton novacula posse præcidi. – 6. Et rege et populo.

215. THÈME.

Le songe de la Princesse Palatine. – Sibi ipsa visa est in silva quadam sola. ambulare cæcoque in casula habitanti obviam fuisse. Cum autem eum adiisset ut quæreret ab eo cæcusne natus esset an casu aliquo factus, ille se ita natum respondit. Tum illa: «Nescis igitur quæ sit lux, cujus tanta est pulchritudo atque jucunditas, neque solem nosti tanta specie fulgentem?» – «Præclaram illam rem, inquit, utpote qui ea nunquam fruitus sim, nullo modo possum animo effingere.» Et statim subjecit se hanc tamen eximia pulchritudine esse arbitrari. Tum visus est cæcus ille, et voce et vultu mututo, hæc graviter dicere: «Tibi igitur documento esse debeo, ut multa excellentissima et præstantissima nos fugere tibi persuadeas; quæ, etsi neque animo complecti, neque cogitatione fingere possumus, nihilominus vera sunt atque expetenda.» Sic Deus, cui neque temporis mora neque longo argumentorum circuitu opus est, repente regiæ illius mulieris oculos aperuit.

PROPOSITIONS AVEC ut, ne, quominus, quod.

216. VERSION.

1. Je souhaite de voir en mourant le peuple romain jouir de la liberté. – 2. Je te demande de l´oublier. – 3. Si j´expose franchement ma manière de voir, je lui demande de ne pas s´en irriter. – 4. Il faut s´efforcer d´être utile à un très grand nombre de gens. – 5. C´est bien malgré moi que je me suis vu forcé de me rendre dans une province avec le titre de gouverneur. – 6. Grâce à la justice d´Aristide, presque tous les États de la Grèce s´allièrent aux Athéniens. – 7. J´espère que ce bonheur nous sera accordé. – 8. Il lui envoya dire de se présenter. – 9. Dès qu´on apprit leur venue à Rome, un licteur fut envoyé à la rencontre de Carthalon pour lui dire, de la part du dictateur, qu´il eût à sortir avant la nuit du territoire romain. – 10. Aux Athéniens, qui hésitaient sur le parti à prendre, la Pythie répondit qu´ils devaient se défendre à l´aide de remparts de bois. – 11. Il faut être le maître de son argent et non s´en faire l´esclave. – 12. Veux-tu que nous examinions ta conduite depuis ton enfance? – 13. Aie soin de ne rien entreprendre dont tu aies à te repentir. – 14. Je crains que tu ne sois pas à la hauteur de ta fortune. – 15. Il faut prendre garde de répéter la même chose deux fois ou davantage. 16. Je pense que c´est à cause du mauvais temps que nous n´avons pas reçu de tes nouvelles.

217. THÈME.

1. Te obsecro, Deus, ut animum meum inspicias. – 2. Eudemon eum hortabatur ut patrem revereretur, utpote qui tanto studio curaret ut optimis artibus erudiretur. – 3. Quid mihi suades ut faciam? Quod tibi placebit – 4. Rex eos, ut ejus statuam venerarentur, cogere non potuit. – 5. Eum, ut decertarem, optare sensi. – 6. Quomodo fieri possit, ut hæc feles tantum spatium confecerit? – 7. Mortiferum frigus pedes cruraque jam obstrinxerat et prope erat ut in pectus permanaret. – 8. Interdum accidit, ut pastorem ipsum vorarem. – 9. Volo, quidquid tibi præceperit, facias. – 10. Homines sæpissime admoneantur necesse est. – 11. Hoc detestabili metu, ne dormiam, impedior. – 12. Cavete ne patrimonium a majoribus nostris acceptum vendatis. – 13. Carthaginienses, qui de ejus consilio certiores facti erant, ne in Siviliam transiret prohibere volebant. – 14. Pater tuus me invitum feras exclusit et paulum abfuit quin vapularem. – 15. Pompeius facere non poterat quin ad inanes suorum sermones aures præberet.

218. THÈME.

1. Dic eis ut descendant. – 2. Ut hoc perficeret consilium, regi filium ejus natu majorem in eum conspirasse persuasit. – 3. Pilosophus Phrygi dixit ut pecuniæ partem sumeret neu de ea re verbum fuceret. – 4. Addidit illud, juvenes ita esse a rrogantes ut nihil, quod efficere nequeant, esse arbitrentur; proinde caveret ne blandienti adulantique deæ aures adhiberet et Mentoris consilia semper exspectaret. – 5. Me nobilium juvenum, qui arcem tenerent, jussa exspectare respoudi. – 6. Illi se vespere cibos non appetere dicenti, respondet oraculum ut tenuissime prandio utatur; vinum sibi nocere affirmanti, ut aquam bibat, respondet; se cruditatibus laborare querenti, ut cibo abstineut, subjicit. – 7. Samii clamaverunt ut, quid de hoc prodigio judicaret, sine metu declararet. – 8. Zenas hero rem accidisse domi mirabilem nuntiavit. – 9. Vociferari milites se eo duce nihil timere; ut in aciem educerentur clamitare.

219. VERSION.

1. Non seulement César m´a conseillé d´être son lieutenant, mais il m´en a même prié. – 2. Évitez, ô juges, d´avoir à vous repentir de n´avoir pas épargné un citoyen tel que lui. – 3. Il est nécessaire que nous chassions complètement de la ville les citoyens criminels. – 4. L´aile gauche était sur le point de plier. – 5. On vint dire à Simonide de sortir: deux jeunes gens, lui dit-on, étaient à la porte et le demandaient avec instance. – 6. Fais en sorte de te bien porter, de m´aimer toujours et de te bien persuader que je t´aime comme un frère. – 7. J´aime mieux avoir à me plaindre de ma destinée que d´avoir à rougir de ma victoire. – 8. Un homme qui a essayé de dépouiller un ami de sa renommée et de ses biens, doit nécessairement s´avouer impie. – 9. C´est une cruauté inhumaine que de crier: «César, ne te laisse pas émouvoir par des frères qui demandent la grâce de leur frère.» – 10. Je voudrais que tu visites avec des ouvriers la maison de Sylla. – 11. J´ai craint que mon arrivée soudaine ne provoquât quelque soupçon. – 12. Il n´y a qu´une chose que je crains que tu n´approuves pas. – 13. Les effets de la foudre sont extraordinaires, ils obligent nettement à croire qu´une puissance divine les produit. – 14. Qu´est-ce qui empêche Dieu d´être heureux? – 15. La foule cria qu´on lui envoyât L. Valérius et M. Horatius, qu´elle leur ferait connaître sa réponse.

220. THÈME.

1. Te iterum oro ut tibi persuadeas me plane tuum esse. – 2. Te obsecro ut hanc ingenuam amicitiam, quæ mihi tecum est, semper retineas. – 3. Æsopus ei præcepit ut deos regemque coleret. – 4. Da operam ut pacem cum vicinis serves. –5. Civibus, qui fuga salutem repererant, ut in urbe manerent, permisit. – 6. Mos erat apud Tyrios ut in magnis calamitatibus reges filios immolarent. – 7. Volo mihi respondeas. – 8. Xerxes augustam Græcorum patriam polluit: abeat necesse est. – 9. Catena, qua alligatus est, eum trahite; facite ut invitus assurgat; oportet omnes umbræ, quæ Stygis ripas incolunt, ejus ignominiam videant. – 10. Omnes timebant, ne memoriæ suæ suisque probrum inferrent. – 11. Carthaginiensibus senatusconsulto interdictum est, ne Græcam linguam discerent. – 12. Post hanc cladem, quis Catonem, quominus Pompeii filium sequeretur, impedire potuisset? – 13. Num prohibiturus es, ne avaris male dicam? Hoc quidem non prohibebo, sed ne loquacior arrogantiorque sis, impediam. – 14. Paulum abfuit quin canis ille in fiumine periret. – 15. Facere non poterant quin inanem suam superbiam agnoscerent.

221. EXERCICE.

I. 1. Quelqu´un peut-il douter que notre vie ne soit un bienfait de la divinité? – 2. Ajoutez à cela qu´un enfant instruit à la maison ne peut apprendre que ce qu´on lui enseigne, tandis qu´à l´école il profite en outre de ce qu´on dit aux autres. – 3. Puisqu´il blâme tour à tour ma tristesse et mon enjouement, c´est une preuve que je ne tombe ni dans un excès, ni dans l´autre. – 4. Mon seul tourment est de n´avoir pas suivi Pompée. – 5. Le cheval d´Alexandre avait ceci de remarquable, qu´une fois harnaché pour le combat, il ne se laissait monter que par ce prince.

II. 1. Hoc Carthaginiensibus profuit, quod huic ingenti exercitui dux deerat. – 2. Quod in prato solutus herbam carperet, morbum aliquem indicare dicebat. – 3. Una hæc res eos sollicitabat, quod sol defecerat. – 4. Sed hoc præsertim moleste tulerunt, quod duæ urbes defecerant. – 5. Hoc Minervæ non satis fuit, quod Trojam, superbissimam urbem, funditus everterat. – 6. Hoc me conficit, quod totum diem infinita cicadarum multitudine aures meæ obtunduntur.

222. VERSION.

Injures à l´Aurore. – Maudite Aurore, où vas-tu si vite? Attends encore…​ De tes doigts roses, retiens tes rênes humides de rosée. A cette heure, on dort encore d´un profond sommeil; les vapeurs du matin sont froides; les oiseaux, de leur gosier délicat, lancent des notes argentines…​ Avant ton lever le matelot règle plus facilement sa course sur les astres et ne s´égare pas au milieu des ondes. Dès que tu parais, le voyageur, malgré sa fatigue, se lève et le soldat, de ses mains meurtrières, saisit ses armes; la première, tu vois les laboureurs mettre leur hoyau sur l´épaule, la première tu fais attacher sous le joug recourbé les bœufs au pas lent. C´est toi qui arraches les enfants au sommeil, toi qui les livres à leurs maîtres pour que des coups cruels s´abattent sur leurs mains délicates. L´avocat ne t´aime pas, ni non plus l´orateur, car tous deux doivent se lever pour s´occuper de nouveaux procès. Que de fois j´ai souhaité que la nuit refusât de te céder la place et que les astres à ton apparition restassent immobiles au lieu de s´enfuir! Que de fois j´ai souhaité que le vent brisât ton essieu ou qu´un de tes chevaux trébuchât, engagé dans un nuage épais. Je cessai mes injures: on voyait qu´elle avait entendu, car elle rougissait; ce qui n´empêcha pas le jour de se lever aussi tôt qu´à l´ordinaire.

Commentaire. – 1. Nunc etiam somni (sunt) pingues, nunc frigidus (est) humor; nec tu jucunda (es) diserto; morta (est). – 2. Liquidum est un accusatif de qualification comme liquidum cantum cantare, mais pratiquement on peut le traduire comme un adverbe (Gr. § 160, 2° et 164). – 3. Nec est pour et non, mais neu ou neve sont pour et ne. – 4. Miles et au lieu de et miles; cette manière de placer et est fréquente chez les poètes élégiaques. – 5. L´ablatif marque la privation, Gr. § 178. – 6. Optavi ventus frangeret, Gr. § 276. – 7. Parfois l´imparfait du subj. latin correspond à notre conditionnel passé, Gr. § 217*, II. Scires, tu aurais compris, mais comme cette forme équivaut au pronom on, on peut traduire par un imparfait: on voyait que. – 8. Après un comparatif, certains ablatifs sont équivalente à toute une proposition (Gr. § 129): assueto (ou solito) tardius, plus tard qu´il n´avait coutume; voir d´autres exemples, § 129.

Questionnaire. – 1. Quia antequam oriatur, melius sidera servat. – 2. Quia, quamvis lassus, ea veniente, surgit. – 3. Quia, orta aurora, ad magistros eunt. –4. Quia ad lites agendas surgere cogitur. – b. Ut caderent, spissa nube retenti. – 6. Quia rubebat.

223. THÈME.

L´épisode de Nausicaa. – Nonnulli, qui se in omni judicio elegantissimos esse arbitrantur, illud moleste tulerunt, quod Homerus Nausicaan, Alcinoi, Phæacum regis, filiam, suas fratrumque vestes ipsam cum ancillis lavantem facit. Nec tamen ullus apud Homerum locus est, in quo venustas veritasque major appareat. Hujus enim regiæ virginis pudore, simplicitate, modestia, liberalitate, humanitate magnopere delectamur, cum Ulysses in litus naufragio ejectus, ad eam accedit et ab ea auxilium opemque petit. Quam libenter timorem illum, quem miser ille homo, fluctibus ereptus, deformi habitu puellæ injiciat necesse est, insita huic sexui misericordia superari videmus! Namque, supplicis audita prece, puellas, quæ eam comitabantur, magnis jam clamoribus fugientes revocat, illi vestem dari jubet, suum parentumque auxilium pollicetur; cum denique, ut ad urbem redeat, in currum ascendit, curat ut equorum moderatior fiat cursus, ut Ulysses, lassitudine confectus, minore labore sequi possit. Qui se opportune ad hanc in minoribus rebus describendis diligentiam demittere non dubitant, ipsam naturam et animo perspicere et exprimere possunt.

RÉCAPITULATION SUR LES PROPOSITIONS COMPLÉTIVES.

224. VERSION.

1. Le bruit s´était répandu qu´Artaxercès préparait une flotte et une armée. – 2. César espérait venir à bout de cette entreprise sans combat et sans dommage pour les siens. – 3. Je me demande où Messénion se promène actuellement. – 4. Je demanderai à mes amis leur avis sur ce qu´il faut faire. – 5. Thucydide a écrit qu´on soupçonna Thémistocle de s´être empoisonné. – 6. Ils crurent entendre sortir d´un bois sacré une voix puissante qui leur commandait de faire des sacrifices conformément au rite traditionnel. – 7. Que Varius retourne auprès de son général, mais à condition qu´il ne remette jamais les pieds à Rome. – 8. On disait que tu avais remporté un succès. – 9. Eh quoi! Était-ce si difficile d´écrire à Panhorme? – 10. Voici ce que je crains encore: c´est que nous ne soyons déjà cernés, au point de ne pouvoir plus nous échapper; il y a lieu en outre de redouter la famine pour la ville. – 11. La différence essentielle entre l´être inanimé et l´animal, c´est que l´un n´agit nullement, tandis que l´autre est doué d´une certaine activité. – 12. Nous devons tâcher d´éviter le plus possible tout ce qui peut nous pousser au vice. – 13. J´ai en outre l´ennui de voir Dolabella dans le parti de César. – 14. J´ajouterai, ce qui est la vérité même, que je n´ai pas encore entendu parler de ce danger.

225. THÈME.

1. Hamilcar rumorem omnino contrarium sparsit, Agathoclem cum suis copiis omnibus devictum esse. – 2. Hoc primum quærendum est, quis sit ex omnibus hominibus liberrimus. – 3. In hoc fœdere persuasio apparet deos humanis rebus interesse. – 4. Illas in eam mentem impellam, ut navem incendant. – 5. Hunc morem maxime probat Aristoteles, ut coloniæ in loca diversa interdum deducantur. – 6. Aristoteles Pœnis non vitio vertit, quod nullos milites habebant, nisi mercede conductos. – 7. Hoc certo scio, fore ut e Gallia pellantur.– 8. Illud vos moneo, nos hoc anno Tusculanas ficus nullas esuros. – 9. Hoc tibi vehementius præcipio, ne, quid Deo debeas, unquam obliviscaris. – 10. Pygmalio Sychæum eo consilio interfecit, ut magnis ejus opibus potiretur. – 11. Ea indoles Carthaginiensibus erat, ut in magnis calamitatibus statim animo frangerentur. – 12. Eis permisit ut suos agros colorent, sed ea lege ut tributum penderent.

226. EXERCICE.

  1. Mihi non licet ignavo (ou ignavum) esse. (Gr. § 172)

  2. Memini eum ægrotare (Gr. § 261*).

  3. Speramus fore ut te sequatur. (Gr. § 262, 265, 275)

  4. Vos moneo eum ab omnibus exspeotari. (Gr. § 264, 275)

  5. Vos moneo ut quam primum veniatis. (Gr. § 273*)

  6. Moleste ferebat se ab omnibus vitari. (Gr. § 259* II)

  7. Manifestum est te in maxima errore versari. (Gr. § 270*)

  8. Hoc accidisse non verisimile est. (Gr. § 270*)

  9. Facere non possum quin me pæniteat. (Gr. § 279*, 3°)

  10. Adde quod pater ejus aberat. (Gr. § 280)

  11. Non possumus eum non vituperare. (Gr. § 270)

  12. Nihil impedit quominus veniatis. (Gr. § 279)

  13. Timebat ne ei non assentiremur. (Gr. § 278)

  14. Prope est ut fame intereamus. (Gr. § 274*)

  15. Fac admoneamur. (Gr. § 276*)

  16. Cave ne ab omnibus vitupereris. (Gr. § 278*)

  17. Ei imperavit ut proficisceretur. (Gr. § 273, 275)

  18. Milites exspectare jussit. (Gr. § 269, 275)

  19. Nobis, ut statim abiremus, permittebat. (Gr. § 273)

  20. Turris ædificari desita est. (Gr. § 272)

227. VERSION.

Un général habile doit cacher ses projets. – 1. On demandait à Métellus Pius, au temps où il guerroyait en Espagne, ce qu´il ferait le lendemain: «Si ma tunique pouvait le dire, répondit-il, je la brûlerais.» – 2. A quelqu´un qui voulait savoir à quel moment il lèverait son camp, M. L. Crassus répondit: «Crains-tu de ne pas entendre le signal donné par la trompette?» – 3. Mithridate, dont le camp était investi par Pompée, se préparait à fuir le lendemain; mais, pour mieux cacher son projet, il envoya des fourrageurs assez loin, et jusque dans les replis de terrain voisins de l´ennemi. Pour mieux détourner les soupçons, il donna rendez-vous à plusieurs personnes pour s´entretenir avec lui le jour suivant et fit même allumer dans son camp des feux plus nombreux qu´à l´ordinaire. Puis, à la seconde veille, il fit partir ses troupes le long du camp même de l´ennemi. – 4. Himilcon, général carthaginois, voulant aborder à l´improviste en Sicile, se garda bien de dire où il allait. Il remit à tous les pilotes des tablettes indiquant où l´on devait se rendre, mais scellées, et défendit de les ouvrir à moins que le navire, entraîné par une tempête, ne fût dans l´impossibilité de suivre le vaisseau amiral. – 5. M. Porcius Caton pensait bien que les villes qu´il venait de soumettre en Espagne, seraient tentées de se révolter à cause de la confiance qu´elles avaient dans leurs fortifications. Il envoya donc à chaque cité l´ordre de détruire ses remparts, la menaçant de la guerre, si elle n´obéissait immédiatement. Il fit remettre cet ordre à toutes le même jour, en sorte que chaque cité crut que cette mesure lui était spéciale.

Commentaire. – 1. Parce que le sens est: Je la brûlerais, si elle pouvait le dire, mais en fait, elle ne le peut pas, Gr. § 217. – 2. Quid postera dis facies? Quo tempore castra movebis? L´auteur a employé le participe en -urus pour rendre sensible l´idée du futur au subjonctif. Gr. § 342, 1°. – 3. In signifie alors pour quelle date: in proximam diem, in proximum. Gr. § 200 – 4. Ignem fieri jubebis. ou Ignem facies (Gr. §201) – 5. Conformément à la règle § 254: quæro quis venerit. – 6. L´ablatif marque la cause, Gr. § 186. – 7. Parce que scribere exprime ici un ordre, il est donc verbe d´intention, § 275. – 8. Minari bellum civitati. Gr. § 158.

Questionnaire. – 1. Quia Pompeius eum circumvallabat. – 2. Suspicionis avertendæ causa. – 3. Secunda vigilia – 4. Ut inopinatus classem in Siciliam appelleret. – 5. Ne, quo profisceretur, legendo cognoscere possent. – 6. Fiducia murorum. – 7. Ut unaquæque civitas sibi soli imperatum esse crederet.

228. THÈME.

Régulus. – Senatores, ejus constantiam mirati, talem civem conservare cupiebant. Pontifex summus eum jurisjurandi religione solvi posse affirmabat. At præclarus ille captivus, ea voce, qua omnes senatores commoverentur: «Mea, inquit, consilia sequimini Regulique memoriam deponite. Deorum iram [in hanc urbem] concitare nolo. Hostibus enim me in eorum dicionem rediturum pollicitus sum, si pacem aspernati essetis. Quod juravi, faciam. Non equidem nescio quid de me futurum sit; sed animus meus scelere pollueretur, corporis autem solius vires dolore frangentur. Ceterum, qui mala pati didicit, nulla ei mala jam esse possunt; quod si naturæ vires dolore superantur, morte liberamur. Proinde, patres conscripti, meum casum dolere desinite; de me quid vellem fieri, statui nec quicquam, ut de sententia discedam, me impellere poterit. Carthaginem redeo, functusque officio, cetera diis permitto.» Tum surrexit, nec plura locutus, oculis in terram defixis et uxore liberisque a se remotis, Roma discessit…​ Crudelissimis cruciatus suppliciis periit.

229. VERSION.

Trois songes merveilleux. – 1. Le savant Héraclide raconte que la mère de Phalaris crut voir en songe des statues de divinités, élevées dans le palais par Phalaris lui-même. L´une d´entre elles, celle qui représentait Mercure, lui sembla verser du sang avec une coupe qu´elle tenait de la main droite. Or ce sang, dès qu´il touchait terre, rejaillissait avec tant de force que la maison en était toute remplie. L´affreuse cruauté de Phalaris justifia ce songe de sa mère. – 2. Agathocle raconte qu´Hamilcar, occupé au siège de Syracuse, crut entendre une voix lui annoncer qu´il dînerait le lendemain dans la ville. Or, le lendemain matin, une mutinerie jeta le désordre dans son camp. Les Syracusains s´en étant aperçus, firent subitement irruption et Hamilcar fut fait prisonnier. Le songe qu´il avait eu fut ainsi réalisé. – 3. Une coupe d´or avait été dérobée dans le temple d´Hercule. Or Sophocle crut entendre en songe le dieu lui-même lui nommer le voleur. Par deux fois, la même chose se produisit sans qu´il y prit garde. Enfin il soumit la chose à la justice. Les juges de l´Aréopage firent saisir l´homme désigné par Sophocle. Celui-ci, mis à la question, avoua et restitua la coupe. En souvenir de ce fait, ce sanctuaire fut appelé le temple d´Hercule Accusateur.

Commentaire. – 1. Parce qu´il signifie ici raconter par écrit et rentre dans la catégorie des verbes d´opinion. Gr. § 264. – 2. Parce que cette proposition relative serait déjà subordonnée dans le discours direct, Gr. § 340. – 3. Hoc autem (or) matris somnium. – 4. Cette proposition est introduite simplement par l´idée de dire, suggérée par le mot vox, Gr. § 281. – 5. Ædes, au singulier, signifie temple, au pluriel, une maison, un édifice; pour l´employer an pluriel au sens de temple, on dirait ædes sacræ. – 6. Le sujet est confondu avec l´attribut: illud fanum nominatum est fanum Indicis Herculis; cette ellipse est courante.

Questionnaire. – 1. Mercurius. – 2. Immani Phalaridis crudelitate. – 3. Postridie, cum is dies illuxit. – 4. Cenavit, etenim a Syracusanis captus et in urbem deductus est. – 5. Patera aurea. – 6. Eum, qui a Sophocle erat nominatus. – 7. Quia quæstio adhibita erat.

230. THÈME.

Enfance de Pluton. – ln Platonis labra, cum parvulus in cunis dormiret, apes mel instillasse dicuntur; quod eximiam illum eloquentiam, qua inter omnes Græcos eminuit, significare visum est. Juvenis carminibus scribendis operam dedit ac nonnullas elegias duasque tragœdias condidit, quæ omnia, ut statim se philosophiæ dedere consilium cepit, in ignem abjecit. Viginti annos natus erat, cum a patre Socrati docendus traditus est. Superiore autem nocte sibi visus erat Socrates in somnis cycneum pullum in sinu fovere, qui postea, pluma tectus, alas explicavisset et audacissimo volatu cum summæ suavitatis cantu quam altissime elatus esset. Philosophus non dubitavit quin hoc somnium ad Platonem, quem sic designari sensit, pertineret maximamque famam portenderet, quam discipulus ille postea adepturus esset.

SYNTAXE DES PROPOSITIONS NON COMPLÉTIVES.

PROPOSITIONS CAUSALES ET FINALES.

231. VERSION.

1. Puisque cette bête féroce est tombée dans le piège, écrasons-la. – 2. Pour quelles raisons me voyez-vous refuser la paix? Parce qu´elle est honteuse, dangereuse, impossible. – 3. César ordonna de sonner la retraite; mais les soldats, séparés par une vallée assez large, n´entendaient pas la trompette. – 4. Antoine s´est emporté contre les habitants de Sidicinum; il a persécuté ceux de Pouzzoles, parce qu´ils avaient choisi Cassius et les Brutus pour patrons. – 5. Le sénat félicite à bon droit la Gaule de résister à Antoine. – 6. Les athlètes, en lançant le ceste, poussent un gémissement: ce n´est pas qu´ils souffrent ou que leur courage faiblisse, mais c´est que ce cri favorise l´effort de tout le corps et rend le coup plus vigoureux. – 7. Puisque le génie des écrivains a rendu de si grands services aux hommes dans la vie privée comme dans la vie publique, il me semble qu´on devrait leur décerner non seulement des palmes et des couronnes, mais encore de véritables triomphes. – 8. Je te félicite d´avoir pu rejoindre les tiens sans encombre. – 9. Il nous déplaît de te voir, ô nature, accorder aux fleurs une beauté si éphémère. – 10. Je suis enchanté que tu sois devenu l´ami intime du savant Matius. – 11. Je crois que les Cyclades elles-mêmes se sont étonnées de me voir composer des vers au milieu des hurlements de la tempête.

232. THÈME.

1. Præsentia cernere nolumus, quia nobis mæstitiam afferunt. – 2. Ambos nominavi, quia utrumque optime nosti. – 3. Cum animam efflaret, suum casum questus est, quod ab ingenuo saltem viro non occideretur. – 4. Parmenio, ut diligenter a Philippo caveret, eum admonebat, quod iste a Dario pretio corruptus esset. – 5. Quod Telemachus tuum numen spreverit, doleo. – 6. Sybaritæ queruntur, quod agros, qui in eorum ditione fuerant, invasimus. – 7. Cur, quod brevis sit vita, querimini, cum eam justo longiorem etiam judicare videamini? – 8. Cum Romanis, turpissimis viris, nondum satis multi sint dii, ipse quoque templum, quod meum sit, mihi ædificari volo. – 9. Cum mihi sis ereptus, gaudia omnia mini perierunt. – 10. Volui regem pæniteret, quod mecum tam contumeliose egisset. – 11. Philosophus, quod et philosophus erat et unus ex civitatis principibus, in consilium adhibitus est. – 12. Quoniam bonus eram, populi me laudibus efferebant.

233. VERSION.

1. Puisque Dolabella est désormais considéré comme un ennemi, il faut faire la guerre à Dolabella; et puisqu´il faut faire la guerre à Dolabella, il faut choisir un général. – 2. Il est doux, lorsque les vents soulèvent les flots sur la vaste mer, de voir du rivage des hommes lutter avec les éléments; ce n´est pas qu´on aime à voir souffrir autrui, mais il est doux de se sentir à l´abri des maux qu´on a sous les yeux. – 3. J´avais renoncé à mes livres; non que j´en fusse mécontent, mais ils me faisaient honte. – 4. Quelques personnes blâmaient Atticus de sembler avoir si peu de haine contre les mauvais citoyens. – 5. Xercès vaincu et réduit à regagner son royaume en tremblant pour sa vie, remercia Démarate d´avoir été seul à lui dire la vérité. – 6. Il y avait un nombre énorme de captifs, qu´Hannibal avait fait vendre, parce que leurs concitoyens ne payaient pas leur rançon. – 7. L´élève paresseux se plaint de voir l´encre trop épaisse rester dans sa plume, ou devenir trop pâle quand il y ajoute de l´eau, ou tracer deux traits au lieu d´un quand elle est devenue plus fluide. – 8. Puisque tu t´adonnes à l´étude avec persévérance et que, te désintéressant de tout le reste, tu ne songes qu´à te rendre plus parfait, je te félicite et je t´en exprime ma joie.

234. THÈME.

1. Pontifex cum universo consilio Jesum Christum condemnat, quod se filium Dei esse dicebat (ou diceret). – 2. Cum tibi omnia sint indicata, illud non negabo. – 3. Milo magni bovis oneri non succumbebat, quia eum a parvulo ferre consueverat. – 4. Æschylus falso insimulatus est, quod in quadam ex ejus fabulis Eleusinia sacra patefecisset. – 5. Quod de republica non desperasset, ei gratias egerunt. – 6. Vicini cujusdam feli diem dixisti, quod ovillæ coxæ reliquias comedisset. – 7. Cum ita res se habeat, pater, mei pectoris secreta tibi aperiam necesse est. – 8. Cum supremus dies aliquando sit obeundus, num apud patrem obscurum exspectare senectutem velim? – 9. Noli irasci; quod ita sim animatus. – 10. Cum queruntur, quod æquo celerius effluat tempus, mentiuntur. – 11. Quod profiscisci non posset (ou non poterat), dolere videbatur. – 12. Neptuno, quod ejus preces audierat (ou audiisset), gratias agebat. – 13. Lycurgus laude dignus est, quod artes omnes, quæ luxuriæ tantum voluptatisque ministræ sunt, e sua civitate ejecit.

235. EXERCICE.

Version 231. – Phrase 3: l´auteur constate un simple fait. – Phrase 4: l´auteur cite le fait qu´Antoine considère comme une injure, il rapporte donc l´opinion d´autrui. – Phrase 5: l´auteur rapporte le motif qu´a le sénat de louer la Gaule (Gr. § 287*). – Phrase 8: l´auteur envisage le fait en lui-même et le donne comme objet plutôt que comme motif de son sentiment (Gr. § 287*).

Version 233. – Phrase 1: l´auteur rapporte l´opinion de ceux qui blâment Atticus. – Phrase 5: l´auteur rapporte la raison qu´a Xercès de remercier Démarate; l´indicatif serait d´ailleurs possible, mais indiquerait que l´auteur veut affirmer que Démarate a été réellement le seul à dire vrai. – Phrase 7: l´auteur rapporte le motif des plaintes de l´écolier, mais ne prétend pas affirmer que ce motif corresponde à la réalité. – Phrase 8: l´auteur attire l´attention sur le fait qui est l´objet du sentiment, plutôt que de le présenter comme motif (Gr. § 287*).

236. VERSION.

1. Que tu aies, comme tu l´écris, prolongé ton séjour pour pouvoir me rencontrer, cela, sans mentir, me fait plaisir. – 2. Décion, va trouver mon père; ramène-le aussitôt auprès de moi. – 3. Démocrite exprima le suc de toutes les plantes, et pour découvrir leurs propriétés, passa sa vie à faire des expériences. Eudoxe vieillit au sommet d´une haute montagne d´où il observait le mouvement des astres. – 4. César écrivit cette lettre en caractères grecs, de peur que, si elle était interceptée, les ennemis ne connussent nos intentions. – 5. Les Carthaginois, pour empêcher Régulus de fermer les yeux, lui cousaient les paupières après les avoir écartées l´une de l´autre. – 6. Marcellus, après avoir fait fermer et garder les portes, fit une enquête publique pour connaître ceux qui avaient entretenu des relations secrètes avec l´ennemi. – 7. Les compagnons de Pélopidas, afin de pouvoir se mettre en route sans provoquer les soupçons, sortirent d´Athènes avec des chiens de chasse, des filets et des habits de paysans. – 8. Pompée donna aux habitants de Daphné des terrains assez vastes, pour agrandir leur bois sacré. – 9. Ils portaient sur le dos leurs épées et leurs boucliers, mais ces boucliers étaient de cuir, pour qu´ils fussent plus légers et fissent moins de bruit quand ils seraient heurtés.

237. THÈME.

1. Arabes, ut in viatores impetum faciant, in his arundinibus delitescunt. – 2. Ut viam Appiam repeterem, ad Cæciliæ Metellæ tumulum iter direxi. – 3. Aliquid excogita, ut, quod fecisti, rescindas. – 4. Romam, quo mea cura pulchrior surgeret, dirui. – 5. Ne Hispania sine præsidio relinqueretur, Scipio in eam regionem Cneium fratrem misit. – 6. Vix spiritum ducere audebant, ne silentium illud rumperent. – 7. Vulpes cuniculos agit duplicem præbentes exitum, ne opprimatur utique venatoris insidias vitare possit. – 8. Ne vituperaretur, Pompeius id fecit, quod semper a posteris vituperabitur. – 9. Causas fingebat, quo serius abiret. – 10. Cum jam in eo erat juvenis ut nautas urgeret, quo maturius proficiscerentur, Mentor eum repente repressit. – 11. Quotidie voluptates novæ excogitabantur, quo mihi jucundior vita foret. – 12. Æsopus medius inter duos conservos suos collocatus est, ut ejus deformitate commendarentur. – 13. Cum parva militum manu præfectum hic relinques, ut oppido præsidio sint.

238. VERSION.

Un jugement singulier. – On amena devant Cn. Dolabella, qui était gouverneur de la province d´Asie avec le titre de proconsul, une femme originaire de Smyrne. Cette femme avait fait périr en même temps, en leur administrant secrètement du poison, son mari et son fils. Elle ne niait pas le fait, mais elle alléguait, pour justifier sa conduite, que son mari et son fils avaient traîtreusement assassiné son autre fils, né d´un premier mariage, excellent jeune homme, auquel ils n´avaient rien à reprocher. Personne d´ailleurs ne contestait qu´il en fut ainsi. Dolabella consulta les membres de son conseil, mais aucun d´eux n´osait trancher une question si épineuse; en effet, il ne semblait pas qu´on pût laisser impunie une femme qui avouait avoir empoisonné son mari et son fils, et pourtant cet empoisonnement était le juste châtiment d´un forfait. Dolabella renvoya l´affaire aux membres de l´Aréopage, à Athènes, comme étant des juges plus autorisés et plus expérimentés. Ceux-ci, après avoir examiné l´affaire, citèrent l´accusateur et l´accusée à comparaître après un délai de cent ans. Ainsi l´empoisonneuse ne fut pas acquittée, les lois ne le permettant pas, mais elle ne fut pas non plus condamnée ni punie, parce qu´elle méritait l´indulgence.

Commentaire. – 1. C´est un ablatif de circonstance, qui pourrait être accompagné de cum (Gr. § 188). – 2. Se est nécessaire, car la proposition infinitive dépendant d´un verbe d´opinion doit avoir un sujet, même là où nous n´en mettons pas en français (Gr. § 264). – 3. L´auteur rapporte le motif allégué par cette femme; d´ailleurs cette proposition fait partie du discours indirect (Gr. § 340). – 4. Cette proposition infinitive dépend de l´idée de dire contenue dans la locution verbale controversia non erat, qui équivaut à on ne niait pas (Gr. § 270*). – 5. In avec l´accusatif signifie souvent au sens figuré, pour ou contre; c´est le contexte qui indique s´il faut choisir le sens de pour ou contre; dans in homines sceleratissimos, l´idée d´exercer une vengeance indique bien qu´il faut traduire in par contre. – 6. Il y a mouvement pour renvoyer l´affaire à l´Aréopage, à Athènes. – 7. Cet ablatif marque la date à laquelle une chose se passe: centesimo anno adesse, comparaitre la centième année (après l´année actuelle), donc cent ans plus tard; dans eodem tempore, l´ablatif marque également la date (Gr. § 199).

Questionnaire. – 1. Asiam. – 2. Virum et filium veneno a se interfectos esse. – 3. Ab iisdem alterum filium suum occisum esse dicebat. – 4. Quia per leges non licebat – 5. Quia homines sceleratissimos interfecerat et ideo venia digna erat. – 6. Accusatorem mulieris et mulierem ipsam centesimo anno adesse jusserunt.

239. THÈME.

L´enfance d´un capitaine de brigands. – Ne mihi valetudo in prima ætate studiorum intentione minus prospera fieret, per hoc omne tempus ineptissimis ludis mihi vacare licuit. Sic enim pater censebat, impensius studere pueros non decere, priusquam eorum ingenium, procedente tempore, ad quamdam maturitatem perductum esset. Interim, neque legere, neque scribere discebam. Nec tamen tempus frustra conterebatur: pater enim me sescentos ludos docebat; avus autem mihi semper eadem carmina decantabat et cum versiculos decem vel duodecim, per trium mensium spatium sæpe repetitos, memoriter pronuntiare potueram, parentes quanta memoria essem admirabantur. Mater continuo mihi amuntissime blandiebatur; avus vero gaudio lacrimabat. Interea, annum ætatis jam duodecimum ingressus, nullum adhuc magistrum audieram. Tandem præceptori cuidam traditus sum, sed me erudire, nullis adhibitis verberibus, dilucide jussus est; nec illi quicquam in me licuir, nisi ut interdum mihi minaretur. Sed hoc ipsum parum profuit, nam aut ejus minas ludibrio habebam, aut modo ad matrem, ad avum modo, ut eas incusarem, confugiebam.

PROPOSITIONS CONSÉCUTIVES ET CONCESSIVES.

240. VERSION.

1. Avec les consuls que nous avons, les dispositions du peuple romain, l´accord de toute l´Italie, les généraux, les armées dont nous disposons, la République ne peut subir aucun échec sans que ce soit par la faute du sénat. – 2. Tu avais bu tant de vin que tu fus obligé de vomir le lendemain sous les yeux du peuple romain. – 3. Ce que vous faites est tel que vous nous paraissez agir contre vos propres intérêts. 4. Je ne laisserai passer aucun moment, ni de jour, ni de nuit, sans songer à la liberté du peuple romain. – 5. Personne n´est cruel au point de ne pouvoir s´adoucir. – 6. Qui donc a pu voir ce temple sans devenir aussitôt un témoin de ta cupidité? – 7. Il s´en faut tellement que tout cela ait été créé pour les animaux, que les animaux eux-mêmes nous apparaissent comme créés pour l´avantage de l´homme. – 8. Quand on a une santé faible, on évite difficilement le froid dans une maison au sein d´une ville; à plus forte raison est-ce difficile d´éviter les intempéries quand on voyage sur mer. – 9. C´est si loin d´être un devoir, qu´il n´y a rien de plus contraire au devoir. – 10. Dolabella a dépouillé à ce point tout sentiment d´humanité, qu´il a exercé sa cruauté insatiable non seulement sur Trébonius vivant, mais même sur son cadavre. – 11. Je me suis comporté de telle manière dans les procès d´intérêt public, que j´ai défendu beaucoup de gens et n´ai nui à personne.

241. THÈME.

1. Maris Mortui aqua tam pigra est ut violentissimis ventis attolli vix possit. – 2. Hæc tam blanda voue tantaque religione cecinit, ut omnes qui audiebant, in summum Olympum translati esse sibi viderentur. – 3. Pauci tam duri erant, ut lacrimas tenere possent. – 4. Oculos aperire non possum, quin artem in tota rerum natura elucentem admirer. – 5. Nunquam cubitum eo, quin me clariore voce præditum e lecto surrecturum sperem. – 6. Nemo mihi unquam contradicere ausus est, quin statim pœnas daret. – 7. Tantum aberit ut hæ gentes tibi bellum inferant, ut etiam sine intermissione gratias acturæ sint. – 8. Tantum aberat ut horum hominum me misereret, ut eorum fortunæ inviderem. – 9. Tantum abfuit ut ejus studio et virtute uterentur, ut eum Pharaonis iræ objicerent. – 10. Hoc regnum tibi debetur; cujus rei tantum abest ut me pæniteat, ut id tibi tradere velim. – 11. Justinus a Persis semper devictus, tot cladibus ita conturbatus est, ut in furorem inciderit. – 12. Eum aspicere non poterant quin ægritudine opprimerentur. – 13. Intellegebat hunc ignotum hominem adeo non posse vulnerari, ut nullā sagitta a se transfigi posset.

242. VERSION.

1. Je fus saisi d´un si violent désir de revenir, que ni les vents ni les rames n´allaient assez vite à mon gré. – 2. Xercès livra bataille dans le détroit de Salamine, où la mer a si peu d´étendue, que sa flotte immense ne put se déployer. – 3. Démarate devint l´ami si intime du roi Ancus, qu´on le considérait comme associé à tous ses desseins et pour ainsi dire comme partageant avec lui la royauté. – 4. Il n´y a personne d´assez courageux pour ne se pas troubler en présence d´un phénomène inconnu. – 5. Hortensius ne laissait se passer aucun jour sans parler sur le forum ou sans déclamer hors du forum. – 6. Loin de considérer l´armée de Brutus comme un danger pour la République, Pansa y a vu l´appui le plus solide et le plus autorisé de l´État. – 7. Incapable de maîtriser sa colère, il allait jusqu´à dire qu´il viendrait au sénat l´épée au côté. – 8. Les citoyens se plaignaient qu´on eût nommé des consuls belliqueux, qui, étant capables, en pleine paix, de provoquer un conflit, à plus forte raison ne laisseraient pas le moindre repos à l´État durant la guerre. – 9. Je n´ai rencontré personne sans en recevoir aussitôt les plus vifs remerciements. – 10. Mon expérience des succès et des revers me pousse à suivre la raison plutôt que la fortune. – 11. La philosophie est venue si bien à bout des mauvais instincts de Stilpon, que personne ne l´a jamais vu ivre.

243. THÈME.

1. Equus ille adeo ferox erat ut nemo in eum ascendere auderet. – 2. Unde tibi tanta audacia est, ut mihi bibenti aquam turbulentam facias? – 3. Sunt quidam ita iniqui ut Deum humano generi consulere negent. – 4. Num tibi tantula virtus est ut sine fraude vincere non possis? – 5. Neminem aspicio quin mihi statim in suspicionem veniat. – 6. Te lacrimantem aspicere non possum, quin statim commovear. – 7. Nemo tam ignavus est, ut ignaviorem invenire non possit. – 8. Tantum aberat ut victoria, quam modo consecutus erat, superbus aut ferox factus esset, ut ejus etiam modestia comitasque major fieret. – 9. Tantum abfuit ut Gelo tyrannus et libertatis patriæ suæ eversor haberetur, ut etiam de civitate sua bene meritus esse eamque liberasse putaretur. – 10. Hortulanus ea explanatione adeo gavisus est, ut Æsopo, quidquid in horto esset, sponte obtulerit. – 11. Corvo ita ungues lana intricati sunt, ut miserum illud animal discedere non potuerit. – 12. Numa Sabinorum Romanorumque populos ita conjunxit, ut jam discerni non possint. – 13. Crudelitas et perfidia pericula augent, nedum minuant.

244. VERSION.

1. Quoique Phocion eût souvent commandé des armées et exercé des charges très importantes, il demeura constamment pauvre; et pourtant, il aurait pu être très riche. – 2. Il ne leur était pas permis de se trouver là: ils y étaient pourtant. – 3. Quoique tu n´aies ni intelligence ni sentiment, tu te connais pourtant et tu connais les tiens. – 4. Datis se rendait bien compte que le terrain était défavorable à ses troupes; néanmoins, confiant dans leur supériorité numérique, il désirait engager le combat. – 5. César avait remporté des succès militaires, funestes, il est vrai, à la république, mais dont on ne peut nier l´importance. – 6. Platon avait été cruellement maltraité par Denys le tyran; il revint pourtant dans le pays à la prière de Dion. – 7. Si tu m´apportais des chaussures faites à la mode Sicyonienne, je ne m´en servirais pas, même si elles m´allaient bien, parce que je ne les jugerais pas convenables à un homme. – 8. Je ferai comme les généraux: même quand ils voient leurs soldats disposés à bien combattre, ils ne laissent pas de les haranguer. – 9. Admettons que les chances de la guerre soient douteuses, il n´en reste pas moins vrai que, pour défendre sa liberté, il faut risquer sa vie. – 10. Quand nous entendons des gens nous dire que nous sommes très bons et très sages, nous les croyons, et pourtant nous savons qu´ils disent bien des mensonges. – 11. Tu me parais non seulement sage, mais encore heureux: et pourtant, qui peut être heureux dans les circonstances actuelles?

245. THÈME.

1. Quanquam hostis ei pepercerat, metu exanimatus est. – 2. Xantus, etsi Æsopo libertatem haud raro promittebat, in animum tamen inducere non poterat, ut eum manumitteret. – 3. Licet (ou quamvis) sint magni reges, nostri tamen non dissimiles sunt. – 4. Etsi rei familiaris diligens, munificus tamen erat. – 5. Ægyptus, cum suis sapientibus institutis multum superbiret, tamen a Persis subacta est. – 6. Neptunus, etsi Phœnicibus favebat, Telemachum tamen tempestatem effugisse diutius ferre non poterat. – 7. Quanquam tyrannidem tyrannumque Syracusani multum oderant, tamen Pœnorum odium vicit. – 8. Etsi ægroto, ad cenandum tamen vobiscum e lecto surgam. – 9. Pœni, quamvis magna necessitate urgerentur, animos tamen non demiserunt. – 10. Quamvis acerbe fleret, tamen in ejus vultu lætitia apparuit. – 11. In hujus certaminis eventu, etsi propter pugnantium paucitatem haud magnum videri potest, Carthaginis fortuna posita erat.

246. VERSION.

Prodiges arrivés dans l´empire Romain. – Je laisse de côté les prodiges qui furent plutôt surprenants que funestes: des bœufs qui parlaient, des serpents qui volaient, et tous les phénomènes de ce genre, qui, vrais ou faux, causent plus de surprise que de dommage. Mais les pluies de terre, de craie, de pierres étaient bien capables de causer des dégâts importants. Nous lisons que les feux de l´Etna, descendant du sommet même de la montagne jusqu´au rivage voisin, échauffèrent tellement la mer que le goudron des navires fondait. Cette même éruption du volcan couvrit la Sicile d´une telle quantité de cendres, que les maisons de Catane s´écroulèrent; à l´occasion de ce désastre, les Romains, émus de pitié, firent remise à cette ville d´une partie de son tribut pour cette année-là. Les écrivains racontent que l´on vit en Afrique, devenue déjà province romaine, une quantité de sauterelles qui tenait du prodige: en effet, après avoir rongé les récoltes et les feuilles des arbres, elles allèrent s´abattre, dit-on, dans la mer sous forme d´un énorme nuage. Elles vinrent ensuite s´échouer mortes sur le rivage et la corruption de l´air engendra une peste affreuse, au point qu´on rapporte que, dans le seul royaume de Masinissa, huit cent mille hommes périrent et qu´il y eut plus de victimes encore dans les régions côtières.

Commentaire. – 1. Tout d´abord parce que mirus et noxius ne sont pas usités au comparatif; mais d´ailleurs le sens de plutôt…​ que, convient bien au passage (Gr. § 128*). – 2. C´est un ablatif de moyen (Gr. § 187). – 3. Parce que le verbe dont dépend solverentur n´est pas legimus, mais ferbuisse, qui est au passé. – 4. C´est qu´il s´agit d´une conséquence encore vraie au moment où l´auteur écrit (Gr. § 295). – 5. C´est un ablatif de manière: sous la forme de. Gr. § 188.

Questionnaire. –1.Boves locutos esse, volasse serpentes et cetera hujus modi. – 2. Earum pices solutæ sunt. – 3. Quia ejus urbis tecta favilla diruta erant. – 4. Quia locustarum corporibus litori redditis aer corruptus erat. – 5. Octingenta millia.

247. THÈME.

Don Quichotte et Sancho. – «Pastor quidam, quem trecentæ capræ sequebantur, ad fluminis ripam pervenit, ad quod transeundum nulla navicula in promptu erat. Piscatorem tamen invenit, cui tantula scapha erat ut præter ipsum unam tantum capram capere posset. Etsi res difficilior erat, piscator tamen eum cum trecentis suis capris transvehere non recusavit. Capram unam igitur in scapham imponit; qua transvecta cum rediisset, aliam transvehit; tum redit et aliam transvehit, postea aliam, deinde aliam. Memoria, quæso, tene, quot capras piscator transvexerit. Quanquam multum temporis in commeando consumebat, redit tamen iterum iterumque aliam transvehit, postea aliam, deinde aliam.» – «Eia, desine, fac omnes ad ulteriorem ripam transisse.» – «Minime, here; id fieri nullo pacto potest; sed dic mihi, quæso, quot capræ jam transvectæ sint?» – «Num tantum interest transvectas capras a me numerari, ut aliter fabula ad finem perduci non possit?» – «Non potest, here. Quoniam enim caprarum numerus tibi excidit, mihi quoque excidit hujus fabulæ exitus.»

PROPOSITIONS CONDITIONNELLES.

248. EXERCICE.

I. 1. Si Dieu existe (prés. de l´indic.), il faut (prés. de l´indic.) l´aimer. Première forme. – 2. Si tu étais (imparf. du subj.) moins orgueilleux, tu souffrirais (imparf. du subj.) moins. Troisième forme. – 3. Les ennemis auraient été anéantis (pl.-q.-parf. du subj.), si on les avait poursuivis (pl.-q.-parf. du subj.). Quatrième forme. – 4. Si tu viens (fut. antér.), je te montrerai (futur) mon nouveau livre. Première forme. – 5. S´il m´injuriait (près. du subj.), je me tairais (près. du subj.). Deuxième forme. – 6. S´il m´injuriait (imparf. de l´indic.), je m´éloignais (imparf. de l´indic.) sans répondre. Première forme. – 7. Si tu venais (près. du subj.), nous serions (prés. du subj.) heureux de te recevoir. Deuxième forme. – 8. S´il m´eût cru (pl.-q.-parf. du subj.), il n´aurait pas entrepris (pl.-q.-parf. du subj.) ce voyage. Quatrième forme. – 9. Si tu parles (fut. antér.), tu t´en repentiras (futur). Première forme. – 10. S´il refusait (imparf. de l´indic.), nous n´insistions pas (imparf. de l´indic.). Première forme.

II. 1. S´il m´avait écouté (pl.-q.-parf. du subj.) autrefois, il ne serait pas (imparf. du subj.) aujourd´hui dans la misère. Troisième et quatrième forme. – 2. S´il était (imparf. du subj.) plus obéissant, il n´aurait pas encouru (pl.-q.-parf. du subj.) cette punition. Troisième et quatrième forme. – 3. Si tu venais (prés. du subj.), sois (impératif) sûr que je te recevrais avec plaisir. Deuxième forme (Si tu venais se rattache à la proposition je te recevrais et non pas à sois). – 4. Si ce malheur t´arrive (fut. antér.), résigne-toi (impér). Première forme. – 5. Tu ne nous aurais pas trouvés (pl.-q.-parf. du subj.) trop sévères, si tu n´étais (imparf. du subj.) toi-même trop indulgent. Troisième et quatrième forme. – 6. Tu serais (imparf. du subj.) maintenant auprès de nous, si tu n´avais pas entrepris (pl.-q.-parf. du subj.) ce voyage. Troisième et quatrième forme. – 7. Nous étions perdus (imparf. de l´indic.), s´ils nous avaient poursuivis (pl.-q.-parf. du subj.). Le sens est: nous étions perdus, et c´eût été réellement chose faite, si.

249. VERSION.

1. Il fut heureux, s´il peut y avoir du bonheur pour un criminel. – 2. Quand César rencontrait quelque scélérat sans scrupule, il en faisait volontiers son ami intime. – 3. Tu perdras les choses plus importantes, si tu ne conserves pas les petites. – 4. J´ai perdu mes forces, mais, si je triomphe de la maladie, je les retrouverai facilement, je l´espère. – 5. J´ai l´habitude de louer les discours de Thucydide; mais je ne pourrais pas les imiter, si je le voulais, et peut-être ne le voudrais-je pas, si je le pouvais. – 6. Si nous pouvions apercevoir l´âme d´un homme de bien, quelle belle et sainte chose nous verrions! – 7. Qui donc connaîtrait Hector, si Troie avait été heureuse? – 8. Si j´avais réussi à persuader l´un ou l´autre, nous n´aurions pas subi tous ces malheurs. – 9. Je ne te recommanderais pas Cécina, si le souvenir de son père ne m´y invitait. – 10. Si, après une guerre, on comparait les pertes des deux peuples, on trouverait que le vainqueur ressemble plutôt à un vaincu. – 11. Si ton voisin avait un cheval meilleur que le tien, lequel préférerais-tu posséder? – 12. Si je ne puis étouffer ce juste ressentiment, je le dissimulerai. – 13. Si nous voulons jouir de la paix, il faut faire la guerre; si nous ne voulons pas faire la guerre, nous ne jouirons jamais de la paix.

250. THÈME.

1. Si Erebi oracula fallacia non sunt, adhuc vivit. – 2. Si tempestas nos in his intimis latibulis adoriebatur, servi lucernas nardi plenas accendebant. – 3. Nobisne lautas epulas dabis? Dabo, si magnam mihi dederis pecuniam. – 4. Si parvuli tui liberi plorabunt, meo vultu territi tacebunt. – 5. Etiamsi unus tantum equus paulo ferocior tibi regendus sit, eum domare non possis, si habenas omnino remittas et animum ad alias res avocari sinas. – 6. Si quis te hoc modo loquentem audiret (ou audiat), te irrideret (ou irrideat). – 7. O Telemache, si te nunc conveniret, quam libenter te maximis muneribus afficeret! – 8. Si apud nos, Domine, fuisses, non mortuus esset. – 9. Si quis me montis onere pressum liberavisset, non majorem mihi levationem attulisset. – 10. Quid tibi arma pulchre facta prosint, si ea nunquam in manu habeas? – 11. Si ille, qui vicerat, hostis corpori insultare non poterat, armis id saltem spoliare conabatur. – 12. Si accedit, omnes discedunt.

251. VERSION.

1. La culture des lettres n´a jamais été plus florissante dans notre pays qu´à l´époque actuelle. – 2. Louez les gens de bien, si vous en êtes capables, sinon, n´en parlez pas. – 3. Le vieillard se fâchait, quand je laissais échapper une parole un peu vive. – 4. Si tu laisses échapper cette occasion, je te préviens que tu n´en trouveras plus d´aussi favorable. – 5. Si ce que nous souhaitons se réalise, nous nous en réjouirons, sinon, nous nous résignerons. – 6. O juges, les mères et les sœurs de ces malheureux seraient venues ici, si L. Lucullus ne l´eût interdit. – 7. Nous étions victorieux, si Lépide n´avait pas accueilli Antoine fugitif. – 8. Si mes conseils avaient été suivis, la constitution ne serait pas détruite. – 9. Tous les services que pourrait me rendre un ami ne me feraient aucun plaisir, si je ne sentais qu´il m´aime pour moi-même sans songer à son intérêt. – 10. Si un dieu leur disait: «Me voici prêt à faire ce que vous voudrez: toi qui étais soldat, tu seras marchand; toi qui étais jurisconsulte, tu cultiveras les champs», ils refuseraient. – 11. Si je prétendais que je ne t´ai jamais envoyé ces lettres, à l´aide de quel témoin pourrais-tu me démentir? – 12. Si vous prenez ces décisions, pères conscrits, vous reprendrez bientôt votre place dans l´État. – 13. Je voudrais que tu critiques ces actes, si c´est en ton pouvoir.

252. THÈME.

1. Si vos movet deorum verecundia, nos in navem recipite. – 2. Si dormit, vapulat; si canit, diffugiunt omnes. – 3. Si accusator mortuum non recte vixisse demonstrabat, honore sepulturæ carebat; sin autem mortuus nullius culpæ convincebatur, honeste sepeliebatur. – 4. Qui crediderit in me vivet, etiamsi mortuus jacuerit. – 5. Nisi tu locuta eris, omnes brevi moriemur. –6. Historia etiamsi nihil ceteris hominibus prodesset, regibus tamen esset legenda. – 7. Tartari fœdus odor, si permanaret in vivorum sedem, mortem eis afferret. – 8. Si Cato propositum habuisset ante oculos fatorum ordinem et ex eo prospexisset post quatuor annos fore ut Cæsar, tribus et viginti vulneribus confossus, in curia ad Pompeii statuam procumberet, Cicero autem, rostris iterum potiretur, num sibi pectus confodisset? – 9. Miles fuissem, nisi poeta essem. – 10. Si apud molitorem serviisses, ut ego, non tam gravi morbo laborares. – 11. Effuge, si potes, et ex imminenti periculo salutem expedi.

253. VERSION.

1. Où enverrons-nous nos ambassadeurs, si Antoine refuse d´obéir? – 2. Quant à toi, soit que tu espères encore le salut de l´État, soit que tu en désespères, nourris des sentiments dignes d´un homme de bien. – 3. Cette malheureuse mère resta prosternée à mes pieds, comme si je pouvais rendre la vie à son fils. – 4. Scipion a rendu sa dépouille mortelle à la terre comme le dernier des esclaves. – 5. Je me sentirai grandement rassuré, si tu fais en sorte qu´il y ait une muraille entre toi et moi. – 6. Je ne veux pas que la joie te manque jamais; je veux que tu la trouves chez toi; et tu l´y trouveras, pourvu qu´elle habite en ton âme. – 7. Agis toujours comme si l´on te voyait. – 8. Si les traités de vos généraux ne vous engagent pas, à moins qu´ils n´aient été conclus avec votre approbation et par vos ordres, le traité qui s´est conclu avec Hasdrubal à notre insu ne saurait non plus nous lier. – 9. Romulus créa cent sénateurs, soit parce que ce nombre était suffisant, soit parce qu´il n´y avait que cent citoyens en état d´aspirer à cette dignité. – 10. Si Régulus n´avait pas conseillé au sénat de conserver les captifs carthaginois, on les aurait certainement échangés. – 11. Il importe peu que tu sembles jouer d´un mince chalumeau, pourvu que ce chalumeau résonne plus fort que les trompettes de bien des poètes.

254. THÈME.

1. Nisi te ipsum genusque tuum nossem, ipse territus essem (Gr. § 207). – 2. Si Telemachum in maris fluctus demergere non possumus, at certe nihil omittamus, quo miser fiat. – 3. Si hoc consilium sequemini, mihi vestris promissis non opus est, si autem neglegetis, inutilia sint. – 4. Xerxes ab Artabano interfectus est, sive quod perfidus ille vir domini sui regno potiri voluit, sive quod timebat ne rex in se animadverteret. – 5. «Quod igitur commemoras facinus?» – «Impudentissime, quasi nescias quæ dicam!» – 6. Dido, quasi deliberare vellet, moram petiit. – 7. Pisciculus magnus fiet, dummodo ei vitam tribuat Deus. – 8. Quamvis Ithaca parva sit et pauper, gloria mihi non deerit, dummodo in regno exercendo justus, pius, fortisque sim. – 9. Rex erit, dummodo in sua patria ne remaneat. – 10. Fibri ædificare ne incipiunt quidem, nisi in regione vacua habitant, ubi quietissimi sint. – 11. Sive vivo, sive morior, semper ex omnibus hominibus beatissimus sum.

255. VERSION.

1. Quelqu´un, ayant reconnu Véturie, dit à Coriolan: «Si mes yeux ne me trompent pas, voici venir ta mère, ta femme et tes enfants.» – 2. Si le destin veut que tu guérisses de cette maladie, que tu appelles ou non le médecin, tu en guériras; s´il veut au contraire que tu n´en guérisses pas, que tu appelles le médecin ou non, tu n´en guériras pas. – 3. Tous détestent Régulus, et comme s´ils l´aimaient, ils vont souvent le voir. – 4. Les péripatéticiens conseillent la modération à celui qui punit; ils ont raison, mais ils ne devraient pas louer la colère. – 5. Celui qui se sent un peu trop porté au plaisir, s´il n´est pas ravalé au niveau des bêtes, cache et dissimule, par honte, ces tendances. – 6. Étant donné que la terre tourne autour de son axe avec une extrême rapidité, tout se passe comme si, la terre étant immobile, le ciel tournait autour d´elle. – 7. Comporte-toi avec les hommes comme si Dieu te voyait, et, en réalité, il te voit; parle à Dieu, comme si les hommes t´entendaient. – 8. Malheureux, tu te donnes inutilement du mal, tout comme celui qui voudrait apprendre à un âne à se laisser diriger par un cavalier. – 9. Un orateur, même médiocre, peut captiver ses auditeurs, pourvu qu´il ne soit pas dénué de toute qualité.

256. THÈME.

1. Xerxes suum consilium se perficere posse non putavit, nisi sibi Pœnorum studia conciliavisset. – 2. Nisi mihi favebis, miser ero. – 3. Cicero, sive quod eodem angore premebatur quo nonnulli patres, qui timebant ne qua seditione nocturna captivi liberarentur, sive quod Cæsari comitiorum in diem posterum edicendorum facultatem relinquere nolebat, omnia parari jussit, ut damnati statim supplicio afficerentur. – 4. Ut convalescas curare volo, quasi meus sis frater. – 5. Homines omnia sibi patiuntur eripi, dummodo iis spes relinquatur. – 6. Exspectare sapientis est, dummodo aliquid exspectetur. – 7. Hominum labores et miseriæ istos non movent, dummodo ne sint ante eorum oculos posita. – 8. Futura cogitatione præcipimus, quasi ea maturare velimus. – 9. Virtus non tam longe progrederetur, nisi superbia ei comes esset. – 10. Omnes sunt opes infirmæ, nisi concordia junctæ.

257. VERSION.

Véturie, mère de Coriolan. – Dès que le cortège approcha du camp, on annonça à Coriolan qu´une troupe considérable de femmes arrivait. Un de ses amis, reconnaissant Véturie, que son attitude douloureuse faisait aisément distinguer des autres, et qui s´avançait entourée de sa bru et de ses petits enfants, lui dit; «Si mes yeux ne me trompent pas, voici venir ta mère, ta femme et tes enfants.» Coriolan, hors de lui, s´élança précipitamment de son siège pour tendre les bras à sa mère, mais elle, oubliant qu´elle était venue le supplier, lui dit avec colère: «Avant de t´embrasser, je veux savoir si je dois voir en toi un fils ou un ennemi, si je suis dans ton camp ta mère ou ta captive. As-tu bien pu dévaster ce pays qui t´a vu naître et qui t´a nourri? Quand tu es arrivé en vue de Rome, tu n´as pas songé qu´à l´intérieur de ces murs se trouvaient ta maison, les dieux domestiques, ta mère, ta femme et tes enfants? Eh quoi! Si je n´avais pas été mère, Rome ne serait pas assiégée; si je n´avais pas de fils, je serais morte libre dans ma patrie libre! Mais moi, je ne vivrai plus longtemps. Quant à ceux-ci, c´est à toi de t´en préoccuper: si tu t´obstines, ils mourront avant le temps ou passeront leur vie dans l´esclavage.» Sa femme et ses enfants l´embrassèrent ensuite. Les pleurs et les sanglots, qui s´élevaient de toute cette foule de femmes, eurent enfin raison de son obstination. Après avoir embrassé et renvoyé les siens, il éloigna son camp de la ville.

Commentaire. – 1. Ubi signifie, là où, ou bien dès que. – 2. Ventum est est un passif impersonnel qui se traduit d´ordinaire par on: on vint. Gr. § 203. – 3. Tous les autres. – 4. Genuit atque aluit; uxor ac liberi; mater conjuxque et liberi. – 5. Ce groupement parait contraire à la règle, mais la plupart de ces anomalies apparentes s´expliquent facilement: l´auteur distingue d´une part la mère et la femme de Coriolan; mater conjuxque, et d´autre part les enfants, ce qui fait deux termes réunis par et. – 6. Il s´agit d´une interrogation indirecte double où utrum est sous-entendu au premier membre. Gr. § 257 – 7. Servitus eos manet, la servitude les attend, leur est reservée; servitus eis manet, la servitude leur reste (comme ressource). Gr. § 156.

Questionnaire. – 1. Adesse ingens mniierum agmen. – 2. Familiarium quidam. –3. Ad hostem an ad filium venisset, captiva materne in ejus castris esset. – 4. lmmatura mors aut servitus. – 5. Retro ab urbe castra movit.

258. THÈME.

Importance de la grammaire. – Noli putare te a docentibus ob eam tantum causam tam vehementer vituperari, quod contra grammaticæ leges peccaveris. Turpe quidam est in hujusmodi rebus errare; sed cum hoc tam severe accipimus, ad majora respicimus. Non enim tam mendum ipsum reprehendimus, quam imprudentiam, quæ causa peccandi fuit. Nunc enim, propter istam imprudentiam, verborum ordinem confundis, sed si per nostram neglegentiam prava hæc consuetudo inveteraverit et invaluerit, cum jam non verba, sed res tractabis, a te omnia miscebuntur. Nunc contra grammaticæ leges loqueris, tunc rationis præcepta aspernaberis; sicut nunc verba, tunc res non recte dispones. Qui pœna afficiendi erunt, eos præmiis donabis; qui autem præmiis donandi erunt, eos pœna afficies; omnia denique perverse facies, nisi a pueritia animum ad opus intendere et quid tibi faciendum sit cogitare consueveris.

PROPOSITIONS TEMPORELLES.

259. VERSION.

1. Je défendrai ton autorité aussi longtemps que tu voudras. – 2. Caton, à son retour de Sicile, servit sous les ordres de Claudius Néron. – 3. Aussi longtemps qu´il se trouvera quelqu´un pour oser te défendre, tu vivras. – 4. Dès que les transfuges virent que les béliers attaquaient les murs, ils transportèrent au palais du roi leur or et leur argent. – 5. Les Romains, lorsqu´ils fixaient pour le consulat un age assez avancé, redoutaient l´imprudence de la jeunesse. – 6. Même après que le feu du bûcher aura consumé mon cadavre, je vivrai et une grande partie de moi-même demeurera. – 7. Les ennemis ayant envahi la patrie de Bias, tous ses concitoyens s´enfuyaient en emportant une grande partie de ce qu´ils possédaient. Comme quelqu´un l´invitant à en faire autant, il répondit: «Je porte toute ma fortune sur moi.» – 8. Après avoir régné trente-neuf ans (croyons-en de préférence Polybe, qui est l´historien le plus soucieux d´exactitude chronologique), Numa mourut. – 9. La pensée, dans les moments où le sommeil est interrompu, se trouve activée par les ténèbres de la nuit. – 10. Quand on me reproche des vols ou des prodigalités intéressées, je réponds d´ordinaire que j´ai sauvé la patrie par ma prudence, par mon courage et mon endurance.

260. THÈME.

1. Occasio capillos omnes habet in fronte; cum præteriit, frustra revocas. – 2. Postquam aliquandiu comederant et collocuti erant, obdormiverunt. – 3. Ut aurora primis radiis Jovis aram illustravit, Demodocus jungi mulas ad currum jussit. – 4. Hæc venustas etiam in senibus ætate confectis renascitur, cum in Elysios campos deducuntur. – 5. Ut currum insistere vidit, surrexit. – 6. Mercurius Priamo, cum Hectoris ille pater in Græcorum castra se conferret (ou conferebat, indiquant la simultanéité), obviam venit. – 7. Cum herus ille villam suam inviseret (ou invisebat, indiquant la simultanéité), rusticus quidam ei ficus dedit. – 8. Non vehementius stomachabaris, cum mare flagellis cædi jubebas. – 9. Cum ille rediisset, ab eo statim quæsivit quid sibi novi afferret (ou bien ei statim: «Heus, inquit, amice, quid mihi affers novi?»). – 10. Cum Telemachus in litus egressus est, umbræ omnes diffugerunt. – 11. Eos tandem, cum minime exspectarent (ou exspectabant, indiquant la simultanéité), oppressit.

261. VERSION.

1. Le public me siffle, mais je m´applaudis moi-même chez moi, dès que j´ai ouvert mon coffre pour contempler mon or. – 2. Les Romains, fatigués par les travaux et les combats, ne s´emparèrent de la ville que quarante jours après leur arrivée en cet endroit. – 3. Tout le monde, après t´avoir prodigué les plus grands éloges, se met immédiatement à me remercier. – 4. Aussi longtemps que cela m´a été possible, non seulement j´ai défendu la liberté, mais je l´ai sauvée; cette tâche m´étant devenue impossible, j´ai dû me tenir tranquille. – 5. Une fois que quelqu´un a commis un parjure, il faut désormais se refuser à le croire, même s´il prenait à témoin un plus grand nombre de dieux. – 6. Au retour d´Antoine en Italie, tout le monde avait pensé qu´Atticus courait de grands dangers. – 7. J´ai agi bien sottement, quand j´ai confié ma bourse et mon argent à Messénion. – 8. A la prise de Byzance, quelques nobles Perses, et parmi eux des parents du roi, tombèrent entre les mains de Pausanias, qui les renvoya secrètement à Xercès. – 9. Tarquin, lorsqu´il fut chassé, faisait la guerre pour le peuple romain. – 10. Après avoir tué Clitus, Alexandre faillit se donner la mort. – 11. Hannibal approchait déjà des murs, lorsque soudain la porte s´ouvrit pour livrer passage aux Romains. – 12. Comme les cavaliers ne pouvaient supporter le choc de l´ennemi, César envoya comme renfort un autre escadron.

262. THÈME.

1. Cum advenit Jesus, Martha prior ei obviam ivit. – 2. Cum profluentem sanguinem videbam, capillos in meo capite horrere sentiebam. – 3. Quoties exibat, unde flaret ventus, observabat. – 4. Cum flebam, nulla mihi mater aderat. – 5. At nunc natus infans (ou ut statim natus est) delegatur alicui Græculæ ancillæ. – 6. Cum ex urbe egrederetur (ou egradiebatur, simultanéité), ambas manus ad cælum sustulit. – 7. Cum neque pugnam committere neque fugere auderent, castra munire cœperunt. – 8. Horatius non errabat, cum dicebat: «Non omnis moriar.» – 9. Ut statim jusserunt, currendum est. – 10. «Dormisne arte?» «Cum bene cenavi.» – 11. Ubi libebit, proficisci poteris. – 12. Flammam navibus jam admovebant, cum Patroclus se ostendit. – 13. Tum cum Hannibal in Italiam profectus est, omnis Africæ maritima ora Carthuginiensium erat. – 14. Plinius, cum cognovisset nubem apparere inusitata magnitudine et specie, navem conscendit.

263. VERSION.

1. Il ne faut pas manger sans avoir faim. – 2. Eumène en vint aux mains avec Neoptolème: s´étant saisis corps à corps, il tombèrent tous deux de cheval et ne lâchèrent prise que quand la vie abandonna l´un d´eux. – 3. Tout cela s´est passé avant l´arrivée de Verrès en Italie. – 4. Pendant ces opérations de César, les Trévires se disposaient à attaquer Labiénus. – 5. Attendez que Céson soit consul ou sénateur. – 6. Tityre, jusqu´à mon retour, aie soin de mes chèvres; j´ai d´ailleurs peu de chemin à faire. – 7. Le poète de Méonie (Homère) vivra aussi longtemps que le Simoïs roulera ses eaux vers la mer; le poète d´Ascra (Hésiode) vivra aussi longtemps que le raisin se gonflera d´un jus sucré, aussi longtemps que la faux recourbée coupera les moissons; les Eglogues, les Géorgiques et l´Énéide seront lues, aussi longtemps que Rome sera la reine du monde. – 8. Virginius, voulant consulter son collègue, attendit. – 9. Que le Tout-Puissant me foudroie et me précipite chez les ombres, avant que je manque à tes lois, ô pudeur. – 10. Avant que ces scélérats aient pu être prévenus de mon arrivée, j´ai gagné la Macédoine. – 11. Un médecin consciencieux, avant d´administrer un remède à un malade, doit connaître non seulement la maladie, mais encore le tempérament de son client.

264. THÈME.

1. Hic puer oracula prius silere jussit, quam ipse loqui cœpit (l´indicatif marque un simple rapport de temps, Gr. § 321). – 2. Hamilcar priusquam in Hispaniam ingrederetur, diis sacra fecit (le subj. marque l´intention d´Hamilcar, Gr. § 322). – 3. Priusquam hæ litterulæ tibi reddantur, æterna vita mihi aperietur (le subj. remplace ici le futur passif, correspondant à aperiatur, Gr. § 321*). – 4. Cur, antequam profectus es, tacebas? (simple rapport de temps =ante profectum tuum, Gr. § 321*) – 5. Lupus ovilia aggreditur, furiosus irruit, omnia prius trucidat, quam prædam eligat et auferat (intention du loup, Gr. § 322). – 6. Quot præterierunt sæcula antequam artes ad antiquum morem revocari potuerunt! (simple rapport de temps, Gr. § 321) – 7. Dum Roma terrarum orbem in suam dicionem redigebat, intra ejus mœnia bellum latebat. – 8. Quis est mæstissimus ille homo, qui desertissima loca persequitur, dum vestra proficiscatur navis? – 9. Matres in excelso arboris ramo panis frustum, puerorum jentaculo destinatum, ponebant; illi autem cibo carebant, dum id dejicerent. – 10. Dum Germani consultant, Galli torrentes montesque transierunt. – 11. Mulus, dum vult repugnare, vulneribus confoditur. – 12. Consilium suum non aperuit antequam in Africam appulsi sunt.

265. VERSION.

1. La tempête menace avant d´éclater; les édifices craquent avant de s´écrouler. – 2. César fortifie rapidement la hauteur, avant que les ennemis s´en aperçoivent. – 3. Aristide assista à la bataille navale de Salamine qui eut lieu avant que son exil fût terminé. – 4. Songeons que les hommes ont inventé les arts avant de les enseigner. – 5. Quand Epaminondas rencontrait un groupe de personnes qui parlaient de politique ou de philosophie, il ne s´en allait jamais avant la fin de l´entretien. – 6. Les gymnases ont été inventés bien des siècles avant que les philosophes aient commencé à y bavarder. – 7. Tant que notre cité vivra, elle se félicitera d´avoir produit Scipion. – 8. Tandis que j´étais avec vous, vous ne voyiez pas mon âme, cependant mes actes vous faisaient deviner sa présence dans mon corps. – 9. Attendez qu´il devienne dictateur, cet homme qui, simple citoyen, grâce à ses ressources et à son audace, a exercé une véritable royauté. – 10. Il faut éloigner des gens irrités ceux auxquels ils veulent faire un mauvais parti, jusqu´à ce que leur colère se soit calmée. – 11. Tandis qu´Archimède était profondément occupé à tracer des figures sur le sable, il ne s´aperçut pas que sa patrie était envahie.

266. THÈME.

1. Aristides justus fuit, antequam exposuit Socrates quid esset; Leonidas pro patria mortem obiit, antequam Socrates amandam esse patriam docuit; Spartiatæ temperantes fuerunt, antequam Socrates temperantiam laudavit; priusquam virtutem definitione explicavit, Græcia viris virtute præstantibus abundavit. – 2. In insulam Ithacam a me prius reveheris, quam ipse me in Epirum conferam. – 3. Faciunt ut, antequam mortui simus, vivere desinamus. – 4. Volui, priusquam morerer, hanc regionem iterum visere. – 5. Hujus belli, quod Romani cum Carthaginiensibus gesserunt, priusquam denuntiationem commemoro, causas exponam. – 6. Jesus, dum crudeliter torquetur, pro tortoribus Deum precatur. – 7. Seneca, austerus ille vir, dum Diogenem laudabat, Falernum in auro bibebat. – 8. Nonne exspectare poterat, dum luceret? – 9. Satis quiete iter fecit, donec ad Druentiam pervenit. – 10. Fabius nihil aliud sciebat, quam exspectare dum hostium vires se ipsæ conficerent. – 11. Dum secum deliberat, hominem natu grandiorem conspexit.

267. VERSION.

Le loup-garou. – Voulant parvenir à la villa de Mélissa avant le jour, j´engageai un soldat, qui logeait chez nous, à m´accompagner jusqu´à cinq milles de la ville. Nous partîmes au premier chant du coq. La lune brillait comme le soleil en plein midi. Quand nous fûmes arrivés aux tombeaux, je me mis à chanter, le nez en l´air, comme si je comptais les étoiles; puis, m´étant retourné vers mon compagnon, je le vis se déshabiller, déposer ses vêtements au bord de la route, et soudain se transformer en loup. Ne croyez pas que je plaisante! Mais où en étais-je? Ah! j´y suis; donc, devenu loup, comme je vous l´ai dit, il se mit à hurler et gagna les bois. Tout d´abord, je ne savais plus où j´étais; puis, m´étant approché pour ramasser ses vêtements, je constatai qu´ils étaient changés en pierre! Qui est-ce qui mourait de peur? C´est moi, n´est-ce pas? Cependant je tirai mon épée pour chasser les fantômes jusqu´à mon arrivée chez Mélissa. La sueur ruisselait sur tout mon corps. Dès que je franchis le seuil de la maison, Mélissa s´étonna que je voyageasse à une heure pareille, puis elle ajouta: «Si tu étais arrivé plus tôt, tu nous aurais rendu service, car un loup est entré dans la maison et, comme un boucher, a égorgé tous nos moutons. Il ne s´est d´ailleurs pas enfui impunément, car un de nos esclaves lui a percé le cou avec une lance.» A ces paroles, je repris en courant le chemin de notre maison. En passant à l´endroit où les vêtements s´étaient changés en pierre, je ne vis que du sang. Arrivé chez nous, je trouvai mon soldat couché et un médecin occupé à lui panser le cou. Je compris qu´il était loup-garou; aussi, dans la suite, je n´ai jamais pu me mettre à table avec lui, même si l´on m´eût menacé de mort.

Commentaire. – 1. Persuader à qqn que, persuadeo (prop. infin.); persuader à qqn de (faire), persuadeo ut; dans le premier cas il s´agit d´un verbe d´opinion se rattachant aux verbes qui signifient dire que; dans le second cas il s´agit d´un verbe de volonté, voir Gr. § 281, I. – 2. Je l´ai vu se déshabiller, et j´ai vu qu´il se déshabillait. Gr. § 224. – 3. Ne putaveritis. Gr. § 213. – 4. C´est le subj. de l´interrogation indirecte (Gr. § 254). – 6. C´est un infinitif de narration, employé ici familièrement (Gr. § 222). – 6. Pugare, mettre en fuite; fugere, fuir. – 7. Servus noster, notre esclave, ou un esclave à nous (un de nos esclaves), amicus meus, mon ami, ou un mien ami, (un ami à moi, un de mes amis). – 8. Non potuissem panem cum eo gustare, etiamsi me occidisses (= etiamsi mihi mortem minatus esses).

Questionnaire. – 1. Quia nocte iter facere volebat et ante lucem ad villam Melissæ pervenire. – 2. Circa gallicinia. – 3. Se exuit, vestimenta secundum viam posuit, subitoque lupus factus est. – 4. Quia lapidea facta erant. – 5. Ut umbras fugaret. – 6. Quia intellexerat comitem suum, qui lupus factus erat, pecoribus sanguinem misisse. – 7. Quia collum ejus eadem lancea, quā Melissæ servus lupi collum trajecerat, vulneratum erat. – 8. Propter timorem, quia eum intellexerat versipellem esse.

268. THÈME.

Scène pastorale. – SENEX PASTOR: «Senex sum nec procul absum ab exitu; sed priusquam eo perveniam, viculum meum et agros in quibus sum educatus et domum a matre olim habitatam iterum visere velim. Matrem quidem illic me non jam reperturum scio, sed in ejus tamen tumulum lacrimas fundam et locum, in quo eam nentem videbam puer, agnoscam. Eheu! Cum sim solus, nullis neque (Neque…​ neque, confirme, en distinguant les deux termes, une négation qui précède; exception à la règle § 94; voir Riemann, Syntaxe latine, § 267, d, 1°) propinquis neque amicis, quo pucto gregem meum et tugurium et hæc omnia relinquere audeam? Cui me absente pomarium ovesque curæ sint?» – PASTOR JUVENIS: «O Pater, oves, alvearia tuguriumque tuum, dum ad revisendam patriam aberis, ipse custodiam. Mihi quoque oves sunt; nunc quidem in hoc excelso monte sparsæ vagantur, sed eas in hanc valliculam adducere et cum tuis commiscere per te mihi liceat. Omnes pari cura et studio sine discrimine prosequar. Cum redieris, meas mihi reddes.» – SENEX PASTOR: «Per me quidem licet! Sed te prius jurejurando astringere volo. Jura, quæso, per ea quæ tibi carissima sunt, te, priusquam redierim, hanc valliculam non relicturum.»

PROPOSITIONS RELATIVES ET COMPARATIVES.

269. VERSION.

1. Qui que tu sois, sors. – 2. Quiconque épargne les méchants nuit aux gens de bien. – 3. J´approuve tout ce qu´ils disent. – 4. Dans tous les endroits où a passé Hannibal, il a dû en venir aux mains avec les habitants. – 5. Partout où je tourne mes regards, j´aperçois l´image de la mort. – 6. Je ne m´y refuse pas; au contraire, quelles que soient d´ailleurs tes intentions, je t´en remercie. – 7. Selon moi, quiconque est l´ennemi de sa propre patrie ne saurait être heureux. – 8. Celui qui veut acquérir la véritable gloire, doit s´acquitter des devoirs qu´impose la justice. – 9. Celui qui se proposera cet idéal, qui s´y attachera, qui y visera, se rendra l´égal des dieux. – 10. Que ne fera-t-il pas une fois vainqueur, cet homme qui, sans avoir remporté aucune victoire, a commis tant de crimes, qui a pillé la maison de César et dépouillé ses jardins pour en transporter chez lui tous les objets d´art? – 11. Ayant veillé jusqu´à une heure avancée de la nuit, je m´endormis d´un sommeil plus profond que d´ordinaire. – 12. On envoie à Antoine des ambassadeurs pour le prier de ne pas assiéger Modène, de ne pas dévaster la province. – 13. Pour moi, j´ai toujours dédaigné ces applaudissements. – 14. Il y a des gens qui considèrent la mort comme la séparation de l´âme et du corps. – 15. Il s´en trouva trente qui se laissèrent conseiller par la faim plutôt que par le souci de leur renommée.

270. THÈME.

1. Quisquis hoc cælesti dono uti noluerit, ei Deus hominesque inimici fiant, necesse est. – 2. Quicumque multa vidit, multa meminisse potest. – 3. Quocumque ieris, ibimus. – 4. Pastor, qui oves suas non comedit, earum augeri numerum non cupit. – 5. Filius degenerat, qui, patre ignominia affecto, vel temporis punctum vivere potest. – 6. Mira in juventute fecisti, qui legatos ad Philippum missos comiter exciperes, quem litterarum studia juvarent, qui poetarum libros legeres et ab Homero delectareris, cui denique accenderetur animus heroum auditis virtutibus. – 7. Milites, qui se mox Carthagine potituros confiderent, ejus orationem plausu comprobaverunt. – 8. Telemachus, qui hæc vera esse intellegeret, repente abiit. – 9. Misit qui legiones ordine adduceret. – 10. Amice, istæ me occæcant muscæ; mihi ramum aliquem præbe, quo eas abigam. – 11. Tyriorum erat nullus, qui quotidie in aliquo periculo non versaretur. – 12. Sunt populi qui vagam in desertis locis vitam agent. – 13. Neminem, qui (eis) resisteret, invenerunt.

271. VERSION.

1. Celui dont la paix intérieure est assurée par la modération et la constance, quel qu´il soit, est un sage. – 2. L. Antonius a amoncelé les ruines partout où il a passé: il fait abattre des troupeaux entiers de gros bétail et de toutes sortes d´animaux, quels qu´ils soient, qui lui tombent sous la main; il dévaste les champs, pille les fermes; Marc-Antoine en a fait autant dans tous les endroits où il a conduit son armée. – 3. Quel que fût le motif qui vous eût amené ici, je me réjouirais de votre venue. – 4. Celui qui se repent est à demi pardonné. – 5. Il me semble que l´armée de César a plus d´audace, puisqu´elle a entrepris la guerre contre sa patrie, et aussi plus de solidité, parce qu´elle est composée de vétérans. – 6. Le pouvoir des tribuns me semble funeste, parce qu´il a été créé par une sédition et en vue d´en provoquer de nouvelles. – 7. Certains apportaient du feu pour le lancer sur les retranchements. – 8. César envoya de la cavalerie en avant, pour savoir dans quelle direction marchait l´ennemi. – 9. Un mauvais orateur s´imaginait avoir ému ses auditeurs. Il demanda à Catulus si son discours lui semblait avoir excité la pitié de l´auditoire. «Mais certes oui, une grande pitié, répondit Catulus; car je ne crois pas qu´il se soit trouvé un seul homme assez insensible pour n´avoir pas trouvé ton discours pitoyable.» – 10. Il y a quelques membres de cet ordre (quelques sénateurs), qui ne voient pas ce qui nous menace ou font semblant de ne pas le voir.

272. THÈME.

1. Quicumque autem præteribat, ei oculi effodiebantur. – 2. Iis, quæcumque mihi prædicuntur, neglectis, hoc solum a diis peto, ut illuc me ferat ventus. – 3. Qui exspectare non didicit similis est homini de re occulta reticere nescienti: utrique constantia deest. – 4. Præceptor ille, qui ipse nihil didicisset, suum discipulum quicquam docere non potuit. – 5. Pœni, utpote qui ejus consilii, quod antea sibi proposuerant, memoriam non deposuissent, oblatam occasionem cupide arripuerunt. – 6. In tanta paupertate decessit, ut, quo (ou unde) efferretur, non relinqueret (ou reliquerit, Gr. § 295). – 7. Duas ædificavit columnas, quæ essent suarum victoriarum monumenta. – 8. Tibi polliceor nihil fore quod a me non impetres. – 9. Agathocles, qui in Sicilia se tueri non posset, in Africam bellum inferebat. – 10. Nemo est qui nesciat quanta animi magnitudine mortem sibi appropinquare viderit. – 11. Undique liquidam quærit aquam, qua lavari possit. – 12. Neminem inveni cui ossa con fringere possem.

273. VERSION.

Histoire de Tagès. – Un jour, dit-on, qu´on labourait la terre sur le territoire de Tarquinies et qu´un sillon avait été creusé assez profondément, Tagès surgit soudain et se mit à parler à celui qui tenait la charrue. Ce Tagès, selon ce qu´on lit dans les livres des Étrusques, avait l´apparence d´un enfant, mais sa sagesse était celle d´un vieillard. A sa vue, le laboureur fut stupéfait; au grand cri d´étonnement qu´il poussa, on accourut, dit-on, de toutes parts, en sorte que tous les habitants de l´Étrurie se trouvèrent bientôt réunis en cet endroit. Tagès alors fit un assez long discours, en présence d´un grand nombre de personnes qui recueillirent ses paroles et les mirent par écrit. Or on prétend que tout son discours contenait l´exposé de la science des haruspices. Faut-il recourir à un Carnéade, à un Épicure, pour réfuter de pareils contes? Quelqu´un peut-il être assez sot pour croire que la charrue ait pu découvrir, dois-je dire un dieu ou un homme? Si c´est un dieu, pourquoi, contrairement aux lois de la nature, s´est-il caché sous terre, pour voir le jour lorsque le soc le découvrirait? Si au contraire ce Tagès était un nomme, comment a-t-il pu vivre écrasé sous le poids de la terre? Et d´ailleurs, qui a pu lui apprendre ce qu´il enseignait aux autres?

Commentaire. – 1. C´est la construction personnelle (Gr. § 260). L´autre tournure est peu usitée avec dicere (Gr. § 260*).– 2. C´est un ablatif descriptif (Gr. § 114). – 3. De dicitur sous-entendu, mais cette fois pris impersonnellement. – 4. Il marque le temps employé (Gr. § 199, 2°). – 5. La proposition à laquelle ils appartiennent dépend d´une proposition infinitive du style indirect. Gr. § 341. – 6. Altius, assez profondément (plus profondément que de coutume); majorem, assez grand; plura (comp. de multus), un assez grand nombre de choses. – 7. Pour deux raisons: à cause du style indirect d´abord (Gr. § 340), ensuite parce que la proposition relative a le sens consécutif: tel qu´il contenait (Gr. § 329, 3°). – 8. Cette proposition relative a également le sens consécutif, ita, qui = ita, ut.

Questionnaire. – 1. In agro Tarquiniensi. – 2. Eum qui arabat. – 3. Puerili specie. – 4. Brevi (tempore). – 5. Ejus oratio ea fuit, qua haruspicinæ disciplina contineretur. – v. Non potuit.

274. THÈME.

Caton le censeur, jugé par Rhadamanthe. – Nunc causa proponitur ad judicandum difficilior. Etenim, o Cato, is es qui pœna simul et præmio sis afficiendus, quo fit ut mihi magnam injicias dubitationem. Ita tamen pronuntio: tuis quidem virtutibus et magnis in rempublicam meritis commoveor, sed quo jure fœnerator in Elysios campos admitti possit? Manebis ergo, nisi tibi aliter videtur, in limine. Hoc tamen tibi (pro) solatio erit, quod alios aditu arcebis. Quicunnque advenient, eos inspicies atque, sicut Romæ fuisti, ita censor hic eris. Ne tibi autem omnino voluptates desint, omnes generis humani virtutes tibi reprehendendas concedo; L. Scipionem, L. Quintium ceterosque trado, in quos stomachum erumpas. Per me etiam licebit ut ceteris quoque, quorum multitudo ex toto terrarum orbe huc conveniet, molestus sis. Sive Romani cives, sive magni duces, sive barbari reges gentiumque tyranni erunt, omnes acerbitati et dicacitati tuæ erunt obnoxii. Hanc autem pecuniam accipe, quam mortuis ad trajiciendam Stygem in ore non habentibus des mutuam. Sed cave a L. Scipione, cui hanc provinciam do, ut te invicem acerbissime reprehendat.

275. VERSION.

1. Nos esclaves sont autant d´ennemis que nous entretenons chez nous. – 2. Comme Hélène fut la cause de la guerre de Troie, tu as été la cause de cette guerre funeste. – 3. La vie des roses ne dure qu´un jour. – 4. On faisait des étapes aussi longues que le permettait la saison d´hiver, qui n´était pas encore terminée. – 5. Ta lettre m´a fait d´autant plus plaisir qu´elle était plus longue. – 6. On redoute d´autant plus la difficulté de la parole publique, qu´on est plus habile à parler. – 7. Je suivrai votre conseil, et d´autant plus volontiers que, de moi-même, j´avais décidé d´agir ainsi. – 8. Ils ont mieux aimé jeter le trouble partout que d´obéir à cette loi. – 9. Mes amis et les médecins me conseillaient de renoncer à la fonction d´avocat. Mais je pensai qu´il valait mieux m´exposer à n´importe quel danger plutôt que de renoncer à la gloire que j´espérais acquérir par l´éloquence. – 10. Si Héius a voulu vendre quelque chose, s´il l´a vendu au prix qu´il jugeait convenable, je renonce à chercher les motifs de ton achat. – 11. Bibulus s´est abrité dans une place très bien fortifiée aussi longtemps que les Parthes sont restés dans la province. – 12. Si les destins de notre patrie sont achevés (puissent les dieux détourner ce présage!), mourons glorieusement plutôt que d´accepter un honteux esclavage. – 13. Sortez tels que vous êtes entrés.

276. THÈME.

1. Urbs illa sine dubio tanta fere est, quantæ sunt quasi Thebæ. – 2. Qualis sum, talis aliquando eris; quemadmodum enim vox ex ore semel emissa, sic hominis ætas, postquam præteriit, nunquam revertitur. – 3. Lupus eo atrocius mordet, quo minus ei resistitur. – 4. Ego autem, quo sæpius eum video, eo magis miror. – 5. Quo quis eminentior est, eo magis periculo obnoxius, ventorumque furore sæpius nostrorum regum fastigia ædium disrumpuntur, quam pastorum tecta. – 6. Deum oro ut me potius ex hac vita tollat, quam a me quicquam offendatur. – 7. Hæc prodigia spectantes non tantum stupefaciunt, quantum in imis pectoribus commovent. – 8. Hic populus suos fines relinquat potiusquam servitutem patiatur. – 9. Cives reipublicæ eo amantiores erant, quod ab universis regebatur. – 10. Quo majora obstabant, eo vehementior cupiditas fuit. – 11. Quam vasti et inculti nobis Cyprii agri visi erant, tam ferax omnibusque frugibus ornatum Cretense solum apparebat. – 12. Quo plus effundebat vas, eo minus exhauriebatur.

277. THÈME.

1. Muscas conspexi tam pulchellas, ut eas describendi me cupiditas caperet. – 2. Vulpes tam avide comedit, ut vix in suum cavum se recipere posset, ut ibi moreretur. – 3. Nunquam tam felices aut infelices sumus, quam existimamus. – 4. Capra tam libenter herbam carpebat ut ejus dominus maximo gaudio afficeretur. – 5. Respondit hanc tam facetam esse fabulam, ut timeret ne spectantibus (Gr. § 185*) minus probaretur. – 6. Vox illa «moreretur», quo simplicior et minus arcessita, eo divinior est. – 7. Apologus aliquid tam divinum esse videtur, ut antiquorum nonnulli pleraque fabellarum argumenta a Socrate excogitata esse affirmaverint. – 8. Num certissimum est eum tam sollertem esse quam dicis? – 9. Varro tot condidit libros ut vix intellegatur quo pacto homo unus tam multos legere potuerit. – 10. Quales nunc estis, tales moriemini. – 11. Eo discordiæ ventum est ut Xanthi uxor ad suos se parentes recipere vellet.

278. VERSION.

Un modèle de comparaison. – Je suppose qu´un musicien se présente sur la scène magnifiquement vêtu, portant une longue robe brodée d´or, un manteau de pourpre rehaussé de couleurs variées et une couronne d´or enrichie de pierres précieuses étincelantes, qu´il tienne à la main une cithare superbe incrustée d´or et d´ivoire, qu´en outre sa beauté, son air, sa taille contribuent à rehausser son prestige; si cet homme, après avoir, par tous ces avantages, piqué au plus haut point la curiosité du public, faisait entendre soudain, au milieu du silence, une voix affreusement criarde, accompagnée des gestes les plus maladroits, plus il serait richement costumé et aurait été curieusement attendu, plus le public serait porté à le chasser de la scène avec des railleries humiliantes. De même, si un homme, placé dans une situation très élevée, possédant les plus amples ressources, comblé de tous les présents de la fortune et de tous les avantages naturels, se trouve dénué de valeur personnelle et de tout ce qui peut la faire acquérir, plus il sera riche de tout le reste, plus aussi les honnêtes gens seront ardents à le chasser, avec des railleries méprisantes, de toutes leurs réunions.

Commentaire. – 1. Uti (adverbe relatif), item (adv. démonstratif). Gr. § 332*. – 2. Quo magis (adv. relatif), eo magis (adv. démonstratif). – 3. La subordonnée est celle qui commence par quo magis. – 4. Ce sont des ablatifs de différence (Gr. § 137). – 6. Il sera d´autant plus méprisé qu´il sera plus riche; dans le latin la subordonnée qu´il sera plus riche sera placée la première: quo divitior, eo contemptior erit.

Questionnaire. – 1. Palla inaurata cum chlamyde purpurea coloribus variis intexta. – 2. Citharam exornatissimam auro et ebore distinctam. – 3. Apposita ad dignitatem. – 4. Veste, cithara ipsiusque forma. – 5. Acerbissimam. – 6. Quia, optime ornatus, vocem acerbissimam emittit cum turpissimo corporis motu.

279. THÈME.

Éducation des enfants à Sparte. – Nullis calceis, æstate atque hieme eadem veste, lectulis arundine stratis utebantur. Ut ad dolorem obdurescerent, aspera multa perferre coacti, ad Dianæ aram virgis etiam cædebantur. Nonnulli, potiusquam dolorem gemitu faterentur, se verberibus exanimari passi sunt. Eorum quidam, vulpeculam furatus, cum appropinquantem aliquem conspexisset, sub veste eam occultavit et, potiusquam se indicaret, arrodi sibi ventrem et viscera, nulla edita voce, passus est. Tibiis et fidibus uti bellicaque carmina cantare docebantur: quo carmen ad augendam virtutem aptius videbatur, eo celebratius erat; at Alcæi, utpote qui turpiter suam fugam relictumque a se in acie scutum cecinisset, versus respuebantur. Secundum reipublicæ studium ac doloris mortisque contemptum, ad hoc præcipue instituebantur ut senes revererentur, quod eo magis necessarium erat, quod omnes fere magistratus ætate provecti erant.

RÉCAPITULATION SUR LES PROPOSITIONS NON COMPLÉTIVES

280. VERSION.

1. De même que les magistrats sont soumis aux lois, de même le peuple est soumis aux magistrats. – 2. O le plus courageux des Troyens, quel plaisir j´éprouve à t´accueillir! – 3. Tu vois la manière dont Épicure distingue les diverses catégories de passions; cette division manque peut-être de finesse, mais elle est pourtant utile. – 4. Chaque fois qu´un homme avait mécontenté Verres, ou même simplement lui avait déplu, on l´enfermait dans les latomies. – 5. Dès que Pompée vit sa cavalerie en déroute, il quitta le champ de bataille. – 6. Hannibal gagna la mer Tyrrhénienne en traversant la Campanie, dans l´intention d´assiéger Naples et de s´assurer ainsi une ville maritime. – 7. Le feu peut briller au loin, même sans rien brûler. – 8. Tous étaient saisis d´une étrange folie qui les poussait au combat, tandis que je leur criais que rien n´était plus affreux que la guerre civile. – 9. Même si les forces manquent, il est méritoire d´avoir essayé. – 10. La première règle de la justice, c´est que personne ne nuise à autrui. – 11. Je n´ai eu rien de plus pressé que d´aller trouver Pansa. – 12. Il faut nous efforcer de rendre service au plus grand nombre possible. – 13. Il est impossible qu´un paresseux devance un homme actif. – 14. Après la mort d´Orgétorix, les Helvètes s´efforcèrent de réaliser leur projet d´émigration.

281. VERSION.

I. 1. Au temps où le vaisseau de l´État avait pour pilotes des gens imprudents et des audacieux sans scrupule, il essuyait les plus dangereux et les plus funestes naufrages. – 2. Il fut un temps où cela pouvait se dire. – 3. Lorsque, durant le sommeil, l´âme est délivrée des liens qui l´unissent au corps, elle se rappelle le passé, voit le présent, devine l´avenir. – 4. Pythagore, après avoir fait une découverte en géométrie, immola, dit-on, un bœuf aux muses. – 5. Un captif, auquel Hannibal avait permis de sortir du camp, y rentra sous prétexte qu´il avait oublié quelque chose. – 6. Je t´ai écrit pour m´entretenir avec toi malgré mon absence, puisque je ne pouvais le faire de vive voix. – 7. Les hommes, quoique plus faibles que les animaux à bien des égards, leur sont surtout supérieurs par l´usage de la parole. – 8. Alors que les pierres les plus dures, alors que le soc de la solide charrue s´usent avec le temps, les poèmes sont immortels.

II. 1. Pendant que ces événements se passaient à Véies, à Rome la citadelle et le Capitole couraient le plus grand danger. – 2. On louera Tib. Gracchus, aussi longtemps qu´on se souviendra des événements de l´histoire romaine. – 3. J´attends, dans ma maison de campagne d´Arcæ, que ces nouvelles me parviennent. – 4. Je ne cesserai pas de me demander avec inquiétude ce que tu fais, jusqu´au moment où je saurai tout ce que tu as fait. – 5. Le naïf attend que le fleuve ait fini de couler. – 6. Pourvu qu´une jeune femme soit bien élevée, sa dot est toujours suffisante.

282. VERSION.

1. Thrasybule se réfugia à Phylé, bourg de l´Attique très bien fortifié. – 2. Quand quelque chose suffit, on ne peut jamais se plaindre qu´il y en ait trop peu. – 3. Quand deux ou plusieurs orateurs plaisent au peuple, la supériorité de l´auditeur instruit sur l´ignorant consiste en ce que le premier sait distinguer quel est le meilleur genre d´éloquence. – 4. A tous ces malheurs, il n´y a qu´une consolation, c´est de se dire que nous sommes nés avec l´obligation d´accepter tout ce qui peut arriver à un être humain. – 5. Chez les Gaulois, si quelque crime a été commis, ce sont les Druides qui en connaissent. – 6. Scipion regrettait de voir les hommes bien plus soucieux de toutes leurs autres affaires que d´acquérir des amis. – 7. L´homme, parce qu´il est doué de raison, aperçoit les causes. – 8. Je suis heureux de voir les lettres en honneur. – 9. Les principaux citoyens, lorsqu´ils sont mauvais, nuisent d´autant plus à l´État, que non seulement ils contractent des vices, mais qu´ils les répandent dans la cité; ils nuisent non seulement par leur propre corruption, mais encore par la corruption qu´ils communiquent aux autres, en sorte que leur exemple est plus funeste que leur propre inconduite. – 10. Épicure, est le seul, à ma connaissance, qui ait osé se proclamer sage. – 11. Quant à ce que tu dis de notre réconciliation, je ne comprends pas comment tu peux en parler, puisque notre amitié n´a jamais été ébranlée. – 12. Si le succès ne répond pas à votre courage, ayez soin de vendre chèrement votre vie.

283. VERSION.

1. Les sénateurs envoyèrent des ambassadeurs en Bithynie, pour inviter le roi à ne pas garder chez lui leur ennemi et à le leur livrer. – 2. Je crains qu´en voulant diminuer ma peine, je ne l´augmente. – 3. Aucune personne sage ne punit à cause de la faute elle-même, mais pour empêcher qu´on ne recommence. – 4. Je les ai exhortés à ne pas trahir la cause et le salut commun. – 5. Si seulement cette idée ne lui était pas venue! – 6. Pythagore ne voulut pas sacrifier une victime, même à Apollon, pour ne pas ensanglanter l´autel. – 7. Crois-tu que ce soit une honte de diriger l´exploitation d´un domaine? – 8. Vois-tu comme le flot l´a rejetée sur le rivage? – 9. Ceux qui s´adonnent au plaisir ne doivent pas s´occuper des affaires publiques. – 10. Ne franchis pas l´Ebre pour n´avoir pas de difficultés avec les habitants de Sagonte. – 11. Examinons d´abord si la divinité gouverne le monde, ensuite si elle s´occupe des choses humaines. – 12. Tu as tort. Moi? Oui, toi. En quoi ai-je tort?

283 bis. EXERCICE. Divers sens de Ne.

I. Négation: 1° Dans les souhaits (phrase 5); 2° dans les défenses (9); 3° ne…​ quidem, pas même (6).

II. Conjonction: 1° Que…​ ne, après les verbes craindre, empêcher (2); 2° Que ne…​ pas (l); 3° avec ut (ut…​ ne), que ne…​ pas (4); 4° afin que ne…​ pas (3) on de peur que (10).

III. Adverbe interrogatif: l´interrogation directe (7); 2° interrogation indirecte (11).

IV. Adverbe affirmatif: Ne ou (phrase 12).

284. THÈME.

I. 1. Ut pulchram ostenderet vocem, latum rostrum aperit prædamque emittit (Phèdre: dum vult vocem ostendere, lato ore emisit caseum). – 2. Antequam quomodo subactæ sint hæ regiones dicam, Hispaniam mihi summatim describendam arbitror. – 3. Agathocles, postquam aliquandiu hostes persecutus est, regressus eorum castra diripuit. – 4. Cor mihi misericordia micabat, cum tot fortes viros in periculo versari viderem. – 5. Eum inaudita fraude interfecit ut ejus copiis potiretur. – 6. Mihi si scribes, pergratum facies. – 7. Timebam ne eum sontem invenirem. – 8. Quamvis nobili genere nati sitis, christiani tamen estis. – 9. Dolebant quod in tanta necessitate Tyriis auxiliari non possent.

II. 1. Mihi dic quot horæ mihi ad mortem supersint. – 2. Hic colloquentes manebant, dum consilium dimitteretur. – 3. Mihi ad narrandas tuas laudes vires desunt. – 4. Hinc nascentur doli, quibus circumveniemini. – 5. Eam jure hoc facere posse negaverunt.

285. VERSION.

1. Laissons Démocrite expliquer en quoi consiste le rire, ce qui le provoque, pourquoi il éclate si soudainement que malgré nos efforts nous ne pouvons le retenir, pourquoi il agit à la fois sur la poitrine, la bouche, les veines et le visage. – 2. Il y a beaucoup de gens qui disent: «Il m´en prie et je ne puis résister à ses prières.» – 3. L´entière honorabilité de l´existence est une si grande consolation que ceux qui ont ainsi vécu, ne connaissent pas l´abattement. – 4. O force admirable de la vérité, qui se défend seule contre la ruse des hommes, contre tous les pièges qu´on peut lui tendre. – 5. Hannibal avait entre les mains huit mille prisonniers, dont il ne s´était pas emparé sur le champ de bataille et qui n´avaient pas lâché pied par crainte de la mort, mais qui avaient été laissés au camp par les consuls Paul-Emile et Varron. – 6. Loin de ma patrie, mon imagination me représentait ce spectacle, ces collines et ces plaines et le Tibre et ces paysages familiers et ce ciel sous lequel j´étais né et j´avais été élevé.– 7. A votre avis, combien y en avait-il qui n´ajoutaient pas foi à mes déclarations? – 8. Que prétend l´accusateur? Que Pompée a fait ce qu´il ne lui était pas permis de faire? – 9. Vercingétorix, lorsqu´il revint auprès des siens, fut accusé de trahison. – 10. On le voyait avec l´air d´un homme indigné et menaçant.

286. EXERCICE.

Les principaux cas où le subjonctif latin est traduit par un indicatif français sont les suivants:

1° Dans l´interrogation indirecte: version précédente, phrase 1.

2° Dans les propositions consécutives: phrase 3.

3° Souvent dans les propositions relatives, où le subjonctif est voulu par diverses règles propres à la syntaxe latine: phrases 2, 4, 5, 6, 7, 8.

4° Dans les propositions temporelles avec cum: phrase 9.

5° Dans les cas ou la 2° pers. du. subj. correspond à on: videres, tu aurais vu ou simplement: on voyait.

287. VERSION.

La mort d´Hannibal. – Hannibal, qui voulait toujours avoir à sa portée un moyen de fuir, avait fait disposer autour de sa maison sept issues, dont quelques-unes secrètes, afin qu´on ne pût les surveiller. Mais les soldats cernèrent si bien la maison qu´il était impossible de s´en évader. Quand Hannibal eut appris que les soldats du roi étaient dans le vestibule, il essaya d´abord de s´enfuir par une porte de derrière fort bien dissimulée; mais, voyant cette porte gardée par des soldats et tout le pourtour garni d´un cordon de sentinelles, il demanda le poison qu´il tenait en réserve depuis longtemps pour des occasions de ce genre. «Délivrons, dit-il, les Romains d´un long souci, puisqu´ils n´ont pas la patience d´attendre la mort d´un vieillard. Flamininus va remporter une victoire bien peu glorieuse sur un adversaire désarmé et trahi. En tous cas, ce jour, à lui seul, suffira à montrer combien le caractère des Romains s´est modifié. Leurs ancêtres prévinrent un ennemi armé, le roi Pyrrhus, dont les troupes avaient envahi l´Italie, de se défier du poison et ceux d´aujourd´hui envoient comme ambassadeur un homme consulaire pour conseiller à Prusias d´assassiner son hôte.» Ensuite, après avoir maudit Prusias et son royaume et pris les dieux hospitaliers à témoin de cette trahison, il vida d´un trait la coupe empoisonnée.

Commentaire. – 1. Par la préposition pour; on trouve plus loin præparatum ad tales casus (Gr. § 173). – 2. Domus, gén. domus, domi est un locatif signifiant chez soi, à la maison. – 3. Parce que c´est un subjonctif spécial à la syntaxe latine, exigé par la proposition consécutive avec ut. – 4. Postquam sunt nuntiati milites regii in vestibulo esse; quand le verbe est au parfait, avec nuntiare surtout, on préfère la tournure impersonnelle (Gr. § 260*). – 5. C´est un génitif descriptif (Gr. § 114*). – 6. En employant la première personne du subjontif présent: liberemus, délivrons (Gr. § 211). – 7. Il marque la destination (Gr. § 174). – 8. A ut esset auctor Prusiæ.

Questionnaire. – 1. Septem. – 2. Ut iter semper aliquod præparatum fugæ haberet. – 3. Posteaquam est nuntiatum milites regios in vestibulo esse. – 4. Quia Hannibal, dux Pœnorum, adversus Romanos diu in Italia pugnaverat paulumque abfuerat quin Rama ab eo caperetur. – 5. Quia Hannibal inermis et proditus erat. – 6. Ut a veneno caveret. – 7. Ut si interficiendi Hannibalis aut prodendi auctor esset.

288. THÈME.

Cruauté des carthaginois. – Cum pestilentia orta erat, Pœni suis diis plurimos pueros immolabant, nulla erga hanc ætatem, cujus vel crudelissimi hostes misereri solent, misericordia commoti. Diodorus feritatis illius horrendum exemplum refert. Cum Agathocles Carthagini obsidionem inferret, hujus urbis cives, qui se in summas angustias adductos viderent, calamitatem suam justæ Saturni iræ retulerunt, quod in locum nobilium puerorum, qui ei solebant immolari, servorum et advenarum liberi suppositi essent. Quam culpam ut expiarent, Saturno ducentos pueros, ex nobilissimis Carthaginiensium familiis ortos, immolaverunt et præterea amplius trecenti cives, qui se hoc scelere adstrictos esse putabant, se sponte ad sacrificium obtulerunt. Addit Diodorus fuisse apud eos Saturni simulacrum ex ære, ita pronis in terram manibus, ut in his positus puer statim in ardentis fornacis hiatum laberetur.

SUPPLÉMENTS À LA SYNTAXE.

STYLE INDIRECT. EMPLOI DU SUBJONCTIF.

289. EXERCICE.

I. 1. Ne comprends-tu pas que si l´on est coupable pour avoir souhaité l´assassinat de César, on l´est aussi pour s´être réjoui de sa mort? – 2. Les consuls et Pompée renvoyèrent à César des ordres écrits dont voici le résumé: César devait retourner en Gaule, s´éloigner d´Ariminum et licencier son armée. – 3. Les gens du peuple répondirent en murmurant. Quelle raison avaient-ils de vivre? Pourquoi les comptait-on parmi les citoyens, s´ils ne pouvaient obtenir cette satisfaction? – 4. La réponse fut que les Rhodiens désiraient la paix; s´il voulait la guerre, il ne devait rien attendre d´eux, rien leur demander. – 5. Arioviste répondit à César qu´il avait pénétré en Gaule avant le peuple romain: que lui voulait César? Pourquoi pénétrait-il dans un pays qui lui appartenait?

II. 1. Domine fateor hominem insanire, si conqueri audeat. – 2. Dixit se, cum Syracusis proficiscerentur, hostibus acriter insequentibus, Proserpinæ Cererique vovisse, si se cum sociis ex hac necessitate liberarent, se in earum honorem, ut statim illuc appulsi essent, omnes naves incendio absumpturum. In persolvendo voto sibi essent adjutores. Deas enim facile viam inventuras, qua hoc detrimentum compensaretur. – 3. Timoleon dicebat barbaros in Græciam mox transituros: Quid enim? An verisimile esse Pœnos tam e longinqua regione venisse, ut Iceten Syracusanorum tyrannum constituerent?

290. VERSION.

Apollon déplore son impuissance. – Pendant la guerre contre les Achéens et le roi Aristonicus, on annonça que l´Apollon de Cumes avait pleuré durant quatre jours. Les haruspices, effrayés par ce prodige, furent d´avis qu´il fallait jeter cette statue à la mer. Les vieillards de Cumes s´y opposèrent, disant qu´on avait constaté le même prodige sur la même statue au temps de la guerre contre Antiochus. Ils assurèrent qu´à l´occasion des succès des Romains, en vertu d´un sénatus-consulte, des offrandes avaient été envoyées à cet Apollon. Alors d´autres haruspices, soi-disant plus habiles, que l´on avait fait venir, prétendirent que les larmes de l´Apollon de Cumes étaient de bon augure pour les Romains parce que cette ville était une colonie grecque. Ces marques de tristesse présageaient, disaient-ils, une défaite douloureuse pour le pays d´où la statue était venue, c´est-à-dire pour la Grèce. Bientôt on apprit que le roi Aristonicus était vaincu et fait prisonnier, et cela, malgré la volonté et la douleur d´Apollon, attestée par les larmes que versait sa statue. C´est ainsi que, chez Virgile, Diane déplore le destin de Camille et Hercule la mort prochaine de Pallas. Il y a donc des victoires remportées contrairement à la volonté des faux dieux; cela, non seulement des légendes, d´ailleurs mensongères et qui renferment à peine une parcelle de vérité, mais l´histoire romaine elle-même l´atteste.

Commentaire. – 1. Construction personnelle: Apollo flevisse nuntiatus est (Gr. § 260); construction impersonnelle: Aristonicum captum esse nuntiatum est (Gr. § 203). – 2. Le génitif dit possessif marque les rapports les plus variés, ici: la guerre avec ou contre Antiochus (Gr. § 110). – 3. Parce que suus renvoie au sujet de la principale dont la subordonnée représente la pensée (Gr. § 141). – 4. Les causes affirmées sont des faits réels, mais elles représentent la pensée de ceux dont l´auteur parle et font partie du style indirect (Gr. § 285 et 340). – 5. Moriturus, destiné à mourir, sur le point de mourir, ayant l´intention de mourir; moriturum Pallantem, Pallar sur le point de mourir.

Questionnaire. – 1. Simulacrum Apollinis in mare esse projiciendum. – 2. Antiochi bello. – 3. Quia bellum Romanis feliciter provenerat. – 4. Quoniam Cumana colonia Græca esset.– 5. Victorias contra deorum voluntatem fieri.

291. THÈME.

La destinée de Cléomène. – Senex respondit advenam illum sibi quidem esse ignotum sed narrare quosdam ei Cleomeni nomen esse eumque in Phrygia esse natum. Ejus autem matri, antequam nasceretur, oraculo prædictum esse eum regem fore, dummodo ne in patria maneret. In qua si mansisset, deorum iram in Phryges gravi pestilentia sævituram. Recens igitur natum a parentibus nantis quibusdam esse traditum et ab eis in insulam Lesbum asportatum. Ibi clam educatum, mox statura, viribus, comitate, in omnibus corporis exercitationibus sollertia insignem factum esse. Doctrinis etiam ingenuisque artibus, et ingenio multo et cura studuisse. At in nulla regione ferri potuisse; etenim, cum ea, quæ de eo prædicta essent, in vulgus emanassent, quocumque iisset, agnitum esse, et reges ubiqne timuisse ne regno ab eo spoliarentur. Itaque eum ab adulescentia erravisse nec usquam gentium locum invenire potuisse, in quo consistere liceret. Hæc de advena illo narrari dicebat.

292. VERSION.

Aventure du jeune Massiva. – Le questeur était occupé à vendre comme esclaves les Africains, selon l´ordre du général, lorsqu´il remarqua parmi eux un adolescent de bonne mine. Apprenant qu´il était de sang royal, il l´envoya à Scipion. Celui-ci lui demanda qui il était et pourquoi, à son âge, il était dans les camps. Il répondit qu´il était Numide et que les gens de son pays l´appelaient Massiva; orphelin de père, il avait été élevé chez son grand-père maternel, Gaja, roi de Numidie, et lorsque son oncle Masinissa avait récemment amené des renforts de cavalerie aux Carthaginois, il était passé avec lui en Espagne. Empêché par Masinissa en raison de son âge, jamais jusqu´ici il n´avait pris part à aucun combat; mais le jour où la bataille s´était engagée avec les Romains, il avait à l´insu de mon oncle pris en cachette un cheval et des armes et s´était porté sur le front; là, son cheval s´était abattu, il avait été précipité à terre et pris par les Romains. Scipion fit garder à part le jeune Numide et acheva d´expédier les affaires qu´il devait régler sur son tribunal. Rentré ensuite dans sa tente, il le fit venir et lui demanda s´il voulait retourner auprès de Masinissa. L´adolescent, pleurant de joie, répondit que certes, il le désirait. Alors Scipion lui donna un anneau d´or, une tunique ornée d´une large bande de pourpre, un manteau espagnol avec une agrafe d´or et un cheval harnaché. Après quoi, il le renvoya, en le faisant accompagner par des cavaliers aussi loin qu´il le jugerait à propos.

Commentaire. – 1. Oui, grammaticalement, mais le sens ne peut prêter à aucune équivoque (Gr. § 259*, II). L´auteur aurait pu dire: (se) a popularibus (suis) vocari Massivam. – 2. Hoc erit tibi dolori (§ 174); Cicerone consule (§ 230 et 230*); urbem captam hostis diripuit (§ 227). – 3. «Me populares Massivam vacant; orbus a patre relictus, apud maternum avum Gajam, regem Numidarum eductus, cum avunculo Masinissa, qui nuper cum equitatu subsidio Carthaginiensibus venit, in Hispaniam trajeci: prohibitus propter ætatem a Masinissa, nunquam ante prœlium inii; eo die, quo pugnatum est cum Romanis, inscio avunculo, clam armis equoque sumpto, in aciem exii; ibi prolapso aquo effusus in præceps, captus sum a Romanis

Questionnaire. – 1. Quia eum regii generis esse audierat. – 2. Quia orbus a patre relictus erat. – 3. Quia prohibitus erat a Masinisaa. – 4. Quia equo prolapso in præceps effusus erat. – 5. Velletne ad Masinissam reverti. – 6. (Se) cupore voro.

293. THÈME. Télémaque prend congé d´Idoménée.

Style indirect français. – I. Enfin Idoménée, pressé d´un excès de douleur, demanda à quoi servait la vertu, si elle récompensait si mal ceux qui l´aimaient. Où Télémaque voulait-il aller? Ses ennemis le feraient périr, s´il retournait dans sa patrie. Qu´il demeurât là. Il serait son gendre et son héritier. Que s´il était insensible à tous ces avantages, qu´il lui laissât du moins Mentor. Qu´il parlât? qu´il lui répondit. Qu´il eût pitié du plus malheureux des hommes. Il comprenait combien les dieux lui étaient cruels. – II. Télémaque lui répondit d´une voix troublée que les Destinées le rappelaient dans sa patrie. Que voulait-il qu´il fit? Il se croirait heureux s´il avait Antiope pour épouse. Mais ne lui avait-il pas promis de le renvoyer à Ithaque? Voulait-il qu´il perdit Mentor après avoir perdu tout le reste? Il n´avait plus ni biens, ni père, ni mère. Qu´il jugeât lui-même s´il pouvait y renoncer. Il mourrait plutôt. Qu´il lui arrachât la vie; la vie n´était rien, mais qu´il ne lui arrachât pas, Mentor.

Style direct latin. – I. Idomeneus tandem, acri dolore pressus, exclamavit: «Quid prodest virtus, si homines ejus studiosissimi, eam percipiunt mercedem? Quo vis abire, o Telemache? Si in tuam patriam reverteris, inimici te interficient. Ibi mane. Mihi et gener et heres eris. Quod si tot et tantis præmiis non commoveris, Mentorem saltem relinque mihi. Loquere; mihi responde. Hominis omnium infelicissimi te misereat. Nunc intellego quam crudeles sint in me dii.» – II. At Telemachus conturbata voce respondit: «Fata me in patriam revocant. Quid me vis facere? Antiopam uxorem si habeam, mihi felicissimus videar. Quid autem? Nonne mihi pollicitus es fore ut Ithacam opera tua revehar? Num me, ceteris rebus amissis, etiam Mentore vis carere? Mihi jam nec patrimonium, nec pater, nec mater superest. Num eum dimittere possim, ipse dijudica. Moriar potius. Mihi vitam eripe: vita mihi pro nihilo est, sed Mentorem mihi eripere noli.»

Style indirect latin. – I. Idomeneus tandem, acri dolore pressus, quid prodesset virtus interrogavit, si homines ejus studiosissimi eam perciperent mercedem. Quo Telemachus abire vellet? Si in suam patriam reverteretur, inimicos eum interfecturos. Ibi maneret. Eum sibi et generum et heredem fore. Quod si tot et tantis præmiis non commoveretur, Mentorem saltem sibi relinqueret. Loqueretur; sibi responderet. Hominis omnium infelicissimi eum misereret. Se nunc intellegere quam crudeles essent in se dii. – II. At Telemachus conturbata voce respondit se fatis in patriam revocari. Quid se facere vellet? Antiopam uxorem si haberet, fore ut sibi felicissimus videretur. Quid autem? Nonne sibi pollicitus esset fore ut sua opera Ithacam ipse reveheretur? Num se, ceteris rebus amissis, etiam Mentore carere vellet? Sibi jam nec patrimonium, nec patrem, nec matrem superesse. Num eum dimittere posset, ipse dijudicaret. Se potius moriturum. Sibi vitam eriperet: vitam sibi pro nihilo esse, sed Mentorem ne sibi eriperet.

EMPLOI GÉNÉRAL DU SUBJONCTIF.

294. EXERCICE.

I. 1. C´est une conviction chez moi, et une conviction que j´ai souvent exprimée, que non seulement la langue latine n´est pas pauvre, comme on le pense généralement, mais qu´elle est même plus riche que la langue grecque. – 2. Antoine était accouru aussitôt pour piller et partout où il passait, il dévastait tout, pillait tout, emportait tout. – 3. L´éloquence offre tant de ressources qu´elle permet de traiter tous les sujets avec élégance et abondance. – 4. Comment se fait-il, ô Mécène, que personne ne vive content de la situation qu´il a délibérément choisie ou dans laquelle le hasard l´a placé? – 5. Pline prétend que des serpents naissent du sang de certains oiseaux et que si l´on mange de ces serpents, on comprend le langage des oiseaux.

II. 1. Notatum est a quibusdam Hispaniam, quanquam ex provinciis prima tentata esset a Romanis, ultimam perdomitam esse. – 2. Facile eis erat nautas et remiges, quibus opus esset, comparare. – 3. Xantho discipuli suaserunt ut homunculum illum, qui tam lepide risisset, emeret. – 4. Num tandem quicquam Dei Providentia sine causa facit? Num Deum, a quo sis percussus, inconsulte agere putas? – 5. Me ex his desertis locis detrahi, in quibus, me inspectante, amicus meus mortem obiisset, pati non poteram.

EMPLOIS SPÉCIAUX DU PARTICIPE EN -urus.

295. VERSION.

1. Ne prévoyais-tu pas combien cette victoire serait cruelle? – 2. Il ignorait quelle opinion j´allais exprimer. – 3. Nous lui obéissons passivement, comme il obéit passivement aux circonstances; par conséquent il ignore ce que les circonstances exigeront, et nous autres, nous ne pouvons deviner ses intentions. – 4. Il s´agit pour nous de vaincre ou de périr du plus honteux supplice. – 5. On comprit quel trouble aurait provoqué une défaite réelle, puisqu´une fausse nouvelle avait suffi à déchaîner de telles tempêtes. – 6. Il n´est pas douteux que Brutus, qui s´est acquis tant de gloire en chassant Tarquin le Superbe, n´eût fait beaucoup de mal à l´État, s´il avait détrôné un des rois précédents. – 7. Vous êtes les seuls à ignorer quelles conditions il nous aurait imposées. – 8. Penses-tu que Cn. Pompée eût ressenti quelque joie de ses trois consulats, de ses trois triomphes, de la renommée acquise par les plus brillants exploits, s´il avait su qu´il serait assassiné sur une plage déserte d´Égypte après avoir perdu son armée? Quant à César, s´il avait prévu que son cadavre percé de coups resterait étendu dans la salle du sénat, au pied même de la statue de Pompée, quel n´eût pas été son tourment durant sa vie? – 9. Pollion estime que César aurait rédigé à nouveau et amélioré ses Commentaires.

296. THÈME.

1. Isti homines scire cupiunt num brevi sim moriturus. – 2. Circumspice quid dicturus sis. – 3. Quæ futura merces esset non cogitans, eum fovet, ad vitam revocat. – 4. Non dubito quin huic conditioni aurem præbiturus sit. – 5. Pastorem interroga num suam fortunam libenter mutaturus sit. – 6. Certius quam quisquam sciebat quam perniciosus Protesilai reditus futurus fuisset. – 7. Non dubito quin te iratum sim facturus. – 8. Decreverunt ut, si quis præterea legatus ad se missus esset, eodem supplicio afficeretur. – 9. Dionysius postulavit ut omnibus Siciliæ civitatibus libertatem redderent, alioquin fore ut in hostium loco ibi haberentur. – 10. Mali malos timent eisque diffidunt: eos cum potestate esse non cupiunt; sciunt enim quantum ea sint abusuri. – 11. Varro dicebat Musas, si latine loqui vellent, Plautino sermone locuturas. – 12. Dionysius Syracusanis demonstravit, nisi Pœnos a progressu arcerent, mox fore ut ipsi impugnarentur.

APPENDICE.

ORDRE DES MOTS.

297. EXERCICE.

1. Dès que les Helvètes apprirent l´arrivée de César, ils lui envoyèrent des députés (Helvetii, ubi de Cæsaris adventu certiores facti sunt, legatos ad eum miserunt). – 2. La cupidité aveugle tous les hommes (avaritia omnes homines cæcos reddit). – 3. Socrate se considérait comme un citoyen du monde (Socrates se totius mundi civem arbitrabatur). – 4. La mer Caspienne nourrit des serpents d´une taille énorme (mare Caspium ingentis magnitudinis serpentes alit). – 5. Les soldats de Sylla, qui se rappelaient leurs pillages et leur ancienne victoire, souhaitaient une nouvelle guerre civile (milites Sullani, rapinarum et victoriæ veteris memores, novum civile bellum exoptabant). – 6. Les ennemis, ayant engagé la poursuite avec de grands cris, dans la conviction que la victoire leur était sûrement acquise, se mirent à faire avancer des tours, à former des tortues, à escalader le retranchement avec des échelles (hostes, maximo clamore insecuti, quasi parta atque explorata victoria, turres testudinesque agere et scalis vallum ascendere cœperunt). – 7. Darius décida de faire la guerre aux Scythes en faisant passer son armée d´Asie en Europe (Darius, ex Asia in Europam exercitu trajecto, Scythis bellum inferre decrevit). – 8. Le peuple se choisit des tribuns de la plèbe, afin d´être, grâce à eux, à l´abri des empiètements du sénat et des consuls (populus sibi tribunos plebis elegit, per quos contra senatum et consules tutus esse posset). – 9. Tib. Gracchus termina par une mort prématurée une vie, qui aurait pu être très glorieuse (Tib. Gracchus vitam, quam gloriosissime degere potuerat, immatura morte finivit).

298. VERSION.

I. Xercès, après avoir forcé les Thermopyles, marcha immédiatement sur Athènes. Ne rencontrant aucune résistance, il tua les prêtres qu´il avait trouvés dans la citadelle et brûla la ville.

II. 1. C´est à toi maintenant que je parle, Scipion l´Africain. – 2. C´est grâce à ce courage que vos ancêtres ont vaincu l´Italie entière. – 3. Antoine veut la paix? Qu´il dépose donc les armes. – 4. Soudain les ennemis s´élancèrent de tous les points de la forêt.

III. 1. La justice est la maîtresse et la reine de toutes les vertus. – 2. La gelée printanière brûle les fruits naissants. – 3. Le rat des champs reçut chez lui le rat de ville. – 4. Dieu a un cœur de père pour les hommes de bien.

IV. 1. Antoine amenait une armée contre le peuple romain. – 2. Le mérite de P. Crassus s´est fait connaître durant la paix comme durant la guerre.

V. 1. Et les années et les heures, qui fuient avec les jours bienfaisants, nous invitent à nous interdire les espérances illimitées. – 2. Tu boiras dans de modestes coupes un mauvais vin de Sabine que j´ai moi-même scellé dans des amphores grecques, le jour où des applaudissements t´accueillirent au théâtre.

299. VERSION.

I. 1. Aristote soutient que le poète Orphée n´a jamais existé. – 2. Faute de réflexion, bien des gens s´imaginent que celui qui parle comme les gens de bien imitera aussi leur conduite. – 3. Veille à la fois sur le troupeau et sur les bergers. – 4. Les Indiens et les Scythes, naguère si orgueilleux, demandent maintenant des ordres. – 5. Les murs, chez les Gaulois, ont généralement cette forme.

II. 1. La vérité ne reste pas toujours cachée. – 2. Je suis l´auteur de ces vers, un autre pourtant en a recueilli l´honneur: c´est ainsi, ô brebis, que vous produisez des toisons qui profitent à d´autres. – 3. Les larmes m´empêchent d´en dire davantage. – 4. De même que tous les champs qu´on cultive ne sont pas nécessairement productifs, de même tous les esprits ne répondent pas à la culture qu´ils reçoivent. – 5. Il n´est pas d´endroit où la nature ne mette (double négation) des remèdes à la portée de l´homme. – 6. L´homme de bien ne peut s´empêcher d´agir comme il le fait. – 7. Rester maître de soi dans la colère n´est le fait d´une âme vulgaire. – 8. Toute la justice se trouve jetée dans la confusion, si l´on obéit à la lettre et non à l´esprit de la loi. – 9. Les abeilles ne se posent pas même sur les fleurs mortes, à plus forte raison sur les cadavres.

300. VERSION.

1. Le poète de Méonie (Homère) vivra aussi longtemps que Tenedos et l´Ida seront debout. – 2. Le poème du divin Lucrèce ne périra que le jour où le monde sera détruit. – 3. Tu approuves ceux qui trompent leurs maîtres? – 4. Le laboureur, qui retourne avec la dure charrue la terre pesante, le perfide hôtelier, les matelots audacieux qui parcourent les mers, tous prétendent qu´ils ne travaillent que pour s´assurer dans leur vieillesse une retraite paisible. – 5. Parce que la fortune ne me sourit plus, tu t´écartes de moi, au moment où tu sais que j´ai besoin de ton secours. – 6. O Dieux, si Rome est votre ouvrage, comblez de gloire la race de Romulus. – 7. Me reproches-tu mon malheur comme une faute? – 8. O juges, je vous en supplie, je vous en conjure: qu´on nous laisse au moins le droit de défendre, sans en être puni, notre propre vie contre des ennemis audacieux et armés. – 9. César envoie en avant toute sa cavalerie pour voir la direction que prenait l´ennemi. – 10. A l´arrivée de César, les Bituriges envoient des ambassadeurs aux Héduens, dont ils étaient les alliés, pour leur demander des renforts qui leur permettent de résister plus facilement aux forces ennemies.

301. THÈME.

1. Statim, infiammatis tædis, ad litus concurrunt. – 2. Pestilentia, in urbem disseminata, magnas strages fecit. – 3. Ejus tres liberi, quorum duo admodum parvuli erant, ad eum introducti sunt. – 4. Oriente die, magno strepitu pugnare non intermittunt; pallida redeunte nocte, pugnant; aurora iterum in cælo fulgente, pugnare non desinunt. – 5. Deposito lignorum fasce, quam sit miser, secum cogitat. – 6. Ubi socordiæ te atque ignaviæ tradideris, nequicquam deos implores. – 7. Ægyptiorum templa, quæ Persarum reges diruerant, ab Alexandro sunt restituta. – 8. Pœni, hac urbe potiri vehementer cupientes, Syracusanorum opes viresque reformidabant. – 9. Omnes cives, ei obviam egressi, læto clamore et plausu eum exceperunt. – 10. Etsi admodum adulescens erat, magnam jam erat famam consecutus. – 11. Præceptum, nisi ornamentis illustratur, aridum videtur.

302. EXERCICE.

Le cercle de Popilius. – Du temps de nos ancêtres, C. Popilius, envoyé en ambassade auprès du roi Antiochus, ayant au nom du Sénat invité ce monarque à lever le siège d´Alexandrie et le voyant différer sa réponse, traça autour de lui resté debout un cercle avec un bâton et avertit qu´il ne transmettrait aucune réponse au Sénat, à moins qu´avant de sortir de ce cercle il ne déclarât ses intentions.»

La défaite des mercenaires révoltés. – Postquam, copiis utrinque ab imperatoribus cohortatione incitatis, prœlium commissum est, victoria non diu dubia fuit et plerisque Afrorum, qui mox loco cesserant, occisis reliquisque in deditionem acceptis, cum ipse Matho vivus captus esset Carthaginemque deductus, tota statim Africa, duabus tantum civitatibus, quæ ultimæ defecerant, exceptis, ad obsequium reducta est.

FIGURES DE GRAMMAIRE.

303. VERSION. (garder un tour elliptique dans la traduction)

1. Pas de bonheur pour les méchants. – 2. Voilà des questions importantes, mais j´ai hâte d´en venir à de plus importantes encore. – 3. Le malheur rend l´humeur chagrine et le bonheur porte à l´arrogance. – 4. Voilà ce qui se passait dans le Latium. – 5. En voilà assez sur la honte; parlons maintenant du danger. – 6. En voilà trop sur des bagatelles, venons à des sujets plus graves. – 7. César me réclame de l´argent. N´ai-je pas aussi bien le droit de lui en réclamer? – 8. Tu demandais justice? Mais à quoi bon? Il était le plus fort. – 9. Bonne chance (que les dieux m´en préservent)! – 10. J´ai peut-être insisté sur cette question plus que je n´aurais dû, mais certainement moins que je n´aurais voulu. – 11. Cela ne te regarde pas: c´est notre affaire. – 12. Séjour des bienheureux, réjouissez-vous! Loin d´ici les sifflements des furies! Loin d´ici le triple gardien des enfers! – 13. Au vainqueur d´imposer des conditions, au vaincu de les accepter. – 14. Les uns ont manqué de décision, les autres de courage, les autres d´occasion, personne n´a manqué de bonne volonté. – 15. Si ces légions ont abandonné leur consul, il faut les blâmer; si c´est un ennemi de l´État, à juste titre, qu´on les loue. – 16. On se repent parfois d´avoir parlé, jamais de s´être tu. – 17. Un si bon gladiateur si vite à la réforme? – 18. A ton arrivée, le vide s´est fait sur ces banquettes: pourquoi?

304. VERSION.

I. 1. Une circonstance impérieuse l´exige. – 2. Nous voyons tous les jours les prédictions des astrologues contredites par la réalité des faits. – 3. Tu vois quelle différence il y a entre tes affirmations et les faits authentiques. – 4. Cette femme ravive le feu qui couvait sous la cendre. – 5. Silius citait l´exemple des anciens orateurs, qui n´auraient pensé à d´autre récompense de leur talent que la gloire dans l´avenir.

II. 1. Ce lieu tout entier était jonché de cadavres et regorgeait du sang des citoyens. – 2. Torquatus, en dépouillant un Gaulois, s´empara d´un collier et mérite son surnom. – 3. Les uns racontent que Magon périt dans un naufrage; d´autres, qu´il fut assassiné par ses propres esclaves.

III. (conserver l´asyndète dans la traduction) 1. On a la paix, parfois: la certitude de la conserver, jamais. – 2. Les légions ont décidé de défendre le Sénat contre Antoine: le Sénat, lui, envoie des députés à Antoine! – 3. Il parle à tort et à travers: à la fin, on l´envoie se coucher.

IV. 1. Je suis resté caché dans l´obscurité de la nuit parmi les roseaux d´un marécage. – 2. Il quitte son siège élevé et, sur les autels d´Hercule, ravive les feux assoupis sous la cendre.

V. (conserver l´anaphore dans la traduction) 1. A cela, Brutus dit non, non dit la Gaule, non toute l´Italie, non le Sénat, et non vous-mêmes. – 2. Que pouvait-il arriver de plus étonnant, de plus souhaitable? – 3. Cécina Pétus était malade, malade son fils aussi: tous deux, semblait-il, en danger de mort.

COMPOSITION ET DÉRIVATION DES MOTS.

305. EXERCICE.

Æratus, a, um, garni d´airain: æs, æris, n. airain.
Æstivus, a, um, d´été: æstas, atis, f. été.
Agmen, inis, n. troupe en marche: agĕre, conduire.
Annalis, e, de chaque année: annus, i, m. année.
Avunculus, i, m. oncle maternel: avus, i, grand-père.
Calamitas, atis, f. malheur: calamus, i, m. tige (de blé)
Capillus, i, m. cheveu: caput, itis, n. tête.
Colonus, i, m. laboureur, colon: colĕre, cultiver.
Dominus, i, m. maitre: domus, us, maison.
Facultas, atis, f. faculté: facĕre, faire.
Figura, æ, f. figure, forme fingĕre, façonner.
Fragor, oris, m. fracas: frangĕre, briser.
Fulmen, inis, n. foudre: fulgēre, briller.
Furiæ, arum, f. pl. les furies: furĕre, être furieux.
Generosus, a, um, généreux: ganus, eris, n. naissance.
Habena, æ, f. rêne: habēre, avoir, tenir.
Humilitas, atis, f. humilité: humus, i, f. terre.
Iracundus, a, um, irascible: ira, colère.
Jaculum, i, n. trait, javelot: jacĕre, lancer.
Jugum, i, n. joug: jungĕre, joindre.
Libellus, i, m. petit livre: liber, bri, m. livre.
Linteum, i, n. toile (de lin): linum, i, lin.
Lugubris, e, lugubre: lugēre, pleurer.
Luna. æ, f. lune: lux, lucis, f. lumière.
Mercator, oris, m. marchand: merx, mercis, f. marchandise.
Miraculum, i, n. miracle: mirus, a, um, merveilleux.
Modestus, a, um, modéré, modeste: modus, i, m. mesure.
Monstrum, i, n. prodige: monēre, avertir.
Natura, æ, f. nature: nasci, naître.
Nobilis, e, noble, illustre: noscĕre, connaître.
Numen, inis, n. divinité: nuĕre, faire un signe de tète.
Origo, inis, f. origine: oriri, naître.
Pastor, oris, m. berger: pascĕre, mener paître.
Pecunia. æ, f. richesse, argent: pecus, oris, n. bétail.
Penates, ium ou um, m. pl. pénates: penus, us, m. garde-manger.
Punire, punir: pœna, æ, f. peine, châtiment.
Publicus, a, um, public: populus, i, m. peuple.
Poculum, i, n. coupe: potare, boire.
Punctum, i, n. point.; pungĕre, piquer.
Quæstus, us, m. gain: quærere, chercher.
Questus, us, m. plainte: queri, se plaindre.
Ratio, onis, f. raison: rēri, calculer, penser.
Ruina, æ, f. écroulement: ruere, s´écrouler.
Sanctus, a, um, saint, sacré: sancire,sanctionner.
Senatus, us, m. sénat.: senex, senis, m. vieillard.
Similis, e, semblable: simul, ensemble.
Taciturnus, a, um, taciturne: tacēre, se taire.
Vituperare, blâmer: vitium, i. n. vice.

306. EXERCICE.

Ædificium, édifice: ædes, maison, facĕre, faire.
Peregrinus, étranger: par, à travers, ager, champ.
Ambages, détours: ambo, deux, agĕre, conduire.
Animadverto, remarquer: animus, esprit, advertere, tourner vers.
Benevolus, bienveillant: bene, bien, volo, vouloir.
Occasio, occasion: ob, devant, cadere, tomber.
Carnitex, bourreau: caro, chair, lacere, faire.
Discrimen, différence: dis (indiq. séparation), crimen, cernere, voir.
Misericors, miséricordieux: miser, malheureux, cor, cœur.
Judex, juge: jus, droit, dico, dire.
Quotidie, chaque jour: quot, autant que, dies, jour.
Profiteor, je déclare: pro, devant, fateri, avouer.
Naufragus, naufragé: navis, vaisseau, frangĕre, briser.
Egregius, distingué: ex, hors de, grex, troupeau.
Homicida, homicide: homo, homme, cædĕre, tuer.
Collegium, collège: cum, avec, legĕre, assembler.
Intellego, comprendre: intus, intérieurement, legĕre, recueillir.
Mansuetus, apprivoisé, doux: manus, main, suetus, accoutumé.
Commercium, commerce: cum, avec, merx, marchandise.
Immensus, immense: in (privatif), metiri, mesurer.
Communis, commun: cum, avec, munus, charge.
Ignobilis, obscur: in (privatif), nobilis, illustre.
Particeps, qui participe à: pars, part, capĕre, prendre.
Patefacio, ouvrir: patēre, être ouvert, facĕre, faire.
Explico, expliquer: ex, (hors) de, plicare, plier.
Profanus, profane: pro, devant, fanum, sanctuaire.
Disputo, discuter: dis (différence), putare, penser.
Irritus, vain: in, (privatif), ratus (reri), ratifié.
Proscriptio, prescription: pro, devant, scribere, écrire.
Persevero, persévérer: per, à travers, severus, exact, sévère.
Considero, observer: cum, avec, sidus, eris, constellation.
Dissimulo, dissimuler: dis (différence), simul, ensemble.
Instigo, exciter: in, dans, stinguo (inusité), piquer.
Assuefacio, habituer: ad, à, suetus, habitué, facio, faire.
Contagio, contagion: cum, avec, tangĕre, toucher.
Ostendo, montrer: ob, devant, tendere, tendre.
Pertinax, obstiné: per, à travers, tenēre, tenir.
Tibicen, joueur de flûte: tibia, flûte, canĕre, chanter.
Intervallum, intervalle: inter, entre, vallum, palissade.

307. EXERCICE.

1. La mort vole autour de moi avec ses ailes noires (circum, autour, volare, voler). – 2. Servius Tullius fut surtout un législateur (sancire, sanctionner). – 3. Je t´ai chassé, je ne t´ai pas abattu (ex, hors; de, du haut de, jacĕre, jeter). – 4. Tout être vivant est mortel et corruptible (mori, mourir; dis (séparation), solvĕre, détacher). – 5. La petite Tullie, nos délices, réclame ton petit présent (diminutifs de Tullia, deliciæ, munus). – 6. La licence corrompt les mœurs (licēre, être permis; cum, avec, rumpo, briser). – 7. Pison fut tué par des cavaliers espagnols, qu´il avait dans son armée (equus, cheval; exercere, exercer; ducĕre, conduire). – 8. Epaminondas battit complètement les Lacédémoniens (Lacedæmon, Lacédémone; fundus, fond). – 9. Pendant que tu déclames à Rome, j´ai relu à Préneste le chantre de la guerre de Troie (Troja, Troie; scribĕre, écrire; de, de, clamare, crier; re, de nouveau, legĕre, lire). – 10. Le front, les yeux, l´air du visage mentent souvent (par, à travers, très, sæpe, souvent). – 11. Un grand nombre d´hommes coupèrent la moisson, la recueillirent dans des corbeilles et la jetèrent dans le Tibre (de, de, secare, couper; in, dans mittere, jeter). – 12. Sa main présente un rameau d´olivier, symbole de paix (pax, paix, ferre, porter; præ, devant, tendere, tendre). – 13. La. fortune toute puissante et le destin inévitable nous ont amenés en ces lieux (fors, le hasard; omnis, tout, potens, puissant; in privatif, ex, hors de, luctari, lutter). – 14. Ils retournent la masse de fer avec de solides tenailles (vertere, tourner; tenēre, tenir).

308. EXERCICE.

1. Caton se donna beaucoup de peine de nuit comme de jour (dies, jour; nox, nuit; sub, sous, capĕre, prendre). – 2. Par ce blocus il avait réduit les assiégés à une extrême disette (ob, devant, sedēre, siéger; cum, avec, tenēre, tenir; oppidum, ville; in (privatif), opes, ressources; ad, vers, ducĕre, conduire). – 3. Les Germains, autrefois, ne s´occupaient pas d´agriculture (ager, champ; colĕre, cultiver). – 4. J´aime beaucoup mes propriétés de Tusculum et de Pompéï (Tusculum, Tusculum; Pompeii, arum, Pompéï). – 5. Tous les laboureurs étaient sur le point d´abandonner leurs champs (arare, labourer; linquĕre, laisser). – 6. Il envoya son lieutenant jusqu´au fleuve (præ, devant, mittere, envoyer; fluĕre, couler). – 7. Les esclaves ont l´esprit fort délié quand il s´agit de tromper leur maître (fraus, tromperie, callēre, savoir à fond). – 8. Comme les Athéniens étaient effrayés par une éclipse de soleil, Périclès les rassura en leur en expliquant les causes (Athenæ, Athènes; obscurus, obscur; liber, libre). – 9. Tu vois comme je reviens dépouillé et sans ressources (in (privatif), opes, ressources; re (répétition), ire, aller). – 10. Homère nous propose un modèle utile en la personne d´Ulysse, qui après avoir vaincu Troie, acquit de l´expérience en visitant de nombreux pays de mœurs différentes, et qui, en assurant son retour et celui de ses compagnons, supporta bien des épreuves sur la vaste mer, sans se laisser jamais engloutir par les flots de l´adversité (pro-ponere, poser devant; ex-imere, tirer à part; domare, dompter; pro-videre, pourvoir; in-spicere, veiller sur, regarder; æquus, égal; red-ire, revenir; per-ferre, porter jusqu´au bout; ad-vertere, tourner contre; in (privatif), mergere, enfoncer).

309. EXERCICE.

DIS. – Solvere, délier; dissolvere, dissoudre. – Gerere, porter; digerere, porter çà et là. – Fugere, fuir; diffugĕre, s´enfuir de tous côtés. – Cernere, voir; discernere, discerner. – Ponere, placer; disponere, disposer. – Tribuere, accorder; distribuĕre, distribuer. – Cedere, se retirer; discedere, s´éloigner.

AB. – Undare, couler à flots; abundare, déborder. – Vertere, tourner; avertere, détourner. – Legare, envoyer; ablegare, envoyer an loin. – Rumpĕre, briser; abrumpere, interrompre. – Trahere, tirer; ahstrahere, retirer. – Scindere, couper; abscindere, déchirer. – Fugere, fuir; aufugĕre, s´enfuir. – Condere, ranger; abscondere, cacher. – Luere, laver; abluere, effacer.

AD. – Ducere, conduire; adducere, mener. – Gerere, porter; aggerere, amasser. – Figere, ficher; affigere, fixer à. – Clamare, crier; acclamare, acclamer. – Ligare, lier; alligare, attacher à. – Sequi, suivre; assequi, atteindre. – Notare, remarquer; annotare, noter. – Ponere, placer; apponere, servir (sur une table). – Ridere, rire; arridere, sourire à. – Volare, voler; advolare, voler vers, accourir.

CUM. – Ruere, se précipiter; cerruere, s´écrouler. – sentire, être d´avis; consentire, être d´accord. – Mittere, envoyer; committere, confier. – Nectere, lier; connectere, attacher ensemble. – Loqui, parler; colloqui, converser. – Ponere, poser; componere, composer. – Tendere, tendre; contendere, s´efforcer. – Operire, couvrir; cooperire, couvrir entièrement. – Hærēre, être attaché; cohærere, être attaché ensemble.

EX. – Mittere, envoyer; emittere, lancer. – Fugere, fuir; effugere, s´échapper. – Narrare, raconter; enarrare, raconter en détail. – Ruere, se précipiter; eruere, tirer en creusant, extraire. – Haurire, puiser; exhaurire, épuiser. – Pellere, pousser; expellere, chasser. – Torquere, tordre; extorquere, arracher violemment. – Spirare, respirer; exspirare, expirer.

IN. – Lacrimare, pleurer; illacrimare, pleurer sur. – Bibero, boire; imbibere, imbiber de. – Pellere, pousser; impellere, exciter. – Fundere, répandre; infundere, verser dans. – Natare, nager; innatare, flotter. – Serere, planter; inserere, greffer. – Spirare, respirer; inspirare, inspirer. – Struere, ranger; instruere, instruire.

OB. – Ambulare, marcher; obambulare, marcher devant. – Ruere, se précipiter; obruere, enfouir. – Loqui, parler; obloqui, interrompre. – Sequi, suivre; obsequi, obéir. – Stare, être debout; obstare, faire obstacle. – Tundere, frapper; obtundere, émousser, fatiguer. – Currere, courir; occurrere, rencontrer. – Dormire, dormir; obdormire, dormir profondément. – Fundere, répandre; offundere, répandre devant. – Nuntiare, annoncer; obnuntiare, s´opposer à. – Pugnare, combattre; oppugnare, assainir.

SUB. – Audire, entendre; subaudire, sous-entendre. – Ire, aller; subire, aller sous. – Currere, courir; succurrere, secourir. – Ducere, tirer, conduire; subducere, soustraire. – Jungere, joindre; subjungere, atteler. – Movere, mouvoir; submovere (summovere), écarter. – Repere, ramper; subrepere (surrepere), se glisser sous. – Sequi, suivre; subsequi, suivre de près. – Cedere, aller; succedere, succéder. – Ferre, porter; sufferre, supporter. – Gerere, porter; suggerere, fournir. – Plaudĕre, applaudir; supplaudere, frapper le sol du pied. – Pendēre, être pendu; suspendĕre, suspendre.

310. EXERCICE.

  1. Subjicere - Sufficere - - Subigere - Surripere - Substituere - Succidere - Subducere - Suscipere - Sustinere - Subsequi.

  2. Abigere - Abscidere - Abjicere - Abuti - Abstinere - Absterrere - Aberrare - Abripere - Abnuere – Auferre.

  3. Accidere - Acquirere - Afficere - Adigere - Arripere - Accipere - Adspergere - Assequi - Adhibere - Apprehendere.

  4. Insequi - Incĭdo - Imprimere - Incīdere - Inficere - Ingredi - Inhibere - Invadere - Inflare - Injicere.

  5. Exsequi - Exquirere - Exigere - Eripere - Eprimere - Excipere - Excidere - Egredi - Exhibere - Ejicere.

  6. Consequi - Conquirere - Comprehendere - Constituere - Concĭdere - Concīdere - Conficere - Corripere - Comprimere - Congredi.

  7. Obsequi - Opprimere - Obtinere - Obsidere - Objicere - Obœdire - Occĭdere - Occīdere - Officere - Obducere.

  8. Iniquus - Ingratus - Innocens - Irritus - Rejicere - Separare - Vecors - Disjicere - Deficere - Præbere.

311. EXERCICE.

1. AB: auferre, enlever; abire, s´en aller; abdere, cacher; abigere, chasser; abducere, emmener. – 2. AD: afferre, apporter; adire, aborder; addere, ajouter; adigere, obliger à; adducere, amener. – 3. SUB: sufferre, souffrir; subire, aller sous; subdere, mettre sous; subigere, soumettre; subducere, soustraire. – 4. IN: inferre, porter dans; inire, entrer; indere, poser sur; inigere, pousser dans; inducere, amener dans. – 5. EX: effere, porter hors de; exire, sortir; edere, produire; exigere, exiger; educere, faire sortir. – 6. CUM: conferre, apporter ensemble; coire, se réunir; condere, ranger; cogere, forcer; conducere, conduire ensemble. – 7. RE: referre, rapporter; redire, revenir; reddere, rendre; redigere, réduire; reducere, ramener.

312. EXERCICE.

Nous ne donnons ici que les principaux dérivés, laissant de côté les mots rares et nous rattachant surtout aux mots qui fournissent d´autres dérivés.

CAPUT. – Occiput, derrière de la tête; capitalis, capital; capillus, cheveu; anceps, à deux têtes, douteux; præceps, qui se précipite (tête en avant); præcipitare, précipiter; capitulum, chapitre; capitatio, impôt par tête; capito, qui a une grosse tête.

MODUS. – Modicus, modéré; modulari, moduler; modo, seulement; admodum, extrêmement; commodus, avantageux (nombreux dérivés de commodus); moderari, diriger; moderatus, modéré (nombreux dérivés de moderatus); modestus, modeste (nombreux dérivés de modestus comme immodestus, immodeste, modestia, immodestia).

VOX. – Vocare, appeler (vocatio, vocativus, vocabulum, vocitare); advocare, appeler à soi (advocatus); avocate, distraire; convocare, convoquer (convocatio); evocare, rappeler au service (quelques dérivés de evocare); invocare, invoquer (invocatio); provocare, provoquer (autres dérivés de provocare) revocare, rappeler (plusieurs dérivés: revocatio, revocabilis, etc.); sevocare, appeler à part; vocalis, sonore, harmonieux; vociferari, vociférer; convicium, injure; conviciari, injurier.

ÆQUUS. – Iniquus, injuste; æquitas, équité; iniquitas, iniquité; æquare, égaler; æquabilis, égal: æquabilitas, égalité; æqualis, égal (en âge); æqualitas, égalité; æquor, plaine, mer; æquoreus, de la mer; æquinoctium, équinoxe; æquanimus, qui a l´âme égale; æquanimitas, égalité d´âme; æquævus, du même âge.

SACER. – Sacrum, sacrifice; sacrare, consacrer (sacratio, consecrare, consecratio); obsecrare, supplier (obsecratio); exsecrari, maudire (exsecratio, exsecrabilis); sacramentum, serment militaire; sacerdos, prêtre (sacerdotium, sacerdotalis); sacellum, chapelle; sacrarium, sanctuaire; sacrificium, sacrifice (sacrificus, sacrificare, sacrificatio, sacrificalis); sacrilegium, sacrilège (sacrilegus); sacrosanctus, inviolable.

QUATUOR. – Quater, quatre fois; quaterni, quatre à la fois; quatuordecim, quatorze; quartus, quatrième; quartana, fièvre quarte; quartani, soldats de la 4° légion: quartarius, quart d´une mesuru; quadraginta, quarante (quadrageni, quadragies, quadragenarius); quadringenti, quatre cents (quadringentesimus, quadringenties, quadringeni, quadringenarius); quadrimus, âgé de quatre ans; quadrum, un carré; quadrare, faire cadrer; quadrans, quart d´un as; quadrantal, mesure pour les liquides; quadratus, carré (quadratio, quadratura), quatriduum, durée de quatre jours; quadriennium, durée de quatre ans (et d´autres composés en quadri); quadrupes, quadrupède (et d´autres composés en quadru).

QUÆRO. – Acquirere, acquérir (acquisitio, etc.); anquirere, chercher de tous côtés; conquirere, rechercher (conquisitio, etc.); exquirere, chercher avec soin (exquisitus, etc); inquirere, cher cher à fond (inquisitio, etc); perquirere, chercher partout (perquisitio.etc.); quæsitio, recherche; quæstio, recherche, question, quæstus, gain; quæstuosus, lucratif; quæstor, questeur (quæstorius, quæstura).

QUEROR. – Conqueror, se plaindre vivement (conquestio, etc); querela, plainte; queribundus, querulus, plaintif; querimonia, plainte; questus, plainte, gémissement.

MONNAIES, MESURES ET POIDS.

313. VERSION.

1. M. Livius donna à chaque soldat cinquante-six as. – 2. Cléopâtre dit à Antoine qu´elle dépenserait pour un dîner dix millions de sesterces. – 3. Le stade vaut 625 pieds (187,50 m., plus exactement 184,98 m.). – 4. Les tours étaient éloignées les unes des autres de 80 pieds (24 mètres). – 5. Les Romains, après la victoire, poursuivirent sur un espace de 30 milles les Carthaginois qui, effrayés par la mort de leur chef, fuyaient en désordre (environ 45 kilomètres). – 6. C. Licinius et L. Sextius proposèrent une loi pour limiter les domaines; elle interdisait de posséder plus de cinq cents arpents (environ 125 hectares). – 7. On trouva 276 coupes d´or, pesant presque toutes une livre, 18.000 livres d´argent, 400.000 boisseaux de froment et 270.000 boisseaux d´orge (88,290 kg d´or; 5.786 kg d´argent; 34.000 hectolitres de blé; 22.950 hectolitres d´orge). – 8. Le consul déclare que, si cet état de choses persiste, il ne partira pas dans sa province aux calendes de janvier (ler janvier). – 9. Je suis arrivé à Rome le cinquième jour avant des ides de décembre (9 décembre). – 10. Des lettres t´ont été remises le treizième jour avant les calendes de mars (17 février). – 11. Je suis arrivé à Syracuse aux calendes d´août (ler août).

314. VERSION.

1. On pouvait lui donner un million de sesterces: en cinq jours il n´y avait plus rien dans ses coffres. – 2. Il fit faire un fossé de vingt pieds aux côtés perpendiculaires, de sorte que la largeur du fond était égale à la distance des deux bords supérieurs (environ 6 mètres). – 3. On creusait des trous de trois pieds (90 centimètres): dans ces trous on enfonçait des piquets pointus et durcis au feu de sorte qu´ils ne sortissent pas de terre de plus de quatre doigts (environ 8 centimètres). – 4. On leur donna à tous deux le droit de cité et cinq cents arpents de terre (environ 125 hectares). – 5. Demain, mettons tous notre or à la disposition de l´État, chacun se réservant pour lui et ses enfants une once d´or par tête (27 grammes). – 6. Que mon héritier donne à ma femme de l´argenterie jusqu´à concurrence du poids de cent livres (32,700 kg). – 7. Antonius m´a donné l´ordre de me rendre au sénat le dixième jour des calendes d´octobre (20 septembre). – Quelle heure est-il? Huit heures (environ 2 heures de l´après-midi). – 9. Caligula naquit la veille des calendes de septembre (31 août). – 10. A la troisième veille de la nuit (environ minuit), Papirius se lève sans bruit. – 11. César à la septième heure proclama un consul dont les fonctions devaient durer jusqu´aux calendes de janvier: or ces calendes arrivaient le lendemain matin; par conséquent, sachez que sous le consulat de Caninius personne n´a déjeuné (la septième heure commence à partir de midi; les calendes de janvier sont le premier de ce mois.)

RÉVISION DE LA SYNTAXE.

315. EXERCICE.

1. Il s´accorde avec le plus rapproché (§ 101). - 2. Hic (Gr. § 103) est fons nostræ disciplinæ. - 3. On doit dire: hic liber est meus (§ 111*). - 4. Prudentia senis, la prudence du vieillard (déterminé); prudentia senilis, une prudence de vieillard (en général, § 115). - 5. In medio foro (§ 117). - 6. Il se met au génitif, mais on le trouve aussi à l´ablatif. - 7. Victoria illustrior quam utilior; victoria magis illustric quam utilis (§ 128*). - 8. Minor quam pro ou minor quam ut (§ 131). - 9. Que l´on veut distinguer deux personnages de ce nom. - 10. Celui de, celle de, ne se rendent pas en latin; il faut répéter le mot que ces pronoms représentent ou le sous-entendre (§ 138). - 11. On veut dire qu´il désigne le sujet comme possesseur (§ 140*). - 12. Cicero et Antonius inter se oderant. - 13. Cela ne se fait que pour un petit nombre de verbes (§ 149). - 14. Seulement quand on emploie le passif impersonnel, pas autrement. - 15. Neque quisquam = et nemo; neque ullus = et nullus; neque quicquam = et nihil; neque cujusquam = et nullius. - 16. Rien en fait de récompense, aucune récompense.

316. EXERCICE.

1. Au nominatif, comme étant le sujet. - 2. Non, il faut examiner si le verbe latin correspondant pour le sens au verbe français admet la même construction. - 3. Il peut être complément circonstanciel de relation, de distance ou de dimension, accusatif adverbial, accusatif de but ou de durée (§ 162). - 4. Quid, en quoi? Pourquoi? Nihil, en rien, nullement (§ 164). - 5. Le nom de la peine se met à l´ablatif; le nom du crime, au génitif; § 168). - 6. Damnare ad bestias, in metalla (§ 168*). - 7. Mon affection pour (in, acc.); j´ai toujours craint pour lui (ei, simple datif). - 8. Hoc est tibi dolori est un exemple du double datif; tibi est un datif d´intérêt; dolori, un datif de destination (§ 174) - 9. Demander (un objet à quelqu´un): petere (aliquid ab aliquo); demander (un renseignement), quærere (aliquid ab aliquo, § 174). - 10. On est libre de considérer ces mots comme désignant des êtres animés ou non, et, par conséquent, on peut employer l´ablatif seul ou précédé de ab (§ 184*). - 11. Sapientia (abl. de point de vue ou de relation) clarus est (§ 189). - 12. Si avec marque le moyen il ne se traduit pas; s´il marque l´accompagnement, il se rend par cum; s´il marque la manière, tantôt il se traduit par cum, tantôt par l´ablatif seul (§ 188*). - 13. Avec soin (manière), cum cura; avec ses mains (moyen), manibus; avec ses bagages (accompagnement), cum sarcinis. - 14. A la question ubi pour marquer la proximité, on emploie apud; à la question quo, pour marquer la simple direction, on emploie ad; à la question unde, quand on s´éloigne d´un lieu où l´on n´est pas entré, on emploie ab (§ 197).

317. EXERCICE.

1. La voix pronominale est plus rare en latin, où l´on emploie fréquemment des verbes intransitifs ou des passifs au sens des pronominaux français (§ 202). - 2. Depuis longtemps on est en train de vaincre la Germanie; depuis longtemps la Germanie est vaincue (c´est la différence entre un présent et un parfait présent, § 207). - 3. Le subjonctif dans une prop. principale peut exprimer un ordre ou une défense, une délibération (§ 214), une supposition, un souhait ou regret, enfin une possibilité (conditionnel français). - 4. Debebam, debui, j´aurais dû; potuit, il aurait pu; longum est, ce serait long, etc. Voir Gr. § 219*. - 5. Au nominatif. - 6. Je t´entends souvent gémir; j´apprends que tu gémis souvent. - 7. Le participe équivaut ici à une proposition concessive. - 8. Victurus, sur le point de vaincre; destiné à vaincre; dans l´intention de vaincre. - 9. Cette transformation est obligatoire quand le gérondif a un complément d´objet direct et qu´il est au datif ou précédé d´une préposition. - 10. Venerunt ut viderent urbem; ad videndam urbem; urbis videndæ causa; urbem visuri (peu classique); visum urbem - 11. Scio cur heri veneris. - 12. Tu me diras quelle chose tu as faite hier. - 13. Cupit esse beatus; oportet esse beatum; licet esse beato ou beatum. - 14. Affirmer (verbe d´opinion, prop. infinitive complète); désirer (verbe de volonté, infinitif seul ou prop. infin. complète suivant les cas); entreprendre (verbe d´activité, infin. seul); commander (verbe de volonté, jubere, infin. imperare ut); souhaiter (verbe de volonté, ut); hésiter (verbe d´activité, infin. seul); nier (verbe d´opinion, prop. infin complète); finir (verbe d´activité, infin. seul); permettre (verbe de volonté, ut); décréter (verbe de volonté, ut). - 15. Une proposition complétive est celle qui joue le rôle de sujet, d´objet direct, d´apposition, d´attribut. Ces propositions sont en latin à l´infinitif, ou elles sont introduites par ut, ne, quominus, quin, quod, ou enfin ce sont des interrogatives indirectes.

318. EXERCICE.

1. Les propositions causales sont celles qui commencent par les conjonctions parce que, puisque, du moment que, etc. Les propositions finales commencent par afin que (afin de), pour (que). Les propositions consécutives par en sorte que, de telle manière que, que. Les propositions concessives par quoique, quelque que, bien que. - 2. Quod causal veut l´indicatif sauf le cas où l´écrivain rapporte un motif dont il laisse la responsabilité à ceux dont il parle (§ 285). - 3. Quand il y a un comparatif dans la proposition finale (§ 290). - 4. Quand il faut marquer que la conséquence d´un fait passé est encore vraie actuellement (§ 295). - 5. Quelque…​ que se traduit alors par quamvis: quamvis periculosum sit, faciam (§ 298). - 6. Modo signifie alors pourvu que et se construit avec le subjonctif (§ 313). - 7. On emploie l´indicatif (§ 303, 315). - 8. Dans le premier exemple, c´est l´indicatif qui convient (priusquam rex factus est); dans le second, c´est le subjonctif (priusquam de ejus adventu fama percrebruisset). - 9. Parce qu´elles ont le sens consécutif: il y a des gens tels que, il n´y a personne tel que (§ 329, 330). - 10. On doit dire: tu seras d´autant plus estimé que tu seras plus modeste, et faire passer en latin ce second membre que (quo) tu seras plus modeste avant le premier, c´est-à-dire reprendre l´ordre primitif du français. Pour le second exemple, on fera de même: il est aussi trompeur qu´il est éloquent (§ 332). - 11. Il se rend par une périphrase composée du participe en -urus et de l´infinitif du verbe sum (§ 342, 3°).- 12. Oui, si les règles générales de la syntaxe l´exigent, par exemple les règles du style indirect (§ 341*, II).

319. EXERCICE.

1. César monta le premier sur un cheval qui n´endurait pas d´autre cavalier (sessoris est au génitif parce que patiens est pris comme adjectif, § 119). - 2. Hannibal maintint son armée dans des cantonnements durant la plus grande partie de l´hiver (parce qu´on considère seulement deux parties, cf. en français: la majeure partie, § 133). - 3. L´autre itinéraire, qui passait à travers notre province, était beaucoup plus difficile (multo est à l´ablatif de différence, § 137). - 4. Y a-t-il quelqu´un d´assez fou pour le croire? (quisquam, semi-négatif est employé parce que l´interrogation suggère l´idée d´une négation: il n´y a personne, § 150). - 5. Je n´ai jamais vu en toi rien de mesquin, rien de bas (nihil sordidum pour la symétrie avec nihil humile, § 154). - 6. De qui pouvait-il avoir appris ce qu´il enseignait aux autres? (quæ et alios sont deux compléments de docēre, qui se construit avec deux accusatifs, § 161). - 7. Hipponiate apprit l´art militaire sous la direction d´Hannibal (artes est un accusatif qui se maintient au passif avec certains verbes comme doceo, lesquels admettent à l´actif deux compléments à l´accusatif, § 161*). - 8. Le temple d´Esculape est à cinq mille pas d´Épidaure (on pourrait écrire quinque millia passuum, à l´accusatif de distance, § 163. - 9. J´ai l´ambition d´acquérir une gloire immortelle, qui me fera célébrer dans tout l´univers (mihi est complément du passif lieu de a me, ce qui n´est pas régulier dans la prose classique, § 185*). - 10. Qu´ils cessent d´attenter à la vie du consul jusque dans sa demeure (domi est au locatif; ce locatif étant semblable au génitif); l´adjectif suus se trouve mis à ce cas par accord avec domi, § 194*).- 11. Alcibiade fut élevé dans la maison de Périclès (Pericli est au génitif: Periclis ou Pericli, § 26, 4°; in domo Periclis est régulier et signifie: dans la maison de Périclès; domi Periclis signifierait: chez Périclès; on voit que dans bien des cas l´emploi de l´une ou l´autre tournure peut être indifférent).

320. EXERCICE.

1. En agriculture, il ne faut pas ménager sa peine (Parcas au lieu de peperceris, parce qu´il s´agit d´une maxime générale, § 213). - 2. Il n´aurait pas fallu que Catilina sortit vivant du sénat (avec les verbes pouvoir et devoir, l´indicatif latin correspond souvent à un conditionnel français, § 219). - 3. Catilina se tenait au premier rang, veillait à tout, prenait lui-même souvent part au combat. (le sujet de l´infinitif de narration reste au nominatif, § 222). - 4. Cette science s´accrut plus tard par l´acquisition de nouvelles connaissances (on pourrait dire novas res cognoscendo, car l´ablatif du gérondif sans préposition admet un complément à l´accusatif, § 235). - 5. Je vais te dire pourquoi tu n´aurais pas dû le croire (la concordance des temps exige debueris, puisque le verbe principal est au futur; d´ailleurs l´interr. directe serait quamobrem non credere debebam ou debui et non pas debuissem, § 219, 249). - 6. Gavius s´était échappé je ne sais comment des latomies (nescio quis, nescio quid, nescio quomodo, au sens de n´importe qui ou quoi, d´une manière quelconque, ne constituent pas une interrogation indirecte, § 254, I). - 7. Il dit qu´il comprenait qu´il ne s´agissait pas de trouver la vérité (dans l´expression id agere ut, le sens est: faire ceci, à savoir que, faire en sorte que, ut introduit donc une proposition complétive en apposition à id). - 8. Epicure reconnut l´existence des dieux en constatant que l´idée du divin était innée chez tous les hommes (la proposition causale est au subjonctif parce que la raison donnée, d´ailleurs vraie en elle-même, est présentée comme étant la pensée de celui dont parle l´auteur). - 9. Ne pouvant donner des présents, j´adressais au moins de bonnes paroles (cum signifie ici du moment que; or, cum, au sens causal, veut le subjonctif). - 10. Quoi que tu fasses, songe à la mort (les propositions relatives indéfinies sont à l´indicatif en latin, § 327). - 11. Nos consuls, nos troupes sont dans de telles dispositions que l´État ne peut subir aucun échec que par la faute du sénat (is a souvent le sens de talis et se trouve en corrélation avec une proposition consécutive commençant par ut).

321. EXERCICE.

1. Eumène rangea ses troupes en bataille et engagea le combat avant que ses soldats pussent savoir quels étaient leurs adversaires (ejus serait plus régulier, parce que la subordonnée ne représente pas directement la pensée du sujet de la principale, § 141). – 2. Finalement les frères se reconnaissent réciproquement (se invicem, au lieu de inter se, § 143). – 3. De tous les poètes lyriques Horace est presque le seul qui mérite d´être lu (au lieu de dignus qui legatur, § 125). – 4. Je semblais digne d´être ton épouse (au lieu de digna quæ essem, § 125). – 5. Ton ventre ne contiendra pas plus que le mien (au lieu de plus quam, plus est construit ici comme les mots marquant ressemblance ou différence, § 132). – 6. Thalestris, à qui l´on demanda si elle avait quelque faveur à réclamer, n´hésita pas à répondre qu´elle était simplement venue voir le roi (au lieu de num quid, mais la règle § 151 n´est pas absolue). – 7. Je suis ici comme un barbare, car personne ne me comprend (ulli au lieu de ab ullo, § 185*). – 8. Germanicus transporta ses légions jusqu´à l´Océan par le fleuve de l´Ems (in Oceanum serait plus conforme à la règle, puisqu´il s´agit d´un mouvement réel, § 170). – 9. Pendant que le reste des troupes attendait dans la plaine en bon ordre, les cavaliers furent envoyés en avant (au lieu de in campis, qui serait la tournure régulière en prose, § 192, 1° et 192* I). – 10. Germanicus, à son retour d´Egypte, apprit que toutes les mesures qu´il avait prises avaient été abrogées (au lieu de remeans ex Ægypto, seule tournure régulière). – 11. N´aie aucun doute, car ce que tu vois est vrai (au lieu de ne dubitaveris, § 213*). – 12. Protée conduisit tout son troupeau visiter les hautes montagnes (l´infinitif au lieu du supin, § 245). – 13. Je vois ce que tu fais (litt.: quelle chose tu fais, au lieu de quid agas, § 254). – 14. La grenouille demanda à ses petits si elle était plus grosse que le bœuf (an dans l´interrog. ind. simple au lieu de -ne ou num, § 256). – 15. Je recevais l´ordre d´ouvrir le livre et de lire (jubere ut au lieu de la construction régulière qui est la prop. infinitive). – 16. Bien que Séjan donnât de pernicieux conseils, on l´écoutait avec confiance (quanquam avec le subjonctif au lieu de l´indicatif, § 297; quamvis serait d´ailleurs plus exact: quelque pernicieux que fussent ses conseils, § 299*, l°). – 17. Chaque fois qu´Arria entrait dans la chambre de son mari, elle se comportait comme si leur fils vivait encore (au lieu de quoties intrabat, chez les classiques de la bonne époque, c´est l´indicatif qui marque la répétition, § 315).

EXERCICES DE TRANSPOSITION.

322. EXERCICE.

1. Cinna fit trancher la tête de M. Antoine, l´homme le plus éloquent que j´aie entendu. – 2. La douleur est un mal si léger que le courage la rend insensible. – 3. La nature a donné à l´homme la raison pour maîtriser ses passions. – 4. De même que les passions et les vices des principaux citoyens corrompent d´ordinaire la cité, leur bon exemple l´améliore et la corrige. – 5. Le sénat a décerné hier une statue triomphale à Spurinna. – 6. Cet homme ne s´aperçoit pas qu´il loue son adversaire et critique ses auditeurs. – 7. Souvent les dons naturels, même si le travail ne les soutient pas, suffisent à eux seuls à donner de bons résultats. –8. Ces hommes si nombreux (car, nécessairement, ils ont dû être en assez grand nombre, afin de pouvoir s´emparer facilement de Licinius) pourquoi l´ont-ils laissé échapper? On les avait pourtant placés là pour saisir le coupable en flagrant délit. Le dénouement de cette affaire ressemble donc à celui d´un mime, où, faute de conclusion naturelle, on voit quelqu´un échapper à ceux qui veulent le saisir: puis aussitôt l´orchestre joue et l´on baisse le rideau. – 9. On choisissait quelque parente âgée à qui on confiait tous les enfants d´une même famille.

323. EXERCICE.

1. Signum buccina datum est. – 2. Pompeius, ne vituperaretur, id fecit, quod semper a posteris vituparebitur. – 3. Achilles, qui ducum precibus flecti non potuerat, iterum in hostem ruit. – 4. Inter Carthaginienses Romanesque eæ intercesserant inimicitiæ, quæ non aliter quam alterutrius populi exitio exstingui possent. – 5. Ejus caput rosa coronatum est. – 6. Res eis non multi laboris fuit Græcas subigere colonias, utpote quæ Asiatica mollitie corruptæ essent. – 7. Tunc juvenili ardore inaniumque voluptatum studio rapiebar. – 8. In rebus prosperis regum vires delicatæ vitæ blandimentis magis quam quibuslibet bellicis laboribus debilitantur. – 9. Capra cum lupo totam noctem pugnavit, sed mane a lupo vorata est. – 10. Nec domini blanditiis, nec luporum metu, nulla re denique retinebantur. – 11. Animalia, quæ hæc nemora frequentant, timore occupabantur.

324. EXERCICE.

1. Il me semble qu´il suffit d´avoir expliqué l´existence des dieux et leur nature. – 2. Nous comprenons que c´est possible. –3. L´intérêt semble en contradiction avec l´honneur.– 4. Le désespoir pousse à tout risquer. – 5. Dans cette affaire, c´est à toi seul de choisir. – 6. Je dirai toute ma pensée. – 7. Sans songer à ménager leur vie, ils s´élancèrent sur l´ennemi. – 8. Le flatteur n´agit et ne parle que pour plaire. – 9. Que tes ordres soient justes. – 10. Crassus n´avait pas grande confiance dans les troupes auxiliaires. – 11. On perd plus à commettre l´injustice, qu´on ne gagne par les avantages qu´elle procure. – 12. Plus grande est votre autorité, plus vous devez être modéré dans l´exercice du pouvoir. – 13. Plus on est adroit, plus on est suspect, si l´on n´a pas la réputation d´être honnête. – 14. On croit que Solon fut, pour son temps, un excellent orateur. – 15. Je ne faisais que d´arriver lorsqu´on m´a remis tes lettres. – 16. Rien ne ressemble autant à la mort que le sommeil.

325. EXERCICE.

1. Qui laudes aspernatur, bis cupit laudari. – 2. Libentius de nobis maledice loquimur, quam tacemus. – 3. Omnes ad aliena mala toleranda satis firmi sumus. – 4. Mortem vocat: illa sine mora venit. – 5. Jejunus domum reverti coactus est. – 6. Quinqueremes nuper institutæ erant. – 7. Rex ille, quem metuebant finitimi totumque mirabatur humanum genus, omnia vana esse confessus est. – 8. Ærea illa fulmina, ad obterendos homines reperta, undique intonabant. – 9. Divina Providentia nos calamitatem adversa pugna majorem celabat. – 10. Lupos taurosque decertantes canendi cupidus, antiquorum heroum gloriæ immemor factus sum. – 11. ReIiquas copias hortatus in hostem induxit. – 12. Apud Pœnos pleraque nomina aliquid certi significabant; Hannibal idem valet quod Baal mihi gratificatus est.

326. VERSION.

Une flotte détruite par des pirates. – La flotte mit à la voile et quatre jours après arriva à Pachynum. Les matelots, mourant de faim, recueillaient des racines de palmiers sauvages, qui poussaient en grande quantité en cet endroit comme dans une bonne partie de la Sicile, et ces malheureux s´en nourrissaient. Quant à Cléomène, il avait planté sa tente sur la plage et passait des jours entiers occupé à boire. Mais voici que soudain, tandis que Cléomène était ivre et que les autres souffraient de la faim, on annonce qu´un navire de pirate était dans le port d´Odyssée; quant à notre flotte, elle était encore à Pachynum. Cléomène, le premier, ordonne de dresser le mat sur son vaisseau, de déployer les voiles, de couper les câbles des ancres, et en même temps fait transmettre aux autres l´ordre de le suivre. Son navire était extrêmement rapide. Il n´était presque plus visible déjà, quand les autres vaisseaux étaient encore au même endroit, se mettant péniblement en route. Les marins qui les montaient ne manquaient pas de courage. Malgré leur petit nombre, ils criaient qu´ils voulaient combattre; mais abandonnés par le commandant de la flotte, ils se virent obligés de suivre la même route que lui. Ils firent voile vers Hélore, comme Cléomène, et ce faisant, ils suivaient plutôt leur chef qu´ils ne fuyaient l´ennemi.

327. VERSION.

Une flotte détruite par les pirates (suite). – Dans cette fuite, quiconque se trouvait le dernier était par là même dans la situation la plus critique; car les pirates attaquaient au fur et à mesure le vaisseau qui occupait la dernière place. C´est ainsi que le vaisseau des habitants d´Haluntium, fut capturé le premier. Son commandant était un notable de cette ville, nommé Phylarque, que les Locriens rachetèrent plus tard à leurs frais. Ensuite le navire d´Apollonie fut pris et son commandant, Anthropinus, tué. Pendant ce temps Cléomène était arrivé à Hélore. Il avait débarqué aussitôt, abandonnant son navire aux flots. Les autres capitaines, voyant que leur chef avait débarqué et se trouvant incapables de résister ou de fuir par mer, abordèrent à Hélore et suivirent Cléomène. Alors Héracléon, le chef des pirates, qui remportait ainsi une victoire soudaine et inespérée, ordonna, au moment où le soir tombait, de détruire en l´incendiant cette superbe flotte du peuple Romain. Les pirates ne restèrent à Hélore que cette nuit-là. Le lendemain, laissant nos vaisseaux encore fumants, ils se dirigèrent vers Syracuse, et bientôt, sans la moindre appréhension, ils pénétrèrent dans le port même.

328. THÈME.

Le savetier Blondeau. – Erat Lutetiæ sutor quidam, qui victum calceos resarciendo hilare quærebat bonoque vino præcipue delectabatur. Totos ille dies ita cantabat ut omnibus vicinis lætitiam afferret. Nemo autem eum unquam in vita, nisi semel atque iterum, mæstum vidit. Quondam quidem in antiquo pariete ferream ollam invenit, in quu magna inerat veterum nummorum multitudo, quorum pretium æstimare non poterat. Tunc in cogitatione defixus, cantu omisso, hæc animo volutubat: «Si hanc pecunium aurificibus ostendero, rem omnem indicabunt aut in lucro partem habere volent.» Interdum autem timebat ne olla non satis lateret neve sibi clam eriperetur; ideo sæpissime in die ex officina exibat ut ollam loco moveret; sed tamdem hæc cogitavit: «Quid? Mene semper istius ollæ sollicitudine urgeri? Illa vero mihi malo est. Carte non nesciunt vicini mihi novi aliquid accidisse.» Quibus dictis, ollam belle arreptam in flumen dejecit et omnem simul mæstitiam in aquas demersit.

329. THÈME.

Le savetier Blondeau (suite). – Alio tempore simio cuidam succensuit a quo multis modis vexabatur. Simius enim ille, ex superiore fenestra eum corium cædentem observans, cum sutor ad prandendum abiisset, descendebat et in officinam ingressus arrepto cultello corium lacerabat. Sutor autem, etsi propter domini metum simium istum male mulcare non audebat, ulciscendi tandem consilium cepit. Cultellum suum ita exacuit ut ejus acies non minus quam novaculæ ad secandum subtilis esset; postea, cum simium observantem vidit, cultelii aciem jugulo admovere cœpit et hinc inde circumagere quasi sibi guttur præcidere vellet. Quod cum tamdiu fecisset, ut simius ille animadvertisse videretur, relicta officina ad prandendum profectus est. At simius ille, occasione non omissa, sine mora descendit et arrepto cultello jugulum ultro citroque præstringere cœpit. Sed cum propius admoto ferro jugulum raderet, sibi fauces præsecuit.

GALLICISMES ET LATINISMES.

330. THÈME.

I. 1. Ut tibi videbitur, facito. – 2. Achilles, amici parato funere, Priamo, infelici patri, Hectoris filii corpus reddit. – 3. Panis ille, quem vobis propono, angelis pro cibo est; ille tanta dulcedine panis ab hujus sæculi, cui inservitis, hominibus in mensa non apponitur. – 4. Quidquid conatur vis, veritatem frangere non potest, nec quicquam aliud efficit, nisi ut altior surgat. – 5. Tigris, cum nonnulla majora animalia interfecit, ea in silvas defert. – 6. Hanno, plurimis lapidibus oppressus confossusque vulneribus, concidit. – 7. Cum eis opem ferre non possent, se eis saltem solatia debere arbitrati sunt. – 8. Legatos de Agathoclis victoria omnino silere jussit. – 9. Stulti cujusdam hominis humerum momordit pulex.

II. 1. Hoc animal, quamvis terribile sit, a venatoribus tamen agitatur. – 2. Dominus ei primum dixit. – 3. Hospes, quid hoc prodest (quid hoc sibi vult)? – 4. Ista, quæso, aliis narra. – 5. Omnes ad ripam ita accedebant ut avi præda tantum eligenda esset. – 6. Ad Hamilcarem missi sunt, qui eum, quæ in Africa gesta essent, certiorem facerent. – 7. Cum alios flentes videt, ipse flere solet. – 8. Frustra te hoc magna voce moneo. – 9. Bomilcar, cruci affixus, hæc eis exprobrans exspiravit. –10. Omnium dictorum factorumque venia et oblivio eis proposita est, si arma ponere vellent. – 11. Guillelmus, etsi magna animi robore erat, gravibus tamen curis angebatur, quas ægre dissimulabat. – 12. Lupus tua cornua parum curat.

331. VERSION.

1. Il s´agit de la gloire du peuple romain. – 2. Lucullus aimait passionnément la lecture. – Il y a des gens qui aiment avec excès les statues et les tableaux. – Il est certain qu´il aimait beaucoup la littérature grecque. – 3. Il aimait à prédire longtemps d´avance les éclipses de soleil et de lune. – Comme j´aime à te recevoir! – 4. Il ne fit rien à l´insu de son collègue. – 5. Curion va bientôt venir. – Je vais chercher Antiphon pour lui apprendre ce qui s´est passé ici. – 6. Je n´avais rien à t´écrire. – 7. Les hommes ont beau se trouver dans une situation difficile, ils ne laissent pas de se distraire parfois. – 8. Il est heureux celui qui a le bonheur de parvenir à la sagesse. – Thrasybule a eu le bonheur de délivrer sa patrie de la servitude. – 9. Ses amis eurent de la peine à l´en empêcher. – 10. Tu as eu raison de t´enfermer chez toi. – Il a eu tort de le dire. – J´aime mieux avoir tort avec Platon que d´avoir raison avec eux.

332. VERSION.

1. Tu étais le premier à vouloir associer ta fortune à la mienne. – 2. C´est un art difficile que de gouverner l´État. – C´est honorer Dieu que de le connaître. – 3. C´est moi qui suis ce consul. – 4. Je m´attacherai au parti des gens de bien, dussé-je périr avec eux. – 5. Tarquin faillit prendre Rome. – 6. On ne fit que veiller. – Le coq ne fait que chanter. – 7. C´est fait de lui. – 8. Fais-les sortir. – C´est la pauvreté qui me l´a fait faire. – 9. Le Nil fait du bien aux champs pour deux raisons: parce qu´il les arrose et qu´il les engraisse. – 10. Avec ta prudence et ton expérience, faut-il que tu parles ainsi! – 11. Si je te racontais la chose, je n´en finirais pas. – 12. Arria cachait ses larmes, dissimulait sa douleur et malgré la mort de son fils, jouait encore son rôle de mère. – 13. Sa perversité ne le laisse pas respirer (ne lui laisse pas de répit, le pousse sans cesse à mal faire). – 14. Nous le savons bien et nous ne laissons pas d´être embarrassés.

333. VERSION.

1. Au lieu de l´empêcher, tu l´approuvais. – Les Africains au lieu de soutenir l´attaque des auxiliaires, reculaient. – 2. En voyage, un compagnon qui aime à parler tient lieu de voiture. – 3. Il ne me pardonne pas d´avoir manqué de venir. – 4. Ne manque pas de lui raconter ce que j´ai fait. – Je voudrais que tu ne manques pas de nous écrire souvent. – 5. Il était très cultivé pour un Romain. – 6. Il ne gouverne l´Asie que neuf mois. – 7. Ses succès militaires, quelque funestes qu´ils fussent à l´État, ne laissaient pas d´être importants. – 8. Je répondrai sans hésiter. – Ils t´ont fait tort sans le savoir. – Bien des gens, sans rien savoir, font semblant de tout connaître. – Scipion l´Africain passa sa vie à Literne sans regretter Rome. – 9. Dans la guerre civile il ne s´est rien produit sans que je l´aie prédit. – Rien ne peut arriver sans qu´une cause précède. – La vertu brille toujours de son propre éclat sans que les souillures du dehors puissent la ternir. – 10. Il lui tardait fort de me voir (il n´a eu rien de plus pressé que de me voir). – 11. César ne tardera pas à disposer de forces considérables. – 12. Tu venais de partir, quand Trébatius est arrivé chez moi. – 13. Voyons un peu où l´affaire en viendra. – Ils en vinrent même à livrer au supplice des innocents.

334. THÈME.

1. Nihil agit, odor manet. – 2. Frustra contradixeris, hodie vespere frigeris. – 3. Cum sententiam tuam aperire debeas, irasceris. – 4. Hic homo profecto musica non delectatur. – 5. Franci, terribiles illi viri, Batavorum insula nuper potiti erant. – 6. Hæc arbor mihi pro lancea erit.– 7. Si mihi bilem commoveris, faciam ut risum mutes. – 8. Cui mors ejus lætitiæ fuit? Cæsari. – 9. Omnes incolæ ferro trucidati sunt, iis exceptis qui in templa confugerant. – 10. Præfectum primum præsidiariosque milites trucidaverunt. – 11. De Roma actum erat, si Romanos persecuti essent. – 12. Di Magni, quid primum dicam? – 13. Nonnulli nautæ in Græciæ reliquiis jacentes sine cura aut cogitatione ulla dormiebant. – 14. Hæc videbis omnia, nec irasceris? – 15. Ut verum dicam, homo es insanissimus.

335. THÈME.

1. Solus vigilavi, in contemplatione cæli marisque defixus. – 2. In aliquot manipulorum umbra. puer dormiebat. – 3. Augustinus, Vergilii librum manu tenens, oras ab illo poeta celebratas lustrabat. – 4. Quatuor sumus, inter quos præda. dividenda est. – 5. Certatim ad diripiendas ejus divitias ruebant. – 6. Promissa mox perficientur. – 7. Quare offenditur? Num ejus agitur gloria? – 8. Animus, cum eadem semper cernit, ad ea assuescere solet. – 9. Qui præter modum sapiens est, in reprehensionem incurrere potest. – 10. Num hospites invitavit, quos nimio cibo exanimaret? – 11. Assentatores, assiduis laudibus reges efferendo, hoc efficiunt, ut eorum etiam virtutes contemnendæ videantur. – 12. Ejus accusatores suæ improbitatis pœnas dederunt. – 13. Ego quidem, in hoc ultimo discrimine, qua effugere possim, certam viam habebo. – 14. Quamvis magni sint reges, nostri non dissimiles sunt.

336. VERSION.

1. Je vous en préviens, pères conscrits: il s´agit ici de la liberté du peuple romain dont vous êtes responsables. – 2. La cruauté fit les délices de Dolabella dès son enfance. – 3. Je ne doute pas, expérimenté comme tu l´es, que tu ne comprennes cela parfaitement. – 4. J´espère, étant donnée ta tempérance, que tu en maintenant en bonne santé. – 5. Perspicace comme tu l´es, tu comprendras tout, si tu lis attentivement ma lettre. – 6. Les procès privés et (en outre) de peu d´importance, nous les plaidons plus simplement; quant à ceux où il s´agit de la vie ou de la réputation de quelqu´un, nous les plaidons avec plus d´éclat. – 7. Conon se rendit auprès de Pharnabaze qui était (à la fois) satrape de Lydie et gendre du roi. – 8. Une génisse d´une taille extraordinaire naquit dans le pays des Sabins: on considéra la chose comme un prodige. – 9. Une pierre ponce n´est pas aussi sèche que ce vieillard. – 10. Il était âgé de quelque cinquante ans. – 11. Clitomaque fut un homme d´esprit fort délié, pour un carthaginois, et très désireux de s´instruire. – 12. Alors que tous les autres étaient abattus, le consul qui, étant donnée sa situation critique, avait conservé assez de sang-froid, rétablit l´ordre dans les rangs (des soldats). – 13. Philippe épousa Olympias, fille du roi Néoptolème. – 14. Je tiens compte de l´utilité générale et non de mon ressentiment. – 15. Il n´y a pas de raison d´envier ceux que le vulgaire appelle grands et heureux.

337. THÈME.

1. Quam læta seges! Quot diligentes fidelesque servi! – 2. Sunt quidam delicatiores homines qui nisi in voluptatibus vivere non possint. – 3. Utrum rædarium tuum an coquum vis compellare? – 4. Ah! Proditor! Quo te igitur insinuasti? – 5. Hunc cedo (impératif archaïque) libellum, ut iterum inspiciam. – 6. Tempus ipsum, quo cum filio colloquebar, aucupati sunt. – 7. Quin ad regem omnium maximum respicis? – 8. Non sine causa queror. – 9. Quam bonus est Dominus! Quam suave jugum ejus! – 10. Quid nobis hic restat, nisi ut de ejus laudibus ad capienda ex eis documenta dicamus? – 11. Cur cessamus? – 12. «Hæc omnia noveram remedia.» – «Cur igitur non utebaris?» – 13. Quo pacte dignus esse possum, ad quem descendere velis? – 14. Qui (= quo) fit ut nemo sua sorte contentus vivat? – 15. Vulpes, quæ præceperat magister, meditabatur. – 16. Naturam dissimulare quid prodest? – 17. Num aliter ac mei incedere possum? – 18. Cum sint boni dii, bonos quoque reges esse volunt.

338. VERSION.

Fondation de la ville de Cyrène. – Cyrène fut fondée par Aristée, surnommé Battus à cause de la difficulté qu´il éprouvait à parler. Son père Grinus, qui régnait sur l´île de Théra, désolé de voir que son fils, déjà grand, ne parlait pas encore, vint à Delphes consulter l´oracle et supplier Apollon. L´oracle lui répondit que son fils devait se rendre en Afrique, y fonder la ville de Cyrène et que l´usage de la parole lui serait alors accordé. Cette réponse de l´oracle avait l´air d´une raillerie: l´île de Théra étant très peu habitée, comment des colons pouvaient-ils partir de là pour fonder une ville dans une contrée aussi vaste que l´Afrique? On n´en fit donc rien. Assez longtemps après, une peste sembla punir les habitants de leur résistance et les contraignit d´exécuter l´ordre du dieu. Au départ, ils étaient si peu nombreux qu´ils remplissaient à peine un navire. Une fois arrivés en Afrique, ils repoussèrent ceux qui habitaient près du mont Cyras et, charmés par l´aspect riant de cette montagne et ses nombreuses sources, ils s´en emparèrent. C´est alors que Battus, leur chef, sentant sa langue devenue libre, se mit à parler pour la première fois. Cet événement, en réalisant une partie des promesses du dieu, les encouragea à fonder une ville. Ils établirent donc leur camp en cet endroit et Battus y fonda la ville de Cyrène.

339. THÈME.

Vercingétorix devant César. – Postridie, cum Cæsar ante prætorium suum in mediis victorum militum catervis sederet, ex quadam urbis porta subito insignis armis eques erumpit: Vercingetorix ipse, tanquam victima ad sacrificium ornatus. Primum Cæsaris tribunal ter incitato equo circumit, deinde ex equo desilit et, abjecta ad imperatoris Romani pedes galea cum gladio, tacitus exspectat. Tunc apparuit quam parvi præ animi magnitudine ingenii laudes sint æstimandæ. Nam Cæsar captivum illum catenis vinciri jussit Romamque misit ut in Tulliano includeretur. In hunc enim subterraneum carcerem devictarum gentium duces, donec per triumphum ducerentur, Romani conjicere solebant. In quo tæterrimo loco Vercingetorix sex annos relictus tum demum extractus est, cum Cæsar, ipsius patria devicta non secus ac Vercingetorigis patriam devicerat, rediit, ut de Romanis simul et de Gallis triumphum ageret.

CONFUSIONS A ÉVITER.

340. VERSION.

1. Zénon avait acquis une grande expérience dans l´étude de la nature. – 2. Les Cyclopes plongent dans une cuve d´eau l´airain qui siffle. – 3. Jugurtha était informé du désintéressement de Metellus. – 4. Ce n´est pas sans raison que j´ai toujours craint cet envoi d´ambassadeurs et que je ne l´ai jamais approuvé. – 5. Notre cité ne peut pas supporter plus longtemps son regret de la liberté. – 6. La forme humaine est la plus belle qui soit parmi les êtres vivants. – 7. Certains marchands ne peuvent réaliser des bénéfices qu´au prix de nombreux mensonges: or, il n´y a rien de plus honteux que cette fraude. – 8. Les Bellovaques avaient une grande réputation de courage. – 9. L´achat des livres est une dépense très honorable. – 10. Phébus, grâce à son art salutaire, soulage les membres affaiblis par la maladie. – 11. Il est honteux de voir que la clairvoyance a manqué, surtout dans une affaire si peu compliquée, à l´assemblée la plus noble de l´univers. – 12. Tu lirais cette lettre en public? Tu la donnerais à copier aux mauvais citoyens? – 13. Nous avons naturellement beaucoup de goût pour la gloire. – 14. Je ne m´exposerai pas à paraître insensé à tes yeux. – 15. Le bouvier fut stupéfait et poussa un cri d´étonnement.

341. VERSION.

1. Quelle vengeance je tirerai de toi, ô Turnus! – 2. Le droit de cité, les dignités sacerdotales, les royaumes, tout fut mis en vente par lui. – 3. L´érable, le palmier, le peuplier vieillissent lentement. – 4. Il n´avait de libre que les bras et les épaules. – 5. On annonça au roi et aux sénateurs qu´une pluie de pierres était tombée sur le mont Albain. – 6. Après les dieux, ce sont les hommes qui peuvent rendre les plus grands services aux hommes. – 7. La colère me met hors de moi. – 8. Scævola, accablé par la vieillesse, était devenu complètement paralysé – 9. A quatre milles de Crémone on vit briller les enseignes des légions. – 10. La raison n´a pas été accordée aux animaux. – 11. Toute cette troupe de poètes comiques lance contre moi ses traits empoisonnés. – 12. Démosthène reçut une couronne d´or en récompense de son courage. – 13. Les hommes frivoles ne se soucient pas de prévoir l´avenir. – 14. Publius et Cnéius Cornélius, depuis qu´ils sont arrivés dans la province, n´ont jamais cessé de soutenir nos intérêts et de nuire à nos ennemis. – 15. Tâche de te bien porter.

342. VERSION.

1. L´esclave, lorsqu´on lui a donné la liberté, devient un affranchi. – 2. Aristide mourut si pauvre qu´il laissa à peine de quoi se faire enterrer. – 3. Le savant Hésiode ne dit pas un mot sur l´utilité de fumer les terres. – 4. C. Marius a manqué à la loyauté et à la justice en excitant, par une fausse accusation, la haine publique contre un homme de bien tel que Q. Metellus. – 5. Alexandre, après avoir vaincu Darius et les Indiens, se trouve pauvre: il va scruter encore des mers inconnues. – 6. De ta vie seule (= ex vita tui unius) dépend le salut de tous. – 7. Camille revint à Rome pour lever une nouvelle armée. – 8. Tu n´as pas d´intérêt à me voir disparaître. –9. Vivons toujours avec l´idée que nous aurons à rendre compte de notre vie. – 10. Ta lettre me fera grand plaisir (Gr. § 190 bis). – 11. Cet homme s´est déclaré mon ennemi. – 12. Je voudrais que tu me donnes des renseignements sur la guerre des Gaules. – 13. Cet homme n´agit jamais dans l´intérêt d´autrui et ne s´inspire que du sien. – 14. J´ai connu souvent des gens excellents dont le physique était désagréable. – 15. César partagea entre ses lieutenants tous ses navires de guerre. – 16. La vraie gloire consiste dans la vertu.

RÉCAPITULATION GÉNÉRALE.

343. VERSION.

Un avertissement de Jupiter. – Quelque temps après, un plébéien, nommé Atinius, eut un songe. Il lui sembla que Jupiter lui disait: «Durant les jeux, le premier danseur m´a déplu. Si l´on ne recommence pas ces jeux avec magnificence, un danger menacera la ville. Va l´annoncer aux consuls.» Ce songe donna des scrupules à Atinius, toutefois sa crainte de déranger inutilement les consuls l´emporta. Ce retard lui coûta cher. Peu de jours après, il perdit un fils. Il ne pouvait subsister aucun doute sur la cause de ce malheur imprévu, car la même apparition, se montrant de nouveau, sembla lui dire: «Te trouves-tu assez puni pour avoir méprisé ma volonté? Un châtiment plus grave encore te menace, si tu ne vas en hâte prévenir les consuls.» La situation devenait plus critique. Cependant, comme Atinius hésitait encore et remettait de jour en jour, il fut atteint subitement d´une grave paralysie. Abattu par tant de maux passés et présents, il réunit ses proches et leur raconta ce qu´il avait vu et entendu. Sur le conseil unanime et très net de tous les assistants, il se fit porter en litière sur le forum devant les consuls. Transporté ensuite, sur leur ordre, dans la curie, il raconta son aventure aux sénateurs qui en furent fort surpris. Soudain une chose aussi extraordinaire se produisit: cet homme qui avait été apporté dans la curie privé de l´usage de tous ses membres, put, après avoir rempli son devoir, rentrer chez lui à pied.

344. THÈME.

Un médecin vaniteux. – Medicus quidam Syracusanus, Menecrates nomine, nonnullis hominibus ab se sanatis semper stipatus iter faciebat, qui, sponsione ante curationem facto, se, quocumque iret, secuturos polliciti erant. Ex quibus alius Herculis insignia gerebat, alius Apollinis, alius Mercurii aut Æsculnpii. Ipse vero, purpurea stola indutus, capite corona aureu redimito, sceptrumque tenens, se sub Jovis nomine spectandum præbebat comitantibusque novis illis numinibus terrarum orbem peragrabat. Philippus autem rex, cum eum audisset in Macedonia esse, arcessitum ad cenam vocavit. Ante Menecratem ejusque socios in lectis eximie alteque stratis collocatos, ara posita est frugum primitiis onerata et, cum aliis convivis exquisiti cibi ministrarentur, novis illis diis nihil appositum est præter unguenta et libationes. Qui cum tanta se affici contumelia pati non possent, e convivio repente recesserunt nec postea usquam apparuerunt

345. VERSION.

Sentences de P. Syrus. – 1. Disputer avec un homme ivre, c´est quereller un absent. – 2. Quel malheur peut-on souhaiter à un avare, sinon de vivre longtemps? – 3. L´avare ne fait rien de bien que quand il meurt. – 4. Accepter un bienfait, c´est vendre sa liberté. – 5. Un homme généreux cherche des occasions d´exercer sa générosité. – 6. L´estime des hommes est un bien plus sûr que l´argent. – 7. Épargner les méchants, c´est nuire aux gens de bien. – 8. Un bon cœur ressent les offenses plus vivement qu´un autre. – 9. Les yeux ne voient pas, quand l´esprit s´occupe d´autre chose. – 10. Un compagnon agréable supprime la fatigue aussi bien qu´une voiture. – 11. L´homme cruel n´est pas touché par les larmes: c´est sa pâture. – 12. Il faut préparer longuement la guerre, si l´on veut une prompte victoire. – 13. Le courage du soldat dépend de l´habileté du général. – 14. A un homme en colère il faut enlever les armes et non en donner. – 15. Il faut parfois oublier ce que l´on sait. – 16. Il est plus facile de rencontrer la fortune que de la fixer. – 17. C´est une tromperie que de recevoir ce qu´on ne peut rendre. – 18. L´héritier qui pleure, rit sous un masque (sous cape). – 19. Tu veux un vaste empire? Règne sur toi-même. – 20. N ´impose à personne un fardeau que tu ne peux toi-même porter.

346. THÈME.

Une ruse de Gélon. – Gelo rei militaris, præsertim ad struendas insidias, peritissimus fuit. Ad eum deductus est nuntius quidam cum litteris, quibus Selinuntii Hamilcarem certiorem faciebant equitum turmam, quam ab eis petiisset, certo die adventuram. Gelo e suis copiis parem equitum numerum elegit quos circa constitutum tempus proficisci jussit. Qui, quasi Selinunte venientes in hostium castra recepti, in Hamilcarem impetum fecerunt eoque occiso, naves incenderunt. Gelo autem, sub ipso eorum adventu, omnibus copiis Pœnos adortus est; qui primo enixe restiterunt, at mox audita imperatoris nece, cum classem ardentem viderent, deficiente et virtute et viribus, terga verterunt. Horrenda fuit cædes, qua amplius centum et quinquaginta millia hominum perierunt. Reliqui, cum se in locum omnium rerum inopem recepissent, diu resistere non potuerunt deditionemque fecerunt.

347. VERSION.

Raffinement de cruauté de Caligula. – Caligula avait fait mettre en prison le fils de Pastor, chevalier romain, parce que son élégance et sa façon trop soignée de se coiffer lui avaient déplu. Le père étant venu demander la grâce de son fils, l´empereur fit immédiatement conduire le jeune homme au supplice. Cependant, sans doute pour ne pas paraître trop inhumain à l´égard du père, il l´invite à dîner le jour même. Pastor se rendit à l´invitation sans que son air laissât deviner le moindre reproche. Caligula lui fit présenter d´abord une grande coupe de vin et le fit surveiller. Le malheureux s´exécuta, mais comme s´il buvait le sang de son propre fils. L´empereur lui fit porter des parfums et des couronnes et ordonna qu´on observât s´il les prenait: il les prit. Ainsi, le jour même où il avait vu les funérailles de son fils, le malheureux vieillard assistait à un banquet de cent convives et buvait comme il eût été à peine convenable qu´il bût à l´anniversaire de la naissance d´un de ses enfants. Ce faisant, il ne pleura point, il ne laissa rien paraître de sa douleur. Voulez-vous savoir pourquoi? Il avait un autre fils. Priam dut, il est vrai, dissimuler son ressentiment et embrasser les genoux d´Achille. Il porta à ses lèvres la main fatale trempée dans le sang de son fils. Il dîna, mais sans parfums et sans couronnes; et encore, Achille, ce cruel ennemi, l´exhorta avec des paroles de consolation à prendre quelque nourriture et non à vider de grandes coupes. Quant au Romain, il aurait méprisé les menaces, s´il n´avait craint que pour lui-même, mais son affection paternelle étouffa sa colère: c´était fait de son second fils, si son attitude à table avait déplu à son bourreau.

348. THÈME.

Résurrection de Lazare. – Martha Jesu advenienti prior occurrit. Cecidit ad pedes ejus et dicit ei primum: «Domine, si fuisses hic, non esset mortuus.» Martha igitur Jesum ad sepulcrum duxit: ille venit. Sepulcro autem lapis superpositus erat. Tunc Martha: «In te credo, inquit, ut Joannes credit et Petrus, sed quintum jam diem sub hoc lapide jacet.» At Jesus: «Tace, mulier, inquit, hic enim, si credideris, videbis gloriam Dei.» Et paulo post: «Tollite, inquit, lapidem.» Sublato igitur lapide, pars sepulcri interior apparuit. Jesus autem, elevatis sursum oculis solus processit in tenebras, in quibus mortuus linteis ligatus jacebat, similis sacco pecuniæ pleno, quem homo avarus in terram defodit. Et pronus voce magna clamavit: «Lazare!» Tunc e sepulcro statim prodiit qui fuerat mortuus. Cum ejus pedes adhuc institis ligati essent, se ad parietem applicavit ut assurgeret. Dixit eis Jesus: «Solvile eum et sinite abireQui viderant quæ fecit Jesus, crediderunt in eum.

(nous mettons en italiques ce que nous avons pu conserver, dans cette traduction, du texte évangélique)

349. VERSION.

Comment on se tire d´un mauvais pas. – 1. Hannon, cerné par les ennemis, avisa un endroit très commode pour s´échapper. Il y fit apporter des fagots de brindilles auxquels on mit le feu. Puis, pendant que les ennemis étaient occupés à surveiller les autres issues, il fit sortir ses soldats à travers la flamme après leur avoir recommandé de protéger leur visage avec leur bouclier et leurs jambes avec des étoffes. – 2. Darius, pour cacher aux Scythes son départ, laissa dans son camp les chiens et les ânes. L´ennemi, qui entendait les animaux aboyer et braire, crut que Darius ne bougeait pas. – 3. Spartacus, que M. Crassus avait cerné et entouré d´un fossé, fit combler de nuit ce fossé avec des cadavres de prisonniers et d´animaux et put ainsi le franchir. Ce même Spartacus, cerné par le consul P. Varinius, fit attacher devant la porte du camp, à des poteaux assez rapprochés, des cadavres qu´on plaça debout habillés et armés, en sorte que de loin on les prenait pour des sentinelles. En outre, des feux furent allumés sur tous les points du camp. Cette fausse apparence trompa l´ennemi et Spartacus put faire sortir ses troupes dans le silence de la nuit. – 4. Le consul C. Duilius, s´étant imprudemment engagé dans le port de Syracuse, s´y trouva enfermé par la chaîne qu´on tendait à l´entrée. Il fit alors passer tous ses soldats à la poupe. La proue se trouvant ainsi soulevée, il ordonna aux rameurs de donner aux navires l´allure la plus rapide. Les proues soulevées s´avancèrent sur la chaîne, qui se trouva en partie franchie; alors les soldats passèrent à la proue et leur poids fit glisser les navires de l´autre côté de la chaîne.

350. THÈME.

La Providence. – Summa illa vis quæ mundum ædificavit neque quicquam in eo nisi optimum posuit, quasdam tamen res aliis præstantes creavit. Finxit enim cum cælestia corpora quæ sunt immortalitate prædita, tum terrestria quæ mortalia sunt, cum animalia quædam corporis amplitudine mirabilia, tum minimas bestiolas et aviculas, quæ propter exiguitatem contemnendæ videntur, cum proceras silvarum arbores quæ integra sæcula vigent, tum agrestes flores, qui oriente sole nati, eodem occidente languescunt. Eorum quidem omnium, quæ finxit, non est par conditio, quia eadem liberalitas, quæ honestissimis animalibus vitam concessit, eam humillimis invidere noluit. Sed a maximis usque ad minima, in omnia effunduntur ejus Providentiæ beneficia. Præbet enim escam aviculis, quæ eam prima luce suavibus cantibus invocant, et flores, quorum species tam cito marcescit, per hoc breve eorum vitæ tempus, tanto nitore vestit, ut ipse Salomon, etiam maxime florente ejus gloria, nihil habuerit quod huic ornamento æquiparari posset (ou nihil habeat…​ quod possit).

351. VERSION.

Sentences de Denys Caton. – 1. Songez que la première des vertus est de retenir sa langue: se taire à propos, c´est ressembler à la divinité. – 2. Ne disputez pas avec les bavards: la parole est donnée à tout le monde, mais la sagesse à peu de gens. – 3. Racontez souvent les services qu´on vous a rendus, mais gardez le silence sur les vôtres. – 4. Évitez les fautes que vous condamnez habituellement: il est honteux pour un censeur d´être réfuté par ses propres fautes. – 5. Même sûr de l´emporter, cédez parfois à un ami: la condescendance resserre les doux liens de l´amitié. – 6. Si vous le pouvez, songez à obliger même les inconnus: mieux vaut acquérir ainsi des amis qu´un royaume. – 7. Ne dédaignez pas les gens de petite taille, car l´adresse est souvent le partage de ceux qui n´ont pas la force. – 8. Sachez, dans les repas, observer une sage réserve, car voulant paraître enjoué, vous pourriez passer pour bavard. – 9. Jamais vous ne manquerez des moyens de satisfaire vos besoins, si vous vous contentez du nécessaire. – 10. Apprenez un métier; car, si la fortune vous abandonne tout d´un coup, le métier vous reste et vous nourrit toujours.

352. THÈME.

La mort de Socrate. – Tres ejus liberi ad eum introducti sunt, quorum duo adhuc admodum parvuli erant. Quibus dimissis, se amicis reddidit. Paulo post carceris custos ingressus: «Socrates, inquit, spero te non ea in me exsecraturum, quæ alii solent, cum eis veneni hauriendi tempus adesse nuntio. Cum omnes, quos ego viderim, animi robore et lenitate superes, pro certo habeo te neque mihi esse iratum, neque hujus tuæ calamitatis culpam in me conferre: cujus qui auctores fuerint satis superque tibi exploratum est. Vale. Fac æquo animo necessitati pareas.» Cum præ lacrimis vix pergere potuisset, quo liberius fleret, in carceris angulum secessit. Cui Socrates: «Vale, inquit; tuum consilium sequar.» Tum ad amicos conversus: «O hominem, inquit, humanissimum! Dum hic fui, sæpius sermonem mecum contulit. Videte quam acerbe fleat. Crito, quod ille jubet, faciendum est. Venenum, si paratum est, statim afferatur, si minus, quam primum teratur.»

353. VERSION.

Découverte du tombeau d´Archimède. – Au temps où j´étais questeur, je découvris, malgré les ronces et les épines qui l´entouraient et le cachaient, le tombeau d´Archimède que les Syracusains ne connaissaient pas et dont ils niaient même l´existence. Je savais par cœur quelques vers, qui, d´après ce que j´avais lu, devaient être inscrits sur ce tombeau. Ces vers indiquaient qu´une sphère et un cylindre surmontaient le monument. Or en parcourant des yeux les tombeaux qui se trouvent en grand nombre auprès de la porte d´Agrigente, je remarquai une petite colonne qui dépassait à peine les broussailles et sur laquelle était représentée une sphère avec un cylindre. Je dis aussitôt aux notables Syracusains qui m´accompagnaient (en grand nombre) que c´était sans doute ce que je cherchais. Des gens armés de serpes nettoyèrent et découvrirent l´emplacement. Quand il fut accessible, nous nous approchâmes du piédestal. On y voyait une inscription dont chaque vers était effacé vers la fin, jusqu´au milieu environ. Ainsi cette cité, la plus illustre de la Grèce, et même autrefois la plus savante, n´aurait pas su où reposait le plus ingénieux de ses enfants, si un étranger originaire d´Arpinum ne l´avait renseignée.

354. THÈME.

La légion fulminante. – Christiani semper et a bonis et a malis principibus vexati sunt. In laboribus autem tam diuturnis ne minima quidem seditio ab eis commota est. Interdum tamen vexatio defervescebat. Cum quondam M. Aurelius in Germania maxima aquæ inopia premeretur, christianorum militum legio eum precibus imbrem impetravit, quo totius exercitus sitis sedari posset, tantis mul auditis cæli fra goribus ut hostes terrerentur. Quo quidem miraculo huic legioni Fulminatrici cognomen aut inditum est aut confirmatum. Qua re commotus princeps litteras ad senatum misit, ut minus crudeliter in christianos consuleretur. At postremum ejus harioli ei persuaserunt, ut hoc miraculum suis diis precibusque tribueret, etsi paganis ne in mentem quidem venerat, ut id optarent. Aliis quoque de causis interdum paulisper aut intermittebantur aut sedabantur vexationes; sed mox superstitio, quod vitium M. Aurelius vitare non potuit, et vulgi invidia et crimina christianis falso objecta iterum valebant.

355. VERSION.

La rencontre de Clodius et de Milon (premier récit). – Le treizième jour des calendes de février (20 janvier de l´an 702 de Rome), Milon partit pour Lanuvium. Il rencontra vers la neuvième heure (vers trois heures de l´après-midi) Clodius, qui revenait d´Aricie, près de l´endroit où se trouve le sanctuaire de la Bonne Déesse. Clodius était à cheval, escorté de trente esclaves armés d´épées. Il était en outre accompagné de trois personnes, dont un chevalier romain. Milon était en voiture avec sa femme Fausta et un ami, M. Fufius. Une troupe considérable d´esclaves les escortaient, parmi lesquels se trouvaient des gladiateurs, dont deux assez renommés, Eudamus et Birria. Ces derniers, qui étaient un peu en arrière de l´escorte, se prirent de querelle avec les esclaves de Clodius. Au bruit qui se fit, Clodius se retourna d´un air menaçant; alors Birria lui perça l´épaule d´un coup de lance. Une véritable bataille s´étant engagée, un assez grand nombre d´esclaves de Milon s´y mêlèrent. Clodius fut transporté dans une cabane voisine. Milon, apprenant que Clodius était blessé, ordonna qu´on le fit sortir de force. On jeta donc dehors Clodius et on l´acheva en le criblant de blessures. Son cadavre demeura gisant sur la route, car, parmi ses esclaves, les uns avaient été tués ou blessés, les autres se cachaient. Le sénateur Sextus Tédius, qui revenait de la campagne à Rome, releva le corps et le fit porter à la ville dans sa litière.

356. THÈME.

Les frères Philènes. – Eo fere tempore inter Carthaginem Cyrenasque magna de finibus contentio orta est. Cyrenæ urbs erat opulentissima, in Mediterranei maris litore haud procul a majore Syrti posita et olim a Batto condita. Placuit utrinque ex utraque urbe duos juvenes proficisci et eum locum, in quem convenissent, finem ambobus haberi populis. Carthaginienses (duo fratres fuere, quibus nomen Philænis erat) citius ierunt; at Cyrenenses eos perfidia usos et ante constitutum tempus domo digressos criminantes, in conditione manere noluerunt, nisi duo illi fratres, ut omnis fallaciæ suspicio tolleretur, in quo loco inter se obvii fuissent, vivos se obrui paterentur. At illi condicionem probaverunt. Carthaginienses eis et duas aras in hoc loco consecraverunt et domi divinos honores tribuerunt. Ex quo tempore locus ille, Philænorum aræ dictus, Carthaginiensium imperii, quod inde ad Herculis columnas patebat, finis habitus est.

357. VERSION.

La rencontre de Clodius et de Milon (second récit). – Clodius savait que Milon était obligé de se rendre à Lanuvium. Aussi se mit-il subitement en route, afin de surprendre Milon auprès de sa propriété. Quant à Milon, qui, ce jour-là, avait assisté jusqu´au bout à la séance du Sénat, il rentra chez lui, changea de chaussures et de vêtements et partit. Clodius vint à sa rencontre à cheval, sans char, sans bagages, sans sa femme, alors que Milon était en voiture avec sa femme, couvert d´un manteau de voyage, avec une nombreuse escorte de servantes et de jeunes esclaves. Il rencontre Clodius devant la propriété de ce dernier, vers la onzième heure. Aussitôt un grand nombre de gens de Clodius lancent des traits à Milon et tuent le cocher. Milon alors, se débarrassant de son manteau, saute à bas de la voiture et se défend courageusement. Cependant, les gens de Clodius, mettant l´épée à la main, courent les uns au char pour prendre Milon à revers, les autres, le croyant déjà tué, se mettent à frapper sur ses esclaves, dont une partie fut massacrée. Les survivants, voyant qu´on se battait autour du char et qu´on les empêchait de secourir leur maître, entendant d´ailleurs Clodius lui-même dire que Milon était mort, firent, sans en avoir reçu l´ordre et à l´insu de leur maître, ce que chacun voudrait que ses esclaves fissent dans une semblable circonstance.

358. THÈME.

Ode à la solitude. – O loca mihi semper optatissima! En unquam mihi continget ut procul ab hominum strepitu frigus opacum captare possim? O me quis in obscuris vestris umbraculis sistet? Quando novem illæ sorores me procul a regiis ædibus et urbibus totum detinere diversasque cæli vias oculorum aciem fugientes et errantium illorum ignium nomina vimque docere poterunt, e quibus fortunarum morumque varietas oritur? Quod si me tantis rebus parum idoneum natura genuit, utinam rivi saltem jucunda mihi sint carminum materies floridamque ripam versibus depingere possim! Mea quidem non auro deducent fatalia stamina Parcæ, nec pretiosis tectus lacunaribus dormiam; sed somnum hoc minus esse aut jucundum aut altum aut deliciis affluentem, quis tandem credat? Illi me novos in solitudine honores tributurum voveo. At cum fatale tempus me mittet ad umbras, post actam sine curis vitam nullis conscientiæ angoribus moriar.

359. VERSION.

Un incendie de récoltes. – Ce vieillard, entre autres choses, me conta ce qui suit: «Dans cette plaine, dit-il en me la montrant du geste, un paysan et sa femme, l´un dur au travail, l´autre très économe, possédaient une petite propriété. Le mari travaillait dans les champs, soit avec la charrue, soit avec la faucille recourbée ou le hoyau à deux dents. Quant à sa femme, elle balayait la pauvre maison que soutenaient de simples poteaux, ou bien elle faisait couver des œufs à ses poules. Tantôt elle recueillait les vertes mauves et les blancs champignons, tantôt elle allumait une flamme joyeuse sur son humble foyer. Tout cela ne l´empêchait pas de travailler assidûment à son métier à tisser et de préparer ainsi des armes contre les menaces du froid. Son fils était encore dans cet âge où l´on aime à folâtrer: il avait douze ans. Cet enfant prit un jour, dans le creux d´un ravin au bord d´un bois de saules, un renard qui avait ravi plus d´un oiseau de la basse-cour. Il l´enveloppa de paille et de foin et y mit le feu. Mais l´animal, au moment où le feu prenait, échappa de ses mains et, en fuyant, incendia les moissons qui couvraient les champs. Le vent, d´ailleurs, avivait la flamme destructrice. C´est donc pour punir cette race malfaisante qu´on brûle des renards aux fêtes de Cérès.»

360. THÈME.

Le pont du Gard. – Sperabam quidem fore ut opus viderem viris illis dignum, a quibus exstructum esset. Sed res tunc exspectatione mea major apparuit. Quod et mihi quidem in vita semel accidit, et Romani soli erant qui hoc efficere possent. Hujus autem et simplicis et magnifici operis aspectu eo majore sum stupore affectus, quod in mediis stat desertis locis, ubi propter silentium ipsum et solitudinem res majores videntur vehementiorque fit admiratio. Mirantur enim spectantes qua vi ingentia illa saxa tam procul a lapicidinis comportata sint totque opificum millia in locum hominibus vacuum congregata. Tres magnifici illius ædificii tabulationes lustravi, cum præ veneratione vix vestigia ponere auderem. Quoties autem immensi illi fornices me ingrediente pedum strepitu resonabant, eorum, qui eos exstruxissent, ingentem vocem audire mihi videbar. Tanquam minima quædam bestiola in hac immensa mole delitescebam et quanquam meam mihi exiguitatem ante oculos proponebam, instinctu tamen nescio quo animum sentiebam attolli suspiransque mecum dicebam: «Utinam Romanus natus essem!»

361. VERSION.

Un naufragé sauvé miraculeusement. – Non loin de là, dans le détroit de Sicile, une tempête s´éleva qui détourna la flotte de son but et la brisa sur le rivage. Les matelots d´un des navires, craignant que leur embarcation ne subît le même sort, essayèrent de la fixer sur ses ancres. Mais voyant que la tempête était la plus forte, ils mirent à flot une barque, pour échapper au danger que courait le navire. Ils ne laissèrent en tout qu´un vieillard, chargé de vider la sentine, soit que dans leur trouble ils l´eussent oublié, soit qu´ils attachassent peu d´importance à sa vie. Mais la tempête les jeta, dit-on, sur des écueils avec leur fragile embarcation. Pendant ce temps, le navire, sans équipage et sans ancres, était entraîné vers la haute mer. Le vieillard, qui ne se savait pas abandonné, se sentant fortement secoué, remonta du fond du navire. Il ne vit alors de tous côtés que le ciel et la mer. Déjà il souhaitait la mort, quand le Seigneur, dans sa miséricorde, daigne lui apparaître. Réconforté par les exhortations du Sauveur, il se mit à couper le mat, dont la suppression devait soulager le navire. Cette opération, que plusieurs hommes vigoureux peuvent difficilement réussir sans risques pour eux-mêmes et pour le navire, ce vieillard osa l´entreprendre seul. Après deux coups assez légers, le mat touché plutôt que frappé par la hache, fit un tel bond qu´il se trouva projeté dans la mer loin du navire.

362. VERSION.

Un naufragé sauvé miraculeusement (suite). – Cet homme, ainsi éloigné non seulement de toute terre, mais encore de tous ses semblables, devenu le jouet de tous les vents, promené au hasard au milieu des flots et des monstres marins sur ce navire désemparé, affaibli par la faim, la vieillesse et la terreur, put néanmoins, grâce à la protection divine, subsister en cet état durant vingt-trois jours. Le navire, d´ailleurs, ne fut pas promené sur une seule mer, car les tempêtes le firent changer souvent de direction. Poussé d´abord vers Rome, il vint en vue du phare d´Ostie. Ensuite il côtoya la Campanie; puis, les vents ayant tourné, il fut emporté vers le littoral de l´Afrique. Ramené violemment en sens inverse, il longea la Sicile. Enfin le vingt-troisième jour, le Seigneur laissant enfin agir sa miséricorde, il vint s´arrêter en face des côtes de Lucanie. Le Seigneur envoya des pécheurs à sa rencontre, sur des barques qui se trouvèrent entraînées loin du rivage. Ces pécheurs, apercevant de loin le navire, effrayés d´abord, s´en éloignèrent. Ils racontèrent en, effet plus tard qu´il leur avait semblé rempli de gens armés. Enfin, rappelés à grands cris par le vieillard, ils comprirent qu´ils n´avaient rien à craindre de ce navire. Ils l´abordèrent donc et le vieillard leur offrit un repas qu´il avait préparé sur l´ordre du Seigneur.

363. THÈME.

Ésope et Xantus. – Æsopus Xanthum rogavit ut se manumitteret. At ille manumittendi tempus nondum advenisse respondit; se tamen, si dii sic juberent, non recusare; proinde, quod primum ei domo egresso augurium occurreret, observaret: quod si duæ cornices ostenderentur, fore ut libertatem acciperet; si unam tantum vidisset, ne eum servitutis tæderet. Æsopus igitur statim egressus est. Ejus autem dominus haud procul a loco magnis arboribus consito habitabat. Vix pedem Phryx ille foras extulerat, cum cornices duas advolantes conspexit, quæ in illarum arborum altissima consederunt. Xanthus, cui rem statim nuntiavit, ipse videre voluit num verum diceret. Sed eo veniente cornicum altera evolaverat. Æsopo igitur ille: «Mene, inquit, semper deludes? Statim verberibus cædatur.» Dum miser ille homo cruciatur, venit qui Xanthum ad convivium invitaret. Æsopus autem: «Eheu, exclamavit, quam fallacia sunt auspicia! Ego, qui cornices duas vidi, vapulo; dominus, qui unam tantum vidit, ad nuptialem cenam vocatur.» His verbis Xanthus ita delectatus est, ut finem verberandi fieri juberet.

364. EXERCICE DE COMPOSITION.

Courage d´un enfant Macédonien.

I. Regi Alexandro nobilissimi pueri præsto erant sacrificanti. Ex iis unus, arrepto turibulo, ante ipsum adstitit; in cujus bracchium carbo ardens delapsus est: quo etsi ita urebatur, ut adusti corporis ejus odor ad circumstantium nares perveniret, tamen et dolorem silentio pressit et bracchium immobile tenuit, ne sacrificium Alexandri excusso turibulo aut edito gemitu impediret.

II. Rex, quo magis est pueri patientia delectatus, hoc certius perseverantiæ experimentum sumere voluit: consulto enim sacrificavit diutius, nec hac re eum a proposito repulit.

III. Si hoc miraculum vidisset Darius, scisset ejus stirpis milites vinci non posse, cujus infirmam ætatem tanto robore præditam animadvertisset.

365. EXERCICE DE COMPOSITION.

Protagoras devient philosophe.

I. Protagoras adulescens, victus quærendi gratia, in oppidum Abderam caudices ligni plurimos, funiculo brevi circumdatos, portabat. Tum forte Democritus, civitatis ejusdem civis, homo ante alios virtutis et philosophiæ gratia venerandus, videt eum cum illo onere facile atque expedite incedentem.

II. Et prope accedit et juncturam lignorum considerat rogatque ut paululum acquiescat. Quod ubi Protagoras fecit, idem Democritus acervum illum, brevi vinculo compressum, ratione quadam geometrica librari animadvertit. Interrogavit igitur quis id lignum ita composuisset. Et cum ille a se compositum dixisset, rogavit uti solveret ac denuo in eumdem modum collocaret. Quod ille solvit ac similiter composuit.

III. Tum Democritus, animi aciem sollertiamque hominis non docti miratus: «Mi adulescens inquit, cum in genium bene faciendi habeas, sunt majora melioraque, quæ mecum facere possis.» Abduxitque eum statim et philosophiam docuit.

PROSODIE ET VERSIFICATION

Les exercices 366 à 375 ne sont pas inclus dans ce document.