Corrigé des exercices de 5e (Petitmangin)

AVIS AUX MAÎTRES

Les exercices latins 2° série de Petitmangin jouissaient (si l’on peut dire) d’une réputation moins bonne que les deux autres recueils. On se plaignait assez généralement que la transition de la Sixième à la Cinquième se fit trop brusquement et que les élèves encore malhabiles fussent mis en présence de difficultés qui les dépassaient.

Le reproche ne semble pas bien fondé. Que comporte, en effet, le programme de cette deuxième année de latin ? D’abord une révision et une mise au point de la morphologie étudiée en Sixième, puis une rapide étude de la syntaxe. Or, de ces deux points, c’est manifestement le premier que l’on incriminait : l’étude des noms grecs et des noms irréguliers présentée dès le début de l’année déroutait, parait-il, les enfants, à qui les vacances ont coutume de faire oublier les notions précédemment acquises. Il faut pourtant bien, qu’on en convienne, étudier un jour ou l’autre ces déclinaisons irrégulières, et cette étude ne trouve-t-elle pas sa place logique en début de cinquième ?

Ne voyant pas le moyen d’éluder la question, nous avons d’abord sérié les difficultés. Les noms grecs ont été étudiés séparément et une note dans le livre de l’élève avertit qu’il vaut mieux les laisser de côté tant que le jeune étudiant n’aura pas abordé le grec.

Quant aux noms irréguliers, leur étude s’impose, et avec d’autant plus d’urgence qu’ils sont plus fréquemment employés – cette fréquence étant justement la cause de leur irrégularité. Impossible d’y échapper…​

Pour venir au secours des mémoires peu tenaces, nous avons inséré au début, sous la forme de Thèmes oraux, quelques exercices simples qui aideront à la remise en route, rappelant le vocabulaire acquis en Sixième et remettant en tête les formes usuelles de la déclinaison et de la conjugaison. Mais il va de soi qu’il ne faudra pas s’attarder sur ces exercices de récapitulation.

Nous espérons avoir ainsi remédié, autant que possible, aux inconvénients qu’on déplorait dans les éditions précédentes et facilité l’accès de cette 2° série.

***

Un mot maintenant sur l’usage de ce volume.

On ne saurait trop recommander aux maîtres de voir au cours de l’année tous les exercices proposés. L’expérience apprend que, trop souvent, les dernières pages de la syntaxe ne sont pas sues – et ne seront jamais bien sues – parce que les professeurs s’attardent aux débuts ou bien traînent sur des règles d’une grande simplicité, le complément des adjectifs, par exemple, laquelle règle intéresse plus le dictionnaire que la grammaire. Qu’on ne laisse pas monter en Quatrième les élèves sans les avoir mis au courant des propositions non-complétives (circonstancielles, relatives et comparatives) dont l’étude est si importante. Simple affaire de répartition judicieuse des leçons et des devoirs pendant les trois trimestres de l’année scolaire.

Le thème latin, en Cinquième comme en Sixième, n’a guère d’autre prétention que de vérifier si le jeune étudiant a bien compris les règles exposées par la Grammaire. Pourtant, il ne sera pas hors de saison de l’inviter à acquérir quelque élégance de style. Qu’il s’habitue à construire sa phrase latine selon l’ordre normal indiqué au premier paragraphe des Notions de Stylistique. Pratiquant lui-même cet ordre, il ne sera point surpris de le reconnaître dans les auteurs qu’il commence à lire et cela lui en facilitera singulièrement la traduction.

Faut-il insister encore sur l’utilité, sur la nécessité d’enrichir le vocabulaire latin des élèves ? Ce qui parait tout naturel pour l’intelligence des langues vivantes semble devenir absurde quand il s’agit d’une langue morte. Quelle aberration ! Le latin serait dont condamné à rester une sorte de logogriphe qui se déchiffre péniblement à coups de dictionnaire, au lieu d’être lu, sinon couramment du moins avec aisance, comme on fait d’un texte anglais ou italien ? Or, si l’on veut en arriver à cette facilité de lecture, il est indispensable de donner ses soins à l’étude du vocabulaire et d’encourager les commençants à y persévérer.

La librairie de Gigord met à la disposition de ces derniers deux excellents ouvrages :le "Vocabulaire latin" de Lalanne et les "Les Mots latins" de Petitmangin ; ils auront grand profit à les pratiquer.

  1. N. B. et A. P.

N.-B. – Les références renvoient à la Grammaire latine complète, nouvelle édition révisée.

EXERCICES DE RÉVISIONS.

I. VERSION.

1. Les temples de Syracuse sont nombreux et beaux. – 2. De hauts peupliers couvrent de leur ombre les rives de l’étang. – 3. Le vigoureux laboureur blessa son adversaire d’un coup de poing. – 4. Aux fils et aux filles du tyran on donna des ornements précieux. – 5. Seigneur, sauve-nous, nous périssons. – 6. Elles sont jolies, Pline, les lettres que tu as écrites et toi, Quinte-Curce, tu as fait d’agréables récits sur Alexandre. – 7. Mon père, mon père, viens au secours de ton fils en danger. – 8. Le savant poète écrira un livre sur les déesses. – 9. Le maladroit matelot tomba de sa barque dans les eaux. – 10. Ton orgueil, ô Darius, les Grecs l’ont abattu par un seul combat. – 11. La Garonne aux eaux troubles arrose l’Aquitaine. – 12. A travers les champs du beau-père de noirs sangliers se précipitèrent. – 13. Si vous êtes des hommes, agissez en hommes. – 14. Que les enfants soient corrigés par les conseils de leur maître. – 15. Jadis les maîtres battaient de verges les écoliers. – 16. Le Nil coule à travers la fertile Égypte. – 17. Le satyre jouait avec un jeune chevreau.

II. THÈME.

1. Athenarum monumenta sunt Græcile gloria. – 2. Ulmi densæ rivi ripas ornant. – 3. Athleta superbus aureum anulum in digito gerebat. – 4. Tyrannus ornamenta cælata filiabus emit. – 5. Uno verbo, Domine, seda procellam. – 6. Homicidio Camillæ tuam, Horati, splendidam fœdasti victoriam. – 7. Tuam, fili mi, memoriam exerce. – 8. Claro poeta Græci coronas obtulerunt. – 9. Barbarus pirata villam occupavit. – 10. Male serve, veniam pete. – 11. Fagos nostras purpureas ventus dejecit. – 12. Sæpe colubri latent in herbā. – 13. Memoriā, discipuli, magistrorum verba præceptaque tenete. – 14. Avidi pirate insulæ oppida everterunt et miserorum incolarum agros igne absumpserunt. – 15. Procedente reginā, desiit sacrificium. – 16. Lingua græca multis Romanis nota erat. – 17. Deabus inferorum oppidani nigram capellam immolaverunt.

III. VERSION.

1. Les ténèbres de la nuit secondaient l’audace des ennemis. – 2. Les bergers se reposent à l’ombre du feuillage. – 3. Dans la ville j’ai admiré des statues de marbre. – 4. Le médecin soigne les blessures des jambes. – 5. Le paysan suivit l’essaim de ses abeilles. – 6. Le consul donna l’ordre d’enlever la statue de Vénus. – 7. Les soldats brisèrent la tour à coups de bélier. – 8. Les prêtres brûlèrent sur l’autel des entrailles de bœuf. – 9. L’amour pour leurs parents est l’honneur des jeunes gens. – 10. Dans le cœur des pères il y a beaucoup de miséricorde. – 11. Gare aux dents des chiens ! – 12. Vaincu par la vive douleur de ses pattes, le lion resta longtemps couché sous une roche. – 13. Courte est la saison d’été : travaille, pêcheur ! –14. Le sort des riches et des pauvres est pareil. – 15. Tous les citoyens sont fiers de la gloire de leurs anciens rois. – 16. Un sage donne de sages conseils.

IV. THÈME.

1. Hieme montium itinera nivium sunt plena. – 2. Urbium conditoribus gentes jure cœlestes tribuunt honores. – 3. Per noctes æstatis, splendidum stellarum lumen sæpe videmus. – 4. Fons litium cupiditas. – 5. Parentum amor homini est insitua. – 6. Vulpium latibula silvæ, ursorum rupes tegunt. – 7. Siti æstate, tussi hieme, febri vere atque autumno laboramus. – 8. Romam et Tiberim pedes in mari Latino lavi. – 9. Etiam in mari scopulorum pleno peritus nauta naviculam regit. – 10. Sunt multa genera apum (ou apium). – 11. Amor matrum est infinitus, non diuturna patrum iracundia. – 12. Memori animo omnia moribundi patris verba servo. – 13. Magna est veterum Romanorum gloria. – 14. Divitum non secus ac pauperum vita multis est doloribus obnoxia. – 15. Canum dentibus cerva lacerata est. – 16. Lazarus pauper a crudeli divite despiciebatur.

V. VERSION.

1. Tous attendaient l’arrivée du général. – 2. A la vue d’un serpent les femmes ordinairement se mettent à trembler. – 3. Chaque année, les prêtres des Germains plongent la statue dans un lac. – 4. Les soldats armés de lances soutiennent le choc de la cavalerie. – 5. Les applaudissements de la foule au théâtre sont pareils au [bruit du] tonnerre. – 6. Prête l’oreille aux gémissements des pauvres. – 7. Velleda, prêtresse des Bretons, cueille le gui sur les chênes. – 8. L’aile gauche mise en fuite, l’armée se retira. – 9. Entre vos mains, Seigneur, je remets mon âme. – 10. La lâcheté était [peinte] sur le visage du sénateur. – 11. Ayez bon espoir. – 12. L’adversité ne peut briser l’homme opiniâtre. – 13. Caton était (Gr § 208*) un homme d’une conscience extraordinaire. – 14. Le juge fut ému par la maigreur et les cheveux blancs du vieillard. – 15. Les bêtes sauvages se réfugient dans les cavernes des montagnes. – 16. La prospérité rend orgueilleux l’homme léger. – 17. La triple ligne de bataille résista aux chars des Égyptiens.

VI. THÈME.

1. Latent ursi in specubus inviis. – 2. In magni Regis arcubus aurea erant ornamenta. – 3. In Italiæ lacubus multi pisces capiuntur. – 4. Siderum motus multis hominibus nori sunt noti. – 5. Curruum impetus Ægyptiorum exercitum devicit. – 6. Ad Trasimenum lacum, Hannibal consulis exercitui cladem intulit. – 7. Puer ex arbore decidit et genua fregit. – 8. Spem bonam habe. – 9. Animadvertebat Nero venenum in artubus Britannici paulatim permanare. – 10. Impetus vi pedites hostium aciem fregerunt. – 11. Senes longam spem et ampla concilia deponunt : laborum finem cernunt. – 12. Varro nonnullos libros de re rustica scripsit. – 13. Die dictā, Dionysio tyranno Damon præsto fuit. – 14. Pastor, cave ab hirco : cornu ferit ille. – 15. Gallorum sacerdotes viscum de quercubus carpebant. – 16. Diabolus sub serpentis specie Hevæ apparuit. – 17. Propter judicum metum, mali peccare non audent.

VII. VERSION.

1. Le serpent était plus rusé que tous les autres animaux. – 2. Le fer est plus dur que le bronze. – 3. La Sicile produit des moissons très abondantes. – 4. On cultive les vignes par un travail très facile. – 5. Le laboureur acheta un petit âne tout noir. – 6. Nestor passait pour le plus sage de tous les Grecs. – 7. Le malheureux esclave habitait dans une cabane très basse. – 8. Tout don excellent vient de Dieu. – 9. César fit passer ses troupes dans un terrain plus plat. – 10. Un fauve très méchant déchira le berger. – 11. Je n’ai jamais vu un homme plus plein de bienveillance, ni plus pieux. – 12. Je ne connais pas d’homme plus énergique que César. – 13. Toutes les heures blessent, la dernière tue. – 14. La situation actuelle du marchand est pire que la précédente. – 15. Est-ce que je vaux mieux que mes frères ? – 16. Rien de préférable à la vertu. – 17. D’abord quinze mille barbares se précipitèrent sur l’Italie, ensuite un plus grand nombre [encore].

VIII. THÈME.

1. Rhodanus est Arari (ou Arare) velocior. – 2. Loco brevium lancearum, dux peditibus longiores dedit. – 3. Corinthus omnium Græcarum urbium ditissima et pulcherrima fuit. – 4. Arabum equi sunt omnium celerrimi. – 5. Isocrati vox erat gracillima. – 6. Socratis, sapientissimi Græcorum viri, uxor maledicentissimæ mulieris famam habebat. – 7. Facillimus labor non est semper jucundissimus. – 8. Vitium res vitæ beate maxime contraria. – 9. Vitellius locum castris magis idoneum quærebat. – 10. Asinus maxime sobrius est. – 11. Dionysius, Syracusanorum tyrannus, homo fuit pessimus atque crudelissimus. – 12. Bellum forte est turpi pace potius. –13. Ignominia morte deterior. – 14. Cicero optimus Romanorum oratorum fuit. – 15. Facillimum est aliorum vitia vituperare, suas vero cupiditates continere difficillimum. – 16. Titus suis civibus Vespasiano patre benevolentior fuit. – 17. Veterrimum vas æneum sarculo arator effossit.

IX. VERSION.

1. Donnez-nous, Seigneur, notre pain quotidien. – 2. Voici que ton père et moi-même nous te cherchions. – 3. Demeure avec nous, parce que la nuit tombe. – 4. Un de vous me trahira. – 5. Moi ? je serais en colère contre toi ? – 6. Toi, tu restes en ville ; moi, je me promène à travers champs et forêt. – 7. Souviens-toi de moi quand tu seras venu en présence du roi. – 8. C’est vilain de se vanter. – 9. Il aima Micipsa qui lui avait succédé. – 10. Je tuerai mon fils de ma propre main, s’il vient à manquer à son serment. – 11. Me voici, c’est moi qui ai fait [le coup]. – 12. C’est lui qui m’a remis ta lettre. – 13. Alexandre succéda à Philippe : ce dernier eut plus de prudence, l’autre plus de magnanimité. – 14. Socrate, ce fameux sage, ne craignit pas du tout la mort. – 15. C’est ce malhonnête homme que tu aimes ? – 16 De ces trois, le plus sot n’est pas qui tu penses.

X. VERSION.

1. Je sais à qui j’ai donné ma confiance. – 2. Heureux Achille, qui as trouvé en Homère le chantre de ta vaillance ! – 3. Choisis des amis sur qui compter, de cette sorte il n’y en a pas beaucoup. – 4. Les livres de Xénophon sont d’une grande utilité : lisez-les avec soin. – 5. Un centurion héla les ennemis, mais aucun d’eux ne sortit des rangs. – 6. Les Romains tuèrent leur roi, chose qui jamais ne s’était produite. – 7. Les personnes en colère disent ou font beaucoup de choses, dont après coup elles rougissent. – 8. Ce jour même, Verrès aborda en Sicile. – 9. Les portes s’ouvrirent d’elles-mêmes, – 10. Par leur indolence, ils se nuisent à eux-mêmes. – 11. Je te donne le même conseil. – 12. Les ambassadeurs furent désapprouvés par leurs concitoyens. – 13. Tous ceux qui avaient poussé le chef à [engager] le combat, maintenant lui reprochaient sa défaite. – 14. La brebis louait son maître ; mais l’âne, son compagnon, la reprenait. – 15. Agrippine retint longtemps [serrés] dans ses bras Britannicus et sa sœur Octavie. – 16. Moi-même, je ne cesse de lui conseiller toujours la même chose.

XI. THÈME.

1. Alexander, Macedonum rex, gloriam Philippi patris (sui) superavit. – 2. Sanctus Paulus Judæus fuit ; pater ejus civis Tarsensis. Primum Apostolo nomen erat Saulus, quod (nomen) dein niutavit vocatusque est Paulus. Ejus quatuordecim (XIV) epistulæ sunt pulcherrimæ. – 3. Pigri (homines) et sibi et ceteris molesti sunt : eorum vita nemini prodest. – 4. Tib. Gracchus et frater ejus a Senatoribus necati sunt. – 5. Bona mater liberorum educationem ipsa curat. – 6. Malos timeo a quibus virtus impugnatur. – 7. Tu, senex, arbores conseris quarum nos poma comedemus. – 8. Justum est quietem dare iis qui magnum laborem tolerarunt. – 9. Amici quos tibi divitiæ comparaverunt, non te, sed tuas amant divitias. – 10. Memoria puellæ, a quā patria nostra Anglorum olim dicione liberata est, nobis semper est carissima. – 11. Civitas Romana iis urbitus est concessa, quarum auxilio hostes devicti erant. – 12. Felices magistri quibus sunt diligentes discipuli ! – 13. Eos laudemus quorum fortitudo fines nostros liberavit. – 14. Puer furem, cujus adventu territus erat, in puteum descendere vidit ; tunc funiculum, quo usus erat, retraxit.

XII. VERSION.

1. A qui irons-nous, Seigneur ? A nul autre qu’à toi. – 2. Pour le ravitaillement en fourrage, César envoya une petite troupe sur l’autre rive du fleuve. – 3. Jugurtha installe le reste de l’armée en province. – 4. Sans l’aide de personne, la jeune fille sauta par-dessus le fossé. – 5. Que chacun garde ce qu’il a reçu en partage. – 6. Les soldats brisèrent les jambes de l’un puis de l’autre larron. – 7. Y a-t-il quelque chose de difficile pour Dieu ? – 8. Il les interrogea : Combien de pains avez-vous ? – 9. Je cherche qui [des deux] a tendu des embûches à l’autre. – 10. C’est le propre de n’importe quel homme de commettre des erreurs. – 11. Quoi qu’il vous dise, faites-le. – 12. La plupart des hommes ne trouvent rien à la hauteur de leurs espérances. – 13. Ce que vous avez entendu dans cette réunion, ne le dites à personne. – 14. Nos soldats tuèrent une multitude d’Helvètes, tant que le jour dura. – 15. Le portrait était bien tel que je te vois. – 16. A Dieu seul honneur et gloire.

XIII. THÈME.

1. Quem decet consulem creare ? Alium quemlibet, nam nemo vestrum dignus est. – 2. Alter consul priori exercitui, alter alteri præfuit. – 3. Qui ceteris ingenio antecedunt, haud sæpe filios sibi (sui) similes generant. – 4. Deus nemini deerit. – 5. Divitem eum non appellabimus cujus opes maximæ sunt, sed qui paucis rebus contentus est. – 6. In Gallia duo erant nobilium genera : alterum druidum, alterum equitum. – 7. Uter vestrum ægrotat ? Neuter. – 8. Mentitur ille qui aliud sentit et aliud dicit. – 9. Vita uniuscujusque nostrum in manibus Dei est. – 10. Falsum est horum quemquam aliquid tale narravisse. – 11. Suam quisque civitatem amat. 12. Num quidquam est virtute pulchrius ? – 13. In Africa quarumdam arborum folia tanta sunt quantum clipei. – 14. Divites sumus si tantum habemus quantum nobis satis est. – 15. Cuivis dolori optimum remedium est patientia. – 16. Aliquot annis, Romani totius Galliæ fines occuparunt.

MORPHOLOGIE.

NOTIONS PRÉLIMINAIRES.

1. EXERCICE.

I. Sen-ten-ti-a. – Con-fe-ret. – Fra-trum. – Ex-si-li-um. – Dis-si-mu-lo. – Ca-stra. – In-di-xit. – De-tra-ho. – Ad-mi-ni-stran-di. – Con-ser-van-di. – Cir-cum-clu-sus. – Ab-je-ci-sti. – Ob-stu-pe-fac-tus. – De-spo-li-a-re. – Dis-tra-ho. – Tam-di-u. – Co-gno-sce-bam. – Sus-tu-li. – Ex-is-ti-mo.

II. Si te parēntes timērēnt ātque odīssēnt tŭi, neque ĕos ūllā ratĭone placāre pōsses, ut opinor, ab ĕorum oculis, aliquo cōncedĕres : nūnc te pătrĭă, quǣ cōmmunis ēst ōmnĭum nōstrum parēns, odit ac metŭit, et jāmdĭu te nĭhil judicat nisi de pārricidĭo sŭo cogitāre. Hujus te neque aūctoritatem verēbĕre, neque judicĭum sequĕre, neque vim pērtimēsces.

2. EXERCICE.

Épisode d’une conversion. – Flébam amaríssima contritióne córdis méi ; et écce aúdio vócem de vicína dómo cum cántu dicéntis et repeténtis : « Tólle, lége ; tólle, lége. » Statímque mutáto vúltu, intentíssĭmus cogitáre cœpi utrúmnam sólent púeri in áliquo génere ludéndi cantitáre tále áliquid ; nec occurrébat omníno audiísse me úspiam. Repressóque ímpetu lacrimárum, surréxi, níhil áliud intérpretans nísi divínitus míhi jubéri ut aperírem códicem et légerem quod prímum capítulum inveníssem. Audíeram énim de António, quod ex Evangélica lectióne, cui fórte supervénerat, admónitus fúerit, tánquam síbi dicerétur quod legebátur : « Váde, vénde ómnia quæ hábes et da paupéribus et habébis thesaúrum in cǽlis ; et véni, séquere me, » et táli oráculo conféstim ad te ésse convérsum.

DÉCLINAISONS AVEC IRRÉGULARITÉS.

3. EXERCICE.

1. Abl. sing. : Messene. – Ænea. – Poesi. – Pythagora. – Lesbo. – Cyme. Diademate. – Comete. – Iliade.

2. Acc. sing. : Diadema. – Zenonem. – Cymen. – Pythagoran. – Salamina. – Athesim. – Alemana. – Aera. – Alcibiadem. – Messenen. – Iliada. – Orphea. – Poesin.

3. Gén. plur. : Biturigum. – Diadematum. – Heroum. – Poematum. – Cometarum.

4. Acc. plur. : Diademata. –Arcadas. – Poemata. – Heroas. – Allobrogas.

4. VERSION.

1. Persée fendait les airs de ses ailes sifflantes. – 2. Nous savons que la musique, dans les habitudes romaines, ne convient pas à la personne du souverain. – 3. Protogène peignit le portique du temple de Minerve à Athènes : il y représenta Paralus et Hammoniade, qu’on appelle aussi Nausicaa. – 4. Cimon écrasa à Mycale une multitude de barbares. – 5. L’ile de Délos était autrefois pleine de richesses. – 6. Pour récompense, celui-là eut le gibet, celui-ci le diadème. – 7. Ils ne savaient tout ce qu’il y avait dans ce héros de courage et aussi de prudence. – 8. De là il aperçoit Énée chargé d’un fardeau sacré. – 9. Je suis allé trouver Hippomène et lui ai indiqué quel usage faire de ces pommes. – 10. Des laboureurs capturèrent Silène et, l’ayant lié de guirlandes, le conduisirent au roi Midas. – 11. C’est pour toi, aimable compagnon, que j’ai fait ce poème, pour que tu puisses comprendre ma douleur. – 12. Ensuite le bruit d’un tel malheur s’était répandu dans une grande partie de l’Asie, en deçà de l’Euphrate. – 13. Puisque, Damoclès, mon existence te plait, veux-tu y goûter toi-même et faire l’expérience de mon bonheur ? – 14. Xénophon qui décrit le genre de vie des Perses, assure qu’ils n’ajoutent à leur pain (sec) que du cresson. – 15. On raconte que les géants cherchèrent à s’emparer de la royauté du ciel.

5. THÈME.

1. Non fas est Apim bovem viginti excedere annos. – 2. Messene restitutā, Epaminondas Lacedæmoniorum urbem obsidione clausit. – 3. Iones, duce Ione profecti, urbes constituere Miletum, Colophona, Prienen ; mox Aeolii claras urbes condiderunt, Smyrnam, Cymen, Mytilenenque et alias quæ sunt in Lesbo insula. – 4. Cimbri Athesim flumen transiluere. – 5. Metapontini ex domo Pythagoræ templum fecerunt. – 6. Græci nostrique eodem vocabulo aera appellant. – 7. Themistoclis ossa clam in Attica sepulta sunt. – 8. Post finem Trojani belli, Teucer non attigit Salamina et concessit in insulam Cyprum.. – 9. Poetam Alcmana Lacones sibi vindicant. – 10. Chalcidenses Cumas et magno post intervallo Neapolim condiderunt. – 11. Ille deūm (Gr. § 15) vitam accipiet divisque videbit permixtos heroas, et ipse videbitur illis – 12. Sic quasi Pythagoræ loqueris successor et heres. – 13. Anaximenes aera deum statuit. – 14. Ad tumulos heroum parentavit Alexander.

5 bis. THÈME.

Méduse et Persée. – Phorcydi, maris deo, tres fuerunt filiæ, quarum duæ forma terribiles erant. Tertia, Medusa nomine, rara specie fuit ; sed ei irata Minerva crines ejus in serpentes tam horrendos commutavit, ut solo ejus aspectu homines saxa fierent. Perseus, ut hoc monstro patriarn liberaret, nefandum caput resecare statuit. Ex defluente sanguine prodiit equus Pegasus, qui terram ungula feriens fontem Hippocrenen elicuit. Medusæ autem caput, a corpore rescissum, eamdem vim retinuit, ut, qui illud aspicerent, subito in saxa mutarentur. Hoc expertus est Atlas, cui Perseus id spectandum objecit, quod hospitio ab eo exclusus esset.

6. VERSION.

1. C’est un crime que de s’irriter contre son pays. – 2. La nature met dans le cœur des enfants de l’affection pour leurs parents. – 3. Les jeunes gens, ayant quitté leurs vêtements, se frottèrent le corps d’huile. – 4. De tous les dieux, c’est Mercure qu’ils honorent le plus. – 5. Alexandra ceignit sa tête d’un bandeau de pourpre. – 6. Les Lydiens, affaiblis par la mollesse, perdirent leur courage d’autrefois. – 7. Les législateurs des États grecs ont exigé que les jeunes gens fortifiassent leur corps par l’endurance. – 8. Il n’est pas d’obligation plus étroite que le serment. – 9. J’attendrai une lettre de toi tous les jours. – 10. Le loup et l’agneau, pressés par la soif, étaient venus au bord du même ruisseau. – 11. Sur les plages, les enfants, en amoncelant le sable, élèvent de petites maisons. – 12. Les soldats firent d’énergiques efforts pour grimper sur les navires ennemis. – 13. La maladie épuisa tellement les forces d’Alexandre qu’il ne pouvait même plus parler. – 14. Camille avait promis à Apollon la dime du butin. – 15. Il admire les boucliers des guerriers qui jettent de longs éclairs*. – 16. Nos compatriotes émigrèrent dans ces régions, attirés par la fertilité du sol et l’abondance des ressources. – 17. Caius Fabius arriva le lendemain avec ses troupes.

(*) Cf Énéide VIII, épisode d’Énée recevant et admirant les armes données par Vulcain.

7. THÈME.

1. Semper ii, quibus opes nullæ sunt, bonis invident. – 2. Thraces litabant diis sanguine humano. – 3. Accipitrum sedecim genera sunt. – 4. Dum ea pugna fit, consul se in loca tuta subduxit. – 5. Hieme Scythæ in defossis specubus vivunt. – 6. Ubi portus (plur. poétique) intravimus, ecce læta boum passim armenta videmus. – 7. Dionysius contionari ex turri alta solebat. – 8. Omnes jurejurando se obstrinxerunt. – 9. Syriacis bobus est gibbus in dorso. – 10. Alexander, tot regum et populorum victor, iræ, voluptati succubuit. – 11. Alcibiades cum classe victrici Asiam vastavit. – 12. Post cladem, quam in Germania accepit, Augustus interdum vociferabatur : « Quintili Vare, legiones redde. » – 13. Tradiderunt quidam Marco Bruto irruenti Cæsarem dixisse : « Tu quoque, fili mi. » – 14. Patresfamilias optant filios prædia sua maximo studio colere.

8. EXERCICE.

Nefas, crime, nom indéclinable, neutre.

Parentes, les parents, génitif irrég. en -um.

Vestis, f. les vêtements, singulier avec sens d’un pluriel.

Deus, i, m. génitif pluriel parfois contracté : deum.

Diadema, atis, n. bandeau, nom grec : gén. et abl. plur. diadematis.

Aer, eris, m. air, nom grec : acc. aera.

Respublica, f. l’État ; gén. reipublicæ, nom composé dont les deux parties se déclinent ; etc.

9. VERSION.

Coriolan. – C. M. Coriolan, après une insigne victoire remportée grâce à lui, fut félicité en présence des soldats par le consul Postumius, il reçut en outre un terrain de cent arpents, dix captifs, trois paires de bœufs et fut fait consul. Mais plus tard, à la suite d’une sédition de la plèbe, il fut contraint de se retirer chez les Volsques, qu’il excita contre son ingrate patrie. Nommé général par les Volsques, il prit les armes et, après avoir établi son camp à quatre milles de la ville, il ravagea le territoire romain. Des ambassadeurs lui furent envoyés pour demander la paix ; mais ils ne purent le fléchir ; bien plus, les premiers personnages de l’État et les prêtres eux-mêmes sortant des remparts pour le supplier, il ne voulut pas les écouter. Alors le Sénat de prendre peur, le peuple de trembler, tous, hommes et femmes, de pousser des gémissements. Enfin la mère de Coriolan, Véturie, et Volumnia, son épouse, traînant ses enfants encore tout petits, gagnèrent le camp ennemi. Alors, dès que Coriolan aperçut sa mère, bouleversé par ses larmes, il s’écria : « Tu as vaincu ma colère. » Puis, ayant embrassé les deux femmes en pleurs, il renvoya aussitôt ses troupes.

10. THÈME.

Les frères ennemis. – Œdipi, Thebarum regis, duo filii jurejurando polliciti erant se unum annum in civitatem vicissim regnaturos. Sed major natu, qui regiam potestatem prior obtinuerat, divitiarum copiā, (regiarum) ædium pulchrā supellectile, coronā armisque aureis delectatus, sacrum renuit promissum servare ; atque, anno elapso, fratri suo natu minori regno cedere noluit. Qui tantam injuriam indigne ferens, jus suum vi recipere statuit et, copiis comparatis, ante Thebarum mœnia castra posuit. Quot tunc milites in hoc internecivo bello ceciderunt ; sed frustra. Ut autem de victoria decerneretur, ejusdem patris liberi (quod flagitiosum est nefas), impetum alter in alterum facientes, inter se jugulaverunt et Thebana humus amborum regnum defluentem ebibit cruorem. Ex quo horrendo eventu finxit antiquus poeta fabulam, cui notissimis titulus : Septem reges adversus Thebas.

COMPARATIFS ET SUPERLATIFS. NOMS DE NOMBRES. PRONOMS.

11. EXERCICE.

1. Triste (tristius, tristissimum) consilium, la résolution funeste. – 2. Victoria læta (lætior, lætissima), l’heureuse victoire. – 3. Miseri (miseriores, miserrimi) cives, les malheureux citoyens. – 4. Magna (major, maxima) dignitas, la haute dignité. – 5. Magnum (majus, maximum) templum, le grand temple. – 6. Multa (plura, plurima.) certamina, de nombreux combats. – 7. Constantem (constantiorem, constantissimum) animum, l’âme ferme. – 8. Viro strenuo (magis, maxime strenuo), à l’homme énergique. – 9. Parvæ (minoris, minimæ) civitatis, de la petite cité. – 10. Miserorum (miseriorum, miserrimorum) fatorum, des malheureux destins. – 11. Ingenti (ingentiore, ingentissimo) strepitu, avec un grand fracas. – 12. Longum (longius, longissimum) tempus, un temps long. – 13. Velox (velocior, velocissima) cerva, une biche rapide. – 14. Celerem (celeriorem, celerrimam) fugam, une fuite rapide. – 15. Teneros (teneriores, tenerrimos) filios, les jeunes fils. – 16. Benevolo (benevolentiori, benevolentissimo) amico, à l’ami complaisant. – 17. Pium (magis, maxime pium) adulescentem, le pieux jeune homme. – 18. Vicini maledici (maledicentioris, maledicentissimi), du voisin médisant. – 19. Verba similia (similiora, simillima), des paroles semblables. – 20. Bonæ (melioris, optimæ) matris, de la bonne mère. – 21. Loca idonea. (magis, maxime idonea), un emplacement favorable. – 22. Casas humiles (humiliores, humillimas), des cabanes basses. – 23. Utile (utilius, utilissimum) consilium, un conseil utile. – 24. Mali (pejoris, pessimi) hominis, d’un méchant homme.

12. VERSION.

1. Ninus, roi d’Assyrie, soumit non seulement les peuples voisins, mais encore toutes les nations de l’Orient. Sa dernière expédition fut dirigée contre Zoroastre, roi de la Bactriane. – 2. Le peuple Romain, en une seule guerre, conquit la plus grande partie de l’Italie, avec des populations très valeureuses et des villes fort riches. – 3. Alexandre fonda dans l’Inde deux villes : il appela l’une Nicée, l’autre Bucéphale du nom de son cheval. – 4. J’ai fait en sorte que ni l’un ni l’autre n’eût un ami plus cher que moi. – 5. J’ai voulu que tu connusses ces détails. – 6. Tu ne saurais croire combien je suis désireux de revoir les miens, et toi surtout. – 7. Personne ne passe avant toi dans mon amitié. – 8. De même qu’on nommait à Rome deux consuls, à Carthage on nommait chaque année deux rois. – 9. Les vainqueurs perdirent environ quinze cents hommes. – 10. Mes enfants te regardent comme un second père. – 11. Tous souhaitent atteindre la vieillesse ; tous la maudissent quand ils l’ont atteinte.

13. THÈME.

1. Nunquam majore in periculo civitas fuit ; nunquam improbi cives habuerunt paratiorem ducem. – 2. Verres sustulit ex eadem æde septem et viginti tabulas. – 3. Anno Urbis conditæ quadringentesimo nonagesimo septimo ambo Romani consules ad Africam profecti sunt cum trecentarum navium classe. – 4. Omnia sunt misera in bellis civilibus, sed miserius nihil quam ipsa victoria. – 5. Legati totius Galliæ convenerunt. – 6. Datum est Neptuno, alteri Jovis fratri, maritimum omne regnum. – 7. Homines non requirunt rationes earum rerum quas semper vident. – 8. Xerxis classis (mille et) ducentarum navium longarum fuit ; terrestres autem exercitus septingentorum millium peditum, equitum quadringentorum millium fuerunt.

14. VERSION.

1. Il fit subir le plus cruel supplice à tous les otages. – 2. Un mal invétéré est généralement plus difficile à déraciner. – 3. Je partis, tout jeune soldat, pour Capoue, sous le commandement de Q. Maximus, consul pour la quatrième fois. – 4. Datis rangea en bataille cent mille fantassins, dix mille cavaliers et engagea le combat. – 5. Il vaut mieux être vaincu avec l’un que de vaincre avec l’autre. – 6. Grâce à quelle activité, à quelle prudence Q. Maximus reprit-il Tarente ! – 7. Quelle heure est-il ? – 8. Quiconque a perdu son ancien rang, devient un objet de moquerie, même pour les lâches. – 9. J’ai envoyé de ma propre main Erilus au séjour des morts. – 10. Socrate se regardait comme un citoyen du monde entier. – 11. Les deux généraux reçurent, comme titre d’honneur, le nom du peuple qu’ils avaient vaincu : l’un fut appelé l’Africain, l’autre l’Achaïque. – 12. Il était le dernier à fuir et le premier à affronter le danger.

15. THÈME.

1. Ut in corporibus magnæ dissimilitudines sunt, sic in animis existunt majores etiam varietates. – 2. Multo se ipsum quam hostem superare operosius est. – 3. Scythæ Zopyriona, Alexandri Magni ducem, cum triginta milibus armatorum deleverunt. – 4. Exiguo intervallo, decem et quinque millia hominum incedebant. – 5. Neutra acies læta ex illo certamine abiit. – 6. Quod est igitur meum triste consilium ? – 7. Discere nihil aliud est quam recordari. – 8. Fecit idem Themistocles. – 9. Me uterque nominat suum amicum. – 10. Nihil est præstabilius viro quam patriam liberare. – 11. Mi frater, id veritus es ? – 12. Hoc vero quis ferre possit ?

16. VERSION.

Déplorables suites de l’ivresse. – Que de choses on fait en état d’ivresse dont on rougit dégrisé ! L’ivresse n’est pas autre chose qu’une folie volontaire. Alexandre, roi de Macédoine, au cours d’un banquet, transperça Clitus, son ami le plus cher et le plus fidèle ; puis, comprenant son crime, il voulut se donner la mort : certes, il l’eût bien mérité ! Quant à Marc-Antoine, ce très grand homme au noble cœur, qu’est-ce qui le perdit sinon l’ivresse ? C’est elle qui le rendit inférieur à ses ennemis, c’est elle qui le rendit cruel. En effet, pendant qu’il soupait, il donna l’ordre qu’on lui apportât les têtes des principaux citoyens et, au milieu d’un festin très copieusement servi, il chercha à reconnaître les visages et les mains des proscrits. Quoique plein de vin, il avait cependant encore soif de sang. Souvent l’ivrognerie a pour suite une détestable cruauté.

Commentaire. – 1. Magis, maxime sobrius. (Gr. § 30, 4° et 31 bis) – 2. Carus, fidelis, bonus, malus. – 3. Hæc, c.à.d. cette dernière (ebrietas) ; illum, celui-là (Antonium). – 4. Non ; le pronom relatif commence la proposition relative. – 5. Alius rei, alii rei. Gr. § 44. – 6. On dit alius ac ; mais on peut dire non alius quam. Gr. § 132.

Questionnaire. – 1. Ebrietas est quædam voluntaria insania. – 2. Quia erat vino gravis. – 3. Antonium ebrietas perditit. – 4. Vinolentiam sæpe crudelitas sequitur. – 5. Sobrietas est ebrietati contraria.

17. THÈME.

Œdipe et le sphinx. – Erat non procul ab urbe Thebis sphinx, monstrum ingeniosum, virgineo capite, corpore canino, alis et cauda draconis, pedibus leonis et unguibus insigne. Prætereuntibus difficillimum ænigma proponebat, eosque nisi objectum nodum solverent, devorabat. Creon, qui, Laio mortuo, regnum occupaverat, præconis voce per universam Græciam edixit fore ut regnum illi traderet quicumque propositum ænigma posset explicare. « Quodnam animal est, inquiebat sphinx, mane quadrupes, sub meridiem bipes, vespere tripes ? » Œdipus respondit animal istud hominem ipsum esse qui infans pedibus manibusque reptat, duobus pedibus nititur vir, senex baculo, quasi tertio pede, fulcitur. Hoc responso victa sphinx in mare se præcipitavit.

17 bis. THÈME.

Les deux jumeaux. – Duo fratres eodemdie eādem matre nati sunt, qui magnitudine, vultu, capillorum et etiam oculorum colore ita inter se simillimi erant, ut ne mater quidem ipsa alterum ab altero discernere posset. Paucis autem post mensibus alter mortuus est, alter vero superstes juvenis factus est. Forte quidam de fratre eum interrogavit ; at ille respondens : « Eheu, inquit, gemini eramus et similitudine tam parers ut, etiam nunc, nesciam mehercle uter nostrum in cunis perierit. »

N.-B. – Ce thème est destiné à rappeler ; 1° l’emploi des pronoms « quand il s’agit de deux » ; 2° les 3 sens du mot « même » (ipse=en personne, idem=semblable, etiam (adverbe)=aussi)

LES CONJUGAISONS ACTIVES ET PASSIVES.

18. VERSION.

Une leçon de générosité. – Un pauvre Grec avait coutume, quand César Auguste descendait de son palais, de lui présenter quelque poème composé en son honneur. Mais cela, il l’avait fait de nombreuses fois sans profit. Le voyant cependant s’apprêter à faire encore une fois la même démarche, Auguste rapidement écrivit de sa propre main quelques vers grecs et les envoya au malheureux poète qui venait à sa rencontre. Lui alors de lire, d’admirer, de se répandre en louanges, tant par la parole que par l’expression du visage et des gestes. Puis, s’approchant de la litière dans laquelle on portait César, il plongea sa main dans sa pauvre bourse, en tira quelques deniers qu’il donna au prince en disant : « J’aurais donné plus, si j’en avais eu plus. » Tous s’esclaffèrent. Alors César appela un affranchi et donna l’ordre de compter au pauvre Grec cent mille sesterces.

Commentaire – 1. Temps primitifs. Voir lexique. – 2. Le participe futur marque qu’on est sur le point de faire, qu’on va faire quelque chose. Gr. § 58, 3°. – 3. Cf. La Fontaine, Les Grenouilles qui demandent un roi, III, 4. Le lièvre et les Grenouilles, II, 14. – 4. Pour exprimer le conditionnel passé. Gr. § 56, 1°. – 5. Jubeo se construit avec l’infinitif. Gr. § 269.

Questionnaire. – 1. Porrigebat Augusto aliquod honorificum carmen. – 2. Augustus ipse aliquot versus scripsit. – 3. Laudavit tam voce quam vultu et gestu. – 4. Dixit se plus daturum fuisse si plus habuisset. – 5. Jussit numerare ingenioso Græco satis grandem pecuniæ summam.

19. THÈME.

La vieille femme de Syracuse. – Syracusanis omnibus Dionysii tyranni exitum votis expetentibus, senectutis ultimæ quædam sola quotidie deos, ut incolumis ac sibi superstes esset, orabat. Quod ubi is cognovit, non debitam sibi admiratus benevolentiam, arcessivit eam et cur ita faceret interrogavit. Tum illa : « Certa est, inquit, ratio propositi mei : puella enim, cum gravem tyrannum haberemus, carēre eo cupiebam ; quo interfecto, tetrior arcem occupavit ; ejus quoque finiri dominationem magni æstimabam ; tertium te, superioribus importuniorem, habēre cœpimus rectorem. Itaque, timens ne, si tu fueris absumptus, deterior in locum tuum succedat, caput meum pro tua salute devoveo. »

20. VERSION.

Piété d’Agésilas. – Les Athéniens, les Béotiens et tous leurs alliés furent vaincus à Coronée par Agésilas, roi de Sparte, dans un combat sanglant. Ce qu’il y eut de plus admirable dans cette victoire, c’est qu’il fit passer sa colère après ses sentiments religieux. La plupart des fugitifs, en effet, s’étaient réfugiés dans le temple de Minerve ; alors ses soldats lui demandèrent ce qu’il voulait qu’on en fit. Il interdit de violer leur asile, encore qu’il eût reçu plusieurs blessures dans le combat et parût fort irrité contre tous ceux qui avaient pris les armes contre Sparte. Et ce ne fut pas seulement en Grèce qu’il regarda comme inviolable les temples des dieux ; mais même chez les barbares, il protégea statues et autels avec le plus grand scrupule.

Commentaire. – 1. « Avoir » et « passer pour » ;« voir » et « paraitre ». – 2. Fio, devenir. Gr. § 72. – 3. Proposition infinitive commandée par vetuit. Gr. § 269, 1°.

Questionnaire. – 1. Quia religionem iræ antetulit. – 2. Victi in templum Minervæ se conjecerant. – 3. Quia tunc erant sub deæ tutela. – 4. Omnia simulacra atque aras etiam barbarorum conservavit.

21. THÈME.

La destruction de Sagonte. – In omnibus secundi belli Punici malis nihil miserabilius quam exitium Saguntinorum fuit. Hæc quippe civitas, dum populo Romano fidem servat, eversa est. Hannibal, fracto fœdere Romanorum, Saguntum ferociter obsidebat. Quod ubi Romæ auditum est, missi legati ad Hannibalem, ut ab obsidione discederet. Contempti Carthaginem pergunt querimoniamque deponunt fœderis rupti, infectoque negotio Romam redeunt. Interea, misera. illa civitas octavo vel nono a Pœnis mense deleta est. Primo ejus cives fame contabuerant : nam etiam cadaveribus a nonnullis pasti perhibentur. Deinde, ne ab Hannibale caperentur, ingentem rogum struxerunt, in quem ardentem ferro trucidati missi sunt.

22. EXERCICE.

1. Le monde est gouverné par la Providence de Dieu (Providentia Dei mundum administrat). – 2. Le chef des pirates incendie une très belle flotte (a prædonum duce pulcherrima classis incensa est). – 3. Philarque fut vaincu et pris par les brigands (Philarchum oppresserunt prædones et ceperunt). – 4. Tu as trainé au supplice et à la mort sans motif les capitaines des navires (navium præfecti sine ulla causa ad mortem cruciatumque rapti sunt). – 5. Le sage n’est méprisé par personne (nulli sapientem contemnunt). – 6. Les Égyptiens embaument leurs morts, afin de les garder chez eux (condiuntur ab Ægyptiis mortui ut domi ab eis serventur). – 7. La nourriture et la boisson ont le besoin pour condiment (cibum et potum desiderium condit). – 8. Un feu allumé annonçait l’arrivée des pirates (prædonum adventus significabatur igne). – 9. Je présente, pour prouver tout cela, des garants et des témoins (harum rerum omnium auctores testesque a me producuntur). – 10. Thémistocle fut élu stratège par le peuple pour diriger la guerre (Themistoclem ad bellum gerendum prætorem populus fecit). – 11. La faiblesse de sa voix obligeait Isocrate à s’abstenir de parler en public (infirmitas vocis Isocratem…​ impediebat). – 12. Nous devons surtout nous exercer à une vie active (diligenliam præcipue colere debemus).

VERBES DÉPONENTS ET IRRÉGULIERS.

23. THÈME.

1. Omnes beneficii immemorem oderunt. – 2. Quem neque gloria neque pericula excitant, nequicquam hortere. – 3. Thebani ab Alexandro victi gravissima supplicia experti sunt. – 4. Subrius interrogatus a Nerone : « Oderam te, inquit ; odisse cœpi postquam auriga et histrio et incendiarius factus es. » Ipsa Subrii retuli verba. – 5. Mementote insidiatorem interfici jure posse. – 6. Milo Crotoniensis manibus quercum rescindere conatus est. – 7. Rem haud sane difficilem admirari videmini. – 8. Quis audeat bene comitatum aggredi ? – 9. Fer difficilia, facilia levius perferes. – 10. Sententiam meam facillime perspicere potuisti.

24. VERSION.

1. Ton arrivée m’avait soulagé, ton départ m’a abattu. – 2. Le prêteur avait éloigné les hommes honorables qui étaient au courant de l’affaire. – 3. Maintenant hâte-toi pour nous rejoindre. – 4. Nos soldats sont accoutumés à supporter le froid et la faim. – 5. « Connais-tu Chremès ? – Comme je te connais toi-même. » – 6. L’Étrurie était si puissante qu’elle avait rempli du bruit de son nom aussi bien les mers que la terre. – 7. La coutume gauloise veut que tous se réunissent en armes dès le début de la guerre. Celui qui arrive le dernier est tué sous les yeux de la multitude. – 8. Vous ne pouvez regarder le soleil en face. – 9. Les Péloponnésiens envoyèrent des secours considérables aux Syracusains. – 10. Un combat violent s’engage. – 11. Amène-le donc, amène-le auprès de nous. Il lui est permis de franchir le seuil des immortels. – 12. L’étoupe dégage une lente fumée ; le feu qui couve brûle les coques des vaisseaux.

25. THÈME.

1. Ego sum Felicio cui solebas sigillaria afferre. – 2. Spes sola homines in miseriis consolari solet. – 3. Atticus sic græce loquebatur ut Athenis natus videretur. – 4. Hostes commutato consilio nostros lacessere cœperunt. – 5. Atheniensium ultimus rex fuit Codrus, vir non prætereundus. – 6. Fluctum totius barbariæ ferre urbs una non poterat. – 7. Agite, ite mecum. – 8. Sylla potuit, ego non potero ? – 9. Hæc tibi nota esse volui. – 10. Hippias in Marathonia pugna cecidit, arma contra patriam ferens. – 11. Augustus jure gloriatus est marmoream urbem se relinquere quam lateritiam acceperat.

26. VERSION.

Un vieux soldat contre un éléphant. – Le courage d’un vétéran de la cinquième légion mérite d’être signalé. Un éléphant blessé, rendu furieux par la douleur, s’était jeté sur un valet d’armée. Après l’avoir renversé du pied et serré sous son genou, la trompe dressée et frémissante, avec un barrissement terrible, il l’écrasait de tout son poids et achevait de le tuer. Le vétéran ne put y tenir : il s’élança les armes à la main au-devant de l’animal. Dès que l’éléphant le voit s’avancer pour l’attaquer, abandonnant le cadavre, il entoure le soldat de sa trompe et l’élève en l’air tout armé. Le vétéran, comprenant qu’un tel danger réclamait de la présence d’esprit et du courage, se mit à trancher sans relâche avec son glaive la trompe qui l’enserrait. L’éléphant, vaincu par la douleur, lâcha le soldat, battit en retraite et courut en barrissant rejoindre ses congénères.

Commentaire. – 1. A la terminaison : ils ne sont pas au même cas. – 2. Pondere, abl. d’instrument ; proboscide, abl. absolu ; stridore, abl. de manière ou de circonstance (Gr. § 188). – 3. Videor ; innitor ; patior ; progredior ; reor ; convertor. – 4. Videor et convertor sont des formes passives dont l’actif existe, mais qui sont prises couramment comme verbes déponents.

Questionnaire. – 1. Quia, vulnere ictus, dolore concitatus erat. – 2. Quia elephantus in hominem inermem impetum fecerat. – 3. Militem proboscide circumdat. – 4. Proboscidem cædere non destitit. – 5. Ad reliquas bestias.

27. THÈME.

Priam chez Achille. – Priamus, Trojanorum rex, ut Hectoris corpus, quod Achilles pedibus circum Trojam traxerat, redimeret, Mercurio duce, in Græcorum castra profectus est. Postquam in Achillis tabernaculum ingressus est, genua ejus complexus, eum orare cœpit ut sui misereretur. « Te precor, inquit, ut, patris tui memor, filii mei corpus reddas. » Achilles, memoria patris commotus, senem benigno sermone consolatus est : « Multa quidem, inquit, o senex, mala perpessus es ; sed pater ipse meus haud optandam nactus est sortem ; siquidem ego, unicus ejus filius, ad Trojam profectus sum, quem iterum non complectetur. Satis enim scio me sub Trojæ mœnibus moriturum. Tu vero desine queri ; cras enim cum filii tui corpore ad tuos reverteris. »

28. EXERCICE.

-erunt, 3° pers. du pluriel, au parfait de l’indicatif actif de toutes les conjugaisons.

-at, 3° pers. du sing. au présent de l’indicatif actif de la première conjugaison ; présent du subjonctif aux trois autres.

-ent, 3° pers. du plur. au présent du subjonctif de la première conjugaison, etc.

29. EXERCICE.

1. D’acheter ; tu as acheté ; avoir acheté ; que je fusse acheté ; qu’ils achètent. – 2. Vous avez donné ; nous serons donnés ; j’étais donné ; que je donnasse ; qu’ils eussent donné (ils auraient donné) ; en donnant. – 3. Vous sentez ; que j’aie senti ; sur le point de sentir ; que tu sentes ; tu sentais. – 4. Qu’il devienne ; je serai conduit ; que tu fusses ; rapporte ; amène ; tu feras ; fais ; fais en sorte. – 5. Qu’il portât (il porterait) ; qu’il frappât (il frapperait) ; vous deveniez ; s’en être allé ; tu seras allé. – 6. Tu veux ; que tu donnes ; nous ne voulons pas ; destiné à être utile ; devoir être (destiné à être) ; tu peux ; soyez présents. – 7. Qu’ils pussent ; qu’ils puissent ; tu boiras ; il pourrait. – 8. Tu portes ; tu frappes ; être frappé ; être porté ; frappe ; parler. – 9. Il connaissait ; on alla ; ils écrivirent ; que tu sois averti. – 10 Subis ; être ouvert ; mesure ; avoir pleuré, il convint ; tu as sauvé ; il faut s’en aller. – 11. Tu auras connu ; que je haïsse ; que j’aie entendu ; que j’osasse. – 12. Je me souviens ; vous êtes avertis ; j’avais pris ; j’avais commencé. – 13. Il veut ; ne veuillez pas ; qu’il aimât (il aimerait) mieux ; il se repentit. – 14. J’ai suivi ; il menacera ; il sera orné ; orné ; ayant accompagné (ou accompagné).

30. EXERCICE.

1. Ornabimus Ornate. Ornetis. Ornaret. – 2. Vidimus. Viderim. Visum. Videndo. Vidisset. – 3. Augeam. Augebitur. Augetur. Emetur. Ametur. – 4. Mittaris. Mitteris. Mitte. Missi sint. Mitti. – 5. Vinciebam. Vincti eritis. Vinctus esses. Vincies. – 6. Minati sunt. Minabaris. Sequĕris. Sequēris. Sequendus. Secutus essem. – 7. Ferior. Doleo. Cecidi. Venistis. – 8. Prodes. Nos puduerat. Poteras. Exeunt. Queant. Velimus. – 9. Refer. Possimus. Maluisse. Nolle. – 10. Facies. Fies. Facere. Fieri. Vos pænitebit. Ais. Potuissetis. – 11. Oporteret. Decebat. Licuit. Te pæniteat. Factus es. Mementote.

31. VERSION.

Servius Sulpicius raconte l’assassinat de Marcellus. – Ce jour-là, j’avais pris congé de Marcellus pour aller en Béotie. Quant à lui, il allait, me disait-il, s’embarquer pour l’Italie. Le lendemain, à la dixième heure environ de la nuit, P. Postumius vint me trouver et m’annonça que M. Marcellus, notre collègue, avait été poignardé après le diner par P. Magius Chilon ; qu’il avait reçu deux blessures, l’une à l’estomac, l’autre à la tête. Il espérait pourtant que le blessé survivrait. Magius s’était fait justice en se tuant. Marcellus avait ensuite envoyé Postumius pour me prévenir. Je partis dès l’aurore pour me rendre auprès de Marcellus. A peu de distance du Pirée, un jeune esclave vint à ma rencontre avec une lettre, où l’on me disait que Marcellus était mort un peu avant le jour. Je poussai néanmoins jusqu’à sa tente. Je trouvai là deux affranchis et quelques esclaves. Je me vis forcé de faire transporter le corps à la ville dans cette même litière qui m’avait amené. Là je lui fis faire des funérailles convenables.

Commentaire. – 1. Dans a Marcello digressus eram, ah marque l’éloignement ; dans a Marcello missum esse, a marque l’auteur de l’action auprès du passif (de qui part l’action). – 2. Il était sur le point de, il avait l’intention de, il était destiné à s’embarquer. – 3. Qui = ut is. – 4. Avec marquant l’accompagnement se traduit par cum, marquant l’instrument ou le moyen, toujours par l’ablatif seul, Gr. § 187. – 5. « M. Marcellus…​ percussus est et duo vulnera accepit…​ Spero tamen eum vivere posse. Magius se ipse interfecit ; postea a Marcello missus sum qui hæc nuntiarem. »

Questionnaire. – 1. In Italiam. – 2. Marcellum pugione percussum esse. – 3. Circiter hora decima noctis. – 4. A P. Magio Chilone. – 5. Se ipse interfecit. – 6. Ad Marcellum profectus est ; eum Athenas detulit et funus curavit.

32. THÈME.

Une conversion miraculeuse. – Fuit Calamæ vir nomine Martialis, multum a religione abhorrens christiana. Habebat fidelem filiam et generum eodem anno baptizatum. Qui cum eum ægrotantem multis lacrimis orarent ut christianus fieret, eos a se turbida indignatione submovit. Placuit genero ejus ire ad memoriam sancti Stephani et illic pro eo orare ut Deus ilIi meliorem mentem daret. Cœpit orare ingenti gemitu et fletu ; deinde, cum abiret, aliquot flores de altari tulit eique, cum jam nox esset, ad caput posuit ; tunc dormitum est. Et, ut illuxit, ecce clamat ille, ut ad episcopum curreretur ; qui mecum forte tunc erat apud Hipponem. Cum ergo audisset eum absentem, presbyteros vocari jussit. Venerunt : credere se ait ; baptizatus est.

LES MOTS INVARIABLES.

33. THÈME.

I. 1. Qui injuste agit, impie agit. – 2. Pares cum paribus facillime congregantur. – 3. Pausanias superbe respondebat, crudeliter imperabat. – 4. Eo ibis quo omnia eunt. – 5. Horatius nunc singulos provocabat, nunc increpabat omnes. – 6. Romani bella quædam fortius quam felicius gesserunt.

II. 1. Satis temporis. – 2. Majores opes. – 3. Majus odium. – 4. Nimis multi milites. – 5. Cum minore benignitate. – 6. Per multos menses. – 7. Multum lactis. – 8. Quantum dolebat ! – 9. Quam facile ignovit ! – 10. Quanto pulchrior est virtus ! – 11. Quanti tandem virtutem æstimas ?

34. VERSION.

1. L’âme est-elle immortelle ou périra-t-elle avec le corps ? – 2. Ne vous semble-t-il pas, ô juges, que vous avez sous les yeux ce que vous venez d’entendre raconter ? – 3. Le père a voulu déshériter son fils ? Pourquoi ? Je ne sais. L’a-t-il fait ? Non. Qui l’en a empêché ? Il y songeait. A qui l’a – t-il dit ?A personne. – 4. Dois-je venir à Rome ou rester ici ou m’enfuir à Arpinum ? – 5. Est-ce que par hasard tu oses le nier ? Pourquoi ne réponds-tu pas ? Je te confondrai, si tu nies. – 6. Ton frère est-il là ? Oui. – 7. Mais vous, de quelle région venez-vous ? Où dirigez-vous vos pas ? – 8. Personne ne peut se refuser à louer ta résolution. – 9. Où Sextius Roscius a-t-il été assassiné ? A Rome. – 10. Êtes-vous les ambassadeurs envoyés par le peuple ? Oui. – 11. Est-ce que tu hésites à faire sur mon ordre ce que tu te disposais à faire de toi-même ? – 12. Aristide ne se permettait aucune tromperie, aucun mensonge, pas même par manière de plaisanterie et en jouant. – 13. La domination de César était intolérable non seulement pour un Romain, mais même pour un Perse.

35. THÈME.

Priam aux pieds d’Achille. – A. Intellegisne quid in hac cælatura voluerit artifex effingere ? – B. Non intellego. Video quidem senem supplicem, juvenis amplectentem genu, ut mos apud Græcos erat. Sed quis est hic senex ? Quid rogat ? – A. Num Trojanum bellum ignoras ? – B. Non ignoro. – A. Agedum ! nonne intellegis senem hunc Priamum esse, Trojanorum regem ? – B. Ille autem juvenis Achilles est igitur ? – A. Est. Scisne cur Priamus eum tam demisse imploret ? – B. Scio. Memini me apud Homerum ea legisse : Hectoris filii corpus reposcit, ut ejus funeri justa solvere queat. Sed quomodo potuit Priamus infra Græcorum munitiones ingredi ? Non jam memini. – A. Mercurius eum ipse duxit. – B. Utrum, quod rogat, impetrabit an cum ignominia repelletur ? – A. Impetrabit. – D. Hectorisne corpus ei reddetur ? – A. Reddetur Trojanique omnes seni obviam exibunt.

36. VERSION.

1. César exposa brièvement les services qu’il avait rendus aux Æduens. – 2. C’est après ses victoires qu’Alexandre commença à se montrer cruel envers ses amis. – 3. Vers le soir les portes de la ville furent fermées. – 4. La dixième légion remercia César par l’intermédiaire des tribuns des soldats. – 5. César s’arrêta quelque temps au bord du Rubicon, qui formait la limite de sa province. – 6. Tyrtée récita ses poèmes devant l’assemblée. – 7. Thrasybule reçut du peuple une couronne en récompense de ses services. – 8. Juges qui siégez en vertu de la loi, vous devez obéir aux lois. – 9. Zopyre prétendait connaître le caractère des gens d’après l’aspect du corps, des yeux et du visage. – 10. Auprès du lac Régille, dans la guerre contre les Latins, on crut voir Castor et Pollux combattre à cheval dans nos rangs. – 11. Entre les maux, il faut choisir les moindres. – 12. La statue d’Ennius, en marbre, fut placée sur le tombeau des Scipions. – 13. A mes yeux, les richesses ont quelque importance ; à tes yeux, elles ont une importance extrême.

37. EXERCICE.

In, dans, sur ;

sens spécial :

à l’égard de.

Sub, sous ;

vers (le soir).

Par, à travers ;

par l’intermédiaire de.

Ad, vers ;

auprès de.

Pro, devant ;

en récompense de.

Ex, (hors) de ;

d’après ; du haut de.

Ex, (hors) de ;

entre ; en (marbre).

Apud, chez ;

auprès de ; aux yeux de.

38. THÈME.

I. 1. Multa, quæ nostra causa nunquam faceremus, facimus causa amicorum. – 2. Non tam mea quam tua causa doleo. – 3. Germani de pace ac bello plerumque in conviviis consultant. – 4. Consul circum se præsidia amicorum atque clientium habebat. – 5. Quæ amicitia potest esse inter ingratos ? – 6. Post C. Gracchi cædem multi plebeii in carcere necati sunt.

II. 1. Lex jubet aut permittit aut vetat. – 2. Veni, vidi, vici. – 3. Horæ cedunt et dies et menses et anni nec præteritum tempus unquam revertitur. – 4. Mollis educatio nervos omnes et mentis et corporis frangit. – 5. Mors et fugacem persequitur virum. – 6. Virtus et conciliat amicitias et conservat.

39. VERSION.

I. 1. Le sénat était un port de refuge pour les rois, les peuples et les nations. – 2. La. ville, entourée de presque tous les côtés par le fleuve et des marécages, n’a qu’une seule entrée fort étroite. – 3. Il y avait justement dans chacune des deux armées trois frères jumeaux à peu près de même âge et de même force. – 4. Auguste ne se liait pas facilement d’amitié, mais il était un ami très fidèle – 5. C’est le caractère de la multitude d’obéir en esclave ou de commander en tyran.

II. 1. O malheureux insensé ! – 2. Holà, c’est assez ; tu fais trop de bruit. – 3. O quelle extraordinaire perversité chez cet homme infâme. – 4. Voilà quatre autels : en voici deux pour toi, Daphnis ; les deux autres sont pour Phœbus. – 5. Mantoue, hélas ! tu étais trop voisine de la malheureuse Crémone.

40. VERSION.

Peintre et cordonnier. – L’extraordinaire artiste Apelle, chaque fois qu’il avait peint un tableau, l’exposait en public et, caché derrière, écoutait les défauts que chacun remarquait ; et souvent il trouvait que le goût de la foule valait mieux que le sien. Un jour, il fut critiqué par un cordonnier au sujet des sandales d’un portrait : aussitôt il corrigea le défaut. Mais voici que le lendemain le même cordonnier, enorgueilli par le succès de sa première critique, se mit à faire des railleries au sujet de la jambe du portrait. Outré, Apelle regarda le bonhomme en face et s’écria : « Hé, mon brave ! qu’un cordonnier ne juge pas plus haut que la chaussure ! ». Dans le suite, ce mot est passé en proverbe.

Commentaire. – 1. Sens de cum, cf. Gr. § 99 bis (ajouter à l’indicatif : « toutes les fois que »). – 2. L’adjectif verbal marque la destination. Gr. § 243. – 3. Post aussi adverbe. Gr. § 96 2° ; cf. Gr. § 201. – 4. Enim après le premier mot de la phrase. Gr. § 98, 5°. – 5. In avec acc. ou abl. selon qu’il y a mouvement ou non. Gr. § 96. – 6. Propter : à cause de, le long de. – 6. Jamais de préposition, mais le datif.

Questionnaire. – 1. Apelle pictor egregius erat, qui tabulas pingebat. – 2. Sutor quidam eum reprehendit propter peccatum in crepidis alicujus imaginis. – 3. Sutor circa crux imaginis cavillabat. – 4.Ne sutor supra crepidam.

41. THÈME.

Le renard et le bouc. – Vulpes ethircus, qui iter una faciebant, urgente siti, in puteum descendere coacti sunt. Postquam uterque copiose sitim expleverat, hircus anxie meditari cœpit qua ratione exire posset e puteo, in quem tam temere descendissent. Sed repente vulpes : « Num, inquit, amice, sollicitus es ? Cur circumspectas ? Hinc facillime egrediemur. Tu ad hanc parietem te applica : ego in dorsum cornuaque tua ascendens ex hoc carcere evadam statimque te extraham. » Cum hircus obsecutus esset, vulpes celeriter evasit et per agros ad silvam properavit. Hircus autem, qui in imo puteo remanserat, sero intellexit quam stulte perfido socio paruisset.

RÉCAPITULATION SUR LA MORPHOLOGIE.

42. EXERCICE.

1. Latus, de latus, eris, n., côté, ou latus, a, um, large. – Vita, nom f., la vie, ou impérat. de vitare, éviter. – Regi, dat. de rex, le roi, ou inf. pass. de regere, diriger. – Latēre, de lateo, être caché, ou latĕre, de later, eris, brique.

2. Lēvis, poli ; lĕvis, léger. – Patĕre, imp. de patior, souffrir, ou patēre, inf. de pateo, être ouvert. – Isti, dat. de iste, ou 2° pers. du parfait de eo. – Vis, de volo ou vis, la violence.

3. Velis, de velum, voile, ou subj. de volo. – Vere, vraiment, ou voc. de verus, a, um. – Sero, adv., tard, ou abl. de serus, a, um, tardif. – Multa, æ, amende, ou multa, de multus.

4. Uti, inf. de utor, se servir, ou conj. pour ut. – Usus, partic. de utor, ou nom m ; usus, ūs, l’usage. – Parco, verbe, j’épargne, ou de parcus, a, um, économe. – Nubes, futur de nubo, épouser, ou nom f. le nuage.

5. Mane, adv. le matin, ou imp. de maneo, rester. – Salutare, infin., saluer, ou neut. de salutaris, salutaire. – Fero, verbe, je porte, ou dat. de ferus, a, um, sauvage. – Amare, infin., aimer, ou adv. de amarus, amer.

6. Nomina, imper. de nominare, nommer, ou plur. de nomen, inis, nom. – Superes, de supersum, survivre, ou subj. de superare, surpasser. – Manet, indic. de maneo, rester, ou subj. de mano, as, couler. – Talis, adj., tel, ou abl. plur. de talus, i, talon, dé à jouer.

7. Rei, gén. de res, chose, ou de reus, accusé. – Satis, adv., assez, ou dat. plur. de sata, orum, semailles. – Parĕre, de pario, produire, ou parēre, de pareo, obéir. – Sæpe, adv., souvent, ou abl. de sæpes, is, la haie.

8. Rege, abl. de rex, roi, ou imp. de rego, diriger. – Cani, dat. de canis, le chien ou gén. de canus, a, um, blanc ; ou inf. pass. de cano, chanter. – Reges, plur. de rex, roi ; ou fut. de rego, diriger. – Manibus, dat. pl. de manus, la main, ou de Manes, ium, les Manes.

43. EXERCICE.

1. Zénon endura tous les tourments plutôt que de dénoncer ses complices. – 2. Les succès, les honneurs, les commandements, les victoires, sont des avantages fortuits. – 3. Il n’y a pas de sentiment qui conduise plus facilement aux discordes que la jalousie. – 4. La plupart des hommes admirent de vaines apparences. – 5. L’âme se rappelle les événements passés, voit les événements présents, prévoit les événements futurs. – 6. Je pourrais citer de nombreux exemples de ce genre. – 7. Tu as assez de loisirs pour t’occuper des affaires d’autrui ? – 8. Zénon mettait dans la vertu toutes les conditions du bonheur. – – 9. En un seul jour on brûla vingt villes des Bituriges ; la même mesure fut prise à l’égard des autres peuplades. – 10. Je ne suis pas de l’avis de ceux qui se sont mis récemment â soutenir ces doctrines. – 11. Il n’y a pas de vertu plus digne d’un grand homme que la clémence.

44. VERSION.

Curieux présages de destinée. – 1. Quand Midas était enfant, des fourmis, tandis qu’il dormait, amassèrent des grains de blé dans sa bouche. On prédit qu’il serait fort riche, et il le fut en effet. – 2. Un jour que Platon, tout enfant, dormait dans son berceau, des abeilles se posèrent sur ses lèvres. On prédit alors que son éloquence serait très séduisante. Ainsi fut prévue son éloquence avant même qu’il put parler. – 3. Une nuit que Roscius reposait dans son berceau, éclairé par une lampe, sa nourrice, en s’éveillant, aperçut l’enfant enlacé par un serpent. Effrayée de ce spectacle, elle poussa un cri. Le père consulta les devins qui prédirent qu’une gloire incomparable était destinée à cet enfant. – 4. Bien des présages permirent d’espérer la grandeur future d’Auguste. Comme il commençait à peine à parler, un jour, dans la propriété de son grand-père, il ordonna aux grenouilles, dont le coassement l’importunait, de se taire. On dit que depuis elles n’ont plus coassé en cet endroit. Une autre fois, il mangeait dans un bosquet, lorsqu’un aigle lui enleva le pain des mains et après avoir volé très haut, descendit lentement pour le lui rendre.

Commentaire. – 1. C’est le parfait : terminaison seconde pour responderunt. Gr. § 63, 1°. – 2. Ablatif absolu. – 3. Responderunt nihil clarius fore quam illum puerum. – 4. Augusti magnitude sperari poterat, on pouvait espérer…​ ; negant, on dit que…​ ne pas.

Questionnaire. – 1. Eum ditissimum fore. – 2. Futura ejus eloquentia. – 3. Puerum circumplicatum serpentis amplexu. – 4. Nihil illo puero clarius fore. – 5. Quia obstrepehant. – 6. Ranœ omnino postea siluere.

45. THÈME.

Les aventures d’Ulysse. – Ulysses decem annos post excisam Trojam erravit. Vix ingressus navem, primum in Thraciam tempestate, deinde in Africam ad Lotophagos delatus est : sic dicti erant a fructus genere tam suavis ut advenis patriæ oblivionem afferret. Ulysses nonnullos socios ejus suavitate captos amisit. Alia tempestas eum in Siciliam compulit, ubi Polyphemus, Cyclopum teterrimus, sex Ulyssis socios devoravit. Inde ad Eolum propere fugit qui ventos adverses utribus incluses in ejus navem congessit, ne nocerent. At ejus socii, quid in illis lateret sciendi cupidissimi, eos resolverunt et, ventis statim elapsis, nova est exorta tempestas. Ulysses a Læstrygonibus, humana carne vesci solitis, pæne oppressus, deinde a Circe exceptus est. Quæ socios Ulyssis in varias ferarum formas convertit. At ipse artes elusit magicas eamque, stricto gladio aggressus, coegit ut socios in pristinam formam (mieux in pristinas formas) restitueret.

46. VERSION.

Alexandre et son médecin Philippe. – Alexandre, parvenu à Tarse, fut séduit par la beauté du Cydnus. Couvert de poussière et de sueur, il se jeta dans l’eau glacée. Soudain une crampe si violente s’empara de ses membres qu’il perdit même l’usage de la parole. Non seulement on n’avait plus l’espoir de le guérir, mais on ne trouvait pas même un moyen de retarder l’issue fatale. Seul, un médecin, nommé Philippe, offrait un remède ; mais justement celui-la même venait d’être rendu suspect par une lettre de Parménion, arrivée de Cappadoce la veille. Parménion, sans connaître la maladie du roi, l’avertissait de se défier de son médecin Philippe. Il avait été, assurait-il, corrompu à prix d’or par Darius. Alexandre jugea qu’il valait encore mieux s’en remettre à la fidélité incertaine du médecin que de mourir indubitablement de sa maladie. Il prit donc la coupe et remit la lettre au médecin. Tout en buvant, il tint les yeux fixés sur le visage de Philippe qui lisait. Voyant que celui-ci ne manifestait aucune émotion, il se rasséréna et recouvra la santé au bout de trois jours.

Commentaire. – 1. Non spes modo (non)…​ inveniretur ; cette ellipse est usuelle. – 2. Unus medicorum (ou inter medicos). – 3. Avec le génitif, comme les adjectifs signifiant que l’on possède, que l’on sait (ou les idées contraires). – 4. Interlegendum ; inter ambulandum. – 5. Ut avec l’ind. signifie comme ou dès que, Gr. § 99 bis.

Questionnaire. – 1. Quia fluminis amœnitate captus erat. – 2. Rigor statim ejus nervos occupavit. – 3. Unus ex Alexandri medicis. – 4. Quia Parmenio scripserat eum a Dario corruptum esse. – 5. Tutius ei visum est medico credere quam morbo perire. – 6. Quia medici vultum securum conspexerat.

47. THÈME.

Les aventures d’Ulysse (suite). – Ulysses ad Siciliæ litus iterum pervenit. Ibi Solis boves Phaethusa nympha pascebat. Ulysses a Tiresia admonitus, sociis interdixerat ne quis eos attingere auderet. Sed ipso dormiente, socii, fame coacti, pulcherrimos boves mactaverunt. Itaque, Sole irato, naves cum sociis amisit vixque enatavit ad Ogygiam insulam, in qua a Calypso benigne exceptus est. Rate facta iterum mari se commisit ; sed Neptunus, cum Ulyssem jam patriæ appropinquantem conspexisset, mare tridente percussit. Facto iterum naufragio, Ulysses in Phæacum insulam adnavit. Nausicaa, illius insulæ regis filia, eum ad Alcinoum patrem duxit ; qui eum navibus instruxit quibus tandem Ithacam attigit. Ibi se aliquot fidelibus famulis aperuit, quorum opera fortunas uxoremque Penelopen recuperavit.

SYNTAXE.

SYNTAXE D’ACCORD.

48. VERSION.

1. Athènes fut le berceau de toutes les sciences. – 2. Toutes les terres et toutes les mers servent aux besoins de l’homme. – 3. Je retourne vieilli dans ma patrie que j’ai quittée enfant. – 4. C’est un mérite que de commander sans morgue à ses esclaves. – 5. Se tromper, ignorer, être abusé, nous considérons tout cela comme un malheur et une honte. – 6. Alcibiade fut brûlé vivant dans la chambre où il dormait. – 7. Tu fus regretté, Orphée, par les oiseaux affligés et par la foule des animaux sauvages. – 8. Les Germains, dans leurs chants traditionnels, célèbrent le Dieu Tuiston et son fils Mannus, pères et fondateurs de leur race. – 9. Iphicrate avait l’âme altière, la taille élevée et l’air majestueux. – 10. Les Romains luttèrent pour la domination en Italie avec deux grands capitaines, Pyrrhus et Hannibal. – 11. Les uns, trop lents, les autres, trop pressés, gênaient toute la manœuvre.

49. THÈME.

1. Senex quidam in forum se projecit. Obsita erat squalore vestis ; promissa barba et capilli efferaverant speciem oris. – 2. Lacedæmonii regibus suis assessorem augurem dederunt. – 3. Cæsar constituerat prior hostem non lacessere. – 4. Dulce et decorum est pro patria mori. – 5. Cives civibus parcere æquum est. – 6. Contraria sunt beneficium et injuria. – 7. Aquitania pertinet a Garumna flumine ad Pyrenæos montes. – 8. Apud Herodotum, patrem historiæ, innumerabiles sunt fabulæ. – 9. Epaminondas habebat collegas duos, quorum alter erat Pelopidas. – 10. Beneficiorum maxima sunt ea quæ a parentibus accepimus.

50. VERSION.

1. Épaminondas regardait comme désastreuse toute victoire remportée sur des concitoyens. – 2. Comme j’ai l’air méchant, on m’attache durant le jour. – 3. Nos ancêtres appelaient ennemis ceux que nous appelons maintenant étrangers. – 4. Il est ridicule d’aspirer à ce qu’on ne peut obtenir. – 5. Il existe une race d’hommes, nommés Ilotes, qui, en très grand nombre, cultivent les terres des Lacédémoniens. – 6. Le roi et sa flotte partirent en même temps. – 7. Ce qu’on cherche d’ordinaire dans un candidat, c’est la vertu, l’honnêteté, le désintéressement et non la faconde, l’adresse ou la science. – 8. P. Scipion l’Africain avait détruit deux villes qui étaient l’effroi de notre empire, Carthage et Numance. – 9. Catilina aimait la guerre civile, le meurtre, le pillage, les discordes intestines. – 10. Chez les Germains, c’est une honte de survivre à son chef après le combat. – 11. Etant préteur, tu as été vu dans ton gouvernement vêtu d’une tunique et d’un manteau de pourpre.

51. THÈME.

1. Duo juvenes, cum matre epulati, somno se dederunt et mane inventi sunt mortui. – 2. Omnia flumina atque omnes rivos Cæsar aut averterat aut magnis operibus obstruxerat. – 3. Miserrimum est timere. – 4. Nox atque præda castrorum hostes remorata sunt. – 5. In Creta insula non vulpes, ursive, atque omnino nullum maleficum animal. – 6. Æmilii Scauri consulis pater carbonarium negotium exercuit. – 7. Flumen Liger influit in Oceanum. – 8. Oppidum Zama, in campis situm, magis opere quam natura munitum erat. – 9. Si tu exercitusque valetis, bene est. – 10. Junius Bubulcus, ædem Salutis, quam consul voverat, dictator dedicavit.

52. VERSION.

1. Il n’est jamais avantageux de commettre une faute, car c’est toujours une honte. – 2. Les vraies amitiés sont éternelles. – 3. M. Caton eut le gouvernement de la Sardaigne. – 4. Caton eut Valerius Flaccus comme collègue dans le consulat et la censure. – 5. Il est beau de rendre service à l’État. – 6. Après la chute d’Astyage, les cités qui avaient été tributaires des Mèdes, abandonnèrent Cyrus. – 7. Persée, roi de Macédoine, mourut à Albe. – 8. Jugurtha avait perdu la ville de Capsa, plusieurs autres forteresses et beaucoup d’argent. – 9. Homère et Hésiode vécurent avant la fondation de Rome. – 10. Que la religion et la loyauté passent avant l’amitié. – 11. Athènes sera victorieuse. – 12. Il y a au dessous une caverne, où, dit-on, un dragon garde les Mânes de Scipion. – 13. Le travail et le plaisir, si différents de nature, n’en ont pas moins entre eux une certaine affinité naturelle.

53. THÈME.

1. Hic leo in retia incidit, e quibus sese multo fremitu expedire non potuit. – 2. Quemcumque mortalium arcere tecto nefas habetur apud Germanos. – 3. Corioli oppidum captum est. – 4. Themistocles prætor a populo factus est. – 5. Eodem die uterque eorum ex castris exercitum educit (ou educunt). – 6. Jampridem pater mihi et mater mortui sunt. – 7. Latini Ænean Jovem Indigetem appellant. – 8. Cerere nati sunt Liber et Libera. – 9. Appius Claudius pugnam commisit, magnaque clades a Romanis accepta est, quorum octo millia cæsa sunt, viginti millia capta. – 10. Servi atque arma sunt traditi. – 11. Homerus solus vocari poeta meruit. – 12. Mercurium artium inventorem ferunt.

54. VERSION.

L’âge d’or. – On ne redoutait alors aucun châtiment ; on ne lisait pas sur des tables d’airain le texte rigoureux des lois. On ne voyait pas la foule des accusés suppliants interroger avec terreur le visage d’un juge. La sécurité régnait sans qu’on eût besoin de défenseurs. Les villes n’étaient pas encore entourées de fossés profonds ; il n’y avait ni casques, ni épées. Sans être protégés par des armées, les peuples tranquilles jouissaient d’agréables loisirs. La terre, à qui l’on ne demandait rien, que le boyau ne touchait pas, que le soc ne blessait point, produisait tout d’elle-même. Les hommes, se contentant de ces productions spontanées, recueillaient les fruits de l’arbousier, les fraises sauvages, les cornouilles, les mûres attachées aux buissons épineux, et les glands tombés de l’arbre majestueux de Jupiter. Le printemps durait toujours ; les doux Zéphyrs, de leurs tièdes haleines, caressaient les fleurs qui naissaient sans culture. On voyait couler des fleuves de lait ou de nectar et le miel blond tombait goutte à goutte de la verte yeuse.

Commentaire. – 1. Oui. cf. Gr. § 107. – 2. C’est le pluriel homines contenu implicitement dans le collectif turba. – 3. Et quæ deciderant patula Jovis arbore glandes. – 4. Contenti se rapporte non pas à gentes, féminin, mais à l’idée de homines, contenue dans ce mot.

Questionnaire. – 1. Pœna metusque judicis et legum. – 2. Mollia peragebant otia. – 3. Mora. – 4. Sine semine. – 6. De viridi ilice.

55. THÈME.

Une chasse à Phomme. – Nemora rupesque inviæ Mardorum montes sæpiunt. Præterea barbari, ea quæ plana sunt, novo munimenti genere impedierant. Arbores densas de industria conserunt, quarum teneros adhuc rames manu flectunt, quos rursus inserunt terræ : inde, velut ex alia radice, lætiores virent trunci. Hos adolescere non sinunt, sed alium alii conserunt. Difficillimum erat cædendo aperire saltum : crebri namque nodi duraverant stipites et inter se implicati arborum rami, suspensis circulis similes, lento vimine frustrabantur ictus. Incolæ autem, ritu ferarum, virgulta subire soliti, occultis telis hostem lacessebant. Alexander venantium modo latibula scrutatus plerosque confodit.

SYNTAXE DE COMPLÉMENT.

COMPLÉMENT DU NOM.

56. VERSION.

1. La terre appartient aux hommes, comme le ciel à Dieu. – 2. Les biens des particuliers forment la richesse de la cité. – 3. Il suffit de citer un fait comme exemple de la cruauté de Lysandre. – 4. C’est le rôle de l’orateur de parler de façon à persuader. – 5. Le sage doit se soumettre à la nécessité. – 6. La faiblesse est le propre des enfants, la fougue est le propre des jeunes gens, la gravité est le propre d’un âge déjà mûr. – 7. O homme d’une finesse étonnante. – 8. Son père était d’un âge avancé. – 9. César avait des légions de vieux vétérans d’un courage extraordinaire. – 10. Codrus, quittant ses habits royaux, s’habilla en berger. – 11. Iphicrate d’Athènes eut pour fils Menesthée. – 12. Lysandre essaya de corrompre l’oracle de Delphes. – 13. Les résolutions des Gaulois sont soudaines et imprévues.

57. THÈME.

1. Sicilia patria Cyclopum fuit. – 2. Hannibal tres modios anulorum Carthaginem misit. – 3. Officium adulescentis est majores natu vereri. – 4. Fortis animi et constantis est non perturbari in rebus asperis. – 5. Magni animi est injurias despicere. – 6. Epaminondas habuit philosophiæ præceptorem Lysim Tarentinum. – 7. Boni pastoris est tondere pecus, non deglubere. – 8. Fuit apud Segestanos ex ære Dianæ simulacrum, singulari artificio perfectum. – 9. Erat inter Labienum atque hostem difficili transitu fiumen ripisque præruptis. – 10. Flumen Arar est incredibili lenitate. – 11. Cupere omnia scire curiosorum est.

58. VERSION.

1. Les autres occupations ne sont ni de tous les temps, ni de tous les ages, ni de tous les lieux ; tandis que ces études forment la jeunesse, charment la vieillesse, embellissent le bonheur, fournissent un refuge et une consolation dans le malheur. – 2. Darius réunit une flotte de cinq cents navires. – 3. C’est le devoir d’un bon juge de chercher à deviner la cupidité ou le désintéressement des gens d’après les plus minces détails. – 4. C’est le propre de l’homme d’être sensible à la douleur, de lui résister pourtant et de chercher des consolations. – 5. Hamilcar emmena avec lui en Espagne son fils Hannibal, âgé de neuf ans. – 6. Les zéphyrs adoucissent la température de l’hiver. – 7. La crainte des ennemis maintient la cité dans la pratique de la vertu. – 8. Nos ancêtres ont loué les plaisanteries de Plaute. – 9. Tout homme peut se tromper : aucun, si ce n’est l’insensé, ne persévère dans l’erreur. – 10. Tout ce qui appartenait à la femme devient la propriété du mari.

59. THÈME.

1. Pietas est fundamentum omnium virtutum. – 2. Avaritia est fons fraudium, maleficiorum, scelerumque omnium. – 3. Oratoris est ornate et copiose eloqui. – 4. Non minus est imperatoris consilio superare quam gladio. – 5. Tyriorum civitas coronam auream magni ponderis Alexandro misit. – 6. Alexander expugnavit Persepolim, caput Persici regni. – 7. Archimedes variæ magnitudinis tormenta in muris Syracusarum disposuerat. – 8. Ibes sunt aves excelsæ, cruribus rigidis, corneo proceroque rostro. – 9. Milo Crotoniensis illustris athleta fuit. – 10. Themistocles persuasit populo ut classis centum navium ædificaretur.

60. VERSION.

Sacrilèges de Denys le tyran. – Denys, tyran de Syracuse, fut d’une audace extrême dans l’impiété. Après avoir pillé un temple de Proserpine à Locres, il faisait voile vers Syracuse ; or, comme les vents lui étaient très favorables : « Voyez-vous, dit-il, ô mes amis, l’excellente traversée que les dieux accordent aux impies ? » Il demeura toujours dans les mêmes dispositions. Ayant débarqué dans le Péloponnèse il pénétra dans le temple de Jupiter Olympien, et enleva au dieu un manteau d’or d’un grand poids, offert autrefois par le tyran Gélon avec les ressources provenant du butin fait sur les Carthaginois. Il ajouta même en plaisantant qu’un manteau d’or était lourd en été et froid en hiver. Il lui fit jeter sur les épaules un manteau de laine prétendant que ce vêtement était plus convenable en toute saison. Il fit en outre dépouiller Esculape à Épidaure d’une barbe d’or, sous prétexte qu’il était inconvenant que le fils portât la barbe, alors que le père était représenté sans barbe dans tous les temples. De plus, il fit enlever de tous les sanctuaires les tables d’argent et les fit vendre à l’encan.

Commentaire. – 1. Dionysius fuit audacissimæ impietatis, amiculum gravi pondere. – 2. Oui, car la réponse attendue est affirmative. – 3. Amiculum aureum ou ex auro ; mensa argentea ou ex argente. – 4. Aptus, propre à, convenable pour, se construit avec le datif et de préférence avec ad et l’accusatif, gr. § 122. – 5. Non, mais comme signifiant à Epidaure, gr. § 194.

Questionnaire. – 1. Locris. – 2. In Peloponneso. – 3. Epidauri. – 4. Amiculum aureum. Barham auream. – 5. Apollinis.

61. THÈME.

Vocation de saint Paul Ermite. – Paulus, quindecim annos natus, orphanus relictus est. Cum persecutionis procella exorta esset, hic præclara jam eruditione puer primum in villam remotiorem secessit ; deinde ad montium deserta confugit. Paulatim progressus, tandem reperit saxeum montem, ad cujus radicem erat grandis spelunca, quæ lapide claudebatur. Quo remoto, animadvertit intus grande vestibulum, quod, aperto desuper cælo, patulis diffusa ramis vetus palma contexerat. Ibi fons liquidissimus erumpebat, cujus rivum statim terra resorbebat. Erant præterea per exesum montem haud pauca habitacula, in quibus ferreæ incudes et mallei, quibus pecuniæ olim erant signatæ, visebantur. Hunc locum ferunt furtivæ monetæ officinam fuisse. Ibi Paulus in solitudine duxit ætatem. Cibum et vestimentum ei palma ferebat.

L’ADJECTIF ET SES COMPLÉMENTS.

62. VERSION.

1. Les richesses ne sont pas un bien. – 2. Le sage ne se laisse ni enivrer par les succès, ni abattre par les revers. – 3. Après avoir refusé longtemps en vain, il accepta malgré lui le gouvernement de la province. – 4. Tantale, mourant de soif, atteignait avec son menton la surface de l’eau. – 5. Les Grecs ont fondé Byzance à l’extrémité de l’Europe. – 6. Démocrite, après avoir perdu la vue, ne pouvait à la vérité distinguer le blanc du noir ; mais il distinguait cependant le bien du mal, la justice de l’injustice, l’honnêteté du vice, l’utile du nuisible. – 7. Tu as montré qu’un bon citoyen ne prend part que malgré lui aux débuts d’une guerre civile. – 8. César, puisses-tu retourner bien tard au ciel et demeurer longtemps avec plaisir au milieu du peuple de Romulus ! – 9. Que les malhonnêtes gens s’écartent et se séparent des gens de bien. – 10. Depuis longtemps je désire visiter Alexandrie et le reste de l’Égypte. – 11. Le jeune homme, décidé à mourir, se jette au milieu des ennemis.

63. THÈME.

1. Quosdam familiares habent scelesti, amicum vero nullum. – 2. Oppidum Alesia erat in colle summo. – 3. Tiberis medios agros secat omnesque fruges devehit ad Urbem. – 4. Æneas imas Erebi descendit ad umbras. – 5. Fons erat in medio nemore. – 6. In hac insula extrema est fons aquæ dulcis. – 7. Assuesce dicere verum et audire. – 8. Primum hominis officium est suo esse contentum. – 9. Vetus inventa est in montibus ancora summis. – 10. Nostri olim, urbe reliqua capta a Gallis, arcem tamen retinuerunt. – 11. Mediis in ædibus ingens ara fuit. – 12. Iracundus non semper iratus est.

64. VERSION.

1. Pythagore appelle philosophes ceux qui recherchent la sagesse. – 2. P. Considius passait pour très habile dans l’art militaire. – 3. O époque malheureuse et cruelle pour la province de Sicile ! O événement désastreux et funeste pour beaucoup d’innocents ! En une nuit la flotte du peuple Romain fut brûlée par les pirates. – 4. Le dauphin est un animal qui non seulement aime l’homme, mais qui a même le goût de la musique. – 5. Varus était plus accoutumé à la vie paisible des camps, qu’au service en temps de guerre. – 6. L’agriculture est salutaire à tout le genre humain. – 7. Les livres de Xénophon sont utiles pour bien des choses. – 8. Verrès a mis la province de Sicile à l’abri des dangers de la guerre. – 9. L’esprit est doué d’une activité perpétuelle. – 10. Beaucoup de gens aiment à faire la guerre. – 11. La vertu est difficile à atteindre. – 12. Atticus était attaché non pas à la fortune, mais à la personne de ses amis.

65. THÈME.

1. Clementia non minus victori quam victo utilis est. – 2. Clari quidam sapientia viri studiosi musicæ fuerunt. – 3. Populus Romanus beneficii et injuriæ memor erat. – 4. Magis idoneum quam ego sum ad eam causam profecto reperies neminem. – 5. Vitiosa æmulatio rivalitati similis est. – 6. Est hominum naturæ maxime inimica crudelitas. – 7. Carus fuit Africano superiori noster Ennius. – 8. Sensi ego mortem omni ætati esse communem. – 9. Excellentium hominum virtus imitatione digna est. – 10. Datis, fretus numero copiarum suarum, confligere cupiebat. – 11. Canis nonne lupo similis est ? – 12. Quid est tam jucundum auditu quam sapientibus sententiis ornata oratio ?

66. VERSION.

1. Il est certain que, dans sa vieillesse, M. Caton eut beaucoup de goût pour les lettres grecques. – 2. Denys l’Ancien, tyran de Sicile, était brave de sa personne, habile dans l’art militaire, nullement cupide, en un mot uniquement avide de dominer seul et toujours : c’est ce qui le rendit cruel. – 3. Vous voyez que cet inconvénient est commun à la vieillesse et à l’adolescence. – 4. Le sol Africain est fertile en moissons, favorable aux troupeaux, impropre à la culture des arbres. – 5. Le faux est voisin du vrai. – 6. Livius Andronicus fut contemporain d’Ennius. – 7. Comme un homme de basse extraction reprochait à C. Lélius d’être indigne de ses ancêtres : « Mais toi, lui dit-il, tu es digne des tiens. » – 8. Je suis forcé de prendre part à la guerre et de m’y associer. – 9. Tout est rempli d’erreurs. – 10. L’homme est fait pour penser et agir. – 11. Dès que j ’avais entendu raconter quelque chose d’intéressant, j’en prenais note. – 12. Tu feras ce qui te semblera le plus opportun.

67. THÈME.

1. Nunquam tibi senectutem gravem esse sensi, quæ plerisque senibus odiosa est. – 2. Hoc malum mihi commune est cum omnibus. – 3. Bestiæ rationis et orationis sunt expertes. – 4. Iræ potens non erat Alexander. – 5. Verba reperire innocenti facile est. – 6. Potest, quod inutile reipublicæ est, id cuiquam civi utile esse ? – 7. Nihil est morti tam simile quam somnus. – 8. Si aut collegam tui similem haberes, aut tu collegæ tui esses similis, supervacanea esset oratio mea. – 9. Animus per somnum sensibus ac curis vacuus est. – 10. Verres ornamentis fanorum habet plenam domum. – 11. Quanquam hæc mala auditu acerba sunt, tamen audire tolerabilius est quam videre. – 12. Titus equitandi peritissimus erat.

68. VERSION.

Les iles flottantes. – Souvent, peu curieux des choses qui sont à notre portée, nous courons après les objets éloignés. Il y a dans notre ville bien des curiosités dont nous n’avons jamais entendu parler. Si l’Égypte les avait produites ou quelque autre pays fécond en merveilles, nous les aurions déjà visitées. Fabatius, l’aïeul de ma femme, a voulu absolument me faire voir ses domaines. Durant une promenade, on attira mon attention sur un lac, nommé Vadimon. On m’en racontait des choses extraordinaires. Je m’y rendis volontiers. Il ressemble à une roue couchée horizontalement. En son milieu surnagent des iles pleines de roseaux. Tantôt elles se rapprochent et se confondent avec la terre ferme, tantôt les vents contraires les dispersent. Les animaux en cherchant leur nourriture s’avancent jusque sur ces iles et ne s’aperçoivent de la mobilité du sol que quand ils se voient entourés des eaux du lac. Ils sortent ensuite du côté où le vent les fait aborder. Je t’écris ces détails parce que je pense qu’ils seront nouveaux pour toi comme pour moi et qu’ils te feront autant de plaisir qu’à moi.

Commentaire. – 1. Ne…​ quidem, pas même. – 2. Alius, autre, ve, ou bien. – 3. Ferax, fécond en ; incuriosus, peu soucieux de. – 4. Similis, semblable ; ignotus, inconnu à ; gratus, agréable. – 5. Secutus n’a que le sens actif, cf. § 74, 2°.

Questionnaire. – 1. Ut prædia sua inspiceret. – 2. Lacus quidam, nomine Vadimonis. – 3. Arundine. – 4. Quod medio lacu innatahant. – 5. Quia continenti similes erant. – 6. Postquam circumfusum undique lacum videbant. – 7. Quando ad litus insulam ventus tulerat.

69. THÈME.

Les Argonautes. – Jason, aureum vellus eripiendi cupidus, fortissimos suæ ætatis viros in periculi societatem vocavit. Multi, gloriæ avidi, navem Argo libentes conscenderunt. Tiphys clavum regebat ; Lynceus, qui oculorum acie valebat acutissima, scopulos visu difficiles prospiciebat. Orpheus, mucicæ peritissimus, cantu labores tædiaque navigationis levabat. Reliqui heroes remos agitabant. At Hercules sociis suis molestus erat. Tanto enim erat corporis pondere ut navem pæne deprimeret. Plurimum quoque annonæ solus consumebat ; tum remum suum identidem frangebat. Sed eventu quodam Argonautæ hoc molesto socio sunt liberati. Hercules in continentem Hylan, suum carissimum amicum, miserat, ut aquarn sibi frigidam afferret. Lapsus in fontem Hylas cum non rediret, Hercules in terram egressus est ut eum quæreret. Ceteri inceptum iter perrexerunt.

COMPARATIF ET SUPERLATIF.

70. VERSION.

1. Aucun lieu ne doit être plus doux à ton cœur que ta patrie. – 2. Il n’y a rien de plus sage que ton discours. – 3. Il n’y a pas dans l’amitié de fléau plus funeste que la flatterie. – 4. Il n’y a rien de plus sot que de tenir pour certain ce qui ne l’est pas. – 5. Certains remèdes sont pires que les maux. – 6. Varus était issu d’une famille plutôt noble qu’illustre. Il était un peu lent d’esprit comme de corps. – 7. Les larmes sèchent vite surtout quand il s’agit des maux d’autrui. – 8. Cyrus et Agésilas, quoique revêtus du souverain pouvoir, n’adressèrent jamais à personne une parole un peu dure. – 9. Tu parais un peu vain. – 10. Je t’adresse les mêmes supplications que le sénat et le peuple romain. – 11. Le rôle d’un lieutenant est autre que celui d’un commandant en chef. – 12. La ville de Gordium est située entre la grande et la petite Phrygie. – 13. De tous les fleuves qui se jettent dans la Méditerranée le plus grand est le Nil.

71. THÈME.

1. Nihil est amabilius virtute. – 2. Sol major est quam terra. – 3. Quis clarior in Græcia Themistocle fuit ? – 4. Nullum vitium tetrius est quam avaritia. – 5. Neminem Lycurgo majorem virum Lacedæmon genuit. – 6. Pestilentia coorta est minacior quam periculosior. – 7. Calceus angustior urit pedem. – 8. Melior tutiorque est certa pax quam sperata victoria. – 9. Legatos cum tristiores vidisset, Xenocrates triginta minas accepit. – 10. Tibi idem consilii do, quod mihimet ipsi : ut vitemus oculos hominum. – 11. Longe alia est navigatio in concluso mari atque in vastissimo Oceano. – 12. Pompeii filius major occisus est, minor fugit. – 13. Velocissimum omnium animalium est delphinus.

72. VERSION.

1. Il n’y a rien, crois-moi, de plus beau que la vertu. – 2. Que les amis soient plus empressés à rendre des services qu’à en exiger en retour. – 3. Les Étoliens demandaient la paix avec plus d’insistance que de sincérité. – 4. La lumière du soleil est bien différente de celle des lampes. – 5. Je soupçonne que tu es troublé par les mêmes inquiétudes que moi. – 6. La nuit même où Alexandre naquit, le temple de Diane à Éphèse fut détruit par les flammes. – 7. Thémistocle, ayant refusé de jouer de la lyre dans un repas, fut considéré comme passablement ignorant. – 8. Tarquin le Superbe, dernier roi des Romains, battit les Volsques. – 9. Le plus pénétrant de tous nos sens est celui de la vue. – 10. Antiochus était le roi le plus puissant de tous à l’époque d’Hannibal. – 11. On sème l’orge avant toutes les autres céréales. – 12. Pygmalion était roi de Tyr, ses crimes en faisaient le plus cruel de tous les tyrans. – 13. Ils ne changent pas et s’en retournent tels qu’ils étaient venus.

73. THÈME.

1. Nihil est bello civili miserius. – 2. Gravioribus morbis periculosæ curationes adhibentur. – 3. Athenienses in Sicilia bellum cupidius quam felicius gesserunt. – 4. Eadem ratione, qua pridie, ab nostris resistitur. – 5. Themistocles liberius vivebat. – 6. Nulla res major sine Themistocle gerebatur. – 7. Posteriores cogitationes sapientiores sunt. – 8. Frater natu major minori legatus in Asiam profectus est. – 9. Alcibiades omnium suæ ætatis fuit formosissimus. – 10. Hispania postrema omnium provinciarum perdomita est. – 11. Auster ventorum calidissimus est. – 12. Simulatio amoris pejor odio est. – 13. Ex malis eligere minima oportet.

74. VERSION.

1. Vous avez souvent entendu dire que Syracuse est la plus grande des villes grecques et la plus belle de toutes. – 2. Nestor, au dire d’Homère, laissait tomber de sa bouche des paroles plus douces que le miel. – 3. Rufus Egnatius ressemblait plutôt à un gladiateur qu’à un sénateur. – 4. Denys était aussi détesté que méprisé de tout le monde. – 5. Ils ont le corps plus dur que de la corne. – 6. Les joies de nos amis nous sont aussi agréables que nos propres joies. – 7. J’ai fait, pour sauver nos concitoyens vaincus, autant d’efforts que s’il se fût agi de mon propre salut. – 8. Certains passages de ces livres te paraîtront un peu obscurs. – 9. Xénophon apprit que l’aîné de ses deux fils, nommé Gryllus, était tombé à la bataille de Mantinée. – 10. L’Europe est de beaucoup le plus beau continent. – 11. Cécina se hâtait de refaire sa réputation avec plus d’ardeur que de prudence. – 12. Solon fut le plus sage des sept sages et, seul des sept, il fut législateur.

75. THÈME.

1. Vehementius homini minatus sum. – 2. Illi homines non idem consilium quod tu secuti sunt. – 3. Dissimulatio est cum alia dicuntur ac sentias. – 4. Sæpe fit aliud atque homines arbitrati sunt. – 5. Obscuriora sunt Datamis gesta pleraque. – 6. Majus est certeque gratius prodesse omnibus quam opes magnas habere. – 7. Apud Helvetios longe nobilissimus et ditissimus fuit Orgetorix. – 8. Ex ære fuit quoddam Cereris simulacrum modica amplitudine ac singulari opere, omnium illorum, quæ sunt in eo fano, multo antiquissimum. – 9. Hic ager erat optimus totius Galliæ. – 10. Fidelissimum ante omnia animalia homini canis. – 11. Sueborum gens est longe maxima ac bellicosissima Germanorum omnium.

76. VERSION.

Arion sauvé par un dauphin. – Arion avait rempli du bruit de son nom toutes les villes de Sicile. Pour regagner sa patrie, il s’embarqua, emportant avec lui la fortune que son habileté de musicien lui avait acquise. Peut-être, malheureux, craignais-tu l’onde et les vents ? La mer elle-même était pourtant plus sûre pour toi que ton propre navire ! Voici qu’en effet le patron du navire l’aborde l’épée à la main : autour de lui se groupent ses complices armés. Mais Arion, impassible, leur dit : « Je ne refuse pas de mourir. Seulement, permettez-moi de prendre ma lyre et de chanter un peu. » Ils le lui permettent tout en raillant cette manière de retarder sa mort. Arion met une couronne et bientôt les cordes de sa lyre, heurtées du pouce, résonnent comme d’habitude. Aussitôt Arion s’élance tout habillé dans la mer. L’eau qui rejaillit, mouille la poupe azurée. Mais, chose incroyable, voici qu’un dauphin au dos recourbé, vint, dit-on, se placer sous lui pour le soutenir. Assis sur le dauphin, Arion tient sa lyre, et comme pour récompenser l’animal, qui le porte, il chante et semble apaiser de sa voix harmonieuse les flots de la mer.

Commentaire. – 1. L’adjectif Arionius équivaut au génitif Arionis : extension de la règle § 115. – 2. Accusatif en -im, Gr. § 20. – 3. La difficulté est sans importance puisque l’ablatif absolu peut servir à indiquer la circonstance. – 4. Ridēre est ici transitif direct ; rire, en français, est transitif indirect : rire de qqn (Gr. § 157). – 5. Delphina est un accusatif grec, Gr. § 26, 1°.

Questionnaire. – 1. Opes arte quæsitas. – 2. Ut sibi liceret ante mortem cantare. – 3. Ut ornatus in mare desilire posset. – 4. Delphis se supposuit Arioni. – 5. Quasi quoddam travectionis pretium delphini solvebat.

77. THÈME.

L’entrée des enfers. – Multa de infernis veteres narrant poetæ, et cognitu quidem Jucundiora quam veriora. Locus quidam erat, ut ferebant, in mediis terræ visceribus, ubi dominabatur Nox, dearum omnium antiquissima. Multis undique fluviis cingebatur, quorum primus Acheron, alter Styx dicebatur, quæ novies Plutonis regnum circumfluit. Tertius Cocytus solis lacrimis augebatur. Quartus Phlegethon aquas igne mixtas volvebat. Ex his autem omnibus fluminibus teterrimum Styx habebatur. Hic semper aderat Charon nauta, jam senior, squalore terribili, promissa barba et capillis. Major non erat apud eum divitibus honor quam inopibus ; sed eadem reges cymba, qua mendici, vehebantur. Quorum autem cadavera insepulta jacuerant, iis centum annos exspectandum erat. In terram egredientibus occurrebat Cerberus, triplici capite formidandus canis, qui ad inferorum fores excubabat, ut omnibus aditus pateret, nulli vero exitus concederetur.

LE PRONOM RÉFLÉCHI. LE RELATIF.

78. VERSION.

1. Il faut que j’attende mon frère. – 2. Marius, déjà accablé de vieillesse, se cacha en se plongeant dans un marécage. – 3. Ils s’étendent sous les branches d’un arbre élevé. – 4. Moi, j’ai chassé les rois, vous, vous installez un tyran. – 5. L’aspect des bêtes fauves est moins affreux que celui d’un homme en proie à la colère. – 6. Les défauts des hommes sont nombreux et graves, mais aucun n’est plus fréquent que l’ingratitude. – 7. Il se jeta du haut d’un mur dans la mer, après avoir lu un livre de Platon. – 8. César fait comparaître devant lui Divitiacus. – 9. Orgétorix persuade à ses concitoyens de sortir de leur territoire. – 10. Tous les arts ont des rapports réciproques et sont comme apparentés les uns aux autres. – 11. Me voici devant vous : je suis celui que vous cherchez. – 12. L’auteur d’un crime est celui auquel ce crime profite. – 13. Cela te semble ridicule parce que tu n’es pas là ; si tu le voyais de tes yeux, tu ne pourrais retenir tes larmes. – 14. Il n’est pas une grande âme, celui qui se laisse abattre par l’injustice.

79. THÈME.

1. Beatus ille qui paterna rura bobus exercet suis. – 2. Homo doctus divitias in se habet. – 3. Helvetii angustos se fines habere arbitrabantur. – 4. Datis et Artaphernes suas copias in campum Marathonium deduxerunt. – 5. Castra inter se modico intervallo distabant. – 6. Nemo celerius opprimitur quam qui nihil timet. – 7. Atticus Ciceroni in omnibus ejus periculis singularem fidem præbuit. – 8. Audite singularem ejus, judices, cupiditatem. – 9. Philosophiæ qui paret omne tempus ætatis sine molestia potest degere. – 10. Qui vivum Dionem tyrannum vocitarant, iidem liberatorem patriæ prædicabant. – 11. Cælum non animum mutant qui trans mare currunt. – 12. Purpureos moritura manu discindit amictus.

80. VERSION.

1. Socrate, dans un procès où il y allait de sa vie, se défendit de telle manière qu’il semblait être non pas un accusé suppliant, mais un homme chargé de faire la leçon ou de commander aux juges. – 2. Nous avons entre les mains l’éloge de Q. Maximus. En le lisant ne méprisons-nous pas tous les philosophes ? – 3. Le père de Thémistocle, Néoclès, épousa une Acarnanienne. C’est d’elle que naquit Thémistocle. Comme celui-ci déplaisait à ses parents, ils le déshéritèrent. Cet affront, loin de l’abattre, stimule son énergie. – 4. En dépit des protestations, je dirai ce que je pense. – 5. Il n’y avait que deux routes que pussent suivre les Helvètes dans leur exode. – 6. Ceux qui, dans la vie civile, dirigent les affaires de l’État, ne sont pas moins utiles que ceux qui font la guerre. – 7. Il faut désespérer du salut de celui dont les oreilles sont tellement fermées à la vérité qu’il ne peut écouter un ami lui parler franchement. – 8. Qui pourrait comparer la vie de Trébonius avec celle de Dolabella ?

81. THÈME.

1. Rerum earum obscuritas Socratem ad confessionem ignorationis adduxit. – 2. Regulus filium amisit. – 3. Habeo senectuti magnam gratiam, quæ mihi sermonis aviditatem auxit, potionis et cibi sustulit. – 4. Diogenes se projici jussit inhumatum. – 5. Conjurati furtim inter se adspiciebant. – 6. Plerique acervatim se de vallo præcipitaverunt. – 7. Omnes matres amant suos liberos. – 8. Jugurtha sese in loca saltuosa receperat. – 9. Fama atque fortuna eorum pares sunt. – 10. Da hoc amicis, da hoc patriæ. – 11. Non amicorum negotiis impediebantur cogitationes meæ. – 12. Lacedæmonii Agim regem, quod nunquam antea apud eos acciderat, necaverunt. – 13. Heius est Mamertinus. Hujus domus est nostris hominibus apertissima.

82. VERSION.

Alexandre tue un lion. – Les habitants de la Sogdiane enferment dans de vastes parcs boisés des troupeaux de bêtes sauvages de grande taille. Ils choisissent pour cela de vastes forêts, qu’agrémentent un grand nombre de sources intarissables. Ils bâtissent une enceinte de murs et des tours pour servir de refuge aux chasseurs. C’était chose certaine qu’on n’avait pas touché à ce parc depuis quatre générations successives. Alexandre y entra avec toute son armée et ordonna qu’on y fit une battue complète. Or un lion d’une taille extraordinaire se disposait à se jeter sur le roi, lorsque Lysimaque, qui se trouvait là, s’empressa de menacer l’animal de son épieu. Le roi le repousse et lui ordonna de s’écarter, ajoutant qu’il pouvait tuer un lion aussi bien que Lysimaque. (En effet, ce Lysimaque, autrefois, dans une chasse en Syrie, avait tué un lion de très grande taille, mais il avait couru le plus grand danger et l’animal lui avait arraché l’épaule gauche jusqu’à l’os.) Le roi, non seulement soutint le choc du lion, mais le tua d’un seul coup. Quatre mille animaux furent tués, et Alexandre dina avec toute son armée dans ce parc.

Commentaire. – 1. Quem…​ ingressus ; inter quas…​ ; quo rex repulso. – 2. Suus dans cum suo exercitu renvoie au sujet de la proposition même ; dans a se uno, se renvoie au sujet de la principale dans une subordonnée qui représente la pensée de ce sujet. – 3. Venabulum pour suum venabulum ; cum (suo) toto exercitu. – 4. Mille feras ; duo millia ferarum.

Questionnaire. – 1. Spatiosas, crebris perennium aquarum fontibus amœnas. – 2. Quatuor continuis ætatibus. – 3. Agitari undique feras. – 4. Quia fera regem invadebat. – 5. Ejus lævus humerus usque ad ossa laceratus erat. – 6. Quatuor millia.

83. THÈME.

Saint Antoine à la recherche de saint Paul Ermite. – Antonius loca deserta peragrabat, ferarum tantum vestigia intuens. Tandem procul intuetur lupam, sitis ardoribus anhelantem, ad radicem montis irrepere. Quam secutus oculis, ad speluncam accedit et intro cœpit adspicere. Sed, tenebris arcentibus visum, suspenso gradu et anhelitu temperato, paulatim progrediens sæpiusqur subsistens sonum aure captabat. Tandem procul lumen intuitus, properavit et offenso in lapidem pede strepitum concitavit. Sed Paulus ostium, quod patebat, occludens, sera obfirmavit. Tunc vero Antonius pree foribus suum corpus prostravit precatusque est ut sibi janua aperiretur : « Tibi, inquit, notus sum ; scis me ad te venire ut et præceptis et exemplis tuis pascar. Te nisi videro, non recedam et hic moriar ante pedes tuos. » Paulus arridens patefecit ostium.

LES PRONOMS INDÉFINIS. COMPLÉMENTS DU PRONOM.

84. VERSION.

1. On doit prendre garde de prêter l’oreille aux flatteurs. – 2. Hannibal répliqua, dit-on, qu’il avait vu bien des vieillards radoteurs, mais qu’il n’en avait vu aucun qui radotât plus que Phormion. – 3. On peut plus facilement blâmer le passé que le corriger. – 4. On dit que le fameux Alexandre avait avec lui de nombreux historiographes. – 5. On est allé dans les entrailles de la terre. – 6. On peut louer les institutions de cette cité plus facilement que les imiter. – 7. On jalouse ceux qui possèdent ce qu’on désire posséder [soi-même]. – 8. L’intelligence et le sentiment, si on ne les entretient pas comme une lampe avec de l’huile, s’évanouissent dans la vieillesse. – 9. On raconte que Platon alla en Italie pour connaître les Pythagoriciens. – 10. On prétend que le Lacédémonien Lysandre avait coutume de dire que Lacédémone était le séjour le plus honorable pour un vieillard. Nulle part en effet on n’entoure la vieillesse de plus d’égards.

85. THÈME.

1. Corpus consulis eo die inveniri non potuit. – 2. Utrinque magno clamore concurritur. – 3. Omnes rectæ animi affectiones virtutes appellantur. – 4. Suevi vinum ad se importari non sinunt. – 5. Pecora verberibus domantur. – 6. Libenter homines id quod volunt credunt. – 7. Augustus fuit mitis princeps, si quis illum a principatu æstimet. – 8. Officium sequi debemus, non fructum. – 9. Memoria minuitur, nisi eam exerceas. – 10. Hos asinos onagros vocant. – 11. Darius ad eum locum, quem Amanicas Pylas vocant, pervenit. – 12. Fieri potest ut quis recte sentiat, et id quod sentit, polite eloqui non possit. – 13. Dicitur eo temppre matrem Pausaniæ vixisse. – 14. Negat Epicurus jucunde posse vivi, nisi cum virtute vivatur.

86. VERSION.

1. Cicéron ne permit à personne, pas même aux valets d’armée, de sortir du retranchement. – 2. Personne n’a jamais pu pratiquer le bien sans une inspiration divine. – 3. Les Gétules n’étaient régis ni par des lois, ni par l’autorité de personne. – 4. Les hommes qui s’attachent au plaisir, doivent renoncer aux honneurs. – 5. Le sénat ordonna par décret au consul de veiller à ce que l’État ne subit aucun dommage. – 6. Quand Verrès apercevait un objet ciselé, il ne pouvait s’empêcher d’y toucher. – 7. Qui voudrait regorger de biens et vivre dans l’abondance, à condition de n’aimer personne et de n’être aimé de personne ? – 8. Il ordonne à ses servantes d’aller, l’une d’un côté, l’autre d’un autre. – 9. J’entendais dire qu’il parlait de moi d’une manière avec les uns, d’une autre avec les autres. – 10. La volonté des dieux intervient dans toutes les affaires humaines. – 11. Donne-moi de quoi m’habiller, jusqu’à ce que mon vêtement soit sec.

87. THÈME.

1. Alpes nemo unquam cum exercitu ante Hannibalem transierat. – 2. Si quid novi cognovero, scies. – 3. Cæsar portas claudi jussit, ne quam noctu oppidani a militibus injuriam acciperent. – 4. Araneolæ aliæ quasi rete texunt, ut, si quid inhæserit, conficiant ; aliæ autem ex improviso observant, et si quid incidit, arripiunt idque consumunt. – 5. Virtutum in alia alius mavult excellere. – 6. Plerosque milites factaque eorum fortia noverat Cæsar. – 7. Alexander, Macedonum rex, uni ex militibus suis urbem donavit. – 8. Mortuo Alexandro, Seleucus, unus ex illius legatis, multa in Oriente bella gessit. – 9. Trebatius noster mane ad me venit : « Num quidnam, inquam, novi ? » – 10. Morositas in senibus habet aliquid excusationis.

88. VERSION.

1. Voyez combien ce tyran fut plus cruel pour les Syracusains qu’aucun des précédents. – 2. Tullius Cicéron nous atteste qu’un citoyen romain, Névius Pollion, dépassait d’un pied tous ses compatriotes. – 3. Metellus interdit de vendre dans le camp du pain ou un aliment cuit quelconque. – 4. Les uns vivent d’une manière, les autres d’une autre. – 5. Pour les uns le risque est d’un côté, pour les autres d’un autre. – 6. L’homme seul parmi tant d’espèces d’animaux a la raison en partage. – 7. Il y avait un roi des Indes, nomme Porus, également renommé pour sa vigueur corporelle et pour sa générosité. – 8. Ne sachant rien de certain, je ne veux ni t’inquiéter ni te rassurer. – 9. La première loi de l’histoire, c’est que l’écrivain n’ose rien avancer de faux. – 10. Aucun homme n’est sage à toute heure. – 11. Chacun doit se contenter du temps qui lui est donné pour vivre. – 12. Il n’existe pas un homme aussi sanguinaire.

89. THÈME.

1. Unus ex legatis Corinthiorum dixit Alexandro : « Nulli civitatem unquam dedimus alii quam Herculi. » – 2. Quid immanitate ista turpius ? – 3. Hi colles pingues terrenique sunt ; neque enim facile usquam saxum occurrit. – 4. Sine sociis nemo quidquam tale conatur. – 5. Vespasianus nunquam cæde cujusquam lætatus est. – 6. Quid stultius quam falsa pro veris habere ? – 7. Alius alio casu periit. – 8. Errat, si quis putat facilem rem esse donare. – 9. Ut adulescentem in quo est senile aliquid, sic senem in quo est aliquid adulescentis probo. – 10. Potest exercitatio et temperantia etiam in senectute conservare aliquid pristini roboris. – 11. Nihil nobis præstare fortuna majus potest.

90. VERSION.

La mort n’est pas à craindre. – C’est à tort qu’on se plaint de la mort. Bien des exemples montrent qu’elle nous est avantageuse. On cite surtout l’exemple de Cléobis et de Biton, fils d’une prêtresse d’Argos. On connaît cette histoire. La loi exigeait que cette prêtresse fût conduite en char assez loin de la ville pour célébrer un sacrifice solennel. Comme les animaux étaient en retard, les jeunes gens dont j’ai parlé, se frottèrent le corps d’huile et s’attelèrent au joug. La prêtresse fut ainsi conduite au temple sur le char traîné par ses fils. Elle demanda, dit-on, à la déesse de leur accorder, en récompense de leur piété, ce qu’une divinité pouvait donner de meilleur à un homme. Peu après, ces jeunes gens s’endormirent ; le matin, on les trouva morts. – On raconte que Trophonius et Agamède formulèrent la même prière. Après avoir achevé le temple d’Apollon à Delphes, ils demandèrent au dieu la récompense de leurs travaux. Sans rien spécifier, ils réclamaient ce qu’il y a de meilleur pour l’homme. A l’aurore du troisième jour, on les trouva sans vie. Le dieu, dit-on, avait ainsi donné son opinion sur la mort.

Commentaire. – 1. Cleobim ou Cleobin ; Bitonem ou Bitona. – 2. Au singulier, il signifie vêtements. – 3. Ceci en fait de récompense. – 4. Ut avec l’indic. signifie : 1° Comme, de même que ; 2° dès que. – 5. Querimur, on se plaint ; prædicantur (passif), on cite souvent ; dicunt, on dit.

Questionnaire. – 1. Argiæ sacerdotis. – 2. Quia morabantur jumenta. – 3. Ut filiis suis daret, quod maximum dari posset. – 4. Mane inventi sunt mortui. – 5. Quod esset optimum homini. – 6. Ut tertius illuxit dies.

91. THÈME.

L’épée de Damoclès. – Non est beatus, cui semper aliquis terror impendet. Cum Damocles, quidam ex Dionysii tyranni assentatoribus, commemoraret opes ejus, majestatem, magnificentiam ædium regiarum, negaretque unquam beatiorem quemquam fuisse : « Visne igitur, inquit, quoniam hæc te vita delectat, ipse eamdem degustare ? » Cum se ille cupere dixisset, Dionysius collocari jussit hominem in aureo lecto ; mensamque ornavit argento auroque cælato. Tum pueros delectos jussit nutum ejus intuentes diligenter ministrare. Aderant unguenta, coronæ ; incendebantur odores. Mensæ conquisitissimis epulis exstruebantur. Fortunatus sibi Damocles videbatur. In hoc medio apparatu, Dionysius fulgentem gladium e lacunari, seta equina aptum, demitti jussit ut impenderet Damoclis cervicibus. Ille nec argentum jam aspiciebat, nec manum porrigebat in mensam. Denique exoravit tyrannum ut sibi abire liceret, quod jam beatus esse nollet.

COMPLÉMENTS DES VERBES À L’ACCUSATIF.

92. VERSION.

1. Il n’y a aucun profit à dénigrer le prochain. – 2. Auguste enseigna lui-même à ses petits-fils la lecture et les premières notions des sciences. – 3. On refuse d’ordinaire de croire un menteur, même quand il dit la vérité. – 4. Il ne convient nullement à un orateur de se fâcher, mais il ne lui messied pas de faire semblant. – 5. Les Corinthiens envoyèrent des ambassadeurs pour féliciter Alexandre, vainqueur de tout l’Orient, et lui donnèrent droit de cité chez eux ; Alexandre rit de ce présent. – 6. Vercingétorix leva le siège dès qu’il connut l’arrivée de César. – 7. Je souhaite qu’ils se repentent de leur conduite. – 8. Il menace de mettre la ville à feu et à sang. – 9. Je te félicite de ta parenté par alliance avec cet excellent citoyen. – 10. En attendant, César réclamait chaque jour aux Éduens le blé qu’ils avaient promis. – 11. César fit passer le fleuve à une partie de sa cavalerie. – 12. Le territoire des Helvètes avait deux cent-quarante milles de long sur cent-quatre-vingts de large.

93. THÈME.

1. Mortem effugere nemo potest. – 2. Poeta detrimenta, fugas servorum, incendia ridet. – 3. Milites abditi in tabernaculis suum fatum querebantur. – 4. Calceos et vestimenta mutavit. – 5. Neminem ex omnibus hominibus magis quam regem decet clementia. – 6. Non pulchrum est inimicos ulcisci. – 7. Anicia, Pomponii consobrina, nupserat Servio, fratri Sulpicii. – 8. Num eum facti piget ? – 9. Pyrrhus Romæ jam incendium et ruinam minabatur. – 10. Saxum Tantalo impendebat. – 11. Mihi homines congratulabantur. – 12. Quid nunc te, asine, litteras doceam ? – 13. Virgis quam multos ceciderit, quid ego commemorem ? – 14. Timotheus ab Atheniensibus damnatus erat ; hujus post mortem populum judicii sui pænituit.

94. VERSION.

1. Les Napolitains donnèrent à A. Licinius le droit de cité. – 2. César jugeait suffisant pour l’instant d’empêcher l’ennemi de piller et de fourrager. – 3. Pausanias renonça non seulement aux habitudes, mais encore au costume de son pays. – 4. Une mort honorable vaut mieux qu’une vie honteuse. – 5. Sémiramis entoura Babylone d’un mur de briques cuites. – 6. Je ne me suis jamais repenti d’avoir renoncé à la guerre. – 7. Les mœurs de notre pays me causent de l’ennui et du dégoût. – 8. Aucun homme de bien ne consent à recevoir un cadeau d’un malhonnête homme. – 9. L’éloquence nous permet d’apprendre aux autres ce que nous savons. – 10. Cet homme est le seul qui ait osé demander de l’argent aux parents pour leur permettre d’ensevelir leurs fils. – 11. Il fit creuser deux tranchées larges de quinze pieds. – 12. César plaça ses légionnaires à deux cents pas de cette éminence ; les cavaliers d’Arioviste s’arrêtèrent à la même distance. – 13. Nous te demandons tous la paix.

95. THÈME.

1. Vir probus invidet nemini. – 2. Philippus non deorum immortalium templis pepercit. – 3. Sontibus opitulari poteram. – 4. Nemo in prœlio fugam cogitavit. – 5. Thrasybulus id quod pollicitus erat præstitit. – 6. Non fugit hoc Græcos homines. – 7. Me instituti mei non pænitet. – 8. Eorum nos magis miseret qui nostram misericordiam non requirunt, quam qui illam efflagitant. – 9. Me appellabat, mihi minabatur. – 10. Imminebat tuus furor omnium fortunis. – 11. Non te celavi sermonem T. Ampii. – 12. Saturnus primus feros homines agriculturam edocuit. – 13. Milites aggerem latum pedes trecentos, altum pedes octoginta exstruxerunt. – 14. Omnes homines natura libertati student.

96. VERSION.

1. Tu as tout vu, je crois ; rien absolument ne t’a échappé. – 2. Les Séquanes tremblaient devant la cruauté d’Arioviste absent, comme s’il eût été présent. – 3. Tu as secouru un homme qui ne songeait plus qu’à se pendre. – 4. Je pensais que ces ornements ne me convenaient pas. – 5. L’endroit, qui tout à l’heure était vide, est insuffisant pour la foule. – 6. La paix convient aux hommes, la colère farouche convient aux animaux sauvages. – 7. La fortune favorisait ses entreprises. – 8. Il y a des gens qui n’ont ni honte, ni dégoût de leur propre ignominie. – 9. Ma maison, en brûlant, menaçait d’incendier toute la Ville. – 10. Deux rois menacent l’Asie. – 11. Nous t’offrirons d’abord ce chalumeau fragile. – 12. Personne ne s’en ira sans récompense. – 13. Leurs paroles, leurs menaces sont affreuses. – 14. Zama est séparée de Carthage par cinq jours de marche. – 15. La ville de Sagonte était à mille pas environ de la mer.

97. THÈME.

1. Deum roga bonam mentem. – 2. Num tibi insultare in calamitate videor ? – 3. Ignavus fuerat ? At tu eum ob virtutem corona ante donaras. – 4. Venus nupsit Vulcano. – 5. Magnam fortunam magnus animus decet. – 6. Tibi uni parcam. – 7. Non me pudet fateri nescire, quod nesciam. – 8. Morborum quoque te causas et signa docebo. – 9. Te tua fata docebo. – 10. Te hoc beneficium rogo. – 11. Omnes regem auxilia rogabant. – 12. Cæsar exercitum Ligerim transducit. – 13. Millia passuum tria ab hostium castris castra posuit. – 14. Arabes gladios habebant tenues, longos quaterna cubita. – 15. Coriolanus castra posuit quinque millia passuum ab Urbe.

98. VERSION.

Cicéron proscrit et tué. – Cicéron, que la mort menaçait tous les jours, s’était enfui de Rome un peu avant l’arrivée des triumvirs. Il se réfugia d’abord dans sa villa de Tusculum ; puis, par des chemins détournés, il se rendit dans sa propriété de Formies. Il essaya plusieurs fois de gagner la haute mer, mais tantôt les vents contraires le ramenaient au rivage, tantôt le mouvement du navire lui était intolérable : à la fin, il se sentit dégoûté et de fuir et de vivre. Rentré dans sa villa, qui est à mille pas de la mer, il déclara : « Je mourrai dans cette patrie que j’ai si souvent sauvée. » C’est un fait reconnu que ses esclaves étaient disposés à le défendre courageusement ; mais lui-même leur ordonna de poser à terre sa litière et de supporter avec résignation l’injustice du sort. Il se pencha hors de sa litière et tendit le cou sans trembler. Les soldats d’Antoine lui coupèrent la tête et aussi les mains. Sa tête fut apportée à Antoine qui la fit placer entre les deux mains sur cette tribune aux harangues, où, comme consul et souvent comme consulaire, il avait souvent fait admirer son éloquence.

Commentaire. – 1. Imminere (dat.), menacer quelqu’un ; auxiliari (dat.), secourir. – 2. Ce ne sont pas des noms propres de villes, mais des adjectifs se rapportant à prædium (domaine) sous-entendu. – 3. Me tædet laboris ; incipit me tædere laboris. – 4. Hæc villa quinque millia passuum a mari aberat (ou distabat).

Questionnaire. – 1. Quia mors illi semper imminebat. – 2. Mille passus. – 3. Deponere lecticam et quietes pati quod sors iniqua cogeret. – 4. In rostris inter duas manus.

99. THÈME D’IMITATION.

La mort d’un proscrit. – Mors mihi nuper narrata est amici cujusdam, qui diu cum admiratione in rostris auditus erat. Triumviri ei non pepercerunt. Roma cum servis profectus erat in Formianum suum, quod quindecim millia passuum abest ab Urbe. Quidam eum hortabantur ut in altum proveheretur ante militum adventum, ne sortem iniquam pateretur. Sed respondit ille : « Scio triumviros mihi nunquam parcituros mortemque mihi quotidie imminere. Sed fortitudo me non deficiet, tædet enim me vitæ et in patria mori volo. Ceterum propter contrarios ventos navis jactationem pati non possem. » Ejus servi ei se auxiliaturos pollicebantur : « Nisi restiteris, inquiebant, tuum caput præcident. Te autem mortuo, triumvirorum militibus immotam præbebimus cervicem ; sed nemo nos cogere poterit sine te fugere. » Jussu tamen ejus recesserunt : ingressi milites miseri hominis caput præcidunt et ad triumviros referunt.

COMPLÉMENTS DES VERBES AU GÉNITIF.

100. VERSION.

1. Tu penses que j’ai oublié ton conseil ? – 2. Divicon invita César à se rappeler l’antique bravoure des Helvètes. – 3. Que les jeunes gens évitent l’intempérance et songent à être modestes. – 4. Aie pitié de si grands malheurs, aie pitié d’une infortune imméritée. – 5. En quoi importait-il à Milon que Clodius fût tué ? – 6. Il est de notre intérêt à tous deux que je te voie. – 7. La correspondance par lettres a été inventée en vue de prévenir les absents de ce qu’ils pourraient avoir intérêt à connaître. – 8. Il importe beaucoup à notre réputation que je me rende au plus tôt à Rome. – 9. Toi, tu n’as pas été acquitté comme honnête homme, mais lui, il a été condamné comme meurtrier. – 10. Cimon fut condamné à un exil de dix ans ; les Athéniens regrettèrent plus tôt que lui cette condamnation. – 11. Pour leurs vices et leurs méfaits les hommes sont condamnés à des amendes, à des flétrissures, à la prison, à l’exil ou à la mort.

101. THÈME.

1. Non sum oblitus litterarum tuarum. – 2. Mearum me miseriarum commones. – 3. Eorum misereri oportet, qui propter fortunam, non propter malitiam in miseriis sunt. – 4. Interest omnium recte facere. – 5. Quid illius interest ? – 6. Cum aliquo dolore flagitiorum suorum recordabitur. – 7. Nunc nemo est in Sicilia quin habeat hanc defensionem a Furio scriptam, quin legat, quin tui sceleris et crudelitatis commonefiat. – 8. Miltiades accusatus est proditionis. – 9. Populus Alcibiadem sacrilegii damnavit. – 10. Hic homo Verrem accusat avaritiæ. – 11. Miltiades pecunia multatus est. – 12. Themistocles proditionis est damnatus. – 13. Vivorum memini, nec tamen Epicuri licet oblivisci, cujus imaginem non modo in tabulis nostri familiares, sed etiam in poculis et anulis habent.

COMPLÉMENTS DES VERBES AU DATIF.

102. VERSION.

1. Une vieille femme offrit à Tarquin des livres. Tarquin s’informa du prix. Elle demanda un prix exorbitant. Le roi rit : alors la vieille jeta au feu trois livres et les brûla. – 2. Vercingétorix choisit pour y établir son camp un endroit protégé par des marécages et des bois. – 3. Antipater, qui gouvernait la Macédoine, étouffa cette révolte. – 4. Le divin Auguste fit faire un tombeau pour son cheval. – 5. Nous t’avons dédié ce livre sur la vieillesse. – 6. Ils me saluent, m’invitent à dîner. – 7. Que peut-on ajouter à une telle mansuétude ? – 8. Le licteur Sextius, prenant son bâton par l’autre bout, se mit à frapper cruellement le malheureux sur les yeux. – 9. La gloire a nui à beaucoup de gens. – 10. Il avait le cœur cuirassé d’une triple épaisseur de bois et d’airain, celui qui, le premier, a osé confier à la mer orageuse une frêle embarcation. – 11. Tu t’appelleras Libera. – 12. Nous ne sommes pas nés pour nous seuls.

103. THÈME.

1. Omnis virtus nos ad se allicit. – 2. Lacrimis et tristitiæ te tradidisti. – 3. Docto homini vivere est cogitare. – 4. Pyrrhus bellum Romanis intulit. – 5. Amicitiam omnibus rebus anteponitis. – 6. Liberis nostris satis amplum patrimonium gloriæ relinquemus. – 7. Magna bella gessi, magnis provinciis præfui. – 8. Terra semper homini parturit. – 9. Ingratus unus omnibus miseris nocet. – 10. Libertas nobis appropinquat, illis pœna. – 11. Gætulis cibus erat caro ferina. atque pabulum, uti pecoribus. – 12. Adventus tuus mihi solatio erit. – 13. Præsidio impedimentis legionem quartam decimam reliquit Cæsar. – 14. Nimia fiducia magnæ calamitati solet esse.

104. VERSION.

1. Ils t’ont appelé fou. – 2. Les druides s’occupent des choses religieuses. Un seul commande à tous les autres et exerce sur eux la souveraine autorité. – 3. Le sénat au complet a demandé pour nous le triomphe. – 4. La Sicile s’appela d’abord Trinacrie. – 5. La nation des Thébains est plus puissante qu’intelligente. – 6. Ces crimes mettent en danger la vie et les biens de tous. – 7. Mithridate endurcit ses troupes au travail par des exercices journaliers. – 8. C. Scipion porta plus tard le surnom d’Africain. – 9. Qu’espères-tu, Verrès ? Qu’attends-tu ? Crois-tu qu’un dieu ou un homme veuille venir à ton secours ? – 10. Appliquez-vous à l’étude afin de vous faire honneur à vous-même, de pouvoir secourir vos amis et être utile à votre pays. – 11. Il n’y avait pas d’autre moyen de soulager nos amers chagrins.

105. THÈME.

1. Virtus hominem jungit Deo. – 2. Varus exercitui, qui erat in Germania, præerat. – 3. Cæsar, amicus noster, minaces ad senatum et acerbas litteras misit. – 4. Magnes ferrum ad se trahit. – 5. Homini cum Deo similitudo est. – 6. Syracusis est fons aquæ dulcis, cui nomen Arethusa est. – 7. Æneas appulsus est ad Italiæ promontorium, cui nomen est Misenum. – 8. Cum discordiæ civili mederi cuperem, cupiditates certorum hominum impedimento mihi fuerunt. – 9. Cæsar Fabium legatum cum legionibus duabus castris præsidio reliquit. – 10. Ampla domus dedecori domino sæpe fit, si est in ea solitude. – 11. Eum maxime populo Romano consulturum putant. – 12. Achilles hostibus haud tergo sed pectore notus erit.

106. VERSION.

Détails curieux sur le crocodile. – Lorsque le crocodile, rassasié de poissons et la bouche garnie encore de restes de nourriture, s’est endormi sur le rivage, un petit oiseau appelé trochilus (roitelet), l’excite à ouvrir la gueule. Pour cela il le débarrasse, par petits bonds successifs, de la nourriture qui reste attachée a l’extérieur de la gueule, puis à ses dents, puis à son gosier même. L’ichneumon apercevant alors le crocodile accablé par le sommeil, s’élance comme un trait par sa gorge ouverte et lui ronge le ventre. Une race d’hommes, ennemie du crocodile, habite sur le Nil même. Ce sont les Tentyrites, ainsi appelés du nom de leur ile. Le crocodile est redoutable pour ceux qui fuient ; il fuit au contraire ceux qui le poursuivent ; or les Tentyrites sont les seuls qui osent lui faire face. Ils osent même nager dans le fleuve et s’élancer comme des cavaliers sur le dos de ces animaux. Quand ceux-ci redressent la tète et ouvrent la gueule pour mordre, il les brident avec un bâton dont ils tiennent les extrémités à gauche et à droite. Puis comme avec un mors ils les amènent à terre. Aussi l’ile des Tentyrites est la seule où n’abordent pas les crocodiles ; l’odeur même de ces hommes les fait fuir.

Commentaire. – 1. Pour eum somno pressum conspicatus. – 2. Non, mais par un verbe réfléchi, s’étant élancé ; gr. § 202. – 3. Ceux qui fuient ; ceux qui (les) poursuivent. – 4 Oui, d’apres la règle § 170 ; mais sur ce point il faut consulter l’usage qui est très variable selon les verbes et selon les auteurs.

Questionnaire. – 1. Repurgando primum os ejus, mox dentes faucesque. – 2. Per hiantes fauces. – 3. Tentyritæ. – 4. In os clavam addunt (immittunt) et ut irenis eos ad terram agunt.

107. THÈME.

Le plus ancien de tous les peuples. – Ægyptii se ex omnibus populis antiquissimum esse arbitrabantur. Herodotus narrat duos pueros recens natos, a Psammeticho rege, qui rem experimento probare volebat, solitudine damnatos esse. Eos ita ab hominibus relegavit ut eis capellæ pro nutricibus essent, addito tantum uno pastore, qui eos custodiret neque quemquam ad eos accedere sineret. Sed et ipsi pastori nullam vocem excidere coram pueris (mieux infantibus) rex jussit : « Capite, inquit, damnaberis. si meorum mandatorum oblitus eris. Multum enim ad experimenti fidem interest nullam humanam vocem ad eorum aures pervenire. » Cum pueri secundum ætatis annum implevissent, pastor sœpius ab eis vocem quamdam sibi incognitam usurpari animadvertit. Eos igitur ad regem attulit : qui statim esurientes exclamaverunt : « becos ! becos ! » Hoc autem Phrygium erat vocabulum, quo panis appellatur. Hoc argumento regi fuit non Ægyptios sed Phrygios antiquissimos esse.

COMPLÉMENTS DES VERBES À L’ABLATIF.

108. VERSION.

1. La manière de vivre des hommes diffère beaucoup de celle des animaux. – 2. Ce poignard t’a été arraché des mains. – 3. Si c’est un défaut, j’avoue que je n’en suis pas exempt. – 4. Metellus ordonne qu’on débarrasse toutes les bêtes de somme de leur charge. – 5. Tu me demanderas pourquoi cet homme me plaît tant. – 6. La mort de Trébonius m’a causé un grand chagrin. – 7. Domitius équipa ses navires avec ses esclaves, ses affranchis et ses fermiers. – 8. Les oreilles restent toujours ouvertes, parce que, même en dormant, nous avons besoin du sens de l’ouïe. – 9. Notre esprit lui-même devient incapable de nous servir convenablement, quand nous avons pris trop de nourriture et de boisson. – 10. L’âpre hiver se dissipe ; les troupeaux ne se plaisent plus dans l’étable ni le laboureur auprès de son feu. – 11. Les arbres se soutiennent grâce à leurs racines. – 12. J’ai besoin de ton adresse pour mener à bien cette affaire. – 13. Achille vainqueur ôta la vie à Hector.

109. THÈME.

1. Vacare culpa magnum est solatium. – 2. Deus nos Parthico bello liberavit. – 3. Duorum millium planities castra Romane ab Hernicis dividebat. – 4. Thrasybulus patriam a triginta tyrannis liberavit. – 5. Luna lucem a sole accipit. – 6. Metus a fœdissimis factis potest avocare. – 7. Cæsaris exercitus commeatus omni genere abundabat. – 8. Lætaris tu omnium gemitu et triumphas. – 9. Omnes boni interitu suorum mærent. – 10. Hunni semicruda carne vescuntur. – 11. Omni Macedonum gaza, quæ fuit maxima, potitus est Paulus Æmilius. – 12. Magistratibus opus est, sine quorum prudentia ac diligentia esse civitas non potest. – 13. Scuto vobis magis quam gladio opus est.

110. VERSION.

1. Non seulement le chagrin me privait de sommeil, mais encore il me tenait éveillé dans la plus vive affliction. – 2. M. Aquilius avait été blessé à la tête par le chef des ennemis. – 3. La Fortune préserva cet homme des coups des ennemis. – 4. Tu oserais à peine le demander à Balion ou à quelque autre de cet acabit. – 5. Tous les ornements furent enlevés des sanctuaires et des lieux publics, sur des chars, au su et au vu de tous. – 6. La maison de campagne d’un propriétaire soigneux et diligent renferme toujours en abondance des porcs, des agneaux, des poules, du lait, du fromage et du miel. – 7. Toutes les situations comportent des devoirs. – 8. Ce qui me réjouit le plus d’ordinaire, c’est que j’ai conscience d’avoir fait mon devoir. – 9. Les Scythes ont des chars en guise de maisons ; ils se nourrissent de lait et de miel. – 10. Nous avons besoin de tes conseils autorisés, et même de ton crédit. – 11. Point n’est besoin de feindre ou de tromper.

111. THÈME.

1. Sejunge te ab impiorum civium societate. – 2. Mummius Corinthum signis tabulisque spoliavit. – 3. Cerere nati sunt Liber et Libera. – 4. Vidi M. Volusium a quo tuas litteras accepi. – 5. Ædui auxilium a populo Romano imploraverunt. – 6. Benevolentia civium non omnes æque egent. – 7. Abundat Gallia rivis et fluminibus. – 8. Quidam vitiis suis gloriantur. – 9. Oportet delicto dolere, correctione gaudere. – 10. Numidæ plerumque lacte et carne ferina vescuntur. – 11. In maximis rebus usus tuo consilio sum. – 12. Quid mihi vita opus est, quam beneficio Cæsaris habere videbor ? – 13. Non opus est mihi verbis, sed fustibus. – 14. Lacedæmonii indigebant pecunia.

112. VERSION.

1. L’oiseau messager de Jupiter s’envole d’un arbre. – 2. La cupidité est fille de la prodigalité. – 3. Les Germains protègent leurs hôtes contre tout mauvais traitement. – 4. Voilà ce Fabricius qu’il serait plus difficile de détourner du chemin de l’honneur, que le soleil de sa course. – 5. Une vilaine goutte pendait à son affreux nez. – 6. Vous voyez les uns pendus à un arbre, les autres malmenés et frappés. – 7. Nous connaissons Dieu par ses œuvres. – 8. Notre cité est minée par deux vices opposés, la cupidité et la prodigalité. – 9. C’est le devoir d’un adolescent de choisir les meilleurs parmi ses aînés et de s’aider de leurs conseils et de leur autorité. – 10. Apollon est fils de Jupiter et de Latone. – 11. Quel espoir aurons-nous de voir cette ville demeurer saine et sauve plus longtemps, si nous recourons aux conseils de pareils hommes ? – 12. Il faut maintenant du courage, Énéep ; il faut un cœur vaillant. – 13. Timothée, grâce à ses multiples vertus, accrut la gloire qu’il avait héritée de son père. – 14. Pausanias fut transporté hors du temple à demi mort.

113. THÈME.

1. Pueri mulieresque, passis manibus, pacem ab Romanis petierunt. – 2. Liberasti urbem periculo et civitatem metu. – 3. Alpes Italiam ab Gallia sejungunt. – 4. Illa cognosces ex aliis. – 5. Helvetii insolenter victoria sua gloriabantur. – 6. Lætabitur amicus amici lætitia et dolebit ejus angoribus. – 7. Anulo Marcelli simul cum corpore Hannibal potitus erat. – 8. Pausanias apparatu regio utebatur. – 9. Corpori multo cibo, multa potione opus est. – 10. Qui pace diutina volunt frui, bello exercitati esse debent. – 11. Tissaphernes indutias ab Agesilao petivit. – 12. Atticus amajoribus accepit equestrem dignitatem. – 13. Sapiens exspectat futura, fruitur præsentibus. – 14. Hoc impetrabis a Cæsare. – 15. Aliquando ex metu delirium nascitur.

114. VERSION.

Le sage compte pour rien l’argent. – Les vrais philosophes comptent pour rien l’argent. On raconte que le Scythe Anacharsis écrivit à Hannon, général des Carthaginois : « J’ai pour vêtement un manteau scythe, pour lit, la terre ; pour tout assaisonnement, la faim : ma nourriture se compose de lait et de fromage. Réserve donc pour tes concitoyens ou les dieux immortels ces présents que tu m’as offerts. » – Des députés envoyés par Alexandre avaient apporté au philosophe Xénocrate cinquante talents ; il les emmena souper avec lui à l’Académie et leur fit servir seulement le nécessaire sans aucun apprêt. Comme le lendemain les députés lui demandaient à qui il voulait que l’argent fut compté : « Quoi ! dit-il, le repas si simple auquel je vous ai conviés hier ne vous a-t-il pas fait comprendre que je n’ai pas besoin d’argent ? » – Diogène, en sa qualité de cynique, répondit avec moins de ménagements à Alexandre qui lui demandait s’il avait besoin de quelque chose : « Pour le moment, dit-il, je désire que tu t’écartes un peu de mon soleil. » Diogène en effet se chauffait au soleil et Alexandre en interceptait les rayons.

Commentaire. – 1. Diogenes Alexandro respondisse dicitur. – 2. Fruor, fungor, potior, utor. – 3. Iste est un démonstratif de la deuxième personne : ces présents (que vous m’offrez), Gr. § 41. – 4. In Academia ne se rattache pas à abduxit, mais à l’idée de cena : dîner à l’Académie (gymnase d’Athènes). – 5. A cause de l’interr. indir. – 6. Oui, d’autant plus que les deux pronoms omis ne représentent pas la même personne : ille (Alexander) offecerat ei (Diogeni) apricanti.

Questionnaire. – 1. Lacte et caseo. – 2. Ut munera illa vel civibus suis, vel dis offerret. – 3. In Academiam. – 4. Quod satis esset. – 5. Quia Alexander Diogeni apricanti officiebat.

115. THÈME.

C’est peine perdue ! – Auguste, post victoriam Actiacam Romam revertenti occurrit inter gratulantes quidam corvum tenens, quem haec dicere docuerat : « Ave, Cæsar victor ! » Augustus, hac salutatione gavisus, de domino avem emit. Paulo post eodem modo a psittaco salutatus hunc quoque emi jussit. Itaque, sutor quidam pauper alterum corvum eadem verba docere voluit ; sed cum parum docili discipulo uteretur, sæpe exclamare solebat : « Omnis periit labor ! » Tandem corvus aliquid profecisse visus est. Augustum prætereuntem his verbis, quæ didicerat, salutavit, sed princeps se empturum negavit : « Ejusmodi, inquit, artificibus non egeo : assentatoribus mihi non opus est. » Tum vero corvus, quasi responso doleret, exclamavit : « Omnis periit labor ! » Miratus Cæsar hanc quoque avem emit.

116. VERSION.

I. 1. Les cités siciliennes furent subjuguées par des tyrans. – 2. Socrate fut déclaré le plus sage de tous les hommes par l’oracle de Delphes. – 3. Cédant aux conseils de Miltiade, ils firent sortir leurs forces hors de la ville. – 4. Nous sommes tous entraînés par l’amour de la louange. – 5. César décida qu’il devait passer le Rhin. – 6. Vous avez à combattre, soldats, contre des ennemis que vous avez vaincus sur terre et sur mer dans la campagne précédente. – 7. Sophocle fut cité en justice par ses fils. – 8. Il était obligé de vivre comme un brigand. – 9. Les disciples de Pythagore devaient garder le silence durant cinq ans.

II. 1. Nos ancêtres appelèrent sénat le conseil suprême. (Summum consilium senatus a majoribus nostris vocatum est.) – 2. Manlius précipita les Gaulois du haut du rocher. (A Manlio Galli a summa rupe dejecti sunt.) – 3. Ce que la Fortune n’a pas donné, elle ne peut l’enlever. (Quod non a Fortuna datum est, ab ea non eripitur.)

117. THÈME.

1. A Deo omnia facta et constituta sunt. – 2. Agesilaus a Xenophonte laudatus est. – 3. Helvetii continentur flumine Rheno, monte Jura, lacu Lemano, flumine Rhodano. – 4. Populus inopia vexabatur. – 5. Unius viri prudentia Græcia liberata est. – 6. Brevis a Natura nobis vita data est. – 7. Duæ urbes potentissimæ, Carthago atque Numantia, ab eodem Scipione sunt deletæ. – 8. Membra hominum moventur voluntate. – 9. Frater mihi exspectandus est. – 10. Idem tibi censeo faciendum. – 11. Roditur rubigine ferrum. – 12. Tria videnda sunt oratori. – 13. Nihil est homini tam timendum quam invidia. – 14. Statua Chabriæ ab Atheniensibus constituta est. – 15. Laurus fulmine non icitur.

118. VERSION.

1. L’État court un très grand danger : le crime et la folie de M. Lépide en sont la cause. – 2. Les tours élevées s’écroulent plus lourdement. – 3. Tous, baissant la tête, regardaient la terre. – 4. Il vaut mieux périr noblement que de vivre dans un honteux esclavage. – 5. Les ennemis avancèrent vers le camp de César avec toutes leurs forces. – 6. Nous arrosons la terre de notre sang ; nous la couvrons de nos ossements sans sépulture. – 7. L’indolence n’a donné à personne l’immortalité. – 8. Les taureaux protègent leur vie avec leurs cornes, les sangliers avec leurs défenses, les lions avec leurs dents. – 9. Philippe, roi de Macédoine, fut dépassé en renommée par son fils, mais il lui fut supérieur pour l’affabilité et la bonté. – 10. Tu l’emportes en prudence sur moi et sur les autres. – 11. Nous estimons les hommes d’après leur mérite et non d’après leurs succès fortuits. – 12. Le Mincio borde ses rives de tendres roseaux. – 13. Les chiens m’appellent à grands cris et leur voix se répercute, répétée par l’écho des bois.

119. THÈME.

1. Urbs Syracusæ inexpugnabilis terrestri ac maritimo situ erat. – 2. Demisso capite discessit. – 3. Pedibus siccis super æquora currit. – 4. Codrus se in medios hostes immisit veste famulari. – 5. Divitiacus multis cum lacrimis Cæsarem obsecrare cœpit. – 6. Pallida mors æquo pulsat pede pauperum tabernas regumque turres. – 7. Resonant arbusta cicadis. – 8. Sandrocottus procacitate sua Alexandrum offenderat. – 9. Socrates omnium eruditorum testimonio totiusque judicio Græciæ philosophorum omnium fuit princeps. – 10. Humero Pelops insignis eburno fuit. – 11. Veneti scientia rerum maritimarum ceteros Gallos antecedebant. – 12. Viginti talentis unam orationem Isocrates vendidit. – 13. Poeta vivit siliquis et pane secundo.

120. VERSION.

1. Darius était conduit sur un chariot. – 2. Tu veux savoir comment je suis revenu ? D’abord je suis revenu de jour et non de nuit ; ensuite avec des souliers et une toge et non avec des chaussures gauloises et un manteau. – 3. Clodius vint à la rencontre de Milon sans voiture, sans bagages, sans son escorte de Grecs. – 4. La concorde augmente les plus humbles ressources ; la discorde dissipe les plus considérables. – 5. On conduit les affaires importantes non pas au moyen de la force corporelle, mais par la réflexion et l’autorité. – 6. Nous parcourûmes ces six stades en parlant de diverses choses. – 7. Le roi faisait oublier la longueur du chemin en discourant sur divers sujets. – 8. Les cyclopes retournent la masse de fer avec de solides tenailles. – 9. O Mélibée, greffe des poiriers ; dispose en ordre des plants de vigne. – 10. Les aurochs ont une taille un peu inférieure à celle des éléphants. – 11. On ne peut trouver rien qui soit d’un meilleur profit ni d’un aspect plus agréable qu’un domaine bien cultivé. – 12. Agésilas boitait d’un pied. – 13. Cette victoire coûta aux Carthaginois bien du sang et bien des blessures. – 14. La vieille femme demanda à Tarquin s’il voulait acheter au même prix les trois livres qui restaient.

121. THÈME.

1. Amazonum regina Alexandrum interrito vultu intuita est. – 2. Quærentibus quemadmodum classis amissa sit, respondent navarchi : Cleomenis timore et fuga. – 3. More gigantum bellare cum diis, quid aliud est nisi naturæ repugnare ? – 4. Puer Icarus lusu suo mirabile patris impediebat opus. – 5. Opera mea vivit, regnat. – 6. Lucretia se cultro occidit. – 7. Prehende me auriculis. – 8. Chrysogonus vas Corinthium magna pretio mercatus est. – 9. Galli lingua, institutis, legibus, inter se differunt. – 10. Erat Alcibiades forma et eloquentia inter Athenienses insignis. – 11. Duobus modis, vi aut fraude, fit injuria. – 12. Thebani pictoris unam tabulam centum talentis rex Attalus licitus est.

122. VERSION.

Guérison merveilleuse de Ptolémée. – Ptolémée, légèrement blessé à l’épaule gauche, donnait beaucoup d’inquiétude à Alexandre, car les barbares trempaient leurs épées dans le poison : aussi les blessés mouraient-ils rapidement sans que les médecins passent trouver la cause d’une mort si brusque. Les blessures même les plus légères étaient incurables. Or Ptolémée était simple, modeste et affable, au point qu’on pouvait se demander qui, du roi ou de ses sujets, l’aimaient davantage et dans le danger qu’il courait les Macédoniens n’étaient pas moins inquiets que leur roi. Alexandre, qui veillait au chevet de Ptolémée, se trouvant épuisé par le combat et l’inquiétude, se fit apporter un lit auprès du malade. Dès qu’il s’y fut étendu, il s’endormit d’un profond sommeil. A son réveil, il raconta qu’il avait vu en songe un gros serpent tenant dans sa gueule une plante, qu’il semblait indiquer comme antidote. Le roi précisait même la couleur de la plante et affirmait qu’il la reconnaîtrait si on la trouvait. Une fois qu’on l’eût trouvée (car beaucoup de gens s’étaient mis à la chercher), il la plaça sur la blessure. Aussitôt la douleur cessa, et en peu de temps la plaie fut cicatrisée.

Commentaire. – 1. La règle puer egregiæ indolis ou egregia indole. – 2. On emploie le pronom on : on pouvait se demander. – 3. Et…​ et, signifie d’une part…​ de l’autre : non seulement…​ mais encore (Gr. § 98, 2°). – 4. Qui, et prœlio etc ; in quem ut ; ex quo excitatus, etc. – 5. Parce qu’il fait partie d’une subordonnée dans le style indirect (Gr. § 340). – 6. Abl. avec ab : requisita erat a multis ; sans ab : sollicitudine fatigatus.

Questionnaire. – 1. Quia Ptolemæus saucius erat et barbari veneno tinxerant gladios. – 2. Ptolemæus erat modico ac civili cultu atque aditu facili. – 3. Vidit serpentem herbam ore ferentem. – 4. Eam vulneri imposuit. – 5. Dolore finito, cicatrix mox obducta est.

123. THÈME.

Le meurtre de César. – Cæsarem in curia assidentem conspirati specie officii circumsteterunt : illicoque Cimber Tullius, qui primas partes susceperat, quasi aliquid rogaturus, propius accessit ; renuentique et gestu in aliud tempus differenti togam apprehendit : deinde clamantem : « Ista quidem vis est », Casca vulnerat paulum infra jugulum. Cæsar Cascæ bracchium graphio trajecit, conatusque prosilire alio vulnere tardatus est. Utque animadvertit undique se strictis pugionibus peti, toga caput obvolvit. Atque ita tribus et viginti plagis confossus est, uno modo ad primum ictum gemitu edito. Tradiderunt quidam Marco Bruto irruenti dixisse : « Tu quoque, filii mi ! » Exanimis aliquandiu jacuit, donec lecticæ impositum, dependente bracchio, tres servuli domum retulerunt.

NOMS DE LIEU ET DE TEMPS.

124. VERSION.

1. Nous fîmes notre promenade de l’après-midi à l’Académie. Étant arrivés dans ces lieux célèbres, nous y trouvâmes la solitude que nous souhaitions. – 2. Les Gaulois prirent la résolution de s’échapper de la ville. – 3. Les Helvètes avaient décidé de traverser le territoire des Séquanes pour atteindre celui des Santons. – 4. S’étant dispersés dans les forêts voisines, ils regagnèrent ensuite, séparément, leurs foyers. – 5. Oreste, fils d’Agamemnon, tua Pyrrhus dans un guet-apens, à Delphes, devant les autels d’Apollon. – 6. Tu as à examiner si tu préfères vivre à Rome et chez toi, ou à Mytilène ou à Rhodes. – 7. Mon fils Cicéron était à la villa de Formies, Térentia et Tullia à Rome. – 8. Les corbeaux tantôt se posaient à terre, tantôt s’envolaient. – 9. César parvint à Marseille, ville des Gaules. – 10. Tout jeune encore, j’allai servir comme soldat devant Capoue. – 11. A la bataille du lac Trasimène, ni les Romains ni les Carthaginois ne s’aperçurent du tremblement de terre considérable qui se produisit alors.

125. THÈME.

1. Lucius Tarquinius Priscus, Demarati Corinthii filius, in Etruriam, inde Roman commigravit. – 2. Augustus Alexandria, quo Antonius cum Cleopatra confugerat, potitus est. – 3. Se Athenis collocavit Pomponius. – 4. Darius, rex Persarum, magnas copias ex Asia in Europam traduxit. – 5. Mandat hominem. Quo ? Lilybæum. – 6. Pastor refert domum agnum a matre desertum. – 7. Ibitis Ægeas sine me per undas. – 8. Hos omnes milites Alexander domum remisit. – 9. Dionysius, Syracusis expulsus, Corinthi pueros docebat. – 10. In quadam insula Africæ accipitres humi nidificant. – 11. Archias Antiochiae natus est, in celebri quondam urbe et copiosa. – 12. Caius Marius Cimbros in Gallia apud Aquas Sextias superavit.

126. VERSION.

1. Je me suis mis en route avec mon frère Quintus et nos enfants pour me rendre en Apulie auprès de toi. – 2. Cicéron se réfugia d’abord dans sa maison de Tusculum ; de là, par des chemins détournés, il se rendit dans sa maison de Formies. – 3. Je me détournai de ma route vers la droite pour aller voir le tombeau de Périclès. – 4. Pompée, informé de ce qui s’était passé à Corfinium, partit de Lucérie pour se rendre à Canusium et de là à Brindes. – 5. Archias, alors qu’il portait encore la robe prétexte, était déjà reçu chez les Lucullus. – 6. Les soldats s’étendirent par terre le long de la route à une petite distance de Capoue. – 7. La défection des Étoliens fut annoncée à Philippe alors qu’il passait l’hiver à Pella. – 8. Le vol a été commis dans la maison par celui qui se trouvait à la maison. – 9. Cimon envoyé à Chypre avec deux cents navires, mourut dans la ville de Citium. – 10. Notre ami Antoine et Q. Cassius étaient partis avec Curion pour se rendre auprès de César. – 11. Alexandre offrit un sacrifice devant les sépulcres des héros.

127. THÈME.

1. Maximo imbri (ou imbre) Capuam veni. – 2. Cæsar Labienum legatum cum iis legionibus, quas ex Britannia reduxerat, misit. – 3. Lælius et Scipio rus ex urbe, tanquam e vinculis, evolabant. – 4. Audivimus quæ Corfinii acta essent. – 5. Archias tum maximum magistratum Thebis obtinebat. – 6. Consul in oppidum Cirtam pervenit. – 7. Demaratus ivit Tarquinios in urbem Etruriæ florentissimam. – 8. Cimon Atheniensis apud flumen Strymona magnas copias Thracum fugavit. – 9. Appius a Cæsare nondum redierat. – 10. Cæsar Viennam pervenit. – 11. Eudemus prœlians ad Syracusas obiit. – 12. Martiales Albæ constiterunt, in urbe opportuna, munita, propinqua. – 13. Milites Britannos ex silvis expulerunt.

128. VERSION.

1. Jour et nuit, comme un oiseau, je regarde la mer ; je désire m’envoler. – 2. J’ai vécu deux cents ans. – 3. Alcibiade mourut âgé d’environ quarante-cinq ans. – 4. Philippe mourut à l’âge de quarante-sept ans. – 5. Il existe des insectes qui ne vivent qu’un jour : celui d’entre eux qui meurt à la huitième heure, meurt dans la vieillesse. – 6. Au jour fixé, Orgétorix rassembla toutes les personnes de sa maison. – 7. Les cerfs perdent leur ramure tous les ans au printemps. – 8. La guerre entre les deux rois fut commencée et achevée en un jour. – 9. César en partant affirme qu’il reviendra dans sept jours. – 10. Les Helvètes décident qu’ils partiront dans deux ans. – 11. Il faut remettre la consolation à un autre moment. – 12. Platon mourut à quatre-vingt ans (dans sa 81° année), occupé à écrire. (Gr. § 198, 2°)

129. THÈME.

1. Dies continuos complures in litore jacuisti. – 2. Dies circiter quindecim iter fecerunt. – 3. Decessit Alexander mensem unum, annos tres et triginta natus. – 4. Saguntum oppidum octavum jam annum sub hostium potestate erat. – 5. Solis defectus factus est Urbis conditæ anno centesimo septuagesimo. – 6. Omnes fontes æstate quam hieme gelidiores sunt. – 7. Vere rosa atque autumno poma carpuntur. – 8. Una nocte, omnes Hermæ, qui in oppido erant Athenis, disjecti sunt. – 9. « Ante hos sex menses maledixisti mihi », ait lupus. Respondit agnus : « Equidem natus non eram ». – 10. Post tres dies peribit. – 11. Consules erant magistratus in annum creati. – 12. In reliquum tempus omnes suspiciones vitabis.

130. VERSION.

1. Il y eut des rois à Rome pendant deux cent-quarante-quatre ans. – 2. Il y eut à Gadès un certain Arganthonius qui régna quatre-vingts ans et vécut cent-vingt ans. – 3. Diodote le stoïcien vécut aveugle chez nous durant de longues années. – 4. Je dis que la nuit précédente tu as été chez M. Léca. – 5. Etant arrivé à Téanum, j’appris de C. Messius que César se dirigeait vers Capoue et que ce jour-là il coucherait à Esernia. Aussi je m’avançai jusqu’à Calès. Quand je fus arrivé là, on me remit une copie de ta lettre. – 6. Caninius est venu me trouver le matin, alors que je ne l’attendais nullement. – 7. Le lendemain, contrairement à ce que pensait Jugurtha, ils arrivent devant Thala. – 8. Le lendemain Hannibal arriva sur le territoire de Sidicinum : il s’y arrêta un jour pour piller. – 9. Perse mourut dans son domaine à l’âge de vingt-neuf ans. – 10. Cet homme fut tué quelques mois après.

131. THÈME.

1. Romæ consules, Athenis archontes, Carthagine suffetes, quotannis creabantur. – 2. Metellus, eo modo instructus, ad Thalam proficiscitur. – 3. Cimon Atheniensis apud Mycalen Cypriorum et Phœnicum classem superavit. – 4. Hannibal biduo et duabus noctibus Hadrumetum pervenit. – 5. Erant omnino itinera duo, quibus Helvetii domo exire possent. – 6. Cimon Atheniensis Xerxis copias pedestres simul atque navales uno die apud Eurymedonta flumen superavit. – 7. Sophocles uno et octogesimo anno mortuus est. – 8. Dumnorix eo tempore principatum in civitate sua obtinebat. – 9. Eumenes jam tertium diem in vinculis tenebatur. – 10. Multis in locis ne tectum quidem accipio et in tabernaculo maneo plerumque.

132. VERSION.

Alexandre charge Polydamas d’assassiner Parménion. – Alexandre fit approcher Polydamas et, après avoir renvoyé tous les témoins, il lui dit : « Le crime de Parménion est dirigé contre nous tous, mais surtout contre toi et moi, qu’il a trompés par une feinte amitié. J’ai décidé de me servir de toi pour le châtier. Pars pour la Médie et porte à mes lieutenants une lettre écrite de ma [propre] main. La rapidité est indispensable. Je veux que tu parviennes au but la nuit ; le jour suivant, tu exécuteras l’ordre contenu dans la lettre. » Polydamas promet de s’y employer. Il ôte le vêtement qu’il portait et s’habille en Arabe. Deux Arabes, dont les femmes et les enfants demeuraient comme otages chez le roi, lui furent donnés pour l’accompagner. Voyageant à dos de chameau à travers des lieux que le manque d’eau rendait déserts, ils parvinrent au but le onzième jour. Avant que le bruit de son arrivée se fût répandu, Polydamas reprend son costume macédonien et pénètre à la quatrième veille dans la tente de Cléandre, lieutenant du roi. Après la remise des lettres, ils résolurent tous d’aller trouver Parménion au point du jour : en effet, Polydamas avait apporté aussi des lettres pour les autres lieutenants.

Commentaire. – 1. L’accusatif est en a parce que c’est un mot grec. – 2. Te ministro, de toi, comme d’exécuteur : dati (sunt) comites, lui furent donnés comme compagnons. – 3. Ad (= pour quem puniendum, ad (= vers, auprès de, chez) Parmenionem. – 4. Amicus hic regius (ou regis) erat.

Questionnaire. – 1. Ad puniendum Parmenionem. – 2. Litteras ipsius manu scriptas ; in Mediam ; ad præfectos regios. – 3. Per deserta loca, undecimo die. – 4. Prima luce ad Parmenionem coire.

133. THÈME.

Sainte Scholastique et saint Benoît. – Sancta Scholastica, sancti Benedicti soror, ad fratrem semel in anno venire consueverat. Tunc Benedictus e monasterio exibat ut ei obviam iret hospitioque eam recipiebat in villam haud procul a cœnobii muris. Quodam die, cum illuc descendisset, ejus soror eum rogavit ut diutius solito maneret : « Paucissimas, inquit, horas una fuimus ; quid est quod tam præpropere abire velis ? » At Benedictus sibi necesse esse ut constituta hora in cellam rediret respondit. Sanctissima igitur mulier, capite demisso digitisque inter se junctis, paulisper silentio Deum precata est. Tunc cælum, quod totum diem serenissimum fuerat, minimo temporis puncto nubibus obductum est. Densissimus ruit imber cum tanta vi fulgurum tonitruumque ut nemo se domo posset commovere. Postero demum die Benedictus domum se recipere potuit. Tunc postremum soror fraterque convenerunt, paucis enim diebus post sancta Scholastica obiit.

RÉCAPITULATION SUR LA SYNTAXE DES COMPLÉMENTS.

134. VERSION.

1. Les compagnons de Pallas, en gémissent, rapportent son corps sur un bouclier. – Cela ne t’importait nullement.

2. Voilà le destin qui t’attend. – La gloire t’est promise. – Reste ici avec nous, jusqu’à ce qu’il revienne.

3. A cet endroit, la. voix lui manqua. – Cette ville avait quitté le parti du roi. – La lune avait subi une éclipse.

4. Les ambassadeurs de Darius vinrent demander aux Carthaginois des secours contre la Grèce. – Des mains sacrilèges ont dirigé des traits contre moi.

5. Les hommes l’emportent sur les animaux par le langage. – Il se montrera défenseur très énergique de la liberté de tous. – L’oie nous fournit la plume.

6. Je vous consulte, o juges. Que pensez-vous que je doive faire ? – Veille sur ta vie et sur tes biens.

7. Cela importe à l’honneur de l’État. – Il n’y a aucune différence entre eux et nous. – Il y avait eu un intervalle de quarante-six ans entre son premier et son sixième consulat. – Pollion a été mêlé à. toutes ces affaires.

135. VERSION.

I. 1. On distingue facilement un bon orateur d’un mauvais. – 2. Même dans des situations désespérées on peut obtenir du secours de Dieu. – 3. Les bienfaits que nous devons à nos parents sont innombrables. – 4. Le peuple demandait aux édiles des jeux. – 5. Je veux que nous soyons tous deux soulagés de ce fardeau.

II. 1. Il faut se défendre contre l’âge. – 2. Il faut toujours chercher à assurer la paix. – 3. Doit-on préférer de nouveaux amis aux anciens ? – 4. Vous avez à protéger les citoyens.

III. 1. Titus était appelé l’amour du genre humain. – 2. Les Carthaginois nommèrent Hannibal général en chef. – 3. Heureux celui qui cultive les champs de ses pères : il n’est pas éveillé comme le soldat par le son de la trompette. – 4. Épaminondas eut comme détracteur un certain Ménéclide.

136. THÈME.

1. Lysander captivas naves cum bellica præda misit Lacedæmona. – 2. Per Alpes magno cum periculo mercatores ibant. – 3. Leo ingentis formæ Sandrecotti sudorem lingua detersit expergefactumque blande reliquit. – 4. Galba pacem cum hostibus composuit. – 5. Pyrrhus exclamavit : « Ego talibus militibus brevi terrarum orbem subigere potuissem. » – 6. Pyrrhi corpus magnifice sepultum est. – 7. Senex portitor velavit arundine frontem et egit cum carmine remos. – 8. Lamachus classem cum majore parte exercitus naufragio amisit. – 9. Quanto studio dignitatem tuam in senatu defendi ! – 10. Diomedon magna cum pondere auri Thebas venit et Epaminondam pecunia corrumpendum suscepit.

137. VERSION.

Euclide et Socrate. –.Les Athéniens avaient décrété que si un citoyen quelconque de Mégare était surpris mettant le pied à Athènes, cela serait regardé comme un crime capital : si grande était la haine d’Athènes contre Mégare ! Le Mégarien Euclide qui, avant ce décret, avait accoutumé de demeurer à Athènes et d’y entendre Socrate, après la promulgation du décret, revêtu d’une robe de femme, enveloppé d’un manteau de plusieurs couleurs, la tête et le visage voilés, passait la nuit de Mégare à Athènes : ainsi pouvait-il, au moins pendant quelque temps, avoir part aux conseils et aux entretiens de Socrate. Et, de nouveau, vers le point du jour, revêtu du même accoutrement, il rentrait chez lui, ayant parcouru un peu plus de vingt milles. Voici comment cet homme cherchait la sagesse même au péril de sa vie.

Commentaire. – 1. Après si, ne, etc. on emploie quis au lieu de aliquis. Gr. § 151 : – 2. Pas de préposition devant les noms de ville, sauf à la question qua. Gr. § 193. Ici l’accusatif à cause de la question quo. Gr. ibid. 2°. – 3. L’ablatif marque la date « à quel moment » se passe une chose. Gr. § 199, 1°. – 4. Ex, parce que le nom de ville est accompagné d’un nom commun. Gr. § l96. – 5. Non ; c’est l’accusatif qui marque la durée. Gr : § 198, 1°. – 6. Rus, domus, humus ne prennent pas la préposition. Gr. § 193.

Questionnaire. – 1. Euclides Megaræ habitabat. (Gr. § 194.). – 2. Athenis rnorabatur ut Socraten audiret. – 3. Athenas Megara commeabat ut sermonum Socratis particeps fieret. – 4. Domum sub luce redibat.

138. THÈME.

Iphigénie en Tauride. – Oraculo jubente, Orestes in Tauricam Chersonesum contendit, comitante Pylade cujus amicitiam in maximis antea periculis erat expertus. In illa autem regione mos erat ut hospites comprehenderentur et Dianæ immolarentur (Mos est peut également se contruire avec l’infinitif : mos erat hospites comprehendi et Dianæ immolari. Gr. § 237*). Capti igitur Pylades Orestesque ad Thoantem, regem eumdemque sacerdotem summum, adducuntur. Qui, hospitum nobilitate permotus, hoc gratiæ concessit ut alteruter tantum mactaretur. Hic vero orta est celebris illa inter Orestem Pylademque contentio, dum alter alterius loco vult perire. Sors Orestem addixit neci. Dianæ autem sacerdotio forte fungebatur Iphigenia, Orestæ soror, illuc a dea olim translata ; quæ cum jam ferrum in fratris jugulum libraret, fratrem agnovit. Occiso igitur Thoante, Orestes cum Pylade et sorore in Græciam rediit.

139. VERSION.

Les lions suppliants. – Mentor de Syracuse, se trouvant en Syrie, vit venir à sa rencontre un lion qui se roula à ses pieds comme un suppliant. Il en fut fort effrayé, d’autant plus que l’animal l’empêchait de battre en retraite et lui léchait les pieds. Il finit par apercevoir sur la patte du lion une blessure tuméfiée ; il en retira une écharde et délivra ainsi l’animal de son tourment. Un tableau, qui se trouve à Syracuse, rappelle ce fait. – Elpis, d’origine Samienne, eut une aventure analogue. Ayant abordé en Afrique, il aperçut non loin du rivage un lion dont la gueule était ouverte et menaçante. Il se hâta de grimper sur un arbre. L’animal, qui ne l’avait pas poursuivi, comme il l’aurait pu, dans sa fuite, vint se coucher au pied de l’arbre et, avec cette gueule ouverte, qui avait effrayé Elpis, il semblait implorer sa pitié. En effet, ce lion ayant mangé trop gloutonnement, un os lui était resté attaché à la mâchoire. Torturé par la faim, il levait les yeux vers Elpis comme pour le supplier silencieusement. Elpis, descendit enfin de l’arbre, et débarrassa de cet os le lion qui, présentant sa gueule, se prêta de son mieux à l’opération. On raconte que le lion, pour témoigner sa reconnaissance, apporta du gibier aussi longtemps que le navire resta en cet endroit. En souvenir de ce fait, Elpis éleva un temple dans l’île de Samos.

Commentaire. – 1. Cum (ei) refugienti, etc. ; (ejus) vestigia lamberet ; liberavit (leonem) cruciatu ; neque (ei) profugienti, etc. – 2. Mentor Syracusanus. – 3. Simili modo (abl. de manière) ; morsu avidiore (abl. de cause) ; mutis precibus (abl. de moyen).

Questionnaire. – 1. Tumorem vulnusque. – 2. Quia leonem hiatu minaci conspexerat. – 3. Ut os sibi ovelleretur. – 4. Venatus aggerendo. – 6. In insula Samo.

140. THÈME.

En l’honneur de la campagne.

Rura cano, rurisque deos ; his vita magistris Desuevit querna pellere glande famem. Illi compositis primum docuere tigillis Exiguam viridi fronde operire domum. Illi etiam tauros primi docuisse feruntur Servitium et plaustro supposuisse rotam. Tunc victus abiere feri : tunc consita pomus ; Tunc bibit irriguas fertilis hortus aquas. Aurea tunc pressos pedibus dedit uva liquores Mixtaque securo est sobria lympha mero. Rura ferunt messes, calidi cum sideris æstu Deponit flavas annua terra comas. Rure levis verno flores apis ingerit alveo, Compleat ut dulci sedula melle favos.

SYNTAXE DU VERBE DANS LA PROPOSITION SIMPLE

EMPLOI DES MODES ET DES TEMPS.

141. VERSION.

1. Tandis que tous les autres s’exerçaient dans le champ de Mars, M. Lepidus se coucha sur l’herbe. – 2. L’air se meut avec nous. – 3. Caton s’étonnait qu’un haruspice ne rît pas en voyant un haruspice. – 4. Les lèvres de ceux qui se mettent en colère s’agitent, leurs dents se serrent, leurs cheveux se dressent. – 5. Le foyer de Vesta ne s’éteignait jamais. – 6. Quand nous nous serons promenés suffisamment, nous nous reposerons. – 7. Au signal, on courut aux armes. – 8. On demandait où était Cléomène. – 9. C’étaient des prières ; mais on ne pouvait se dispenser de les exaucer. – 10. On annonça au sénat qu’il avait plu du sang. – 11. Le lendemain Vercingétorix, ayant réuni l’assemblée, montra qu’il avait entrepris cette guerre pour l’indépendance de tous. On envoya à César des ambassadeurs. César ordonna qu’on livrât les armes ; qu’on lui amenât les chefs. Il s’assit sur le retranchement devant le camp : on lui amena les chefs à cet endroit. Vercingétorix lui fut livré ; les armes déposées à terre. Cela fait, César se rendit chez les Éduens.

142. THÈME.

1. Amisso rege, totum dilabitur examen apum (ou apium). – 2. Hæc in Apulia gerebantur. – 3. Fieri potest ut fallar. – 4. Imitatio virtutis æmulatio dicitur. – 5. Major pars victus Germanorum lacte et casco et carne consistit. – 6. Repente imber torrentis modo effunditur. – 7. Paulus Æmilius, progressus ad populum, gratias superis egit. – 8. Postquam spargi aciem hostium animadverstim est, tum equitum turmæ emissæ sunt. – 9. Itur ad astra frugalitate, temperantia, fortitudine, aliisque virtutibus. – 10. Paulus Æmilius per Thessaliam Delphos petit. – 11. Themistocles domino navis quis sit aperit. – 12. Ad pugnam est veniendum, litigandum, pugnandum.

143. VERSION.

1. C’est dans la prospérité qu’il faut avoir surtout recours aux conseils de ses amis. – 2. Pyrrhus fut forcé de se réfugier à Tarente et de passer peu après en Sicile. – 3. Caton avait coutume de lire dans la curie tandis que les sénateurs se réunissaient. – 4. Il faut commencer par le commencement. – 5. Celui qui parle avec abondance et sagesse est très admiré. – 6. On désapprouve les métiers qui exposent à la haine (sont haïs) des hommes. – 7. Perdiccas fut tué sur les bords du Nil. – 8. Les portes s’ouvrirent d’elles-mêmes. – 9. Les Perses s’établirent sur le rivage. Peu à peu ils se mêlèrent aux Gétules et s’appelèrent eux-mêmes Numides. Plus tard ils occupèrent le pays qui s’appelle Numidie. – 10. Quand Hercule fut mort en Espagne, son armée se dispersa rapidement. – 11. Le crocodile est armé de griffes et d’une peau qui résiste à tous les coups. – 12. On arme les vieillards et les enfants.

144. THÈME.

1. Ulysses in patriam rediit. – 2. Corpora verberibus, libidine animus dilaceratur. – 3. Cicero, regressus ad villam suam : « Moriar, inquit, in patria. » – 4. Lupus, Romam Esquilina porta ingressus, in forum decucurrit et prope intactus evasit. – 5. Athenas venimus. – 6. Nullis ille movetur fletibus. – 7. Ultrices sedent in limine Diræ. – 8. Pendebat cantharus ansa. – 9. Hostia cecidit moribunda. – 10. Vincor ab Ænea. – 11. Perii. – 12. Cum in villam Luculli pervenissem, Marcum Catonem vidi in bibliotheca sedentem. – 13. Augustus obiit sexto et septuagesimo ætatis anno. – 14. Excessere omnes di. – 15. Capuam cum venissem, consules conveni. – 16. Tityrus recubat sub tegmine fagi.

145. THÈME.

1. Sequitur Ægyptia conjux. – 2. Carthago Romano imperio imminebat. – 3. Brutus Ciceroni gratulatus est.. – 4. Romani non senibus, non mulieribus, non infantibus pepercerunt. – 5. Orphea posuit silvasque sequentes. – 6. Plures Marcello favebat. – 7. Favetur illi ætati. – 8. Marcum Catonem Tullius magnopere admirabatur. – 9. Matres oculis sequuntur fulgentes ære catervas. – 10. Solet vinolentiam crudelitas sequi. – 11. Quid vos estis quibus ipsum nomen virtutis odio est ? – 12. Cujusdam Siculi familia in suspicionem est vocata conjurationis. – 13. Nemo erat in quem hæc suspicio cadere posset. – 14. Tibi odio est mea fistula. – 15. In invidia magna erat.

146. VERSION.

I. Macédo est assassiné par ses esclaves. – Largius Macédo vient d’être affreusement traité par ses esclaves ; c’était d’ailleurs un maître hautain et cruel. Il prenait un bain dans sa villa de Formies : soudain ses esclaves l’entourent ; l’un s’attaque à sa gorge ; un autre le frappe en plein visage ; un troisième lui meurtrit la poitrine. Enfin le croyant déjà sans vie, ils le jettent sur les dalles brûlantes pour s’assurer qu’il est bien mort. Macédo demeura immobile et rigide, soit qu’il ne sentit plus rien, soit qu’il feignit de ne rien sentir ; il acheva ainsi de leur faire croire à sa mort. Finalement, on l’emporte comme s’il avait été suffoqué par la chaleur. Il est remis aux mains d’esclaves plus fidèles. De tous côtés on accourt en criant. Rappelé à lui par le bruit et ranimé par la fraîcheur du lieu, il ouvre les yeux, remue les membres et ose enfin donner signe de vie. Ses esclaves s’enfuient : on se saisit d’un grand nombre ; on recherche les autres. Quant à lui, rappelé difficilement à la vie pour quelques jours, il mourut avec la consolation d’avoir été vengé vivant comme le sont d’ordinaire les maîtres assassinés.

Commentaire. – 1. Lavabatur in villa Formiana ; undique concurritur ; repente eum servi circumsistunt. – 2. Non, car an est une particule de l’interrog. double, gr. § 257 et gr. compl. § 256* – 3. Cum (eum) exanimem (esse) putarent. – 4. Non sine = cum. – 5. Ita…​ ut peut signifier ainsi…​ comme, et plus souvent (avec le subj.) : de telle sorte que.

Questionnaire. – 1. Rem atrocem. – 2. In villa Formiana. – 3. Ut experirentur an viveret. – 4. Sive quia non sentiebat, sive quia se non sentire simulabat. – 5. Sublatis oculis agitatoque corpore (ou tollendo oculos agitandoque corpus).

147. THÈME.

Deux fils soupçonnés de parricide. – Titus Cœlius quidam Tarracinensis, cum cenatus cubitum in idem conclave cum duobus adulescentibus filiis isset, inventus est mane jugulatus. Neque servus quisquam reperiebatur, neque liber, ad quem ea suspicio pertineret ; duo autem filii propter cubantes ne sensisse quidem se dicebant. Erat sane suspiciosum neutrum sensisse, ausum autem esse quemquam se in id conclave committere, eo potissimum tempore, cum ibidem essent duo adulescentes filii qui et sentire et defendere possent. Tamen, cum demonstratum esset judicibus, aperto ostio dormientes eos repertos esse, suspicione omni liberati sunt. Nemo enim putabat quemquam esse, qui cum omnia divina atque humana jura scelere nefario polluisset, somnum statim capere potuisset.

EMPLOI DES MODES PERSONNELS.

148. VERSION.

1. Dans la prospérité évitons l’orgueil. – 2. Secourez-moi dans mon malheur ! Ne permettez pas qu’on ruine le royaume de Numidie par des manœuvres criminelles. – 3. Si cet avis est bon, ne permettons pas qu’il soit déshonoré par l’indignité de celui qui le donne. – 4. Que ce nom de poète vous soit donc sacré. – 5. Fuis les rivages de l’île de Circé. – 6. Si tu veux me répondre, voici ce que tu dois dire. – 7. Que le maître ait pour ses élèves les sentiments d’un père. – 8. Soyez courageux. – 9. Si seulement j’avais été informé de ton dessein ! – 10. Que je périsse, si je n’exprime pas ici mes véritables sentiments. – 11. Qui aurait le droit de me blâmer ou de s’irriter contre moi ? – 12. Les rochers et les déserts répondent à la voix (par leur écho) ; les animaux les plus cruels sont souvent apaisés par le chant ; et nous, nous resterions insensibles à la voix des poètes ? – 13. Comme je voudrais que tu fusses resté à Rome ! – 14. Si seulement ce Persius existait encore ? – 15. Ne souhaitez pas l’impossible.

149. THÈME.

1. Simul assidamus, si tibi videtur. – 2. Egredere ex Urbe, Catilina. Patent portæ : proficiscere ; educ tecum etiam omnes tuos ; purga urbem. – 3. Ratio imperet velut servo dominus, imperator militi, parens filio. – 4. Primum de Europa loquamur. – 5. Utinam fortiter ferias. – 6. Utinam cum Cæsare societatem aut nunquam coisses aut nunquam diremisses ! – 7. Olympiæ per stadium ingressus est Milo cum humeris sustineret bovem. Utrum igitur has corporis an Pythagoræ tibi malis vires ingenii dari ? – 8. Quem neque gloria neque pericula excitant, nequidquam hortere. – 9. Vellem equidem vobis placere, Quirites, sed malo vos salves esse. – 10. Suspicionem vitare potuissem.

150. VERSION.

1. Souvenons-nous qu’il faut être juste même envers les petits. – 2. Soldats, mourons et par notre mort délivrons les légions assiégées. – 3. « Qu’il boive ou qu’il s’en aille ! » telle est la règle en Grèce dans les banquets. – 4. N’ambitionne pas ce qui t’a été refusé. – 5. Un Sicilien, à qui Scipion avait désigné comme avocat un homme noble, mais sot, lui dit : « Donne cet avocat à mon adversaire et tu pourras te dispenser de m’en donner un. » – 6. Ah ! Puisse-je ne pas voir de si grands malheurs ! – 7. Si seulement César avait eu le bonheur de plaire au sénat ! – 8. Quelqu’un pourrait-il le dire ? Personne assurément. – 9. Les Romains rentrèrent tout tristes dans leur camp : on eût dit des vaincus. – 10. Quelle bataille aurait pu abattre les Romains, alors qu’ils ne furent pas abattus par le désastre de Cannes ? – 11. La journée ne me suffirait pas, si je voulais tout énumérer. – 12. Qu’on ne se nuise pas réciproquement.

151. THÈME.

1. Justitiæ fungamur officiis. – 2. Jupiter te dique perdant ! – 3. Sequimini me, inquit. – 4. Ignoscito sæpe alteri, nunquam tibi. – 5. Sibi habeant juvenes arma, equos, natationes, cursus ; nobis senibus talos relinquant. – 6. Noli te oblivisci Ciceronem esse. – 7. Ne incognita pro cognitis habeamus. – 8. Sagunti ruinæ (falsus utinam vates sim !) nostris capitibus incident. – 9. Hunc ego hominem non diligam, non admirer, non omni ratione defendendum putem ? – 10. Quid me prohiberet Epicureum esse ? – 11. Vellem doctrinis esset instructior. – 12. Cur esset tibi inimicus ? – 13. Quid dixisses ? Quid egisses ?

152. VERSION.

Meurtre d’un proscrit. – La ville était pleine de soldats et tous les citoyens, accablés par l’épouvante, se tenaient enfermés chez eux. Cet homme se présenta chez le proscrit vêtu d’un manteau de guerre, portant un glaive à la ceinture, et tenant un javelot à la main. Cinq jeunes gens, équipés de la même façon, le suivaient. Il s’élance dans la maison et crie : « Où est donc l’heureux maître de cette maison ? Pourquoi gardez-vous tous le silence ? » La femme du malheureux proscrit se jette tout en pleurs à ses pieds : « Épargnez-le, dit-elle, au nom de tout ce qui fait le bonheur de votre vie, ayez pitié de nous. N’achevez pas de nous anéantir : n’abusez pas de la faveur de la fortune. Nous aussi nous avons connu la prospérité. Rappelez-vous la condition des hommes. » Mais lui : « Hâtez-vous donc de me le montrer et cessez de fatiguer mes oreilles avec vos plaintes. Il ne m’échappera pas. » Cependant, on annonce au proscrit que son ennemi est arrivé et parle bien haut de le tuer. Aussitôt il dit à l’esclave chargé des enfants : « Gorgias, cache les enfants et protège-les. Tâche qu’ils parviennent sains et saufs à l’adolescence. »

Commentaire. – 1. Abundat divitiis, § 178. – 2. On voit clairement que iste est pris dans un sens défavorable : cet homme méprisable. – 3. Quid tacetis ? pourquoi gardez-vous le silence, ou bien : que cachez-vous ? (quelle chose taisez-vous ?). – 4. A la règle defuit officio, § 170. – 5. Dic, duc, fac,fer, gr. § 60.

Questionnaire. – 1. Quia urbs militibus redundahat. – 2. Quinque. – 3. Ad istius pedes se abjecit. – 4. Inimicum venisse et minari mortem. – 5. Abscondere pueros et defendere.

153. THÈME.

Meurtre d’un proscrit (suite). – Vix hæc dixerat cum ecce iste præsto : « Sedes, inquit. audax ? Exple inimicitias meas et iracundiam meam satura tuo sanguine. » Ille cum magno spiritu : « Metuebam, inquit, ne plane victus essem. Nunc video. Interficere me vis. Occidar equidem, sed victus non peribo. » At iste : « In extremo vitæ tempore etiam sententiose loqueris ? neque ei, quem vides dominari, vis supplicare ? » Tum mulier : « Immo quidem ille rogat et supplicat. Sed tu, quæso, commovere ; et tu, per deos, inquit, hunc examplexare. Dominus est. – « Noli, inquit, uxor, loqui, quæ me digna non sunt ? Tace, et, quæ curanda sunt, cura. Tu cessas mihi vitam, tibi omnem bene vivendi spem mea morte eripere ? » Iste mulierem repulit ab se lamentantem : illi gladium in latere defixit.

EMPLOI DES MODES IMPERSONNELS.

154. VERSION.

1. Le vieillard montrait des cicatrices de blessures reçues en pleine poitrine. Puis il faisait voir son dos, encore tout marbré de traces de coups. – 2. Les ennemis, accourant de toutes parts, lançaient des pierres sur le retranchement. Les nôtres résistent courageusement. – 3. Le loup aperçoit le cou du chien pelé par la chaîne. – 4. Homère représente Laerte occupé à cultiver son champ et à le fumer. – 5. Xantippe voyait toujours Socrate sortir de chez lui ou y rentrer sans le moindre changement dans sa physionomie. – 6. La nuit vous pouviez voir flamber les navires de transport que les soldats avaient incendiés. – 7. Un très petit nombre d’ennemis, se fiant à leurs forces, essayèrent de passer le fleuve à la nage, ou se sauvèrent sur des bateaux qu’ils découvrirent. Parmi eux fut Arioviste qui trouva une barque attachée à la rive et put ainsi s’échapper. Tous les autres furent poursuivis et massacrés par notre cavalerie. – 8. Licinius vint à Rome sous le consulat de Marius et de Catulus. – 9. Ce jour-là je devais dîner chez Pompée. – 10. Il s’embarque pour porter secours à un grand nombre de personnes.

155. THÈME.

1. Cæsar legatos interrogavit : Sequani nihil respondere et taciti permanere. – 2. Prœlium incipitur : Romani murum modo subfodere, modo scalis aggredi ; contra oppidani saxa volvere, sudes, pila, picem mittere. – 3. Vultus hominum te intuentium atque admirantium recordare. – 4. Abjici in mare ossa sua moriens jussit Lycurgus. – 5. Duilium, qui Pœnos primus classe devicerat, redeuntem a cena sæpe videbam puer. – 6. Desperans victoriam, cœpi suadere pacem. – 7. Cæsar respondit se diem ad deliberandum sumpturum. – 8. Ciconiæ abituræ congregantur in loco certo. – 9. Stultus est qui equum empturus non ipsum inspicit, sed stratum ejus ac frenos. – 10. Omne animal declinat ea quæ nocitura videntur.

156. VERSION.

1. Il était minuit : soudain d’épais nuages couvrent le ciel ; la mer se soulève peu à peu ; puis, agitée par un vent plus violent, elle heurte les navires les uns contre les autres. – 2. Verrès commanda aux magistrats de Ségeste de lui donner la statue de Diane. Ceux-ci répondirent que ce serait un sacrilège. Alors Verrès tour à tour demande et menace. – 3. Démosthène se prétendait charmé de la réflexion d’une pauvre porteuse d’eau qui disait à voix basse à sa voisine : « Voilà le fameux Démosthène. » – 4. Les poètes ne nous montrent jamais Tirésias en train de déplorer sa cécité. – 5. Tous souhaitent atteindre la vieillesse et la maudissent, quand ils l’ont atteinte. – 6. Les grenouilles, n’ayant plus peur, nagent vers la rive. – 7. Après avoir prononcé ce discours, Ambiorix s’en alla. – 8. Un jour que son armée lâchait pied, César arracha à un fuyard son bouclier et, s’élançant au premier rang, rétablit le combat. – 9. Je vais écrire l’histoire de la guerre que le peuple romain fit à Jugurtha.

157. THÈME.

1. His ego litteris lectis, in eadem opinione fui. – 2. Pompeius, victus turpissime, amissis etiam castris, solus fugit. – 3. Positis armis pacem petere debent. – 4. Labienus, monte occupato, nostros exspectabat. – 5. Oppidum Cæsar, propter latitudinem fossæ murique altitudinem, paucis defendentibus expugnare non potuit. – 6. Recordor desperationes eorum qui senes erant, adulescente me. – 7. Caninio consule, scito neminem prandisse. Nihil, eo consule, mali factum est. – 8. Helvetii Cæsare invito iter per provinciam tentaverunt. – 9. Omnia summa consecutus est, virtute duce, comite fortuna, eaque est adeptus adulescens, multis invidentibus.

158. VERSION.

Marius dans les marais de Minturnes. – Sylla avait pénétré dans la Ville avec ses soldats et, après en avoir chassé Marius, son fils et P. Sulpicius, il avait fait promulguer une loi qui les exilait. Ses cavaliers poursuivirent même Sulpicius et l’égorgèrent dans les marais de Laurente. Quant à Marius, il s’était enfoui tout nu dans la vase, ne laissant passer que les yeux et le nez. Il fut tiré du milieu des roseaux sur les bords du lac Marica où il s’était réfugié pour échapper à la poursuite des cavaliers. On lui mit une lanière au cou et on le traîna ainsi dans la prison de Minturnes. Un esclave d’origine germanique fut envoyé, armé d’un glaive, pour le tuer ; mais, cet esclave, qui avait été fait prisonnier autrefois par Marius dans la guerre des Cimbres, ne l’eût pas plus tôt reconnu, qu’il poussa un grand cri, jeta son glaive et s’enfuit hors de la prison. Alors les habitants de Minturnes, à qui un ennemi avait appris à montrer quelque pitié à l’égard d’un si grand homme, lui donnèrent de l’argent pour son voyage, lui fournirent des vêtements et l’embarquèrent. Marius se dirigea vers l’Afrique et vécut misérablement dans une cabane parmi les ruines de Carthage.

Commentaire. – 1. Assecutus, ayant atteint ; voir gr. 74, 2° ; assecutus n’a que le sens actif. – 2. Pour jugulaverunt. – 3. On voit que pour savoir s’il faut exprimer ou non la préposition ex, on doit consulter l’usage, gr. § 176, et gr. compl. § 176*. – 4. Ut avec l’indic. signifie comme, de même que, dès que.

Questionnaire. – 1. In paludem Maricæ. – 2. Injecto in collum loro. – 3. Ut eum interficeret (ad eum interficiendum). – 4. Quia Marium, a quo quondam captus erat, agnoverat. – 5. In Africam.

159. THÈME.

Un sot agriculteur. – Homo Thracus, rei rusticæ imperitus, cum in terras cultiores commigravisset, fundum mercatus est. Videt forte vicinum rubos excidentem, fraxinos ad summum prope verticem deputantem, soboles vitium super terram fusas revellentem, stolones in pomis vel oleis amputantem : accedit prope et cur tantam ligni atque frondium cædem faceret, percontatus est. Vicinus ita respondit : « Ut ager mundus purusque fiat ejusque arbores ac vites fecundiores. » Discedit ille a vicino gratias agens et lætus, tanquam adeptus rei rusticæ disciplinam. Tum falcem ac securim capit atque homo miser (Gr. § 116, 2°) vites suas omnes et oleas detruncat, comas arborum lætissimas uberrimosque vitium palmites decidit et fruteta omnia cum sentibus et rubis, ut agrum purificaret, convellit. At paucis post mensibus, quantum stulta imitatione peccasset, intellexit.

160. VERSION.

1. Les vêtements ont été inventés pour servir de défense contre le froid. – 2. Personne ne peut avoir un motif légitime de prendre les armes contre sa patrie. – 3. Beaucoup de gens aiment à faire la guerre. – 4. Il était très difficile de naviguer sur cette mer. – 5. Dumnorix, qui n’avait pas l’habitude de la navigation, craignait la mer. – 6. L’esprit humain se nourrit par l’étude et la réflexion. – 7. En lisant les inscriptions des tombeaux je me rappelle les morts. – 8. Jugurtha s’était illustré rapidement en obéissant avec abnégation et en s’exposant fréquemment au danger. – 9. L’homme est né pour deux choses : pour comprendre et pour agir. – 10. Les hommes sont naturellement avides de domination et ardents à satisfaire leur passion. – 11. Il faut surtout éviter la colère quand on punit. – 12. Il faut exercer le corps et le rendre capable d’obéir à la raison. – 13. Philippe allait voir les jeux. – 14. Hannibal permit aux captifs de se racheter.

161. THÈME.

1. Mihi scribendi otium non erat. – 2. Populus Romanus in te recuperandæ libertatis omnem spem ponit. – 3. Erat in Catone aviditas quædam legendi, quæ satiari non poterat. – 4. Galli renovandi belli legionisque opprimendæ consilium ceperant. – 5. Eloquentia augetur legendis oratoribus et poetis. – 6. Rusticus vitem fingit putando. – 7. Te arbitror ad Sicyonem oppugnandam profectum. – 8. Breve tempus ætatis satis longum est ad bene beateque vivendum. – 9. Libertas patriæ vitæ amici anteponenda est. – 10. Omnis dies velut ultimus ordinandus est. – 11. Promissa servanda sunt. – 12. Fugienda semper injuria est. – 13. Pugnandum est, tanquam contra morborum vim, sic contra senectutem.

162. VERSION.

1. Le plus pénétrant de tous nos sens est celui de la vue. – 2. Diogène disait qu’il enseignait l’art de bien raisonner et de distinguer le vrai du faux. – 3. Le fils de Caton ne quitta pas l’armée, parce qu’il aimait la guerre. – 4. Il est temps de secourir les Troyens. – 5. Pour exercer ma mémoire, je repasse dans mon souvenir chaque soir ce que j’ai fait dans la journée. – 6. Les lois de Lycurgue forment la jeunesse par différents exercices : la chasse, la course, l’habitude de supporter la soif et le froid. – 7. Le naturel des Gaulois les porte à entreprendre facilement la guerre. – 8. Il ne faut pas se plaindre du passé. – 9. La mort est à souhaiter, si elle conduit l’homme dans un séjour où il est destiné à jouir de l’immortalité. – 10. César fit faire un pont sur la Saône. – 11. Tout le butin fut abandonné au pillage. – 12. Nous avons abandonné notre patrie au pillage et à l’incendie. – 13. Nous avons vu le Tibre aller abattre le temple de Vesta. – 14. Vers ce moment-là, une chose extraordinaire arriva à l’armée de César.

163. THÈME.

1. Hoc non feci vitandi oneris causa. – 2. Immodestia vestrorum militum occasio dabitur hostibus vestri opprimendi exercitus. – 3. Ad bellum gerendum Alcibiades dux delectus est. – 4. Occasio negotii bene gerendi omittenda non erat. – 5. Utendum exercitationibus modicis. – 6. Luctandum erat cum siccitate regionis. – 7. Pueris sententias ediscendas damus. – 8. Quomodo occidit Roscius patrem ? Ipse percussit an aliis occidendum dedit ? – 9. Quid ad me venistis ? An speculandi causa ?. – 10. Cyrus infans datur occidendus Harpago. – 11. Gloriam P. Africani tuendam conservandamque suscepi. – 12. Conon muros reficiendos curat. – 13. Pueros venatum ablegavit. – 14. Lusum it Mæcenas, dormitum ego Vergiliusque.

164. VERSION.

Meurtre de Parménion. – Quand Parménion eut appris que Polydamas était arrivé, curieux d’avoir des nouvelles du roi, il ordonna d’aller aussitôt le chercher. Parménion était alors dans un bois où il se promenait en compagnie des capitaines auxquels une lettre du roi avait transmis l’ordre de le tuer. Ils avaient décidé d’exécuter cet ordre au moment où Parménion lirait les lettres apportées par Polydamas. Polydamas, dès qu’il fut en vue de Parménion, accourut pour l’embrasser. Après les témoignages d’amitié réciproques, Polydamas remit à Parménion une lettre d’Alexandre. Tout en décachetant la lettre, Parménion demandait des nouvelles du roi. Polydamas répondit qu’il allait en trouver dans la lettre elle-même. Parménion, en ayant pris connaissance, lui dit : « Le roi prépare une expédition contre les habitants de l’Arachosie. Quel homme actif et infatigable ! Mais il serait temps pour lui, maintenant qu’il a acquis une telle gloire, de songer à se ménager. » Il se mit ensuite à lire la seconde lettre, écrite au nom de Philotas : on voyait à sa physionomie qu’il y prenait plaisir. A ce moment, Cléandre lui perça le flanc d’un coup d’épée, puis le frappa à la gorge. Les autres le frappèrent aussi, bien qu’il ne donnât plus signe de vie.

Commentaire. – 1. Nuntiatum est ; imperatum erat. – 2. Cette différence tient à est qui dans la seconde expression forme une locution verbale tempus est qui se construit avec l’infinitif, comme mos est, etc., gr. 237*. – 3. Ubi peut être adverbe relatif de lieu : () , ou bien conjonction de temps : dès que. – 4. Quibus (= illis litteris) lectis. – 6. Parce qu’il s’agit de deux lettres seulement, gr. § 44, II, 1°.

Questionnaire. – 1. Cum ducibus, quibus imperatum erat ut eum occiderent. – 2. Cum Parmenion litteras legere cœpisset. – 3. Nomine Philotæ. – 4. Cleander. – 5. Ceteri eum quoque confodiunt.

165. THÈME.

Présages de la mort de César. – Cæsari futura cædes multis prodigiis denuntiata est. Paucos ante menses, cum coloni ad exstruendas villas vetustissima sepulcra disjicerent, idque eo studiosius facerent quod aliquantum vasculorum operis antiqui scrutando reperiebant, tabula ænea in monumento, in quo dicebatur Capys, conditor Capuæ, sepultus, inventa est, conscripta his verbis : « Quando ossa Capyis detecta erunt, Iulo prognatus manu consanguineorum necabitur. » In trajiciendo Rubicone, Cæsar equorum greges consecrarat quos vagos dimiserat, nec ulli pastori custodiendos tradiderat. Paucis diebus ante cædem, eos comperit pertinacissime pabulo abstinere ubertimque flere.

RÉCAPITULATION SUR LES VOIX, TEMPS ET MODES.

166. VERSION.

Enfance de Cyrus, roi des Perses. – Après une longue suite de rois, le royaume de Médie échut, par ordre de succession, à Astyage. Celui-ci effrayé par une prédiction des devins, résolut de tuer son petit-fils qui venait de naître. Il chargea son ami Harpage de le mettre à mort. Harpage à son tour chargea un berger des troupeaux du roi d’abandonner l’enfant en pleine forêt. Justement, à la même époque, ce berger venait d’avoir un fils. Sa femme, curieuse de voir le petit prince, supplia son mari : « Je voudrais, disait-elle, voir cet enfant ; va le chercher et montre-le moi. » Lassé de ces supplications, le berger retourna dans la forêt et trouva près de l’enfant une chienne qui le défendait contre les bêtes sauvages et les oiseaux de proie. Pris lui-même de pitié, il rapporta l’enfant chez lui, suivi par la chienne inquiète. Dès que sa femme l’eut pris dans ses bras, l’enfant se mit à sourire doucement. Alors la femme dit à son mari : « Ne le tue pas. Si seulement je pouvais l’élever ! » L’enfant, destiné à enlever plus tard le trône à son grand-père, fut élevé parmi les bergers et reçut le nom de Cyrus.

Commentaire Grammatical. – 1. Infans datur Harpago. Puerum domum refert. – 2. Ordre : affer ; défense : noli eum interficere ; souhait : mihi liceat. – 3. Le conditionnel se rend par le subjonctif : velim videre, je voudrais voir. – 4. Le subjonctif latin dans une proposition indépendante peut se traduire par un conditionnel (velim, je voudrais) ou par un souhait (liceat, qu’il me soit permis). – 5. Eadem cane prosequente. – 6. Exterritus, parce qu’il était effrayé. – 7. Uxor rogare. – 8. Destiné à dépouiller. – 9. Videndi cupida. – 10. L’adjectif verbal avec dare et tradere marque une idée de destination : puer occidendus datur ; puerum exponendum tradidit. – 11. Invenit canem defendentem.

167. THÈME.

1. Hanc epistulam dictavi sedens in raeda. – 2. Faciunt idem, cum exercentur athletæ. – 3. Satius est ista in oblivionem ire. – 4. Noli lenitate abuti mea. – 5. Noli existimare hunc esse exercitum qui Galliam Germaniamque devicerit. – 6. Utinam verum invenire possim ! – 7. Luce sacra requiescat arator. – 8. Pueri Spartiatæ non ingemiscunt verberibus laniati. – 9. Helvetii, Sequanis invitis, ire non poterant. – 10. Helvetii frumentum omne, præter quod secum portaturi erant, comburunt. – 11. Galba legionem in his locis hiemandi causa collocavit. – 12. Unus homo nobis cunctando restituit rem. – 13. Fugienda est talis sollertia. – 14. Pisistratus comparavit libros eosque præbuit publice legendos.

168. VERSION.

Un dévouement excessif. – Après l’assassinat de Tibérius Gracchus, le sénat chargea les consuls de sévir conformément à la tradition contre ceux qui avaient été d’accord avec le fameux tribun. Un certain Blosius, ami de Tibérius, vint les supplier de l’épargner et, pour excuse, allégua son intimité avec lui. Alors un consul s’écria : « Quoi ! si Gracchus t’avait ordonné de mettre le feu au temple de Jupiter très bon et très grand, aurais-tu obéi à son ordre, au nom de cette intimité dont tu te vantes ? » – « Cela, dit-il, jamais Gracchus ne l’eût commandé. » Mais serré par un interrogatoire prolongé, il répondit : « Oui, même cela, si Gracchus l’avait voulu, je l’aurais fait. » Ainsi Blosius, ni par son silence, ni par la prudence de ses réponses, ne voulut sauver sa vie, afin de ne pas désavouer une funeste amitié.

Commentaire. – 1. C’est un ablatif absolu. Gr. § 228. – 2. Deprecatum est au supin ; comme complément de venit, verbe indiquant un mouvement. Gr. § 245. – 3. Jussisset, pl. q. parf. du subjonctif, parce que irréel du passé. Gr. § 218. – 4. Ne, adverbe interrogatif. Gr. § 92, 1° ; § 342, 2° ; obtemperaturus, partic. futur de obtemperare ; fuisses, pl. q. parf. du subj. avec valeur du conditionnel passé. D’où : « est-ce que tu aurais été dans l’intention d’obéir ? » – 5. Forme seconde, pour imperavisset ; c’est un conditionnel passé. Gr. § 218.

Questionnaire. – 1. Mandatum est ut consules animadverterent in eos qui cum Tib. Graccho consenserant. – 2. Blosius ad consules deprecatum venit. – 3. Blosius familiaritatis excusatione usus est. – 4. Nunquam Gracchus incendium imperasset. – 5. Quia noluit amicitiæ memoriam deserere.

169. THÈME.

Robinson se plaint de sa solitude. – Quam avidus sum humanum vultum aspiciendi ! O ! utinam cum homine colloqui possim ! Heu ! Utinam adsit unum modo animal, sive canis, sive feles, quod mihi communicando victum amicitiæ vinculis devincire possim ! Nunc autem mihi quasi ex hominum societate exterminato, in solitudine, sine amico, vivendum est. Quam felix eram, dum fratrum aut æqualium societate frui poteram ! At quam sæpe inter nos jurgia exstiterunt ! Utinam repuerascerem ! Quanta benevolentia, quanto amore omnes complecterer ! Quanto studio omnium animos ad me allicere conarer ! O hominem miserum ac vere desertum ! Nunc me honeste cum hominibus vivendi cupido cepit, cum hujus exsequendi consilii nulla jam spes ostenditur.

SYNTAXE DES PROPOSITIONS COMPLÉTIVES.

CONCORDANCE DES TEMPS. INTERROGATION INDIRECTE.

170. VERSION.

1. J’ai compris ce qu’il faisait. – 2. Il me semble que je sais ce qui arrivera. – 3. Est-ce qu’il pense à ce qu’il dit ? – 4. Les Gaulois obligent les voyageurs à s’arrêter malgré eux, et demandent à chacun d’eux ce qu’il a entendu dire et ce qu’il sait. Dans les villes, le peuple entoure les marchands et les oblige à dire de quelle région ils viennent et ce qu’ils y ont entendu dire. – 5. Alexandre demanda à la reine des Amazones si elle voulait guerroyer avec lui. – 6. Je me rappelle qui m’a lancé une pierre, qui m’a donné du pain. – 7. Toi, va voir si mon fils est rentré à la maison ou non. – 8. Cela fait une grande différence si l’offense a été commise sous le coup de la passion ou délibérément. – 9. Je ne vois pas pourquoi je n’oserais pas vous dire ce que je pense de la mort. – 10. Tu penses que j’ai oublié avec quelle rapidité tu es venu de Tarente auprès de moi ? – 11. Tu vois dans quelle situation nous sommes.

171. THÈME.

1. Domitianus inter initia principatus quotidie muscas captare acstilo ac stilo configere solebat. Itaque, cuidam interroganti, essetne quis cum Cæsare, non absurde responsum est a Vibio Crispo « ne muscam quidem (esse) ». – 2. Ex iis litteris, quas Atticus a te missas mihi legit, quid ageres et ubi esses cognovi. – 3. Cæsar Dumnorigi custodes ponit ut quæ agat scire possit. – 4. In versu nihil refert postrema syllaba brevis an longa sit. – 5. Quæsivi a Catilina in nocturne conventu apud Læcam fuisset necne. – 6. Quo robore animi hunc casum sustinuerit, nemini dubium esse potest. – 7. In incerto fuit vicissent, victine essent Romani. – 8. Sapientia sola beatos efficiat, necne, quæstio est.

172. VERSION.

1. Lentulus demanda aux Gaulois pour quelle raison ils étaient venus chez lui. – 2. Ennius pense qu’il y a des dieux, mais qu’ils ne s’occupent pas de ce que fait le genre humain. – 3. Vous avez souvent entendu raconter comment Syracuse fut prise par Marcellus. – 4. Souvent il n’est pas même utile de connaître l’avenir. – 5. La nature nous pousse à rendre service aux hommes : que ce soit des esclaves ou des hommes libres, qu’importe ? – 6. Informe-nous de ce que tu fais et de ce que tu as l’intention de faire. – 7. Peu importe que je me porte bien moi-même, si tu ne te portes pas bien. – 8. Tu vois comme le Soracte se dresse tout blanc de neige. – 9. Épaminondas avait vaincu les Lacédémoniens à Mantinée et se sentait atteint d’une blessure mortelle : il demanda si son bouclier était sauvé. Ses amis lui ayant répondu en pleurant qu’il était sauvé, il demanda si les ennemis étaient en déroute. Alors il ordonna qu’on arrachât le javelot dont il était percé et, après avoir perdu beaucoup de sang, il mourut joyeux.

173. THÈME.

1. Non sum divinus, sed scio quid facias. – 2. Scipio intellegebat quam pulchra essent hæc simulacra. – 3. Stellarum numerus par an impar sit nescitur. – 4. Rogaturus sum debeantne navem populo Romano. Fatebuntur. – 5. Nihil differt utrum in ligneo an in aureo lecto ægrum colloces. – 6. Admiror cur non delectet eos patrius sermo. – 7. Vide quantum fallare, Torquate. – 8. Multæ gentes nondum sciunt cur luna deficiat. – 9. Ciconiæ quonam e loco veniant aut quo se conferant, incompertum adhuc est. – 10. Vides quot periculis, quot contumeliis simus obnoxii. – 11. Antigonus nondum statuerat servaret Eumenem necne. – 12. Nescio uter utrum fefellerit.

174. VERSION.

Le philosophe se désintéresse de sa sépulture. – Le roi Lysimaque menaçait Théodore de Cyrène du supplice de la croix : « Adresse à d’autres, dit le philosophe, ces terribles menaces. Peu m’importe de pourrir à terre ou en l’air. » On voit clairement ce que Socrate pense de la sépulture dans le livre où sa mort est racontée. Après avoir discuté sur l’immortalité de l’âme, il allait bientôt mourir, lorsque Criton lui demanda : « Comment veux-tu être enseveli ? » – « Si tu peux m’atteindre, dit-il, tu m’enseveliras comme tu voudras. » Diogène, plus indifférent encore, ordonna qu’on l’abandonnât sans sépulture. « Quoi ! lui dirent ses amis, t’abandonner aux oiseaux et aux animaux sauvages ? » – « Pas du tout, dit-il ; ayez soin de placer un bâton près de moi, pour que je puisse les chasser. » – « Comment le pourrais-tu ? Tu ne sentiras plus rien. » – « Dans ce cas, en quoi la morsure des animaux sauvages pourra-t-elle me gêner ? » Anaxagore se mourait à Lampsaque ; ses amis lui demandèrent s’il voulait qu’on ramenât son corps à Clazomène, sa patrie : « Ce n’est nullement nécessaire, dit-il ; de quelque endroit que l’on parte, on a autant de chemin à faire pour se rendre chez les morts. »

Commentaire. – 1. Nihil interest…​ putrescat ; apparet quid senserit ; rogatus quemadmodum vellet. – 2. Sa construction diffère de celle de notre verbe menacer, gr. § 158. – 3. C’est l’impératif futur ; l’ordre, en effet, se rapporte à l’avenir, gr. § 212. – 4. Minime signifie très peu ou le moins, mais souvent dans les réponses pas du tout.

Questionnaire. – 1. Crucem minabatur. – 2. Ut volucres ferasque abigere posset. – 3. Quia nihil sentire poterat. – 4. Lampsaci. – 5. Clazomenis. – 6. Clazomenas.

175. THÈME.

Pour être heureux, soyons vertueux. – Negas ad beate vivendum satis posse virtutem ? At quem libidinibus inflammatum videmus, num eum beatum dixeris ? Quid ? Elatus ille levitate inanique lætitia exsultans, nonne tanto (ou eo) miserior, quanto (ou quo) sibi videtur beatior ? Apud Platonem legimus nihil præter virtutem dicendum esse bonum. Socrates autem, cum ab eo esset quæsitum nonne Archelaum, qui tum fortunatissimus haberetur (gr. § 341), beatum putaret : « Haud scio, inquit, nunquam enim cum eo collocutus sum. » – « Ain tu ? An tu aliter scire non potes ? » – « Nullo modo. » « Tu igitur ne de Persarum quidem rege magno potes dicere beatusne sit ? » – « An ego possum, cum ignorem utrum sit doctus et vir bonus, an indoctus et malus ? » Num tibi videtur Socrates beatam vitam in divitiis ponere ?

LA PROPOSITION INFINITIVE.

176. VERSION.

1. Je suis persuadé, je suis convaincu que notre âme ne peut être mortelle. – 2. On dit que la patrie doit nous être plus chère que nos amis. – 3. Je suis désolé du mauvais état de ta santé ; mais j’espère qu’avec des précautions tu te porteras mieux. – 4. Je ne puis croire que tu aies l’intention de passer la mer. – 5. Comment pourrions-nous être négligents et insouciants en cette affaire, même si nous le désirions ? – 6. Je puis assurer que je n’ai jamais vu dans aucun temple des portes plus magnifiques. – 7. On raconte que Sophocle dans sa vieillesse lut aux juges la dernière pièce qu’il venait de composer. – 8. Il est certain que les lois ont été instituées pour le plus grand bien des citoyens. – 9. On annonça à César que les cavaliers d’Arioviste se rapprochaient de l’éminence (où il se trouvait). – 10. Verrès ordonna qu’on entraînât l’homme loin de son tribunal et qu’on le jetât en prison. Le malheureux criait, tandis qu’on l’entraînait, qu’il n’avait rien fait, qu’il était innocent. – 11. Régulus fut d’avis qu’il ne fallait pas rendre les captifs.

177. THÈME.

1. Scipio Siciliam sæpissime a Carthaginiensibus vexatam esse cognoverat. – 2. In basi, grandibus litteris, Scipionem hoc simulacrum, Carthagine capta, Segestanis restituisse perscriptum erat. – 3. Res indigna atque intoleranda videbatur omnibus monumentum victoriæ P. Africani Verrem sustulisse. – 4. Apud Segestanos repertum esse scitote neminem neque liberum, neque servum, neque civem, neque peregrinum, qui illud signum auderet attingere. Barbaros quosdam Lilybæo scitote adductos esse operarios ; ii illud ignari totius negotii mercede accepta sustulerunt. – 5. Quæritur ex testibus quid factum esse arbitrarentur. Respondent illi prætoris in eo loco servos esse visos. Res illorum testimonio perspicua esse cœpit.

178. VERSION.

1. On raconte qu’il y avait à Corinthe un certain Démarate, que sa situation, son crédit et sa fortune mettaient incontestablement au premier rang parmi ses concitoyens. Ne pouvant supporter le tyran qui régnait à Corinthe, il s’enfuit avec une somme considérable, se rendit à Tarquinies, ville très florissante de l’Étrurie et s’y établit. – 2. La plupart des gens choisissent de préférence pour amis, ceux dont ils attendent les plus grands avantages. – 3. Il est incontestable que l’amitié ne peut se former qu’entre gens de bien. – 4. Les Perses pensaient qu’il ne fallait pas enfermer les dieux entre des murs, car le monde était leur temple. C’est pour cela, dit-on, que Xercès, sur l’avis des mages, brûla les temples de la Grèce. – 5. Un champ, même fertile, n’est d’aucun rapport, s’il n’est pas cultivé. – 6. Tu as osé arracher à la mort et mettre en liberté des condamnés ? – 7. Il est honteux de faire rire de soi en se vantant à la manière du soldat fanfaron.

179. THÈME.

1. Scio me rem pæne incredibilem polliceri. – 2. Sperat adulescens se diu victurum, quod sperare senex non potest. – 3. Accusatores multos esse in civitate utile est, ut metu contineatur audacia. – 4. Contentum esse rebus suis, maximæ sunt certissimæque divitiæ. – 5. Ædui coacti sunt obsides dare. – 6. Cædem in via Appia factam esse constat. – 7. Audistis nuper dicere legatos Tyndaritanos, homines honestissimos, Mercurii signum hujus imperio esse sublatum. – 8. Manifestum est solem interventu Iunæ occultari, lunamque terræ objectu. – 9. Domitius se a Curione non discessurum pollicetur. – 10. Metu victi Segestani prætoris imperio parendum esse decreverunt. – 11. Cupio me esse clementem (ou cupio esse clemens).

180. VERSION.

1. Eudoxe écrit qu’il ne faut nullement avoir confiance dans les astrologues. – 2. Pétréius demanda que tous jurassent de n’abandonner ni l’armée ni leurs chefs. – 3. César entendait dire de divers côtés que les Belges préparaient un soulèvement général contre le peuple Romain. – 4. Cincinnatus labourait son champ quand on vint lui annoncer qu’il était élu dictateur. – 5. Il n’est permis à personne de mal faire. – 6. Les Grecs voulaient que les jeunes gens fortifiassent leur corps par l’exercice physique. – 7. Antiochus, roi d’Asie, reçut l’ordre de regarder le Taurus comme la limite de son royaume. – 8. Quel plaisir avait C. Gallus à nous prédire longtemps d’avance les éclipses de lune et de soleil ! – 9. Il est toujours avantageux d’être homme de bien. – 10. Il faut se livrer au jeu, comme on se livre au sommeil, c’est-à-dire après avoir achevé ses occupations sérieuses. – 11. On comprendra un jour que la paix avait toutes mes préférences. – 12. On annonçait à tort l’approche de César et la présence de ses cavaliers. – 13. On annonça à Afranius que des convois importants stationnaient au bord du fleuve. – 14. A quoi bon en dire davantage ?

181. THÈME.

1. Regulus, captus a Pœnis et Romam missus, juravit se rediturum. – 2. Necesse erat Miloni proficisci Lanuvium illo ipso die. – 3. Verres jubet illos discedere et candelabrum relinquere. – 4. Hoc Herculis signum dicebatur esse Myronis. – 5. Urbs illa non urbs videtur sed fanum Cereris esse. Habitare enim apud sese Cererem Hennenses arbitrantur. – 6. Nihil hominem, nisi quod honestum sit, aut admirari aut optare oportet – 7. Licet mihi, Marce fili, apud te gloriari. – 8. Vincere scis, Hannibal, victoria uti nescis. – 9. Galli flumen transire et iniquo loco committere prœlium non dubitant. – 10. Sine me nunc meo vivere modo. – 11. Terentii fabulæ propter elegantiam sermonis putabantur a Lælio scribi. – 12. Socrates parens philosophiæ jure dici potest. – 13. Cæsar maturat ab Urbe proficisci. – 14. Vetat Deus injussu nos suo vita demigrare.

182. VERSION.

Une sévérité excessive. – Que prétends-tu ? Serait-ce que ton courage a délivré la Sicile de la guerre des esclaves ? De quelle guerre ? Car nous autres, nous croyons savoir que, depuis la guerre à laquelle M. Aquilius a mis fin, il n’y a pas eu de révolte d’esclaves en Sicile. En effet, depuis le départ de M. Aquilius, tous les prêteurs ont interdit aux esclaves de porter sur eux des armes. Je vais vous citer comme preuve un exemple déjà ancien et dont vous avez peut-être entendu tous parler, tant la sévérité dont il témoigne est grande. On avait apporté à L. Domitius, gouverneur de Sicile, un sanglier d’une taille extraordinaire. Il demanda avec étonnement qui l’avait tué. On lui répondit que c’était un berger. Il le fit venir. Le berger accourut avec empressement espérant des félicitations et une récompense. Le préteur lui demanda avec quelle arme il avait tué un animal de si grande taille. L’esclave répondit : « Avec un épieu. » Aussitôt le prêteur le fit mettre en croix. Cette conduite peut paraître trop sévère. Je n’ai pas à trancher la question ; je constate seulement que Domitius aima mieux passer pour cruel que pour trop indulgent.

Commentaire. – 1. Liberari aliqua re aliqua re, le sens seul permet de distinguer les deux compléments. – 2. Illum respondisse se hanc bestiam venabulo percussisse. – 3. Domitius…​ admiratus requisivit…​ jussit ; ille…​ accucurrit, etc.

Questionnaire. – 1. Servos esse cum telo. – 2. Cujusdam Siculi servus. – 3. Venabulo. – 4. Quia cum telo fuerat. – 5. Maluit crudelis quam dissolutus videri.

183. THÈME.

Magnanimité d’alexandre. – Alexander ad loca deserta Sogdianorum pervenit. Nocturnum iter militibus tolerabile videbatur, sed æstu cum luce orto, ora visceraque siti urebantur. Anxium regem amici ut meminisset orabant animi sui magnitudinem unicum remedium deficientis exercitus esse. Repente, duo ex his qui præcesserant ad capiendum locum castris, occurrunt, utribus aquam gestantes, ut filiis suis, quos ægre pati sitim non ignorabant, darent. Qui cum regem agnoscerent, alter ex his, utre resoluto, vas quod ferebat implet, porrigens regi. Ille accipit. Percontatus quibus aquam portarent, filiis eos ferre cognoscit. Tunc poculo pleno, sicut oblatum erat, reddito : « Nec solus, inquit, bibere volo, nec tam exiguum dividere omnibus possum. Vos currite et liberis vestris, quod propter illos attulistis, date. »

PROPOSITIONS AVEC ut, ne, quominus, quod.

184. VERSION.

1. Nous souhaitons de te voir le plus tôt possible en Italie. – 2. Atticus, amené devant Antoine, demanda à être conduit devant César. – 3. Le plus grand nombre était d’avis de faire route la nuit. – 4. N’aie d’autre souci que celui d’améliorer ta santé. – 5. Il faut prendre garde que la gravité du châtiment ne surpasse celle de la faute, et que pour des fautes égales les uns ne soient châtiés tandis que les autres ne seraient pas même cités en justice. – 6. Tu as empêché les troupes des esclaves révoltés de passer d’Italie en Sicile ? – 7. Prends garde que ta colère n’amuse tes ennemis. – 8. Qui peut douter que Verrès n’ait paralysé de terreur les esclaves ? – 9. La vieillesse ne nous empêche pas de garder le goût de l’agriculture. – 10. C’est la gloire de la vieillesse de ne désirer aucun plaisir. – 11. Il est bien regrettable que tu ne l’aies jamais vu. – 12. Peu s’en fallait que les travaux et les mantelets ne fussent abandonnés. – 13. Il y avait lieu de craindre qu’ils ne fussent menacés d’un double péril.

185. THÈME.

1. Accepimus tuas litteras, quibus nos hortaris ut Brundusium veniamus. – 2. Orgetorix persuadet Castico ut regnum occuparet. – 3. Phaeton optavit ut in currum patris tolleretur. – 4. Mos erat apudi Faliscos ut plures simul pueri unius magistri curæ demandarentur. – 5. Te hortor ut orationes meas studiose legas. – 6. His de rebus velim cum Pomponio consideretis. – 7. Vereor ne talium virorum, cum amplificare velim, imminuam gloriam. – 8. Cæsar, timens ne nostri circumvenirentur, duplicem eo loco fecerat vallum. – 9. Non dubitari debet quin fuerint ante Homerum poetæ. – 10. Cn. Octavio honori fuit, quod præclaram domum ædificasset in Palatio. – 11. Verres, signum ut demolirentur et Messanam deportarent, imperat.

186. VERSION.

1. On ne put le décider à prêter serment. – 2. J ’avertis les enfants qu’ils doivent aimer leurs maîtres autant que les études elles-mêmes. – 3. Je te demande ou plutôt je te prie très instamment et te supplie de consacrer un peu de temps à cette pensée. – 4. Je voudrais que tu excuses ma précipitation. – 5. Il faut que tu m’aimes moi-même et non mes biens, si tu veux que nous soyons de vrais amis. – 6. Labiénus craignant de ne pouvoir supporter le choc des ennemis, envoie une lettre à César. – 7. Il n’est douteux pour personne que Verrès n’ait pillé tous les lieux sacrés ou profanes. – 8. Je ne doute pas qu’Arioviste ne livre aux pires supplices tous les otages. – 9. Artabaze, accueilli avec bienveillance par Alexandre, lui dit : « Une seule chose me chagrine profondément, c’est que, vieux comme je le suis, je ne pourrai pas jouir longtemps de ta générosité. » – 10. Je le somme de me dire quel est ce Verrutius, si c’est un marchand, un laboureur ou un éleveur de bestiaux.

187. THÈME.

1. Persæpe evenit ut utilitas cum honestate certet. – 2. Titurius interpretem suum ad Ambiorigem mittit rogatum ut sibi militibusque parcat. – 3. Sabinus arma abjicit suisque ut idem faciant imperat. – 4. Consuli permissum est ut duas legiones conscriberet novas. – 5. Te rogo ne demittas animum. – 6. Valde metuo ne frigeas in hibernis. – 7. Agamer no nunquam optat, ut Ajacis similes habeat decem, sed ut Nestoris ; quod si acciderit, non dubitat quin brevi sit Troja peritura. – 8. Magnum est beneficium naturæ quod necesse est mori. – 9. Themistocles verebatur ne Xerxes bellare perseveraret. – 10. Facere non possum quin quotidie litteras ad te mittam. – 11. Visne ut te latine interrogem ?

188. VERSION.

Le songe d’un Arcadien. – Deux Arcadiens, unis par les liens de l’amitié, dans un voyage qu’ils faisaient ensemble, arrivèrent à Mégare. L’un s’en alla loger chez un ami, l’autre chez un hôtelier. Après avoir dîné, ils se couchèrent ; or, vers le milieu de la nuit, celui qui était logé chez un ami crut voir en songe son compagnon le supplier de venir à son secours, parce que l’hôtelier se disposait à le tuer. Effrayé par ce songe, son premier mouvement fut de se lever. Mais se ressaisissant, il pensa qu’il n’y avait pas à tenir compte de ce songe et se recoucha. Une fois endormi, son compagnon lui apparut encore lui demandant de venger au moins sa mort, puisqu’il ne lui avait point sauvé la vie ; il lui disait qu’il avait été assassiné, jeté sur un char et recouvert de fumier. Il lui demandait de se trouver dès le matin à la porte de la ville avant la sortie du char. Fort surpris de ce songe, l’Arcadien se trouva à la porte de la ville au moment où le charretier sortait. Il lui demanda ce qu’il cachait dans son char. L’autre effrayé, s’enfuit ; on découvrit le cadavre et l’hôtelier, convaincu de ce crime, fut châtié.

Commentaire. – 1. Ut avec l’indicatif, dès que, une fois que ; avec le subj. que, après les verbes signifiant demander, prier. – 2. Orare, rogare, petere, signifiant demander à qqn. de faire quelque chose. – 3. Habere et ducere, outre leur sens ordinaire de avoir et conduire, peuvent signifier : habere, regarder comme, tenir pour ; ducere, penser, regarder comme. – 4. Le latin emploie l’interrog. indirecte là où le français se contente d’une relative, gr. § 255 ; et veut le verbe au subjonctif, § 264.

Questionnaire. – 1. Alter ad hospitem, alter ad cauponem. – 2. Vidit amicum suum orantem ut sibi subveniret. – 3. Quia id visum pro nihilo habendum esse duxit. – 4. In plaustrum cadaver conjecerat stercusque supra injecerat.

189. THÈME.

Alexandre blessé. – Alexandro in tabernaculum relato, medici animadvertunt telum aliter extrahi non posse quam secando vulnusque augendo ; sed timebant ne secantes profluvium sanguinis occuparet. Critobulus, medicus artis eximiæ, manus admovere non audebat ; metuebat enim ne in ipsius caput parum prosper eventus recideret. Quem lacrimantem rex conspexit : « Quid, inquit, exspectas ? An times ne reus sis, cum insanabile vulnus acceperim ? » Critobulus tandem hortari eum cœpit ut sine motu præberet corpus ; etiam levem motum noxium fore. Igitur patefacto vulnere, et spiculo evulso, ingens vis sanguinis manare cœpit linquique animo rex. Amicorum statim clamer oritur, non dubitantium quin rex jam exspirasset. Tandem constitit sanguis paulatimque Alexander circumstantes cœpit agnoscere.

190. EXERCICE.

EXEMPLES : Sentire, penser, verbe d’opinion (prop. infinitive avec sujet). – Optare, souhaiter, verbe d’intention (prop. au subj. avec ut). – Maturare, se hâter, verbe d’activité (infinitif seul), etc.

RÉCAPITULATION SUR LES PROPOSITIONS COMPLÉTIVES.

191. EXERCICE.

  1. Opto ut abeat.

  2. Obtinui ut abiret.

  3. Decet eum abire.

  4. Speramus eum abiturum.

  5. Oportet eum abire (oportet abeat).

  6. Necesse est eum abire (necesse est abeat).

  7. Periculum est ne abeat.

  8. Non impedio quominus abeat.

  9. Obsto ne abeat.

  10. Metuo ne abeat.

  11. Turpe est eum abire.

  12. Lætor eum abire.

  13. Fac abeat.

  14. Cave ne abeat.

  15. Coegi eum abire (coegi eum ut abiret).

  16. Polliceor eum abiturum (esse).

  17. Jubeo eum abire.

  18. Imperavi ei ut abiret.

  19. Non dubito quin abeat.

  20. Eum hortor ut abeat.

  21. Utile est eum abire.

  22. Postulo ut abeat.

  23. Cupio eum abire.

  24. Cupit abire.

192. VERSION.

Un farceur malavisé. – Il y a des gens à qui parfois leurs plaisanteries ont coûté cher. Un jour, à Rome, un cortège funèbre traversait le forum. Survint un farceur qui s’approcha du mort et lui murmura quelques paroles à l’oreille. Interrogé par les assistants sur ce qu’il lui avait dit : « Je l’ai chargé, répondit-il, de dire à Auguste que Tibère n’a encore rien payé des sommes qu’au moment de sa mort il avait léguées à la plèbe. » Ayant appris la chose, Tibère fit venir le plaisantin et, après lui avoir remis sa part du legs, il donna l’ordre de le conduire au supplice, afin qu’il pût porter lui-même à Auguste, son père (adoptif), la nouvelle véridique de l’exécution du testament.

Commentaire. – 1. Subjonctif de l’interrogation indirecte. Gr. § 254. – 2. Proposition infinitive exigée par respondit. Gr. § 264. – 3. Jubeo exige la proposition infinitive. Gr. § 269. – 4. Dare aliquid alicui ; mais donare (= gratifier) aliquem aligna re. Gr. § 156* – 5. A cause de la concordance des temps : mandasse est un parfait. Gr. § 250. – 6. Quidam, adjectif indéfini ; quiddam, pronom indéfini neutre ; quidnam, pronom interrogatif neutre, renforcé par la particule nam. Gr. § 44, 2° et 42, 1°.

Questionnaire. – 1. Scurra simulavit ad aurem mortui loqui. – 2. Respondit se ei mandasse ut nuntium ad Augustum ferret. – 3. Eum postquam suam legatorum partem accepit, duci ad supplicium Tiberius jussit.

193. THÈME.

1. Non tibi objicio, quod Apollonium omni argento spoliasti. – 2. Subrius Flavius interrogatus est a Nerone quibus causis ad oblivionem sacramenti processisset. – 3. Incertum est Phalarimne an Pisistratum sit imitaturus. – 4. Te obsecro ut rempublicam dominatu regio liberes. – 5. Velim me juves consilio. – 6. Timeo ne Verres, omnia quæ fecit, impune fecerit. – 7. Verres temperare non potuit quin argentum consideraret. – 8. Fateor me ad istum gradum sapientiæ non pervenisse. – 9. Mali ædificii dominus gloriabatur se architectum non habuisse. – 10. Alexander, cum Macedones hortabatur ut fortiter pugnarent, multas urbes ab eis jam expugnatas esse memorabat ; cum adierat Græcos, eorum templa a Persis olim esse deleta referebat ; Illyrios vero, rapto vivere assuetos, aciem hostium auro purpuraque fulgentem intueri jubebat.

SYNTAXE DES PROPOSITIONS NON COMPLÉTIVES.

PROPOSITIONS CAUSALES ET FINALES.

194. VERSION.

1. J’ai éprouvé un double plaisir en lisant ta lettre, d’abord parce que j’ai ri moi-même ensuite, parce que j’ai constaté que désormais tu pouvais rire. – 2. Aristée pleurait, parce qu’il avait constaté que ses abeilles avaient abandonné les rayons déjà commencés. – 3. Puisque je ne puis me sauver moi-même en même temps que vous, je veillerai du moins à votre salut. – 4. César se plaint d’être abandonné. – 5. Caton s’étonnait qu’un haruspice n’eût pas envie de rire en voyant un autre haruspice. – 6. Platon appelle le plaisir l’appât des méchants, parce qu’ils s’y prennent comme les poissons se prennent à l’hameçon. – 7. Dioclétien, se sentant peu propre à gouverner l’empire, rentra dans la vie privée. – 8. J’ai fait des efforts pour que l’on épargnât les citoyens vaincus. – 9. Les hommes sont nés pour le bien des hommes, afin qu’ils puissent s’entr’aider. – 10. Au moment où les exilés Thébains s’emparèrent de Thèbes, Epaminondas ne sortit pas de chez lui, pour ne pas souiller ses mains du sang de ses concitoyens.

195. THÈME.

1. Subscripsere quidam Cæsaris statuæ : « Brutus quia reges ejecit, consul factus est ; hic, quia consules ejecit, rex factus est. » – 2. Titus, quia natura erat benevolentissimus, amor et deliciæ generis humani appellatus est. – 3. Phylarchus, quia cum Cleomene non fugit, a prædonibus captus est. – 4. Quatuor reperio causas, cur senectus misera videatur : unam, quod avocet a rebus gerendis ; alteram, quod corpus faciat infirmius ; tertiam, quod privet omnibus fere voluptatibus ; quartam quod haud procul absit a morte. – 5. Gallinæ pullos pennis fovent ne frigore lædantur. – 6. Ulysses contumelias servorum ancillarumque pertulit, ut ad id quod cupiebat perveniret. – 7. Themistocles angustias quærebat, ne multitudine hostium circuiretur.

196. VERSION.

1. Je me souviens que Q. Hortensius se vantait souvent de n’avoir jamais pris part à une guerre civile. – 2. Je suis d’avis qu’il faut maintenir les mesures prises par César, parce qu’il faut assurer la paix et la tranquillité. – 3. Dans cet endroit, il ne se forme aucun marécage, car la terre, étant en pente, déverse dans le Tibre toute l’eau qu’elle reçoit. – 4. Ennius appelle les poètes des hommes sacrés, parce qu’il semble que les dieux les recommandent à notre respect par un don spécial. – 5. Du moment que la raison et la sagesse se trouvent en nous, nécessairement Dieu possède ces qualités à un degré plus éminent. – 6. Cela étant, pourquoi hésitez-vous ? – 7. Solon fit semblant d’être fou, pour protéger sa vie et rendre davantage service à ses concitoyens. – 8. Les agriculteurs arrêtent le développement de la vigne en la taillant avec la serpe, pour qu’elle ne pousse pas tout en branches et ne se répande pas de tous côtés. – 9. La vigne, pour grimper, saisit avec ses vrilles, comme avec des mains, tout ce qu’elle peut atteindre.

197. THÈME.

1. Quoniam de genere belli dixi, nunc de magnitudine pauca dicam. – 2. Dux quidam, cum triginta dierum essent pactæ indutiæ, noctu populabatur agros, quod dierum essent pactæ, non noctium indutiæ. – 3. Quid mirum in senibus, si infirmi sint aliquando, cum ne adulescentes quidem hoc effugere possint. – 4. M. Antonius tunicam M. Aquilii abscidit, ut cicatrices populus Romanus judicesque aspicerent. – 5. Sermone eo debemus uti, qui notus est nobis, ne Græca verba inculcantes, jure irrideamur. – 6. Suum quisque noscat ingenium, ne scenici plus quam nos videantur habere prudentiæ : illi enim non optimas, sed sibi accommodatissimas fabulas eligunt. – 7. Ne mentiar, pessimi interdum homines sunt.

198. VERSION.

Un fils défend son père. – Après la dictature de L. Manlius, M. Pomponius lui intenta un procès, sous prétexte qu’il avait prolongé indûment de quelques jours l’exercice de cette charge. Il lui reprochait en outre, d’avoir séquestré et relégué à la campagne son fils Titus, qu’on appela plus tard Torquatus. Ce jeune homme, apprenant qu’un procès était intenté à son père, se rendit de nuit à Rome afin d’arriver à l’aube chez Pomponius. Pomponius, averti, s’imagina que Titus, dans son irritation, venait lui apporter de nouvelles charges contre son père. Il se leva donc, éloigna tout témoin et fit entrer le jeune homme. A peine entré, celui-ci mit l’épée à la main et dit avec serment à Pomponius qu’il allait le tuer immédiatement, s’il ne lui jurait de renoncer à poursuivre son père. Pomponius, terrifié, le jura. Il rapporta ensuite l’affaire au peuple pour lui expliquer pourquoi il était contraint de renoncer à ses poursuites. Tant était considérable alors le respect du serment !

Commentaire Grammatical. – 1.Ad signifie ici pour (gr. § 240). – 2. Ruri répond à la question ubi ; domum à la question quo. – 3. Ablatif absolu. – 4. Parce qu’on exprime une opinion d’autrui. – 5. Audire, entendre dire ; jubere, ordonner ; jurare, jurer.

Questionnaire. – 1. Quod Manlius paucos sibi dies ad dictaturam gerendam addidisset. – 2. Ruri. – 3. Quia audiverat negotium exhiberi patri. – 4. Jura te a me statim interfectum iri, nisi jusjurandum mihi dederis, te patrem meum missum esse facturum. – 6. Quia Manlio jusjurandum dederat.

199. THÈME.

Le sommeil d’Épiménide. – Quodam die, Epimenides, adhuc puer, agros perlustrabat, ut amissam ovem quæreret. Quoniam solis ardorem ferre non poterat, ut paululum quiesceret, in speluncam ingressus est. Mox somno oppressus, septem et quinquaginta annos ibi jacuit. Tandem excitatus e somno, ut iterum ovem persequeretur, egressus est. Quam cum nusquam invenisset, ad villam rediit quæsivitque a servis num ovis reperta esset ; se aliquandiu moratum esse, quod in spelunca obdormivisset. At nemo eum agnovit neque quid diceret intellexit. Ipse neminem agnoscebat. Villa enim novo domino cesserat. Territus urbem cursu petiit ut patrem adiret ; quem audiit ante quinquaginta annos mortuum esse. Fratrem solum invenit, jam ætate provectum, quem puellum reliquerat.

PROPOSITIONS CONSÉCUTIVES ET CONCESSIVES.

200. VERSION.

1. Tiens-toi prêt, de manière à accourir si je t’appelle. – 2. Me crois-tu assez insensé pour parler de la sorte ? – 3. Il montrait une telle activité que personne ne l’a jamais vu à cheval. – 4. La vieillesse jouit d’une autorité si considérable qu’elle est plus précieuse que les plaisirs de la jeunesse. – 5. Nous avons vu nous-même à Lacédémone des troupes de jeunes gens qui luttaient avec une ardeur incroyable à coups de poing, à coups de pied, en griffant et même en mordant, au point de se faire tuer plutôt que de s’avouer vaincus. – 6. Je suis si éloigné de soutenir les adversaires de la liberté, que je les hais autant que j’aime notre pays. – 7. Bien que cela puisse paraître un peu pénible, osons imiter les Stoïciens. – 8. Ceux qui, après avoir déposé les armes, demandent protection aux généraux, doivent être accueillis par eux, même si le bélier a déjà commencé à frapper les murailles. – 9. Bien que César ne connut pas encore les desseins des ennemis, cependant il se doutait déjà de ce qui arriva.

201. THÈME.

1. Siculi imperium populi Romani sic diligunt ut id imminui minime velint. – 2. In extrema, Britannia nox clara et brevis, ut finem et initium diei vix internoscas. – 3. Quis nostrum tam animo agresti ac duro fuit ut Roscii morte nuper non commoveretur. – 4. Nihil abest quin sim miserrimus. – 5. Quanquam illi sunt mortui sceleris tui testes, tamen eorum propinquii non desunt. – 6. Nemo fuit miserior Dionysio, Syracusanorum tyranno, quamvis maximis opibus abundaret. – 7. Regulus cum retineretur a propinquis et ab amicis, ad supplicium redire maluit quam fidem hosti datam fallere. – 8. Flumen Arar incredibili lenitate fluit, ita ut oculis in utrum partem fluat judicari non possit.

202. VERSION.

1. Verrès a tellement pillé et ruiné la Sicile qu’il est impossible de lui faire retrouver son ancienne prospérité. – 2. L’honnêteté a un tel prestige que nous l’aimons, même chez un ennemi. – 3. Peu s’en fallut que Tibère ne fût tué par un Bructère. – 4. Tout le monde ne peut pas être un Scipion ou un Fabius et se souvenir d’avoir pris des villes, remporté des victoires sur terre et sur mer, dirigé des guerres, et reçu les honneurs du triomphe. – 5. Peu s’en fallut que Caligula ne fit enlever de toutes les bibliothèques les écrits de Virgile et de Tite-Live. – 6. Le laboureur, quelque âgé qu’il soit, n’hésite pas à répondre à celui qui lui demande pour qui il plante des arbres : « Pour les dieux immortels, qui ont voulu non seulement que je reçoive ces biens de mes ancêtres, mais que je les transmette à mes descendants. » – 7. Quoique la gloire de Thémistocle soit bien méritée, et que son nom soit plus connu que celui de Solon, cependant ce dernier ne doit pas être jugé inférieur au premier. – 8. Quoique l’ambition soit un défaut, cependant elle est souvent une source de vertus.

203. THÈME.

1. Atticus sic græce Ioquebatur, ut Athenis natus videretur. – 2. Tantum abest ut nostra miremur ut nobis non satisfaciat ipse Demosthenes. – 3. Paulum afuit quin Varum interficeret. 4. Cum esset Roscius senex mortuus, tamen propter excellentem artem videbatur omnino mori non debuisse. – 5. Quis est cui exploratum sit, quamvis sit adulescens, se ad vesperun esse victurum. – 6. Quanquam immoderatis epulis caret senectus, tamen conviviis delectari potest. – 7. Ista veritas, etiamsi jucunda non est, mihi tamen grata est. – 8. Socrates, cum facile e custodia posset educi, noluit. – 9. Hic homo ita ridicule insanus est, ut eum pueri sectentur, ut omnes, cum loqui cœpit, irrideant.

204. VERSION.

Une armée dans la neige. – Dans le pays des Paropamisiens, des neiges si épaisses couvrent la terre, qu’on n’y voit pas même la trace d’un oiseau ou d’un animal sauvage. Une obscurité, pareille à la nuit elle-même, s’étend sur tout le pays, au point qu’on aperçoit difficilement les objets les plus rapprochés. L’armée, abandonnée dans cette solitude, eut à souffrir tous les maux imaginables : le manque de vivres, le froid, la fatigue, le désespoir. L’intensité extraordinaire du froid fit périr beaucoup de soldats ; un grand nombre eurent les pieds gelés ; un plus grand nombre encore perdirent la vue. Le froid était surtout dangereux pour les soldats fatigués. En effet, ils se couchaient épuisés dans la neige même et, dès qu’ils avaient cessé de se mouvoir, ils se trouvaient tellement engourdis qu’il leur était impossible de faire le moindre effort pour se relever. Leurs compagnons d’armes les forçaient à se lever et à marcher ; la chaleur naturelle revenant alors avec le mouvement, leurs membres reprenaient quelque vigueur. Ceux qui pouvaient atteindre les cabanes des barbares, reprenaient rapidement leurs forces ; mais l’obscurité était telle que la fumée seule permettait de reconnaître les habitations.

Commentaire Grammatical. – 1. Voir gr. §§ 248-250 ; ex. : obscura umbra premit terram, ut, quæ prope sunt, vix conspici possint ; tanta caligo erat ut…​ fumus ostenderet. – 2. A la règle quid præmii, § 154. – 3. Multi, plures, plurimi. – 4. De celer ; celeriter, celerius, celerrime.

Questionnaire. – 1. Inopiam, frigus, lassitudinem, desperationem. – 2. Quia in ipso gelu deficientia corpora sternebant. – 3. Quia vis frigoris eorum membra adstringebat. – 4. Quia nulla alia res quam fumus ea ostendebat.

205. THÈME.

Dédale. – Dædalus tanta fuit industria ut operum a se inventorum admiratione terrarum orbem compleverit. Athenis digressus in Cretam insulam se contulit, ubi Labyrinthum tanta arte insignem exstruxit ut, qui ingressi essent, ob inextricabiles viarum occursus et recursus exire non possent. Mox a Minoe rege in vincula conjectus, quanquam et muris et mari clausus erat, rationem excogitavit, non solum e carcere sed etiam ex insula evolandi. Pennis enim cera et lino alligatis, alas finxit ; quibus ipsi filioque aptatis, ambo per aera iter fecerunt. Sed quamvis prudentibus præceptis Icarum filium imbuisset, puer ad solem tam incaute accessit, ut, resoluta calore cera, in subjectum mare caderet, quod postea Icarium appellatum est.

PROPOSITIONS CONDITIONNELLES.

206. VERSION.

1. Certaines gens pensent que si un jeune enfant meurt, il faut supporter cette perte avec tranquillité et que, si l’enfant meurt au berceau, il ne faut pas même se plaindre. – 2. Tout sera facile, si tu te portes bien. – 3. Quel homme de bien hésiterait à subir la mort pour sa patrie, s’il pouvait par là lui être utile. – 4. Si j’adressais ces plaintes, je ne dis pas à des citoyens romains ou à des hommes quelconques, mais à des animaux, voire même à des rochers, tout, même ce qui est muet et sans vie, en serait ému. – 5. Garde ton opinion, à moins qu’elle ne soit forcée de céder devant une meilleure. – 6. Bien que j’eusse l’intention de confier une lettre à Messala, cependant je n’ai pas voulu que notre ami Vetus se rendit auprès de toi sans te porter une lettre de moi. – 7. Les Séquanes redoutaient la cruauté d’Arioviste durant son absence, tout comme s’il eût été présent. – 8. Si j’étais Parménion, je préférerais l’argent à la gloire. – 9. La Gaule supporte patiemment tous les maux de la guerre, pourvu qu’elle échappe à la servitude qui la menace. – 10. Si je ne voulais pas t’entendre, crois-tu que j’aurais parlé ainsi ?

207. EXERCICE.

I. 1. Première forme (présent de l’indic.) – 2. Première forme (futur de l’indic.) – 3. Deuxième forme (présent du subj.) – 4. Quatrième forme (plus-q-parfait du subj.) 5. Première forme (imparfait de l’indic.) – 6. Troisième forme (imparfait du subj.) – 7. Troisième forme (imparfait du subj.) – 8. Première forme (futur de l’indic.) – 9. Quatrième forme (plus-q-parfait du subj.) – 10. Troisième forme (imparf. du subj.) – 11. Deuxième forme (présent du subj.) – 12. Première forme (futur antérieur).

II. 1. Nisi. – 2. Si non. – 3. Si non. – 4. Nisi. – 5. Si non.

208. THÈME.

1. Poma ex arboribus, cruda si sunt, vi evelluntur ; si matura, decidunt. – 2. Imperator Valerianus, captus a Persis, vixit in servitute turpissima ; nam rex Sapor, qui eum ceperat, si ei libuerat aut vehiculum ascendere aut equum, Valerianum jubebat tergum sibi præbere illiusque dorso pedem imponebat. – 3. Si mei similes erunt liberi, idem hic agellus illos alet. – 4. Si id negem, mentiar. – 5. Hæ platani nullas habent frondes ; hoc non accideret si quis has circumfoderet, si irrigaret. – 6. Nemo fere saltat sobrius, nisi forte insanit. – 7. Sed quid ego his testibus utor, quasi res dubia aut obscura sit. – 8. Crassus non periisset, si omini paruisset.

209. VERSION.

1. En Gaule les druides tranchent à peu près tous les différends ; si quelque crime, si quelque meurtre a été commis, s’il y a contestation au sujet d’un héritage, ce sont eux qui décident. Un seul est à la tête de tous les autres : à sa mort, celui d’entre eux qui l’emporte en autorité lui succède. – 2. Si mes souhaits se réalisent, je passerai le reste de ma vie dans la retraite à Rhodes. – 3. Même si nous espérions avoir les songes les plus agréables, nous refuserions de dormir comme Endymion ; et, si la même aventure nous arrivait, nous y verrions une mort véritable. – 4. Quelle eût été la vie de Priam, si, dès sa jeunesse, il avait prévu les malheurs qui l’attendaient dans sa vieillesse ? – 5. Le jour de notre mort arrivera, et même rapidement, soit qu’on la repousse, soit qu’on l’appelle. – 6. Tous les soldats faisaient leur testament, comme s’ils devaient aller à une mort certaine. – 7. Même si c’est la Fortune qui se présente, ne la laisse pas entrer.

210. THÈME.

1. Si vos valetis, nos valemus. – 2. Si pace frui volumus, bellum gerendum est. – 3. Urbem Rhodum obsidebat Demetrius et templum igne absumere paratus erat, in quo erat memoratissima imago Ialysi, Protogenis manu facta. Tunc mittunt Rhodii ad eum legatos cum his verbis : « Si nos superaveris oppidumque hoc ceperis, imagine quoque illa integra et incolumi per victoriam potieris. Sin vero nos vincere nequiveris, nonne tibi turpe erit bellum cum Protogene mortuo gessisse ? » – 4. Etiamsi oppetenda mors esset, domi atque in patria mallem quam in externis locis. – 5. Nolite a me, quasi dubium sit aliquid, argumenta, judices, exspectare. – 6. Si exsistat hodie ab inferis Lycurgus, gaudeat et se Spartam antiquam agnoscere dicat.

211. VERSION.

1. Bien que Phocion eût exercé de grandes charges, il demeura toujours pauvre. Comme il refusait les présents du roi Philippe, les ambassadeurs l’exhortèrent à les accepter, et lui dirent que, si lui, personnellement, pouvait s’en passer facilement, il devait au moins songer à ses enfants. Il répondit : « S’ils me ressemblent, le petit champ qui m’a nourri les nourrira aussi ; s’ils ne me ressemblent pas, je ne veux pas augmenter leur goût pour la dépense. » – 2. Si, durant un voyage ou une promenade, on reste absorbé dans ses pensées, on n’est pas blâmable ; mais si on fait de même à table, on passe pour impoli. – 3. Artaxercès jeta son frère dans les fers ; il l’aurait même fait tuer, si sa mère ne l’en avait détourné par ses prières. – 4. L’un des captifs, après être sorti du camp, y rentra, sous prétexte qu’il avait oublié quelque chose. – 5. Les vieillards conservent la vivacité de leur intelligence, pourvu qu’ils gardent le goût du travail et de l’activité. – 6. Un oracle d’Apollon déclara que rien, sinon le vice de la cupidité, ne pourrait anéantir Sparte.

212. THÈME.

1. Si hic morari æquo animo non potes, abi. – 2. Naturam si sequemur ducem, nunquam aberrabimus. – 3. Num potes hoc negare, Verres ? Aude hoc negare, si potes. – 4. Fac ipse te felicem ; facies autem, si virtutem colueris. – 5. Hæc si tecum patria loquatur, nonne impetrare debeat, etiamsi vim adhibere non possit ? – 6. Equidem sæpe mori, si fieri posset, vellem. – 7. Gladios habere non liceret, si uti illis nullo pacto liceret. – 8. Angoribus confectus essem, nisi eis restitissem. – 9. Nisi Ilias exstitisset, idem tumulus, qui corpus Achillis contexerat, nomen etiam obruisset. – 10. Quidam quidvis perpetiuntur, cuivis deserviunt, dum quod velint, consequantur. – 11. Cogitandum est, tanquam aliquis in pectus nostrum inspicere possit.

213. VERSION.

La mort nous délivre des misères de la vie. – Si nous jugeons sainement les choses, nous constaterons que la mort nous arrache au malheur, bien plutôt qu’au bonheur. Pompée, notre ami, était tombé gravement malade à Naples. Quand il entra en convalescence, les Napolitains manifestèrent une grande joie et aussi les habitants de Pouzzoles. Des députations de villes venaient de tous côtés le féliciter. C’étaient là des manifestations déplacées, bien dignes des Grecs, mais pourtant fort flatteuses. Eh bien ! s’il était mort de cette maladie, aurait-il été arraché au bonheur ou au malheur ? Assurément, il aurait été arraché aux plus tristes infortunes. En effet, il n’aurait pas fait la guerre à son beau-père ; il n’aurait pas pris les armes sans préparation suffisante ; il n’aurait pas quitté son foyer ; ne se serait pas enfui hors de l’Italie ; il ne serait pas tombé sans défense, après avoir perdu son armée, entre les mains meurtrières de vils esclaves. Combien de malheurs et combien funestes, combien incroyables lui apporta la prolongation de son existence ! Voilà les risques dont la mort nous délivre, même s’ils ne doivent pas se réaliser, puisqu’ils sont toujours possibles. Mais les hommes ne songent pas à la possibilité de ces infortunes.

Commentaire Grammatical. – 1. L’adjectif est employé comme nom au neutre (gr. § 116). – 2. A l’ablatif. – 3. L’adverbe se tire de l’adjectif par changement de la terminaison du génitif en -e, si l’adjectif est de la première classe, en -er ou -iter si l’adjectif est de la seconde classe. – 4. Notre conditionnel passé correspond au plus-que-parfait du subjonctif latin : non bellum gessisset, il n’aurait pas fait la guerre. – 5. Quot, combien nombreux ; quentus, combien grand, qualis, quel (de quelle sorte).

Questionnaire. – 1. A malis, non a bonis. – 2. Quia Pompeio melius erat factum. – 3. Nudus in servorum ferrum et manum incidit. – 4. Propter vitae propagationem.

214. THÈME.

Plaisantes réponses. – 1. Tarento amisso, arcem Livius Salinator retinuerat multaque ex ea prœlia præclara fecerat. Cum aliquot post annos Fabius Maximus id oppidum recepisset, rogavit eum Salinator, ut meminisset opera sua se Tarentum recepisse : « Quidni, inquit Fabius, meminerim ? Nunquam enim recepissem, nisi tu perdidisses. » – 2. Patrono malo, qui vocem in dicendo obtuderat, suadebat Granius ut mulsum frigidum biberet. « Perdam, inquit, vocem, si id fecero. » – « Melius est, inquit Granius, quam reum. » – 3. Cum Rusca quidam legem ferret, dissuasor M. Servilius : – « Num, si contra te dixero, inquit, mihi male dicturus es, ut ceteris fecisti ? » – « Ut sementem feceris, ita metes », inquit.

PROPOSITIONS TEMPORELLES.

215. VERSION.

1. Quand les circonstances l’exigent absolument, il faut combattre le fer à la main et préférer la mort à la servitude. – 2. Dès qu’il fut sorti de l’enfance, Archias se mit à écrire. – 3. Caton vit croître jusqu’à la fin de sa vie la renommée de ses mérites. – 4. Quand le consul Cn. Servilius eut appris la mort de son collègue, il prit le chemin de la ville. – 5. Dès que Marcellus eut aperçu d’un endroit élevé la ville de Syracuse, on dit que la joie et aussi le souvenir de l’antique renommée de cette ville lui firent verser des larmes. – 6. Quand les Lacédémoniens apprirent que les Athéniens construisaient des remparts, ils envoyèrent des ambassadeurs pour leur interdire de le faire. – 7. Quand je te saurai moins troublé, je t’informerai de ce qui se passe ici. – 8. Il y eut un temps où les Gaulois surpassaient en courage les Germains. – 9. Il y eut un temps où les hommes erraient dans la campagne comme des animaux. – 10. Tu venais précisément de partir hier, quand Trebatius est arrivé.

216. THÈME.

1. Cum ver esse cœperat, Verres se dabat labori atque itineribus. – 2. Facile omnes cum valemus, recta consilia ægrotis damus. – 3. Milo in senatu fuit eo die, quoad senatus est dimissus. – 4. Eo postquam Cæsar pervenit, obsides poposcit. – 5. Nova curia minor mihi esse videtur, postquam est major. – 6. Donec eris felix, multos numerabis amicos. – 7. Cum Methonam urbem oppugnaret Philippus, sagitta dextrum oculum regis effodit. – 8. Illorum, cum erunt securi percussi ac necati, corpora feris objicientur. – 9. Cum obsistere conarentur, male mulcati fustibus repelluntur. – 10. Errabas, Verres, et vehementer errabas, cum te maculas furtorum et flagitiorum innocentium sanguine eluere arbitrabare.

217. VERSION.

1. Aussitôt que les ennemis apercevaient du rivage quelques soldats débarquant isolément, ils s’élançaient au galop de leurs chevaux et les assaillaient avant qu’ils fussent en état de se défendre. – 2. Il est à l’abri du danger, celui qui se tient sur ses gardes même quand il n’a rien à craindre. – 3. Quand Marius et Cinna furent revenus, enflammés de colère, à Rome, ils firent subir différents genres de supplices aux citoyens les plus en vue. – 4. Dés que les habitants de la ville aperçurent la cavalerie et entrevirent l’espoir d’être secourus, ils prirent les armes à grands cris, formèrent les portes et occupèrent les remparts. – 5. Quand Alexandre fut parti en Asie, les Grecs pensèrent qu’ils n’auraient jamais une meilleure occasion de recouvrer leur indépendance. – 6. Les Samnites, qui avaient apporté une grande quantité d’or à Curius, tandis qu’il était assis auprès de son foyer, virent leur présent refusé. – 7. Pendant que ces événements avaient lieu, Hasdrubal était précisément auprès de Syphax. – 8. Darius, ayant bu dans sa fuite de l’eau trouble et souillée par des cadavres, déclara qu’il n’avait jamais bu avec plus de plaisir.

218. THÈME.

1. Vercingetorix, ubi de Cæsaris adventu cognovit, oppugnatione destitit atque obviam Cæsari proficiscitur. – 2. Postquam in agrum Romanum ventum est, obviam hosti consules eunt. – 3. Tum cum ex urbe Catilinam ejiciebam, conjuratorum manum simul exituram putabam. – 4. Bis consul fuerat Africanus, cum accusavit Cottam. – 5. Leo, postquam cæde fessus est, asinum evocat jubetque vocem premere. – 6. Disces quamdiu voles. – 7. Dicite quandoquidem in molli consedimus herba. – 8. Romam cum venero, scribam ad te. – 9. Feræ inter nos educatæ, cum in silvas eruperunt, aliquid pristinæ mansuetudinis retinent. – 10. Maxima sum lætitia affectus, cum audivi consulem te factum esse. – 11. Vixdum epistolam tuam legeram, cum Postumus ad me venit.

219. VERSION.

1. Avant d’entamer une affaire, il faut s’y préparer avec soin. – 2. J’ai toujours été l’ami de Ventidius, avant qu’il ne devint si ouvertement l’ennemi de l’État. – 3. Mithridate perça Datame de son épée, et le tua avant que personne pût venir à son secours. – 4. Hannibal promit aux Gaulois qu’il ne tirerait pas l’épée avant d’être arrivé en Italie. – 5. Tu sais que je suis allé autrefois à Métaponte et que je n’ai pas pris le temps d’aller dans une hôtellerie avant d’avoir visité le lieu même où Pythagore avait rendu l’âme. – 6. Pendant que ces événements se passaient à Rome, Sutrium était déjà assiégée par les Étrusques. – 7. Pendant qu’on faisait passer les éléphants, Hannibal avait envoyé des Numides en reconnaissance. – 8. Je suis resté caché jusqu’à ce qu’ils missent à la voile. – 9. Tant qu’un malade respire, il y a, dit-on, de l’espoir. – 10. Pendant quelques jours ce fut un blocus plutôt qu’un siège, jusqu’à ce que la blessure du général fut guérie.

220. THÈME.

1. Cæsar, priusquam se hostes ex terrore ac fuga reciperent, in fines Suessionum exercitum ducit. – 2. Domitianus fratrem suum, priusquam plane efflaret animum, pro mortuo deseri jussit. – 3. Romani priusquam indicerent bellum, hostibus legatos mittebant. – 4. Dum in his locis Cæsar navium parandarum causa moratur, Morinorum legati ad eum venerunt. – 5. Dum eram vobiscum animum meum non videbatis. – 6. Multos illustrat fortuna, dum vexat. – 7. Lacedæmoniorum gens fortis fuit dum Lycurgi leges vigebant. – 8. Epaminondas dum fortissimi militis officio fungitur, vulneratur. – 9. Æneas est multa passus, dum conderet urbem. – 10. Ænean sustinuit Lausus, dum genitor abiret.

221. VERSION.

Un singulier gouverneur de province. – A Syracuse, en hiver, cet excellent gouverneur organisait sa vie de telle manière qu’il n’était pas facile de le voir, je ne dis pas hors de sa maison, mais même hors de son lit. Au début du printemps, – dont il reconnaissait la venue, non pas au souffle du zéphyr, mais à la vue de la première rose, – il affrontait la fatigue des voyages. Dans ces déplacements, il se montrait si endurant, que personne ne peut se vanter de l’avoir vu à cheval. Il se faisait porter sur une litière recouverte d’un coussin transparent et rempli de roses. Il portait une couronne sur la tête, une autre au cou ; il respirait le parfum d’un petit sachet plein de roses. A l’arrivée dans une ville, il se faisait porter sur sa litière jusque dans sa chambre. C’est là que venaient les magistrats Siciliens ; c’est là que les difficultés pendantes lui étaient soumises. Après avoir réglé les différends à prix d’or et sans souci de justice, il estimait qu’il devait le reste de son temps à Bacchus.

Commentaire. – 1. Quand une négation est déjà exprimée, on doit employer les semi-négatifs, gr. § 150. – 2. Parce qu’il y a répétition de l’action, gr. § 315. – 3. Parce qu’on parle de deux choses seulement. – 4. Ils se construisent avec le génitif ou l’ablatif, ex. : rosa fartus, plenus rosæ, gr. § 118 et 123.

Questionnaire. – 1. Cum rosam viderat. – 2. Nunquam, sed lectica ferebatur. – 3. Duas, unam in capite, alteram in collo. – 4. In cubiculum imperatoris. – 5. Libero.

222. THÈME.

Une ruse de Mithridate. – Mithridates spoliatus suo regno ad alios reges supplex se contulit. Sic autem profugit, ut quondam Medea. Quæ, cum patris iram fugeret, fratris sui membra in iis locis, qua eam parens persequebatur, dissipavit, ut eorum collectio celeritatem persequendi retardaret. Sic Mithridates, postquam fugere decrevit, maximam vim auri atque argenti pulcherrimarumque rerum in suo regno reliquit. Hæc dum nostri colligunt omnia diligentius, rex ipse e manibus effugit : ita illum in persequendi studio mæror, hos lætitia retardavit. Mithridaten in il lo timore et fuga Tigranes, rex Armenius, excepit et afflictum erexit. Ibi, dum novas colligeret copias, delituit.

PROPOSITIONS RELATIVES ET COMPARATIVES.

223. VERSION.

1. De quelque côté que je me tourne, tout me prouve que je suis vieux. – 2. Je n’ai trouvé personne qui ne fût de mon avis. – 3. Alexandre, s’étant arrêté devant le tombeau d’Achille à Sigée, dit : « Heureux jeune homme, qui as trouvé un Homère pour chanter tes exploits ! » – 4. Je ne suis pas un homme à qui la mort fasse peur. – 5. Aie soin de te bien porter et de m’écrire chaque fois que tu trouveras quelqu’un pour porter ta lettre. – 6. Dans les deux camps se trouvent des gens désireux d’en venir aux mains. – 7. O malheureux vieillard, qui, dans une si longue vie, n’a pas vu que la mort n’est pas à craindre ! – 8. Miltiade était d’une extrême amabilité, au point que l’on pouvait toujours l’aborder, quelque pauvre que l’on fût. – 9. De quelque côté qu’on se dirige, il faut s’ouvrir un chemin avec le fer. – 10. Tout ce que Thémistocle avait entendu ou vu, lui restait fixé dans la mémoire. – 11. Le milan brise les œufs du corbeau, en quelque endroit qu’il les trouve. – 12. Celui qui peut s’entretenir avec lui-même, ne cherchera pas à converser avec autrui.

224. THÈME.

1. Nihil est quod Deus efficere non possit et quidem sinc labore ullo. – 2. Caninius fuit mirifica vigilantia, qui toto suo consulatu somnum non viderit. – 3. Dicunt quidam : « Patria est ubicumque est bene. » – 4. Mihi senectus mea, quocumque adverteram, apparuit. – 5. Nemo erat qui risum posset continere. – 6. Stulti sumus, qui nos cum isto homine conferre audeamus. – 7. Quis erat qui putaret ad eum amorem, quem erga te habebam, posse aliquid accedere ? – 8. Qui se ultro morti offerant, facilius reperiuntur, quam qui dolorem patienter ferant. – 9. Nullus dolor est, quem longinquitas temporis non minuat. – 10. Bonus vir non modo facere, sed ne cogitare quidem quidquam audebit, quod non audeat prædicare.

225. VERSION.

1. Alexandre mit sur sa tête un bandeau de pourpre semblable à celui qu’avait porté Darius. – 2. De même qu’on dit que, pour un malade, il y a de l’espoir, tant qu’il reste du souffle, de même, tant que Pompée demeura en Italie, je n’ai pas cessé d’espérer. – 3. Xercès, roi des Perses, vint faire la guerre à toute l’Europe avec des forces si considérables que, ni auparavant, ni depuis, personne n’en a jamais eu de semblables. – 4. Plus nous sommes haut placés, plus nous devons être simples. – 5. Ce chagrin m’est d’autant plus pénible qu’il est moins mérité. – 6. Je ne comprends pas comment un vieillard peut être avare. Peut-il, en effet, y avoir quelque chose de plus absurde que d’augmenter ses provisions de route, à mesure que la longueur du voyage diminue ? – 7. Dans la mesure du possible, choisissons des amis exempts de passions. – 8. Désormais je suis plutôt appelé à défendre les gens de bien qu’obligé d’accuser les coupables. – 9. Caton devait mourir plutôt que de voir le visage d’un tyran.

226. THÈME.

1. Qualem nosti, talis est. – 2. Quales sumus, tales esse videamur. – 3. Crocodilus parit ova quanta anseres. – 4. Ut adulescentibus bona indole præditis senes delectantur, sic adulescentes senum præceptis gaudent. – 5. Nihil est quod tam miseros faciat quam impietas et scelus. – 6. Quo rarior moderatio est in optimatibus, eo laudanda magis est. – 7. Quanto erat in dies gravior atque asperior oppugnatio, tanto crebriores litteræ ad Cæsarem mittebantur. – 8. Eo magis elucet vera virtus, quod occultatur. – 9. Zeno perpessus est omnia potius quam conscios indicaret. – 10. Cur nostrum ille auxilium petit potiusquam nos tueatur ? – 11. Quanto illorum vita præclarior, tanto horum socordia flagitiosior.

227. VERSION.

De l’amitié. – L’amitié ne peut exister qu’entre hommes de bien : tel est mon sentiment. C’est la vertu même qui engendre l’amitié et qui l’entretient ; sans vertu, il ne peut, en aucune manière, y avoir d’amitié. C’est pourquoi je vous exhorte à faire passer l’amitié avant tous les biens de la terre ; car il n’est rien de si conforme à la nature humaine, rien ne convient mieux dans les succès ou dans les revers. De même, en effet, que l’amitié rend les succès plus éclatants et plus joyeux, ainsi rend-elle les revers moins pesants. Y aurait-il un si grand avantage dans la prospérité, si l’on n’avait quelqu’un pour s’en réjouir autant que soi-même ? Quant à l’adversité, il serait difficile de la supporter sans un ami qui en porte une charge plus lourde même que la vôtre. Qu’y de plus doux que d’avoir quelqu’un à qui on ose tout dire comme à soi-même ?

Commentaire. – 1. Vel…​ vel ; ut…​ sic ; sic…​ ut. – 2. Adversas (res), prosperis (rebus). – 3. Parce que qui est mis pour talis ut. Gr. § 329, 3°. – 4. Esset, à l’inparf. du subjonctif parce que conditionnel irréel. Gr. § 217. – Ferret, parce que qui est consécutif = talis ut. Gr. § 329. – 5. Quicum est aussi consécutif. Gr. § 329, 3° ; exemple 2.

Questionnaire. – 1. Amicitia est societas bonorum virorum. (Les femmes seraient-elles exclues ?). – 2. Anteponi debet omnibus rebus humanis. – 3. Facit res secundas splendidiores, adversas vero leviores. – 4. Dulce est aliquem habere cum quo omnia loqui audeas.

228. THÈME.

Saint Antoine ensevelit saint Paul Ermite. – Mortuo in solitudine sancto Paulo, Antonius contristabatur quod sarculum, quo terram foderet, non haberet. Ecce autem duo leones accurrunt. Quibus aspectis, primo exhorruit ; sed ad Deum referens mentem, quasi columbas videret, mansit intrepidus. Et illi quidem ad cadaver beati senis substiterunt, et circa ejus pedes accubuere. Denique cœperunt humum pedibus scalpere arenamque certatim egerentes, locum foderunt, qui hominem capere posset ; ac statim, quasi mercedem pro opere postularent, cum motu aurium, cervicibus dejectis, ad Antonium perrexerunt, manus ejus pedesque lingentes. At ille animadvertit benedictionem eos a se precari : « Domine, ait, sine cujus nutu ne unus quidem passer ad terram cadit, da illis ut tu scis. » Et manu annuens eis, ut abirent imperavit.

EMPLOI GÉNÉRAL DU SUBJONCTIF. PARTICIPE EN -urus.

229. VERSION.

1. J’ai lu qu’il existe un oiseau, nommé spatule. Il s’approche des oiseaux qui plongent dans la mer et, dès qu’ils apparaissent avec un poisson, il leur frappe la tête à coups de bec jusqu’à ce qu’ils lâchent leur proie, sur laquelle il se jette aussitôt. – 2. Aristote a remarqué que les grues, lorsqu’elles passent la mer pour gagner les pays chauds, se groupent en forme de triangle. – 3. Caton prétend que celui qui n’est pas soldat, n’a pas le droit de combattre contre l’ennemi. – 4. Nous pensons à ce que nous allons faire, et encore, rarement ; nous ne pensons pas à ce que nous avons fait. – 5. Ils nous obéissent si bien que, dès que nous voulons, ils accourent. – 6. Ne prévoyais-tu pas combien cette victoire serait cruelle ? – 7. Horace déclara devant l’assemblée que, selon lui, sa fille avait été tuée légitimement et que, s’il en eût été autrement, il aurait lui-même, en vertu de son droit de père, puni son fils.

RÉCAPITULATION SUR LES PROPOSITIONS NON COMPLÉTIVES

230. VERSION.

1. Ce que tu dis, Pison, est absolument exact. – 2. Je ferai comme je pourrai. – 3. Dès qu’il rouvrit les yeux, il demanda si son bouclier était sauf. – 4. Même si les forces manquent, on doit louer l’intention. – 5. César écrivit à Lamia de tout préparer pour les jeux. – 6 Cimon était si généreux, qu’il ne mit jamais de garde dans ses jardins. – 7. Il faut manger pour vivre et non vivre pour manger. – 8. Bien que Jugurtha l’emportât en gloire sur tous les autres, il était pourtant aimé de tous. – 9. Les Héduens, ne pouvant (parce qu’ils ne pouvaient) se défendre contre les Helvètes, envoyèrent des députés à César. – 10. Il y a solécisme quand un mot ne s’accorde pas avec le précédent. – 11. Que le prince ne donne rien, pourvu qu’il ne prenne rien à personne. – 12. Les cavaliers, à l’aide de traits, arrêtent la fuite des ennemis, jusqu’à ce que l’infanterie les atteigne. – 13. En voulant (tandis qu’il voulait) conserver quelques esclaves, il perdit tous ses biens.

231. THÈME.

1. Minaciter agis ut nos terreas. – 2. Da operam ut valeas. – 3. Servus eris, quoniam liber esse nescisti. – 4. Quamvis in gregem improborum venerim, non sum continuo improbus. – 5. Quis tam demens est, ut sua voiuntate mæreat ? – 6. Homo multa habet instrumenta ad adipiscendam sapientiam. – 7. Aristides, postquam erat expulsus, in patriam restitutus est. – 8. Non prius sum conatus misericordiam aliis commovere, quam misericordia sum ipse captus. – 9. Non sum tam inhumanus ut eo graver. – 10. Non hæsitans respondebo. – 11. Non is es, qui Jovi fulmen fabricatos esse Cyclopes in Ætna putes. – 12. Dolebam quod socium amiseram. – 13. Inauditi atque indefensi perierunt. – 14. Horatius Cocles Tiberim transnatat nec arma dimittit.

DÉRIVATION ET COMPOSITION DES MOTS.

232. EXERCICE.

1.

Altitudo, inis, f. hauteur
Latitudo, inis, f. largeur
Fortitudo, inis, f. courage

altus, haut
latus, large
fortis, courageux

2.

Justitia, æ, f. justice
Tristitia, æ, f. tristesse
Lætitia, æ, f. joie

justus, juste
tristis, triste
lætus, joyeux

3.

Lumen, inis, n. lumière
Flumen, inis, n. cours d’eau

lucēre, briller
fluĕre, couler

4.

Libertas, atis, f. liberté
Paupertas, atis, f. pauvre

liber, libre
pauper, pauvre

5.

Pietas, atis, f. piété
Societas, atis, f. société

pius, pieux
socius, compagnon

6.

Dignitas, atis, f. dignité
Veritas, atis, f. vérité

dignus, digne
verus, vrai

7.

Strepitus, us, m. bruit
Gemitus, us, m. gémissement
Conatus, us, m. effort
Motus, us, m. mouvement

strepĕre, faire du bruit
gemĕre, gémir
conari, s’efforcer
movēre, mouvoir

8.

Equitatus, us, m. cavalerie
Peditatus, us, m. infanterie
Consulatus, us, m. consulat

eques, cavalier
pedes, fantassin
consul, le consul

9.

Prudentia, æ, f. prudence
Sapientia, æ, f. sagesse
Audacia, æ, f. audace
Victoria, æ, f. victoire
Inopia, æ, f. indigence

prudens, prudent
sapiens, sage
audax, audacieux
victor, vainqueur
inops, indigent

10.

Splendor, oris, m. splendeur
Rubor, oris, m. rougeur
Pallor, oris, m. paleur

splendēre, resplendir
rubēre, rougir
pallēre, être pâle

11.

Hortatio, onis, f. exhortation
Venatio, onis, f. chasse

hortari, exhorter
venari, chasser

12.

Cultura, æ, f. culture
Mensura, æ, f. mesure

colĕre, cultiver
metiri, mesurer

13.

Incendium, i, n. incendie
Gaudium, i, n. joie

incendĕre, brûler
gaudēre, se réjouir

14.

Venator, oris, m. chasseur
Arator, oris, m. laboureur
Pietor, oris, m. peintre
Pastor, oris, m. pasteur
Ductor, oris, m. conducteur

venari, chasser
arare, labourer
pingĕre, peindre
pascĕre, faire paitre
ducĕre, conduire

15.

Venatrix, icis, f. chasseresse
Genitrix, icis, f. mere

venator, chasseur
genitor, père

233. EXERCICE.

1.

Aureus, a, um, d’or
Plumbeus, a, um, de plomb
Ligneus, a, um, de bois
Niveus, a, um, de neige

aurum, or
plumbum, plomb
lignum, bois
nix, nivis, neige

2.

Agilis, e, agile
Facilis, e, facile
Utilis, e, utile

agĕre, mouvoir
facĕre, faire
uti, se servir

3.

Candidus, a, um, blanc
Nitidus, a, um, brillant
Tepidus, a, um, tiède
Rapidus, a, um, rapide

candēre, être blanc
nitēre, briller
lepēre, être tiède
rapĕre, emporter vite

4.

Mirabilis, e, admirable
Terribilis, e, terrible
Mobilis, e, mobile
Flebilis, e, déplorable

mirari, s’étonner
terrēre, effrayer
movēre, mouvoir
flēre, pleurer

5.

Modicus, a, um, mesuré
Bellicus, a, um, guerrier
Unicus, a, um, unique

modus, mesure
bellum, guerre
unus, un seul

6.

Puerilis, e, enfantin
Juvenilis, e, juvénile
Senilis, e, de vieillard

puer, l’enfant
juvenis, jeune homme
senex, vieillard

7.

Militaris, e, militaire
Salutaris, e, salutaire

miles, soldat
salus, salu

8.

Vitalis, e, vital
Triumphalis, e, triomphal
Vocalis, e, sonore

vita, vie
triumphus, triomphe
vox, voix

9.

Audax, acis, audacieux
Edax, acis, gourmand
Tenax, acis, tenace
Loquax, acis, parleur
Fallax, acis, trompeur
Rapax, acis, rapace

audēre, oser
edĕre, manger
tenēre, tenir
loqui, parler
fallĕre, tromper
rapĕre, ravir

10.

Libelus, petit livre
Agellus, petit champ

liber, livre
ager, champ

11.

Corpusculum, petit corps
Opusculum, petit ouvrage

corpus, corps
opus, travail

12.

Bestiola, æ, petite bête
Gloriola, æ, gloriole

bestia, bête
gloria, gloire

234. EXERCICE.

I. Mirari, s’étonner. – Cruentare, ensanglanter. – Densore, épaissir. – Dignari, juger digne, daigner. – Dominari, être le maitre, dominer. – Equitare, chevaucher. – Fidere, se fier. – Florere, fleurir, être florissant. – Potare, boire. – Spumare, écumer. – Fugare, mettre en fuite.

II. Erubescĕre, devenir rouge. – Obmutescĕre, se taire. – Obdormiscĕre, s’endormir. – Evanescĕre, s’evanouir, disparaître. – Repuerascĕre, redevenir enfant.

III. Agitare, agiter, poursuivre. – Rogitare, demander à plusieurs reprises. – Dictare, répéter. – Clamitare, crier sans cesse. – Versare, agiter.

IV. Esurire, avoir faim. – Dormiturire, avoir envie de dormir. – Cenaturire, avoir envie de dîner.

235. EXERCICE.

1. Turifer, qui porte l’encens. – Letifer, qui donne la mort. – Signifer, porte-enseigne. – Pestifer, funeste. – Frugifer, fertile.

2. Armiger, qui porte les armes, écuyer. – Aliger, ailé. – Corniger, cornu. – Laniger, qui porte une toison.

3. Amnicola, qui habite les fleuves. – Ruricola, campagnard. – Cælicola, habitant du ciel, dieu, saint. – Silvicola, qui habite les forets, sauvage.

236. EXERCICE.

1. Portare, porter ; exportare, porter hors de, exporter ; importare, porter dans, importer ; comportare, porter ensemble ; transportare, porter au delà, transporter.

2. Ire, aller ; abire, s’en aller ; adire, aller vers, aborder ; exire, sortir ; inire, pénétrer dans ; prodire, s’avancer ; redire, revenir ; subire, pénétrer sous ; transire, passer.

3. Ferre, porter ; conferre, porter ensemble, comparer ; differre, porter séparément, différer ; referre, rapporter ; inferre, porter dans ; offerre, porter devant, offrir ; efferre, porter dehors ; auferre, enlever.

4. Trahĕre, tirer ;abstrahere, éloigner ; attrahere, attirer ; contrahere, tirer ensemble, contracter ; extrahere, extraire ; detrahere, tirer de, faire du tort ; protrahere, tirer en avant, montrer ; retrahere, tirer en arrière ; subtrahere, soustraire.

5. Jacĕre, jeter ; abjicere, rejeter ; adjicere, ajouter ; conjicere, jeter ensemble ; ejicere, jeter dehors ; projicere, jeter devant soi ; rejicere, rejeter ; subjicere, soumettre.

6. Ponĕre, placer ; apponere, placer auprès ; componere, placer ensemble, arranger, composer ; exponere, exposer ; proponere, placer devant, proposer ; reponere, replacer ; supponere, placer sous, substituer ; deponere, déposer, quitter (un vêtement).

RÉCAPITULATION GÉNÉRALE.

237. VERSION.

1. C’est la nature qui enseigne la première et le mieux les devoirs envers les parents. – 2. Miltiade soumit à l’autorité des Athéniens les îles qu’on appelle Cyclades. – 3. Nos ancêtres ont loué les rythmes et les plaisanteries de Plaute. – 4. Quelle variété dans le règne animal ! – 5. Malte est une île, séparée de la Sicile par une mer assez large et dangereuse. – 6. Ci-gît Tibulle, emporté par une mort cruelle, tandis qu’il suivait Messala sur terre et sur mer. – 7. L’étude des sciences est le plus bel ornement et la plus douce consolation des hommes. – 8. En s’attardant à massacrer les individus, ils donnaient à la foule le temps d’échapper. – 9. O Palinure, toi qui as eu dans le calme du ciel et de la mer une confiance excessive, tu reposeras sans sépulture sur un rivage inconnu. – 10. Le conducteur charge d’huile ou de simples fruits, les flancs de l’âne qui marche lentement. – 11. Enfants, vous qui cueillez les fleurs et les fraises qui naissent sur le sol, fuyez d’ici, un froid serpent se cache dans l’herbe.

238. THÈME.

Martyre de Tarcisius. – Quo tempore christiani persecutionum vi vexabantur, puer quidam, nomine Tarcisius, eximiæ fortitudinis prodidit exemplum. Nonnullis enim christianis ad bestias damnatis et in vincula conjectis ; sacrum Christi corpus, quod a sacerdote quodam acceperat, afferendum suscepit, ut, hujus sacramenti auxilio freti, supremum fidei certamen fortius tolerare possent. Sed dum manibus pectori appressis per mediam urbem incedit, a suis æqualibus, in trivio quodam ludentibus, conspectus est. Qui cum pertinaciter renuentem frustra vocavissent, eum circumsistunt quæruntque ab eo cur properet, quid tanta diligentia ferat. Sed Tarcisius neque quidquam respondebat et celerius iter pergere volebat, cum repente exclamavit aliquis : « Christianus est ! » Qua voce admonitum vulgus concurrit omnesque nominis christiani odio concitati puerum lapidibus obruunt. Cum jam semianimis jaceret, quidam, quid ferret, aperire conati sunt ; sed pectori sic adhærebant bracchia ut nullis viribus divelli possent. Ita, Christi corpore a sacrilegis manibus erepto, puer exspiravit.

239. VERSION.

1. La sagacité des animaux est surprenante. – 2. Les Germains ont une nourriture simple : des fruits sauvages, du gibier frais ou du lait caillé. – 3. Les chèvres n’ont pas toutes des cornes. – 4. Aucun homme n’est assez simple pour ignorer qu’il lui faudra mourir un jour. – 5. Le coupable craint la loi, l’innocent craint les coups de la fortune. – 6. L’argent ne vaut pas l’or, I’or ne vaut pas la vertu. – 7. Tu as été maltraité par un plus fort ou un plus faible que toi : si c’est un plus faible, épargne-le ; si c’est un plus fort, épargne-toi toi-même. – 8. Moi, je les ai chassés ; vous, vous les installez. – 9. La multitude des ennemis entama le combat sans réflexion et y renonça de même. – 10. Il n’y a plus qu’un moyen de salut pour les vaincus, c’est de n’espérer aucun salut. – 11. Aucune existence ne peut être plus heureuse que celle des hommes adonnés à l’agriculture. – 12. Mais pourquoi parler des autres ? Je vais revenir à moi-même. – 13. Voilà ce qui se passait dans le Latium. – 14. Pourquoi insister (= en dire davantage) ?

240. THÈME.

Robinson explore son île. – Quanquam in insula jamdiu habitabam, minimam tantum partem exploraveram. Quamobrem statui sine mora proficisci. Postridie, orto sole, postquam me Dei tutelæ commendaveram, viam ingressus sum. Maris litus, quantum fieri poterat, sequebar, silvestriaque loca vitabam ne in feras inciderem. Quo longius progrediebar, eo certius comperiebam me in sterilissima insulæ parte sedem collocavisse. Multis enim in locis arbores inveni vario pomorum genere abundantes, quæ mihi cibum salubrem jucundumque præbere possent. Multo jam itinere confecto, in arbore pernoctavi posteroque die iter perrexi, donec ad extremam insulæ partem perveni. Solum arenosum erat in quod cum conjecissem oculos, subito, quasi fulmine ictus essem, toto corpore perhorrui : videbam enim, quod numquam me visurum speraveram, vestigia hominis arenæ impressa.

+++241. EXERCICE DE TRANSPOSITION.

1. Les hommes courageux recherchent le danger. – 2. Miltiade préférait la liberté de tous à son propre pouvoir. – 3. Il y a de la grandeur et de la noblesse à faire comme les animaux de grande taille qui écoutent sans se troubler les aboiements des petits chiens. – 4. L’opinion publique loue parfois des vices. – 5. Atticus était fort soucieux d’imiter les anciens et admirait beaucoup l’antiquité. – 6. Les vraies amitiés durent toujours. – 7. C’est un grand malheur d’être à Rome. – 8. C’est une gloire que de rendre service à son pays. – 9. L’immortalité ne s’acquiert pas dans l’oisiveté. – 10. Le soldat supporte sans se plaindre toutes les fatigues. – 11. Tous les arts imitent la nature. – 12. C’est un malheur que de vivre sans amis. – 13. Vis avec la pensée de la mort. – 14. L’affection pour les parents est la première loi de la nature. – 15. Il te fournira toutes les explications.

242. VERSION.

Les défiances d’un tyran. – Denys, tyran de Syracuse, possédait à la vérité un grand nombre d’amis et de parents ; mais, ne se fiant à aucun d’eux, il confiait la garde de sa vie à des esclaves, des étrangers et des barbares. Par suite de sa coupable passion du pouvoir, il s’était ainsi enfermé lui-même dans une sorte de prison. Bien plus, pour éviter d’exposer son cou au rasoir d’un barbier, il apprit à ses filles à le raser. Ces jeunes princesses, s’acquittant ainsi d’un office humiliant et servile, coupaient les cheveux et la barbe de leur père. Néanmoins, quand elles furent plus grandes, il leur ôta le rasoir des mains et les obligea à lui brûler la barbe et les cheveux avec des coquilles de noix. Ayant entouré sa chambre à coucher d’un large fossé, qu’il franchissait sur un pont de bois, il prenait soin de ramener à lui le pont lui-même après avoir fermé les portes de sa chambre. N’osant prendre la parole sur les tribunes ordinaires, il avait coutume de haranguer le peuple du haut d’une tour.

243. THÈME.

L’ingratitude. – Philippus, Macedonum rex, habebat militem manu fortem, cujus in multis expeditionibus utilem expertus operam, subinde ex præda aliquid illi virtutis causa donaverat. Hic, naufragus, in possessiones cujusdam Macedonis expulsus est ; qui, ut nuntiatum est, accurrit, spiritum ejus recollegit ; in villam illum suam transtulit, lectulo suo cessit, diebus triginta impensa sua curavit, refecit, viatico instruxit subinde dicentem : « Gratiam tibi referam ; videre tantum mihi imperatorem meum contingat ! » Narravit Philippo naufragium suum, auxilium tacuit et protinus petiit ut sibi prædia cujusdam donaret. Ille quidem erat hospes ejus, is a quo receptus erat, a quo sanatus.

244. VERSION.

Les joueurs de flûte en grève. – Les joueurs de flûte, mécontents de voir que les censeurs leur interdisaient de célébrer un festin dans le temple de Jupiter, ce qui constituait pour eux un privilège fort ancien, se retirèrent en masse à Tibur, au point qu’il n’en resta pas un à Rome pour jouer de la flûte dans les sacrifices. Les sénateurs se préoccupèrent d’un état de choses qui touchait à la religion. Ils envoyèrent à Tibur des ambassadeurs pour prier les habitants de s’entremettre et de faire revenir à Rome les déserteurs. Les habitants de Tibur les réunirent dans le sénat, mais ne purent obtenir qu’ils cédassent ; ils se décidèrent alors à employer un expédient assez en rapport avec les habitudes de cette profession. Ils les invitèrent séparément chez eux, un jour de fête ; les enivrèrent, et quand ils les virent domptés par le sommeil, ils les jetèrent sur des chars et les ramenèrent à Rome. Les joueurs de flûte ne s’aperçurent du stratagème que le lendemain sur le forum, où les chars avaient été laissés, quand le jour les surprit la tête encore alourdie par l’ivresse. Alors le peuple accourut de tous côtés et obtint qu’ils demeurassent.

245. THÈME.

L’ingratitude (suite). – Difficile est eodem tempore virum bonum et bonum imperatorem agere : Philippus illum induci in bona quæ petebat jussit. Expulsus bonis suis ille non ut rusticus injuriam tacitus tulit ; sed Philippo epistulam strictam ac liberam scripsit : qua accepta, ita exarsit rex, ut statim Pausaniæ mandaret (ut) bona omnia priori domino restitueret ; ceterum, improbissimo naufrago stigmata inscriberet. Dignus quidem fuit cui non inscriberentur illæ litteræ sed insculperentur, qui hospitem suum, nudum et naufrago similem, in id in quo jacuerat ipse litus, quodammodo expulerat.

246. VERSION.

Violences cruelles de Tibère. – Quelques jours après son arrivée à Caprée, Tibère vit un pêcheur lui offrir à l’improviste un énorme surmulet ; terrifié à la pensée que cet homme était monté jusqu’à lui par des chemins escarpés sur les derrières de l’île, il lui fit frotter la face avec ce poisson. Puis, comme le pêcheur se félicitait pendant le supplice de ne pas lui avoir offert en même temps une très grosse langouste qu’il avait prise, Tibère lui fit encore déchirer le visage avec sa langouste. Il punit de mort un soldat qui avait volé un paon dans son parc. Au cours d’un voyage, la litière qui le portait s’étant embarrassée dans les buissons, il terrassa le lieutenant qui, comme guide, ouvrait la marche, et peu s’en fallut qu’il ne le fît mourir sous ses coups.

Commentaire. – 1. Les verbes d’intention se construisent avec ut. Gr. § 273. – Jubeo fait exception. Gr. § 269. – 2. Cf. Gr. § 158. – 3. Ingentem est attribut de quam. Gr. § 101. – 4. Cf. Gr. § 168. – 5. Locatif. Gr. § 194*.

247. THÈME.

Les travaux d’Hercule. – Hæc erat deorum voluntas ut Hercules duodecim pericula jussu Eurysthei subiret, quæ labores Herculis appellantur. Primum leonem in Nemea silva grassantem et totam regionem infestantem interficere jussus est ; quem in speluncam persecutus est et in ejus collum insiliens fauces elisit. Postea Hydram in Lerna palude aggressus est, septem capita gerentem, quorum si unum resectum erat, aliud statim in ejus locum nascebatur. Hercules uno ictu septem capita dejecit. Erat eodem tempore in Erymantho monte aper horrendæ magnitudinis, qui vicinos agros vastabat. Hercules hunc vivum cepit. Cerxam deinde æneis pedibus velocissimam in Menalo monte comprehendit, quam unum annum insecutus est.

248. VERSION.

Une vengeance espagnole. – Un crime atroce fut commis dans l’Espagne citérieure par un paysan des environs de Termeste. Le gouverneur de la province, L. Pison, qui en raison de la paix négligeait les précautions, fut attaqué par cet homme au cours d’un voyage et frappé mortellement. Le meurtrier, s’échappant grâce à la rapidité de son cheval, gagna des régions boisées, et là, abandonnant son cheval, il parvint à faire perdre sa trace à ceux qui le poursuivaient dans ces endroits accidentés et sans chemins. Il n’échappa pourtant pas longtemps. Car son cheval fut saisi et promené dans les villages voisins, ce qui fit connaître son propriétaire. Une fois pris, on voulut le forcer par les tortures à dénoncer ses complices ; mais, élevant la voix, il s’écria, dans sa langue maternelle, qu’on le pressait en vain. Il invitait ses amis à s’approcher et à le regarder sans crainte, car aucune torture ne pourrait lui faire dire la vérité. Comme on le mettait de nouveau à la question le lendemain, il échappa à ses gardes et se jeta la tête en avant sur une pierre avec tant de violence qu’il mourut sur le coup.

249. THÈME.

Les travaux d’Hercule (suite). – Non minore felicitate Stymphali lacus aves in fugam compulit, quæ infinita multitudine et inusitata magnitudine volando solem ipsum obscurabant obviosque homines vorabant. Nunquam tamen suam magis virtutem exercuit quam in bello adversus Amazones suscepto, Theseo comitante. Postea Augiæ, Elidis regis, stabula, Alpheo flumine derivato, purgavit, ubi plurimorum boum fimus per multos annos congestus aerem corruperat. Mox taurum domare jussus est ignes horrendos evomentem. Cum, hoc quoque labore confecto, in Thraciam se contulisset, ex Diomede rege justas pœnas exegit, qui advenas equis suis devorandos objiciebat.

250. VERSION.

Ingénieuse plaidoirie de Démosthène. – Une ruse de Démosthène fut d’un grand secours pour une servante. Elle avait reçu de deux étrangers une somme d’argent à titre de dépôt et sous la condition de la leur remettre à tous les deux à la fois. L’un d’eux, au bout de quelque temps, revint vêtu de deuil, alléguant la mort de son compagnon et retira toute la somme des mains de la servante abusée. L’autre se présenta ensuite et réclama le dépôt. L’infortunée aussi dépourvue d’argent que de moyens de défense, restait dans un cruel embarras et n’y voyait déjà d’autre terme que la potence. Mais Démosthène se chargea opportunément de la défendre. Arrivé devant le tribunal, « Cette femme, dit-il, est prête à restituer fidèlement le dépôt ; mais elle ne peut le faire si vous n’amenez pas votre compagnon, puisque, comme vous le reconnaissez vous-même, d’après votre convention elle ne doit compter l’argent à l’un qu’en présence de l’autre. »

Commentaire. – 1. (Ea conditione) ut. Sens consécutif « à cette condition que ». Gr. § 291. – Ut (venit). Sens temporel : « dès que » indic. Gr. § 316. – Ut (agnoscis). Sens comparatif : « ainsi que ». Gr. § 332. – 2. Cepi est le parf. de capio, prendre ; coepi est un verbe défectif « avoir commencé ». Gr. § 85, 1°. – 3. Au futur antérieur, exigé par le sens. Gr. § 303, 2° ; cf. 309* II. – Sur l’emploi de nisi, Gr. § 310, 1°. – 4. Proposition complétive avec ut, cf. Gr. § 273.

250 bis. VERSION.

Une astucieuse précaution d’Annibal. – Le premier Annibal, vaincu sur mer par le consul Duilius et craignant d’être l’objet de sanctions pour la perte de sa flotte, sut adroitement détourner la disgrâce qui le menaçait. Avant que l’on eût reçu dans son pays la nouvelle de ce désastreux combat, il envoya à Carthage un de ses amis dûment préparé au rôle qu’il avait à jouer. Celui-ci se présenta devant la curie et dit : « Annibal vous fait consulter : un général romain est arrivé avec des forces maritimes considérables ; doit-il lui livrer bataille ? » Tout le Sénat s’écria que sans aucun doute il le fallait. « Eh bien ! reprit le messager, la bataille a été livrée…​ et perdue. » Il leur ôta ainsi le droit de condamner ce qu’ils avaient eux-mêmes jugé nécessaire.

Commentaire. – 1. Le comparatif car il s’agit de deux. Gr. § 133. En réalité, il existe un troisième Annibal, connu par une expédition en Sicile du temps d’Alcibiade, 409 av. J.-C. – 2. Avec le datif : « veiller sur » ; avec l’accusatif « consulter ». Gr. § 156. – 3. Cum temporel est ici suivi de l’indicatif puisque le verbe subordonné est au futur. Gr. § 318. On a un futur antérieur, car le sens l’exige : après que les Romains seront arrivés, on combattra. – 4. (Utrum…​) an. Gr. § 257*. Le subj. à cause de l’interrogation indirecte. Gr. § 254. – 5. Parce que la phrase est négative. Gr. § 279* 3°.

251. THÈME.

Les travaux d’Hercule (suite). – Hercules deinde Busirim interfecit, qui advenas omnes ad aras Jovis immolabat ut sceleribus suis pietatis speciem prætenderet. Eodem tempore in Hispania Geryon pulcherrimos boves, a cane tricipiti servatos, humanis carnibus pascebat. Hic ab Hercule, Eurysthei jussu, interemptus est. Hoc labore perfunctus difficiliorem alium aggressus est : poma enim aurea auferre conatus est, quæ in Hesperidum hortis a dracone horrendo custodiebantur. Postquam hoc ei ex voto cesserat, canem Cerberum ab inferis eduxit Theseumque, qui illuc descenderat, liberavit. Multi alii memorantur Herculis labores : nullum enim monstrum fuit quod non profligaret, nullus tyrannus quem non debellaret. Illius veræ virtutis exemplum fuit quæ nullis difficultatibus frangi potest.

252. VERSION.

Une maison hantée. – Il y avait à Athènes une maison vaste et commode, mais redoutée comme mortelle à ses habitants. Dans le silence de la nuit on entendait des bruits de ferraille et, avec plus d’attention, on percevait un bruit de chaînes qui allait en se rapprochant. Bientôt un spectre apparaissait : c’était un vieillard maigre et d’aspect misérable, avec une longue barbe, des cheveux en désordre, portant des entraves aux jambes ; ses mains étaient chargées de chaînes qu’il secouait. Les habitants de la maison, que la terreur tenait éveillés, passaient des nuits affreuses et sinistres. L’insomnie avait pour conséquence la maladie, et, la terreur allant sans cesse en croissant, la mort s’ensuivait. Même durant le jour, malgré la disparition du fantôme, l’imagination le maintenait devant les yeux, en sorte que la crainte subsistait, alors même que sa raison d’être n’existait plus. La maison se trouvait abandonnée et condamnée à demeurer vide : le spectre la possédait tout entière. Cependant une affiche indiquait qu’elle était à louer ou à vendre, pour le cas où quelqu’un eût ignoré une si affreuse situation.

253. THÈME.

L’hermine et le rat. – Cum in saxoso solo mus agrestis et mus ponticus vitam degerent, mox utrique fames imminere cœpit. Tum e cavo mus agrestis exiit et albo socio : « Aspice, inquit, ultra stagnum illud quam opulenti sint agri. Et villis et arboribus et avibus et frugibus referti sunt. Sequere me ; transeamus aquas : in hoc enim arido desertoque campo fame opprimamur necesse est. » – « Quid ? ait ille alter, in isto luto inquinandus sum ? – « Agedum ! quid interest mea unde suppeditet victus ? » – Tum ille : « Nolo equidem, inquit, mehercule ! Abi tu. Ego meam integritatem servare volo. Ah ! mihi paupertate premi et mori satius est quam fœdari ! »

254. VERSION.

Une maison hantée (suite). – Le philosophe Athénodore étant venu à Athènes, lut l’affiche ; quand il sut le prix demandé, étonné de la modicité de la somme, il s’informa. Une fois mis au courant, il n’hésita pas ; bien au contraire, ce fut pour lui une raison de plus de la louer. Le soir, il fit mettre son lit à l’entrée de la maison, se fit apporter des tablettes, un stylet à écrire et une lampe. Il renvoya tous ses serviteurs à l’intérieur de la maison ; quant à lui, il tint sa main, ses yeux et son esprit occupés à écrire, de peur que son imagination, se donnant libre carrière, ne lui représentât les visions qu’on lui avait racontées et ne lui causât de vaines frayeurs. Tout d’abord le silence de la nuit régna comme partout ailleurs ; puis, le philosophe perçut un bruit de ferraille, de chaînes secouées. Il ne lève pas les yeux, ne cesse pas d’écrire, mais affermit son courage. Le bruit augmente, se rapproche, déjà on l’entend comme s’il se faisait sur le seuil, bientôt même comme s’il avait franchi le seuil. Le philosophe se retourne et reconnaît au premier coup d’œil l’apparition dont on lui a parlé.

255. THÈME.

L’ours. – Quamvis mansuefactus ursus erga suum dominum mitis sit, tamen illi semper diffidendum est. Saltare quidem doceri potest ; musicos etiam sonos audire videtur ; sed, ut illi hæc quasi educandi ratio adhiberi possit, juvenis admodum capiendus est. Ferus autem ursus, conspecto homine, ab itinere non digreditur. Attamen eum audito repente sibilo tanto stupore affici contendunt, ut in loco hæreat et in posterioribus pedibus assurgat. Quod tempus ad percutiendum maxime idoneum est ; nam, si vulnus modo accepit, furens in venatorem impetum facit et eum priorum pedum amplexu exanimaret, nisi succurreretur. Natura omnem societatem vitat : quippe cui antiquum in inviis saxis antrum vel spelunca in annosæ arboris trunco vetustate excisa pro domicilio sit.

256. VERSION.

Une maison hantée (suite). – L’apparition, debout, lui faisait signe du doigt comme pour l’appeler. Le philosophe, en guise de réponse, lui fait signe de la main d’attendre un peu et se penche de nouveau sur ses tablettes et son stylet. Tandis qu’il écrivait, le fantôme faisait résonner ses chaînes au-dessus de sa tête. Le philosophe, en se retournant une seconde fois, lui voit faire le même geste qu’auparavant ; aussitôt il prend la lumière et le suit. Le spectre marchait lentement, comme alourdi par ses chaînes. Quand il eut tourné dans la cour de la maison, il disparut soudain aux yeux du philosophe qui le suivait. Se voyant seul, le philosophe cueillit des herbes et des feuilles qu’il plaça comme point de repère. Le lendemain il alla trouver les magistrats et les invita à faire faire des fouilles en cet endroit. On trouva des os entourés de chaînes : les chairs une fois pourries par suite de leur long séjour dans la terre, ces os étaient restés dépouillés dans les fers. On les recueillit et ils furent ensevelis aux frais de la ville. Les mânes, après cette inhumation régulière, cessèrent de hanter la maison.

257. THÈME.

Le lion devenu vieux. – Leonem, qui silvas quondam terrore impleverat, annis confectum priscæque virtutis desiderio lugentem, ipsæ tandem bestiæ, quibus imperaverat, confirmatæ ipsius infirmitate, aggressæ sunt. Accedit equus eumque ungula petit, dente lupus, cornu bos. Infelix autem leo, languidus et mæstus et ægritudinem vultu præferens, vix fremere potest, adeo senio debilitatus est : fatum igitur nullis editis querimoniis exspectabat ; sed, conspecto et ipso asino, ad antrum advolante : « Malorum satis, mehercule, superque est, inquit ; mihi moriendi quidam voluntas erat ; sed a te petitus bis moriar. »